Les "subluxations" évasives des chiros

 

Stephen Barrett, M.D.

 

Si vous êtes examiné par un chiro, il peut vous dire que vous avez une ou plusieurs "subluxations" de votre colonne vertébrale. Cet article examine ce que ça veut dire et la façon avec laquelle vous devez réagir.

La théorie de la chiropraxie origine de notions développées par Daniel David Palmer, un épicier et "guérisseur magnétique" américain. Palmer postulait que la cause principale de la plupart des maladies était une interférence dans la disponibilité des nerfs corporels. Il y a environ cent ans, il concluait que "près de 95% des maladies étaient causées par des vertèbres subluxées". Les autres 5% seraient pour leur part, causées par des déplacements d'articulations autres que celles de la colonne vertébrale." [1] Il affirmait que les subluxations dérangeaient l'expression corporelle de "l'Intelligence Innée -l'Ame, l'Esprit, ou l'Etincelle de la Vie" qui contrôle le processus de guérison. Il proposa de rémédier à une gamme de maladies par la manipulation ou "l"ajustement" des zones probèmatiques.

Au long des années, les chiros ont dépassé les théories de Palmer, bien que certains y adhèrent encore religieusement. Certains chiros décrivent maintenant les subluxations comme des petits "déplacements d'os" et/ou "des nerfs pincés". Certains pensent en termes de "fixations" et /ou perte de mobilité articulaire. D'autres encore se placent entre les deux en adoptant quelques-uns ou tous ces concepts. Il n'y a qu'un petit pourcentage de chiros qui rejette les notions de Palmer parce qu'ils les considèrent comme des 'foutaises biothéistiques' -- ce qu'elles sont.

Est-ce que les subluxations sont visibles?

Les chiros ne s'entendent pas sur la question de la visibilité des subluxations sur les radiographies. Les chiros traditionnels ou 'classiques' tendent à croire qu'elles causent de l'interférence nerveuse, sont très visibles, et qu'elles surviennent chez presque tout le monde. Les plupart des autres chiros (communément appelés "mixtes") définissent les subluxations ce manière évasive et les observent lorsque cela leur convient. Les chiros qui rejettent la théorie des subluxations les considèrent invisibles, mais ils ont été forcés d'en reconnaître l'existence pour être payés par Medicare. Lorsqu'on demanda à un chercheur sérieux en chiropraxie s'il avait déjà vu une subluxation sur une radiographie, il sourit et répondit en riant: " Oui, avec mes yeux fermés!"[2]

Les vieux bouquins de chiropraxie montrent des radiographies "avant et après" qui sont censées illustrer des subluxations. En 1971, espérant pouvoir observer de mes propres yeux de telles radiographies, j'ai demandé à la société locale de chiropraxie de m'en montrer un ensemble de dix. Ils ont refusé, suggérant plutôt que je demande à l'Ecole Palmer de m'en montrer contenues dans leurs "filières d'enseignement". Lorsque je me suis plié à cette suggestion, le représentant de l'école m'a répondu:

Les chiropracticiens n'affirment pas être en mesure de reconnaître une subluxation
spécifique d'une radiographie. [Ils] peuvent voir une distorsion de la colonne
vertébrale, qui signifie la possibilité d'une subluxation et ils peuvent confirmer la
présence de la dite subluxation par d'autres signes physiques [3].

En 1973, le Congress des E-Unis a autorisé le remboursement par Medicare du traitement chiropratique des "subluxations si celles-ci étaient "démontrées par radiographies". En 1972, pour pouvoir être payés, les chiros ont tenu une conférence pour obtenir un consensus qui a redéfini les "subluxations" pour inclure les signes courants que les autres pouvaient voir. Le document, de plusieurs pages, décrit ces 18 types de supposés manifestations radiologiques des subluxations, incluant "malposition flexorale," "malposition rotatoire," "hypomobilité" (aussi appelée subluxation de fixation), "hypermobilité." "motion aberrante," "espace interosseux modifié," "occlusion foraminique," scoliose, et plusieurs autres conditions lors desquelles des "déplacements sérieux" seraient évidents [4]. Je n'ai jamais pu savoir combien de milliards de dollars les chiros ont reçus en paiement depuis que la loi est en vigueur.

Cette nomenclature est simplement un groupe de noms fantaisistes pour des changements dégénératifs mineurs qui surviennent avec l'âge. Les conditions n'ont rien à faire souvent avec les symptômes du patient et ne sont pas modifiées par le traitement chiropratique. Certains de ceux, reconnus par les participants à la conférence ne sont même pas visibles sur les radiographies. En 1997, le Congres américain a amendé la loi permettant le paiement pour les subluxations diagnostiquées par d'autres moyens. Cet amendement doit entrer en vigueur le 1er janvier, 2000.

Les chiros ne s'entendent pas entre eux sur la manière de trouver les "subluxations" et sur les endroits où elles sont localisées. En plus de les voir sur les radiographies, les chiros peuvent les trouver par: (a) la palpation de la colonne vertébrale, (b) en prenant la température cutanée près de la colonne avec un appareil, (c) en concluant qu'un membre inférieur est "fonctionnellement" plus long que l'autre, (d) en étudiant les ombres produites par un appareil qui projette un jet lumineux sur le dos du patient, ou (e) en prenant le poids du patient sur une balance spéciale, et/ou en décelant de "l'irritation des nerfs."  utilisant un appareil. Des investigations clandestines durant lesquelles plusieurs chiros devaient examiner le même patient ont révélé que les diagnostics et traitements proposés variaient énormément d'un chiro à l'autre.

La subluxation est aussi un terme médical. La définition médicale est une dislocation incomplète ou partielle -- une condition, visible sur radiographie, dans laquelle les surfaces osseuses d'une articulation ne sont pas exactement face à face, malgré leur enlignement partiel. Un problème de ce type ne peut pas être corrigée par traitement chiropratique.

Définition élastique

en 1996, dans une tentative pour "uniformiser" la nomenclature chiropratique, l'Association of Chiropractic Colleges donna la définition suivante:

Une subluxation est un complexe de changements articulaires fonctionnels, et/ou
structurels et/ou pathologiques qui compromettent l'intégrité neurale et qui
peuvent toucher un appareil (organique) et l'état général [5].

En 1997, le Foundation for Chiropractic Education and Research a publié une brochure appelée "La subluxation: ce qu'elle signifie pour vous." dans laquelle on mentionne:

Ce que le titre signifie, c'est que la subluxation est un problème articulaire (que
ce soit dans le fonctionnement de l'articulation, un problème physique, ou une
combinaison des deux) qui affecte la fonction des nerfs et par ce fait les
organes et l'état général.

Cette "définition" est ridicule puisque la grande majorité des problèmes de la colonne vertébrale ne touche aucunement d'autres organes ou appareils, ou l'état général. (De plus, c'est un non-sens d'utiliser le consensus pour essayer de définir un concept quin'est pas valable à la base [6]. Si vous voulez vous amuser, demandez au chiro d'énumérer les maladies ou les problèmes de santé que la manipulation de la colonne peut guérir.

L'assassin silencieux?

Vers la fin des années, '80s, la Vertebral Subluxation Research Institute (VSRI) fut fondée par Terence Rondberg, D.C., de Chandler, en Arizona. Rondberg est président de World Chiropractic Alliance (WCA), un groupe de chiros réguliers qui endossent la pratique basée sur les subluxations, et président de Chriopractic Benefit Services, une compagnie qui s'occupe de négligeances professionnelles et qui assure les chiros dont la pratique est basée sur les subluxations. Il est aussi le rédacteur de The Chiropractic Journal (une revue pour les chiros), le Journal of Vertebral Subluxaiton Research, et Health Watch (un bulletin anti-médecins). La VSRI a formé les chiros comment recruter des "volontaires à la recherche" pour les inciter à devenir des patients de chiro à vie. Ces clients ont aussi été formés à utiliser télémarketing et d'autres approches pour inviter la population à devenir volontaires pour une étude nationale sur les problèmes de la colonne vertébrale.

Lors de la première visite au bureau, suite à un examen, on leur remet une brochure -- "The silent killer" (l'assassin silencieux) -- qui explique comment les subluxations peuvent être causées par des traumatismes physiques, chimiques, et émotionels. (La brochure déclare, par exemple, que les additifs alimentaires, la pollution, les aliments gâtés, la peur, l'inquiétude, la haine, l'avidité, la tristesse, la peine, le choc émotionnel et le désappointement sévère, peuvent causer des spasmes musculaires qui donnent lieu à des subluxations.) Lors de la deuxième visite, ils sont incités à faire traiter leurs subluxations.Le programme du VSRI a cessé en 1991 [7]. Toutefois, un questionnaire subséquent de WCA aurait trouvé que 65% des membres qui ont répondu ont dit que le matériel pédagogique utilisé parlait des subluxations comme l'assassin silencieux.

La version anglaise de cet article montre des reproductions d'annonce dans l'annuaire téléphonique au sujet des subluxations. Un distributeur du poster l'appelle "l'aide visuel le plus puissant disponible." Le poster de droite, distribué au mileu des années '80s, déclâre que "les subluxations chiropratiques peuvent être votre pire ennemi" et que "les ajustements de la colonne éliminent cet ennemi."

Un pamphlet de formation WCA de 1992, écrit pour les assistants chiropratiques par l'épouse de Ronderg, Cindy, décrit comment le concept de subluxations peut être expliqué aux patients:

Lorsque -- par le biais de stress physique, mental ou chimique -- une des 24 vertèbres de la colonne devient mal enlignée légèrement, on appelle cela une subluxation. Lorsqu'elle survient, elle met de la pression sur des nerfs délicats, et l'organe ou la partie corporelle à l'autre bout du nerf ne reçoit pas les propres signaux sur lesquels cette partie dépend. Cela a été comparé à quelqu'un qui met le pieds sur un boyau d'arrosage, nuisant au courant de l'eau. La subluxation vertébrale fait exactement la même chose, interférant avec les messages du cerveau à l'organisme. Quand la communication du cerveau à l'organe est dérangée, une dysfonction en résulte et la maladie peur éventuellement se développer [8].

Patient Media, Inc., une compagnie qui vend du matériel d'éducation du patient offre une approche un peu plus subtile mais épeurante. Son pamphlet sur "Subluxation" déclare:

Les subluxations sont sérieuses!

Toutefois, l'aspect le plus important d'une subluxation est son effet sur votre système nerveux. Compromettant la façon que votre système nerveux contrôle et régularise votre corps peut avoir de graves conséquences. Les communications corrompues entre votre cerveau et votre corps peuvent causer toutes sortes de problèmes de santé au delà des maux de tête et maux de dos. . . .

Il y a trois causes principales des subluxations. Les causes physiques incluent des chutes, des accidents, des mouvements répétés et des soulèvements inappropriés. Le stress, la colère et la peur sont des exemples de causes émotionnelles de subluxations. L'alcool, les drogues, la pollution et un mauvais régime alimentaire peuvent être des causes chimiques de subluxations. . . .

Vous pouvez avoir des subluxations sans jamais le savoir. Comme la carie dentaire ou le cancer, les subluxations peuvent être présentes sans signe quelconque apparent. Les résultats d'un examen minucieux peut identifier la localisation et la gravité de toute subluxation que vous pouvez avoir [9].

Démarches de la FTC

Des avertissements concernant les "subluxations" existent bien avant la création de VSRI et apparaissent encore dans bien des annonces, brochures, et posters des bureaux. Par exemple, un pamphlet beaucoup distribué par Koren Publications prévient le public que:

Une subluxation vertébrale est une anomalie de la colonne qui interfère avec vos
nerfs. Elle peut causer la maladie ou diminuer votre résistance à la maladie. Elle peut aussi causer de la douleur, un déséquilibre, de la fatigue et peut paver la voie à des problèmes de santé. Elle est souvent appelée, "l'assassin silencieux" parce qu'elle peut tranquillement gruger votre santé et votre vitalité sans que vous vous en apperceviez. .
.
Les subluxations sont tellement communes qu'elles peuvent être considérées comme
épidémiques -- presque tout le monde en a.
Les subluxations peuvent vous miner votre santé un peu à la manière des termites qui peuvent détruire la fondation de votre résidence. . . Quand les symptômes sont évidents, une partie des dommages causés par les subluxations de longue durée seront peut-être irréversibles.
 
C'est pour cette raison que des examens périodiques de la colonne vertébrale devraient faire partie de la routine de santé de chaque famille. La correction des subluxations silencieuses aujourd'hui peut empêcher la maladie qui plus tard dans votre vie ne pourrait pas être ignorée [10]

Le président de la compagnie Ted Koren, D.C., est un gradué 1977 de Sherman College of Chiropractic, le plus "traditionnel" des collèges de chiropratique. La compagnie publie un grand nombre de pamphlets d'enseignements pour patients au sujet des subluxations, qui suggèrent que les soins de manipulation de la colonne vertébrale peuvent aider tous les problèmes médicaux. Un compte rendu de 1998 relié au colloque de 12 heures donné par Koren sur "La supériorité naturelle de la chiropratique" a déclaré qu'un total de 24 millions de ces pamphelts ont été distribués partout dans le monde. Des pamphlets portant sur l'éducation du patient plus récents maintenaient qu'un "ajustement chiropratique peut faire la différence entre la vie et la mort" et "lorsque votre corps est libre de subluxations, votre capacité de vous guérir vous-même, votre "guérisseur interne," est plus en mesure de faire face à tous vos problèmes de santé."

Claims made in some of Koren's brochures were challenged by the Federal Trade Commission. (Les déclarations faites dans quelques pamphlets de Koren étaient contestées par la Federal Trade Commission). Dans un catalogue de 1998, Koren aurait déclaré:

La FTC maintient que les chiropracticiens peuvent dire à leurs patients que leurs soins sont bénéfiques que pour les douleurs lombaires. Rien d'autre, pas les subluxations, le bien-être, les céphalées, les douleurs sciatiques, les allergies, la santé des enfants, les otites, le coup de fouet (syndrôme cervical traumatique ou 'whiplash'), etc. Malgré la déclaration dans ce qui est écrit dans Koren Publications, à savoir que les traitements de chiropratique ne sont pas faits pour des maladies mais bien pour la correction de subluxations, la FTC n'aime pas "l'impression" donnée aux patients et à la population [11].

En octobre 1998, Rondberg a intenté un procès pour arrêter les procédures de la FTC contre Koren et d'autres chiros pensant comme lui. Affirmant que les publications de Koren (et par le fait les siennes) devraient être protégées par le droit Constitutionnel à la liberté de parole, la poursuite déclarait:

Au milieu de l'année 1998, la FTC a conclu que les activités du Dr Koren constituaient des réclâmes erronnées et des pratiques de commerce trompeuses. La FTC lui aurait envoyé un ordre de consentement et une plainte administrative proposés. La FTC lui a dit de signer l'ordre de consentement ou faire face à des procédures administratives longues et coûteuses. L'entente de consentement à la base empêche le Dr Koren de faire des déclarations publiques au sujet des bénéfices de la chiropratique à moins que les prétentions soient appuyées par des études scientifiques que la FTC croit être autorisées et valides. . .

Le Dr Rondberg ne croit pas que la chiropratique soit une guérison absolue ou même un traitement pour toute maladie ou condition autre que la subluxation vertébrale. Toutefois, tous les chiropracticiens croient que gardant la colonne vertébrale saine et corrigeant l'interférence des nerfs vertébraux puissent avoir un effet bénéfique, et peut parfois mener à une résolution de certaines conditions médicales. Mais le Dr rondberg souligne que le but de la chiropratique est de corriger l'interférence des nerfs vertébraux, non pas de traiter toute maladie ou condition médicale [12].

Le 16 novembre 1999, un juge fédéral a accordé à la FTC une motion de rejeter leur poursuite.

En 2001, la FTC a abandonné ses efforts de limiter les prétentions de Koren. La FTC elle-même n'a fait aucune déclaration publique, mais des articles dans des publications de chiropratique décrivent une investigation qui s'est terminé en juin 2001 [13]. 

Pas tous les chiropracticiens considèrent l'investigation de la FTC comme injustifiée. John Triano, D.C., Ph.D., un chercheur très renommée en chiropratique, a décrit certaines de déclarations de Koren comme "étant affligées par une absence de valeur scientifique." Dans un reportage dans les nouvelles en 1998, il aurait dit, "Peut-être que ceux qui demandent des fonds pour la défense légale du Dr Koren seraient mieux servis s'il investissaient dans des fonds pour la recherche en chiropratique pour que l'on puisse produire des preuves efficaces pour ce que nous faisons." [14]

Je suis d'accord avec le docteur Triano. Je crois, moi aussi, qu'une entente de consentement aussi large que celle décrite ci-haut aurait une plus grande signification que toute entente reliée à la santé dans l'histoire de la FTC. Je soupçonne que la FTC a laissé tomber la cause parce qu'elle a conclu que les pamphlets étaient du matériel pour "l'éducation des patients"  plutôt que de la publicité et par le fait à l'abri de la règlementation fédérale. Koren m'a appris que ma "conjecture" est erronnée. [15], mais il a refusé trois demandes de moi de déclarer ce qu'il croit est juste.

 

La ligne de démarcation

En ce qui me concerne, le seul conseil que je donnerais en ce qui regarde les "subluxations" est bien simple. Si un chiro déclare qu'il en a localisé et veut les réparer -- "tueuses" ou non -- allez vous faire traiter ailleurs.

 
Références
 
1. Palmer DD. The Science, Art and Philosophy of Chiropractic. Portland, Oregon: Portland Printing House Company, 1910.
2. Weiss R. Bones of contention. Health 7(4):44-53, 1993.
3. Frogley R. Letter to Stephen Barrett, M.D., 1971.
4. Schafer RC (editor). Basic Chiropractic Procedural Manual, fourth edition. Arlington, Va.: American Chiropractic Association, 1984.
5. Chiropractic paradigm. Association of Chiropractic Colleges, 1996.
 
 

6. Nelson C. The subluxation question. Journal of Chiropractic Humanities 7:46-55, 1997.

7. Bodney DJ. Letter to Stephen Barrett, M.D. May 20, 1998.
8. Rondberg C. The CA Advisor Training Manual: Basic Training for Chiropractic Assistants. Chandler, AZ: World Chiropractic Alliance, 1992.
9. Esteb W. What patients want to know about subluxations. Denver CO: Patient Media Inc., 1999.
 
10. Koren T. What Is a Subluxation?, Philadelphia: Koren Publications, 1995.

11. Chiropractic Wellness: The Practice Building Journal from Koren Publications. Volume 1, 1998-1999, back cover. Distributed October 1998.
12. Rondberg vs. Federal Trade Commission, filed Oct 28, 1998.
13. Feds drop Dr. Koren's case: First amendment rights of health care professionals were at stake. Dynamic Chiropractic, Aug 2001.
14. FTC questions Koren's claims. Is Koren Publications Just the Beginning? Dynamic Chiropractic, Sept 21, 1998, pp 1,17,42,49.
15. Koren T. E-mail message to Dr Stephen Barrett, September 13, 2001.

Pour renseignements additionnels

Dans quelle mesure les chiros peuvent-ils aider la population? Est-ce que consulter un chiro vaut la peine? Si oui, comment trouver un chiro fiable? Ces questions -- pas faciles à répondre -- sont discutées en haut et en large dans Chiropractic: The Victim's Perspective, écrit par George W. Magner, III, et Inside Chiropractic: A Patient's Guide (1999), by Samuel Homola, D.C. Les deux ont été édités par moi et publiés par Prometheus Books. Ensemble, il fournissent l'analyse la plus détaillée du marché de la chiropratique jamais publiée.

 Article revisé et corrections apportées par M Georges-André Tessier le 8 nov. 2003.

Commentaires des lecteurs (voir l'article au site original en anglais.)

Cet article a été revisé le 21 mai, 2006. Traduction mise à jour le 9 fév. 2010é

 
 
 retour à la page d'accueil