Trucs additionnels qui peuvent vous piéger

 

Stephen Barrett, M.D.

Victor Herbert, M.D., J.D.

Ceux qui font la promotion des médecines alternatives parviennent à atteindre la population en sollicitant les émotions. Le vecteur de vente n'est pas la qualité des produits, mais l'habilité des vendeurs à influencer leur auditoire. Leurs meilleures stratégies consistent généralement à "promettre la lune" ou à "dévaloriser" leurs concurrents. À tous et chacun, ils promettent une meilleure santé et une plus longue vie. Ils offrent des solutions pour à peu près tout problème de santé, y compris certains problèmes qu'ils ont inventés. À ceux qui sont en douleur, ils promettent le soulagement. À ceux qui sont incurables, ils offrent de l'espoir. À ceux qui sont soucieux de leur nutrition, ils disent, "Assurez-vous que vous avez tout ce dont vous avez besoin." À un public inquiet au sujet de la pollution, ils disent, "Achetez des produits naturels." Pour les maladies traitées par la médecine conventionnelle, ils offrent "des traitements alternatifs plus sûrs et non-toxiques."Ils ont. par ailleurs, un arsenal de trucs pour se défendre contre la critique. Pour gagner votre adhésion, il n'est pas nécessaire qu'ils parviennent à vous faire accepter toutes les prétentions que nous allons vous présenter plus bas. Il suffit qu'une seule d'entre elles vous rejoigne pour que vous vous fassiez attraper.

"Nous voulons nous occuper de vous sincèrement"

Bien que "s'occuper de vous" puisse apporter un soulèvement psychologique énorme, ça ne rendra pas un remède inutile plus efficace. L'effet peut aussi être de développer une dépendance à une thérapie inappropriée.

"Nous traitons toute la personne."

Il n'y a rien de mauvais à porter attention au style de vie du patient ou à ces préoccupations sociales et émotionnelles en plus de ses problèmes physiques. En effet, les bons médecins ont toujours fait ça. Aujourd'hui, toutefois, la plupart des praticiens qui s'affichent comme "holistiques" ont une pratique de charlatan et n'adopte cette étiquette que pour des raisons de marketing. Peu d'entre eux traitent réellement "toute la personne".

"Aucun effet secondaire"

Les méthodes "alternatives" sont souvent décrites comme plus sûres, douces, et/ou sans effects secondaires. Si cela était vrai, et souvent ce ne l'est pas, leur "remède" serait trop faible pour avoir un effets quelconque. Toute médication suffisamment puissante pour aider quelqu'un sera aussi assez puissante pour avoir des effets secondaires. L'approbation de la FDA nécessite des preuves que les probabilités de bénéfices d'un médicament sont supérieures aux risques d'effets indésirables.

"Nous nous attaquons à la cause de la maladie"

Les charlatans affirment que, quoiqu'ils fassent, le traitement qu'ils administrent va non seulement guérir la maladie, mais qu'il va aussi prévenir la récurrence. Cette affirmation est fausse. La maladie peut être reliée à plusieurs facteurs, internes et externes, dont certains ont été identifiés et d'autres sont inconnus. Les soins médicaux scientifiques peuvent prévenir certaines maladies et réduire les risques d'une grande variété d'autres.

"Nous traitons les faillites de la médecine conventionnelle"

Il est souvent suggéré que la population recherche les méthodes "alternatives" parce que les médecins sont brusques, et que si les médecins étaient plus attentifs, leurs patients ne consulteraient pas les charlatans. Il est vrai que cela peut arriver, mais la plupart des soins des charlatans ne sont pas des soins médicaux. Attribuer la persistance des charlatans à la faute des médecins pourrait être comparé à blâmer les astronomes sur la popularité de l'astrologie. Les besoins de certaines personnes surpassent les soins de santé éthiques, et scientifiques. Il y a des personnes qui ont un sentiment profond d'antagonisme envers les soins de la médecine conventionnelle et le concept des méthodes scientifiques. Mais la raison principale du succès des charlatans est plutôt leur habilité de séduire la population qui ne s'en rend pas compte, par crédule, ou par désespérée. Il y a plusieurs années, une enquête faite dans la Nouvelle-Zélande aurait montré que la plupart des patients souffrants de cancer qui recevaient des traitements "alternatifs" étaient satisfaits des soins reçus en médecine conventionnelle mais considéraient les soins "alternatifs" comme un complément [1]. Une plus récente étude aurait démontré que seulement 4.4% des personnes interrogées rapportaient faire principalement appel à des thérapies alternatives pour leurs problèmes de santé. L'auteur a conclu:

En plus d'être plus instruits et de statut économique plus modeste, les utilisateurs ne semblent pas faire appel aux médecines alternatives tellement parce qu'ils sont insatisfaits avec les
thérapies conventionnelles mais plutôt parce qu'ils trouvent ces soins alternatifs sont
plus compatibles avec leurs propres valeurs, croyances, et orientations philosophiques
de vie et de santé [2]

"Pensez positivement!"

Beaucoup de promoteurs charlatans suggèrent qu'utiliser leurs méthodes va fournir un bénéfice mental qui surpasse les propriétés physiques de leur remède. Ceci est typiquement décrit avec des expressions comme "interaction corps-esprit". ,"victoire de l'esprit sur la matière", ou le pouvoir de la pensée positive. Une attitude positive peut rendre les gens plus aptes à suivre un régime de traitement efficace. Contrairement à ce qu'affirme la "sagesse populaire", il y a peu de preuves scientifiques que l'optimisme ou la foi dans un traitement puissent prolonger la vie ou guérir plus rapidement une maladie. Même s'il y en avait, elles ne l'emporteraient pas sur les dangers d'une confiance déplacée.

"Suivez le mouvement"

Les charlatans et les trafiquants de vitamines utilisent plusieurs stratégies pour laisser entendre que leurs méthodes sont populaires (qui n'est pas nécessairement vrai), que la popularité est un signe d'efficacité (ce qui souvent n'est pas vrai), et que pour cette raison vous devriez les essayer. Ces méthodes peuvent inclure des soutiens publics ou des témoignages (qui sont fondamentalement trompeurs) ou des statistiques (qui sont typiquement gonflées). Les statistiques peuvent inclure le nombre de consommateurs qui utilisent hypothétiquement une méthode, depuis combien d'années, la méthode est employée, le nombre de praticiens qui la prescrivent ou l'administrent, et/ou depuis quand un praticien ou un établissement sont en fonction.

Méthodes qui ont "traversé l'épreuve du temps" ou qui sont "utilisées depuis des siècles"

Ce truc consiste à suggérer qui le temps durant lequel un remède a été utilisé est une mesure de son efficacité. Ses promoteurs affirment que si un remède n'avait pas été efficace, il ne resterait pas disponible. Certains promoteurs prétendent (parfois avec raison, d'autres fois non) que leurs méthodes ont été transmises de génération en génération, qu'elles sont imprégnées de sagesse traditionnelle, qu'elles sont dérivées d'anciens écrits, ou d'autres choses semblables. La fausseté de ce truc est évidente si on se penche sur le fait que l'astrologie a survécu pendant des milliers d'années sans preuve fiable de sa validité. Il est à noter, aussi, que plusieurs méthodes véritablement efficaces ne survivent que temporairement, parce qu'elles sont remplacées par d'autres méthodes plus efficaces.

"Appuyées par des études scientifiques"

Parce que la plupart des gens considèrent les preuves scientifiques comme un plus, les promoteurs non-scientifiques affirment parfois qu'ils les ont obtenues alors que ce n'est pas vrai. Leurs écrits peuvent mettre en référence des douzaines ou même des centaines de publications qui supposément appuient ce qu'ils disent. Mais les références qu'ils citent peuvent être introuvables, mal interprétées, périmées, non reliées, non existantes, et/ou basées sur des recherches pauvrement structurées. L'exemple classique est le livre d'Adelle Davis: Let's Get Well, qui dresse une liste de 2,402 références. Or, une vérification a révélé que plusieurs de ces références n'étaient pas d'accord avec les idées du livre et que certaines n'étaient même pas reliées aux parties du texte dans lesquelles elles étaient citées. Ce qui compte n'est pas le nombre de références mais bien leur qualité et leur pertinence-ce qui est impossible ou très difficile de juger pour le lecteur normal.. Lorsqu'ils discutent avec des experts, les charlatans peuvent affirmer que "certains aspects de ce qu'ils font n'est pas bien compris". Ils suggèrent par là que les autres aspects de leur pratique sont plus solidement fondés et que ceux qui ne le sont pas encore le deviendront éventuellement.

"Des études sont actuellement en marche"

Si aucune étude existe, les charlatans vont souvent affirmer que la recherche est actuellement en marche. Si cela est vrai, ils donnent l'impression que si leurs méthodes n'étaient pas efficaces, les chercheurs de renom ne consacreraient pas le temps et les fonds pour les évaluer. Si l'étude s'avère négative, les charlatans vont rapidement déclarer que l'étude n'avait pas été bien structurée. De plus, dans bien des cas, leur affirmation est une complète fabrication.

"Prenez en charge votre santé"

Ce slogan est probablement le plus puissant dans le sac de trucs des charlatans. Les gens généralement aiment se sentir en contrôle de leur vie. Les charlatans profitent de ce fait en donnant à leurs clients des tâches comme prendre des vitamines, préparer des aliments spéciaux, faire de la méditation, etc. L'activité peut être un encouragement psychologique, mais croire à des choses fausses coûte cher. Le prix peut être financier, psychologique (quand le désenchantement s'installe), physique (quand la méthode est dommageable, ou le patient abandonne le traitement connu comme efficace), ou social (détournement des activités plus constructives) [3]

"Pensez à vous"

Les charlatans insistent auprès de la population pour qu'elle ne tienne pas compte des preuves scientifiques (qu'ils ne peuvent pas présenter) mais plutôt de l'expérience personnelle (la leur ou celle des autres). Mais l'expérience personnelle n'est pas le meilleur moyen de savoir si une méthode est efficace. Quand quelqu'un se sent mieux après avoir utilisé un produit ou une méthode, c'est normal d'attribuer l'effet à ce qui a été fait. La plupart des maux durent un certain temps, et même les maladies incurables, chroniques, ont des variations quotidiennes qui aident les charlatans à attirer des foules de disciples. De plus, faire quelque chose produit souvent un effet bénéfique temporaire (l'effet placebo). Pour ces raisons, l'expérimentation scientifique est presque toujours nécessaire pour établir si des méthodes de traitement sont réellement efficaces. L'expérience individuelle va rarement servir de base pour séparer cause réelle et simple coïncidence. Les chances du succès d'un traitement ne peuvent pas être déterminées sans que les participants prennent part à une étude bien structurée qui tient compte des faillites aussi bien que des succès -ce que les charlatans ne font pas.

"Qu'est-ce que vous avez à perdre?"

Les charlatans et trafiquants de vitamines aimeraient vous faire croire que leurs méthodes sont sans danger et par conséquent que vous n'avez rien à perdre en les essayant. Si une méthode ne fonctionne pas, est-ce que les chances qu'elle soit dommageable importent? De plus, certaines méthodes de charlatans sont dommageables directement; d'autres font du tort en détournant les gens des méthodes prouvées comme efficaces. Toutes font gaspiller le temps et l'argent de la population.

"Si seulement vous étiez venus plus vite."

Cette expression est pratique quand le traitement ne réussit pas. Elle encourage les patients et leurs survivants à ne pas faire face au fait que consulter un charlatan était une erreur.

"La science n'a pas toutes les réponses"

Les charlatans utilisent ce truc pour suggérer de chercher au-delà de ce que la science peut offrir. Ils sous-entendent que, puisque les soins médicaux sont limités, eux aussi peuvent avoir des limites. La science médicale n'affirme pas avoir toutes les réponses, mais son efficacité croît constamment. L'idée que la population se tourne vers les remèdes de charlatans quand elle est frustrée par l'inhabilité de la science de contrôler une maladie n'est pas rationnelle. Le charlatanisme n'a pas plus de réponses ni de méthodes pour en trouver.

"N'ayez pas peur de faire des expériences."

Ce conseil est basé sur le cliché qui veut que "ce qui est efficace pour une personne ne sera pas nécessairement efficace pour une autre personne avec le même problème." Bien que cette déclaration soit littéralement vraie, les méthodes scientifiques nous aident à déterminer quelles méthodes seraient plus susceptibles d'être efficaces et quelles sont celles qui ne valent pas la peine d'être essayées. Si un baril est plein de pommes qui sont manifestement pourries, est-ce nécessaire de goûter à chacune d'elles pour voir s'il y en a une qui a bon goût?

"Travaillons ensemble."

Ce truc est utilisé pour donner une image de "bons diables" aux charlatans tout en suggérant que leurs critiques ne le sont pas. "Puisque la science n'a pas les réponses", ils peuvent dire: "mettons nos différences de côté et travaillons ensemble pour le bien commun". Cela serait très bien s'ils avaient quelque chose à offrir en plus des promesses vides. Les promoteurs de "médecine complémentaire" affirment intégrer la médecine scientifique et la médecine "alternative," en utilisant le meilleur des deux. Est-ce bénéfique d'ajouter des méthodes inefficaces à celles qui sont efficaces? Est-ce que ça fait du sens d'aller voir quelqu'un qui utilise le "meilleur" des méthodes inefficaces? Est-ce que quelqu'un dont le raisonnement est assez mauvais qu'il croit à des choses comme l'homéopathie serait apte à fournir des soins médicaux de haute qualité? Est-ce que les praticiens "complémentaires" utilisent des méthodes fiables aussi souvent qu'ils devraient? De ce que nous avons vu, la réponse à ces questions est définitivement non.

"Gardez l'esprit ouvert."

Les charlatans se montrent comme des innovateurs et suggèrent que leurs critiques sont rigides, élitistes, biaisés, et fermés à de nouvelles idées. En réalité, ils décrivent les choses à l'envers. Le point important est l'efficacité de la méthode. La science fournit les moyens de juger et rejeter des idées non fondées. La science médicale progresse avec des nouvelles méthodes plus efficaces qui remplacent des méthodes moins efficaces. Les méthodes des charlatans persistent du moment qu'elles sont vendables. Même après qu'elles ne sont plus là, elles peuvent encore être glorifiées. Garder vraiment l'esprit ouvert implique d'aller vers les invetigations objectives plutôt que vers ses propres préjugés [4]. Rejeter des idées qui ne sont pas prouvées et n'ont pas de raisonnement acceptable ne veut pas dire ne pas avoir l'esprit ouvert, ni se fier sur une énorme quantité de connaissances scientifiques comme guide pour donner conseils et prendre des décisions pratiques.

"Pourquoi ne faites-vous pas un bon ménage de votre maison?"

Ce genre de question est soulevée le plus souvent dans des débats entre les praticiens scientifiques et les "alternatifs," habituellement quand ces derniers ne sont pas médecins. Son but est de faire paraître le critique comme quelqu'un qui se mêle de tout ou qui cherche la chicane. Une de leurs répliques favorites est, "Pourquoi vous ne faites pas quelque chose au sujet de la chirurgie non nécessaire?" La réponse simple est que les défauts des soins médicaux ne justifient aucune forme de charlatanisme. La chirurgie non nécessaire est un abus d'une chose qui est efficace, et est complètement différent du charlatanisme, qui est l'utilisation de moyens qui sont inutiles, qui ne fonctionnent pas. Une autre grande différence est que le charlatanisme est organisé. Il n'y a pas d'organisation nationale de "chirurgiens consacrés à la chirurgie inutile," mais il y a des organismes nationaux consacrés au charlatanisme. De plus, contrairement à des membres de la communauté scientifique, les charlatans vont rarement critiquer leurs propres méthodes ou celles de leurs collègues.

"Prouvez que j'ai tort!"

Les charlatans essaient de reverser le fardeau de la preuve en demandant aux critiques de prouver qu'ils ont tort. Ou ils vont dire, "Comment savez-vous que la méthode n'est pas efficace, si vous ne l'avez pas essayée?" Mais il n'y a pas assez de ressources pour évaluer toutes les idées qui sont proposées. Pour cette raison, les scientifiques tendent à ne se pencher que sur celles qui semblent les plus prometteuses. Selon les règles de la science, le fardeau de la preuve demeure à la charge de la personne qui fait l'affirmation. Les méthodes non prouvées dépourvues d'une base plausible devraient être considérées comme inutiles à moins d'être prouvées autrement. L'expérience personnelle n'est pas un substitut à l'évaluation scientifique.

"Nous n'avons pas les ressources financières pour la recherche."

Quand on leur lance un défi au sujet du manque de preuves scientifiques pour appuyer ce qu'ils prêchent, les promoteurs du charlatanisme affirment souvent qu'ils n'ont pas l'argent pour la recherche. Toutefois, la recherche préliminaire ne nécessite ni de grands fonds ni de grands efforts. Les ingrédients principaux sont les observations cliniques consciencieuses, la documentation détaillée, et le suivi à long terme. Les adeptes des méthodes "alternatives" ne font à peu près jamais cela. La plupart de ceux qui se plaignent du manque de fonds de recherche ne le font que pour attirer la sympathie de la population. La dernière chose qu'ils veulent c'est une évaluation scientifique qui pourrait prouver qu'ils ont tort. Si une étude scientifique était faite et qu'elle s'avérait négative, les disciples maintiendraient qu'elle était mal faite, et que les évaluateurs étaient biaisés. Les promoteurs des produits supposés "naturels" (suppléments diététiques et herbes) souvent se plaignent de la difficulté à avoir accès aux ressources financières parce que leurs produits ne peuvent pas être brevetés et que, par conséquent, les entreprises pharmaceutiques sont peu motivées à les évaluer. Cette affirmation est vraisemblable en ce qui concerne certains produits, mais certainement pas pour tous. Prenons, par exemple, l'aspirine (acide acetyl salicilique)! Malgré sans brevet, de multiples études ont été publiées sur ce médicament.

"Je suis trop occupé à soulager les gens malades."

Les charlatans utilisent cette réponse quand on leur demande la raison pour laquelle ils n'ont pas documenté leurs supposés bons résultats et pourquoi ils ne les ont pas publié dans un journal scientifique? La question clé, évidemment, est: Comment pouvez-vous être sûr de l'efficacité d'une méthode si vous n'avez pas enregistré soigneusement vos résultats. La bonne réponse est que vous ne pouvez pas. Même garder des notes d'une façon simple apporterait de l'information significative. En 1983, un naturopathe du nom de Steve Austin aurait visité la Gerson Clinic et demandé s'il pouvait suivre le progrès de trente patients souffrant de cancer. Il n'a pu rejoindre que 21 de ces patients par l'entremise de lettres annuelles ou d'appels téléphoniques. À la cinquième année, seulement un patient était vivant (mais toujours avec son cancer); les autres avaient succombé à leur cancer.

"Galiléo était persécuté!"

L'histoire de la science est ponctuée par des épisodes où les grands pionniers et leurs découvertes ont fait face à de la résistance. William Harvey (définition de la circulation du sang), Joseph Lister (techniques antiseptiques) et Louis Pasteur (théorie bactérienne) sont des exemples typiques. Les charlatans d'aujourd'hui maintiennent qu'eux aussi sont des scientifiques en avance sur leur temps. Un examen minutieux, toutefois, va révéler combien peu probable celà peut être. Galiléo, Harvey, Lister, et Pasteur ont surmonté leur opposition en démontrant la solidité de leurs idées.

"La liberté de choix en mati`ère de santé"

Les charlatans utilisent le slogan 'health freedom' ('libre choix en santé') pour détourner l'attention loin d'eux et plutôt vers les victimes des maladies avec lesquelles nous sympathisons naturellement. Les charlatans qui insistent sur l'idée que la "population doit avoir le droit de choisir le traitement qu'elle veut" voudraient que l'on ferme les yeux sur deux choses. La première est que personne n'aime se faire duper, surtout en ce qui a trait à la vie et la santé. Les victimes de maladies ne demandent pas de traitements de charlatans parce que c'est "leurs droits", mais parce qu'elles ont été persuadées qu'il y a de l'espoir. Deuxièmement, les lois qui interdisent les cures inutiles ne sont pas dirigées envers les victimes, mais vers les promoteurs qui essaient de les exploiter. Ces lois requièrent simplement que les produits offerts sur le marché de la santé soient sûrs et efficaces. S'il s'agissait seulement du manque de danger, toute substance qui ne vous tuerait pas sur le coup pourrait être offerte aux crédules.

"Nous offrons des alternatifs"

Les promoteurs du charlatanisme sont habiles dans l'usage de slogans et de mots à la mode. Durant les années '70, ils ont popularisé le mot "naturel" comme un mot magique dans la vente. Durant les années '80, le mot "holistique" est devenu populaire. Aujourd'hui, le mot à la mode est "alternatif" (ou médecine alternative ou douce). Employé correctement, il réfère aux méthodes qui ont une valeur égale pour un but particulier. (Un exemple serait deux antibiotiques efficaces contre un envahisseur particulier.) Lorsqu'appliqué à des méthodes douteuses, toutefois, le mot est trompeur parce que les méthodes qui ne sont pas sûres ou efficaces ne sont pas des moyens "alternatifs" à des traitements reconnus comme efficaces. Pour cette raison, on place le mot "alternatif" en guillemets quand il réfère à des méthodes généralement non acceptées par la communauté scientifique et sans raisonnement plausible [5].

Références

1. Clinical Oncology Group. New Zealand cancer patients and alternative medicine. New Zealand Medical
Journal 100:110-113, Feb 25, 1987.
2. Astin JA. Why patients use alternative medicine: Results of a national study. Journal of the American
Medical Association 1548-1553, 1998.
 
3. Jarvis WT. How quackery harms cancer patients. Quackwatch, Oct 11, 2006.

4. Adler JE. Open minds and the argument from ignorance. Skeptical Inquirer 22(1):41-44, 1998

5. Barrett S. Be wary of "alternative" health methods. Quackwatch, feb 10, 2004

 

Cet article fait partie de l'information de The Vitamin Pushers: How the Health Food Industry is Selling Americans a Bill of Goods.

Cet article a été revisé le 18 sept. 2007 et mis à jour le 9 janv. 2010

 

Retour à la page d'accueil.||| More characteristics of Quack theories

 

Revision de l'article et corrections apportées par M Georges-André Tessier le 1er mar, 2004