Crème "Wild Yam" un risque à la santé des femmes

 

Timothy Gorski, M.D.

 

Plusieurs femmes sont encouragées d'acheter et utiliser la crème "Wild Yam," une pommade qui est supposée donner un soulagement des symptômes prémenstruels et de la ménopause. La préparation est fabriquée par la compagnie appelée "NATURAL efx" dont la promotion est faite avec des témoignages, une recommandation d'un docteur Betty Kamen, et des tirés à part extraits de la littérature médicale appuyant les réclâmes à son sujet.

Selon la littérature promotionnelle, "le désiquilibre hormonal!!!" et "dominance estrogénique" causent les "crampes, les migraines, le ballonnement, la sensibilité des seins, les "chaleurs," la difficulté de perdre du poids, le manque d'énergie, la dépression -- des changements d'humour, des tumeurs fibroïdes, de l'endométriose -- la stérilité, histoire familiale femme -- cancer relié, concentration brouillée, la périménopause, [et] la perte de poids." Ces conditions sont supposées être effectivement traitées avec l'application du produit deux fois par jour. Aussi maintenu est que la crème "augmente le libido, améliore l'énergie, la vigueur et l'endurance, stimule la production d'estrogène par l'organisme, de la progestérone, la testostérone, [et] d'autres hormones," et que "les femmes rapportent [une] sensation globale de bien-être et d'euphorie." On déclare aussi que "les progestines synthétiques ont des effets secondaires sérieux" tandis que "la progestérone naturelle n'en a pas" et que la seule raison la précédente est utilisée est qu'elle est brevetable. Finalement, même les hommes déclarent avoir bénéficié du produit, qui "aiderait l'équilibre de la testostérone sans effets féminisants."

Il y a, évidemment, raison de supposer que les hormones jouent un rôle dans plusieurs de conditions mentionnées. Pour certaines, toutefois, ce rôle reste incertain ou peu probable. Il est certainement injustié de dire que la "dominance estrogénique" est la cause de toutes les conditions mentionnées et qu'un produit de progestérone puisse les prévenir, soulager, ou guérir. Dans le syndrôme prémenstruel, par exemple, des essais à double insue, aveugles, ont démontré que la supplémentation avec la progestérone n'est pas meilleure qu'un placébo. Aussi, faux de façon catégorique, est le maintien que les progestines synthétiques sont dangereuses tandis que la progestérone naturelle est sans danger. La progestérone sous toute forme peut causer des effets secondaires. En plus, la progestine majeure synthétique aujourd'hui utilisée (la médroxyprogestérone) n'est plus brevetée depuis quelque temps. Elle est généralement préférée à la progestérone -- qui est aussi produite synthétiquement -- parce qu'elle est plus facilement absorbée par voie orale.

La déclaration la plus évidemment erronnée est que la "yam (igname, ou patate douce) mexicaine", dioscorea villosa, d'où la crème est extraite supposément, est une source de progestérone. Elle ne l'est pas. En réalité, les substances hormono-actives principales présentes dans la plante seraient probablement estrogéniques. Les extraits de D. villosa en effet contiennent des quantités significatives de la substance diosgénine. La plante est alors très utile parce que dans le laboratoire -- pas dans l'organisme -- la diosgénine peut être utilisée pour synthétiser les hormones stéroïdes incluant la progestérone. En effet, c'etait cette découverte qui a mené aux premiers contraceptifs (anovulents) oraux disponibles commercialement. La progestérone mentionnée comme ingrédient de la crème "wild yam" peut très bien avoir été extraite de cette façon au laboratoire de la diosgénine naturelle. Mais cela, évidemment, n'est pas mentionné dans la littérature du produit.

Aussi non mentionné est le fait que, une fois introduite dans l'organisme d'une façon quelconque efficace (incluant par la peau), la molécule de progestérone peut être métabolisée à une grande variété d'autres composés incluant les estrogènes, androgènes, et même les corticoïdes. En effet, toutes ces hormones vitales sont des produits de la production continuelle de progestérone et de sa conversion physiologique dans les ovaires, les testicules, et surrénales. Une partie de l'utilité des progestines synthétiques, d'un autre côté, est qu'elles ne sont pas sujettes à ces canaux biochimiques mais sont capables de produire leurs effets désirés jusqu'à leur métabolisation et excrétion.

Alors, non seulement y-a-t'il peu de raison de supposer que la crème Wild Yam puisse aider les conditions médicales mentionnées pour lesquelles elle est promue, mais il est douteux qu'elle puisse être aussi utile que la progestérone synthétique.

Le plus grand danger possible de ce produit et sa promotion déceptive est qu'elle peut influencer beaucoup de femmes ménopausées à évitér ou laisser tomber le remplacement hormonal indiqué (HRT), qui a d'énormes bénéfices prouvés dans la diminution des chaleurs, de l'atrophie vaginale et d'autres symptômes; réduction de la perte de densité osseuse; et la prévention d'athérosclérose. Ceci est spécialement tragique puisque tant de femmes déjà ont de la difficulté à maintenir un régime de HRT régulier. La dernière chose que les femmes américaines ont besoin est une autre "alternative naturelle" popularisée par une campagne de déception au dépend de leur vie et santé.

En plus de ces inquiétudes, la Crème Wild Yam est plus dispendieuse. Le coût pour un mois est autour de $27, comparé aux médicaments prescrits Prémarine et Estrace coûtent $12 et $18 chacun.

____________________

Le docteur Gorski practique l'obstétrique et la gynécologie à Arlington, Texas et est le président du Greater Dallas-Fort Worth Council Against Health Fraud. Cet article est reproduit du numéro de mai/juin de Nutrition Forum.

Retour à la page d'accueil.