logo
Accueil » Ressources » Bibliothèque
Bibliothèque Sceptique

Un antidote contre la crédulité et un guide pour les travaux scolaires

Vous cherchez, par exemple, dans quel livre il y aurait une approche critique du phénomène de la combustion spontanée ou d'une autre croyance paranormale, religieuse ou pseudoscientifique ? La liste ci-dessous indique les sujets traités dans différents ouvrages sceptiques écrits en français (pour chaque thème, les ouvrages sont triés par année de parution - du plus récent au plus ancien). Le nombre de pages est indiqué lorsque les sujets n'apparaissent pas explicitement dans la table des matières.

Oeuvres par thème et date de parution

 

CROYANCES ET RELIGION

 

Dieu

Pour en finir avec Dieu, Richard Dawkins, 500 p., 2008, éd. Tempus.

Dawkins affirme que " l'hypothèse de Dieu " est une hypothèse scientifique réfutable et qu'il faut donc l'analyser avec le même scepticisme que n'importe quelle autre. Il s'inscrit en faux contre le fait que les convictions religieuses jouissent d'un mur anormalement épais de respect et de protection, comme si elles avaient le même niveau de compétence qu'un philosophe, un juriste ou un médecin, et il pose des questions clés. Existence et non-existence de Dieu ont-elles des probabilités égales de succès ? Quelles sont ces questions fondamentales dans lesquelles la religion est l'invitée de choix et devant lesquelles la science doit-elle s'effacer respectueusement ? Que se passe-t-il quand la Templeton Foundation finance des essais expérimentaux sur la validité de la prière dans l'amélioration de la santé de malades ? Puis il réfute les arguments pour l'existence de Dieu avant de découdre quelques confections créationnistes. D'où vient notre sens moral ? Dawkins y répond avec une logique darwinienne avant de terminer sa démonstration par des réponses aux principales critiques qui lui sont adressées.

L'empire des croyances

L'empire des croyances, Gérald Bronner, 268 p., 2003, éd. Presses Universitaires de France.

La croyance est une caractéristique typiquement humaine qui accompagne notre espèce depuis des millénaires, et l'auteur pose la question : « Les progrès de la science sont-ils en mesure de faire disparaître les croyances ? » Amorçant une réflexion qui débouche sur les rapports entre connaissances et croyances, et les différents chemins de construction de ces dernières, l'auteur examine ensuite les liens entre le vouloir et le croire, et les conditions d'émergence des croyances. Bronner conclut sur les échanges cognitifs, qui incluent les croyances, comme faisant partie des processus d'offre, de demande, de concurrence et de monopole. CL

Dieu

Dieu face à la science, Claude Allègre, 316 p., 1997, éd. Fayard.

Géochimiste, l'auteur a été ministre de l'Éducation dans le gouvernement Jospin de 1998 à 1992. Il étudie dans son ouvrage les deux grands systèmes d'explication du monde, celui de la religion et celui de la science, observant qu'ils occupent un même espace : le champ de la pensée humaine. Suit un intéressant survol historique des heurts entre science et religion, notamment l'affaire Galilée, l'héliocentrisme et l'âge de la Terre. Allègre constate que dans le monde catholique, les sciences nobles ont toujours été les sciences les plus abstraites, car elles s'opposaient moins directement aux dogmes. Il observe aussi que la science, bien que souvent malmenée par l'Église en Occident, s'y est quand même développée mieux que partout ailleurs dans le monde. La raison ? Principalement, la création d'universités relativement indépendantes du pouvoir religieux. Dans un dernier chapitre, Allègre traite des relations religions-science dans le monde moderne. Historiquement, conclut-il, chaque grande confrontation des Églises avec la science s'est soldée par un recul de la religion. Et il ajoute que les textes sacrés ne sont incompatibles avec la science que si on leur attache une signification littérale. Croire ou ne pas croire ? Selon l'auteur, un choix respectable qui doit être respecté.

 

PHILOSOPHIE

 

Sans Dieu

L’enfant, le lion, le chameau, Robert Bernier, 330p., 2010, librairie Renaud-Bray.

Une pensée pour l’homme sans Dieu - Essai de philosophie et de science. Comment l’homme connaît-il le Monde ? Est-il possible à quiconque de prétendre à la Vérité ? La réflexion sur la connaissance montre que celle-ci est soit donnée et garantie par un dieu ou soit construite graduellement sans autre guide ni garantie que l’expérience. La première partie du livre s’attache à démontrer que l’homme ne développe sa connaissance que par l’exercice de ses sens. Mais il faut d’abord établir qu’un univers habité par la conscience humaine est pensable sans l’hypothèse Dieu. Cosmologie, physique quantique, biologie évolutionniste et neurosciences cognitives sont mises à contribution pour établir cette confiance. La deuxième partie du livre illustre, par une considération de l’histoire et de la philosophie, que, de toute évidence, personne n’a jamais reçu la Vérité révélée. Il faut en tirer des conséquences pour la pensée éthique. Si la Vérité n’habite personne, la conclusion essentielle est qu’il ne faut pas se lier à la lettre de la loi, qui sera toujours incomplète, mais plutôt à l’esprit de la loi. Chacun est renvoyé à soi-même, à une exigence éthique des plus hautes. L’humanisme matérialiste est ainsi suprêmement exigeant au point de vue de l’éthique personnelle contrairement à l’image d’abandon et de laisser-aller qui en est trop facilement donnée.

Quebec athee

Québec athée, Claude M. J. Braun, 2010, 467p., Éditions Michel Brûlé

On pourrait penser qu’avant la Révolution tranquille de 1960, le catholicisme dominait presque sans opposition la société québécoise. Dans son ouvrage sur l’histoire de l’athéisme au Québec, Claude Braun, professeur de psychologie, démontre que cela n’était pas le cas. Il raconte l’histoire de nombreuses personnalités – certaines bien connues – qui ont offert une résistance continue à la pensée unique religieuse. Ces libres-penseurs ont joué un rôle important dans l’évolution intellectuelle et sociale de la société québécoise. Ils en influencent notablement le cours encore aujourd’hui. L’essai de Claude Braun ne se borne pas à identifier et à tracer le parcours de grands athées d’ici. Il procède à une explication élaborée de ce que sont, à son avis, la philosophie, l’éthique et l’humanisme athées. Il célèbre ensuite l’athéisme dans la littérature, la poésie, la chanson et le cinéma québécois, avant de décrire une vingtaine d’athées « transcendants » du Québec, dont cinq sont toujours vivants. Vient ensuite une brève histoire de la militance athée et laïque au Québec. Claude Braun termine son exposé en précisant ce que les athées « réclament pour eux-mêmes et le reste de la population ».

Materialisme

Matérialisme et humanisme, Mario Bunge, 296 p., 2004, éd. Liber.

Voilà un excellent ouvrage d'un grand penseur, philosophe et physicien assez mal connu au Québec. Mario Bunge milite pour un humanisme laïque qui repose sur quelques grands principes : rien dans la réalité n'est surnaturel, il n'y a ni surhommes ni races supérieures, il existe de nombreuses valeurs fondamentales et universelles et, enfin, il est tout à fait possible de trouver la vérité sur le monde et sur nous-mêmes. Après avoir finement analysé les grands systèmes de pensée (qu'il appelle " paradigmes cosmologiques "), Bunge opte pour une " cosmologie matérialiste " entendue dans son sens le plus large : " tout ce qui existe est matériel et concret ". Mais il voudrait élaborer à partir de là une nouvelle ontologie plus complète qu'il suggère d'appeler matérialisme émergentiste. Il traite à la fin de l'ouvrage de systémique et de hiérarchie des systèmes, et il donne une excellente explication du concept d'émergence. Bref, Bunge propose une intéressante réflexion sur le scepticisme et sur les pseudosciences.

 

SCEPTICISME

 

Petit cours d’autodéfense intellectuelle

Petit cours d’autodéfense intellectuelle, Normand Baillargeon, 344 pages, 2005, Lux Éditeur.

Ce livre sera tout particulièrement utile aux sceptiques d’entre nous qui n’ont aucune formation scientifique. L’auteur, qui enseigne les fondements de l’éducation à l’Université du Québec à Montréal, veut fournir à ses lecteurs quelques outils indispensables de pensée critique. L’ouvrage, écrit avec humour et de façon très accessible, pourra sûrement intéresser un très large public. Dans le premier chapitre, Normand Baillargeon nous amène à nous méfier de certains pièges du langage, ceux que nous tendent délibérément les politiciens, groupes de pression et agences gouvernementales entre autres. L’auteur poursuit son exposé en présentant de nombreux autres pièges langagiers : les imprécisions volontaires des astrologues et autres charlatans, les messages d’exclusion ou de discrimination souvent distillés dans la langue politiquement correcte, l’art de l’ambiguïté, etc. Dans le chapitre 2, l’auteur nous invite à « compter pour ne pas s’en laisser conter ». À vérifier ces nombres frappants qu’on nous lance constamment, souvent pour la bonne cause. Faisons preuve de vigilance critique devant les données chiffrées, nous invite Normand Baillargeon, qui donne ensuite un cours accéléré de probabilités et statistiques à l’intention du profane. Dans les chapitres suivants, l’auteur traite de l’expérience personnelle, de la science empirique et expérimentale et des médias. AP

L'imposture scientifique en dix lecons

L'imposture scientifique en dix leçons, Michel de Pracontal, 377 p., 2006, éd. du Seuil.

Pour donner suite à notre conférence du 13 juin 2007 sur les controverses scientifiques, voici un ouvrage susceptible d’intéresser ceux qui aimeraient mieux comprendre les erreurs scientifiques, non pas pour décrier la science, mais pour reconnaître les faiblesses des scientifiques. Au-delà de certains commentaires très personnels, l’auteur décrit des cas célèbres d’imposture : la fusion froide, la créature de Roswell, l’homme de Piltdown, etc. En journaliste scientifique conséquent, il ressasse la polémique liée à la découverte du virus du sida qui a bouleversé de manière décisive l’image publique de la science. Mais il nous offre en contrepartie : les dix leçons sur la fabrication d’une imposture scientifique, les cinq sens de l’imposteur et les règles qui l’animent, les sept règles d’or du bon créneau pour asseoir son imposture, les cinq caractéristiques de l’annonce de la mémoire de l’eau, le rôle des médias dans l’annonce de la fusion froide et finalement les trois phases des découvertes « sensationnelles ». À lire absolument, pour comprendre comment les auteurs d’impostures scientifiques rejoignent les méthodes utilisées par les vendeurs de surnaturel. CL

Sokal

Pseudosciences et postmodernisme, Alan Sokal, 224 p., 2005, éd. Odile Jacob.

Dans un précédent ouvrage (Impostures intellectuelles), l'auteur avait vertement dénoncé les dérives du relativisme postmoderne pour lequel l'objectivité n'est qu'une simple convention sociale, et le discours scientifique, un discours parmi d'autres, pouvant se prêter à tous les emplois métaphoriques. Il rappelle ici les grandes caractéristiques du postmodernisme, notamment un engouement pour les propos obscurs, un intérêt excessif pour les croyances subjectives et une trop grande importance accordée au langage par rapport aux faits auxquels ils font référence. Sokal se propose dans cet ouvrage d'examiner dans quelle mesure le relativisme postmodernisme a pu contribuer au développement des pseudosciences. Il observe à ce propos de fâcheuses tendances dans le domaine des soins infirmiers, où l'on pratique le " toucher thérapeutique " et où l'on enseigne dans des manuels la fumeuse " Science des êtres humains unitaires " (un fatras combinant champs d'énergie, pattern et quadridimensionnalité !). Il s'inquiète aussi de l'offensive de certains intellectuels contre la science pour des motifs culturels ou idéologiques. S'il conclut par ailleurs que le postmodernisme n'a pas vraiment favorisé le développement des pseudosciences, il reste préoccupé par le fait que les idées postmodernes contribuent à créer un climat intellectuel peu propice à l'analyse rigoureuse des faits. AP

Broch

Au Coeur de l'Extra-Ordinaire, Henri Broch, 2002, éd. L'Horizon Chimérique.

Acupuncture - Apparitions miraculeuses - Astro-archéologie - Astrologie - Atlantide - Bigfoot - Combustion humaine spontanée - Fatima (Vierge de) - Geller (Uri) - Glozel- Homéopathie - Hominidé congelé - Huile miraculeuse - Île de Paques (les statues de) - Iridologie - Lévitation - Loch Ness (monstre du) - Malédiction du pharaon Toutankhamon - Marche sur le feu - Mémoire de l'eau - Nazca (les pictogrammes de) - Parapsychologie - Perceptions extra-sensorielles - Possession diabolique - Psychokinésie - Pyramides - Radiesthésie - Rhine (J.B.) - Spiritisme - Stonehenge - Télékinésie - Télépathie.

Broch

Devenez sorciers, devenez savants, Georges Charpak et Henri Broch, 232 p., 2002, éd. Odile Jacob.

Les auteurs, respectivement physicien au CERN et prix Nobel de physique 1992, et professeur de physique à l'Université Nice Sophia Antipolis, proposent d'abord d'amusantes expériences de " sorcellerie banale " pour montrer comment des charlatans peuvent abuser du pauvre monde. On apprendra notamment à léviter, à pratiquer la télépathie et à commander mentalement l'arrêt complet de notre cœur. Dans un court chapitre, les auteurs relatent aussi une troublante expérience télévisuelle de psychokinésie qui nous rappelle à quel point la méconnaissance des plus élémentaires lois des probabilités peut tromper le public. Charpak et Broch sont stupéfiés par l'expansion du paranormal dans nos sociétés modernes. À tous les échelons, observent-ils, elles sont gangrenées par l'obscurantisme, un phénomène devenu commercial et international. Mais s'ils se désolent que les pseudosciences profitent de la caisse de résonance des médias, ils sont encore plus effarés par la puissante courroie transmission du paranormal dans le milieu éducatif. Selon des enquêtes d'envergure nationale, les instituteurs français constitueraient le groupe social qui croit le plus au paranormal. AP

Belanger

Sceptique ascendant sceptique, Marco Bélanger, 1999, Stanké.

Les fameux 90 % inutilisé du cerveau - An 2000 - Analyse de prédictions astrologiques - Analyse de performances d'astrologues - Anecdotes historiques portant sur la divination - Astrologie - Calendrier (origine du) - Chiromancie - Coïncidences troublantes entre les présidents Kennedy et Lincoln - Code secret de la Bible - Code universel de la bonne aventure - Concours de prédictions des Sceptiques du Québec - Crop circles - Divination - Effet placebo - Fin du monde - Fraudes de devins - Homéopathie - Loch Ness (monstre du) - Numérologie - Paralysie du sommeil - Pictogrammes dans les champs de blé - Prédictions - Prémonition littéraire du naufrage du Titanic - Prophéties frauduleuses - Prophéties de Malachie - Prophéties de Nostradamus - Thérapies alternatives - Voyance.

Forget

Y croyez-vous ?, Pascal Forget, 1999, éd. Stanké.

Acupuncture - Charlatanisme - Cristaux - Crop circles - Extra-terrestres - Faux souvenirs (phénomène des) - Fées de Conan Doyle - Geller (Uri) - Homéopathie - Loch Ness (monstre du) - Marche sur le feu - Monstre du lac Memphrémagog - Nouvel âge - Ouija - OVNI - Paranormal - Pictogrammes dans les champs de blé - Pizzalogie - Pseudosciences - Roswell - Spiritisme - Télékinésie - Télépathie - Thérapies alternatives - Ufologie - Voyance - X-files.

Hallet

Quand des scientifiques déraillent, Marc Hallet, 1999, éd. Labor.

Crop Circles - Extraterrestres - Fraudes scientifiques - Fusion nucléaire à froid - Homéopathie - OVNI - Paraspsychologie - Pyramidologie - Rayons N - Régression hypnotique - Rhines (J.B.) - Ummites.

Marhic

Le New Age : son histoire, ses pratiques, ses arnaques, R. Marhic et E. Besnier, 1999, éd. Le Castor Astral.

Adamski (Georges) - Animal Liberation Front - Aura - Bioénergie - Biorythme - Blavatsky (Helena) - Bouddhisme - Cayce (Edgar) - Corps éthérique - Corps énergétique - Chakra - Chiromancie - Cristallographie - Dalaï-lama - Dianétique - Druides - Église de la Divinité - Ère du Verseau - Gaïa - Galvanoplastie spirituelle - Gnosticisme - Graphologie - Hindouisme - Hydrothérapie du côlon - Inconscient collectif - Ioniseur - Iridologie - Jung (Gustav) - Kardec (Alan) - Karma - Kinésiologie - Krishna - Krishnamurti - Livre des morts tibétains - Maharishi Mahesh - Maitreya - Mantra - Marche sur le feu - Massage californien - Médecine chinoise - Méditation transcendantale - Morpho-psychologie - Mysticisme - Near death experiences (NDE) - Névraxologie - Nirvana - Orgone - Orthon - Ostéopathie - Pataphysique - Rebirth - Régression - Reiki - Réincarnation - Scientologie - Société de théosophie - Sophrologie - Tarologie - Temple solaire (ordre du) - Théocratie de Findhorn - Thérapie primale - Urinothérapie - Voyage astral - Yoga.

Campion

Légendes urbaines, V. Campion-Vincent et J.-B. Renard, 1998, éd. Petite Bibliothèque Payot.

Cet ouvrage analyse les légendes urbaines. On y retrouve entre autres les mythes suivants bien connus : Alligators dans les égouts de New York - Auto-stoppeurs fantômes - Cannibalisme involontaire - Chat dans le four à micro-ondes - Décalcomanies au LSD - Effet Gremlins - Enfant rôti par la baby-sitter - Reins volés (trafic d'organes) - Traite des Blanches.

Dumont

Les sceptiques grecs, Jean-Paul Dumont, 1996, éd. Presses universitaires de France.

 

Lemoine

Le mystère du placebo, Patrick Lemoine, 1996, éd. Odile Jacob.

 

Majax

Gare aux gourous, Gérard Majax, 1996, éd. Arléa.

Apparition d'un esprit - Chirurgie à mains nues - Décorporation - Extraterrestres - Huiles miraculeuses - Insensibilité à la chaleur - Lévitation - Maîtrise de la douleur - Matérialisation - Prédiction - Radiesthésie - Vision extrarétinienne.

Hallet

Les sciences parallèles, Marc Hallet, 1992, éd. Espaces de Libertés.

Alchimie - Aura - Bible et soucoupes volantes - Catastrophisme - Charroux (Robert) - Comte de Saint-Germain - Constructions sur la Lune - Daniken (Erich von) - Démonologie - Extraterrestres - Flammarion (Camille) - Fluide vital - Geller (Uri) - Kirlian (effet) - Matin des magiciens (Le) - Matérialisation - Nautilus (expérience du) - OVNI - Parapsychologie - Plantes (vie émotionnelle) - Prémonition - Prophéties de Nostradamus - Prophéties de Malachie - Pyramidologie - Rampa (Lobsang) - Rhine (J.B.) - Ron Hubbard - Sorcellerie - Spiritisme - Télépathie - Vélikovski (Immanuel) - Voyance - Yogis

Majax

Les faiseurs de miracles, Gérard Majax, 1992, éd. Michel Lafon.

Apparition d'huile sainte - Cagliostro - Charmeurs de cordes - Chirurgie à mains nues - Comte de Saint-Germain - Doyle (Conan) - Ectoplasmes - Geller (Uri) - Lévitation - Maisons hantées - Matérialisation - Mesmer - Raspoutine - Tables tournantes - Télékinésie - Transcommunication des morts - Transmutation du plomb en or.

Alcock

Parapsychologie : science ou magie ? James E. Alcock, 1989, éd. Flammarion.

Analyse critique des expériences de parapsychologie - Expériences de mort imminente - Déjà vu (sentiment de) - Ganzfeld - Paranormal - Perceptions extrasensorielles - Précognition - Prescience - Pseudoscience - Psychokinèse - Psychologie de la croyance - Télépathie.

Broch

Le Paranormal, Henri Broch, 1989, éd. Seuil.

Atlantide - Aura - Biorythme - Cosmonaute maya de Palenque - Kirlian (effet) - Parapsychologie - Pensée critique - Plantes télépathes - Prémonition - Psychokinèse - Suaire de Turin - Télépathie.

Cuniot

Incroyable... mais faux !, Alain Cuniot, 1989, éd. L'Horizon Chimérique.

Astrologie - Instinctothérapie - Maisons hantées - Morphopsychologie - Numérologie - Parapsychologie - Psychokinèse - Télékinésie - Voyance.

Adam

Le passé recomposé - Chronique d'archéologie fantasque, J.-P. Adam, 1988, éd. Seuil.

Alésia (bataille d') - Bible (interprétations numérologiques de la) - Cathédrale de Chartres (mystère de la) - Carte de Piri Reis - " Cosmonaute " de Palenque - Grande pyramide (mesures de la) - Météorite d'Orgueil - Mu (continent) - Théorie de James Churchward - Tiahuanaco (toxodons de) - Vision d'Ézéchiel.

Adam

L'archéologie devant l'imposture, J.-P. Adam, 1975, éd. Laffont.

Atlantide - Baalbek - Constructions grecques et romaines - " Cosmonautes " de Tassili - Déluge - Géants - Glozel (l'affaire) - Graffitis des templiers emprisonnés - Ica (pierres gravées d') - Île de Pâques - Inscription phénicienne au Brésil - Machines de levage de l'Antiquité - Mégalithes - Piltdown (crâne de) - Pyramides - Stonehenge - Tiahuanaco.

 

SCIENCE

 

Mystere sans magie

Mystère sans magie, Cyrille Barrette, 226 p., 2006, éd. MultiMondes.

À l'époque où des gens croient encore qu'on peut juger de choses sérieuses avec des têtes qui croient au paranormal, l'auteur explique ce qu'est la science pour que tous puissent la reconnaître, l'apprécier, la critiquer et l'utiliser. Pour se faire un jugement éclairé sur les nombreux enjeux soulevés tous les jours dans les médias par les débats sur l'environnement, la santé, la reproduction ou l'énergie, il faut savoir ce qu'est la science. L'auteur distingue d'abord scientisme et science, le premier étant une doctrine agressive qui fait de la science une sorte de religion, et il explique les limites de la seconde. Pour Barrette, le doute est à la base de la recherche de vérité en science, mais douter de tout ne mène nulle part. Il n'y a d'ailleurs pas de pire faute en science que de tenter de tromper, en falsifiant ses résultats, en faussant les interprétations ou en exagérant les conclusions. La science produit des connaissances et des explications : toutes les autres formes de vérité sont de l'ordre des croyances. Elle est basée sur la conviction que nous pouvons comprendre le monde avec la raison, qu'il existe une réalité indépendante de nous et de nos perceptions, et que cette réalité est fondamentalement matérialiste. Tout ce qui existe dans le monde est de la matière, y compris la vie ou l'esprit. Ni le surnaturel, ni la magie, ni le miracle n'existent. Et il conclut : on ne naît pas rationnel, on le devient à force de volonté, d'obstination, de lucidité et de vigilance ! CL

Le miroir du monde

Le miroir du monde, Cyrille Barrette, 325 p., 2000, éd. MultiMondes.

Il n'y a pas de meilleur ouvrage que celui de Cyrille Barrette pour apprendre et comprendre ce qu'est l'évolution dans un langage accessible, ce qu'il réalise dès les 25 premières pages. L'auteur explique ensuite avec maints exemples ce qu'est la sélection naturelle, et je vous garantis que cette lecture vous fera regarder d'un autre œil le cou de la girafe. Barrette définit le débat sur les arguments créationnistes comme étant davantage un choix qui s'offre à nous entre la foi et la science, entre croire et connaître, entre une explication surnaturelle, miraculeuse, et une explication naturelle, matérialiste. Barrette termine ses réflexions sur le fait de réfléchir, c'est-à-dire d'être le miroir du monde, ce qui constitue l'essence de nous tous, les « Sapiens » du 21e siècle ! CL

Darwin

Darwin, Charles Lenay, 172 p., 1999, éd. Les Belles Lettres.

Un excellent résumé de l'œuvre de Darwin avec de nombreuses citations tirées de son oeuvre. Lenay relate et analyse l'histoire de cette révolution scientifique, la présence du Créationisme et L'Argument du Dessein à l'époque, de même que le Matérialisme vitaliste, puis le cheminement qui a précédé sa découverte, la découverte elle-même, et la notion du hasard dans les variations. L'auteur présente les nombreuses oppositions à la théorie de Darwin après sa publication, et les recherches suivantes de l'auteur. Mon passage préféré de Lenay : « Pour fonctionner, l'Argument du Dessein exige de la science qu'elle montre que des organisations observées ne peuvent résulter que d'un hasard si grand qu'il soit inadmissible sans l'intervention d'une intention. Or, le hasard présent au cœur de la théorie de Darwin n'a pas ce caractère insoutenable. Une constante de la pensée darwinienne est de minimiser autant qu'il est possible l'ampleur des variations qui se produisent ». CL

L'origine des especes

L'origine des espèces, Charles Darwin, 548 p., 1992, éd. GF Flammarion.

Il faut se resituer dans le contexte du 19e siècle pour comprendre cette contribution magistrale qu'est la théorie de l'évolution de Charles Darwin au domaine de la science, mais également à ceux de la politique, de la philosophie et de la religion. Le monde vivant abandonnait le cadre d'une création fixe pour s'inscrire dans le déroulement d'une immense histoire. Avec Darwin, s'imposait l'idée d'une continuité entre l'homme et l'animal. De plus, celui-ci proposait un nouveau mécanisme explicatif, la sélection naturelle, qui semblait capable de rendre compte de la formation des caractères adaptés, sans faire intervenir une finalité. Les traditions scientifiques, comme les traditions religieuses, se trouvaient heurtées par cette théorie qui faisait intervenir le hasard et la contingence dans l'évolution des espèces. Il y a des livres pour lesquels on cherche une idée à réfléchir par chapitre, Darwin nous en offre au moins une pour chacun de ses paragraphes. CL

L'origine de la vie

L'origine de la vie, Robert Shapiro, 426 p., 1986, éd. Champs Flammarion.

Le titre original est « Origins, a skeptic's guide to the creation of life on earth ». Les arguments des fondamentalistes religieux dépassent largement la théorie de l'évolution par sélection naturelle, ils remettent également en cause la possibilité même de l'émergence de la vie à partir de la matière inerte. Shapiro nous explique ce langage de la vie : les lipides protègent et stockent l'énergie, les glucides sont à la fois doux et forts, les protéines font tout le travail, et les acides nucléiques détiennent les plans. La question est alors, comment les formes simples ont-elles émergé et se sont-elles assemblées pour devenir des formes complexes ? Par une étincelle dans la soupe originale, par le biais d'une météorite, ou parce qu'elles étaient prédestinées à le devenir ? L'auteur présente chacune des théories et prend soin de soumettre ses conclusions à un personnage sceptique qui montre l'attitude que nous devrions avoir face à toute théorie scientifique. Shapiro revient régulièrement sur les arguments créationnistes, une mine d'or d'arguments scientifiques pour comprendre les enjeux du débat ! L'éventail des théories présentées en 1986 est encore largement présent en 2006, ce domaine constituant un des plus complexes pour ce qui est de reproduire les conditions initiales d'il y a... des milliards d'années. CL

 

Copyright © 1999-2016 Les Sceptiques du Québec, inc.