logo
Accueil » Ressources » Lectures en ligne » Bellemare, Michel » L'astrologie, science ou superstition? (2 de 3)
Michel Bellemare - Astrologie, science ou superstition? (2 de 3)

Le 11 août 1999

Comme tout bon sceptique (qui doit se caractériser par son ouverture d'esprit), je piaffais d'impatience à l'idée de lire le volume « Astrologie Science ou Superstition ». L'ouverture d'esprit telle que je la définis consiste à ne pas avoir d'idées préconçues face à une théorie, et à examiner sincèrement les nouveaux arguments pour les confronter à ceux que j'ai déjà. Cette ouverture d'esprit opère dans un premier temps, (dans ce que j'appellerai une phase d'analyse et de comparaison). Elle diffère de la tolérance qui fait que l'on accepte sans discussion et sans analyse toutes les théories comme valables, l'erreur ayant la même valeur que la vérité, au mépris de ses convictions et du simple bon sens.

C'est donc dans cet esprit que j'ai entrepris la lecture de "L'Astrologie Science ou Superstition" de Malcolm Dean, à la recherche d'arguments démontrés et démontrables prouvant le caractère scientifique de l'Astrologie. J'ai été amèrement déçu, je n'y ai retrouvé que de vagues considérations philosophiques, quand ce n'est pas tout simplement des sottises et des inepties. Pour illustrer cette opinion, vous retrouverez dans les lignes qui suivent, certaines « perles » de M. Dean (à moins que ce soit M. Bean).

Les expériences spirituelles doivent être aussi être expliquées selon des méthodes et des concepts scientifiques couramment acceptés. Et comme l'astrologie ne repose sur aucune explication acceptable de tous, elle doit être rejetée en tant que partie de notre bagage occulte, de même que toute preuve qui pourrait insinuer qu'il y ait un noyau de vérité à une idée aussi dangereuse.
(p. 128)

Les expériences spirituelles ne sont pas expliquées par des méthodes scientifiques. La science et la religion sont des outils nécessaires à l'homme pour expliquer son environnement. Ces outils n'explorent pas les mêmes champs de connaissances. La religion répond à des questions comme : Quel est le sens de la vie? Qu'est-ce que le bonheur? Qu'il y a-t-il après la mort? La science répond à d'autres questions comme : Quel est l'âge de la Terre? Comment a commencé l'univers? Quelle est la composition de l'eau? Soyons donc clair, l'astrologie est une « expérience spirituelle », une « partie de notre bagage occulte » et relève donc de la Foi, ou l'astrologie est une science et doit démontrer ces prétentions.

Il faudrait préciser que la plupart des collaborateurs de cette attaque contre l'astrologie sont des athées avoués… Ces derniers, avant même qu'il leur vînt à l'idée de s'attaquer à l'astrologie, étaient déjà atteints de la schizophrénie culturelle qui afflige notre société moderne.
(p.128)

Je regrette, M.Dean, on ne remplace pas une démonstration rigoureuse par une attaque caractérielle de ses opposants. Je me sers de mon gros bon sens et je pose des questions sur une discipline qui se dit scientifique, mais qui se comporte comme une religion dont les principes de bases sont des dogmes indiscutables.

Les idées essentielles de l'astrologie ancienne avaient été en grande partie corroborées par la science moderne. Aujourd'hui, les interactions des environnements terrestre et cosmique avec les récoltes, la vie sauvage et même les populations humaines sont l'objet d'études dans un autre domaine appelé la biométérologie.
(p. 129)

Pour voir dans la météorologie une confirmation de l'influence astrologique sur l'environnement terrestre, il faut (c'est le moins que l'on puisse dire) faire commencer « l'environnement cosmique » très bas, soit au niveau de l'atmosphère où les planètes sont rares et les phénomènes météorologiques fréquents.

 

Michel Bellemare

Copyright © 1999-2017 Les Sceptiques du Québec, inc.