logo
Accueil » Ressources » Lectures en ligne » Bellemare, Michel » Le complot du 11 septembre
Michel Bellemare - Le complot du 11 septembre

Le 26 mars 2002

Pourquoi les événements du 11 septembre ne sont pas dus à un complot ourdi par le gouvernement américain et l'État d'Israël :

a) Le vrai pouvoir n'est pas politique mais… économique. Jamais le capital qui contrôle les politiques (caisse électorale) n'aurait permis ce coup qui a fait trembler l'économie américaine. Déjà affectée par la crise économique, cet attentat a directement touché des entreprises liées au transport aérien (ex : Boeing) et qui sont très actives au point de vue militaire aussi.

b) Le président Bush n'avait pas l'autorité et le support populaire pour tenter un coup aussi risqué.

c) Ben Laden avait déjà tenté de faire sauter les Tours Jumelles, mais avait échoué. C'était avant les attentats de Oklahoma City. Ben Laden n'est pas le bouc émissaire facile que tente de nous faire croire les « complotistes ». Il n'a pas été mis en cause dans les attentats de Oklahoma City, ni dans ceux à l'anthrax qui ont suivi le 11 septembre. Si c'est un complot du gouvernement, pourquoi ne pas lui avoir fait porter le chapeau de l'anthrax aussi?

d) L'Intifada existait avant le 11 septembre, et le climat en Israël ne s'est pas détérioré à partir du 11 septembre, mais à partir de l'élection de Ariel Sharon, considéré à raison comme un faucon.

e) Jamais le gouvernement n'a attisé la haine des musulmans (contrairement à la haine du « japonais » à la suite de Pearl Harbour). Pourtant cette haine du musulman serait bien utile aux juifs dans leur répression des palestiniens.

f) Les aveux sur vidéo de Ben Laden étaient inutilement longs pour être truqués.

g) L'idée fixe de Bush avant le 11 septembre est son projet de « bouclier spatial ». Ce système intercepteur de missiles était très difficile à vendre, tant au congrès, qu'à ses alliés. J'ai de la difficulté à croire qu'un jour, Bush se lève, fait volte-face sur un dix cents, abandonne sa lubie, plonge l'Amérique dans l'insécurité, et pire, prouve l'inutilité la plus complète de son « bouclier » pour protéger son pays.

h) Certaines personnes ont des a priori, qui les conduisent dans des culs-de-sac argumentaires. La prémisse de base ici qui, comme un dogme, ne peut être remise en question est : « Bush est un imbécile ». Or, on ne peut contester qu'il est sorti grandi de cette crise. Donc, s'il est un imbécile, cette crise a donc été fabriquée de toute pièce pour le mettre en valeur. Mais, que l'on soit d'accord ou non avec ses idées, s'il n'était pas un imbécile, nous pourrions envisager alors d'autres conclusions.

Ce complot comme tous les autres, relève d'un phénomène sociologique : Les personnes irrationnelles et crédules ont besoin de douter de quelque chose, c'est comme si nous avions tous notre dose de « scepticisme » devant se manifester :-) Alors ils nient les évidences, et doutent de ce qui vient de « l'autorité », mais croient aux pires sornettes venant du milieu alternatif. Ce sont les mêmes qui mettent en doute les vaccins, l'homme sur la Lune, ou cherchent les complots à la X-Files. Les personnes irrationnelles ne s'attardent pas à analyser chacun des arguments apportés pour appuyer la thèse du complot, elles remplacent le processus analytique par l'émotion, par « l'intuition ». Comme ces personnes se retrouvent en grande partie chez les croyants, elles donnent la priorité au messager sur le message. Elles acceptent la théorie du complot, parce que cette théorie est véhiculée par des canaux (revues et médias alternatifs) auxquels elles font confiance. Les personnes rationnelles sont à l'aise avec le processus scientifique.

Dans ce processus, le message prime sur le messager, en fait le message doit s'avérer quel que soit le messager (expérimentation par équipes différentes de chercheurs). Pour que j'adhère à une théorie (complot ou autre), il faut que celle-ci me donne l'explication la plus simple… et complète. Simple, parce qu'il n'y a que dans X-Files qu'un appartement en fouillis, s'explique par la venue d'extraterrestres (et non de cambrioleurs). Complète, parce que la théorie doit expliquer tous les faits en présence.

Ainsi, j'adhère à une théorie du complot, celle de l'assassinat du président Kennedy, parce que la thèse officielle n'explique pas tous les faits. Une lumière rouge s'est allumée lorsque Jack Ruby a réussi à assassiner Oswald devant les caméras de TV (pas fort comme protection pour un homme soupçonné d'avoir assassiné un président, et peut-être à la solde d'une puissance étrangère). Mais la trajectoire de la balle demeure le fait irréconciliable avec un tireur unique (il aurait fallu qu'elle fasse 4 ou 5 ricochets). De toute évidence, le président s'est retrouvé sous un tir croisé, donc plusieurs tireurs.

C'est cette attitude qui concilie « esprit ouvert » et « esprit critique ».

 

Michel Bellemare

Copyright © 1999-2016 Les Sceptiques du Québec, inc.