logo
Accueil » Ressources » Lectures en ligne » Bellemare, Michel » Les contradictions de l'astrologie (1 de 2)
Michel Bellemare - Les contradictions de l'astrologie (1 de 2)

Le 20 octobre 1999

Il y a plusieurs questions auxquels nos « savants » astrologues ne se bousculent pas pour répondre. Il était tout à fait normal pour des bergers de la Mésopotamie, il y a 2000 ans, de croire à l'Astrologie. Après tout, ils vivaient au grand air et leurs femmes accouchaient « à la belle étoile ». Rien ne venait brouiller les « ondes » du Cosmos censées influencer le caractère et la destinée des individus à leur naissance.

Aujourd'hui, les femmes accouchent dans des salles d'opération bourrées d'appareils électroniques. Il y a des tonnes de béton entre elles et la voûte céleste. Si vous voulez avoir une petite idée de ce qu'il peut advenir aux « ondes cosmiques », essayez d'écouter une émission radio avec votre « Walkman » dans un bloc opératoire.

Pour les Astrologues, l'heure et l'endroit de la naissance sont des données essentielles à l'établissement de la fameuse « carte du ciel» . Celle-ci doit vous révéler votre caractère ou votre destin. Imaginons un cas où ces données sont pratiquement identiques, mais où les destinées des individus ont toutes les chances d'être diamétralement opposées. Je parle ici d'une femme qui accouche de jumeaux non identiques (pour minimiser l'influence de la génétique, par rapport à celle des « Astres ».) Cette femme donc, accouche d'un petit garçon et d'une petite fille pratiquement à la même heure (les Astrologues ne vous demandent quand même pas de savoir l'heure de votre naissance à la seconde près, pour établir leurs fameuses « cartes ».) Dans notre histoire fictive, mais tout à fait plausible, la femme meure quelque temps après. Ses deux enfants sont confiés à l'adoption, l'un est adopté par une famille riche et bourgeoise et l'autre par une famille pauvre. Croyez-vous sincèrement que ces deux individus auront alors le destin semblable auquel les Astres les destinaient à leur naissance?

L'Astrologie est basée sur les conceptions que l'on se faisait du Ciel dans l'Antiquité. Les apparences prenaient alors souvent le pas sur les réalités. Les Anciens croyaient que le Soleil tournait autour d'une Terre plate.

Vous avez sûrement entendu les Astrologues faire l'analogie entre l'influence de la « pleine Lune » (ex : sur les marées) et l'influence des Astres sur nos vies (l'une confirmant l'autre). La « pleine Lune » n'a pas plus d'influence que le plus petit quartier de Lune. Si on s'arrête deux secondes pour y penser, la Lune a toujours la même taille et la même masse. Elle nous « apparaît » plus importante dans sa phase « pleine Lune » parce qu'elle est alors totalement éclairée par le Soleil. « L'éclairage » de la Lune n'a rien à voir avec les marées, ce que les Astrologues de l'Antiquité comme ceux d'aujourd'hui semblent ignorer.

La pleine Lune en extrapolant « l'effet marée », est donc supposée avoir une foule d'influence sur nous, puisque nous sommes composés à 80 % d'eau. La Lune cause des marées sur les océans parce qu'ils sont liquides, leur forme peut aisément s'altérer. En d'autres mots, ce n'est pas la composition chimique des océans qui est en cause, mais leur propriété physique. Je ne connais pas votre bonne forme physique, mais j'extrapole que vous êtes encore sous forme solide, et non liquide, donc la Lune ne devrait pas vous influencer.

Les influences lunaires, selon eux, prennent divers aspects. Cela va des perceptions éminemment subjectives, comme des changements dans le caractère, à des faits observables, comme l'augmentation des accouchements.

On ne peut vérifier des perceptions, mais un fait comme l'augmentation des accouchements en période de pleine Lune, peut être infirmer. En 1984, trois chercheurs québécois spécialisés dans le domaine de la santé, Christian Hausser, Richard et Sylvie Bornais, ont analysé les registres de deux hôpitaux montréalais. Parmi les 3324 naissances survenues durant une période de 16 mois, ils n'ont constaté aucune augmentation, ni diminution ou autre changement notable lors de la pleine Lune. Leur enquête a été publiée dans la revue de l'Union médicale du Canada, et est citée dans l'article de Claude Lafleur, paru dans le « Québec Science » de décembre 1995.

 

Michel Bellemare

Copyright © 1999-2016 Les Sceptiques du Québec, inc.