logo
Accueil » Ressources » Lectures en ligne » Bellemare, Michel » Les contradictions de l'astrologie (2 de 2)
Michel Bellemare - Les contradictions de l'astrologie (2 de 2)

Le 27 octobre 1999

Les Constellations d'après lesquelles sont nommées les signes Astrologiques sont elles aussi des illusions. Les Astrologues de l'Antiquité, pour s'y retrouver dans l'observation des étoiles, ont « imaginé » des lignes entre les étoiles visibles et ont fait des « dessins » représentant un Taureau ou un Lion etc. Les Astrologues chinois dans un contexte culturel différent mais avec les mêmes étoiles, ont imaginé d'autres dessins comme un Dragon.

Là où l'Astrologie nage dans la plus haute fantaisie, c'est quand, à partir des Constellations (ces dessins imaginaires), elle s'est mise à « broder » sur l'imaginaire que lui inspirait ces divers « dessins ». Ainsi, si Georges est né alors que le Soleil était dans la Constellation du Taureau, il a les qualités et les défauts que l'on attribue à cet animal.

Les Astrologues fondent leur « science » sur des « illusions » : les Constellations. Ainsi, deux étoiles nous apparaissent voisines dans une Constellation (et semblent liées dans l'influence qu'elles ont sur nous). Pourtant ce n'est qu'une illusion optique. Des milliers d'années-lumière les séparent et si nous pouvions les observer d'un autre point de la Galaxie, alors elles ne nous sembleraient plus du tout voisines.

Non seulement, les Astrologues basent leur « science » sur des illusions, mais en plus leurs illusions sont périmées. Si Pierre est né au mois de Mai, on dit qu'il est Taureau. Pour être plus juste on devrait dire que le Soleil est dans la Constellation du Taureau. Le problème, c'est que ce n'est plus vrai. C'était vrai il y a 2000 ans quand l'Astrologie a été « inventée », mais depuis il y a eu ce qu'on appelle le glissement des Constellations par rapport aux signes du Zodiaque. Le « Taureau Constellation » était dans le signe du Taureau il y a 2000 ans : il n'y est plus aujourd'hui, c'est le « Bélier Constellation » qui s'y trouve.

Les Astrologues qui connaissent un peu d'Astronomie tiennent compte de ce glissement. Mais tiennent-ils compte qu'il y a 13 Constellations (et non pas 12) traversées par le Soleil dans une année? (La 13ème est celle du Serpentaire ou Ophiucus situé entre le Scorpion et le Sagittaire.) De plus le Soleil ne passe pas toujours approximativement un mois dans les diverses Constellations. Ainsi il reste près de deux mois dans la Constellation de la Vierge et à peine dix jours dans celle du Scorpion. Que vaut alors le Zodiaque, avec 12 signes astrologiques égaux? À peu près ce que vaut l'Astrologie comme « science ».

Que font les astrologues face à toutes ces incohérences? Ils modifient leur discours, leur position étant intenable scientifiquement. J'ai entendu l'un d'entre eux prétendre que l'astrologie, malgré son nom, n'avait aucun rapport avec les astres. L'astrologie avait rapport avec le temps, les astres servant de balises temporelles. Les noms des signes astrologiques au lieu de Balance ou Poissons, pourraient s'appeler Automne 1 ou Hiver 2.

La « science » des astrologues consistent alors à observer le ciel lors de grands événements, et d'extrapoler le reproduction d'événements similaires lorsque les mêmes constellations seront de retour. Les constellations n'ayant pas d'effet par elles-même, mais servant de repères temporels.

Ma question était donc la suivante : La simultanéité événementielle sans lien causal a-t-elle une valeur prédictive? Le fait qu'une catastrophe se produise sous telle conjonction astrale, peut-elle permettre de prédire que lorsque la même conjonction se pointera, une catastrophe similaire se produira? Peut-on affirmer cela sans avoir à démontrer le lien de cause à effet? Est-ce un exemple frappant de pensée magique associative?

 

Michel Bellemare

Copyright © 1999-2017 Les Sceptiques du Québec, inc.