logo
Accueil » Ressources » Lectures en ligne » Bellemare, Michel » Le leurre de l'expérience personnelle

Michel Bellemare - Le leurre de l'expérience personnelle

Le 8 août 2000

Je vais m'attaquer ici, à une des croyances les plus largement répandue parmi les adeptes de l'Ésotérisme : la validité de l'expérience personnelle pour vérifier un phénomène. Cette croyance repose sur deux prémisses erronées. Tout d'abord sur la fiabilité de nos sens pour reproduire fidèlement notre environnement. Ensuite, sur notre objectivité, et sur le fait que nos croyances ne viennent pas interférer sur la perception de ce qui nous entoure.

Comprenons nous bien, parfois nous ne pouvons nous rabattre sur autre chose, que notre expérience personnelle pour apprivoiser une réalité. Cependant, je demeure convaincu qu'un homme éclairé doit, dans le domaine du possible, essayer de vérifier les premières impressions révélées par son « expérience personnelle ». J'irai plus loin en affirmant, que le sage doit avoir l'humilité d'accepter ses limites, et dans certains cas, privilégier l'approche « livresque » à son expérience personnelle. En effet, parfois il faut se fier à des expérimentations rigoureuses, menées par des équipes indépendantes de chercheurs, utilisant des instruments de mesures bien plus fiables que ce que nous disposons pour notre « expérience personnelle », ou portant sur de large échantillon de la population. Ces expérimentations ont beaucoup plus de valeur pour cerner la réalité, que notre petite expérience personnelle, faussée par nos croyances et individuelle.

Il y a quelques années, une mode nous est venus des États-Unis. Elle était le fruit de l'observation de quelques psychologues. Ces psychologues, forts de leur expérience personnelle, avaient trouvé un moyen de briser l'isolement des personnes autistiques. En se servant de l'ordinateur, et en assistant les victimes de l'autisme, ils juraient ne faire aucune interférence, et permettaient à ces personnes de s'exprimer via le clavier de l'ordinateur. En soutenant la main de la personne atteinte d'autisme, ils étaient convaincus qu'ils ne la guidaient pas, et que c'était la volonté de l'autiste qui s'exprimait.

Des expérimentations plus rigoureuses ont été menées, et sont venues contredire les premières conclusions tirées de l'expérience personnelle. Par un jeu de miroirs, l'autiste et son aide psychologue, voyaient deux choses différentes, par exemple : un cercle bleu et un carré rouge, bien que l'aide psychologue croyait observer la même chose que son patient. Interrogés sur cette observation, invariablement, c'était la version de l'aide psychologue qui ressortait.

Le même genre d'expérimentations sont venues mettre un bémol à la crédibilité des révélations obtenues sous hypnose. Il y a quelques années, des accusations d'abus sexuels ont été portées contre des individus, sous la foi de témoignages obtenus sous hypnose. Ce n'est plus le cas aujourd'hui où les « souvenirs » enfouis et « révélés » par l'hypnose, ne sont plus reconnus par les tribunaux.

Vous pensez peut-être que nous sommes loin de l'Ésotérisme. Oh que non! une vérification minimale de nos premières impressions tirées de notre expérience personnelle, peut être appliquée à des phénomènes comme l'écriture automatique, le Ouija, le voyage astral, et combien d'autres « réalités » admises sans sourciller sous la foi de « l'expérience personnelle ».

 

Michel Bellemare


Copyright © 1999-2017 Les Sceptiques du Québec, inc.