logo
Michel Bellemare - Le juste milieu

Le 6 février 2000

Pourquoi pensez-vous que je suis apprécié dans un forum sur l'Ésotérisme? Ce n'est pas seulement parce que je suis un bouc émissaire parfait, c'est que comme toute personne qui campe des positions extrêmes dans un groupe, je donne bonne conscience aux autres participants… Cela permet donc à la majorité des participants de ce groupe de discussion, de prendre la position confortable du juste milieu, car tout le monde le sait : « La vérité se retrouve dans le juste milieu. »

Cette maxime est répété ad nauseam par tous les bien-pensants de la rectitude politique, au point de devenir, un dogme, une vérité évidente sur laquelle on ne se penche même plus. Tous les politiciens et les intervenants de toutes sortes, tous les chercheurs de consensus et de compromis (ou de compromission) en ont fait leur devise. Je regrette, mais la médiocrité des compromis, est peut-être très utile au politicien pour rafler le maximum de votes, elle n'est pas très utile au chercheur à la recherche de la vérité.

Je l'affirme, la vérité n'est pas plus dans « le juste milieu » que dans les positions extrêmes, elle est là où elle est. Si vous arrivez à la croisée de trois chemins, et que votre maison se trouve au bout du chemin de droite, vous n'arriverez pas à la maison en choisissant celui du centre, parce que c'est la « voie du juste milieu ».

Revenons aux sujets abordés dans ce forum. Il n'y a rien de concret derrière l'astrologie, les faits sont là pour le démontrer. Combien d'entre vous s'illusionnent en prenant une position mitoyenne entre moi et l'astrologue, sous prétexte « que la vérité est dans le juste milieu »? Certain diront alors : « L'astrologie n'a aucune capacité prédictive (ou prévisionnelle), mais elle peut aider à nous connaître, par l'étude des caractères. » (ou l'inverse) D'un autre côté, je crois à l'unicité de notre passage sur Terre. L'adepte de la réincarnation, quant à lui, croit aux vies multiples et à la réincarnation. Il se peut tout à fait qu'il soit dans le vrai, et moi, complètement dans les patates.

Laisser donc « La vérité est dans le juste milieu » aux politiciens, et cherchez la où elle se trouve, peut-être dans les positions extrêmes, même au risque de passer pour un extrémiste.

La tolérance a acquis ces dernières années le titre de « Vertu » par excellence avec des belles petites phrases comme : « La vérité n'existe pas, chacun possède sa propre petite vérité ». Je regrette, mais dans le domaine scientifique, la vérité existe et est démontrable, elle n'est pas une question de Foi. Quand elle est démontrée, la vérité doit avoir une plus grande valeur que l'erreur. Si quelqu'un m'affirme que 2 + 2 = 5 sans pouvoir me le démontrer, je ne pense pas devoir lui dire qu'il a raison (où qu'il possède sa petite vérité à lui) sous prétexte de ne pas le vexer. Je dois lui dire que je pense qu'il est dans l'erreur et pourquoi je le pense. La tolérance cache trop souvent la mollesse des convictions (quand se n'est pas l'absence de celles-ci) et la paresse dans la recherche d'arguments pouvant étayer notre position. J'irai plus loin en affirmant que face à l'intolérable, notre devoir est d'être intolérant. Lorsque des « scientifiques nazis » ont affirmé que les Juifs n'étaient pas des humains, mais avaient seulement l'apparence d'êtres humains (sans prouver bien entendu, cette affirmation). Le devoir de la communauté scientifique était de combattre cette idée avec des arguments démontrables et logiques comme celui-ci : « Si le pouvoir de se reproduire entre eux caractérise deux individus de la même espèce, les Juifs pouvant se reproduire avec le reste de l'humanité sont assurément des êtres humains. » Cet argument n'est pas d'ordre moral, ni religieux, ni philosophique. Il ne relève pas de la Foi ou des croyances et c'est ce qui fait sa force. Affirmer que le Nazisme est une théorie comme une autre et que ces adeptes ne sont pas dans l'erreur est une forme de démission.

 

Michel Bellemare

Copyright © 1999-2016 Les Sceptiques du Québec, inc.