logo
Accueil » Ressources » Lectures en ligne » Bellemare, Michel » L'industrie de la moumounerie
Michel Bellemare - L'industrie de la moumounerie

Le 24 mars 2000

La plupart des sceptiques sont particulièrement sensible à la pensée magique, lorsqu'elle se manifeste dans l'astrologie, ou dans les principes homéopathiques. Certaines autres affirmations passent inaperçues, même si elles relèvent tout autant de l'affirmation dogmatique.

La semaine dernière a été assombrie par le décès de Dédé Fortin du groupe « Les Colocs ». Comme à toutes les fois où une personnalité connue se suicide, tout ce qui s'appelle « groupes de prévention » du suicide, en profite pour se faire un peu de publicité, et démontrer à la société québécoise à quel point ils sont indispensables.

Ils ont répété à profusion devant des médias complaisants, comment le décès du chanteur populaire, pourrait avoir un effet d'entraînement, et pousser certains de ses fans, à suivre la même voie. Qui a osé mettre en doute une telle affirmation? Pourtant, cela me semble aussi louche que le « Similia similibus curantur » de nos amis homéopathes. Le suicide s'attrape-t-il comme la varicelle? Imite-ton le suicide d'une pop star comme sa tenue vestimentaire? On a fait beaucoup état d'une supposée vague de suicide, suite à celui de Kurt Cobain. Combien de ces suicides ont eu pour cause : le désespoir de personnes dépendantes de drogues, ou vivant des problématiques diverses, tout en étant par hasard aussi fans de Cobain? Le public cible de Cobain n'est pas tout à fait le même que celui d'Alain Morrissod.

Le suicide de Gaétan Girouard aurait aussi entraîné une recrudescence du phénomène… mais aucun chiffre n'est avancé pour appuyer cette affirmation. Pourtant des chiffres existent, mais ils viennent remettre en doute l'efficacité de cette fameuse « prévention du suicide ». Le Québec a un taux record de suicide, et dénote aussi une prolifération de ces organismes de prévention.

Le Centre de Prévention du Suicide existe depuis 1978 à Québec. Quel était le taux de suicide à Québec avant 1978? Quel est le taux de suicide maintenant? A-t-on remarquer une baisse marquée de ce taux à partir de 1978? Tous ces organismes sont apparus au tournant des années 70, avec le développement de l'industrie de la moumounerie, a-t-on vu une baisse dramatique des suicides depuis?

Personne ne remet en cause la façon de fonctionner de ces organismes. Quelques minutes à converser au téléphone avec un pur inconnu, peut-il vraiment dissuader un vrai suicidaire? Peut-on d'ailleurs prévenir le suicide? Le suicide est une problématique complexe qui demande une approche complexe, à l'opposé de celle relevant davantage de la pensée magique de ces organismes. Il y a autant de causes au suicide, qu'il y a de suicidés. Pensez-vous que Dédé Fortin, Gaétan Girouard, ou Pauline Julien se sont suicidés pour les mêmes raisons.

Les moyens utilisés pour contrer le suicide sont souvent ridicules. Dans l'établissement hospitalier où je travaille, une femme s'est jeté par la fenêtre. Pour prévenir à l'avenir ce geste, on a mis un dispositif pour que les fenêtres ne s'ouvrent dorénavant qu'à moitié. Le suicidaire pourra toujours utiliser un pont, une cage d'escalier, ou n'importe quoi pour en finir avec la vie.

Certains de ceux qui préconisent une liste d'enregistrement pour les armes à feu, ont avancé l'idée saugrenue, que ceci aurait un effet sur le suicide. Pourquoi ne pas enregistrer aussi les cordes pour ceux qui aurait l'idée de se pendre?

On ne prévient pas le suicide en mettant la société dans la ouate, ou en infantilisant la population. Parmi les coups durs qui peuvent engendrer des idées suicidaires, le fait de perdre son emploi, le droit de revoir ses enfants, traverser une dépression nerveuse, ou être une femme victime de viol, tout ceci vient bien avant le décès d'une vedette populaire.

Tout ces organismes parasitaires « de préventions au suicide », font tout pour justifier leur existence devant une presse amorphe qui ne réagit plus. À moins qu'elle soit anesthésiée par l'industrie du maternage institutionnalisé. Vous savez, les psychologues qui se précipitent au moindre soupçon de catastrophe, pour faire « évacuer le stress » aux populations touchées. A-t-on réellement besoin de ces « amis et confidents professionnels », pour ventiler nos émotions par des techniques d'écoute active? Peut-être que des liens familiaux plus resserrés, un cercle d'amis sincères feraient bien mieux l'affaire, mais cela demande de l'énergie et du temps… alors que le CLSC est si près…

L'industrie de la moumounerie est aussi largement subventionnée et encouragée par le gouvernement. Tout comme celui-ci, elle vise l'infantilisation de la population. Vous savez, l'attitude des politiciens qui croient qu'on a besoin d'une « Loi sur la clarté » parce qu'on ne peut comprendre une question… ou qu'avec une question tarabiscotée et pleine d'astuces, on nous fera faire ce que l'on ne veux pas faire.

 

Michel bellemare

Copyright © 1999-2016 Les Sceptiques du Québec, inc.