logo

Michel Bellemare - Race

Le 14 mars 2000

Plusieurs de mes interlocuteurs ésotériques ont abordé le thème de «races». Certains prétendaient que nous sommes au milieu de la cinquième « race » d'une période d'évolution qui a commencée lors du dernier déluge, soit environ il y a 60 000 ans. Nous suivons cette séquence raciale : nébuleuse, soleil, terre, lune. Donc les races humaines à travers le temps seraient :

lémurie : 1ère, 2ème et 3ème race

atlantide : 4ème race

exode et déluge

5ème race aryenne

....Inde : 1ère sous race

....Iran 2ème sous race

....Égypte 3ème sous race

....Grèce 4ème sous race

Christ

anglo-saxonne 5ème race.

D'autres amènent l'hypothèse de races humaines issues de souche génétique, ou simplement de courant historique qui prend naissance suite à des migrations? La race aryenne proviendrait par exemple, d'une migration à partir des forêts de l'Europe, suite à un schisme sanglant au sein des peuplades primitives qui habitaient ces forêts. Sous la gouverne d'un prêtre charismatique, Rama, la migration aboutit aux pieds de l'Himalaya, et à la rédaction subséquente des quatre Vedas, qui allait jeter les bases philosophiques de la nouvelle race.

Je crois que les races humaines, qu'elles soient basées sur une souche génétique ou un courant culturel, sont illusoires. Elles relèvent du besoin d'individualisme mêlé à l'instinct grégaire des hommes. On veut se sentir différent (individualisme), mais pas trop, car on a besoin de s'identifier à un groupe (instinct grégaire). À moins de vous rabattre sur votre très cher symbolisme (avec des races liquides, solides ou gazeuses comme le prétend certain), il n'y a pas de fait derrière ces subdivisions artificielles des humains.

Une race est caractérisée par un ensemble de caractéristiques physiques, dues à un ensemble de gènes communs. Comme Charles Robert Darwin l'a démontré lors de son voyage à bord du « Beagle » aux îles Galapagos, pour qu'il y aie apparition d'une nouvelle race (ex : de pinsons), il faut un isolement total d'un groupe d'individus pendant plusieurs générations. Quand je dis total, c'est total. Le contact avec un seul individu ayant dans son génome quelques gènes dominants, et les caractéristiques tant physiques que génétiques du groupe sont modifiées.

Il est illusoire de penser que dans le passé un tel isolement a pu existé. Aujourd'hui, c'est carrément impossible. Avec les migrations, réfugiés en exil, mouvements de population favorisés par des transports de plus en plus efficaces, trouvez moi une seule peuplade sur Terre qui n'a pas été en contact avec un voyageur depuis plusieurs générations. Donc, vous repasserai pour l'émergence d'une sixième, septième ou huitième race humaine. Le brassage continuel du bagage génétique humain, rend impossible l'isolement de caractéristiques particulières, dans un groupe d'individus numériquement significatif.

En plus de l'isolement, un autre problème surgit. On parle d'un ensemble de caractéristiques, mais combien de caractéristiques exactement, et lesquelles doit-on considérer? On peut se fier aux plus apparentes comme la couleur de la peau, ou la forme et la couleur des yeux. Mais les plus apparentes ne sont pas nécessairement les plus importantes. Le groupe sanguin est beaucoup plus important, que la concentration de mélanine dans le derme. Vous pouvez recevoir une transfusion sanguine d'un blanc comme vous, qui va vous tuer, alors que celle d'un noir du même groupe sanguin que vous, est parfaitement compatible.

Baser la race sur des considérations culturelles ou historiques, ne tient pas la route davantage. Non seulement, un individu pourrait changer de « race » dans sa vie (par adoption, immigration, ou conversion à un autre système de valeurs culturelles et historiques). Mais, on se retrouve devant le genre d'idioties proférées pendant les belles années du nazisme. Selon Hitler, la race supérieure aryenne était composée de grands blonds aux yeux bleus. Comment alors une race supérieure de grands blonds aux yeux bleus pouvait-elle être dirigée par un petit noir, moustachu aux yeux noirs. Soit que la race des petits noirs, moustachus aux yeux noirs est supérieure. Soit qu'une race qui accepte de se faire diriger par un être inférieur, n'est pas si supérieure que ça après tout.

Il reste finalement le symbolisme. Alors si certain parle de races solides, liquides ou gazeuses. Je vous entretiendrai, dans un prochain post, de la race «des amateurs d'anchois sur leur pizza».

C'est une menace!

 

Michel Bellemare


Copyright © 1999-2017 Les Sceptiques du Québec, inc.