logo
Accueil » Ressources » Notre revue » Articles publiés » La moitié des Québécois croient au paranormal!

La moitié des Québécois croient au paranormal!

par Denis Labelle

Extrait du Québec Sceptique no 22, page 5, juin 1992.

Croyez-vous en « Oui » et « probablement oui » « Non » et « probablement non »
1) Télépathie 66 % 27 %
2) Extraterrestres 41 % 48 %
3) Vies antérieures 41 % 47 %
4) Clairvoyance 51 % 41 %
5) Fantômes 38 % 54 %
6) Astrologie 45 % 46 %
7) Homéopathie 42 % 25 %
8) Évolution 61 % 27 %

L'automne dernier, vingt-deux membres de notre groupe ont interrogé par téléphone 445 Québécois pour connaître leur opinion sur les phénomènes paranormaux.

De ce sondage, il ressort entre autres que 66 % des personnes interrogées croient à la télépathie, 51 % à la clairvoyance, 45 % à l'astrologie et 41 % à la visite d'extraterrestres. On constate une fois de plus que les femmes croient davantage à l'astrologie que les hommes… et le contraire en ce qui a trait aux extraterrestres. Quant à l'homéopathie, ce sont les gens les plus scolarisés qui sont les plus crédules! En outre, il apparaït que près du quart des répondants rejetteraient la théorie scientifique de l'évolution… Le sondage semble également indiquer que la « crédulité » serait quatre fois plus répandue dans la région de Québec qu'au Lac Saint-Jean.

L'échantillon de 445 personnes permet idéalement d'estimer une proportion inconnue avec une erreur inférieure à 4,6 % au moins dix-neuf fois sur vingt. Lors de ce sondage, 1472 personnes ont été jointes par téléphone, mais à peine 30 % ont accepté de répondre à toutes nos questions.

Le sondage proprement dit

Nous devons l'idée de réaliser ce sondage à Jean Ouellette; celui-ci a par la suite piloté l'ensemble du dossier. La méthodologie et les questions posées ont été préparées en étroite collaboration avec Alain Bouchard, sociologue et historien des religions de l'Université Laval.

Croyez-vous en… Oui Probablement Ne sait pas Probablement pas Non
1) Télépathie 43 % 23 % 7 % 9 % 18 %
2) Extraterrestres 24 % 17 % 11 % 7 % 41 %
3) Vies antérieures 24 % 17 % 12 % 9 % 38 %
4) Clairvoyance 27 % 24 % 8 % 9 % 32 %
5) Fantômes 24 % 14 % 8 % 9 % 45 %
6) Astrologie 25 % 20 % 9 % 12 % 34 %
7) Homéopathie 25 % 17 % 33 % 7 % 18 %
8) Évolution 41 % 20 % 12 % 5 % 22 %

Le sondage des Sceptiques

Tel que rapporté dans Le Québec sceptique de mars dernier (pages 8 et 9), les huit premières questions visaient à déterminer si l'individu interrogé estimait que :

  1. certaines personnes peuvent communiquer avec d'autres par le pouvoir de leur pensée;
  2. les extraterrestres ont déjà visité la Terre et laissé des traces;
  3. certaines personnes peuvent revivre des vies antérieures sous hypnose;
  4. certaines personnes peuvent, avec le pouvoir de leur esprit, connaïtre le passé et prédire le futur;
  5. l'esprit de personnes décédées peut se manifester en certains lieux;
  6. la position des étoiles et des planètes à la naissance peut affecter la vie des gens;
  7. les produits homéopathiques ont un effet direct positif sur la maladie;
  8. l'être humain et le singe ont un ancêtre commun.

À chacune de ces questions, un choix de cinq réponses était offert : « oui », « probablement », « ne sait pas », « probablement pas » et « non ».

Une neuvième question était posée afin de savoir si le répondant estimait que la science « fait plus de mal que de bien », « du bien et du mal » ou « plus de bien que de mal ».

Nous demandions également à chaque participant son âge, son niveau de scolarité et le domaine d'études, sa langue d'usage, son sexe et la région où il habite.

Les réponses

Comme c'est toujours le cas lors d'un sondage d'opinion, l'échantillon obtenu présentait de légères distorsions par rapport à la population réelle (notamment pour les variables sexe, âge et langue). Ainsi, l'échantillon comprenait 56,4 % de femmes alors que, chez les Québécois âgés de 16 ans et plus, la proportion réelle de femmes est de 51,7 % (selon les estimations officielles de Statistiques Canada pour 1991). De même, certaines catégories d'âges étaient légèrement sur-représentées par rapport à leur importance réelle dans la population.

Toutefois, en pondérant adéquatement les résultats, il a été possible de corriger ces distorsions. Les calculs ont été effectués par Greg Erwin (informaticien) et ont mené aux résultats présentés dans le tableau ci-dessus.

Quant à l'attitude à l'égard de la science (question 9), 8 % des gens estiment que celle-ci fait plus de mal que de bien, 43 % qu'elle fait du bien et du mal et 39 % qu'elle fait plus de bien que de mal.

Quelques constatations

  1. Les sept premières questions (portant sur les principaux phénomènes paranormaux) permettent de dégager un constat : plus on croit à l'un de ces phénomènes, plus on est porté à croire aux autres. Ainsi, parmi les gens qui reconaissent la télépathie, 52 % croient aux fantômes, alors que parmi ceux qui ne l'admettent pas, la proportion des « croyants aux fantômes » tombe à 8 % seulement *. De même, plus on croit à l'astrologie, plus on a tendance à croire à la clairvoyance; plus on croit aux extraterrestres, plus on a tendance à croire aux vies antérieures, etc.

    Ce phénomène se manifeste dans tous les cas sans exception. En caricaturant à peine, on peut donc conclure que, grosso modo, les Québécois ont tendance à reconnaïtre « en bloc » (ou à rejeter « en bloc ») l'ensemble du phénomène paranormal.

  2. L'opinion des Québécois au sujet de l'évolution (question 8) n'est pas significativement correlée avec celle concernant le paranormal (questions 1 à 7). Il ressort toutefois que plus ils sont jeunes et scolarisés, plus les répondants admettent volontiers que l'homme et le singe ont un ancêtre commun. Ainsi, 67 % des « 34 ans et moins » reconnaissent l'évolution alors que cette proportion n'est que de 51 % chez les « 55 ans et plus ». Soixante-sept pour cent des gens ayant fait des études collégiales ou universitaires admettent l'évolution alors que cette proportion n'est que de 55 % chez ceux qui n'ont fait que des études primaires ou secondaires.

    Il convient ici de souligner que l'âge et le degré de scolarité sont fortement liés (c.-à-d. que les plus jeunes sont généralement plus scolarisés) et que, à scolarité égale, l'opinion sur l'évolution dépend beaucoup moins de l'âge qu'il ne paraït à première vue. Enfait, chez les gens qui possèdent une formation de niveaux collégial ou universitaire, l'attitude face à l'évolution ne dépend plus de l'âge. La dépendance subsiste cependant chez les moins instruits.

  3. L'opinion des répondants au sujet de la télépathie ne dépend ni de leur âge ni de leur scolarité. En ce qui concerne la visite d'extraterrestres, les vies antérieures, la clairvoyance et les fantômes, les plus jeunes sont plus crédules que leurs aïnés. Pour l'astrologie, la tendance est inversée : ce sont les aïnés qui sont les plus crédules. Cette influence de l'âge sur l'opinion est, encore une fois, beaucoup plus forte chez ceux qui sont moins scolarisés. L'éducation semble amoindrir l'effet des ans…

    Face à l'homéopathie, toutefois, l'âge ne joue plus mais, paradoxalement, ce sont les plus instruits qui y croient le plus!

  4. Ceux qui croient au paranormal ont davantage tendance que les autres à avoir une attitude plutôt négative face à la science (question 9). En revanche, ceux qui reconnaissent l'évolution (et ceux qui sont plus scolarisés) ont une opinion plus favorable de la science. Par exemple, 43 % des Québécois qui reconnaissent la théorie de l'évolution sont d'avis que la science fait plus de bien que de mal. Par contre, pour ceux qui croient à l'astrologie, cette proportion tombe à 33 %.

  5. Les femmes croient plus à l'astrologie alors que les hommes croient davantage aux extraterrestres. Ce fait était déjà connu (voir le Québec sceptique, numéro 16-17, pages 7 à 11), il est intéressant de le trouver à nouveau confirmé : 50 % des femmes croient à l'astrologie contre 38 % des hommes, alors que 51 % de ces derniers croient aux extraterrestres contre 37 % des femmes. Peut-on conclure que les hommes préfèrent le fantastique « dur » et que les femmes sont plus attirées par le fantastique « doux » ?

  6. Les hommes sont un peu plus enclins que les femmes (67 % contre 57 %) à admettre le fait de l'évolution. Cette différence est vraisemblablement explicable par le fait que ceux-ci sont encore en moyenne légèrement plus scolarisés. Par contre, en ce qui a trait à la télépathie, aux vies antérieures, à la clairvoyance, aux fantômes et à l'homéopathie, il n'y a pas de différence significative entre les opinions des hommes et celles des femmes.

  7. Aucune différence significative entre les opinions des anglophones et celles des francophones n'a pu être constatée lors du sondage.

  8. En ce qui concerne l'influence du domaine d'études sur la crédulité des gens, l'analyse des données a été rendue difficile en raison de la trop grande fragmentation de l'échantillon (certaines catégories n'étant représentées que par quelques individus).

Greg Erwin a toutefois poussé plus loins son analyse en imaginant un paramètre commode qui permet de mesurer le degré de « crédulité globale » de chaque individu. Il suffit de donner un point à chaque réponse « oui » ou « probablement » aux questions 1 à 7 et un point supplémentaire pour une réponse « non » ou « probablement non » à la question 8 (pour un total possible de 8 points). Plus le score est élevé, plus l'individu est considéré comme « crédule ».

Voici donc la moyenne obtenue par les représentants de chaque secteur professionnel selon l'ordre croissant de « crédulité globale » :

informatique 3,2
langues et lettres 3,2
enseignement 3,4
architecture et génie 3,4
sciences pures 3,6
administration, finance et secrétariat 3,8
médecine 3,9
sciences humaines 3,9
biologie 4,2
santé (autre que médecine) 4,2
arts et musique 4,3

De même, on peut établir la classification suivante en fonction des régions de la province :

Lac Saint-Jean 1,1
Thetford Mines 2,5
Gaspésie 2,7
Sherbrooke 3,2
Outaouais 3,4
Île de Montréal 3,8
Banlieue de Montréal 4,3
Québec et banlieue 4,4

Comparaison avec des étudiants de biologie

Monsieur Pierre Couillard, professeur de biologie à l'Université de Montréal, a pris l'heureuse initiative de soumettre le questionnaire du sondage à 167 de ses étudiants. Comme ce fut le cas lors de l'analyse des résultats du sondage principal, les réponses aux questions 1 à 7 se sont avérées fermement correlées : c'est-à-dire que plus un individu est crédule face à un phénomène paranormal, plus il a tendance à croire à tous les autres.

Parmi les étudiants de monsieur Couillard, les filles apparaissent nettement plus crédules que les garçons. Par exemple, 34 % de celles-ci ont déclaré croire à l'astrologie alors que seulement 8 % des garçons sont de cet avis. Un contraste tout aussi remarquable entre filles et garçons se répète à chacune des sept premières questions (sauf à la question 2… qui porte sur les extraterrestres).

D'une manière générale, les étudiants sont à peine moins crédules que le reste de la population face au paranormal (question 1 à 7). Ainsi :

croient en étudiants population
télépathie 59 % 66 %
extraterrestres 34 % 41 %
vies antérieures 33 % 41 %
clairvoyance 49 % 51 %
fantômes 43 % 38 %
astrologie 21 % 45 %
homéopathie 47 % 42 %

Notons que parmi ces écarts, seul celui concernant l'astrologie est statistiquement significatif - tous les autres se situent à l'intérieur des fluctuations « normales » dues au hasard. Ils ne permettent donc pas de conclure que les opinions des étudiants sont réellement différentes de celles de la population en général.

Soulignons au passage que les étudiants de biologie reconnaissent (heureusement!) massivement la théorie de l'évolution.

Étant donné que l'un des principaux objectifs des Sceptiques du Québec est de promouvoir la pensée rationnelle et l'esprit critique face au paranormal, ce sondage d'opinion nous rappelle à quel point nous avons du pain sur la planche.


Copyright © 1999-2017 Les Sceptiques du Québec, inc.