logo
Accueil » Ressources » Notre revue » Articles publiés » Esprit sceptique, qui es-tu?
Esprit sceptique, qui es-tu?

par Laurent Lafleur

Extrait du Québec sceptique no 25, page 13, printemps 1993.

La croyance au paranormal existe depuis les débuts de l'humanité. Elle a essentiellement servi à expliquer le pourquoi des choses. À mesure que les connaissances réelles ont avancé, le paranormal a reculé. Mais, même si l'on ne croit plus que les orages soient dus à la colère du dieu Thor, nombreux sont ceux qui croient encore que les planètes dirigent nos destinées. Qu'en est-il?

Le grille-pain.

Qui ne se sert pas quotidiennement d'un grille-pain? J'en ai acheté un il y a cinq ans; il fonctionne toujours… et tous les jours. J'imagine que plusieurs brevets de grille-pain ont été étudiés, que l'un d'eux a été choisi et perfectionné. Mon appareil fonctionne depuis des années et on me l'a vendu avec une garantie d'un an. Tout cela pour la bagatelle de 19,95 CAD.

Vous allez me dire que c'est banal, que l'on peut aller n'importe où et acheter n'importe quel grille-pain et qu'il fonctionnera aussi bien, avec la même garantie, et à un prix équivalent. Bien entendu, vous avez raison!

Mais qu'en est-il maintenant du paranormal?

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le paranormal ne fonctionne pas aussi bien - malgré les prétentions de certains. Même après des décennies de recherche, personne n'a réussi à prouver, hors de tout doute raisonnable, l'existence d'une faculté paranormale, l'effet des planètes sur notre vie, la visite d'extraterrestres ou quoi d'autres encore!

Malheureusement, en matière de paranormal, rien n'a été prouvé.

Et, contrairement au grille-pain, le paranormal coûte généralement beaucoup plus cher - une seule séance chez un clairvoyant peut facilement s'élever à 50 CAD - et n'offre aucune garantie de satisfaction.

Évidemment, me direz-vous, on ne demande pas autant d'efficacité au paranormal qu'à un grille-pain.

Et pourtant… Lorsqu'on examine les prétentions des « médiums », on réalise que ce qu'ils prennent pour du paranormal n'est en rien authentique. Ils clameront, par exemple, avoir prédit tel événement, mais ils oublieront les dizaines, voire les centaines d'affirmations erronées.

Par ailleurs, la précision dont ils font si souvent état ne se vérifie à peu près jamais. Comme l'a maintes fois rapporté mon confrère Claude Lafleur, les clairvoyants ont le talent extraordinaire… de prédire le passé! Quant à l'avenir, c'est une tout autre histoire (1).

Ce qu'ils prennent en fait pour de la voyance n'en est pas. Pourtant, ils sont souvent capables d'impressionner le commun des mortels au moyen d'affirmations extraordinaires. Voilà qui s'explique aisément puisque c'est de la sorte que tout « bon » voyant réussit à gagner sa vie. Toutefois, l'étude rétrospective de ses prédictions nous permet de lever le voile de l'illusion et de découvrir qu'« y a rien là ».

Parmi les milliers de personnes qui prétendent détenir des pouvoirs, aucune n'a été capable de nous faire une démonstration convaincante! Voilà qui est frustrant… et pour le moins révélateur, selon nous.

Qu'importe! Des milliers d'entre eux, sur simple rendez-vous et en échange d'une somme d'argent, prétendent sans gêne vous révéler l'avenir…

Oh, bien sûr, dans de nombreux livres, dans les journaux, à la télé et à la radio, on rapporte les prétendus exploits des « médiums ». On n'hésite pas à les interroger, à les écouter, mais on oublie toujours de vérifier si leurs affirmations passées se sont révélées vraies! On en parle, on parle beaucoup du paranormal, mais on ne cherche pas à savoir s'il y a quelque chose d'authentique dans toutes ces prétentions.

Mais nous, les Sceptiques, ne sommes pas intéressés à parler du paranormal, nous voulons le voir! Nous désirons trouver quelqu'un qui nous apportera la preuve de quelque chose de paranormal. Si cela devait arriver, ce serait un événement extraordinaire pour l'humanité : enfin l'on saurait que…! [N.D.L.R.: c'est à la une du Québec Sceptique que nous en ferions état!!]]

Entre-temps, nous tentons de démasquer les pratiques des charlatans. Il faut dire que lorsqu'on fréquente le milieu du paranormal, on réalise rapidement qu'il y en a un très grand nombre. C'est d'ailleurs ce que rapportent beaucoup de « croyants » et de « médiums »; voilà justement le point sur lequel tous s'entendent.

L'objet de nos recherches.

Au Québec, il y aurait à l'heure actuelle des milliers de personnes qui prétendent connaître l'avenir, qui croient faire des voyages astraux, qui pensent entrevoir votre état d'âme et votre santé, qui seraient en relation avec des entités extraterrestres… et j'en passe!

Nous, Sceptiques, aimerions que l'une d'entre elles nous en fasse la preuve - seulement une!

Toutefois, afin d'éviter de nous faire manipuler ou d'être victimes de nos impressions, nous exigeons qu'une telle démonstration soit faite selon un protocole d'expérimentation scientifique convenu à l'avance entre nous et la personne qui désire nous faire une démonstration.

Pourquoi s'en tenir à la méthode scientifique? Pourquoi ne pas tout simplement voir par soi-même de quoi il s'agit, comme le fond tant de « croyants »? « Il n'y a qu'à consulter telle astrologue, vous verrez, elle est extraordinaire », nous affirme-t-on si souvent.

Nous, nous tenons à la méthode scientifique parce qu'elle n'a rien de sorcier; comme l'explique Raymond Chevalier, c'est la méthode que tous nous appliquons dans notre quotidien et, surtout, c'est la meilleure façon de distinguer ce qui est vrai et de ce qui est faux.

En effet, nous devrions tous savoir depuis longtemps que nul ne peut se fier à ses sens pour appréhender la réalité. Il n'y a qu'à voir comment un magicien parvient si facilement à nous berner. Ainsi, celui-ci peut aisément scier en deux une femme, puis la recoller, sans même laisser la moindre égratignure! Quel exploit « paranormal »! C'est du moins ce que des centaines de spectateurs croiront voir en même temps. Hé non, ils ne sont pas tous fous, drogués, et quoi d'autres; ils ont vu une femme se faire couper en deux! Mais était-ce vraiment ce qui s'est produit? se demandera un sceptique…

C'est pourquoi, dans le cadre d'une véritable démonstration d'un phénomène paranormal, nous tenons à développer un protocole d'expérimentation en étroite collaboration avec le ou la « médium ». Il s'agit d'une tâche très délicate et qui demande parfois des mois de travail.

Éducation populaire.

En plus de mettre à l'épreuve les supposés détenteurs de pouvoirs paranormaux, nous tentons dans la mesure de nos ressources de diffuser le fruit des recherches et des connaissances sceptiques. Il faut savoir que nous faisons partie d'un réseau mondial de sceptiques et que, depuis des décennies, des centaines de travaux ont permis d'expliquer de nombreux phénomènes prétendument paranormaux.

Pour renseigner le public, nous avons notre bulletin, nos soupers publics et nos conférences. Presque chaque semaine, un Sceptique passe à la radio ou à la télévision, ou un article parle de nous.

En promulguant de la sorte la démarche sceptique, nous voudrions encourager les gens à penser davantage d'une manière rationnelle.

Trop souvent, le public tombe dans les griffes d'exploiteurs. Il y a des sommes considérables et des espoirs importants qui sont investis chaque année dans le paranormal. Au Québec, cette « industrie » atteindrait aisément quelques millions de dollars annuellement.

Pensez à tous les objets vendus en rapport avec le paranormal : livres, cristaux, encens, porte-bonheur, musique, etc. Pensez à tous les cours offerts : balancer votre énergie, voir les auras, apprendre à léviter, etc. Pensez à toutes les réunions publiques, aux salons de l'ésotérisme, aux salons du Nouvel Âge, de l'occultisme et à toutes les autres réunions moins prestigieuses. Tout cela, et bien plus, sans que personne n'ait amené un élément de preuve!

Notons que, en regard des milliers de gens qui font de l'argent avec le paranormal, les Sceptiques sont finalement les seuls à ne pas en faire. En effet, nous sommes tous bénévoles et nous n'avons aucun intérêt financier à pourfendre le paranormal.

Nous sommes une jeune et petite organisation dont le dévouement est toutefois très grand. Quelques-uns de nos membres vont jusqu'à consacrer 25 heures par semaine pour cette cause à laquelle ils croient.

Pourquoi être sceptique?

Pourquoi consacre-t-on bénévolement tant d'énergie et de temps au scepticisme? En fait, chacun des membres du groupe a ses propres raisons. En voici quelques-unes qui sont parfois évoquées.

En premier lieu, parce que le paranormal intéresse chacun d'entre nous. À sa manière, on cherche à être mieux informé.

Parce que l'on veut savoir où est la vérité. « Est-ce vrai ce que l'on nous rapporte dans les livres? Est-ce vrai que l'on a prouvé tel phénomène? » Chaque Sceptique se pose ce genre de questions et cherche à trouver des réponses.

Parce que les Sceptiques sont des gens sympathiques et que nous nous amusons bien ensemble. En effet, le groupe est formé de gens qui sont, pour la plupart, passionnés et qui aiment rire. C'est l'un des milieux où l'on côtoie des personnes de toutes les formations.

Parce que certains d'entre nous ont le sentiment d'être utiles à la société en faisant croître l'esprit rationnel. Plusieurs sont troublés par l'omniprésence du paranormal dans le quotidien, et nous nous inquiétons que l'on en fasse cas si peu souvent.

Parce que nous désirons apporter un certain réconfort à ceux et celles à qui le paranormal a fait du tort. Le paranormal n'est pas aussi inoffensif qu'on le croit souvent. Il n'y a qu'à penser aux « Médecins du ciel » - ces médiums sur l'incitation desquels de nombreuses personnes ont abandonné leur maison, ont quitté leurs proches et leur travail. Pire, on rapporte qu'au moins une personne a perdu la santé et une autre est décédée à la suite de leur fréquentation (voir le QS #24, décembre 1992, p. 12-16).

La philosophie du groupe

Les Sceptiques se veulent des gens tolérants à l'égard des croyances d'autrui. Généralement, une personne arrive dans le groupe avec son bagage de croyances et de noncroyances. « J'ai toujours pensé que la graphologie était une science… alors que l'astrologie n'est évidemment que de la foutaise… » Ne nous leurrons pas : nous sommes à l'image de la société.

Ce qui nous distingue, c'est un désir de cheminer vers une meilleure connaissance de la réalité. Si nous sommes plus tolérants face aux « crédules », nous avons tendance à l'être moins vis-à-vis de ceux qui les exploitent.

Rêve contre scepticisme.

Un reproche que l'on nous fait parfois est que la pensée sceptique empêcherait les gens de rêver librement. On nous dit qu'il n'y a rien de mal à lire son horoscope, à fréquenter un « médium » qui communique avec l'au-delà, etc. Après tout, cela ajoute de la fantaisie dans notre existence…

Mais jusqu'où peut-on aller dans nos fantaisies?

Je me souviens, entre autres, de cette dame qui s'inquiétait de voir son mari dépenser 175 CAD par semaine pour une consultation en channeling et qui appréhendait beaucoup la fin de semaine intensive de son mari avec la médium… au coût de 2000 CAD! Je repense aussi à cette psychologue troublée parce que l'on lui avait apparemment jeté un sort. Elle avait beau ne pas y croire, elle nous a quand même téléphoné afin d'être rassurée…

Pensons à tous ceux et celles qui fondent leur vie sur le rêve - l'horoscope, la loterie, ou toute la gamme des superstitions - au lieu d'assumer leur destinée. C'est bien de rêver - et même essentiel, mais il est aussi capital de faire la différence entre le rêve et la réalité.

En fait, la recherche de la vérité ne s'oppose pas au rêve; au contraire même, elle le stimule. Ainsi, depuis le début de l'humanité, l'homme a rêvé de voler. Aujourd'hui nous volons, non grâce à la lévitation mais en avion. La juste compréhension du fonctionnement de la nature permet aussi de réparer divers membres du corps, de sauver des vies, d'aller vers les planètes, etc.

Pour terminer, j'aimerais vous raconter une petite anecdote, pour bien montrer que le scepticisme et les Sceptiques ne s'opposent d'aucune façon au rêve et à la fantaisie. L'année dernière, j'ai participé à une confrontation à la radio. Un des « opposants » était visiblement dérangé par notre esprit rationnel. Pour lui, nous étions des « empêcheurs de rêver ».

De plus en plus mécontent, il a fini par nous dire que nous bloquions l'imaginaire, que nous détruisions le rêve. J'ai reçu cette accusation avec un franc sourire puisque… je gagne ma vie comme artiste peintre! C'est ainsi que je peins des lutins, des fées, des enfants qui flottent dans le cosmos en lisant des bandes dessinées… Somme toute, je gagne ma vie en rêvant!

Et je ne suis pas un cas unique, loin de là. Rappelons Isaac Asimov, qui est à la fois l'un des plus grands vulgarisateurs scientifiques et l'un des maîtres incontestés de la science-fiction. Il était en outre un ardent promoteur de l'esprit rationnel et du scepticisme, ce qui ne l'a pas empêché d'imaginer des personnages ayant des dons paranormaux…

Notes

(1) Voir : « Les prédictions 1974 de Mario de Sabato », QS #16/17, mars 1991, p. 13-17; « Nostradamus : irakien-là! », QS #18, mai 1991, p. 8-11; « Nostradamus 1999 : facile de réécrire l'histoire, QS #19, septembre 1991, p. 16-17; « Andrée d'Amour : l'exemple d'une astrologue québécoise », QS #19, septembre 1991, p. 18-20; « Six trucs utilisés par tous les astrologues », QS #19, septembre 1991, p. 21-22; « Les prévisions 1991 de Marcel Charland », QS #21, mars 1992, p. 28-31; « Les destinées du Québec et du Canada selon l'astrologue Huguette Hirsig » et « Madame Hirsig n'avait pas entrevu… », QS #23, septembre 1992, p. 36-39; « Encore les fausses prophéties de François Payotte », QS #24, décembre 1992, p. 19-21

Copyright © 1999-2017 Les Sceptiques du Québec, inc.