logo
Accueil » Ressources » Notre revue » Articles publiés » Prenons garde aux thérapies dites alternatives

Prenons garde aux thérapies dites alternatives

par Ken Holland

Extrait du Québec sceptique no 25, page 31, printemps 1993.

Ken Holland est directeur du service des enquêtes de la Corporation professionnelles des médecins du Québec.

Jadis, le « bouche à oreille » était le principal véhicule des thérapies dites alternatives. Un parent, un ami ou une connaissance, tous bien intentionnés, recommandaient à la personne qui se disait malade d'aller consulter untel, ou d'essayer tel ou tel produit en ajoutant peut-être: « Qu'est-ce que tu as à perdre? Cela a marché pour moi! Tu éviteras une opération! Il n'y a pas d'effets secondaires! C'est reconnu dans d'autres pays!… »

Aujourd'hui, nous sommes à l'ère de l'information. Au « bouche à oreille » nous pouvons ajouter les journaux, revues, radios, télévisions; tous nous inondent d'une multitude de détails sur une panoplie de sujets à sensation. En tant qu'individus, nous n'avons aucunement le temps d'absorber et encore moins de rechercher ou de vérifier l'exactitude de ces énoncés.

Sous la bannière de l'Espoir, souvent soutenue par une « promesse de guérison », un cortège de thérapies non éprouvées circule sans interruption.

Ce qui m'amène à dire que nous jouons à la loto-santé lorsque nous décidons de recourir aux thérapies alternatives qui peuvent utiliser l'un ou l'autre des titres suivants : aimantothérapie, auriculothérapie, bioénergie, magnétothérapie, catharsis, champs magnétiques, chromothérapie, jeûne, électrophysiologie, clairvoyance, emplâtres, guérison spirituelle, médiumnité, holothérapie, homéopathie, hypnothérapie, iridologie, irrigation du côlon, kinésithérapie, lasérothérapie, radiesthésie, massothérapie, naturopathie, occultisme, orthothérapie, ostéopathie, parapsychologie, phytothérapie, polarité, pulsologie, ramancheur/rebouteur, réflexologie, sophrologie, technique morontielle, sympathicothérapie, spiralogie, tropologie, urinothérapie…

Ces thérapies non éprouvées se fondent souvent sur l'un ou l'autre des points suivants :

  1. Le traitement est basé sur une théorie non scientifiquement prouvée;
  2. Un régime alimentaire particulier s'y rattache ou il doit y avoir un changement de mode de vie;
  3. Le traitement est sans douleur, non toxique et sans effets secondaires;
  4. Les médias à sensation en parlent souvent;
  5. L'effet placebo est lié au fait de s'engager entièrement et d'y croire;
  6. L'esprit critique devrait être remplacé par une confiance aveugle;
  7. Les témoignages de patients sont le fondement de la publicité;
  8. La formule en est secrète pour éviter que la médecine officielle ne s'en empare;
  9. Les promoteurs se disent persécutés et incompris par la médecine officielle;
  10. Les promoteurs réclament le libre choix du patient au traitement désiré;
  11. Ces thérapies font souvent l'objet d'une promesse de guérison des maladies habituellement incurables.

Avant d'essayer toutes ces thérapies alternatives, de peur d'en manquer une qui s'avérerait être la planche de salut, il y a un test « diagnostique » très simple à faire : Allez voir un guérisseur, regardez bien l'iris de son oeil et demandez-lui : « Que pensez-vous de monsieur Untel, thérapeute alternatif, qui pratique non loin ici? »

Il vous dira fort probablement que ce n'est qu'un charlatan, que sa thérapie n'est pas bonne, etc.

Pour conclure, rapportons un texte qu'a fait publier en 1972 W.M.C. Brown Company Publishers dans Consumer Health et que l'on pourrait intituler : « Attention à toute publicité… »

Le jeune et la personne âgée, l'intellectuel et l'illettré, le riche et le pauvre, tous sont des victimes potentielles de l'imposteur et du charlatan. Même ceux qui ne tomberont jamais dans le piège du charlatan qui promet le remède miracle contre le cancer, peuvent se laisser influencer par une publicité insidieuse qu'offrent les industries de l'automobile ou des cosmétiques.

Si jamais il vous est arrivé de consulter un médecin, de prendre un remède pour un mal de tête, d'utiliser un produit pour vous embellir ou bien d'absorber un aliment ou une vitamine parce que « c'était bon pour vous », vous êtes probablement parmi les millions de personnes leurrées qui dépensent une fortune pour des produits ou des services dangereux, inutiles ou tout simplement ridicules.

Le charlatanisme est aussi vieux que le genre humain, et le premier médecin était probablement déjà en compétition avec le premier charlatan.

Assurément, aujourd'hui, nous sommes trop sophistiqués pour être dupés par les boniments d'un animateur de spectacle de guérisons ou leurrés par un vendeur d'huile de serpent ou d'un quelconque élixir avec la promesse de nous guérir de toutes les maladies, de l'asthme à la zoonose. Le colporteur moderne a adapté et raffiné ses techniques de telle façon que son commerce ainsi que ses produits ont pris de l'expansion.

Quand une fausse ou trompeuse publicité est délibérément, frauduleusement ou prétentieusement proposée pour un aliment, un médicament, un service, un appareil ou un produit de beauté, cela est du charlatanisme.

Peu importe que le charlatanisme soit pratiqué par le sorcier ou le médecin diplômé; par le chaman ou le pharmacien; par le fabricant de médicaments brevetés ou le fabricant de médicaments prescrits; par le fabricant de produits naturels ou le commis d'un magasin d'aliments naturels; par le conférencier spécialisé dans le domaine de la santé, le diététiste autodidacte, le guérisseur itinérant ou l'opportuniste d'un jour, ou nos plus respectueux industriels de l'alimentation, des produits pharmaceutiques, appareils et produits de beauté c'est quand même du charlatanisme.

Peu importe également le masque emprunté ignorance, superstition, peur, crédulité, folklore, mythe, demi-vérité ou mensonge, c'est encore du charlatanisme.

Et peu importe si le produit est inoffensif ou s'il apporte un soulagement psychosomatique; qu'il soit produit par une obscure compagnie ou bien une entreprise honorable sa promotion fait encore partie du charlatanisme.

Souvent, nos défenses modernes sont trop facilement pénétrées par la persuasion des fournisseurs spécialistes en supercherie qui nous présentent comme preuves des dessins anatomiques ingénieux, un jargon pseudoscientifique, des statistiques provenant de sondages soi-disant objectifs. Si nous devons nous défendre contre un barrage de fausses prétentions et de clichés trompeurs, nous devons apprendre à reconnaître les pratiques mensongères non seulement dans le charlatanisme mais aussi dans le monde de la publicité via les médias.


Copyright © 1999-2017 Les Sceptiques du Québec, inc.