logo
Accueil » Ressources » Notre revue » Articles publiés » James Randi dévoile les trucs du paranormal
James Randi dévoile les trucs du paranormal

par Alain Roy

Extrait du Québec Sceptique no 32/33, page 21, hiver 1995

Le 19 octobre 1993, « Nova », la très célèbre émission de vulgarisation scientifique diffusée sur les ondes de PBS, s'est consacrée à la carrière de démythification de notre réputé collègue James Randi [Thiriart, Philippe (1993) James Randi, les leçons d'une mystification, Le Québec sceptique #27, p. 35-37]. Durant une heure, l'épisode intitulé « Secrets of the Psychics » nous fait pénétrer dans les coulisses du paranormal. L'émission est narré par Randi lui-même, qui nous a donc fait vivre ses enquêtes. « Depuis vingt-cinq ans, j'ai investigué les prétentions de centaines de médiums. Les gens ne sont pas toujours heureux des conclusions auxquelles j'arrive, annonce-t-il, mais j'ai néanmoins mes supporteurs… »

Uri Geller : le prétendu médium israélien

La premier cas présenté a été celui d'Uri Geller, cet Israélien qui prétend avoir des pouvoirs surnaturels. Lors de spectacles à travers le monde, Geller plie divers objets comme des clefs ou des cuillères et lit la pensée des gens grâce, prétend-il, au seul pouvoir de sa volonté.

Randi démontre pourtant aisément que Geller ne fait rien de véritablement extraordinaire avec des clefs. D'abord, le magicien reproduit l'illusion en tenant entre ses doigts une clef déjà pliée, mais de telle manière à ce qu'elle paraisse se courber sous nos yeux. « Les magiciens appelle ce truc "ratcheting", précise Randi. Pour le réussir, la clef doit avoir été préalablement pliée. Bien sûr, la partie la plus difficile est de parvenir à la plier sans se faire voir. Il y a plusienrs méthodes pour y arriver. Je peux, par exemple, presser son bout contre le dessus de la table. Ou je puis balancer ma chaise d'en avant en arrière, comme je l'ai fait, dissimuler momentanément la clef sous la table et la plier rapidement sur la chaise sur laquelle je suis assis. C'est précisément ce que j'ai fait. Vous ai-je eu? » (Évidemment, personne n'a rien vu!)

Plier une cuillère est à peine plus compliqué. Il suffit, avant la démonstration, de la ramollir en la pliant à quelques reprises afin d'affaiblir le métal. Devant le public, on réchauffe la cuillère entre ses doigts en lui disant : « Plie, plie, plie ». Et celle-ci pliera avec un minimum d'efforts.

Quant aux dessins reproduits par télépathie, il y a plusieurs façon de s'y prendre. James Randi fait remarquer que, dans ses démonstrations, Uri Geller tourne le dos au dessinateur en se couvrant les yeux de ses mains, pendant que celui-ci trace un dessin. Randi trouve cependant quelque peu étrange que Geller ait besoin de se couvrir les yeux de ses mains alors qu'il a le dos tourné. Le magicien montre alors que Geller peut en réalité dissimuler dans la paume de ses mains des miroirs qui lui permettent justement de voir derrière lui! Randi précise : « Depuis des années, les mentalistes font le truc du dessin caché. Si M. Geller a choisi de recourir à la tricherie, il peut se servir de différentes techniques. »

L'enquête sur Geller se termine à l'émission « The Tonight Show » de Johnny Carson (qui est magicien amateur). Pour qu'il n'y ait pas de tricherie, Randi s'était assuré que les objets à plier avaient été apporté par l'équipe de l'émission, et que ni Geller ni personne de son entourage n'aient pû les approcher. Curieusement, une fois en onde, rien ne va plus pour Geller… qui prétexte alors de mauvaises ondes dans la salle!

Pour Randi, ces démonstrations ne veulment pas dire que les phénomènes surnaturels n'existent pas, mais plutôt qu'on peut souvent les expliquer par des méthodes plus raisonnable.

Les manipulations des guérisseurs

La fulgurante popularité des télé-évangelistes guérisseurs, au cours des années quatre-vingt, a également retenu l'attention de Randi. « J'ai alors pénétré dans un monde rempli de fantaisies et d'abus : le monde des "faith healers", constate Randi. Je me suis particulièrement intéressé à un télé-évangeliste du nom de Peter Popoff. À cette époque, Popoff retirait près de quatre millions de dollars américains par année en traitant les gens dans le cadre de ses "Croisades de miracles". »

Popoff épatait l'assistance en approchant des individus qu'il ne connaissait pas, mais qu'il interpellait pourtant par leur nom, en précisant la maladie dont ils souffraient ainsi que de nombreux autres détails personnels. De telles démonstrations étaient si impressionnantes qu'on ne pouvait faire autrement que de croire que Popoff possédait bel et bien un pouvoir divin.

Randi avait cependant remarqué que Popoff portait à une oreille un appareil auditif, ce qui était curieux pour quelqu'un prenteduement capable de guérir les maladies de tout le monde. Le divin homme souffrait-il de surdité incurable… ou de quelque chose d'autre?

Randi s'est rendu à l'une des croisades miraculeuse de Popoff en apportant avec lui un petit récepteur radio. Rapidement, ses soupçons ont été confirmés : le faiseur de miracles recevait de son épouse des signaux radio émis par un mini appareil récepteur caché dans son oreille. Mme Popoff lui dictait les informations que les fidèles avaient inscrits avant la cérémonie sur des cartes de prière.

On invita ensuite Popoff à l'émission « Tonight Show » mais, cette fois, la supercherie a été démontré devant des millions de téléspectateurs! Bilan de l'enquête de Randi : en 1987, le télé-guérisseur a dû déclarer faillite.

À une autre émission du « Tonight Show », Randi a révélé les méthodes des guérisseurs philippins qui prétendent faire des opérations chirurgicales sans utiliser ni bistouri ni scalpel. Randi a lui-même démonstré les techniques de manipulation employées par ceux-ci, en dissimulant dans un « faux pouce » en caoutchouc du sang et des abats de poulet. De l'autre main, il plie ses doigts de manière à faire croire qu'il les rentre sous la peau du patient [Randi, James (1982) Flim-Flam!, Prometheus Books, pp.173-188]. C'est ainsi que des pseudo-guérisseurs, fort réputés, traitent leurs patients, sans leur laisser de cicatrice… ni de réel bienfait!

Des horoscopes personalisées

Randi ensute le « plus vieux système pour prédire l'avenir » : l'astrologie. Invité dans une classe d'universitaires, Randi distribue des horoscopes à tous les étudiants en leur disant qu'un professionnel les a écrit en se basant sur le lieu et la date de leur naissance. Chacun lit son horoscope, puis Randi les prie d'évaluer la justesse des prédictions. Les résultats parlent d'eux-mêmes; la très grande majorité accorde un note de véracité et 4 ou 5 sur 5. Ensuite, Randi demande que chacun de passer son horoscope au voisin d'en arrière. Surprise, tous ont eu le même horoscope!

Randi explique alors que tout le monde peut se reconnaître dans l'horoscope puique qu'ils sont écrits justement de manière à ce que tout le monde puisse s'y identifier d'une manière ou d'une autre. On écrit par exemple des phrases comme « Vous avez récemment dû vous remettre d'une déception », ou « Vous avez énormément de capacités que vous n'exploitezpas ».

Alors, pourquoi les gens lisent-ils leur horoscope aussi fidèlement? Selon Randi, nous désirons tous croire que l'on a un contrôle sur notre vie. Or, sachant ce qui va arriver en lisant l'horoscope, on a l'impression d'avoir un peu plus de contrôle sur notre vie.

Le scepticisme de Randi dérange beaucoup de monde, rappelle son collègue psychologue Ray Hyman : « Les sceptiques ne font qu'enlever quelque chose et ne donnent rien en retour. Les gens qui croient en l'astrologie par exemple, veulent des réponses, cherchent quelque chose. Il faut donc comprendre ce qu'ils cherchent. »

Hyman sait de quoi il parle; il a défrayé ses études de psychologie en lisant les lignes de la main. Sans y croire, il connait le sujet à fond. Sa brève carrière connait dès le début un tel succès qu'un jour un de ses collègues parie que Hyman pourrait réussir aussi bien même s'il disait complètement l'inverse de ce qu'il voit. A sa grande surprise, ses clients restent satisfaits.

Cette expérience de Hyman explique jusqu'à quel point les gens font confiance à leur gourou. Selon lui, un médium qui décèle rapidement le type de personnalité de son client a plus de chance d'être convaincant. Aussi, le client convaincu d'avance croit à peu près n'importe quoi. Mais de toute façon, ceux qui consultent sont généralement vendus d'avance.

La Russie : nouvelle terre de prédilections paranormales

L'enquête suivante conduit Randi à Moscou, le paradis du paranormal. Cette réputation de la capitale russe vient semble-t-il de la guerre froide, alors que le Kremlin prétendait avoir fait une percée dans les pouvoirs et les contrôles de l'esprit.

Pour son investigation, Randi se rend d'abord à l'Institut du Cerveau de Moscou pour y interroger des scientifiques qui ont réussi à mesurer des phénomènes psychiques dans des laboratoires. Ignachenko, un des médiums les plus réputés de Moscou, parviendrait à changer les ondes cérébrales et la tension artérielle de ses sujets.

Randi veut donc reproduire l'expérience. Pour s'assurer de l'objectivité des scientifiques, il demande qu'on isole Ignachenko dans une pièce séparée. L'expérience se déroule pendant une heure divisée en quatre séances de quinze minutes. Pendant chacun de ces quarts d'heure, le médium tente de modifier soit les ondes cérébrales du sujet, soit sa tension artérielle, ou soit rien du tout.

Lors de la première séance, Ignachenko ne fait rien du tout. Au cours de la deuxième, il tente de modifier la tension artérielle du sujet. Dans la troisième et quatrième, les ondes cérébrales. Après l'expérience, les scientifiques disent que lors du premier quart d'heure le médium a modifié la tension artérielle du sujet, alors qu'en réalité il n'a rien fait du tout. Pendant le deuxième quinze minutes, après un peu d'hésitation, ils disent que Ignachenko a changé les ondes cérébrales, alors qu'il a plutôt tenté de changer la tension artérielle. Les conclusions du troisième test sont justes, on a changé les ondes cérébrales. Pour la dernière séance, les scientifiques notent que rien n'a été tenté, alors qu'en réalité on a essayé de modifier les ondes cérébrales une deuxième fois de suite.

Un seul des quatre tests s'avère donc positif. Lors des expériences précédentes, on savait quel type d'intervention le médium allait tenter de faire. Il n'y avait donc aucune objectivité scientifique dans leur déroulement.

Le voyage de Randi à Moscou le conduit ensuite au Centre Médical Traditionnel Populaire. Ouvert depuis 1990, cette clinique attire chaque année plus de 30 000 patients qui vont y faire guérir tous les maux imaginables. Les guérisseurs qui travaillent au Centre prétendent stabiliser la chimie des corps par le pouvoir de leurs esprits.

De la même manière, un guérisseur peut énergiser de l'eau pour lui donner des propriétés curatives. Même s'il est supposément difficile de vérifier le pouvoir réel de cette eau à cause de l'effet psychologique de la suggestion sur les patients, Randi veut tester cette eau miracle. On prétend dans cette clinique pouvoir détecter un contenant d'eau chargée à cause du champ magnétique qu'il dégage. Le premier test cherche donc à vérifier comment les guérisseurs différencient l'eau miracle d'une eau potable ordinaire. Pour le test, Randi couvre d'un filtre opaque deux verres contenant chacun un des deux types d'eau. Les experts prétendent alors que ce test est impossible à réaliser à cause du pouvoir de l'eau miracle de charger l'eau normale placée à proximité.

Un deuxième test devient donc nécessaire. On dit de cette eau qu'elle peut faire baisser la tension artérielle. Randi propose alors qu'on prenne sa tension avant puis après qu'il en ait bu. Cette fois, il s'avère que personne dans la clinique ne savait utiliser un brassard de mesure de la tension artérielle…

Pour faciliter le test de détection en évitant que l'eau chargée ne contamine l'eau normale, les scientifiques proposent qu'on les place assez loin les uns des autres. C'est ce que fait Randi. On place donc quatre verres remplis d'eau à divers endroits, trois d'entre eux contenant de l'eau normale, et un de l'eau chargée. Le spécialiste a ensuite trois chances pour trouver celui contenant l'eau magique. A la fin, aucune tentative n'a réussi. L'excuse est, qu'avec le temps, les verres deviennent tous chargés…

Avant de quitter Moscou, Randi visite deux femmes capables de décrire précisément la vie et la personnalité de gens qu'elles ne connaissent pas à partir d'une photo. Leur pouvoir est tellement incroyable qu'il semblerait que même la police de Moscou les consulte pour résoudre les cas les plus difficiles. A partir d'une trentaine de photos fournies par Randi, les deux femmes choisissent donc celle qui les inspire le plus, une photo de Ted Bundy, un tueur en série exécuté pour ses crimes quatre ans auparavant.

Pendant la séance, les deux femmes disent que l'homme sur la photo est blond; il est brun; qu'il est peut-être psychologue; il l'est. Qu'il a un garçon; il a une fille; qu'il lui est arrivé quelque chose d'important trois ans plus tôt; il est mort depuis quatre ans. L'élément le plus important de sa personnalité, qu'il est un assassin, elles ne le devinent même pas… Les deux femmes justifient leur échec en disant qu'on ne leur avait pas donné assez d'indices, ce que Randi s'est d'ailleurs bien gardé de faire. De toute façon, un vrai médium n'aurait pas besoin d'indices pour trouver ce qu'il cherche.

Ce voyage dans les coulisses du paranormal jette une nouvelle lumière sur bien des phénomènes jusque là inexpliqués. Comme le dit Randi, il y a souvent des explications raisonnables, il s'agit de regarder derrière le rideau. Cet exposé ne prétend pas que la parapsychologie n'est que supercherie. Il suffit de voir comment les astres affectent les marées pour réaliser qu'ils ont sûrement un effet sur nos humeurs. Il faut quand même demeurer prudent et ne pas croire n'importe quoi. Que vous soyez à la recherche de l'âme soeur ou en quête des numéros gagnants à la loterie, votre intuition vaut autant que les visions de nombreux médiums.

Copyright © 1999-2017 Les Sceptiques du Québec, inc.