logo
Accueil » Ressources » Notre revue » Articles publiés » Aliments naturels
Aliments naturels

par Isabelle Burgun

Extrait du Québec Sceptique no 39, page 44, Hiver 1997.

Petite histoire de jus de betterave

La plupart des établissements d'alimentation naturelle ressemblent aujourd'hui plus à des épiceries fines qu'à des boutiques mystérieuses et démodées. Les employés sont identiques, les clients aussi. Exit la décoration granola d'antan, place à l'efficacité. Des aliments biologiques aux médications à profusion, les rayonnages gardent pourtant un côté secret. Et la multitude de produits a de quoi laisser perplexe plus d'un client.

Dans le rayon épicerie, les aliments biologiques sont invitants et colorés. De nombreux bocaux proposent des graines, des céréales, une quantité impressionnante de riz, de fruits secs, de céréales… provenant des coins les plus reculés de la planète. À la livre, seul le prix peut parfois décourager l'amateur de curiosité culinaire. La plupart des produits sont vantés purs à 100 %, préparés de manière traditionnelle. Ils ne contiennent pas d'agents de conservation ni de colorants, ce qui justifie sûrement leur prix. Le naturel est à la mode. Lorsque la demande est élevée, les prix le sont aussi.

Du côté de la médication santé, le naturel présente un petit côté Jean Coutu avec des étagères qui croulent sous les fioles, les pilules, les huiles essentielles… pour soigner tous les maux de la terre ou presque. Il y a de quoi perdre la tête pour soigner votre rhume. Poudre, gélule, flocons, teintures… Tous les rayons fournissent de nombreuses brochures pour vous aider dans votre choix, vantant les bienfaits thérapeutiques de ces produits et extraits de plante. Loin d'être scientifiques ou médicalement vérifiées, ces méthodes sont inspirées de recettes chinoises, traditionnelles, de bonne femme, orthodoxes… Il y a presque autant d'appartenance que de marques de commerce.

Naturopathie, homéopathie, aromathérapie, oligothérapie… tous ces régimes naturels se basent sur les vertus des plantes pour prétendre soigner. Il y a d'abord des produits à tout faire. D'après la publicité, le vinaigre de cidre est efficace contre la migraine, le stress, les maux de gorge, le rhume, les démangeaisons, les douleurs musculaires, les inflammations, les coups de soleil… et même contre les champignons aux pieds. Dans sa brochure, le petit-lait est connu pour soigner, depuis l'antiquité, les affections du foie et de la peau, la goutte, les affections des voies digestives, et permet aussi de régénérer les tissus et la circulation, de normaliser une trop haute tension… et de maigrir! On trouve également le thé vert qui diminuerait les risques de cancer. Il supprimerait ou ralentirait la production de tumeurs et aiderait à se prémunir contre les tumeurs du foie, du poumon, de la peau et du tube digestif. Le super aliment concentré Country Greens est également un tout en un. Ce nutriment renforcerait le sang et augmenterait l'immunité. Il purifierait, désodoriserait et désintoxiquerait l'organisme. De plus, une cuillère à thé de ce super aliment est moins coûteuse qu'une portion de jus de légumes ou de fruits, ou qu'une boisson gazeuse ou un café.

Chez les spécifiques, on retrouve les tisanes et les extraits de plantes. À chacune son bienfait. Camomille pour la digestion, lavande pour le surmenage, basilic pour le tonus, cyprès pour les douleurs aux jambes… On les retrouve aussi en biogranules, mélangeant extraits de plante et huiles essentielles. Des recettes de bonne femme dont les résultats ne sont pas vérifiés scientifiquement, même si, parfois, cela peut soulager. Et même si l'efficacité dépend de la foi. Pour lutter contre les douleurs articulaires, buvez une combinaison de plantes (griffe du diable, aubier de tilleul sauvage, feuilles de cassis, reine des prés…) et cela passera tout seul. Les plantes peuvent avoir des vertus, mais l'étrange, c'est de voir la diversité de celles qu'on leur attribue. La camomille, par exemple, aiderait à digérer, à dormir, à lutter contre la migraine, à soigner les ulcères de la bouche… Et si cela ne vous fait pas de bien, cela ne peut pas vous faire du mal!

On trouve aussi d'autres produits plus ou moins inoffensifs : les enzymes, les nutriments minéraux, les algues, les huiles essentielles… En ce qui concerne ces dernières, une extrême prudence s'impose car certaines huiles essentielles peuvent être la cause d'empoisonnements.

Complément ou supplément?

La supplémentation a le vent en poupe depuis de nombreuses années avec l'idée de remplacer un mauvais aliment par un bon. Le danger de cette méthode est la possibilité de carences, surtout chez les sujets en pleine croissance que sont les enfants. Une publicité vante, par exemple, que 3 cuillères à thé (10 g) de poudre de Spiruline Gandalf d'Hawaï, (des extraits de diverses plantes déshydratées) donneraient autant de protéines qu'un oeuf. Et ce produit apporterait même autant de calcium que 85 g de flétan; autant de fer que six artichauts et demi; autant de phosphore que six tasses et demie de chou vert râpé; autant de magnésium que deux betteraves et demie, etc. Alors pourquoi dépenser de l'énergie à composer des repas, alors que trois cuillères de poudre de Spiruline suffisent à contenter son homme? Ce produit existe également en comprimés, en flocons ou en capsules… Nous sommes bien loin du verger et du potager!

Oubliez le bon spaghetti aux boulettes de viande… Et la pizza toute garnie! Place aux menus macrobiotiques arrosés de breuvage naturel à base d'herbages fermentés. Voilà un menu qui vous changera de votre quotidien d'omnivore (à titre d'exemple, mais sans aucun respect d'un quelconque équilibre alimentaire).

En entrée, du végé-pâté au bacon fumé (fait entièrement de protéines végétales et sans agent de conservation) sur un lit de tomates séchées (le dix-septième de leur poids original) et saupoudrés de grains de seigle (germés dans une eau déchlorée, séchés à basse température et moulus). Pour le plat principal, remplacez la viande par des légumineuses (haricots, lentilles, pois, etc.) cuites (mais pas trop!) accompagnées de nouilles au sarrasin. La fraîcheur dans une salade d'algues au vinaigre de pépins de raisins.

Pour dessert, une mousse de fruit composée d'une boîte de tofu mou et d'un demi-pot de confiture sans sucre ni pectine. Ce dessert s'accompagne d'un verre de Rice Dream, une boisson de riz pauvre en calories, sans gras, sans cholestérol et sans sucre, et qui ne favorise pas la formation de mucus. Elle remplacera votre traditionnel verre de lait.

Les recettes santé des magazines

Le magazine Vitalité Québec présente son menu d'hiver protégé des clichés , dans son numéro de novembre-décembre dernier. Un article où l'on découvre la bataille que se livrent les adeptes du cru et ceux du cuit autour de la fameuse question : Doit-on consommer des crudités l'hiver? On y apprend que les végétariens se plaignent souvent d'avoir les pieds froids en hiver, que notre instinct à consommer des crudités l'été répond à une sagesse du corps qui envoie des messages, et que les scientifiques ignorent les huiles naturelles intactes (pressées à froid ), ne se prêtant à aucune expérience sur elles pensant tout simplement que ce sont des huiles.

Quelques pages plus loin, l'article L'immunité au naturel nous conseille d'augmenter notre système immunitaire en remplaçant la vaccination préventive par la consommation d'ail, d'extrait d'ail vieilli et d'astragale. Pour ainsi prévenir la grippe, le rhume, les otites, les infections virales, bactériennes et autres… Il est précisé dans le papier que : la qualité du produit choisi influencera beaucoup les résultats. En général, un produit peu coûteux donne peu de résultats. Beurre à l'ail, infusion à l'ail… La perle publicitaire : Contre la toux et le rhume, une petite cure d'Échinacée ? Consommée sous forme de teinture et de jus pendant 10 à 14 jours, l'Échinacée semble, grâce à certains de ces composants, renforcer le système immunitaire. Une petite infusion à l'ail avec ça?

Dans le journal santé L'émeraude de novembre 96, l'article L'Institut Hippocrate et l'alimentation vivante m'alerte. Écrit par Monica Péloquin - le principal contact à Montréal de cet institut - ce texte annonce que l'Institut est pionnier dans le mouvement de la super-nutrition. Pour 160 USD par jour, vous aurez droit à un programme santé composé d'un savant dosage d'aliments vivants riches en oxygène (chlorophylle) et enzymes, tels que le jus d'herbe de blé, germinations, légumes et fruits organiques… À l'arrivée et le jour du départ, deux prises de sang pour voir la qualité du terrain dans lequel baignent nos cellules ou virus, parasites et même les signes d'un cancer, d'une arthrite ou de toute dégénérescence possible. Le tout au microscope! Le plus alarmant est que l'article - et la publicité l'accompagnant - vante des cures pour : inverser la gravité des maladies comme le cancer, la candidose, l'embonpoint, les MTS, le diabète, l'artériosclérose…

En page 16, un article sur l'aromathérapie intitulé « De l'indigestion à la digestion sans indigestion » fait une prescription aux personnes souffrant de troubles gastriques : 40 gouttes d'huile essentielle (h.e.) de basilic, 35 g d'h.e. de citron, 13 g d'h.e. de marjolaine, 7 g d'h.e. de coriandre, 5 g d'h.e. de menthe poivrée. Rappelons que, contrairement aux croyances, les huiles essentielles peuvent être des poisons si on les utilise à tort, et qu'aucun effet curatif n'a été vérifié scientifiquement.

À chacun sa recette de bonne femme pour vivre en santé : ma grand-mère, pour rester en bonne forme, conseillait d'avaler une cuillère d'huile de foie de morue, matin et soir. Il paraît que ça marche…

Copyright © 1999-2017 Les Sceptiques du Québec, inc.