Agrégateur de flux RSS,

d'après une sélection de blogs sceptiques.

Le conspirationnisme, levier de recrutement pour le djihad
L’anthropologue Dounia Bouzar, qui dirige le Centre de prévention des dérives sectaires liées à l'islam (CPDSI), était hier soir l’invitée du Grand Journal de Canal + pour commenter l’arrestation d’une jeune fille suspectée d'avoir voulu se rendre en Syrie pour faire le djihad. Selon elle, Internet est « le support privilégié de l’embrigadement » de nombreux jeunes européens dans l'islam radical et la théorie du complot agirait, à cet égard, comme un puissant vecteur de radicalisation (écouter à partir de 6’50’’) :

Le Grand Journal du 29/08/14 - Part. 1 Les candidates au Djihad


« Au départ, ça peut être des vidéos qui vous font croire que vous vivez dans un monde de mensonges. Ça commence par : "vous mangez des choses dégueulasses " ; "on vous fait manger des choses dangereuses" ; "on vous ment à la télé" ; "on vous ment sur la politique" ; "ce sont tous des vendus"…

On vous met dans une position où vous êtes – adolescents – en rejet du monde réel, où ce n’est que complots, ce n’est que des mensonges. Et petit à petit, de vidéos en vidéos, avec le système de Google, on vous fait voir le monde en noir.

Arrive le moment où l’on vous dit que c’est effectivement les Juifs, les Croisés, qui manipulent tout ça pour leur pouvoir, et où on vous fait basculer, c’est-à-dire vous rejetez le monde réel, et on vous dit : "seule la confrontation finale pour sauver le monde et régénérer le monde est la voie de sortie". Ca peut commencer par les OGM (…). C’est très très bien fait, et ça on ne l’a découvert que cet été. On travaille fort pour voir comment un gosse peut basculer en trois semaines alors qu’il est bon élève, heureux, et comment cet endoctrinement peut être aussi rapide et fulgurant ».

Conspiracy Watch - Observatoire du conspirationnisme et des théories du complot
par Franck Ramus - SPS n° 308, avril 2014 Cet article traite de deux sujets distincts mais intimement liés. D'une part, les caractéristiques particulières de la publication scientifique et les conséquences qu'il faut en tirer sur la manière d'apprécier l'activité d'un chercheur. D'autre part, l'expertise scientifique, et, en particulier, les critères selon lesquels les pouvoirs publics et les médias peuvent identifier les experts d'un sujet donné. Pour véritablement contribuer à la science, les textes (...) Articles
Un septuagénaire originaire de Saint-Gilles a été déféré hier au palais de justice de Saint-Denis, en vue d’une ouverture d’information judiciaire pour viol. L’homme âgé de 73 ans, connu dans son quartier comme « guérisseur », est accusé par une jeune femme d’une vingtaine d’années de lui avoir imposé un rapport sexuel contre son consentement.
Les faits remonteraient au 26 août dernier, au cours d’une de ces séances de « guérison ». Après investigations des gendarmes de Saint-Gilles, le retraité a été convoqué et placé en garde à vue, où il a nié les faits. L’homme affirme que ces séances de « guérison » consistent seulement en une récitation de prières en lien avec la religion catholique, sans aucun contact physique avec les malades.
Le mis en examen met également en avant ses propres problèmes de santé pour contester le viol, étant lui-même âgé, aveugle et souffrant du diabète.
Après avoir été entendu par la juge d’instruction en charge du dossier, le septuagénaire a été remis en liberté sous contrôle judiciaire, conformément aux réquisitions du parquet.
S. G.

Source :Clicanoo, 30 août 2014
http://www.clicanoo.re/435861-un-guerisseur-aveugle-mis-en-examen-pour-viol.html
Interpol a diffusé vendredi une « alerte mondiale » suite à la disparition d'un enfant de cinq ans atteint d'une tumeur au cerveau, retiré de l'hôpital par ses parents.
« Interpol a publié à la demande des autorités britanniques une notice jaune (avis de recherche d'une personne disparue) concernant un jeune Britannique de cinq ans retiré de l'hôpital par ses parents », a indiqué dans un communiqué l'organisation policière internationale basée à Lyon.
La notice jaune qui doit permettre de localiser des personnes disparues, en particulier des mineurs, a été diffusée aux 190 pays membres de l'organisation, a précisé Interpol.
Une famille de témoins de Jéhovah
Selon la police britannique, c'est jeudi vers 14 h locales (15  h en France) que Brett King, 51 ans, et Naghemeh King, 45 ans, Témoins de Jéhovah, ont enlevé leur enfant Ashya hospitalisé pour une tumeur au cerveau dans un établissement de Southampton (sud de l'Angleterre).
La famille est arrivée jeudi en France à 20 h par ferry via le port de Cherbourg, a précisé Eric Bouillard, procureur de la République de la ville, soulignant  : « Pour l'instant, les recherches sont vaines. Les points de chute potentiels ont été étudiés. »
L'enfant est gravement en danger
« Si l'on ne retrouve pas Ashya aujourd'hui, on peut craindre pour sa vie. Il est sous surveillance médicale constante au Royaume-Uni en raison d'une récente opération et des problèmes qui en découlent. S'il ne reçoit pas les soins spécialisés qui lui sont nécessaires 24 heures sur 24, des complications pourraient survenir, qui le mettraient gravement en danger », a indiqué Interpol citant l'officier Dick Pearson de la brigade de recherche du Hampshire qui dirige l'enquête.
La famille britannique circule dans un monospace Hyundai gris immatriculé KP60HWK, selon le parquet. Elle n'est pas d'origine asiatique, comme l'ont cru dans un premier temps les enquêteurs, mais de type européen, selon le parquet.Les six autres enfants du couple ont entre 3 et 22 ans.
Le parquet rappelle qu'un numéro vert français a été mis en place pour les éventuels témoins : 0 800 35 83 35.

Source : Ouest-France, 29 août 2014,
http://www.ouest-france.fr/petit-garcon-britannique-enleve-interpol-lance-une-alerte-mondiale-2785433#

Georges Gurdjieff vu par Modiano

-

CIPPAD

le 29-8-2014 à 16:10 GMT
Né en Arménie, probablement en 1877, et mort le 29 octobre 1949 à Neuilly-sur-Seine après avoir longtemps vécu à Paris, Georges Ivanovitch Gurdjieff est présenté selon les cas comme un philosophe, un maître spirituel, un occultiste ou un gourou.
Patrick Modiano s’en est directement inspiré pour deux de ses personnages : le docteur Bode dans la troisième nouvelle du livre Des inconnues (1999), puis le docteur Bouvière dans Accident nocturne (2003). 
C’est notamment de Gurdjieff que viennent les expressions « rappel de soi » et « travail sur soi», éléments clés de l’enseignement du docteur Bode dans Des inconnues.

« Pour les deux, j’ai pensé à Gurdjieff. Autour de ses livres, de sa pensée, remis au goût du jour par le New Age, gravitaient dans les années 1960 des gens vraiment bizarres qui prétendaient détenir la vérité.
C’est l’époque où j’étais en pension en Haute-Savoie. On m’avait raconté que, dans la montagne et les sanatoriums de Praz-sur-Arly, s’étaient retrouvés autrefois des écrivains vulnérables comme Jacques Daumal [il doit en réalité s'agir de René Daumal] et Luc Dietrich, qui étaient très influencés par la spiritualité et l’ésotérisme selon Gurdjieff. J’étais frappé par le fait que ses disciples étaient souvent recrutés chez des intellectuels qui se trouvaient dans un état physique désespéré.
Après la guerre, de gens comme Louis Pauwels et Jean-François Revel se sont encore réclamés de cet homme, dont il ne faut pas oublier qu’il est tout de même responsable de la mort, en 1923, de Katherine Mansfield. »
(extrait d’un entretien au "Nouvel Observateur", 2 octobre 2003).
« Une infime partie des hommes sont parvenus à avoir une âme », écrivit Gurdjieff. De son vivant, il avait préparé un noyau d’élèves à transmettre son enseignement. Aujourd’hui, de nombreux centres pratiquent et enseignent ses méthodes. Nombre d’entre eux sont classés comme sectes.
Source : Le Réseau Modiano, 23 novembre 2011,
http://lereseaumodiano.blogspot.fr/2011/11/georges-gurdjieff-vu-par-modiano.html

Sur le même sujet : Gurdjieff – la 4ème voie
Inculpé pour le viol de deux mineures et d’une jeune fille, un invocateur d’esprit vénéré a été placé à l’ombre avant-hier. Prétendant pouvoir délivrer des supposées maladies, il abuse les plus crédules.
Un gourou malgache se retrouve cloué au pilori à la Réunion. Incriminé dans une série d’abus sexuel, David Ramara, un chef de famille de quarante-et-un ans a été jeté en prison avant hier, au terme de sa comparution devant le juge d’instruction. Le prévenu est inculpé pour le viol de deux mineures âgées de moins de quinze ans ainsi que d’une jeune fille. Ces actes remontent entre 2012 et 2013, lors des « servis kabaré », une cérémonie traditionnelle créole célébrée tous les 20 décembre, héritée des esclaves malgaches déportés dans les îles de l’Océan Indien à l’instar de la Réunion, Maurice et dans l’archipel des Comores vers le XVème siècle où la traite humaine sévissait. Originellement, cette cérémonie est un rituel d’amnistie et de salut, dédié aux esprits, bien qu’il ait perdu au fil du temps son enracinement malgache pour s’ancrer dans une originalité réunionnaise.
Vénéré, comme étant un prêtre doté du pouvoir de guérir des souffrants et d’invoquer l’esprit des morts, David Ramara est montré du doigt d’en avoir profité pour mieux abuser de ses victimes.
Quinze délits
Le quadragénaire les a embourbées, en prétendant les délivrer de supposées maladies. La première plainte n’a été déposée qu’au mois de juillet. Les poursuites ont ensuite fait tâche d’huile.
Soumis aux feux roulants de questions lors de son comparution , le Malgache a nié en bloc les allégations portées à son encontre. Son casier judiciaire chargé n’a pas en revanche joué en sa faveur. Père de onze enfants qu’il a eus avec neuf lits, David Ramara avait déjà fait l’objet d’une quinzaine de délits dont un homicide involontaire. En 2004, un jeune homme de vingt-six ans a trouvé la mort dans une collision impliquant le véhicule qu’il conduisait.
Le prévenu habite dans le quartier de Ravine-Creuse, dans la ville de Saint André où il est propriétaire d’un snack-bar.
Seth Andriamarohasina
Source : La Presse Mada, 29 août 2014,
http://www.lexpressmada.com/blog/actualites/la-reunion-un-pretre-malgache-ecroue-pour-viol-de-mineures-16671

Sur le même sujet :
Extrait de l’article :
Alors que d’autres préparent matériellement leur rentrée,
les établissements d’enseignement catholique peaufinaient hier à Bocapole la relation à autrui.
L'enseignement catholique n'a pas pour mission d'être un substitut du public et il ne prétend pas être le meilleur. La première phrase de Charles Chollet, directeur diocésain, enterre toute velléité de ressusciter les querelles anciennes. Certes, l'enseignement catholique a ses spécificités, entre autres en ce moment de ne pas être soumis à l'obligation de réformer ses rythmes scolaires.
Mais il a surtout sa conviction. « Cet enseignement se base sur la foi en l'homme. Il est fondé sur l'idée que Jésus est Dieu fait homme. Cela oblige à avoir confiance en l'autre. » C'en sera tout pour le discours religieux lors de cette journée qui rassemblait hier à Bocapole 1.200 représentants des 120 établissements catholiques du diocèse.
La relation sous microscope

Pascal Balmand, secrétaire général de l'enseignement catholique, et tous les 
participants ont en commun d'être venus hier à Bressuire pour débattre et travailler sur la relation à l'autre.
« Tout est né du projet de l'enseignement catholique mis en place voici quatre ans dont un des axes était cette notion de relation », explique Charles Chollet. « C'est une notion première. Sans elle, on ne peut pas construire quelque chose dans un établissement. »
Une dizaine de chefs d'établissements, enseignants, infirmières, salariés se sont emparés du sujet dans le cadre d'un groupe « qui veille à ce que cette relation ne tombe pas dans l'oubli. Ce sont eux qui ont eu l'idée de cette journée sur les différents aspects de la relation ».
Si la matinée était consacrée à une conférence de Jacques Lecomte, chantre de la psychologie positive, l'après-midi invitait chacun à participer à l'un des 35 ateliers ou tables rondes sur ce thème de la relation.
[...]
Source : La Nouvelle République, 29 août 2014.
Note du CIPPAD : intervention de M. Jacques Lecomte lors du colloque de 2011  “Inceste : après les blessures de l’intime, comment retrouver un chemin de vie ?", organisé par l’association de nature ésotérique Autre Regard Sur l’Inceste pour Ouvrir sur l’Espoir (ARSINOE), et intitulée "La justice restauratrice au service de les reconstruction des victimes".
Siège de Waco : plus de 70 victimes ; Ordre du Temple solaire : 16 morts en France ; Temple du peuple : plus de 900 suicides. Les dérives sectaires sont parfois mortelles. Pour les prévenir, la France a été le premier Etat à se doter d'une loi introduisant la notion de sujétion psychologique, c'est-à-dire de manipulation. Dix ans après, où en est son application? 

Diffusion sur La Chaîne Parlementaire / Public Sénat, le 4 septembre 2014,21h30 (30 mn).
Source :  Programme-tv.net, 29 août 2014
http://www.programme-tv.net/programme/culture-infos/r20416-l-echo-des-lois/3020508-derives-sectaires-gare-aux-gourous/
L'initiative de l'association Go topless, qui a rassemblée une quinzaine de participantes, n'est pas passée inaperçue, ce dimanche après-midi, place Bellecour, à Lyon.
Réunies à l’initiative de l’association Go topless, dans le cadre d’une journée internationale, une quinzaine de femmes ont revendiqué le droit de se promener seins nus en toute liberté.
«Tout comme les hommes», a précisé Maryline Canin, la présidente française qui organise ce type de manifestation avec body painting et lâcher de ballons roses depuis cinq ans à Paris.
Un succès mitigé pour cette première, qui s’est déroulée sous le regard goguenard des policiers mobilisés. Derrière la nudité se cache toutefois l’ombre de Raël, alias Claude Vorilhon, dont le mouvement est répertorié en France en tant que secte.
Source : Le Progrès, 24 août 2014,
http://www.leprogres.fr/rhone/2014/08/24/lyon-elles-revendiquent-d-avoir-les-seins-a-l-air-comme-les-hommes

Sur le même sujet :
POLEMIQUE - Le t-shirt de la marque, nommé "shérif" en raison de l'étoile jaune qu'il arbore, est loin d'être passé inaperçu sur les réseaux sociaux en raison de la ressemblance du modèle au design douteux avec les pyjamas rayés portés par les prisonniers juifs dans les camps de concentration durant la Seconde Guerre mondiale.
Voilà un bad buzz dont ce serait bien passé la marque de vêtements espagnole en cette rentrée. Elle s'est récemment vue dans l'obligation de retirer sa marinière à rayures bleues et blanches flanquée d'une grosse étoile à six branches sur la poitrine après le tollé provoqué par sa ressemblance avec l'étoile imposée aux Juifs par les nazis. Mis en vente sur Internet, le vêtement n'a été disponible que quelques heures sur sa boutique en ligne. La faute de goût a rapidement été repérée par des internautes et leurs très nombreuses critiques - notamment l'apparition du hashtag #BoycottZara - ont amené la marque à s'excuser sur Twitter, avant de s'exprimer via un porte-parole officiel.

Un scandale récurrent
"Le design original est inspiré des étoiles de shérif des westerns américains, souvent dorées à six branches, a fait valoir la porte-parole. Le design original n'a rien à voir avec les connotations qui y ont été associées. Nous comprenons qu'il existe une sensibilité à ce sujet et bien entendu nous nous excusons auprès de nos clients", a-t-elle ajouté. "Nous ne voulons qu’aucun de nos produits ou designs soit perçu comme étant irrespectueux ou offensant. Zara est une entreprise dans laquelle plus de 180 nationalités, cultures, origines et religions différentes, travaillent ensemble afin de représenter le monde moderne", a notamment indiqué la direction auprès de Libération.

Malgré ces explications, difficile de ne pas voir une ressemblance flagrante avec l'étoile jaune que les Juifs ont dû porter en Allemagne et dans d'autres pays occupés par les nazis pendant la Deuxième Guerre mondiale. Quant aux rayures verticales, elles ne sont pas sans rappeler celles des prisonniers de camps de concentration. La marque espagnole, qui appartient au groupe Inditex, avait déjà été vertement critiquée en 2007 pour un scandale similaire. Elle avait mis en vente un sac brodé avec une croix gammée. Zara s'était alors défendu en expliquant ne pas l'avoir remarqué sur ce sac fabriqué par un de ses fournisseurs avant d'ajouter qu'il s'agissait d'une Svastika indienne.
Une firme américaine organise depuis plusieurs mois en Suisse des séances de recrutement pour distribuer ses boissons énergisantes. Ses techniques de vente seraient illégales.
De 25 à 15 000 francs par semaine. C'est le salaire que propose l'entreprise américaine Vemma sur le site adosjob.ch. La firme organise depuis plusieurs mois des séances de recrutement dans différentes villes helvétiques, dont Genève, afin de distribuer sa boisson énergisante Verve! en Suisse. Vemma vise en premier lieu les jeunes personnes telles que les étudiants.

Si l'offre à l'air alléchante au premier abord, elle apparaît comme une pratique commerciale trompeuse. En effet, les nouveaux affiliés doivent, dans un premier temps, acheter une palette de boissons avec leur propre argent et ensuite conseiller le produit à des tiers. Si ces derniers passent à leur tour commande, et deviennent par ce fait également vendeurs de la marque, les affiliés obtiennent des points. Une fois qu'ils en ont un nombre suffisant, ils «se qualifient» pour obtenir un salaire en conséquence. Les autorités américaines, autrichiennes et italiennes accusent Vemma d'avoir instauré un système de boule de neige (voir encadré) illégal en Suisse parce qu'il est considéré comme de la concurrence déloyale.
S. G.*, un Lucernois de 20 ans, a participé à deux événements organisés par la marque américaine. Selon lui, plusieurs BMW et Mercedes étaient garées devant les locaux des manifestations. Les orateurs portaient par ailleurs tous des habits de marque. S. G. affirme avoir eu l'impression de se retrouver dans une secte. De nombreux participants, moins sceptiques que lui, auraient en revanche quitté la séance totalement séduits par le concept. Près de la moitié de ses amis se seraient engagés auprès de Vemma.
Pour Josiane Walpen, de la fondation alémanique pour la protection des consommateurs, il s'agit ici d'un système illégal de boule de neige: «Nous sommes actuellement en train de vérifier si nous allons déposer une plainte pénale contre cette entreprise.» Contactée, Vemma se défend par le biais d'une agence en relations publiques: «Nous payons des provisions pour les produits qui ont été vendus et non pour les personnes recrutées.» Sur adosjob.ch, la firme prétend en effet fonctionner grâce au concept du MLM (Multi-Level Marketing). Ce système-là serait tout à fait légal, comme l’est celui de Tupperware.
Les modérateurs du site d'emploi ont décidé lundi de supprimer l'annonce postée par Vemma. Un porte-parole de l'association Adosjob rappelle que toutes les annonces ne sont pas systématiquement modérées, mais qu'un bouton «signaler» permet aux internautes d'attirer l'attention des modérateurs sur les annonces suspectes.
Source : 20 Minutes, Suisse, 25 août 2014,
http://www.20min.ch/ro/news/su/story/11248065
L’ex-nonce en République dominicaine est accusé de pédophilie
Rome, 26 août 2014 (Apic) L’ancien nonce en République dominicaine, le prélat polonais Mgr Josef Wesolowski, a fait appel, le 27 juin 2014, de sa condamnation à la réduction à l’état laïc, a annoncé le 25 août le Père Federico Lombardi, directeur du Bureau de presse du Saint-Siège. Accusé d’avoir commis des actes pédophiles lorsqu’il était nonce à Saint-Domingue, entre 2008 et 2013, le prélat avait été condamné par la Congrégation de la doctrine de la foi (CDF).
Source : Kipa/Apic, 26 août 2014,
http://www.kipa-apic.ch/index.php?pw=&na=0,0,0,0,f&ki=257964

Sur le même sujet :
Un homme de 41 ans a été mis en examen et écroué pour viols hier. Le Saint-Andréen est accusé d’avoir sexuellement abusé de deux mineures et d’une jeune majeure, prétextant vouloir soigner des maladies. Des faits qui se seraient déroulés lors de servis kabaré à Ravine-Creuse.
David Ramara, 41 ans, connu dans le quartier de Ravine-Creuse à Saint-André pour être le propriétaire d’un snack-bar, mais également pour officier comme prêtre malgache lors de velas, des servis kabaré, a été écroué pour viols hier.
Le quadragénaire est accusé d’avoir sexuellement abusé de deux mineures, dont une âgée de moins de 15 ans, ainsi que d’une majeure. Les faits se seraient déroulés entre 2012 et 2013. La première plaignante ne s’est manifestée qu’en juillet dernier, révèlent nos confrères du Jir dans leur édition de ce jeudi.
Le prêtre malgache, père de 11 enfants issus de 9 unions différentes, prétendait soigner de supposées maladies. Les rapports imposés auraient eu lieu après des cérémonies d’invocation des esprits d’ancêtres. Lors de sa présentation au parquet hier, David Ramara a nié les faits et a clamé son innocence.
Le lourd casier judiciaire de l’accusé n’a pas joué en sa faveur. Le Saint-Andréen a déjà été condamné pour une quinzaine de méfaits dont un homicide involontaire. En 2004, il avait causé un accident de la circulation. Collision qui a coûté la vie à un jeune homme de 26 ans et rendu paraplégique une jeune femme de 20 ans.
Source : LINFO, 28 août 2014,
http://www.linfo.re/la-reunion/faits-divers/650355-un-pretre-malgache-ecroue-pour-viols
Note de lecture de Jacques Van Rillaer - SPS n° 309, juillet 2014 La psychologie clinique, dont la psychanalyse est longtemps restée le principal paradigme, est « pathocentrée », focalisée sur l'explication et l'élimination de souffrances psychologiques. Depuis les années 1970, des comportementalistes ont souligné l'importance d'activités épanouissantes pour contrer ou remplacer des réactions perturbantes. Il a toutefois fallu attendre le XXIe siècle pour que se développe avec vigueur la « psychologie (...) Notes de lecture
jeudi_28_aout_2014.mp3 Jeudi 28 août 2014.mp3 
 
Le Jir révèle une affaire sordide. David Ramara, 43 ans a été mis en examen hier pour plusieurs viols commis sur deux mineures et une majeure. Les faits auraient été commis entre 2012 et 2013 à Ravine-Creuse, lors de velas, des cérémonies pour appeler les esprits des ancêtres malgaches. La première plainte a été recueillie en juillet dernier. Le prêtre malgache prétendait soigner de supposées maladies en imposant à ses victimes des rapports sexuels. Le quadragénaire a été écroué. 

Source : Zinfos 974, 28 août 2014,
http://www.zinfos974.com/Jeudi-28-Aout-2014_a75343.html

La compagnie Hippo tam tam a présenté un spectacle humoristique, Voyance et charcuterie, samedi, à l'espace du Petit-Bois de Fromentine.
Cette comédie déjantée tourne autour d'une méthode de voyance délirante, dans laquelle jeux de mots et jeu de scène se marient et nous interrogent sur notre mode de consommation.
Dans ce spectacle interactif, des spectateurs sont appelés sur scène pour attester l'efficacité des divinations.
Dans une conférence décalée, le professeur Badodani, personnage un peu frappadingue, présente sa technique de divination révolutionnaire, appelée Ascension divinatoire, issue de la charcuterie paternelle.
La conférence commence tranquillement par un historique familial. Soudain, le voyant démontre les capacités de la numérologie directionnelle, et fait, en direct et en public, une grande divination remplie d'espoir pour les générations futures.


Source : Ouest-France, 26 août 2014,
http://www.ouest-france.fr/un-public-tout-sourire-avec-voyance-et-charcuterie-2782805

Humour - Respirianisme gaulois

-

CIPPAD

le 29-8-2014 à 08:12 GMT
Source : Astérix le gaulois – album Le  Devin,  Uderzo & Goscinny, Dargaud S.A. Éditeur, 1972
Ni Hercule Poirot, ni Sherlock Holmes n'ont été appelés pour résoudre ces mystères et ces disparitions.
Nos concitoyens ornaisonnais sont confrontés depuis quelques mois à des mystères inquiétants dont l'épaisseur insondable ferait passer l'énigme de l'homme au masque de fer pour une aimable plaisanterie de Mardi gras.
Certains sont amusants...
En début d'été, un promeneur tomba par hasard sur un spectacle proprement hallucinant... Alors qu'il parcourait innocemment les vignes alentour pour une balade matutinale et revigorante, notre Ornaisonnais aperçut ce qu'il reconnut de prime abord comme étant quelques cornes de vaches déposées à même le sol. Intrigué par cette présence peu commune de
défenses bovines dans une zone plus connue pour sa production de carignan ou de grenache que de salers ou de charolaises, notre curieux s'approcha et eut l'incroyable surprise de tomber sur une quantité incroyable de ces cornes de bovidés ! Des comportes en étaient remplies entièrement.
Plusieurs centaines d'autres jonchaient le sol en un spectacle à la fois impressionnant et saisissant. N'ayant pas connaissance qu'un éventuel élevage bovin venait de s'installer dans la région et peu enclin à penser que toutes les férias de France et d'Espagne se débarrasseraient des cornes des taureaux combattus en une saison dans un champ audois, le promeneur alla faire part aux représentants de la mairie de sa macabre découverte. Un adjoint au maire à la sagacité reconnue et au courage affirmé fut dépêché sur place immédiatement. A l'issue d'une marche longue et périlleuse dans les champs hostiles avoisinants il découvrit, à son tour et à sa grande stupéfaction, le sinistre cimetière des cornes...
Heureusement, après une enquête menée avec tact, discrétion et internet par notre limier communal, la solution à ce que le village commençait déjà à appeler "le mystère des cornes de vaches" fut découverte. Il ne s'agit, en fait, que d'un procédé utilisé en viticulture biodynamique : les cornes de vaches remplies de fumier et enfouies dans le sol favorisent sa structuration, la vie microbienne et la formation de l'humus. Nantis de ces informations précises et vitivinicoles, nos concitoyens peuvent être rassurés sur la présence de ces vestiges bovins aux abords du village.
D'autres beaucoup moins...
De même, et c'est certainement un peu moins réjouissant, le village fut victime d'un vol peu commun. Un de nos concitoyens a découvert que l'une des tables de pique-nique installées dans le Pech avait été dérobée !
Par ailleurs, de nombreux témoins, habitants aux abords de la colline victime du larcin, affirmèrent avoir entendu des bruits vespéraux de tronçonneuse. Il s'agissait sans doute, hélas, du malfrat qui mettait à exécution la déplorable idée consistant à voler nuitamment une table et des bancs qui faisaient la joie des promeneurs depuis plus de six ans. Il ne reste donc plus sur la zone de pique-nique que les bases des quatre pieds sectionnés, témoins aveugles et impuissants de la veule cupidité de certains de nos contemporains...
Source : L’Indépendant, 28 août 2014,
http://www.lindependant.fr/2014/08/28/des-cornes-de-vache-et-une-table-sciee,1922712.php

Note du CIPPAD : la Biodynamie ne repose sur aucun fait établi, mais sur les croyances ésotériques de l’anthroposophe Rudolph Steiner. A consulter également: Quand Rudolf Steiner expliquait des phénomènes qui n’existent pas.
(QUÉBEC) Une organisation évangélique qui croit à l'application directe et complète des enseignements bibliques veut obtenir du gouvernement du Québec le droit de délivrer des diplômes universitaires.
Un avocat d'un important bureau montréalais a été embauché afin de convaincre le premier ministre Philippe Couillard de permettre au Northwest Baptist Seminary «d'être reconnu par le gouvernement du Québec en vue de pouvoir dispenser des programmes d'études de niveau universitaire au Québec», selon le Registre des lobbyistes.
Le Northwest Baptist Seminary est une organisation établie en Colombie-Britannique. C'est elle qui semble profiter du lobbying de l'avocat Mark Philipps, mais c'est une organisation québécoise qui est citée comme cliente au Registre: le Séminaire baptiste évangélique du Québec (SEMBEQ). Elle a embauché l'avocat en échange d'une somme de «moins de 10 000$».
Me Philipps n'a pas voulu commenter le dossier et a informé La Presse que ses clients ne voulaient pas donner davantage d'informations sur leur démarche. Le SEMBEQ n'a pas rappelé La Presse.
Sur son site internet, le Northwest Baptist Seminary précise qu'il croit que la Bible est «la révélation complète et finale de la volonté de Dieu», qu'elle «contient la vérité sans aucune possibilité d'erreur» et qu'elle constitue «le standard suprême permettant de juger tous les comportements et toutes les opinions humaines».
Toujours selon son site internet, l'organisation semble offrir différents diplômes à des individus destinés à devenir pasteurs. Elle offre notamment une «maîtrise ès arts en mariage et en conseils conjugaux» ainsi qu'un «doctorat en prêtrise».
Le SEMBEQ propose aussi des cours de nature religieuse. L'organisation publie ses livres (par exemple, Le prix d'un regard, qui plaide contre la pornographie, «cette voie attrayante, mais mortelle») et organise des conférences destinées au grand public.
La loi prévoit que, «sur recommandation du ministre», tout établissement d'enseignement supérieur «constitué par une loi d'une autre province du Canada» peut délivrer des diplômes universitaires. L'établissement ne peut toutefois le faire que pour «les programmes que détermine le gouvernement» et «aux conditions et pour la durée qu'il fixe».
C'est cette disposition de la loi que veut utiliser le Northwest Baptist Seminary.
Le ministère de l'Enseignement supérieur n'a pas pu, hier, commenter le dossier. Son porte-parole n'a pas non plus été en mesure de préciser le processus normal d'obtention d'un permis de délivrer des diplômes universitaires. Impossible non plus de savoir si d'autres organisations religieuses ont reçu le droit de délivrer des diplômes d'études supérieures dans la province.
Philippe Teisceira-Lessard
Source : La Presse, 26 août 2014,
http://www.lapresse.ca/actualites/education/201408/26/01-4794606-bientot-une-universite-evangelique-au-quebec-.php
Un bébé de quelques jours à peine secoué dans tous les sens et tenu par les jambes par une femme à la musculature impressionnante... Non, il ne s'agit
malheureusement pas de la dernière pub Evian mais d'une technique de développement corporel pratiqué par la Russe Lena Fokina et qui ne cesse de faire bondir les internautes.
La vidéo a beau dater de 2011, elle poursuit son petit tour du Web et choque un peu plus les internautes à chaque rediffusion. Et pour cause ! On y voit Lena Fokina, une femme au physique impressionnant originaire de la région de l'Oural en Russie, y lancer un ou plusieurs bébés en pleurs dans les airs ou le(s) faire tournoyer la tête en bas en les tenant seulement par un bras, ou un pied. Une gymnastique particulièrement effrayante qu'elle nomme "yoga pour bébés" et qui est, d'après elle, sans danger et bénéfique pour le développement de l'enfant.
Publiée pour la première fois par une chaîne de télévision qui a réalisé un reportage sur cette discipline, cette vidéo (qui n'est pas un fake) avait suscité une telle émotion et une telle réaction des internautes que YouTube l'avait retirée pour violation de la politique du site. Interrogés par des médias, de nombreux pédiatres avaient averti de ne surtout pas reproduire ces gestes qui, pour certains, pouvaient être très dangereux pour les bébés et pouvaient provoquer un syndrome du bébé secoué et d'autres lésions cérébrales.

Controversial Baby Dynamics Yoga par BarcroftTV

Cette vidéo continue pourtant d'exister et est fréquemment reprise par divers sites et blogs, provoquant à chaque fois une nouvelle vague d'indignation chez les lecteurs. Lena Fokina, qui vivrait désormais en Egypte où elle enseignerait les rudiments de son yoga extrême ainsi que d'autres activités moins sujettes à controverse comme la plongée, fait d'ailleurs depuis l'objet de plusieurs pétitions pour condamner sa pratique, chacune recueillant à chaque fois plusieurs milliers de signatures. Interviewée à l'époque par un journaliste russophone au Time, elle lui avait assuré que "ce système est utilisé depuis plus de 30 ans en Russie et les enfants sont tous vivants et en bonne santé. Si vous avez besoin de plus de preuves, la meilleure chose à faire, c'est de venir nous voir", avait-elle même ajouté. Certains adeptes de la pratique auraient aussi témoigné des bienfaits de ces exercices extrêmes sur leur enfant. "Elle a commencé à marcher tôt, à nager tôt. Je pense vraiment que ça a marché", confiait ainsi un ami russe du journaliste qui a essayé ce yoga pour bébés sur sa fille dès 5 jours.
"Ces enfants s'avèrent souvent devenir des lecteurs, chanteurs et nageurs précoces, explique Lena Fokina plus tard au Daily Mail. "A l'origine, cette méthode a été développée pour guérir ou corriger les problèmes musculaires et osseux de certains enfants mais elle convient aussi pour les enfants en bonne santé." Elle tiendrait ces fameux gestes censés améliorer les capacités musculaires et le développement des bébés d'un certain Igor Borisovich Charkovsky que certains n'hésitent pas à qualifier de "gourou".
Source : Au Féminin, 25 août 2014,
http://www.aufeminin.com/news-societe/yoga-extreme-pour-bebes-la-pratique-qui-choque-la-toile-video-s961465.html
par Brigitte Axelrad - SPS n° 307, janvier 2014 « N'oublions pas que la raison est une frêle chandelle, un outil certes modeste mais notre bien le plus précieux pour nous éclairer dans le monde actuel où les charlatans sont légion qui nous susurrent sans cesse à l'oreille : "Souffle cette chandelle, tu y verras bien mieux" ». [1] Tel est l'hommage rendu au scientifique et rationaliste Carl Sagan et à son livre The Demon-Haunted World : Science As a Candle in the Dark (1997), titre donné par Henri (...) Un monde fou, fou, fou...
Note de lecture de Martin Brunschwig - SPS n° 309, juillet 2014 « La croyance ne relève pas du domaine de la preuve et sort ainsi du domaine de la science » (p. 8) Mettre en avant, comme je le souligne en prenant cette phrase en exergue, la notion de preuve pour souligner la frontière entre ce qui est scientifique et ce qui ne l'est pas, est assurément une idée aussi simple que lumineuse. La collection bien connue, dirigée par Henri Broch, creuse avec succès ce sillon et précise aussi les notions (...) Notes de lecture
Les cours de MBCT se multiplient à travers le Royaume-Uni - mais la recherche aux États-Unis a montré
 que quelques-uns des pratiquants de certains types de méditation bouddhiste ont été envahis pardes souvenirs
 traumatiques et des troublesdans leurs relations sociales. Photographie: Luis Alvarez /Getty Images / Vetta
Dans une chambre au premier étage, au dessus d’une rue embouteillée de Londres, une vingtaine de personnes sont affalées sur des  tapis et des coussins. Il y a un directeur de publicité, un directeur du personnel, un étudiant et un retraité. Un gong sonne doucement et une session de méditation assisecommence. C'est l'un des plus de 1000 cours de Pleine conscience qui prolifèrent à travers le Royaume-Uni, une pratique adaptée à partir d'une tradition bouddhiste vieille de 2400 ans, et vers lesquels de plus en plus de gens aux prises avec l'anxiété, la dépression et le stress, se tournent.

L'enthousiasme bat son plein pour cescours de thérapie cognitive (MBCT) basés sur la Pleine conscience depuis qu’une étude de l'Université d'Oxford a trouvé que cela pouvait réduire de 44% le taux de rechutes dans les dépressions.  Les chercheurs disent que c’est aussi efficace que la prise d'antidépresseurs. Pour cela il faut rester assis tranquillement, en se concentrant sur ​​votre respiration, et lorsque votre attentiondérive la ramener à votre souffle -et c’est étonnamment difficile.
 
Les magazines débordent  de descriptions  de la Pleine conscience et le géant mondial de la publicité JWT a listé  la Pleine conscience comme l'une de ses 10tendances pour façonner le monde en 2014, vu que les consommateurs développent "un désir quasi-Zen très présent pour tout expérimenter concernant la conscience" 

Mais les psychiatres ont maintenant lancé un avertissement indiquant que, tout en apportant des avantages, la méditation de Pleine conscience peut avoir des effets secondaires préoccupants. Il apparaît également que des enseignants sous-qualifiés se présentent comme experts de la Pleine conscience, y compris dans le Système national de soins [NHS].

Le problème ne vient pas d’une critique de la Pleine conscience, mais de ses partisans, comme le Dr Florian Ruths, psychiatre à l'hôpital Maudsley dans le sud de Londres. Il a lancé une enquête sur les effets indésirables des MBCT [Ndc : Pleine conscience appliquée aux soins], qui inclus des cas rares de "dépersonnalisation", où les gensse perçoivent comme s’ils regardaienteux-mêmes dans un film.
 
"Il y a beaucoup d'enthousiasmepour les thérapies basées sur  la Pleine conscience et elles ont des effets très puissants», a déclaré Ruths. "Mais elle peut aussi avoir des effets secondaires. La Pleine conscience est utilisée chez des personnes potentiellement vulnérables atteintes de maladie mentale, y compris la dépression et l'anxiété, de sorte qu'elle doit être mise en oeuvre par des gens qui connaissent les bases de ces maladies lorsque les gens demandent l'aide de spécialistes. "

Son enquête suit le projet «nuit obscure» de l'Université Brown aux États-Unis, qui a recueilli comment certains méditants bouddhistesont été envahis par des souvenirs traumatiques. Ces problèmesdétectés par le professeur Willoughby Britton, chef du service de psychiatrie, comprennent "des aberrations cognitives, perceptiveset sensorielles", des changements dans l’estime de soi et des troubles dans les relations sociales. Un moine bouddhiste, ShinzenYoung, a décritle phénomène de «nuit obscure» comme un "aperçu irréversible de vide intérieur", un "jumeau maléfique de l'illumination".

Les experts de la Pleine conscience disent que ces réactions extrêmes sont rares etfont probablement suite à de longues périodes de méditation, comme des semaines de retraite silencieuse. Mais ces études représentent un nouvel élément de réflexion critique sur la méditation de Pleine conscience au milieu d'une avalanchede louanges.

La MBCT est généralement enseignée en groupes avec un programme de huit semaines, et les inscriptions s’arrachent rapidement. Ed Halliwell, qui enseigneà Londres et West Sussex, a déclaré que certains de ses cours étaient complets dans les 48 heures qui suivent leur annonce.

"Vous pouvez parfois avoir l'impression, du fait de l'enthousiasme qui est décrit à son sujet pour aider à lutter contre la dépression et l'anxiété,que la Pleine conscience est une pilule magique, que vous pouvez utiliser sanseffort", a-t-il déclaré. "Vous commencez à vous concentrer survotre souffle et tous vos problèmes seront résolus. Ce n'est pas du tout comme ça. Vous travaillezavec le cœur de vos expériences, vous apprenez à vous tourner vers elles, ce qui estdifficile et peut mettre mal à l'aise."

La Pleine consciencese propage rapidement dans les salles communales, les écoles et les hôpitaux et même les bureauxdes banques et des géants de l'internettel que Google. L'application de méditation Headspace a maintenant 523 000 utilisateursau Royaume-Uni, et son utilisation a triplé en 12 mois. Mais l’intérêt grandissant du public signifieque plus d'enseignants sont rapidement  nécessaires et l'inquiétude grandit quant à la pertinencede leur formation. Plusieurs sources ont déclaré au Guardian que certainsservices du NHS demandent à des professionnels de santé d’enseigner la Pleine conscienceaprès avoir seulement suivi un cours de base pour débutants de huit semaines.

"C’est est inquiétant",a déclaré Rebecca Crane, directeur du Centre pour la recherche et la pratique de Pleine conscience à Bangor, qui a formé 2.500enseignants au cours  des cinq dernières années. "Les gens participent à notre retraite de formation d’une semaine et sont ensuitemis sous pression pour l'enseigner très rapidement."

L’Université d'Exeter a lancé une enquête sur la façon dont 43 servies du NHS au Royaume-Uni répondent à la demande grandissante en MBCT.
 
Marie Johansson, chef clinique au centre de Pleine conscience de l'Université d'Oxford, a souligné la nécessité d'une formation appropriée d'au moins un an avant que les professionnels de santé puissent enseigner la méditation, en partie parce que dans de raresoccasions, cela peut s’avérer êtredes "expériences extrêmementpénibles".

"Suivre le cours est assez difficile," dit-elle. "Vous devez être raisonnablement stable et bien. Remarquer ce qui se passedans votre esprit et votre corps peut être complètement nouveau, et vous pouvez découvrirqu'il y a des façons de penser, d'agiret de se comporter qui ne vous serventplus vraiment. Il peut y avoir des modèles qui interférent avec une vie saine et découvrir que ces modèles peuvent apporter des tas de réactions, ça peut-être trop difficile à appréhender. Quand ça n’est pas bien géré, la personne peut se renfermer, repartir avec une autocritique accrue et le sentiment d’avoir échoué".

Trouver le bon professeur est souvent difficile pour les personnes approchant la Pleine conscience pour la première fois. Les principales organisations d'enseignement de la Pleine conscience, y compris les universités d'Oxford, de Bangor et Exeter, envisagent d’établir d'un registre des enseignants qui répondent à un guide des bonnes pratiques. Ilssouhaitent que les enseignants de Pleine conscience se forment pendant aumoins un an et continuent sous le contrôle d’un superviseur. Certains bouddhistes se sont opposés à l'idée, faisant valoir qu'il est déraisonnable deréglementer une pratique ancrée dans une religion.

Lokhadi, un professeur de méditation de Pleine conscience à Londres depuis neuf ans, a une expériencerégulière de certaines des difficultésauxquelles la méditation Pleine conscience peut conduire.

"Alors que méditation de Pleine conscience ne change pas l'expérience des gens, des choses qu’ils percevaient comme bien peuvent apparaître comme plus mal après», dit-il. "Comme la sensibilisation augmente, votre sensibilité aux expériences augmente. Si quelqu'un se sent vulnérableou n'est pas bien supporté, ça peut le fragiliser. Cela peut conduire jusqu'àla douleur et toutes sortes d'émotions, qui doivent être habilement encadrées par un enseignant expérimenté et convenablement formé.

"Lors du choix d'un cours, vous devez connaitre la formation des enseignants, savoir s’ils sont encadrés par un superviseur et s’ils pratiquent eux-mêmes la méditation. Les enseignantsdes cours les plus réputés ont besoin d'un minimum de pratique de la méditation de deux ans, et il faut veiller à ce que les enseignants réunissent les principauxcritères".

Robert Booth

Source : The Guardian, 25 août 2014, traduit par le CIPPAD avec l’aide de Google traduction,
http://www.theguardian.com/society/2014/aug/25/mental-health-meditation

Note du CIPPAD : La méditation de Pleine Conscience est dérivée de la méditation Vipassana, dont la pratique est connue comme pouvant engendrer des problèmes de déstabilisation mentale, ainsi que le rapporte l’association américaine International Cultic Studies Association.

Par ailleurs, Une méta-analyse récente concernant la Méditation de Pleine conscience et des méditations utilisant des mantra, réalisée par l’Agence de santé américaine (AHRQ) en partant de 18 753 publications, incluant 47 essais cliniques avec 3515 personnes, conclue à une évidence peu solide d’un possible effet de la Méditation de Pleine conscience sur l’amélioration des états anxieux et dépressifs, pratiquée en l’absence de groupes contrôles. La Méditation de Pleine conscience, lorsque comparée à l’effet de traitements usuels ou à des contrôles appropriés, ne montrent aucun effet supérieur à ces derniers.
De plus, il n’a pas pu être mis en évidence d’effet positif de la Méditation de Pleine conscience sur une amélioration de l’humeur, l’attention, l’addiction à des substances (alcool, cigarettes, etc.), les habitudes alimentaires, la qualité du sommeil ou la surcharge pondérale (référence: Meditation Programs for Psychological Stress and Well-Being, Heffective Health Care Program, comparative Effectiveness Review, number 124, January 2014, Agency for Healthcare Research and Quality U.S. Department of Health and Human Services 540 Gaither Road Rockville, MD 20850 , www.ahrq.gov.).

Sur le même sujet :
Je me suis intéressé aux rapports qu'entretiennent la gauche et les handicapés, notamment en France où ilsreprésentent tout de même 12 millions de personnes soit près de 20 % de la population, et il apparaît clairement que ces relations ne sont ni faciles, ni évidentes.

Au début, je pensais naïvement que la gauche avait fait davantage à l'égard des handicapés, comme pour tout groupe désavantagé, mais les choses semblent être bien plus complexes si l'on se penche sur l'histoire de la législation en vigueur.
C'est en lisant l'entrée « handicap »dans le Dictionnaire de la droite, que j'ai mieux compris. Les principales lois sur le handicap en France (1975 et 2005) ont en effet été votées par la droite. Il y a donc bien eu historiquement une sous-implication relative de la gauche sur ces questions, par rapport à la droite. Le livre en question reconnaît un caractère « étonnant » à cette situation et à cette préoccupation, et l'explique par le fait que le sujet devait tenir à cœur à De Gaulle et à Jacques Chirac pour des raisons personnelles et familiales, mais aussi grâce à l'influence de diverses idées catholiques. J'y rajouterai peut-être des raisons sociologiques et électorales liées à cela : les personnes handicapées sont en effet surreprésentées chez les personnes âgées et les familles nombreuses catholiques, deux composantes importantes de l'électorat de droite. Ou peut-être est-ce que les handicapés font moins "peur" à la droite conservatrice que les féministes, les immigrés ou les homosexuels, qu'elle voit comme des menaces à la famille ou à la Nation. Mais il ne faut pas se laisser leurrer : cette acceptation est due à un certain paternalisme.

Du côté de la gauche, on peut supposer que celle-ci se trouvait déjà « surchargée » question groupes minoritaires à défendre, et qu'elle a aussi eu plus ou moins de mal à penser la question (j'y reviendrai). En effet, les mouvements de gauche s'engagent souvent, à raison d'ailleurs, pour défendre les droits des femmes, des immigrés, des LGBT par exemple.On peut aussi comparer cette situation au vote contre les modifications constitutionnelles de 2008, où la gauche a voté contre des idées qu'elle était censée défendre ; ou encore, au vote contre la taxe Tobin par les députés européens d'extrême-gauche.

Bien sûr, tout de même, on trouve des convergences entre la gauche et les handicapés, sur de nombreux points (sur le social, l'insertion sur le marché du travail, entre autres ; côté groupements, on peut citer les sourds socialistes, proches du PS, et il y a tout de même une grande partie des personnes handicapées qui votent à gauche, bien sûr), mais il y a aussi de réels points de convergence avec certains courants de la droite, à ne pas sous-estimer.

C'est récemment la lecture d'un article (et celui-ci, plus court) sur la situation américaine en 2004 (pourtant très différente de la situation française d'aujourd'hui) qui me l'a confirmé.

Je traduirai éventuellement certains passages que je trouve important. Ce qu'on remarque à sa lecture, c'est qu'il y a dans ce mouvement une sympathie plus ou moins importante pour des idées "pro-vie" (anti-avortement thérapeutique et anti-euthanasie, pour faire simple), entre autres, et éventuellement pour des idées sécuritaires, conservatrices, voire libérales – certains mouvements pro-handicapés ont en effet critiqué l'état-providence comme créateur de dépendance, même si ce n'est pas nécessairement une position majoritaire.

Je le dis tout de suite, je ne m'y reconnais pas là-dedans, je tiens à le préciser. De conviction, en effet, je suis plutôt du genre progressiste et libertaire. Je suis personnellement sceptique par rapport à ce genre d'idées, en effet je me sens plus attaché à la notion d'autonomie individuelle telle que défendue ici par Michael Berubé, et je suis ainsi favorable au suicide assisté et au dépistage prénatal (sous certaines conditions très strictes bien entendu) ; c'est là que se situe mon désaccord vis-à-vis des mouvements pro-handicapés décrits dans cet article. Le raisonnement qui sous-tend leur opposition au suicide assisté me semble relever d'un essentialisme dangereux (mais encore une fois, c'est pour le même genre de raison que je me suis opposé à l'abolition de la prostitution, ce qui pourra faire dire à certains que ce n'est pas l'homme de gauche qui écrit ici mais le libéral-social).

La lecture de cet article m'aura au moins appris une chose : que c'est une erreur commune dans la gauche française de ne voir l'euthanasie que comme une question strictement religieuse, alors qu'elle n'est, au fond, pas plus évidente que peuvent l'être la prostitution ou les mères porteuses, dans un autre genre.

Autrement, les remarques qui sont issues de cet article sont largement valables en France aussi. Peut-être même davantage, car à cela s'ajoutent, pour la France, d'autres problèmes additionnels :

- D'une part, la présence d'une droite sociale, d'inspiration gaulliste ou démocrate-chrétienne, comme ailleurs dans d'autres pays en Europe. Je l'ai déjà évoqué.

- Aussi, bien évidemment, l'influence de la psychanalyse, notamment concernant la vision de l'autisme. Hélas, il s'agit d'une influence encore forte sur la gauche française à l'heure actuelle.

-Également, et c'est un point très lié au précédent : le fait que la gauche soit associée aux fonctionnaires et au « conservatisme » ou à l'immobilisme réel ou supposé de leurs milieux, notamment dans l'éducation nationale. En effet, dans l'esprit de nombreuses personnes, à cause de certains événements récurrents, la gauche – ou plutôt l'extrême-gauche, en pratique – est associée à la défense des intérêts des fonctionnaires et des employés publics avant celui de la qualité de leur service (c'est une tendance à laquelle je m'oppose). Et c'est aussi en France que le clivage public/privé est le plus important, sur le plan politique. Comme exemple de tension que cela entraîne, un amendement proposé à la réforme Peillon de l'éducation a été très mal perçu par les associations pro-handicapés. Cet amendement a finalement été abandonné.

-Enfin, et c'est un point beaucoup plus fondamental selon moi : l'immense difficulté, voire l'incapacité franche d'une grande partie de la gauche française à, tout simplement, penser la différence biologique, qui serait forcément synonyme d'inégalité et de hiérarchie – ce qui, dans les faits, est une sorte de prophétie auto-réalisatrice, puisqu'on reconnaît implicitement des sources légitimes d'inégalités et de hiérarchies –, alors que c'est un point à côté duquel on ne peut pas passer concernant le handicap (même lorsque, comme moi, on adhère au modèle social du handicap). Une bonne partie de l'opposition à la loi de 2005 vient de là, à mon avis. J'ai déjà critiqué ce type de raisonnement dans un autre article. Un aspect révélateur de cet état d'esprit est que, dans la pensée de gauche française, les différences biologiques sont systématiquement minimisées, ce qui peut mener certains courants de gauche à prôner une « politique de l'autruche » sur ces questions (par exemple, enlever le mot « race » de la constitution n'enlèvera pas le racisme). C'est à mon avis pour cette raison précise que, contre toute logique (et, notoirement, à l'inverse de la gauche américaine par exemple), beaucoup dans la gauche française, encore aujourd'hui, rejettent l'idée d'une origine biologique au moins partielle de l'homosexualité.

Pour résoudre ce point-là, on peut se tourner vers le modèle social du handicap et les disability studies (étant donné qu'en tant que cultural studies, il s'agit donc du même genre de concept que les gender studies, ce devrait donc être une arme très efficace contre la droite).

On le voit, la gauche ne devrait en aucun cas négliger la question. D'abord parce que les handicapés, victimes de discriminations, notamment sur le marché du travail, sont autant, voire plus que les autres, victimes du néolibéralisme ; c'est ce qu'explique aussi l'article que j'ai mis ici en lien. Ensuite, la démographie de la France et le vieillissement de la population suggère que la question acquerra de plus en plus d'importance à l'avenir. Enfin, il s'agirait aussi de résister et de faire contrepoids à l'instrumentalisation de la question par une grande partie de la droite catholique, par exemple en admettant qu'il n'est pas particulièrement moral d'avorter un enfant spécifiquement parce qu'il est trisomique, contrairement à ce que pensent beaucoup de laïcs, par exemple Dawkins ou Philippe Dor ; et c'est non seulement Michael Berubé, mais PZ Myers qui m'a suggéré cette idée, il n'est donc pas qu'un gros athée bourrin. La progression des connaissances concernant la part biologique de l'homme est aussi ce qui doit rendre la question pressante pour tous, comme je l'ai déjà suggéré dans un précédent article.


Pour terminer, peut-on simplement espérer une gauche qui, sans angélisme ni utopisme, sans même nécessairement compromettre ses importantes valeurs d'autonomie individuelle et personnelle, défende tous les opprimés quels qu'ils soient et se batte pour l'égalité et la justice, tout simplement ? L'article suggère que c'est loin d'être facile ni évident et détaille pourquoi, mais on peut toujours espérer...


Extrait de l’article :
« Ce mardi 26 août, à 19 h, dans les locaux de la Mutualité chrétienne, rue du Douaire, 40 à Anderlues, Jacques Splinghaire, donnera une conférence à propos de la «Pleine Conscience».

Il est instructeur en méditation de Pleine conscience et aussi psychothérapeute et sexologue clinicien.

La Pleine Conscience, ou «mindfulness», pratique ancestrale, constitue moins en une technique qu’en une façon d’être. Cette pratique de la méditation est définie comme le fait de « porter son attention sur le moment présent, instant après instant, de façon intentionnelle, et sans jugement de valeur» (Kabat-Zinn, 1993). Nous sommes en effet souvent à mille lieues de l’ici et maintenant, en pilotage automatique, pris dans des ruminations sur le passé, des projets sur l’avenir, des jugements sur le présent. Le rythme de la vie d’aujourd’hui nous amène également à tenter de faire face à de multiples demandes en même temps, nous éloignant ainsi de notre capacité à répondre avec calme et ouverture. Ces comportements, souvent source de stress, peuvent entraîner de la souffrance: tensions, irritabilité, humeur morose, tensions relationnelles, impulsivité, difficulté à se concentrer, troubles du sommeil, fatigue voire épuisement.
La pratique de la pleine conscience aide à développer notre capacité de recul, pour observer avec bienveillance notre fonctionnement [...] »

Source : L’Avenir, 23 août 2104,
http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=dmf20140822_00517304

Note du CIPPAD : L’animateur de cette conférence, devant apporter une certaine plénitude, semblerait avoir des activités multiples. Coach consultant en ligne dans le domaine de  la santé sexuelle, il se présente comme sexologue hypnothérapeute en hypnose Ericksonienne, analyste transactionnel et maître PNL. Erudit en BDSM, acronyme anglais pour les expressions françaises “entrave/ligotage et discipline, domination et soumission, sadomasochisme “, il prodigue ses conseils éprouvés sur le même site  Ma santé sexuelle“, ou encore dans des blogs plus spécialisés, telLe Plaisir de vivre nu. Le site “Ma santé sexuelle“ propose aussi de singuliers tests de sexualité 
Notons que le propriétaire de ce site, également propriétaire de sites de rencontres en Belgique, a été condamné il y a quelques années pour avoir utilisé la technique du marketing viral et collecté des adresses e-mail contenues dans le carnet d'adresses électroniques de ses abonnés.

M. Splinghaire  (parfois orthographié Splaingaire)  intervient aussi au Centre spirituel du Haumont, près de Lille (site actif dans l’offre de formation à connotation New Age du Renouveau charismatique) surneurosciences et coaching“ pour le compte de l’antenne française de l’International Coach Federation. Fédération internationale connue pour faire la promotion de toutes sortes de techniques développées par le New Age.

L’intervenant n’est d’ailleurs pas le seul enseignant de “Pleine Conscience“ qui soit ainsi étroitement lié au “sexo-new age californien“, renforçant un peu plus l’idée, s’il en était besoin, que la “Pleine Conscience“ est bien un produit promu par le mouvement du "Potentiel humain".

Sur ce même sujet: 

 

 

Feed on Feeds