Agrégateur de flux RSS,

d'après une sélection de blogs sceptiques.

A la demande des syndicats dentaires, la justice a décidé la fermeture du Clesi, appelé université Fernando Pessoa au moment de son ouverture à Toulon en 2012, puis à Béziers en 2013.


Dans une décision datée du 18 septembre, le tribunal de grande instance de Toulon s’est prononcé en faveur de la fermeture du Centre libre d’enseignement supérieur international (Clesi). Le jugement publié sur le site de l'union des jeunes chirurgiens-dentaires, est assorti d’une astreinte de 100 euros par jour de retard, dans un délai d’un mois, suivant la notification du jugement par le greffe. Le centre s'était installé près de Toulon à La Garde avant de monter une antenne de cours payants à Béziers, dans l'Hérault.

Une formation hors des règles imposées à l'Université française


L’Union des jeunes chirurgiens-dentaires, ainsi que d’autres syndicats de la profession s’opposaient à la création d’un cursus parallèle à l’université de médecine, sans l’obligation d’un numerus clausus, ce quota auxquels les étudiants sont soumis lors des concours.

La présidente de la Confédération nationale des syndicats dentaires, Catherine Mojaïsky, se réjouit de la décision autant pour les formations en odontologie, qu’en kinésithérapie ou orthophonie et met en cause le contenu de l’enseignement.

"Les formations que délivrait cette structure ne correspondaient pas du tout aux règles de qualité. Les enseignants étaient recrutés un peu n’importe où et surtout, elle ne délivrait pas de diplômes puisqu’elles devaient envoyer les étudiants dans d’autres pays pour finir leur formation."    


Précedemment, le centre d'enseignement supérieur s'était vu refuser le droit d'utiliser l'appellation "Université". La décision du tribunal de Toulon intervient en pleine rentrée pour le Clesi. Il y a quelques jours, le centre souhaitait une bonne année scolaire aux 320 étudiants inscrits, 220 sur le campus de La Garde près de Toulon et les autres à Béziers.

par Evelyne Chatelais

Source : France Info, 29 septembre 2014,
http://www.franceinfo.fr/actu/education/article/vers-la-fermeture-de-l-universite-portugaise-de-toulon-et-beziers-576613

À lire également:
    Le tribunal de grande instance de Toulon a prononcé la fermeture exécutoire du Clesi, ex-université privée Fernando-Pessoa, qui enseigne à Béziers et Toulon l'odontologie et la kinésithérapie. 

    L'Union des jeunes chirurgiens dentistes qui se bat contre l'ex-faculté Pessoa devenue le Centre libre d'enseignement supérieur international (Clesi), a annoncé ce dimanche 28 septembre que "Le tribunal de grande instance (TGI) de Toulon a prononcé la fermeture exécutoire du Clesi sous astreinte de 100 € par jour de retard dans le délai d'un mois." Bruno Ravaz, président du Clesi, a fait savoir par communiqué qu'il "avait relevé appel" de cette décision.

    Source : Midi Libre, 29 septembre 2014,
    http://www.midilibre.fr/2014/09/29/le-tgi-prononce-la-fermeture-du-clesi,1057748.php

    À lire également:
        SPS n° 307, janvier 2014 Informations issues du site officiel du projet Golden Rice, traduites et adaptées par Samuel Barbaud. Le riz doré est un riz qui a été génétiquement modifié pour produire et accumuler du β-carotène dans la partie comestible de son grain. Cela donne au grain une couleur dorée, à l'opposé du blanc pour le riz usuel, qui, lui n'a aucun caroténoïde. Lorsque ce riz est consommé, le β-carotène est stocké dans les tissus adipeux du corps ou transformé en vitamine A. Les caroténoïdes, (...) Articles

        Je vous ai déjà parlé ici du blogue de Deric Bownds, ce neuroscientifique qui a fait d’importantes contributions sur la transduction du signal visuel en influx nerveux dans les cellules photosensibles de notre rétine. Sur une base quotidienne, Bownds résume brièvement une étude récente en neurosciences cognitives en la mettant en perspective avec les débats qui ont cours dans ce vaste domaine de recherche. Ce n’est pas pour rien que son blogue fait partie des quatre dont les titres des derniers billets sont automatiquement affichés dans la marge de gauche de notre blogue !

        Deric Bownds a récemment été invité à donner une conférence dans le cadre des séminaires sur le chaos et la complexité de l’University de Wisconsin-Madison. Intitulée « Upstairs/Downstairs in our brains – What’s running our show? », la présentation retranscrite en entier dans le lien ci-bas traite de cette distinctions de plus en plus utilisées dans l’étude du cerveau, celle du contrôle de bas en haut versus de haut en bas (« bottom up » versus « top down », en anglais). D’autres métaphores évoquant des processus opposés sont aussi alternativement utilisées dans la littérature, comme le célèbre système 1 (rapide et inconscient) et système 2 (plus lent et conscient) des philosophes, le « Upstairs/Downstairs » du titre de sa conférence, ou encore l’opposition entre le réseau attentionnel (en bleu sur l’image ci-haut) et le réseau du mode par défaut (en orange sur l’image ci-haut).

        Bownds rapporte ainsi de nombreux résultats expérimentaux convergeant vers une idée au fond assez simple : nous nous trouvons, nous, les êtres humains, souvent dans deux grands états mentaux qui s’opposent et sont, d’une certaine façon, mutuellement exclusifs. Soit nous sommes envahis par les innombrables stimuli de notre environnement (et ils sont fort nombreux à l’heure des téléphones intelligents et des réseaux sociaux) et notre réseau du mode par défaut nous repasse ensuite des extraits de ce film de notre vie personnelle et sociale quand il est moins sollicité. Ou soit, par l’entremise fréquente de régions frontales de notre cortex, nous concentrons notre attention sur une tâche cognitive pour la résoudre.

        Chacun de ces deux grands modes ont sans doute chacun une utilité puisqu’ils se sont établis au fil de l’évolution de notre espèce. Mais les avantages que l’on peut assez clairement pressentir pour chacun se doublent d’un côté sombre quand chacun de ces modes se retrouve suractivé. Trop de contrôle empêche la spontanéité, la créativité, et l’on devient « control freak ». À l’opposé, si le réseau par défaut est propice à l’incubation créative des idées, la consolidation et la récupération de souvenirs personnels ou simplement la planification de sa journée, il existe un grand nombre d’études démontrant que c’est dans ce mode par défaut que l’on peut se perdre dans des ruminations d’idées noires de toutes sortes, ce qui bien souvent prédispose à l’anxiété, aux déficits d’attention ou la dépression.

        Bref, dans la vie de tous les jours, il semble que nous soyons enclins soit à réagir un peu passivement à notre environnement en orientant notre discours intérieur vers ce qu’il nous suggère. Ou soit nous nous « regardons aller » un peu, et décidons (plus ou moins consciemment, ça on pourrait en discuter…) de porter notre attention sur ce que nous jugeons plus significatif pour nous. Et ce que Bownds montre en l’appuyant de plusieurs exemples dans la littérature c’est que certaines pratiques comme les thérapies cognitives ou la méditation peuvent infléchir la balance entre les deux modes vers une plus grande prise en charge par le mode attentionnel. Autrement dit, nous fournir les outils mentaux d’une certaine « autodéfense » (pour employer un terme à la mode…) face à la jungle médiatique et publicitaire qui nous assaille quotidiennement.

        Je terminerai, une fois n’est pas coutume, en citant un très bel extrait de la conclusion de la conférence de Bownds, comme il le fait lui-même dans chacun de ses billets. C’est en anglais, je sais, mais même si j’avais tenté de le traduire, je n’aurais pas été capable d’en rendre la subtilité (à part peut-être le « coulda, shoulda, woulda » que le « j’aurais dû ben dû donc dû… » de la chanson de Richard Desjardins rend à mon avis à merveille !).

        “I would submit that those mind therapies, meditations, or exercises that are the most effective in generating new more functional behaviors are those that come close to resolving what we could call the category error (in the spirit of the philosophical term) in considering mind and brain. And, that error is to confuse a product with its source, the source being the fundamental impersonal downstairs machinery that generates the varieties of functional or dysfunctional selves that are its product, that we mistakenly imagine ourselves to be.
        Mental exercises like meditation permit the intuition of, perhaps come closest to, that more refined metacognitive underlying generative space that permits viewing of, and choice between, more or less functional self options.
        A less wordy, maybe more useful, way of putting this is to say that third person introspection, viewing yourself as if looking at another actor, and placing this a historical story line, is more useful than immersed rumination (coulda, shoulda, woulda). It is the difference between residing mainly in the attentional versus default modes of cognition.”

        i_lien Upstairs/Downstairs in our Brain – What’s running our show?

        Enquête sur l'entendement humain est un célèbre livre du philosophe britannique/écossais David Hume (que j'ai eu l'occasion d'étudier au cours de ma scolarité), dans lequel on peut trouver l'émergence de la pensée sceptique moderne, notamment dans le chapitre sur les miracles.

        Le reste de l'ouvrage, beaucoup moins bien connu - excepté par les spécialistes de philosophie -, expose la philosophie empiriste de son auteur, notamment concernant la formation des idées, qui occupe les premières sections de l'ouvrage après une première section consacrée à la philosophie naturelle.

        Le chapitre sur les miracles, d'ailleurs, n'occupe qu'à proprement parler que le dernier chapitre, mais il est très important, car c'est de là que vient le texte qui va être à la base de la fameuse "Maxime de Hume", entre autres...

        Pour rebondir sur l'auteur, David Hume (1711-1776, cette dernière année étant par coïncidence celle de la publication de la Richesse des Nations de son proche compatriote Adam Smith, et de la déclaration d'indépendance américaine), sachez qu'il est surtout connu pour sa remise en cause de la vision classique de la causalité : selon lui, pour schématiser, c'est l'habitude qui fait que nous percevons des relations de cause à effet entre deux événements. C'est l'une des principales thèses qu'il expose dans Enquête sur l'entendement humain.

        Il est également connu pour être l'auteur du célèbre Traité de la Nature Humaine, sur les sentiments et les émotions, et a aussi touché à l'économie. Pour avoir mis en doute l'existence de Dieu, sa candidature à l'université d'Edimbourg sera repoussée.

        Bref, c'est un petit livre qu'on peut trouver pour pas très cher en librairie, et qui peut s'avérer tout à fait pertinent même aujourd'hui ! Mieux vaut tout de même s'intéresser réellement au sujet, pour appréhender un style parfois ardu.
        Il s'emmerde pas, le dalaï-lama ! Oui, le mec qui a eu le prix Nobel 1989 de la gentillesse et du sourire qui donne envie aux dépressifs de manger du foin ! Le 7 septembre dernier, il se lève, se gratte les clochettes et se dit : «Tiens, je sais pas si je vais me réincarner, moi... Ras le cul de toutes ces conneries. » Il avait peut-être picolé trop de jus de caillou. Gueule de bois, mauvaise humeur, on sait ce que c'est d'avoir fait la fête la veille. Toujours est-il que Tenzin Gyatso, le vrai nom du pape tibétain, a déclaré dans l'édition du dimanche du journal Die Welt qu'il pourrait bien ne plus y avoir de dalaï-lama après lui. Le quatorzième dalaï-lama serait alors le dernier. Stupeur.
        C'est fascinant d'observer en direct une religion
en train de muter. Le chef
spirituel du bouddhisme
tibétain décide tout seul
de ce que sera demain le
bouddhisme tibétain. C'est
chouette, les religions qui
ont un seul chef à leur tête.
Tiens, si le dalaï-lama a le
pouvoir de ne pas se réincarner, il doit aussi avoir
le pouvoir de changer la garde-robe des moines bouddhistes. Ce serait bien qu'il y pense. Un tee-shirt de l'OM sur un pantacourt H&M, ça faciliterait sans doute le recrutement. C'est dingue, le nombre de clients potentiels qui sont stoppés sur le chemin de la spiritualité par des détails aussi triviaux.
        Techniquement, le dalaï ne rentre pas dans les détails. Comment on résiste à une réincarnation ? Ce n'est donc pas automatique ? On n'est pas aspiré depuis linfini et l'au-delà, schuiiirp, pour être craché dans un utérus quelconque ? Le bouddhiste qui ria fait que des conneries dans sa vie de bouddhiste et qui est sur le point de se réincarner en lombric a-t-il la possibilité de dire « Non, j'y vais pas, j'arrête là » ? « Je serre fort mes chakras, en faisant bien attention à pas en mettre partout» ? Ou bien, le dalaï a-t-il des superpouvoirs que les autres n'ont pas ? Et, si c'est le cas, pourquoi ne se suce-t-il pas tout seul ? Ah, bon, il le fait, me dit son porte-parole, Matthieu Ricard. Au temps pour moi.
        Donc, super-lama ne fera pas habiter son esprit dans un autre corps que celui qu'il occupe actuellement. Mais, en vérité, ce n'est ni par lassitude, ni parce qu'il est bourré, ni parce qu'il trouve ce genre de croyance grotesque... C'est pour faire chier les Chinois.
        Les Chinois occupent le Tibet et, à ce titre, ils rêvent de désigner le vendu prochinois qui sera la réincarnation du dalaï-lama actuel et donc le chef spirituel et politique du Tibet. Le Tibet n'aura donc plus de dirigeant « légitime »? Si ! Le dalaï-lama a demandé en 2011 à la communauté en exil de nommer son successeur. Le chef spirituel n'est déjà plus chef politique. Le pape des bouddhistes n'est que pape, il n'est plus et ne sera plus chef d'État, même après la mort! La volonté du dalaï-lama, c'est qu'à terme le peuple tibétain élise lui-même son chef d'État. D'un État laïque. Bravo.
        Le dalaï-lama sacrifie donc sa réincarnation pour empêcher les Chinois de mettre la main dessus et de la manipuler. Mainte- nant, le régime chinois a-t-il le pouvoir de faire se réincarner le dalaï-lama malgré lui ? Ce n'est plus de la géopolitique, c'est Le Seigneur des anneaux...
        Si l'on passe sur le grotesque de la situation, il est intéressant de constater que les traditions religieuses, les dogmes, les principes qu'on présente toujours comme intangibles évoluent en fonction des besoins de ceux qui sont censés les représenter et les défendre. La religion n'est qu'un instrument politique. C'est la religion qui s'adapte
aux besoins très terrestres de ses actionnaires. C'est valable pour le bouddhisme comme pour le christianisme, le judaïsme, l’islam... Dieu ria rien gravé dans la pierre, les hommes gravent pour lui dans la purée Mousseline.
        Charb
        Source : Charlie Hebdo, 19 septembre 2014
        Note du CIPPAD : Ne faudrait-il pas également s’interroger sur les amitiés douteuses entretenues par le Dalaï-Lama ? Depuis le waffen SS Heinrich Harrer, en passant par Pinochet et le gourou de la secte Aum; puis ses amis anthroposophes, divers new-agers et autres néo-chamanes, tout en cultivant ses liens avec les réseaux Gurdjieff..., peut-être a-t-il aussi été invité à prendre un peu de retrait(e) ?

        Sur le même sujet :
        Près de 5000 personnes - soit beaucoup plus que prévu - se sont déplacées samedi à Altstetten (ZH) pour rencontrer un faiseur de miracles éthiopien. Le bâtiment a dû être évacué.
        Des milliers de personnes se sont rendues samedi après-midi au Komplex 457, situé à Zurich-Altstetten. Venues de toute l'Europe et même des Etats-Unis, elles s'étaient toutes déplacées pour voir le guérisseur éthiopien Memehir Girma Wondimu. «Il peut soigner des maladies psychiques et physiques», affirme Mistre Haile-Selassie. L'organisateur de la rencontre a néanmoins été surpris de la foule venue pour Memehir Girma Wondimu: «Je pensais que l'événement allait attirer au maximum 1000 personnes, mais au final il y en avait cinq à six fois plus.»
        «Devant le bâtiment, il y avait des centaines de poussettes», se rappelle un lecteur. Du côté des transports publics, les employés ont dû régler la circulation aux alentours du Komplex 457 pour éviter que de trop grands bouchons se forment. Marco Cortesi, porte-parole de la police municipale zurichoise, confirme que les organisateurs n'avaient annoncé que 300 à 700 visiteurs: «Finalement, il y avait plus de 2500 personnes à l'intérieur et entre 2000 et 3000 personnes devant le bâtiment.» En raison de cette forte affluence inattendue, la police a décidé de disperser tout le monde aux environs de 14 h. «L'évacuation s'est passée dans le calme. Le guérisseur a été très coopératif», explique Marco Cortesi.
        Mistre Haile-Selassie comprend l'intervention des forces de l'ordre. Il regrette cependant que de nombreux visiteurs aient fait le déplacement «pour rien». Mais la venue du guérisseur a quand même porté ses fruits, souligne-t-il: «Il a guéri un homme paraplégique ! »
        par Maja Sommerhalder / ofu
        Source : 20 Minutes Suisse, 10 septembre 2014,
        http://www.20min.ch/ro/news/suisse/story/Un-guerisseur-seme-le-chaos-a-Altstetten-23558350
        Ce n'est pas la première provocation des salafistes en Allemagne. Cette fois, elle a été très réussie. En organisant des rondes de nuit pour prêcher les préceptes de la charia dans les rues, les fondamentalistes musulmans ont déclenché une vague de réactions sans précédent dans la classe politique allemande. Bien qu'elle ait été très limitée (11 personnes impliquées), cette action de propagande a été perçue comme un défi lancé à la société allemande dans son ensemble.
        Plusieurs nuits de suite, les islamistes radicaux ont ainsi patrouillé dans les rues de Wuppertal, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie avec des vestes fluorescentes orange sur lesquelles était inscrit : « Shariah Police » (police de la charia). Menée par Sven Lau, u Allemand converti à l'islam, cette opération était destinée à persuader les musulmans de ne pas boire d'alcool et de ne pas fréquenter les salles de jeu. L'initiative a obligé les plus hauts dirigeants de l'Etat à prendre position. « Il n'y aura pas de justice parallèle », a prévenu Thomas de Maizière, le ministre de l'Intérieur. « Personne n'est autorisé à se substituer à la police », a ajouté la chancelière Angela Merkel.
        Les membres de cette police de la charia n'ont pourtant jamais été interpellés. Les forces de l'ordre sont restées impuissantes face à ces patrouilles nocturnes en raison d'un vide juridique. En effet, en Allemagne, il n'est pas interdit de donner des conseils religieux dans les rues. Les autorités sont venues à bout de ces salafistes en déposant plainte pour infraction à la loi sur la liberté de réunion. Et les vestes fluo ont finalement été saisies par la police.
        Depuis, les conservateurs continuent à réclamer un durcissement de la législation pour lutter contre la propagande salafiste. Le ministre de l'Intérieur de Bavière, le conservateur Joachim Herrmann (CSU), a exigé un sommet consacré à la menace islamiste. « C'est une déclaration de guerre que nous ne pouvons pas tolérer », a-t-il lâché. De son côté, la communauté musulmane allemande regrette que la classe politique ait donné autant d'écho à cette opération de propagande. « C'est leur faire trop d'honneur », a regretté Ali Kizilkaya, le président du Bureau de coordination des musulmans. « Ces gens font beaucoup de tort l'islam et aux musulmans en général », a ajouté Aiman Mazyek, le président du Conseil central des musulmans.
        6 000 membres en Allemagne, dont 10 % d'extrémistes. Ils s'inquiètent notamment du pouvoir d'attraction de ce mouvement sur les jeunes désoeuvrés qui viennent gonfler les rangs des combattants du jihad. Depuis 2011, plus de 400 Allemands se sont engagés en Irak ou en Syrie dans différentes organisations islamistes. Parmi eux, 40 ont perdu la vie.
        Source : Le Parisien, 11 septembre 2014,
        http://www.leparisien.fr/espace-premium/actu/une-police-de-la-charia-scandalise-l-allemagne-11-09-2014-4124693.php
        FAITS-DIVERS. Le père Gotoghian, exerçant dans la Somme, écope de trois ans de prison pour des agressions sexuelles sur plusieurs mineurs.
        Stéphane Gotoghian, 40 ans, comparaîssait ce mardi 9 septembre devant le tribunal correctionnel d’Amiens, pour avoir abusé de l’autorité conférée par sa fonction afin de pratiquer des agressions sexuelles sur plusieurs mineurs.
        Il est condamné à trois ans de prison dont 18 mois de prison ferme, rapporte le Courrier picard.
        Quatre victimes, dont deux étaient âgées de moins de quinze ans au moment des faits, et les parents de deux d’entre elles se sont constitués parties civiles dans ce dossier.
        Stéphane Gotoghian, qui exerçait notamment dans la paroisse de Fressenneville (Somme), est a abusé sexuellement de ces jeunes adolescents, principalement en pratiquant des « caresses appuyées » par-dessus leurs vêtements entre 2002 et 2012.
        Ordonné prêtre en 2002 à Abbeville, il était aussi aumônier des scouts d’Europe à Amiens et prêtre du Vimeu depuis 2006.
        « Pour la grande majorité des victimes, à part l’un, c’était des caresses, avec un schéma : on invite ces jeunes garçons au cinéma et on met la main sur le sexe au-dessus des vêtements et on tente en dessous, même s’il s’en défend », a expliqué Mme Anne-Sophie Baert, avocate de trois victimes, dont deux frères et les parents de ces derniers.
        Les victimes sont également « très remontées » contre l’évêque d’Amiens qui, selon Me Baert, « savait un certain nombre de choses ».
        Ils ont le « sentiment » que l’évêque n’a pas fait tout ce qui était en son pouvoir pour empêcher les faits incriminés de se pro- duire, même si, explique l’avocate, « à l’époque il n’y avait pas de dépôt de plainte, il n’y avait rien », hormis des signalements de cer- tains faits par des parents. « C’est un procès d’abuseur sexuel et c’est un procès d’abuseur de confiance », a résumé Me Crépin, pour qui le prévenu, « invité dans les familles comme autrefois », « avait gagné la confiance des habitants ».
        L’archevêque de Besançon cité comme témoin
        Cité comme témoin Mgr Bouilleret, aujourd’hui archevêque de Besançon assure, lui, avoir alerté les autorités. Il l’a rappelé ce matin dès l’ouverture du procès. « En 2006, une famille m’alerte. J’ai aussitôt alerté le procureur général et le procureur d’Amiens », au- rait déclaré l’évêque d’après nos confrères du Courrier picard.
        Stéphane Gotoghian, quant-à-lui, a reconnu partiellement les faits. Ce matin, il aurait déclaré : « ce n’était pas de l’amour, c’était seulement sexuel ».
        Pour ce procès, les familles des victimes n’ont pas demandé le huis clos.
        Source : L’Union Ardennais, 9 septembre 2014,
        http://www.lunion.presse.fr/accueil/pedophilie-le-pretre-picard-condamne-a-3-ans-de-prison-ia0b0n404907
        Un ancien prélat belge a été reconnu coupable d'agressions sexuelles sur enfants par un tribunal canadien, vendredi. Il a également été condamné pour un chef d'accusation de zoophilie.
        L’ancien homme d'église appartenait à la communauté catholique des oblats. Il a été condamné vendredi pour agressions sexuelles sur des enfants autochtones par un tribunal du territoire canadien du Nunavut. Il a été reconnu coupable de 31 chefs d'accusation pour agressions sexuelles et attouchements à caractère sexuel.
        Il a également été reconnu coupable pour un chef d'accusation de zoophilie. L'homme avait plaidé coupable pour huit cas sur un total de 80 chefs d'inculpation.
        Agé de 67 ans, l'ancien ecclésiastique était arrivé en mission dans le grand nord canadien dans les années 1970. «La plupart des crimes ont été commis à Igloolik, hameau isolé sur une île à plus d'un millier de kilomètres à vol d'oiseau d'Iqaluit, a indiqué le service des poursuites pénales du Canada.
        Les parties ont 30 jours pour faire appel de la condamnation. En l'absence d'un recours en appel, la sentence devrait être prononcée en janvier.
        Déjà condamné en 1990
        Dans le cadre d'une précédente affaire, l'ex-prêtre avait été condamné en 1990 à cinq ans de prison pour le viol de huit enfants. Une fois libéré et face aux plaintes d'une vingtaine de nouvelles victimes, il avait fui en Belgique.
        Sous le coup d'un avis de recherche lancé par Interpol, il avait finalement été expulsé de Belgique 15 ans après pour séjour illégal. Il avait en effet perdu automatiquement sa nationalité belge en prenant la canadienne.
        Arrêté le 20 janvier 2011, à son arrivée au Canada, «il est en détention depuis cette date», a indiqué le service des poursuites pénales du Canada.
        Source : 20 Minutes Suisse, 13 septembre 2014,
        http://www.20min.ch/ro/news/faits_divers/story/Pedophile-et-zoophile--un-ancien-pr-tre-condamne-17742481
        Les films d’exorcisme sont de nouveau à la mode à Hollywood, avec la sortie notamment ce mois-ci en France de “Délivre-nous du mal”. Mais l’industrie du cinéma n’est pas le seul secteur à surfer sur cette mode. De plus en plus d’individus aux Etats-Unis se déclarent exorcistes et font désormais fructifier leur business sur le Net.
         
        La petite chambre d’hôtel est on ne peut plus banale. C’est à Burbank, dans la banlieue de Los Angeles, qu’on retrouve Bob Larson pour une séance d’exorcisme privé. Brandon, une quarantaine d’année, Monsieur tout le monde, en jean t-shirt, est assis sur le canapé. Il est venu voir le “Révérend Larson”, car il se dit possédé. Quant à Larson, il est habillé de sa tenue de pasteur: une chemise noir avec un col blanc, un pull rouge et il porte une croix autour du cou. La Bible dans une main, son immense croix d’exorcisme dans l’autre. Face à face.
        Bob Larson lui pose de nombreuses questions et arrive à la conclusion que Brandon est bel et bien possédé. Le rite débute par des prières, tout en jetant sur Brandon de l’huile sainte et de l’eau bénite. Il a alors les yeux qui se révulsent, sa voix devient beaucoup plus grave. Larson hausse le ton et demande au «démon» de se nommer. Avec une voix d’outre tombe, Brandon répond «je ne suis pas autorisé à te répondre». Le révérend hausse à nouveau le ton et lui demande depuis quand il le possède. La voix répond : «nous l’avons depuis qu’il est enfant». Larson se met alors à hurler à de nombreuses reprises: «Pars! Je veux Brandon ! » Ce dernier revient enfin à lui. Il raconte qu’il a eu une enfance très difficile. Larson essaye de le détendre comme il peut, l’homme semblant apeuré par tout ce qui se passe.
        Coups de Bible dans la figure

        Puis il est temps de faire de nouveau face au «démon». Mais cette fois, Larson veut des réponses, «Au nom de notre seigneur Jesus Christ je te somme de quitter Brandon!» et il lui assène plusieurs coups violents de Bible dans la figure. Le combat continue pendant plusieurs minutes. A un moment «le démon» éructe : «Nous l’avons, nous voulons qu’il se tue et qu’il emmène d’autres personnes avec lui».
        Larson décide d’arrêter là. Il explique à Brandon qu’il est très possédé et qu’il ne pourra pas lui venir en aide avec seulement une séance d’exorcisme. Il lui explique qu’il souffre d’une “possession multiple” et qu’il se pourrait même que, par le passé, il ait été possédé “par Satan lui-même”. Larson affirmera plus tard que malgré son expérience, il avait rarement vu quelqu’un d’aussi possédé. En préparation avant leur prochaine rencontre, Larson somme à Brandon de lire la Bible, d’acheter une croix et d’aller à l’église. L’exorciste prend alors Brandon dans ses bras pour le réconforter. «Je sais que tu es quelqu’un de bien. Ce n’est pas toi qui à ces mauvaises pensées. Je ne veux surtout pas te voir à la Une des journaux télé».
        Un succès rentable sur internet

        «L’exorciste» n’est pas seulement le titre d’un film. C’est un rite pratiqué par l’église catholique lorsqu’une personne est déclarée «possédée» par un démon. Ces dernières années, Hollywood s’en est donné à coeur joie avec ce sujet, de «L’exorcisme d’Emily Rose» à «Le Rite» avec Antony Hopkins. Mais il n’y a pas qu’Hollywood qui surfe sur le succès vendeur de l’exorcisme. Sur internet, en quelques clics, il est possible de trouver des dizaines de sites sur le sujet. Surtout, nombreux sont ceux qui prétendent être exorciste. Bob Larson fait partie de ces «exorcistes», mais à la différence de certains, il a beaucoup investi dans son site internet, ce qui le rend très attractif. Bref, aux Etats-Unis l’exorcisme est devenu un vrai business et il est pratiqué par des personnes pas toujours officiellement reconnues par les églises.
        Le révérend Bob Larson, 69 ans, père de trois filles, revendique être «le plus grand expert au monde sur les cultes, l’occulte et les phénomènes surnaturels». Rien que cela. Il affirme également qu’au cours de ces trente dernières années, il a pratiqué plus de 20.000 exorcismes. Bob Larson est aujourd’hui à la tête de sa propre église, branche du protestantisme, et il a également créé une école qui propose des cours d’exorcisme en ligne. Précision importante: l’église protestante ne reconnait pas l’exorcisme. Est-il un gourou? Religion et business semblent en tout cas faire bon ménage.
        Larson s’est longtemps cherché. Musicien professionnel dans un groupe de rock, il est ensuite allé à l’université pour devenir médecin. Mais lorsqu’il a trouvé la foi, il a abandonné cette idée. Il est alors devenu orateur de motivation, ce qui lui a permis de voyager dans le monde entier et surtout de rencontrer ses premiers exemples de possession, selon ses dires. Ensuite, il a étudié le journalisme et s’est mis à écrire des livres. Avant de finalement devenir présentateur d’une émission radio pendant près de vingt ans.
        Une séance à 495 dollars

        Tout au long de son parcours, il a continué à rencontrer des personnes “possédées”. C’est alors qu’il s’est découvert «un don exceptionnel que la plupart des gens normaux n’ont pas. Finalement il y a 15 ans, j’ai décidé de faire cela publiquement et à temps complet». Bob Larson «le grand exorciste», maintenant enseignant, n’a jamais reçu d’enseignement sur le rite. Selon lui, il n’y a pas de livre qui permette d’apprendre, le seul vrai moyen étant de recevoir les enseignements par quelqu’un qui pratique déjà et qui a de l’expérience. Mais Larson ne connaissait personne capable de lui enseigner une telle pratique, il aurait donc appris par lui-même...
        Son discours est bien rodé. Les explications sont claires et imagées jusqu’au moment où il se contredit : «beaucoup de gens qui viennent me voir en pensant être possédé ne le sont pas, ils sont simplement malades mentalement.» Mais un client est un client. Depuis peu, il a même commencé à réaliser des exorcismes par webcam ! Lorsque l’on parle d’argent, le révérend fait d’abord la liste de tous ses frais, avant de déclarer que «tout cela coûte beaucoup d’argent. Nous devons donc accepter les cadeaux et demander des dons pour pouvoir continuer». Il déclare que l’argent reçu finance son ministère. Quant à lui, il «touche simplement (s)a pension de retraite».
        Pourtant, une heure de son temps vous coutera la modique somme de 495 dollars. Quant aux sessions par skype, Scott Bixby, un jeune blogger qui s’est essayé à l’expérience, prétend que le don suggéré pour une telle séance est de 295 dollars. Si vous souhaitez suivre ses cours par correspondance pour devenir vous aussi prêtre exorciste, pas de problème ! Il vous suffit simplement de débourser entre 1000 et 2500 dollars. Et enfin, on retrouve à la vente sur son site internet, ses livres, ses DVD dont le top 10 de ses meilleurs exorcismes, ainsi que sa croix.
        Exorcisme 2.0

        Mais tout le monde n’a pas les mêmes moyens que Bob Larson. Carlos Oliviera, 53 ans, cinq enfants, est prêtre exorciste à plein temps. Il est le créateur du site «Gotdemon.com» (vous avez un démon? ). Son site offre des exorcismes 2.0 par Skype ou par téléphone. Etre exorciste est une réelle vocation pour Oliviera. Il affirme avoir reçu un appel de Dieu, il y a 24 ans de cela. Mais avant d’être exorciste, il était lui aussi musicien professionnel et c’est au cours d’un concert qu’il a rencontré une femme possédée. «Cette confrontation avec le mal a été comme un déclic pour moi», dit il. Ce n’était pourtant pas son premier exemple de possession, puisqu’il affirme que lorsqu’il n’avait que 6 ans, ils avaient déjà vu certains membres de sa famille être possédés.
        Carlos Oliviera n’a pas suivi de formation. Il a simplement acheté des livres sur le sujet et étudié la Bible. Avant de procéder à un exorcisme, Oliviera s’assure que la personne est vraiment possédée. «C’est à moi de diagnostiquer le problème, je pose des questions, j’observe, j’écoute si la personne parle d’une douleur, je regarde aussi d’éventuels signes laissés sur le corps». Selon lui, faire le diagnostic d’une personne possédée ou non est encore plus difficile que de diagnostiquer une maladie pour un médecin.
        Il prétend faire la différence entre une possession et des problèmes mentaux, même s’il est persuadé que les problèmes mentaux sont causés par la possession. Avant d’avouer : «j’ai eu des problèmes mentaux et lorsque je me suis dépossédé de mes démons je ne l’étais plus». Il aurait même été attaqué par un démon. «Ça m’est déjà arrivé de me faire frapper à la tête par un démon la nuit quand je dormais».
        Carlos Oliviera apprécie regarder les films d’exorcismes Made in Hollywood et estime que ce qui est présenté dans les films n’est pas toujours vrai. «Mais quand vous êtes dans une situation où quelqu’un est vraiment très possédé, tout peut arriver. Comme par exemple une lévitation, des objets projetés dans la pièce...»
        Oliviera ne fait pas beaucoup d’exorcisme en présence de la personne. «La meilleure façon de faire un exorcisme reste encore de le faire par téléphone». Lorsqu’on lui demande si c’est vraiment efficace, il répond que «Jésus Christ chassait les démons de personnes possédées alors qu’elle n’était pas là et il n’avait pas de téléphone». Il indique faire en moyenne une dizaine d’exorcismes par semaine au téléphone. En personne, il en fait environ 300 à 500, le tout sous forme de meetings de groupe. Et enfin, son site internet enregistre plus de 10.000 visiteurs par mois qui peuvent profiter de ses vidéos pré-enregistrées pour se faire exorciser en quelques clics.
        Résultats non garantis

        Carlos Oliviera dément demander beaucoup d’argent et préfère parler de donations et de cadeaux. Pourtant, sur son site les prix sont clairement affichés. Pour assister à l’un de ses séminaires, le prix, si l’on réserve la place, est de 10$ par personne, 15$ par couple, 30$ sans réservation. Par téléphone, la session d’une fois une heure est de 50$ et les sessions de trois fois 30 minutes coûtent 100$. Et si l’on est très attentif, on peut lire que les résultats ne sont pas garantis.
        Père Gary Thomas présente un profil a priori plus sérieux. Il fait partir des rares prêtres à être mandatés par l’église catholique. Il officie en Californie. Après avoir passé douze ans dans la même paroisse, le père Thomas voulait prendre une année sabbatique. Avant que son évêque ne lui propose de suivre une formation spéciale au Vatican pour devenir exorciste. C’est au cours de ses études à Rome qu’il a rencontré le journaliste Matt Baglio, qui a, par la suite, écrit un livre sur lui et le rite de l’exorcisme. Ce livre a ensuite permis de réaliser le film «The Rite» avec dans le rôle du Père Thomas, Antony Hopkins. Le prêtre a d’ailleurs été consultant pour le film et a accompagné Hopkins tout au long de la promo du film.
        Le père Thomas est toujours autant étonné de voir qu’après toutes ces années, beaucoup de gens viennent lui demander si ce qu’il fait ressemble au tout premier film «L’exorciste». «Toutes les situations ne sont pas des possessions totales comme on peut le voir dans les films, dit il. En réalité, c’est quelque chose de vraiment très rare. J’ai eu l’occasion d’en voir quelques-unes à Rome et une seule aux Etats Unis», a t-il révélé dans un interview d’octobre 2009 pour le site bustedhalo.com. Mais il précise que les plus petites possessions sont plus courantes.
        Selon lui, il existe différents niveaux de possession. Le premier est l’infestation: lorsqu’un démon s’attache aux choses, comme par exemple une maison. Le deuxième est l’oppression et l’obsession: lorsqu’une personne se sent très déprimée ou totalement obsédée par l’idée que Satan est présent dans leur vie. Dans ces deux cas, les personnes peuvent continuer à vivre normalement sans que l’on ne détecte rien de «démoniaque». Et enfin LA possession. À ce stade là, l’individu n’est plus capable de répondre à ses propres besoins et n’est plus en mesure de prendre des décisions par lui-même.
        Un rite officiel précis
        Gary Thomas affirme que les signes les plus courants d’une possession sont le roulement des yeux, l’incapacité à entrer dans une église, une gène en présence d’objets religieux. Mais également la connaissance de ce qui ne peut être connu, comme la capacité de parler une langue inconnue. Dans des cas extrêmes, des contorsions du visage et des changements de voix. Thomas ajoute même qu’une personne peut prendre l’apparence d’un serpent !
        Dans 80% des cas, les gens qui viennent lui demander son aide seraient d’anciennes victimes d’abus sexuels. Le prêtre pose également des questions sur l’utilisation de la pornographie, de la drogue, sur les habitudes, la famille, d’éventuel traumatismes. N’importe quoi qui pourrait révéler, selon l’église catholique, «une ouverture» pour les démons.
        À la différence de Larson et Oliviera, le père Thomas n’effectue ses exorcismes qu’en présence «du possédé» et uniquement dans une église. Il est également entouré d’une équipe qui se compose de psychologues, de psychiatres, de médecins tous catholiques, croyant en la possible existence de Satan. Il s’entoure également d’autres membres du clergé et des prêtres.
        Gary Thomas suit le rite de l’exorcisme à la lettre en récitant les prières et en utilisant sa croix et de l’eau bénite. Il somme également le démon de partir : «Au nom de notre seigneur Jesus-Christ, je te demande de partir». Ce prêtre exorciste à temps plein consacre environ 15% de ses 40 heures de travail par semaine à la pratique de l’exorcisme.
        Pour Carlos Oliviera, «il y a beaucoup plus de démons qu’il n’y a d’humains sur cette planète. C’est impossible de donner un chiffre, mais basé sur mon expérience et mes croyances, je crois que 99% de la population est possédée et pas seulement par un démon mais plusieurs». Si ces chiffres sont exacts, c’est un business qui n’est pas près de connaitre la crise...
        Warner Bros

        Source : Le Ben Franklin Post, France Usa Media, 10 septembre 2014,
        http://franceusamedia.com/2014/09/lexorcisme-business-2-0-aux-etats-unis/
        Début d'une cérémonie autour du yagé, une plante hallucinogène, sous la direction
        d'un chamane, le 9 août 2014, à la Calera, sur les hauteurs de Bogota
        Breuvage rituel et séculaire des indigènes d'Amazonie, le yagé, au pouvoir hallucinogène, s'est converti en phénomène urbain en Colombie. Il séduit même de plus en plus les touristes étrangers. Parfois au péril de leur vie.
        A la Calera, sur les hauteurs de Bogota, Miguel Garcia, un Mexicain de 42 ans, est venu participer à une séance d'ivresse collective, en compagnie d'une trentaine de personnes, sous le contrôle d'un chaman, issu de l'ethnie Kämentsa, qui officie en poncho et coiffé d'une couronnes de plumes.
        "Je viens en Colombie pour boire le yagé parce que ça me permet de me sentir bien et d’avoir de bonnes vibrations. C’est là que je recharge mon énergie", lance à l'AFP cet ingénieur, qui a déjà effectué pas moins de cinq déplacements dans le pays andin.
        "C'est un voyage qui peut t'emmener loin, depuis la création du monde jusqu'à l'enfer", ajoute-t-il, enveloppé dans une couverture au motif léopard, le front ceint d'un bandeau.
        Boisson obtenue à partir de lianes, le yagé, appelé aussi ayahuasca, constitue depuis des milliers d'années un remède pour les communautés d'Amazonie et des Andes en Colombie mais aussi au Brésil, en Equateur, au Pérou ainsi que certaines régions de Bolivie et du Venezuela.
        Breuvage obtenu à partir de lianes, le yagé est proposé le 9 août 2014 lors
        d'une cérémonie dirigée par un chamane, près de en Amérique latine.
        "Cela sert à soigner beaucoup de maladies. Cela aide à se libérer de son ego, de sa colère, à apprendre la patience", assure le chaman, Juan Martin Jamioy. "Ce remède, c'est comme un psychologue de l'esprit, il te parle directement et te dit des vérités", poursuit-il, en soulignant l'attrait que suscite le rituel pour les étrangers.

        - 'La liane des esprits' -
        "Il y a beaucoup d'Européens qui viennent. Là-bas, la vie est différente. Ils cherchent la connaissance et les chemins spirituels, ils sont lassés de leur vie monotone", explique-t-il.
        Fabian Sanabria, directeur de l'Institut colombien d'anthropologie et d'histoire, rappelle que cette tradition est très ancienne. On retrouve des statues précolombiennes représentant des chamans le visage tordu ou en train de vomir, l'un des premiers effets de la plante.
        Désormais, "cela attire et séduit beaucoup de personnes dans le monde contemporain", indique l'anthropologue.
        En langage indigène, ayahuasca signifie "la liane des esprits". Voix intérieure, communion avec des parents décédés, contact avec l'inconscient: les témoignages évoquent toute sorte d'expérience.
        "Cela t'emmène dans le passé et te fait rappeler des choses nécessaires", confie à l'AFP Sergio Berejano, un designer de 24 ans. Sous l'effet du yagé, il raconte entendre en lui une voix bienveillante qu'il appelle son "grand-père" et qui l'aide à résoudre ses problèmes personnels.
        Malheureusement les aventures oniriques peuvent parfois très mal se terminer, d'autant que de faux chamans ont saisi l'intérêt du filon.
        Un mauvais mélange peut ainsi provoquer des tachycardies, de l'anxiété, des attaques de panique, voire même la mort. En avril dernier, un touriste britannique de 21 ans a succombé à une intoxication lors d'un rituel célébré dans la région du Putumayo, dans le sud de la Colombie.

        Ricardo Diaz, un sociologue qui tient la revue "Visions de chaman" et organise lui-même des sessions
        autour du yagé, met en garde: "C'est toujours une intoxication, mais c'est une intoxication contrôlée".

        Déconseillant l'usage du yagé à des fins récréatives car "ce n'est pas une partie de plaisir", il recommande de faire appel à un chaman expérimenté et d'observer au préalable une diète évitant les viandes rouges, le lait, l'alcool et les drogues.
        Eitan Abramovich
        Source : Le Populaire avec AFP, 9 septembre 2014,
        http://www.lepopulaire.fr/france-monde/actualites/a-la-une/international/2014/09/05/le-yage-breuvage-rituel-amazonien-devenu-phenomene-urbain_11136316.html
         
        Note du CIPPAD : l’ayahusca est considéré comme illicite par la loi française depuis 1990 et est régulièrement dénoncé par la Miviludes pour l’utilisation qu’en font certains mouvements pour d’atteindre des « états modifiés  de conscience ».

        Sur le même sujet : 

        Georges Fenech : "La scientologie est très... par Europe1fr

        par Jean-Marc Morandini

        Plusieurs fois condamnée en France pour abus de faiblesse, la scientologie se retrouve une nouvelle fois  au tribunal pour harcèlement moral, poursuivie par les salariés d'une entreprise de BTP des Yvelines. Georges Fenech revient sur cet évènement.

        Source :L’invité Actu, Europe 1, 12 septembre 2014,
        http://www.europe1.fr/mediacenter/emissions/l-invite-actu/videos/georges-fenech-la-scientologie-est-tres-difficile-a-encadrer-2229251

        Sur le même sujet :
        Par François Lecombat
        « Mon combat a réellement commencé au lendemain du suicide de ma petite sœur Angélique, 26 ans »
        Lorsque parmi vos plus proches parents, une sœur et un frère aîné appartiennent, corps et âme, à "l'Église" de Scientologie, il faut s'attendre à tout et surtout au pire. 
L’audace d’être contre est l'histoire d'Angélique, de ses bourreaux, de l’implosion d’une famille unie et de celui qui a tenté de résister à ce monstre tentaculaire, l'auteur du récit.
        Pressions, chantage, achat du silence à prix d’or, très rares sont les victimes de la Scientologie à oser dénoncer les agissements de cette entreprise sectaire.
        Récit d'une lutte opiniâtre pour préserver ce qu'il restait d'un clan familial, cet ouvrage relate la montée au front, médiatique et judiciaire, de François Lecombat contre une pseudo-église qui amalgame étrangement finances et spiritualité. Il nous entraîne dans les méandres de la Scientologie et nous en décrypte les méthodes insidieuses et destructrices, preuves à l’appui. L’auteur conserve précieusement des documents internes confidentiels révélant les procédés de l’Eglise, entre corruption et « propagande noire ».
        Ce texte rappelle, de manière vive et terrible, que la vigilance est toujours de mise pour contrecarrer les manœuvres de cette soi-disant religion, de même que celles des autres sectes. Éloquent et informatif, un livre d’utilité publique que François Lecombat aurait souhaité ne jamais devoir écrire...
        Edité chez Publibook / Prix : 20,95 € - eBook : 10,49 €
        Contact presse : Anne-Marie Leca - 06 86 31 14 58 – amleca.presse@yahoo.fr

        Source :Communiqué de presse - Paris, le 24 juin 2014
        Tao Porchon Lynch est la plus âgée des professeurs de yoga, selon le Guiness Book des records. La nonagénaire, en pleine forme, multiplie les postures avec une agilité hors du commun.
        A 96 ans, Tao Porchorn Lynch est une source d'inspiration pour de nombreuses personnes. Et pour cause, cette nonagénaire dynamique est la plus vieille prof de yoga au monde. Mais, pour elle, ce n'est pas une question d'âge, mais bien d'introspection et d'état d'esprit.
        "Rien n'est impossible à faire dans la vie", explique-t-elle à Barcroft TV. "Focalisez-vous et il y a des réponses à tout en vous. Ne pensez pas à votre âge, laissez les autres dire que vous vieillissez."
        Son conseil ? "Ne procrastinez pas. Ne dites pas que vous le ferez demain. Faites-le maintenant. Demain n'arrive jamais."
        Source : 7 sur 7 Belgique, 9 septembre 2014,
        http://www.7sur7.be/7s7/fr/1518/Sante/article/detail/2045075/2014/09/09/A-96-ans-elle-est-etonnante-de-souplesse.dhtml

        Note du CIPPAD : dans son site internet Mme Porchon-Lynch indique qu’elle pratique une approche visant à atteindre l’illumination, permettant de soigner les individus et pouvant aider à guérir la planète. 

        Elle enseigne dans des structures liées au mouvement du Yoga Intégral du swami Satchidananda : l'Ashram Yogaville et l'Integral Yoga Institute de Manhattan. Le mouvement du Yoga Intégral d’après Satchidananda, peu présent en France (implantation dans le 77 notamment), est un yoga qui, aux USA, a fait des victimes parmi ses adeptes féminines.

        Mme Porchon-Lynch intervient également au Kripalu Center for Yoga and Health, centre connu pour les nombreux scandales qui s’y sont déroulés. D’anciennes adeptes de l'ashram Kripalu obtiendront ainsi plus de 2,5 millions de dollars d’indemnisation après que leur gourou eut avoué les faits.
        Une Indienne de 18 ans a épousé un chien errant dans le cadre d'un rituel tribal conçu pour conjurer un mauvais sort.
        Selon un gourou d'un petit village de
 Jharkhand en Inde, Mangli Munda, une jeune 
fille de 18 ans, est ensorcelée. Son mariage avec un homme provoquerait immanquablement la destruction de sa famille et sa communauté. Pour conjurer le mauvais sort, les anciens du village ont donc organisé un mariage à la hâte entre l’adolescente... et un chien.
        Mangli Munda attend toujours son prince charmant
        "Il n’y aura plus aucun problème dans sa vie après qu’elle s’est mariée", affirme son père. S’il s’agit d’un mariage un peu spécial, les coutumes et rituels indiens ont été respectés. Et après cette union non-officielle, Mangli Munda aura tout le loisir de trouver l’homme de sa vie. "Je me marierai avec un homme un jour. Chaque fille rêve de marier un prince charmant. J’attends qu’il vienne."

        Source : RTL Belgique, 3 septembre 2014,
        http://www.rtl.be/people/buzz/news/769852/une-jeune-fille-de-18-ans-contrainte-d-epousera-un-chien-video

        Vannes - cours de Kundalini yoga

        -

        CIPPAD

        le 28-9-2014 à 08:56 GMT
         
        Source : Vannes, MaVille, 13 septembre 2014,
        http://deal.maville.com/ville/vannes/50-sur-le-modelage-special-futur-maman-4/
         
        Source : extrait du site Les ailes du bien-être, 13 septembre 2014,
        http://web.archive.org/web/20140928075429/http://www.lesailesdubienetre.fr/index.php/kundalini-yoga

         
        Source : extrait du site Les ailes du bien-être, 13 septembre 2014,
        http://web.archive.org/web/20131230073426/http://lesailesdubienetre.fr/index.php/articles/limportance-des-soins-energetique-apres-une-intervention-chirurgicale-

        Note du CIPPAD :  le Kundalini yoga est un yoga qui a pour but d'éveiller l'énergie spirituelle (Kundalini en sanskrit) sommeillant en chaque homme à la base de la colonne vertébrale et de la faire remonter le long de 6 chakras qui jalonnent cet axe. Arrivée au 7eme chakra, situé au dessus de la tête, Kundalini s'unit avec Shiva, le divin. Cette opération permet d'activer toutes les forces divines qui dorment dans l'homme. Ce yoga, notamment plébiscité par les adeptes de Sahaja Yoga ou de 3HO, comporte nécessairement des exercices sexuels et est considéré comme dangereux pour ceux qui maîtrisent mal la technique ou qui la pratiquent sans le contrôle d'un maître. À lire également le document "La méditation comme instrument de dépendance". 
        Les allégations faites dans le site des prometteurs de l'activité et  concernant le secteur de la santé peuvent surprendre. La notion de Mémoire cellulaire est à rapprocher de concepts découlant de la Nouvelle médecine germanique de Ryke Hamer.

        Pourrons-nous vivre sans OGM ? 60 clés pour comprendre les biotechnologies végétales.

        Editions QAE .

        Ouvrage collectif coordonné par Yvette Dattée (INRA, Académie d’agriculture) et George Pelletier (Académie des sciences, Académie d’agriculture)

        Présentation :

        Des gains de productivité spectaculaires ont été obtenus en production agricole au cours des cinquante dernières années. Malgré tout, la malnutrition perdure dans le monde : un humain sur sept souffre encore de la faim et la population mondiale devrait atteindre 9 milliards d’habitants en 2050. L’agriculture devra donc produire plus, tout en préservant les milieux naturels et cultivés, tandis que les effets difficilement mesurables du changement climatique ajouteront des contraintes agronomiques et sanitaires. Autre objectif : lutter contre l’urbanisation, l’érosion et la salinisation pour sauvegarder nos surfaces cultivées.

        Face à ces défis, aucun moyen ne saurait être négligé : il faut mobiliser toutes les technologies apportées par les progrès scientifiques, pour produire plus et mieux. Ainsi, comment créer rapidement de nouvelles variétés ? Les plantes génétiquement modifiées (PGM) résisteront-elles aux virus ? Pourra-t-on rendre les plantes plus tolérantes aux excès de sel ou de froid ? Les méthodes de sélection raisonnées et les biotechnologies y parviendront-elles ?

        Mais, la science n’est pas seule en cause : les questions économiques, les choix sociétaux, les considérations politiques participent au débat. Comment sont produites et commercialisées les semences, notamment transgéniques ? Pourquoi et comment les PGM ont-elles été interdites en Europe ? Quelle est la position de la France dans ce domaine ?

        Autant de questions pertinentes qui permettront au lecteur de mieux comprendre ce sujet d’actualité sensible.

        La Grande Braderie de Tours s'est déroulée
sans incident notable hier (lire page 3). Comme
chaque année, malgré une information
largement diffusée et les panneaux installés
bien en vue, les services de la police municipale
ont dû faire évacuer un certain nombre de véhicules laissés par leurs propriétaires dans les rues où le stationnement était interdit.
        « On en a enlevé 33, confie Franck Boyer, directeur de la police municipale. C'est moins que l'an passé où on avait dû en enlever une cinquantaine. Pourtant, le périmètre interdit était plus étendu cette année. »
Le seul « incident » s'est situé rue des Halles où était installé un stand qui vendait des DVD et livres scientologues. Cette présence a choqué quelques passants!: une femme a voulu porter plainte au commissariat qui a refusé de l'enregistrer. « Je ne comprends pas: l'église de Scientologie est une secte et sa propagande est interdite. »
        En fait, si l'église de Scientologie est effectivement répertoriée parmi les sectes par une commission parlementaire, elle n'est pas interdite. Elle a été poursuivie par la justice pour certaines dérives tombant sous le coup de la loi (abus de confiance, escroquerie) mais rien ne l'empêche de faire de la propagande. La Cour européenne de justice protège même son existence au nom de la liberté religieuse et la considère comme une religion à part entière.
        « La société qui tenait le stand était régulièrement inscrite au registre du commerce (une SARL d'Angers), nous l'avons donc autorisée à s'installer », explique Franck Boyer. « En revanche, nous avons autorisé ceux que cette présence choquait à manifester à proximité du stand sans troubler l'ordre public. »
        Source : La Nouvelle, République, Indre-et-Loire, 8 septembre 2014,
        http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Communes/Loches/n/Contenus/Articles/2014/09/08/Braderie-questions-autour-d-un-stand
        -2037285

        Sur le même sujet :
        Dimanche 28 septembre 2014, 22h25 (France 5)
        Les Faussaires de l’Histoire
        Documentaire de Michaël Prazan & Valérie Igounet, 55 minutes.

        Retour sur l'histoire du discours négationniste, une entreprise intellectuelle et antisémite visant à effacer, d'un trait de plume, les six millions de morts du génocide juif pendant la Seconde Guerre mondiale. Des archives méconnues et l'expertise d'historiens permettent de déconstruire ce discours de haine, apparu après-guerre chez les nostalgiques du nazisme et de la collaboration. Dans les années 70, sous l'influence d'une extrême-gauche «antisioniste», le négationnisme subit une certaine réorientation, qui s'étend ensuite jusqu'à la fin des années 90 vers le monde arabo-musulman, portée par la star déchue du parti communiste Roger Garaudy.


        Extrait - Les Faussaires de l'Histoire... par fondationshoah

        Voir aussi :
        * La critique de Télérama.
        * La critique du Monde.
        * La critique de La Croix.
        * Sur le site de France 5.

        Conspiracy Watch - Observatoire du conspirationnisme et des théories du complot
        Par Nadia Daam
        Il faut ramener les anti-vaccins à la raison
        «Tu n'as aucune raison de passer pour une mère indigne, je dirais même au risque de choquer certains que tu sauves ton enfant de l'empoisonnement en ne le faisant pas vacciner!» ou «Je suis naturopathe Holistique et bien sûr il n’est pas question de faire vacciner mon enfant avec des vaccins qui ne sont pas obligatoires» ou encore «la plupart des maladies pour lesquelles on vaccine n'entraînent pas ou peu de graves conséquences, à part peut-être la polyo ou la diphthérie» et :

        «Bonjour, je suis maman de clément 2 mois et je ne suis pas pour les vaccinations!! j'aimerai (sic) trouver un médecin dans le 84 qui note les vaccins sans les effectuer car crèche ou nounou oblige!!! merci d avance»

        Voilà ce qu'on peut lire, aujourd'hui sur des dizaines de forums «traditionnels» de parents, sur des sites animés par des complotistes, ou sur des blogs autoproclamés «éco-bio». (...)

        Lire la suite sur Slate.fr.


        Voir aussi :
        * Dossier – Grippe A(H1N1), le virus du soupçon

        Conspiracy Watch - Observatoire du conspirationnisme et des théories du complot


        Zoélie est décédée... 
        Créatrice de l’ISC, victime et combattante, voici son histoire :

        Elle était atteinte d'un cancer...
        Lorsqu'un cancer est dépisté, la prise en charge doit être rapide. Mais des charlatans ont abusé de sa confiance.Ils l’ont détournée des traitements efficaces, réduisant presqu'à néant ses chances de guérison. Sans ces criminels, elle serait peut-être encore parmi nous aujourd’hui.
        Lire la suite »
        Par Julie Rasplus
        Ebola : les rumeurs les plus folles sur le virus
        L'absence de traitement efficace et le caractère hautement contagieux de cette fièvre hémorragique, qui a tué plus de 2800 personnes en Afrique de l'Ouest, alimentent les spéculations. Tour d'horizon.

        Comme pour les virus, difficile d'enrayer la propagation des rumeurs. Alors qu'Ebola a déjà tué plus de 2 800 personnes au Liberia, en Guinée, en Sierra Leone et au Nigeria, les spéculations les plus folles circulent à son sujet. Dernière croyance en date : le chlorure de magnésium soignerait Ebola, un médecin en aurait constaté les effets et cette méthode simple serait volontairement passée sous silence.

        Cette théorie du complot, reprise sur les réseaux sociaux, sur des sites spécialisés dans les remèdes naturels ou des portails d'informations camerounais, est démontée, point par point, dans un article posté, mardi 23 septembre, sur le site de l'émission "Allo Docteurs" de France 5. Le professeur François Bricaire, chef du service des maladies infectieuses de l'hôpital de La Pitié-Salpêtrière (Paris), évoque une "vaste fumisterie". (...)

        Lire la suite sur Francetvinfo.fr.

        Conspiracy Watch - Observatoire du conspirationnisme et des théories du complot
        Camerounlink.net: Pouvez-vous définir l’A.M.O.R.C. en quelques mots ?
        L’Ancien et Mystique Ordre de la Rose-Croix est considéré dans le monde entier comme un mouvement philosophique. Non sectaire, non religieux et apolitique, il est ouvert aux hommes comme aux femmes, sans distinction de races, d’ethnies, de nationalités, de classes sociales ou de religions. Dans plusieurs pays, l’A.M.O.R.C. est reconnu d’utilité publique en raison de sa contribution à la culture, à l’éducation et à la paix.
        Camerounlink.net: Quel est le but de votre mouvement ?
        Perpétuer l’enseignement que les Rose-Croix se sont transmis à travers les siècles, et contribuer à l’évolution des consciences et des mentalités, afin de rendre le monde meilleur.
        Camerounlink.net: Existe-t-il un lien entre l’A.M.O.R.C. et la Franc- Maçonnerie ou d’autres organisations ésotériques ?
        L’A.M.O.R.C. n’a aucun lien avec la Franc-Maçonnerie, dont je connais mal le fonctionnement. La seule organisation ésotérique à laquelle il est lié est l’Ordre Martiniste Traditionnel, qu’il parraine depuis le début du XXe siècle et dont les origines remontent à Louis-Claude de Saint-Martin, philosophe français du XVIIIe siècle.
        Camerounlink.net: Certains laissent entendre que l’A.M.O.R.C. est une secte. Qu’en dites-vous ?
        Que ce n’est pas et n’a jamais été le cas. Si vous consultez le dossier de presse de l’A.M.O.R.C., vous constaterez d’ailleurs qu’il dispose d’un grand nombre d’attestations officielles qui le confirment. Si besoin est, je rappelle également qu’il n’incite nullement ses membres à se couper de leur famille ou de la société, bien au contraire, et qu’ils peuvent le quitter à tout moment sans le moindre problème.Que ce soit de par son histoire, son fonctionnement, son enseignement ou sa philosophie, il est à l’opposé d’un mouvement à caractère sectaire.
        Camerounlink.net: Que répondez-vous à ceux qui disent que les Rosicruciens pratiquent la magie noire et la sorcellerie ?
        Que c’est méconnaître ce qu’ils sont et ce qu’ils font. L’enseignement de l’A.M.O.R.C. est fondamentalement bienveillant. Certes, il inclut des pratiques dites mystiques, mais ces pratiques sont à l’opposé de la magie noire et de la sorcellerie. Elles sont fondées sur des lois naturelles et spirituelles, lesquelles sont positives et constructives par nature. Il me semble important également de préciser que les Rosicruciens, de leur côté, ne craignent nullement les envoûteurs, ensorceleurs et autres féticheurs...
        Camerounlink.net: On dit également que les membres de l’A.M.O.R.C., parvenus à certains degrés d’étude, doivent procéder à un sacrifice humain...
        Un minimum de bon sens devrait permettre de comprendre que si de tels sacrifices avaient lieu, cela ferait de l’A.M.O.R.C. une organisation criminelle que tous les gouvernements auraient depuis longtemps fait interdire à juste titre. Or, il est présent dans le monde entier et bénéficie d’une bonne réputation.
        Il faut savoir également que dans la «Déclaration rosicrucienne des devoirs de l’Homme», qui a été publiée en pleine page dans les plus grands journaux français et autres, on peut lire dans l’article 12 : «Tout individu a le devoir de respecter la vie humaine et de la considérer comme le bien le plus précieux qui soit».
        Camerounlink.net: Toujours dans les rumeurs, il a été dit que l’A.M.O.R.C. prône l’homosexualité. Est-ce le cas ?
        Absolument pas. Comme chacun sait, il y a des homosexuels dans tous les pays du monde, parmi les athées comme parmi les Chrétiens, les Juifs, les Musulmans, les Francs-Maçons, etc. Il y en a également parmi les Rosicruciens, mais il s’agit d’un choix de vie qui leur est personnel et qui n’a strictement aucun lien avec l’enseignement et la philosophie de l’A.M.O.R.C.
        Camerounlink.net: Quel regard portez-vous sur les religions traditionnelles, les nouvelles religions et les églises d’éveil ?
        L’A.M.O.R.C. a pour devise : «la plus large tolérance dans la plus stricte indépendance». Il ne porte donc pas de jugement particulier sur les religions, qu’elles soient traditionnelles ou nouvelles, ni sur les églises d’éveil ou autres. Cela dit, toutes ont en commun d’être des voies de croyance, alors que l’Ordre de la Rose-Croix est une voie de connaissance, en ce sens que son enseignement permet de mieux nous connaître nous-mêmes, de mieux comprendre le sens profond de l’existence, et de mieux maîtriser notre vie, c’est-à-dire de la rendre aussi conforme que possible à nos espérances.
        Camerounlink.net: Certains prétendent que l’A.M.O.R.C. s’implique sur le plan politique. Qu’en est-il ?
        Que c’est totalement faux. Comme je l’ai déjà précisé, l’A.M.O.R.C. est apolitique, et ce, dans tous les pays du monde. Il est possible que certaines personnalités politiques, sur un plan local, régional, national ou international, en soient membres, mais leur manière de se comporter et leurs décisions n’impliquent en aucun cas l’A.M.O.R.C. Et c’est précisément parce qu’il est apolitique qu’il compte parmi ses membres des personnes ayant des opinions différentes, voire opposées dans ce domaine. J’ajouterai que si certains gouvernements comptent des Rosicruciens parmi leurs ministres, il y en a certainement beaucoup plus qui sont Chrétiens, Musulmans, Juifs ou Francs- Maçons.
        Camerounlink.net: Quelle différence y a-t-il entre l’A.M.O.R.C.et la Rose-Croix d’Or ?
        Comme vous le savez, il y a différents courants dans le Christianisme ; il en est de même dans le Judaïsme et l’Islam. La Franc-Maçonnerie, dont vous m’avez parlé, comporte plusieurs obédiences. Pour ce qui est de la Rose-Croix, il y a deux courants majeurs : l’Ancien et Mystique Ordre de la Rose-Croix, et la Rose-Croix d’Or. D’après ce que je sais, celle-ci est une organisation à coonottion chrétienne, alors que l’A.M.O.R.C. est ouvert à toutes les religions, et même à ceux qui n’en suivent aucune. De plus, l’enseignement dispensé n’est pas le même.
        Camerounlink.net: Y a-t-il un lien entre l’A.M.O.R.C. et le C.I.R.C.E.S. ?
        Non, absolument aucun. Le C.I.R.C.E.S.est une organisation que je connais très mal, qui a été fondée en 1988 par Raymond Bernard. Certes, celui-ci a été Rosicrucien, mais l’A.M.O.R.C., dont il a d’ailleurs été radié, n’a strictement aucun lien avec cette organisation.
        Camerounlink.net: On dit que l’A.M.O.R.C. est très riche et qu’il bénéficie du soutien financier de la part de certains Etats. Est-ce exact ?
        Contrairement à ce que certains prétendent, l’A.M.O.R.C. n’est pas riche. Ses seules ressources sont les cotisations des membres et quelques dons, très rares au demeurant. J’en profite pour préciser que dans les pays en proie à des difficultés économiques, le montant de la cotisation annuelle est réduit, parfois de moitié. Par ailleurs, l’A.M.O.R.C. ne bénéficie pas et n’a jamais bénéficié du soutien financier de quelque Etat ou Institution que ce soit. Et puisque nous en sommes à évoquer cet aspect des choses, sachez que les comptes de l’A.M.O.R.C. sont accessibles aux membres et qu’ils sont authentifiés régulièrement par un expert- comptable et un commissaire aux comptes qui n’en font pas partie.
        Camerounlink.net: Dans le même ordre d’idée, on prétend que l’A.M.O.R.C. s’adresse aux nantis. Est-ce exact ?
        Non. Il n’y a pas et il n’y a jamais eu d’élitisme social dans l’A.M.O.R.C., de sorte que ses membres proviennent de tous les milieux socio-culturels. Cela veut dire qu’il y a des membres aisés sur le plan financier, d’autres non. Pour vous en convaincre, il vous suffirait d’en interroger une vingtaine au hasard, et vous constateriez que tous les niveaux de la société sont représentés.
        Camerounlink.net: Votre mouvement se dit humaniste. Pourtant, on n’entend jamais dire qu’il s’implique sur le plan social ou dans des causes humanitaires...
        Louis-Claude de Saint-Martin, auquel je me suis référé précédemment en relation avec le Martinisme, a dit : « Le bruit ne fait pas de bien, et le bien ne fait pas de bruit ». Telle est la position de l’A.M.O.R.C. en la matière. Je sais également que beaucoup parmi ses membres, en application de la philosophie rosicrucienne, soutiennent des œuvres caritatives et viennent en aide aux plus démunis.
        Camerounlink.net: Votre mouvement est assez souvent attaqué. N’est-ce pas, entre autres, parce que vous cultivez le secret ?
        Dans les siècles passés, il est vrai que l’Ordre de la Rose-Croix était une société secrète, car cela était une nécessité pour préserver ses membres des persécutions religieuses et politiques. Depuis 1909, début de son cycle actuel, il est plutôt discret. Autrement dit, il ne fait pas de prosélytisme, mais ne cache pas non plus son existence.
        Pour ce qui est des attaques qu’il subit parfois, elles proviennent généralement de deux directions : d’idéologues athées et rationalistes qui lui reprochent de prôner une philosophie spiritualiste, et d’intégristes religieux qui considèrent que la religion qu’ils suivent ou dirigent détient le monopole de la foi et de la vérité. Pourtant, je le répète, il y a des Rosicruciens chrétiens, juifs, musulmans, animistes, etc., ce qui prouve qu’il n’y a aucune incompatibilité dans ce domaine.
        Camerounlink.net: Le monde actuel est en proie aux guerres, au terrorisme, à la corruption, aux crises financières et économiques...Quelles solutions proposez-vous pour mettre fin à ces maux ?
        Il est vrai que le monde ne va pas bien, mais ce sont les hommes qui sont responsables de cette situation chaotique. Tous les maux que vous venez de citer résultent du fait que la majorité des êtres humains agissent sous l’impulsion des défauts et des faiblesses de la nature humaine : jalousie, orgueil, égoïsme, intolérance, avidité, cupidité, etc. Pour y mettre fin dans l’intérêt de tous, il n’y a qu’une seule solution : que chacun apprenne à se montrer bienveillant, humble,tolérant, honnête, généreux, etc. C’est précisément ce que les Rosicruciens s’efforcent de faire dans la vie quotidienne.Convaincus que tout être humain possède une âme et que le but de la vie est de rendre cette âme meilleure, ils s’emploient à s’améliorer eux-mêmes, afin d’améliorer le monde.
        Camerounlink.net: Comment voyez-vous l’avenir de l’A.M.O.R.C. ?
        Il sera ce que ses membres et l’humanité en feront. Je pense très sincèrement que la philosophie de l’A.M.O.R.C., à la fois humaniste et spiritualiste, peut contribuer efficacement à l’évolution des consciences et des mentalités, ce qui, comme je l’ai déjà dit, est l’un de ses buts fondamentaux.
        Indépendamment de l’enseignement que l’A.M.O.R.C. transmet à ses membres, il publie régulièrement des textes destinés à faire réfléchir le grand public sur des sujets de société, je pense notamment à la Déclaration rosicrucienne des devoirs de l’homme, au plaidoyer rosicrucien pour une écologie spirituelle, sans
        oublier la Positio Fraternitatis et, plus récemment, l’Appellatio Fraternitatis. J’ai moi-même rédigé plusieurs lettres ouvertes : aux citoyens et aux citoyennes du monde, aux parents, aux scientifiques, aux athées, aux artistes, aux femmes...
        Quelques mots de conclusion !
        Tout d’abord, je vous remercie de m’avoir donné la parole, car contrairement à ce que vous pensez peut-être, il est assez rare que l’on donne aux Rosicruciens la possibilité de s’exprimer. D’autre part, je recommande à vos lecteurs de ne pas juger l’A.M.O.R.C. d’après les allégations mensongères et même diffamatoires que certains s’emploient à entretenir à son encontre, mais de se faire leur propre opinion en consultant son site : www.rose-croix-org ou le blog www.blog-rose-croix.fr
        Propos recueillis par: Seidou Ernest MOLUH MOUGNOL
        Source : Camerounlink.net, 13 septembre 2014,
        http://camerounlink.com/news/?SessionID=P2QY2QDD2ILAE2CRMDJ3PXGJMI2VSA&cl1=1&cl2=&bnid=83&nid=79873&pid=2267
        À lire également :les extraits du rapport fait au nom de la Commission d’enquête sur la situation financière, patrimoniale et fiscale des sectes, concernant  l’AMORC.
        Ils ne se contentent plus de frapper aux portes des maisons pour annoncer la parole de Dieu.
        Adoupé, un quartier agricole du groupement Baleng, on est à plus de 20km du centre de Bafoussam. Le jeudi 28 août 2014, les paysans y travaillent d’arrache-pied à la culture du haricot, lorsqu’une vingtaine de jeunes gens les trouve dans les champs. Ils ont traversé le lycée de Famtchuet, l’école publique, le centre de santé, bref tout ce qui ressemble à la vie du village, pour arriver aux lieux dits Cathro, Baye, Tshuekuo, des espaces où n’arrivent habituellement que des conducteurs de motos bien téméraires.
        Fidèles à leurs habitudes, ils interpellent ces gens qui retournent la terre, sèment, ou rentrent déjà en transpirant sous de lourdes charges. « Bonjour. Nous sommes les Témoins de Jéhovah. Voulez-vous partager avec nous la lecture de la parole ? Ça ne prendra pas tout votre temps », négocie la horde de prêcheurs. Ils tiennent entre les mains de la littérature spécialisée, comme La Tour de garde ou Réveillez-vous !
        L’un d’eux enfonce des flyers dans le sac d’une dame dont les deux mains sont occupées. L’homme qui la suit est plutôt teigneux. « Aidez-moi d’abord en portant ce sac. Comme ça, en route, on parlera de Dieu, qui ne doit pas être contre les travaux champêtres ». Le prédicateur se débine et le paysan, lui, refuse les imprimés. Plus loin, une femme les prend à partie.
        Fichez le camp, bande de paresseux. Vous venez nous distraire jusque dans les champs parce que c’est ça qu’on mange ? Vous voulez qu’on abandonne ce qu’on fait pour vous écouter ? Contre quoi ? Vous ne mangez pas avant de prêcher ? »
        Tentations

        Les disciples de Dieu sont sans voix devant cette dame qui refuse de se laisser conter. Quelques mètres encore, sur la place où les paysans empruntent les taxis-brousses pour rentrer des champs, un autre groupe de Témoins de Jéhovah harangue les présents. Une dispute éclate entre un monsieur venant de Baye et le conducteur de moto qui l’a ramené. Ils ne s’entendent pas sur le prix de la course. « Père, paie-moi. On a conclu que tu devais payer 1500F pour être déposé à Bafoussam.
        Donne-moi cet argent et je m’engage à payer le transport pour le reste de ton tronçon », s’étrangle le benskineur. Le paysan avait trouvé le moyen d’économiser 500F. Le ton monte lorsqu’arrive la voiture. « Allez calmer la bagarre avec votre bible », lance quelqu’un à un prédicateur, qui ne bouge pas. « Allez-y prêcher l’amour du prochain. Voilà des gens qui ont besoin de Dieu », raille-t-il. Le groupe des Témoins de Jéhovah, jetés dans les champs par leurs parents en cette fin de vacances scolaires, ne désespère pas. Ils prennent un repas : du pain avec de la sardine à l’huile, sorti d’un sac. Puis reprennent le chemin retour. A pied.
        Franklin Kamtche

        Source : Cameroun Link, 9 septembre 2014,
        http://www.camerounlink.net/news/?SessionID=K0TD3LSQ0UACP9NDOSV7LMQIJF0IEH&cl1=1&cl2=&bnid=2&nid=79877&cat=0&kat=0

         

         

        Feed on Feeds