Suivi

La pensée magique et la période préopératoire


Re: Re:Re:Le psi:une autre définition. -- André
Posté par Krapelin , Dec 17,2002,22:47 Index  Forum

André: "Qu'est-ce que c'est "une conception du monde préopératoire"?"

C'est pas une petite question. C'est un peu comme si tu demandais à un professeur de physique de niveau collégiale de t'expliquer la relativité. Il s'en fait une idée, mais il est loin d'être certain de toute la connaître en encore bien moins de toute la comprendre. Si ses collègues ne sont pas là pour l'entendre, il prendra peut-être le risque de t'en dire un certain nombre de choses qu'il croit comprendre et sur lesquelles il estime avoir peu de chance de se tromper.

Comme Piaget n'est pas à l'écoute, je vais prendre le risque de te résumer.

Je sens quand même le besoin de te dire que la difficulté dans la théorie de Piaget est qu'elle est constructiviste, intimement logique et empirique. Mais que sa logique est extrêmement abstraite. Je ne peux pas facilement t'en démontrer la logique. Je resterais descriptif puisque cela suffit à ma démonstration. Cela rendra mon résumé simple mais terriblement non respectueux de la chose dont ce résumé cherche à rendre compte.

PÉRIODE PRÉOPÉRATOIRE

La période préopératoire se place entre la période sensorimotrice (0-2ans) et la période opératoire ( 6-12 ans). L'âge est ici purement indicatif puisque cela varie d'un enfant à l'autre.

La période préopératoire débute lorsque enfant, en parallèle avec l'acquisition de la parole, est capable de se représenter et de manipuler des symboles. L'enfant préopératoire, par exemple, est capable de jouer avec des petites voitures en faisant semblant que ce sont des vrais. Avant cette période, ils en sont totalement incapables.

1) L'enfant (ou l'adulte dans certains cas) préopératoire est ÉGOCENTRISTE. Le terme n'est pas utilisé ici dans son sens moral comme un synonyme d'égoïste, mais dans son sens cognitif. L'enfant croit que tout le monde pense comme lui. Il comprend son environnement social et matériel comme si tout et tous étaient placés dans sa propre perspective.

Par exemple, un enfant de 3½ ans qui joue à cache-cache et qui se place derrière un objet où on peut le voir, se ferme les yeux. Il croit égocentriquement que parce qu'il ne peut pas voir l'enfant qui le cherche, symétriquement l'autre ne pourra pas le voir.

Autre exemple : Si vous demandez à un enfant de 4 ans de dessiner un objet tel que le voit un ami placé dans une autre perspective, l'enfant préopératoire dessine l'objet tel qu'il le voit lui-même. Il est incapable de déplacer mentalement son point de perspective.

2) L'égocentrisme de l'enfant le conduit à développer une compréhension ANIMISTE et ARTIFICIALISTE des objets et des phénomènes qui l'entourent. L'enfant prête aux objets une intentionnalité. Ou encore, il croit reconnaître une intentionnalité derrière l'objet plutôt qu'à l'objet lui-même.

Par exemple, si la Lune est toujours au dessus de la tête de l'enfant préopératoire, c'est qu'elle le suit. Et si le soleil se couche, c'est qu'il est "fatigué". Enfin, si les billes descendent la pente, c'est qu'elles "veulent aller par là".

L'enfant pourra croire que les montagnes sont des "constructions" humaines mises là pour les skieurs ou simplement pour faire "plus beau".

3) L'enfant préopératoire cerne les relations entre les objets et les transformations des objets en fonction d'indices ponctuels ou CENTRATIONS. Pour lui, il n'y a pas encore de conservation des nombres, du poids et du volume. La réversibilité n'est pas bien acquise. L'enfant n'associe pas encore une opération avec le contraire de cette opération (addition avec soustraction). C'est le bout le plus intéressant et le plus expérimental de la théorie de Piaget. Je le développe peu ici parce qu'il n'ajoute rien à ma définition.

4) L'enfant préopératoire est animé par la PENSÉE MAGIQUE. Il croit être en mesure de faire des relations de "participation" en vue de modifier la réalité. La participation est une relation que l'enfant croit percevoir entre deux objets ou phénomènes, à cause de leur contiguïté spatiale ou symbolique au à cause d'une présumée influence étroite de l'un sur l'autre qui n'a pas relation causale réelle.

On peut distinguer au moins 4 types de participations propres à la pensée magique préopératoire :

a) La participation des gestes et des choses (ou magie procédurale). L' enfant fait un geste ou une opération mentale intentionnelle (solliciter une image, utiliser une formule ou compter), et affirme que ces gestes exercent, par participation, une influence sur tel événement souhaité ou craint.

Par exemple, si je n'ouvre pas les yeux je ne serais pas mangé par le monstre qui se cache dans le garde-robe. Exemple plus tragique : Maman m'avait dit de ne pas manger de chocolat. J'en ai mangé. C'est pour ça qu'elle est morte du cancer.

Beaucoup de croyances parapsychologiques reposent, à mon avis, sur cette forme de participation.

b) La participation de la pensée et des choses (ou "toute puissance" magique de la pensée).
L' enfant a l' impression qu' une pensée, un désir modifiera la réalité sans avoir à transiter par l'action.

Par exemple, il pleu parce que je suis triste. Exemple plus tragique: Papa est mort dans un accident de voiture parce que j'étais faché contre lui.

Beaucoup de croyances nouvelles-âge ou de psychologie populaire reposent sur cette forme de magie. Par exemple: Pour devenir millionnaire, il faut le vouloir vraiment.

c) La participation de la substance" L'enfant attribut des interrelations physiques entre des objets qui n'ont pas de correspondance dans la réalité. Ces objets sont censés agir les uns sur les autres, s'attirer ou se repousser

Je crois que c'est ici que se placent la magie analogique et la magie par contact décrit par les anthropologues. En occident, ce sont les médecines zozo qui exploitent le plus cette manifestation de la pensée magique. Il y a une vague analogie entre la forme le l'oreille et le corps du fétus! Qu'à cela ne tienne, en stimulant une partie de l'oreille, on agit sur la partie correspondante du corps.

d) La participation des intentions. C'est l'animisme que nous avons vu plus haut.

La théorie de Piaget est constructiviste. Chaque étape est la condition logique indispensable à l'étape suivante. On ne saute pas les étapes de Piaget. Si on ne fait pas une étape, on reste là.

Il est aussi très généralement reconnu qu'un adulte ayant complété son plein développement intellectuel (pensée formelle), ne fonctionne pas toujours au niveau le plus évolué dont il dispose. Il fonctionne même plutôt rarement à ce stade. Il est aussi généralement admis que la fatigue, le stress nous conduit ponctuellement à fonctionner sur un mode préopératoire (magique).

Comme sceptique, je découvre que la simple existence de besoins affectifs et émotionnels importants, peut conduire une personne très intelligente et instruite à composer avec sa pensée préopératoire. En d'autres mots, la personne entretient des croyances préopératoires qu'elle rationalise ensuite par des arguments formels dont la qualité dépend de l'intelligence et de la culture de la personne. On peut donc rencontrer des explications et des démonstrations extrêmement ingénieuses de théories reposant au départ sur une simple croyance de nature préopératoire.


Suivi