Cosmologie

Tout sur les sciences, que ce soit la chimie, la biologie, l'astronomie etc.
Cosentino
Messages : 251
Inscription : 27 déc. 2012, 05:40

Cosmologie

#1

Message par Cosentino » 27 déc. 2012, 05:47

Mario Cosentino le 23 décembre 2012

Enseignant en Mathématiques & Physique
Formation Universitaire en Astronomie & Astrophysique

Bonjour

Je part du principe que tout le monde à droit à l'accès à l'information quelque soit son niveau.


N.B.:

Actuellement un petit article est en cours de préparation où justement il sera présenté le formalisme d'un ensemble d'équations cohérentes qui présentent l'avantage de ne contenir aucun paramètre libre. Ces équations appartiennent et s'inscrivent dans le cadre d'un modèle d'Univers qui existe maintenant depuis 1993. Ce modèle d'Univers porte le nom de ''New Big-Bang Fractal'' ( ''NBBF'' ) quantique. Dans cet article il sera aussi présenté les conséquences des prévisions de ''NBBF'' quantique sur la connaissance que nous avons sur notre Univers.
Cet article sera soumis à une revue scientifique qui le fera lire par des referees.
Dans l'attente d'une acceptation rien n'empêche de vous faire connaître un ensemble d'informations qui semblent nous indiquer que la cosmologie dominante s'approche dangereusement du Big-Bang!
Cette situation de la cosmologie dominante pourrait nous rappeler la mythologie grecque où Icare, en voulant s'approcher de très du Soleil, s'était brulé les ailes...

Alors cosmologie standard ou cosmologie du ''NBBF''?...

Avec les expressions suivantes:
''COBRA'' ou ''SAMBA''?...la cosmologie dominante ou elle se ferait mordre par le ''COBRA'' ce qui se traduirait par sa disparition ou elle ferait la ''SAMBA'' ce qui se traduirait par sa victoire...

Dans un avenir très très proche cette question fondamentale sera définitivement tranchée...

Maintenant à vous de juger...

Voici la

LETTRE OUVERTE A TOUS LES ASTROPHYSICIENS ET PHYSICIENS POUR ''PRENDRE DATE''

Chère Madame, Cher Monsieur,


Voici un article concernant une liste ( non exhaustive ) des indices qui semblent
nous indiquer que notre Univers ne serait plus en expansion...

Je comprends parfaitement bien que, pour vous et bien d'autres, cette hypothèse vous donne ( peut-être ) ''froid dans le dos''!

Mais la liste que j'ai réunie repose sur des faits basés sur des observations astronomiques.
Aujourd'hui je peux dire que le modèle cosmologique du "New Big-Bang Fractal" ( "NBBF" ) quantique réunit les 3 conditions suivantes:

-premièrement: ses équations, contrairement au modèle d'Univers standard, ne font appel à aucun paramètre libre et possèdent des démonstrations. Il n'utilise que les constantes fondamentales de la physique comme, par exemple, G, c, h, α .

-deuxièmement: il possède une logique donc une cohérence interne

-troisièmement: de plus en plus de prévisions sont confirmées soit par des observations astronomiques soit par des expériences comme par exemple celles menées au CERN.
Voici quelques exemples fondamentaux des prévisions, du ''NBBF'' , qui se sont avérées exactes:


-un Big-Bang liquide mais non gazeux ( la responsable de l'équipe de recherche du CERN ne s'oppose pas à ce que le ''NBBF'' possède la primauté théorique de cette observation

-une masse du boson de Higgs très proche de la valeur observée

-Observations des galaxies à moins de 1 milliards d'années après le Big-Bang

-un paramètre Ω = 1

-d'autres sont sur la bonne voie

Aujourd'hui je ne suis plus seul dans ce type de recherche. Nous sommes un groupe de recherche indépendant réunissant de nombreuses disciplines très pointues. Nos thèmes de recherche fondamentale s'orientent vers des études qui semblent ouvrir de nouvelles pistes qui sembles prometteuses comme:

-la dimension fractale de l'espace-temps en cosmologie quantique

-une nouvelle hypothèse concernant les propriétés de la température de notre Univers à T = 2,726 K. Cette température pourrai-elle être constante?

-la mécanique des fluides et la Relativité Générale

-l'hypothèse de l'hélium superfluide, à une température T = 2,18 K , comme candidat sérieux à la matière sombre

-l'énergie sombre comme "éther moderne"

-une nouvelle hypothèse sur l’interaction entre les photons et ce nouvel "éther moderne" et ses conséquences sur l'interprétation des décalages spectraux z vers le rouge en cosmologie

-l'hypothèse de la "granularité" de l’espace-temps" et ses conséquences sur l'interprétation des décalages spectraux z vers le rouge en cosmologie

-l'hypothèse d'une relation entre le plan Soleil-Jupiter-OJ 287

-l'hypothèse d'un Big-Bang qui donnerait naissance non à 1 Univers mais à 2 Univers à parité opposée. Cette hypothèse semble répondre à la question: où est passée l'antimatière?

-la recherche d'équations thermodynamiques nous conduisant à une hypothèse où il n'y aurait aucune ''mort thermique'' de notre Univers

Nous sommes de plus en plus convaincu que, devant les observations de plus en plus performantes , l' "état des lieux" de la cosmologie dominante expansionniste est de moins en moins crédible. Devant cet "état des lieux" , d'un avis d'un spécialiste , la situation est très inconfortable.

Cet "état des lieux" cela fait maintenant quelques 20 que je l'attends. En effet c'est depuis janvier 1993 que je tire la ''sonnette d'alarme'' ( voir mon tome 1 ). En 1995 le télescope spatial Hubble avait déjà confirmé une des prévision du ''NBBF'' qui concernait le fait que viendrait un jour où l'on observerait «des étoiles plus vieilles que notre Univers»!



Il n'était pas facile à cette époque de faire ce type de prévision car, dans ces années là, la cosmologie dominante expansionniste "semblait couler comme un grand fleuve tranquille" ...
Bien des fois mon modèle d'Univers à été ridiculisé sans aucune véritable justification.
Mais, maintenant, le vent semble changer de direction... c'est la raison pour laquelle je ne suis plus seul dans ce genre de recherche fondamentale.
Convaincu que cet "état des lieux" va encore s'aggraver ( car, selon les prévisions du "NBBF" , dans un proche avenir un changement de paradigme sera nécessaire si on veux sortir de l'impasse paradoxale fondamentale qui semble pointer à l'horizon ) j'ai récemment envoyé une lettre ouverte à l'Union Astronomique Internationale ( UAI ).

Restant dans l'espoir d'un prochain contact, acceptez, Chère Madame, Cher Monsieur, l'assurance de ma considération distinguée.

Mario Cosentino


&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

Voici l'article concernant les:

''Indices qui semblent nous indiquer que notre Univers ne serait plus en expansion ''


Mario Cosentino le jeudi 21 décembre 2012


INDICES BASES SUR DES OBSERVATIONS QUI SEMBLENT NOUS INDIQUER QUE NOTRE UNIVERS NE SERAIT PLUS EN EXPANSION

INTRODUCTION

De plus en plus d'observations nous montrent que des galaxies lointaines ressemblent aux galaxies locales.
Dans le cadre de la cosmologie dominante expansionniste qui soutien un Univers évolutif cela cause un véritable problème.
Comment pourrait-on expliquer ce types d'observations?
La théorie cosmologique du ''New Big-Bang Fractale'' ( ''NBBF'') quantique nous dit que si l'Univers lointain ressemble à notre Univers local c'est que cela pourrait traduire le fait que notre Univers ne serait plus aujourd'hui en expansion...

LES 3 POSTULATS OU HYPOTHESES DE BASE DU ''NBBF''

Voici les postulats ou hypothèses proposés par le ''NBBF'' résumé en 3 grandes phases fondamentales:

1-un Big-Bang donnant naissance à 2 Univers à parité opposée de même masse --- l'un de matière et l'autre d'antimatière. Du fait que dans les équations du ''NBBF'' mettent en évidence l'existence d'un barycentre cela signifierait que ces 2 Univers tourneraient l'un autour de l'autre.

2-A cause du Big-Bang notre Univers serait entrer en phase d'expansion. Cette expansion aurait durée quelques 18 milliards d'années. Cette dilatation se serait faite par sauts quantifiés. Après cette période d'expansion notre Univers aurait stoppé sa dilatation devant ainsi globalement statique.

3-Cette phase où l' Univers serait devenu globalement statique n'est pas exclue dans un Cosmos ou il y aurait un équilibre dynamique entre l'énergie potentielle due à l'attraction de la gravitation et l'énergie cinétique ou répulsive due à l'énergie du vide quantique ou énergie sombre.
Dans le cadre d'un Univers basé uniquement sur la gravitation ce Cosmos globalement statique est impossible. Par contre cette hypothèse devient du domaine du possible dans un Univers quantique. Selon les équations du ''NBBF'' cet Univers globalement statique serait maintenu en équilibre par 2 sortes de vibrations. Les premières seraient des ''vibrations radiales'' et les secondes des ''oscillations périphériques''.
Depuis combien de temps notre Univers serait-il dans cette phase globalement statique?
Selon certaines observations il le serait depuis au moins quelques 60 milliards d'années. D'autres calculs nous donnent une durée minimale entre 100 et 180 milliards d'années.
En tout cas avec cette phase globalement statique notre Univers aurait largement le temps d'édifier les étoiles, les galaxies, les amas de galaxies, les super-amas de galaxies voir les ''murailles de galaxies''...
En effet comment expliquer une des très gigantesques structures galactiques comme le grand ''mur'' d'une longueur estimée à 3,5 milliards d'années-lumière, d'une largeur de 2,5 milliards d'années-lumière et de 50 millions d'années-lumière d'épaisseur dans un Univers qui aurait que seulement 13,7 milliards d'années?


Rendons-nous compte que ce ''mur'' représente un ordre de grandeur de l'ordre de presque 1 / 4 du rayon observable de notre Univers!
Or ce ''mur'' , à lui seul, va à l'encontre du principe cosmologique parfait si cher au modèle d'Univers standard!
Pour quelle raison?
Pour la raison toute simple que voici:
les équations du modèle d'Univers standard reposent sur l'acceptation de l'hypothèse que la distribution de la matière dans l'Univers soit homogène. Or on vient de voir que les
dimensions de ce titanesque ''mur de galaxies'' représente presque 1 / 4 du rayon observable de notre Univers rompant l'homogénéité si utile à la cosmologie dominant!
Si l'hypothèse d'une distribution de la matière dans l'espace-temps ne serait pas vérifiée cela ferait éclater les bases mêmes de l'édifice de la cosmologie standard car les équations reposant sur la gravitation ne seraient valables que dans notre Univers local mais ne pourraient pas être appliquées à l'ensemble de l'Univers...
Selon vous ce ''mur'' ne mettrait -il pas au ''pied du mur'' le modèle cosmologique dominant expansionniste?

Dans cette phase où notre Univers serait devenu globalement statique notre Cosmos n'aurait à subir aucune ''mort thermique'' car sa température actuelle de 2,726 K, qu'il aurait acquise au début de cette phase 3, serait devenue une propriété intrinsèque du vide quantique inter galactique. Pour quelle raison notre Univers aurait-il cette température de 2,726 K? Une hypothèse, qui aujourd'hui est plus qu'une simple hypothèse de départ, c'est de dire que notre Cosmos serait fractal ressemblant à une éponge. Dans la revue Pour la Science – n° 423- janvier 2013 il est dit que ''cette éponge fractale peut être caractérisée par une dimension comprise entre deux et trois''.[12]
Justement les équations du ''NBBF'' proposent très exactement comme dimension fractale pour l'espace-temps quantique la dimension fractale D = 2,726 8 qui ne serait autre que l' ''éponge de Menger''.


Selon certaines expériences il semblerait que le fait que notre Univers serait devenu fractal pourrait-être la cause de l'arrêt de son expansion. Voilà pourquoi la température de l'Univers ainsi que l'arrêt de son expansion est aujourd'hui plus qu'une simple hypothèse de départ.

CONCLUSION

Si aujourd'hui de plus en plus d'indices, basées sur les dernières observations, semblent nous indiquer qu'il existe de nombreux problèmes concernant les hypothèses de base du modèle cosmologique dominant expansionniste il est intéressant de savoir que selon le ''NBBF'' la véritable cause à tous ces problèmes ne serait pas le Big-Bang mais de continuer à croire que notre Univers est encore aujourd'hui en expansion...

Les références qui suivent vont dans le sens des prévisions du ''NBBF''. En effet les références qui suivent nous montrent les indices basés sur des observations qui semblent nous indiquer que notre Univers ne serait plus en expansion...

REFERENCES OU LIENS

Voici une liste, non exhaustive d'indices basés sur les dernières observations qui semblent
nous indiquer que notre Univers ne serait plus en expansion...
Il faut savoir que le ''New Big-Bang Fractal'' accepte un Big-Bang suivi d'une expansion de l'Univers qui aurait durée 18 milliards d'années.

Par contre ce qu' il refuse c'est de croire que notre Univers est encore aujourd'hui en expansion...
Les problèmes, de plus en plus nombreux, que l'on observe auraient pour cause principale non le Big-Bang mais cette hypothétique expansion de l'Univers où notre Cosmos n'aurait que seulement 13,7 milliards d'années...
Faire la simple hypothèse d'un Univers qui aurait un âge bien plus vieux que ces quelques 13,7 milliards d'années et les observations paradoxales semblent trouver des solutions toutes simples car le seul paramètre simplificateur semble être l'unique paramètre qu'est le temps ( rasoir d'Occam). Pour cette hypothèse d'un Univers bien plus vieux que ces quelques 13,7 milliards d'années des chercheurs ( voir la référence [11] ) vont dans ce sens qu'est celui d'une des prévisions du ''NBBF''. Cela est
encouragent pour le reste des prévisions donc certaines ont déjà été confirmées soit par des observations soit par des expériences comme celles du CERN.

Notez que dans la référence [7] les 2 galaxies S2 et A7 ne présentent pas le même enrichissement chimique pourtant elles sont toutes les deux lointaines et dans une même tranche d'Univers ( z ~ 1,9 ) !
Donc au regard de cette constatation je pense, que cette référence est très intéressante car justement elle aussi fait partie des références qui semblent montrer que l'Univers lointain ressemble à notre Univers local et qu'il ne serait plus en expansion...Ces indices semblent donc nous dire qu'il n'y aurait plus globalement une évolution constante dans l'Univers. Donc s'il n'y aurait plus d'évolution la conséquence directe serait d'avancer l'hypothèse que notre Univers ne serait plus en expansion... Cela n'empêche nullement qu'au cours du temps la très grande majorité des astres naissent et se transforment que ce soit ici ou plus loin dans un Univers observable qui serait devenu globalement statique après 18 milliards d'années d'expansion...

Mais alors comment le ''NBBF'' explique-t-il les décalages spectraux vers le rouge qui, selon la cosmologie dominante, signifie que notre Univers est en expansion?



Tout d'abord il faut rappeler que l'expansion de l'Univers n'est pas une observation directe!
Si l'observation des décalages spectraux est bien réelle son interprétation est une autre histoire qui n'est pas encore définitive.
Le ''NBBF'' repose sur l'hypothèse suivante:

les photons voyageant sur des distances astronomiques se déplacent dans un espace-temps qui serait fractal et «granulaire». Selon la théorie de la gravitation à boucles chaque petit morceau de cet espace-temps aurait la taille de la longueur de Planck et aurait un volume indivisible. Cette propriété engendrerait une énergie finie ce qui empêcherait l'apparition de masses volumiques infinies. Avec cette hypothèse nos photons voyageurs interagiraient avec ces petits ''atomes d'espace-temps'' tant au niveau gravitationnel que quantique. Cette interaction qui ferait perdre de l'énergie aux photons se ferait sans diffusion. Cette perte d'énergie de la lumière n'est autre que la théorie de la ''lumière fatiguée'' d' Albert Einstein et autres chercheurs et pas des moindres. Ces ''atomes d'espace-temps'' , qui feraient perdre de l'énergie à nos photons venant d'objets très lointains, pourraient être l'énergie sombre qui pourrait être à son tour l'''éther moderne''...
Voici ce que nous lisons de l'interaction qui pourrait exister entre l'espace-temps et les photons:

''Enfin, on observera peut-être l'analogie pour l'espace-temps du mouvement brownien: si l'espace-temps est bien de nature quantique, les fluctuations à petite échelle devraient en effet perturber la propagation de la lumière. Une onde lumineuse devant s'ajuster à la matrice discrète de l'espace, plus sa longueur d'onde est petite, plus elle sera sensible aux fluctuations, comme les roues d'une poussette sont
sensibles aux chaos de la route que les pneus d'un camion. En conséquence, des photons de longueurs d'onde différentes se propageront à des vitesses différentes. Cumulées sur toute la traversée de l'Univers dans le cas de sources distantes comme des sursauts gamma, ces différences pourraient être significatives.'' [14]

Ainsi si les fluctuations à petite échelle mais sur de très grandes distances viendraient à ''perturber la propagation de la lumière'' alors la théorie de la ''lumière fatiguée'' ne devrait pas être ignorée mais être prise en considération par les physiciens et astrophysiciens et cela d'autant plus qu'ils ont affaire à une sorte d' ''éther moderne'' que l'on appelle ''énergie sombre''...

Au sujet de la ''granularité'' de l'espace-temps voici un autre commentaire plus récent:

''Ainsi, même s'il n'y a pas consensus sur la question,il n'est pas impossible que la granularité de l'espace prédite par les «boucles» s'accompagne d'une violation du sacro-saint caractère de la vitesse de la lumière. En effet, lorsqu'elle se propage entre les atomes d'un solide, la lumière, si sa longueur d'onde est très grande par rapport à la distance inter-atomique, ne subit pas d'influence du réseau cristallin, comme si elle ne le «voyait» pas. Et sa vitesse est la même que dans le vide. A l'inverse, si sa longueur d'onde est de l'ordre de grandeur de la distance inter-atomique, ou plus petite, elle devient sensible à l'influence du milieu dans lequel elle se propage. Sa vitesse dépend alors de sa longueur d'onde. Il n'est donc pas impossible qu'on photon de très petite longueur d'onde, de l'ordre de la longueur de Planck, puisse voir sa vitesse de propagation dans le vide affectée par la structure quantique de l'espace-temps telle que prédite par la gravité quantique à boucles.'' [15]

A la question ''La lumière déviée par le vide?'' lire la référence [16] où il est question des travaux de recherche d'une équipe de physiciens.



Ainsi, selon nos connaissances actuelles, il ne semble pas exclu que l'hypothèse en un Univers en expansion pourrait-être fausse, un leurre...


N.B.: dans les références ci-dessous les caractère gras c'est moi qui souligne.

[1] ''LESS J0332: une galaxie de l'univers primordial révèle une composition proche de l'univers local (…) La composition élémentaire de cette galaxie à seulement 1,3 milliards d'années après le Big Bang, s'est révélée être relativement proche de celle de l'univers actuel''.:

http://www.astronomieamateur17.com/arti ... 32426.html

&&&
[2] ''Paradoxalement, et en contradiction avec certaines études précédentes, cette galaxie ressemble à ses cousines de notre Univers local '':

http://irfu.cea.fr/Phocea/Vie_des_labos ... d_ast=2828

&&&

[3] ''deux galaxies de l'Univers primordial plus riches en éléments chimiques lourds que le Soleil'':

http://www.eso.org/public/france/news/eso1143/

&&&

[4] ''l'existence précoce de grandes galaxies comparables à la Voie lactée, alors que l'on en a bel et bien observé dès les premiers milliards d'années de vie du cosmos'':

http://www.futura-sciences.com/fr/news/ ... que_25731/

&&&

[5], [6] ''La galaxie spirale qui ne devrait pas exister'':

[5] http://keckobservatory.org/news/earlies ... stronomers


[6] http://www.futura-sciences.com/fr/news/ ... ter_40258/

Justement il vient de paraître dans la revue La Recherche, N° 471, janvier 2013 un article ( de ''Françoise Combes, spécialiste de la formation et de l'évolution des galaxies à l'Observatoire de Paris'') intitulé:

''FORMATION La lente évolution des galaxies spirales''

Cet article repose sur une étude de l'équipe de Susan Kassin [13] , de la Nasa, qui a observé avec le


télescope Keck ''plus de 540 galaxies situées entre 8 et 2 milliards d'années-lumière de la Terre''.
La lecture de cet article est très intéressante car concernant ces travaux il est dit:

''Ces travaux montrent que les galaxies spirales acquièrent leur forme définitive en plusieurs milliards d'années. ---C'est moi qui souligne.

Or comment expliquer la présence de la galaxie spirale BX442, bien visible, qui se situe à presque 11 milliards d'années c'est-à-dire dans l'Univers primitif. Cette galaxie a stupéfait les chercheurs.

Il me semble, qu'au regard des travaux de Susan Kassin, la galaxie spirale BX442 aurait du apparaître bien plus tard dans l'histoire de l'Univers. Or, comme cela n'est pas le cas, de simples calculs feraient naître cette galaxie spirale AVANT le Big-Bang... d'autant plus que, selon ces travaux l'existence des galaxies spirales n'est possible qu'après une ''lente évolution''...

Comment expliquerions-nous que BX442 serait plus vieille que notre Univers?
Cette situation semble bien paradoxale n'est-ce pas?
Alors comment résoudre cet apparent paradoxe de la manière la plus simple possible?

Il semble que l'explication la plus simple possible, la plus plausible, serait celle d'envisager que notre Univers serait bien plus âgé que les quelques 13,7 milliards d'années seulement... or c'est justement se que prévoit le ''NBBF''...

Certains pourraient dire que cette observation semble unique. Mais en science il faut toujours se montrer prudent devant une observation qui semble ne pas allez dans le même sens. Par exemple si j'étudie 540 plantes dont les feuilles apparaissent avant les fleurs est-il possible de dire que c'est ainsi pour toutes les plantes?

Par exemple que dire du tussilage qui est une plante ''qui a pour particularité de fleurir avant
qu'apparaissent des feuilles. C'est la raison pour laquelle son nom populaire est «fils avant père».---Voir mon tome 2, page 86. Pour les références de ce tome allez s.v.p. dans Google et mettre: biographie de mario cosentino ( les références à mes ouvrages n'ont pas un caractère publicitaire mais pour objectif de justifier d'une date qui précède les observations ). Sinon comment faire autrement?

N'oublions pas que les travaux de S. Kassan et al. reposent sur une étude statistique ou seul l'avenir nous en dira encore d'avantage sur cet intéressant travail de recherche fondamentale...

&&&

[7] ''Deux galaxies lointaines passées à la loupe''
( ''S2 est très pauvre en éléments lourds alors que A2 présente un niveau d'enrichissement chimique comparable aux galaxies spirales les plus massives de l'Univers proche'' ):

http://www.futura-sciences.com/fr/news/ ... oupe_1464/

&&&

[8] ''L'amas de galaxies évolué les plus éloigné. Jeune, mais étonnamment adulte'':
''Bien que cet amas soit observé lorsque l'Univers avait moins d'un quart de son âge actuel, il ressemble étonnamment aux amas de galaxies que l'on observa actuellement dans l'Univers

local. (…) Mais si de nouvelles observations en trouvaient beaucoup, alors cela pourrait signifier que notre compréhension de l'Univers primitif devrait être revue.'' '':

http://www.eso.org/public/france/news/eso1108/

&&&

[9] ''En étudiant le rapport entre ce rayonnement infrarouge moyen et le rayonnement infrarouge lointain, les chercheurs ont constater que ce rapport était proportionnel à la taille des régions de formations d'étoiles. Bien que très lumineuses, les galaxies présentent le même rapport universel que les galaxies proches de type «normal»:


http://www.insu.cnrs.fr/univers/extraga ... nt-pas-dan

&&&

[10] ''ses membres ressemblent aux jeunes galaxies de l'Univers le plus lointain'':

http://www.eso.org/public/france/news/eso1211/

&&&


[11] ''L'équipe a donc avancé les hypothèses que l'univers est bien plus vieux qu'on ne le croit'' (…):

http://www.bulletins-electroniques.com/ ... /19494.htm

&&&

[12] David Tong: ''Quantique mais non discret'' , Pour la Science, n° 423, janvier 2013, page 39

[13] Susan Kassin et al., ApJ, 758, 106, 2012.

[14] Martin Bojowald: ''L'Univers rebondissant'', Pour la Science, n° 375, janvier 2009,page 33.

[15] ''Vers une gravitation quantique'', La Recherche, N° 458, décembre 2011,page 42.

[16] http://www.futura-sciences.com/fr/news/ ... vide_8757/

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

Maintenant voici ci-dessous la lettre ouverte que j'ai adressé, le 18 décembre 2012, à l'Union Astronomique Internationale ( UAI ) afin de «prendre date».


Secrétariat de l'Union Astronomique International (UAI) le mardi 18 décembre 2012

Chère Madame, Cher Monsieur,


Ma demande pourrait vous surprendre.
 Est-il possible de conserver l'envoi de ce dossier de témoignage dans vos archives?
Pour quelle raison cette demande?
Grace à mes travaux de recherche que je mène depuis quelques 25 années j'ai abouti à un modèle d'Univers qui porte
le nom de "New Big-Bang Fractal" ( "NBBF") quantique. Ce modèle d' Univers à été l'objet :

-des félicitations d'un jury Universitaire composé de scientifiques (année Universitaire 2002-2003) de l'Université Jean-Monnet de Saint-Etienne ( un des membres du jury est connu par l' UAI puisqu'il s'agît de Monsieur Bernard Milet Astronome à l'Observatoire de Nice ) ,
-de la publication de 2 livres,
-d'articles,
-de passages à la télévision,
- radios,
-conférences dans les villes Universitaire, etc.

En France la majorité des astrophysiciens me connaissent.
Aujourd'hui devant les toutes dernières observations astronomiques je constate qu'un certain nombre de prévisions du "NBBF" quantique sont 
en bonne voie.
Selon ces prévisions ainsi que l'allure que semblent prendre les observations du ciel, en tranche d'Univers de plus en plus proche du Big-Bang, j'ai l'intime conviction qu'un nouveau paradigme est sur le point de changer un des paramètre fondamental sur lequel repose la cosmologie standard. Ce nouveau paramètre qui devrait entraîner un nouveau paradigme devrait bouleverser l' âge que donne la cosmologie dominante à notre Univers. Comme vous le savez très bien cet âge est fixé à 13,7 milliards d'années. Or bientôt, selon les prévisions du "NBBF", la cosmologie dominante devrait se rendre compte que cet âge se révélerait être très insuffisant pour expliquer la présence de galaxies, ou d'amas de galaxies, bien formées et presque contemporaines au Big-Bang...le problème serait le manque de crédit du temps pour la formations de ces objets...

Comme vous pouvez le constater l'enjeu est de taille. C'est pour cette raison que je demande à UAI de bien vouloir accepter et conserver mon dossier en témoignage futur car l 'UAI est une référence internationale.
Au moment approprié je soumettrais un article à une revue à referee . Pour moi ce moment sera approprié lorsqu'il y aurait ce changement de paradigme, reconnu et accepté, par la cosmologie standard. Dans ce contexte les équations du "NBBF", contenu dans mon article, seraient prisent avec encore plus de sérieux du fait que les observations devraient confirmées les prévisions de ce nouveau modèle cosmologique qu'est le "NBBF" quantique.
Merci de votre aimable compréhension.

Dans l'attente d'un prochain contact, veuillez acceptez, Chère Madame, Cher Monsieur, l'assurance de ma considération distinguée.

Mario Cosentino


Tél.: ….........................; ….........................

viddal26
Messages : 1309
Inscription : 23 févr. 2006, 17:02

Re: Cosmologie

#2

Message par viddal26 » 27 déc. 2012, 06:27

Bonjour

Pourquoi passer vous par des forums de non-spécialistes ?
Votre message parle de la revue La Recherche. Vous y avez proposé une publication ?

Apparemment vous avez un blog mais google le présente comme risquant d'endommager les ordinateurs. Il doit y avoir un malware ou quelque chose dans le genre.

Cosentino
Messages : 251
Inscription : 27 déc. 2012, 05:40

Re: Cosmologie

#3

Message par Cosentino » 27 déc. 2012, 06:35

Cosentino

Bonjour

Désolé que mon blog rencontre, depuis un ou deux jours, ce type de problème dont je n'y suis pour rien!
On va y remédier dans les meilleurs délais.

Cosentino
Messages : 251
Inscription : 27 déc. 2012, 05:40

Re: Cosmologie

#4

Message par Cosentino » 27 déc. 2012, 06:40

Cosentino

Bonjour

Je pense que les "non spécialistes" ont, eux aussi, droit à l'information et cela quelque soit leur niveau!
Qu'en pensez-vous?
D'autant plus que publier un article qui sera lu par des referees... risque d' être long...

Avatar de l’utilisateur
spin-up
Modérateur
Modérateur
Messages : 4386
Inscription : 23 févr. 2012, 06:01

Re: Cosmologie

#5

Message par spin-up » 27 déc. 2012, 07:01

Bonjour

Que signifie le titre New Big Bang Fractal quantique? Pourquoi quantique? Pourquoi Fractal? Et pourquoi un melange de francais et d'anglais?

Cosentino
Messages : 251
Inscription : 27 déc. 2012, 05:40

Re: Cosmologie

#6

Message par Cosentino » 27 déc. 2012, 07:56

Cosentino

Bonjour

Le titre "New Big-Bang Fractal" ( "NBBF" ) quantique veut dire que le modèle du "NBBF" accepte que notre Univers aurait eu un Big-Bang mais pas celui de la cosmologie dominante.
Les équations du modèle d'Univers du "NBBF" quantique prévoient un "Big-Bang" qui, contrairement au Big-Bang standard, aurait donné naissance à 2 Univers ( l'un de matière, le notre, et le second d'anti-matière).

Le modèle cosmologique du "NBBF" est fractal car la dimension du vide quantique serait "comprise entre deux et trois" ( voir la référence [12 ] citée dans ma première page ). Cette dimension fractale D semble donc être en accord avec la théorie standard.
Cette dimension fractale serait très exactement de D = 2,726 8... qui n'est autre que la dimension fractale de ce que l'on appelle l' "éponge de Menger" ( pour voir à quoi ressemble cette "éponge" allez S.V.P. sur Internet à : éponge de Menger" ).
D'ailleurs on dit souvent que notre Univers ressemble à une "éponge"!
Pourquoi cette dimension?
Toujours selon les équations du "NBBF" il semblerait qu'il existerait une relation intrinsèque entre cette dimension fractale et celle de la température de notre Univers qui est de T = 2,726 K...
Bien évidemment les équations du "NBBF" savent parfaitement traiter ces 2 valeurs n'ayant la même unité.
Enfin en ce qui concerne la dernière question le "NBBF" est quantique car notre Cosmos semble avoir une masse qui serait composé de presque 95% de masse invisible ou quantique ( matière sombre + énergie sombre = 95 % ).
D'autres détails sont données dans ma première page.

Avatar de l’utilisateur
abracadabrantesque
Messages : 115
Inscription : 13 déc. 2012, 16:53

Re: Cosmologie

#7

Message par abracadabrantesque » 27 déc. 2012, 08:24

Cosentino a écrit : Je part du principe que tout le monde à droit à l'accès à l'information quelque soit son niveau.
Oui certes mais il faut garder à l'esprit que tout discours doit en principe s'adapter à un publique cible. D'autre part, s'adresser à un publique non-spécialiste oblige à vulgariser, i.e. à faire des simplifications qui aboutissent à une image tronquée de la théorie. Il n'y aucun mal à vulgariser mais il faut garder à l'esprit les limitations de ce type de communication. On a vu les dégâts d'une mauvaise vulgarisation de la Relativité ou de la MQ.
Cosentino a écrit : Actuellement un petit article est en cours de préparation où justement il sera présenté le formalisme d'un ensemble d'équations cohérentes qui présentent l'avantage de ne contenir aucun paramètre libre. Ces équations appartiennent et s'inscrivent dans le cadre d'un modèle d'Univers qui existe maintenant depuis 1993. Ce modèle d'Univers porte le nom de ''New Big-Bang Fractal'' ( ''NBBF'' ) quantique. Dans cet article il sera aussi présenté les conséquences des prévisions de ''NBBF'' quantique sur la connaissance que nous avons sur notre Univers.
Aucun paramètre libre? What a challenge!
Cosentino a écrit : Cet article sera soumis à une revue scientifique qui le fera lire par des referees.
Peut-on savoir à quelle revue scientifique vous avez soumis? Quels sont les auteurs?
Cosentino a écrit : Dans l'attente d'une acceptation rien n'empêche de vous faire connaître un ensemble d'informations qui semblent nous indiquer que la cosmologie dominante s'approche dangereusement du Big-Bang!
Cette situation de la cosmologie dominante pourrait nous rappeler la mythologie grecque où Icare, en voulant s'approcher de très du Soleil, s'était brulé les ailes...
Le refrain de David contre Goliath? Ce passage est ambigu. Que voulez-vous exprimer? Allez-y clairement.
Cosentino a écrit : Alors cosmologie standard ou cosmologie du ''NBBF''?...

Avec les expressions suivantes:
''COBRA'' ou ''SAMBA''?...la cosmologie dominante ou elle se ferait mordre par le ''COBRA'' ce qui se traduirait par sa disparition ou elle ferait la ''SAMBA'' ce qui se traduirait par sa victoire...

Dans un avenir très très proche cette question fondamentale sera définitivement tranchée...
On dirait vaguement du sarcasme...
Cosentino a écrit : Maintenant à vous de juger...
Certes.
Cosentino a écrit : Voici la

LETTRE OUVERTE A TOUS LES ASTROPHYSICIENS ET PHYSICIENS POUR ''PRENDRE DATE''

Chère Madame, Cher Monsieur,


Voici un article concernant une liste ( non exhaustive ) des indices qui semblent
nous indiquer que notre Univers ne serait plus en expansion...

Je comprends parfaitement bien que, pour vous et bien d'autres, cette hypothèse vous donne ( peut-être ) ''froid dans le dos''!
Vous voulez vous faire des ennemis d'emblée? :cogne:
Cosentino a écrit : Mais la liste que j'ai réunie repose sur des faits basés sur des observations astronomiques.
Aujourd'hui je peux dire que le modèle cosmologique du "New Big-Bang Fractal" ( "NBBF" ) quantique réunit les 3 conditions suivantes:

(...)

-deuxièmement: il possède une logique donc une cohérence interne
:interro: Vous voulez dire que votre modèle est cohérent?
Cosentino a écrit :
(...)

Aujourd'hui je ne suis plus seul dans ce type de recherche. Nous sommes un groupe de recherche indépendant réunissant de nombreuses disciplines très pointues. Nos thèmes de recherche fondamentale s'orientent vers des études qui semblent ouvrir de nouvelles pistes qui sembles prometteuses comme:

(...)
Qui compose ce groupe?

Jean-Francois
Modérateur
Modérateur
Messages : 22419
Inscription : 03 sept. 2003, 02:39

Re: Cosmologie

#8

Message par Jean-Francois » 27 déc. 2012, 09:50

viddal26 a écrit :Apparemment vous avez un blog mais google le présente comme risquant d'endommager les ordinateurs. Il doit y avoir un malware ou quelque chose dans le genre.
Il y aurait aussi moyen de lire le bouquin qu'il a fait paraître en 2001. D'ailleurs, les la critique est dithyrambique.

---------------
abracadabrantesque a écrit :Peut-on savoir à quelle revue scientifique vous avez soumis? Quels sont les auteurs?
Il ne l'a pas soumis, le papier est "en préparation". Une meilleure question serait: "actuellement en préparation, ça veut dire depuis combien d'années?". Surtout que plus loin, il dit "[a]u moment approprié je soumettrais un article à une revue à referee" et que l'absence de référence à des revues sérieuses de physique ou d'astrophysique est un élément remarquable de ses textes. Son inspiration provient de "Pour la science", "La recherche", et de sites internet, mais aucune référence plus rigoureuse, ce qui est généralement un mauvais signe.
Vous voulez dire que votre modèle est cohérent?
Si quelqu'un trouve important d'énoncer un truisme pareil en s'adressant à des scientifiques, cela peut difficilement être interprété autrement que "ma théorie est logiquement structurée, elle, contrairement à la "cosmologie dominante"". Avec des maladresses de style pareilles, pas besoin d'ennemi.

Autre matière à sourire:
"Voici quelques exemples fondamentaux des prévisions, du ''NBBF'' , qui se sont avérées exactes:
[... quelques exemples puis, à la fin de la liste:]
-d'autres sont sur la bonne voie" [affirmation parfaitement inutile, qui ne convaincra personne qui n'a pas été convaincu par les exemples précédents.]
"En France la majorité des astrophysiciens me connaissent" [Quand on lit un truc comme ça, il est toujours tentant de compléter par "[...] même qu'ils se cachent sous la table et éteignent les lumières pour faire croire qu'ils ne sont pas là quand j'essaie de les contacter".]
"conférences dans les villes Universitaire[s]". [Si quelqu'un fait une conférence au Club de Macramé Synchronisé de Montréal, il fait une conférence dans une ville "universitaire" (4 grandes universités!) sans que cela garantisse la pertinence scientifique de cette présentation.]

Jean-François
“The more implausible the hypothesis — telepathy, aliens, homeopathy — the greater the chance that an exciting finding is a false alarm, no matter what the P value is.” (Nuzzo R (2014) Nature 506:150)

Avatar de l’utilisateur
Samuel Rooke
Messages : 782
Inscription : 02 août 2011, 14:20

Re: Cosmologie

#9

Message par Samuel Rooke » 27 déc. 2012, 10:30

Salut !

Moi, j'vous dis tout de suite ... Je ne comprend rien !! :ouch:
Alors désoler mais je ne peux juger quoi que ce soit ni poser des questions plus pertinantes que celles déjà posées.

Bonne chance et A+
Sam Rooke
Il faut être capable de sortir de la caverne pour voir la vérité... qui d'ailleurs est subjective

Avatar de l’utilisateur
abracadabrantesque
Messages : 115
Inscription : 13 déc. 2012, 16:53

Re: Cosmologie

#10

Message par abracadabrantesque » 27 déc. 2012, 10:42

Jean-Francois a écrit :
abracadabrantesque a écrit :Peut-on savoir à quelle revue scientifique vous avez soumis? Quels sont les auteurs?
Il ne l'a pas soumis, le papier est "en préparation". Une meilleure question serait: "actuellement en préparation, ça veut dire depuis combien d'années?". Surtout que plus loin, il dit "[a]u moment approprié je soumettrais un article à une revue à referee" et que l'absence de référence à des revues sérieuses de physique ou d'astrophysique est un élément remarquable de ses textes. Son inspiration provient de "Pour la science", "La recherche", et de sites internet, mais aucune référence plus rigoureuse, ce qui est généralement un mauvais signe.
Ouille, j'ai zappé le SERA ci-dessous
Cosentino a écrit : Cet article sera soumis à une revue scientifique qui le fera lire par des referees.
Par contre, effectivement, j'avais remarqué les références du type "Pour la Science", d'où ma perplexité sur le nom de la revue scientifique auquel le papier serait soumis.
Jean-Francois a écrit :
Vous voulez dire que votre modèle est cohérent?
Si quelqu'un trouve important d'énoncer un truisme pareil en s'adressant à des scientifiques, cela peut difficilement être interprété autrement que "ma théorie est logiquement structurée, elle, contrairement à la "cosmologie dominante"". Avec des maladresses de style pareilles, pas besoin d'ennemi.
Je me disais en fait la même chose et j'ai hésité à mettre :gnee:. Du coup, je me disais que j'avais mal compris. Mais apparemment non, il y a vraiment des gens qui pensent devoir préciser que leur modèle est logique
Jean-Francois a écrit : Autre matière à sourire:
"Voici quelques exemples fondamentaux des prévisions, du ''NBBF'' , qui se sont avérées exactes:
[... quelques exemples puis, à la fin de la liste:]
-d'autres sont sur la bonne voie" [affirmation parfaitement inutile, qui ne convaincra personne qui n'a pas été convaincu par les exemples précédents.]
"En France la majorité des astrophysiciens me connaissent" [Quand on lit un truc comme ça, il est toujours tentant de compléter par "[...] même qu'ils se cachent sous la table et éteignent les lumières pour faire croire qu'ils ne sont pas là quand j'essaie de les contacter".]
"conférences dans les villes Universitaire[s]". [Si quelqu'un fait une conférence au Club de Macramé Synchronisé de Montréal, il fait une conférence dans une ville "universitaire" (4 grandes universités!) sans que cela garantisse la pertinence scientifique de cette présentation.]

Jean-François
Ville universitaire? Y a bien Louvain-la-Neuve en Belgique mais sinon... Je l'avais pas vu celle-là.
Sinon, en poussant le "En France la majorité des astrophysiciens me connaissent", on pourrait aboutir bientôt à une version bis de Nottale rejoint Viola.

Jean-Francois
Modérateur
Modérateur
Messages : 22419
Inscription : 03 sept. 2003, 02:39

Re: Cosmologie

#11

Message par Jean-Francois » 27 déc. 2012, 11:18

abracadabrantesque a écrit :Mais apparemment non, il y a vraiment des gens qui pensent devoir préciser que leur modèle est logique
Vous connaissez les scientifiques, surtout ceux "de haut niveau", ce sont des gens distraits qui pourraient ne pas remarquer un détail pareil si on ne leur soulignait pas ;)

Moi aussi, j'ai le sentiment que voilà un autre bâtisseur révolutionnaire de la Physique du 4e millénaire, dont les "recherches fondamentales" sont depuis trèstrop longtemps ignorées par la Science OfficielleTM. Je suppose qu'il s'agit de recherches entièrement théoriques, mais si ce n'est pas le cas je serais vraiment curieux de voir une photo des labos.

Jean-François
“The more implausible the hypothesis — telepathy, aliens, homeopathy — the greater the chance that an exciting finding is a false alarm, no matter what the P value is.” (Nuzzo R (2014) Nature 506:150)

Avatar de l’utilisateur
Denis
Modérateur
Modérateur
Messages : 19049
Inscription : 03 sept. 2003, 17:22

L'échelle de Celsius est arbitraire

#12

Message par Denis » 27 déc. 2012, 13:44


Bonjour Mario.

Bienvenue sur le forum. J'espère que vous vous y plairez.

Désolé de n'avoir pas tout lu. On est un forum de discussion (pas un forum de lecture), et votre premier message, qui fait 28,7 Ko (et compte 12 liens), est passablement pesant.

N'ayant pas tout lu (et n'ayant aucune compétence spéciale en cosmologie de pointe), je ne commenterai qu'un point.

Vous dites :
il semblerait qu'il existerait une relation intrinsèque entre cette dimension fractale [celle de l'éponge de Menger] et celle de la température de notre Univers qui est de T = 2,726 K...
Sur l'éponge de Menger on lit, ici :
L'éponge de Menger est une fractale dont la dimension de Hausdorff vaut log20/log3, soit à peu près 2,726 833.
Concernant la température du fond diffus cosmologique, on donne 2,728 ± 0,002 K ici et 2.72548 ± 0.00057 K .

Ce qui me fait "tiquer", c'est qu'il me paraît évident que l'échelle Kelvin (qui est une simple translation de l'échelle Celsius) est purement conventionnelle. Si Anders Celsius avait découpé en 50 ou en 200 (plutôt qu'en 100) l'intervalle allant de la température d'ébullition de l'eau à celle de sa solidification, il aurait obtenu une échelle deux fois moins fine (ou deux fois plus fine). Non?

Si Celsius avait coupé en 50 plutôt qu'en 100, le fond cosmologique aurait été à 1,363 degrés absolus (plutôt qu'à +2,726). Non?

De même, s'il avait coupé en 200, le fond cosmologique aurait été à 5,452 degrés absolus. Non? La dimension de l'éponge de Menger serait alors bien loin de la "cible".

Pour cette raison, j'ai bien du mal à m'émouvoir de l'accident numérique que vous nous faites remarquer.

À mon avis, ça relève plus de la numérologie que de la physique.

À moins que je vous aie mal compris, évidemment.

:) Denis
Les meilleures sorties de route sont celles qui font le moins de tonneaux.

Cosentino
Messages : 251
Inscription : 27 déc. 2012, 05:40

Re: Cosmologie

#13

Message par Cosentino » 27 déc. 2012, 19:35

Cosentino

Bonjour à toutes et à tous

En effet cela fait plaisir de voir qu'il existe des forums où il est agréable d'avoir des échanges d'informations!
J'habite en France et je remercie les Québécois de votre accueil chaleureux!

Réponse à la question pertinente de "Denis":

En effet comme précisé les 2 valeurs D et T n'ont pas la même unité.
Mais, il existe, dans les équations du "NBBF" quantique le rapport de 2 équations thermodynamiques ( dont l'une concerne la température T et la seconde sert d' "étalonnage thermodynamique" ) n'ayant pas la même valeur mais ayant la même unité . Un tel rapport fait disparaître les unités par contre elle font apparaître la dimension fractal D.
Je comprend la réaction de "Denis" mais ce problème fait partie de l' "analyse dimensionnelle" ( bien connue en physique ) qui nous évite de faire "n'importe quoi" en physique. Ce problème ne se pose pas en Mathématique pure car les chiffres ou les nombres sont sans unités ou sans dimensions. Par contre en physique il faut faire très attention car les équations doivent impérativement être homogènes sinon les calculs n'ont aucun sens physique.
Cette homogénéité des équations évite de tomber dans la "numérologie" qui pour moi n'a aucun sens réel ou physique.
Pour une première approche avec l'équation qui me sert d' "étalonnage thermodynamique" allez S.V.P. dans la référence que voici ( dans cette référence vous trouverez également l' ''éponge de Menger'' ) :

http://lempel.pagesperso-orange.fr/sole ... _kotov.htm

J'espère avoir répondu, partiellement, au problème soulevé par "Denis". Je dis ''partiellement'' car en réalité les 2 équations concernées demandent un développement plus long qui sort du cadre de cette discussion dans ce forum. Ce ''développement plus long" est prévue dans mon article à soumettre dans une revue de recherche.

Note concernant mon blog

Comme certains l'ont constaté depuis un ou deux jours mon blog dans Google n'est, malheureusement, pas accessible. Pour l'instant, selon les premières investigations, il semblerait ( je dis bien il semblerait car nous n'avons pas de preuves définitives mais qu'uniquement des soupçons ) qu'une ou des personnes malveillante (es) voudraient interdire au public l'accès à mon blog où d'autres informations qui dérangent sont publiées. Pour moi cela constitue une atteinte à la liberté d'expression.
Ce que je trouve d'étonnant c'est que ce problème existe depuis que circule ma «Lettre ouverte aux astrophysiciens et aux physiciens pour ''prendre date''».
Pure coïncidence ou malveillance dirigée contre mon blog?...
Lorsque la preuve d'une malveillance serait fondée je porterais plainte...
Chères lectrices, Chers lecteurs, mille excuses pour ce problème indépendamment de ma volonté.
Merci encore de votre aimable compréhension.

Respectueusement

Avatar de l’utilisateur
Denis
Modérateur
Modérateur
Messages : 19049
Inscription : 03 sept. 2003, 17:22

Un simple accident numérique

#14

Message par Denis » 27 déc. 2012, 20:53


Salut Mario,

Vous dites :
J'espère avoir répondu, partiellement, au problème soulevé par "Denis".
Votre explication me laisse sur ma faim. J'ai l'impression que le coeur du bobo est glissé sous le tapis.

Ce qui heurte mon entendement, c'est le lien que vous semblez faire entre le T = 2,726 K (du fond diffus cosmologique) et le D = 2,726 833 (de l'éponge de Menger).

Vous (je suppose) en reparlez dans votre dernière référence (vers 60% de la page).
Mais la valeur D = 2,7268... est aussi la température du CMBR (# 2,726 K).
C'est pour le moins une bien étrange coïncidence !
Il me semble voir clairement que cet accident numérique EST un simple accident numérique.

Sommes-nous d'accord que si Celsius avait découpé son intervalle en 50 (ou en 200, en 10 ou en 1000) morceaux, l'accident numérique (entre 2,7268 et 2,726) ne se serait pas produit ?

Il me semble que ça démontre complètement qu'il s'agit d'un simple accident numérique et qu'il n'y a pas lieu de s'en encombrer l'esprit.

Sommes-nous d'accord que ça le démontre complètement?

:) Denis
Les meilleures sorties de route sont celles qui font le moins de tonneaux.

Cosentino
Messages : 251
Inscription : 27 déc. 2012, 05:40

Re: Cosmologie

#15

Message par Cosentino » 28 déc. 2012, 03:40

Cosentino

Bonjour Denis

Que dirait-tu si on calculait la force d'attraction entre la Terre et la Lune avec une constante de la gravitation G, non pas comme actuellement en mètre, Kg et seconde, mais en cm, gramme et seconde?
Je suis convaincu que tu penseras que cela ne fera pas de l'attraction entre la Terre et Lune une force plus intense ou moins intense?
Dans les 2 équations concernées, du "NBBF", où on travaille en Celsius ou on travaille en Kelvin.
Or tu sais également que quand on fait un rapport entre des même unités ces unités disparaissent par l' "analyse dimensionnelle". La nouvelle valeur obtenue, par ce rapport entre même unités, on dit qu'elle est sans dimension comme justement la valeur de D.
Denis, sans vouloir te vexer, prenons comme exemple Jean qui pèse 80 Kg et Pierre qui pèse 40 Kg. Si nous divisons 80 Kg par 40kg ( 80kg / 40 kg = 2 ) nous obtenons 2 et non pas 2 Kg n'est-ce pas?
Ce rapport restera toujours le même quelque soit la quantité de matière prise pour l'unité de masse. Le tout c'est de se mettre d'accord sur l'unité de masse qui nous servira d' "étalon de masse" pour les autres mesures.
Or il en est de même pour les valeurs des graduations concernant les températures. Voilà pourquoi dès le départ il faut choisir : ou travailler tout en Celsius ou travailler tout en Kelvin ( ou une autre échelle de graduation thermodynamique ).
Voilà pourquoi si on divise la première équation du "NBBF", qui se traduit au départ par une énergie cinétique, par la constante de Boltzmann on obtient une température. Cette dernière divisée par la seconde équation ( qui sert d' "étalonnage thermodynamique" ) égale à 1K nous trouvons la valeur de D où les unités de températures disparaissent ( comme disparaissent les unités en kg dans l'exemple du rapport des 2 masses entre Jean et Pierre ).
Ici toute la difficulté a été de trouver l'équation d' "étalonnage thermodynamique" ( qui donne 1K ) sans aucun paramètre libre comme, d'ailleurs, toutes les équations du "NBBF" quantique.
Ensuite il suffit de poser comme postulat, ou hypothèse, qu'il pourrait exister une relation entre la température T de notre Univers et la dimension fractale D de l' "éponge de Menger". Je rappelle que la référence [12 ] n'exclue pas cette valeur D car dans cette référence il est mentionné que la dimension fractale pourrait-être comprise entre 2 et 3. Les observations les plus récentes donnent une valeur proche de 3 mais tout cela n'est pas encore confirmé de façon définitive.
L'hypothèse d'une "cosmologie fractale" est une une piste de recherche relativement jeune.Que nous révélera l'avenir?...

Cher Denis j'espère n'avoir pas été trop long mais ici tu touche à une des hypothèses fondamentales du "NBBF" quantique qui demande plus de développement. Cette hypothèse est fondamentale car, si elle venait à se confirmer qu' 'il existerait une véritable relation physique entre T et D, alors du fait que D est une valeur constante on pourrait en conclure que la température de notre Univers pourrait être également constante. Cette constance de la valeur de T pourrait se traduire, tout simplement, que notre Cosmos n'aurait à subir à l'avenir aucune "mort thermique" ni par une "grillade" ni par une "congélation" comme si notre Univers aurait un thermostat réglé à 2, 726 K...

Dans la page de "Bernard Lempel" il est possible de faire connaissance avec l'équation d' "étalonnage thermodynamique" ( les paramètres qui la caractérisent sont en rouge).

Très cordialement

Avatar de l’utilisateur
Cogite Stibon
Messages : 3217
Inscription : 16 févr. 2012, 07:19

Re: Cosmologie

#16

Message par Cogite Stibon » 28 déc. 2012, 04:26

Cosentino a écrit :Cosentino

Bonjour Denis

Que dirait-tu si on calculait la force d'attraction entre la Terre et la Lune avec une constante de la gravitation G, non pas comme actuellement en mètre, Kg et seconde, mais en cm, gramme et seconde?
Je suis convaincu que tu penseras que cela ne fera pas de l'attraction entre la Terre et Lune une force plus intense ou moins intense?
Dans les 2 équations concernées, du "NBBF", où on travaille en Celsius ou on travaille en Kelvin.
Or tu sais également que quand on fait un rapport entre des même unités ces unités disparaissent par l' "analyse dimensionnelle". La nouvelle valeur obtenue, par ce rapport entre même unités, on dit qu'elle est sans dimension comme justement la valeur de D.
Denis, sans vouloir te vexer, prenons comme exemple Jean qui pèse 80 Kg et Pierre qui pèse 40 Kg. Si nous divisons 80 Kg par 40kg ( 80kg / 40 kg = 2 ) nous obtenons 2 et non pas 2 Kg n'est-ce pas?
Ce rapport restera toujours le même quelque soit la quantité de matière prise pour l'unité de masse. Le tout c'est de se mettre d'accord sur l'unité de masse qui nous servira d' "étalon de masse" pour les autres mesures.
Or il en est de même pour les valeurs des graduations concernant les températures. Voilà pourquoi dès le départ il faut choisir : ou travailler tout en Celsius ou travailler tout en Kelvin ( ou une autre échelle de graduation thermodynamique ).
Voilà pourquoi si on divise la première équation du "NBBF", qui se traduit au départ par une énergie cinétique, par la constante de Boltzmann on obtient une température. Cette dernière divisée par la seconde équation ( qui sert d' "étalonnage thermodynamique" ) égale à 1K nous trouvons la valeur de D où les unités de températures disparaissent ( comme disparaissent les unités en kg dans l'exemple du rapport des 2 masses entre Jean et Pierre ).
Ici toute la difficulté a été de trouver l'équation d' "étalonnage thermodynamique" ( qui donne 1K ) sans aucun paramètre libre comme, d'ailleurs, toutes les équations du "NBBF" quantique.
Ensuite il suffit de poser comme postulat, ou hypothèse, qu'il pourrait exister une relation entre la température T de notre Univers et la dimension fractale D de l' "éponge de Menger". Je rappelle que la référence [12 ] n'exclue pas cette valeur D car dans cette référence il est mentionné que la dimension fractale pourrait-être comprise entre 2 et 3. Les observations les plus récentes donnent une valeur proche de 3 mais tout cela n'est pas encore confirmé de façon définitive.
L'hypothèse d'une "cosmologie fractale" est une une piste de recherche relativement jeune.Que nous révélera l'avenir?...

Cher Denis j'espère n'avoir pas été trop long mais ici tu touche à une des hypothèses fondamentales du "NBBF" quantique qui demande plus de développement. Cette hypothèse est fondamentale car, si elle venait à se confirmer qu' 'il existerait une véritable relation physique entre T et D, alors du fait que D est une valeur constante on pourrait en conclure que la température de notre Univers pourrait être également constante. Cette constance de la valeur de T pourrait se traduire, tout simplement, que notre Cosmos n'aurait à subir à l'avenir aucune "mort thermique" ni par une "grillade" ni par une "congélation" comme si notre Univers aurait un thermostat réglé à 2, 726 K...

Dans la page de "Bernard Lempel" il est possible de faire connaissance avec l'équation d' "étalonnage thermodynamique" ( les paramètres qui la caractérisent sont en rouge).

Très cordialement
:ouch:
Cela fait deux fois que vous expliquez l'analyse dimensionnelle - qui est du niveau de l'enseignement secondaire en physique - en réponse à quelqu'un qui vous dis que votre "hypothèse fondementale" n'en respecte pas le principe. Vous moquez-vous volontairement des gens ?

Vous comparez un nombre sans dimension à une température, pas à un rapport entre deux température, qui serait sans dimension. Cela n'a aucun sens. Si c'est "une des hypothèses fondamentales du "NBBF" quantique", cela ne donne pas envie d'en savoir plus.
Pour les échantillons statistiques, comme dans d'autres domaines, il n'y a pas que la taille qui compte.
Raisonner a l'instinct sur des problemes de probabilites, c'est le desastre assuré. (Spin Up)
Une graphe sans échelle, c'est bon pour la poubelle

Avatar de l’utilisateur
Neo
Messages : 38
Inscription : 19 déc. 2012, 03:31

Re: Cosmologie

#17

Message par Neo » 28 déc. 2012, 06:02

Cosentino a écrit : Pour une première approche avec l'équation qui me sert d' "étalonnage thermodynamique" allez S.V.P. dans la référence que voici ( dans cette référence vous trouverez également l' ''éponge de Menger'' ) :

http://lempel.pagesperso-orange.fr/sole ... _kotov.htm
Je constate que Lempel fait partie de votre fan club...

Il a été montré que les "oscillations solaires de 160 mn" découvertes par Kotov peuvent **au moins** s'interpréter comme une distorsion

http://articles.adsabs.harvard.edu/full ... .338..557E
A recent analysis of the Standford data (Henning and Scherrer 1986) using more complex functions to remove daily drifts has led to the conclusion that the previously found phase change of the 160 minute oscillation can no longer be supported.
Solar intensity variation data obtained by ACRIM on board the SMM space craft, although confirming the five minute solar oscillation, do not show any evidence for a 160 minute signal (Woodard and Hudson 1983).
A recent private communication (Kotov 1988) indicates that further analysis of the Standford-Crimean data is in agreement with that presented here.
Thus at the present time analyses of available data suggest that there is no experimental evidence to support the existence of a solar signal at 160.01 minutes over the period 1980-1985.
D'autre part, il semble bien que depuis les années 1985, on n'observe plus aucune périodicité.


Perso, j'ai également un peu de mal avec la dimension fractale de l'éponge de Menger et la température du fond diffus cosmologique. Ca ressemble presque à de la numérologie aux dimensions près...

Quant à BX442, notre compréhension de la formation de l'Univers et de ses galaxies est encore très jeune et je ne doute pas qu'il y ait encore d'autres directions à explorer (je pense par exemple à la théorie des Stream-Fed Galaxies, qui prédit la formation des galaxies elliptiques sans fusion de galaxies).

Enfin, quelle est l'interprétation de la NBFF concernant les mesures de Perlmutter et Schmidt ?

Neo

Cosentino
Messages : 251
Inscription : 27 déc. 2012, 05:40

Re: Cosmologie

#18

Message par Cosentino » 29 déc. 2012, 00:02

Cosentino à Cogile stibon

Bonjour

L'hypothèse du "NBBF" quantique respecte le principe de l'analyse dimensionnelle. Je comprends que n'ayant pas tout sous la main vous restez sur un point de vue erroné. Par contre je n'aime pas votre façon de me parler! De quel droit vous vous autorisé à me dire:

"Vous moquez-vous volontairement des gens?"

Qui vous autorise à me parler sur se ton?
Que la compréhension du modèle du "NBBF" vous dépasse est une chose mais S.V.P. n'oubliez pas la bonne éducation que vous ont donné vos parents!

Cosentino à Néo

Bonjour

Il semble que cette périodicité s'observe encore puisqu'il existe une période de l'ordre de 10 000 secondes --- environ 160 min ( voici la référence [1] (2009) ) alors que votre référence date de mars 1989).

Neo vous faites encore mention à la numérologie. Je comprends votre prudence. Sachez, et j'espère que vous l'avez compris, que moi-même je suis contre tout ce qui est irrationnel.
Voici ce que nous dit la revue Pour la Science d'octobre-décembre 2004, page 98:

"On peu admettre une simple coïncidence, mais l'histoire des sciences nous enseigne qu'une apparente coïncidence est souvent le signe d'un processus fondamental.''

Afin de vous montrer qu'il semble qu'ici il y aurait plus qu'une simple coïncidence il faut aussi savoir que la valeur de D = 2,726 8 est aussi une valeur très proche de celle de B = 2,725 2 qui est la borne, expérimentale, supérieure de Tirelson en physique quantique! --- Voir La Recherche septembre 2011, N°455, page 55.

N'oublions pas que dans le cadre du ''NBBF'' il est fait l'hypothèse que la dimension fractal D de l' ''éponge de Menger'' appliquer à l'espace-temps du Cosmos serait elle aussi quantique.

Toutes ces valeurs sont également très proches de la valeur de e = 2,718 3...
Dans le cadre du "NBBF" quantique grâce aux propriétés de la valeur de e il est possible de faire l'hypothèse que, lorsque notre Univers était pendant 18 milliards en expansion, cette dilatation de l'espace se serait faite par sauts quantifiées.
Cette hypothèse pourrait expliquer pourquoi il semblerait qu'on observerait une quantification des décalages spectraux z ( voir la référence [2] , 2002 ).

Ainsi nous avons 4 paramètres ayant presque des valeurs identiques que sont:

T / E ≈ D ≈ B ≈ e ≈ 2,7

Alors ces 4 paramètres de simples coïncidences ou cacheraient-ils une relation fondamentale?
De 2 choses l'une:

-si coïncidence alors on leur tourne le dos et on en parle plus...
-si relation fondamentale alors ces 4 valeurs pourraient êtres les indices d'une propriété majeure de notre Univers...

Il n'y a pas que l'Univers et le Soleil qui serait fractal mais également les filaments qui donneraient naissance aux étoiles ( voir la référence du cea [3] (2011) ) et cliquer sur le ''petit sous-titre'' juste en dessous du ''grand titre'' ).

En effet en ce qui concerne ces filaments nous lisons:

''La surprise est venue de la largeur uniforme de tous les filaments observés: les chercheurs ont constaté qu'ils s'étalaient tous sur une bande de près de 0,3 années-lumière (…).'' page 6/28

Cette valeur de 0,3 années-lumière s'obtient par la dimension fractale D de l' ''éponge de Menger''.

Références ou liens

[1]
http://www.futura-sciences.com/fr/news/ ... ngs_20540/

[2]
http://www.bulletins-electroniques.com/ ... /11265.htm

[3]
http://www.cea.fr/recherche-fondamental ... iles-56604

Cosentino
Messages : 251
Inscription : 27 déc. 2012, 05:40

Re: Cosmologie

#19

Message par Cosentino » 29 déc. 2012, 00:43

Cosentino à Neo

Le ''NBBF" quantique accepté un Big-Bang avec une expansion de l'Univers qui aurait duré 18 milliards d'années.
Après ces 18 milliards d'années de dilatation notre Cosmos aurait arrêté son expansion.
Comment est-ce possible dans un Univers où on accepte généralement non seulement une expansion mais une expansion accélérée de l'Univers?

Nous savons que cette croyance générale repose sur les propriétés physiques des supernovæ Ia ( SN Ia ) . Les cosmologistes en font des ''chandelles standards''.
Mais connaissons-nous réellement bien les SN Ia pour en faire des ''chandelles standards''?
Afin de répondre à cette question il est est préférable de citer les paroles de James Lequeux, "astronome émérite à l'Observatoire de Paris (...). Il a été directeur de l'Observatoire de Marseille, et rédacteur en chef de la revue <<Astronomy Et Astrophysics>> pendant 15 années.''

Voici ce qu'il nous dit à propos des SN Ia :

"Il est certain qu'il s'agit d'une explosion thermonucléaire - et cela a été proposé il y a déjà plus de 40 ans; mais les détails ne sont pas encore bien compris. (...) . ; de plus, les modèles ne parviennent pas à faire exploser les étoiles ainsi fusionnées! (...) . Pour les supernovæ thermonucléaires que sont les SN Ia , on comprend à peu près comment l'étoile en arrive au stade de supernovæ, mais le mécanisme de l'explosion est très mal compris. (...).
Malgré toutes ces incertitudes, les SN Ia sont utilisées comme <<chandelles standards>> par les cosmologistes.'' ---Voir l'ouvrage de James Lequeux: NAISSANCE, ÉVOLUTION ET MORT DES ÉTOILES, EDP Sciences,2011,pp124 à 126.

Personnellement à la lecture de ces paroles je reste très douteux sur une expansion accélérée de notre Univers.

Avatar de l’utilisateur
Denis
Modérateur
Modérateur
Messages : 19049
Inscription : 03 sept. 2003, 17:22

Sommes-nous d'accord ?

#20

Message par Denis » 29 déc. 2012, 01:38


Salut Mario,

Je m'excuse d'insister (un peu lourdement) sur l'évident accident numérique entre le T = 2,726 K (du fond diffus cosmologique) et le D = 2,726 833 (de l'éponge de Menger).
Denis a écrit :Sommes-nous d'accord que si Celsius avait découpé son intervalle en 50 (ou en 200, en 10 ou en 1000) morceaux, l'accident numérique (entre 2,7268 et 2,726) ne se serait pas produit ?
Votre réponse me laissant toujours sur ma faim, je reviens à la charge :) .

Sommes-nous d'accord que si Celsius avait découpé l'intervalle (0C, 100C) en 500 degrés plutôt qu'en 100 (et que l'échelle des températures absolues utilisait cette autre échelle, simplement translatée), alors la température du fond diffus cosmologique serait quantifiée 5 foit plus haut (i.e. à +13.63 plutôt qu'à +2.726) ?

Si nous ne sommes pas d'accord, je serais bien curieux de savoir pourquoi nous ne le sommes pas.

Cordialement,

:) Denis
Les meilleures sorties de route sont celles qui font le moins de tonneaux.

Cosentino
Messages : 251
Inscription : 27 déc. 2012, 05:40

Re: Cosmologie

#21

Message par Cosentino » 29 déc. 2012, 08:47

Bonjour Denis

Je répond à ta question:

''Sommes-nous d'accord que si Celsius avait découpé l'intervalle (0C, 100C) en 500 degrés plutôt qu'en 100 (et que l'échelle des températures absolues utilisait cette autre échelle, simplement translatée), alors la température du fond diffus cosmologique serait quantifiée 5 foit plus haut (i.e. à +13.63 plutôt qu'à +2.726) ?''

Évidemment vu comme cela la réponse est oui!

Maintenant admettons de quantifié par ta valeur de 5 ces 2 échelles de température.

Cette valeur serait un coefficient en k =( 1 / 5 ) ° C-1 K qui, dans ce cas là permettrait la conversion de l'échelle degré Celsius en échelle degré Kelvin. Dans ce cas ton
calcul donne

k 13, 63 ° C = 2, 726 K.

Dans les équations du "NBBF" quantique le coefficient de conversion k = 1 ( puisque les ''morceaux'' ont même intervalle ) donc le problème de conversion ne se pose pas.

Voici tout de même une équation, sans trop de développement, pour te donner une idée ( constate qu'elle ne contient aucun paramètre libre ):


D = ( 3 qo ) 0,5 Ec cos ( Θ) λce / c ħ

avec

D = dimension fractale de l' ''éponge de Menger''

3 = nos 3 directions de l'espace ( x, y, z )

qo= 1 / 2 = en cosmologie c'est le paramètre de décélération

Ec = Energie cinétique de l'électron ( car avec les équations du ''NBBF'' quantique il est possible de faire l'hypothèse que le l'énergie du vide quantique aurait pour cause le mouvement d'électrons virtuels constituant une sorte d'éther moderne ou énergie sombre.

Θ = π / 4 ou 45 ° correspondant à la diagonale des carrés de l' ''éponge de Menger''.

λce = longueur d'onde de Compton de l'électron

c = célérité des ondes électromagnétiques

ħ = constante de Planck réduite

Or, mais cela est plus long à développer ici, il est possible avec le paramètre Ec de retrouver la température de notre Univers à 2, 726 K.

Il faut aussi savoir que la valeur de D = 2, 726 8 ( valeur sans dimension) s'obtient par d'autres rapports entre les équations du ''NBBF'' quantique. Mais ici les développements deviennent trop longs.

D'ailleurs je t'invite à lire la référence suivante sur les différentes échelles de température ainsi que le passage de l'une à l'autre.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Temp%C3%A9rature

Cher Denis n'hésite surtout pas à demander d'autres explications si besoin.

Cosentino
Messages : 251
Inscription : 27 déc. 2012, 05:40

Re: Cosmologie

#22

Message par Cosentino » 29 déc. 2012, 09:06

Cosentino

Bonjour

Attention dans mon équation lire

( 3 qo ) ^ 0,5 et non ( 3 qo ) 0,5

Mille excuses!

Dave
Messages : 393
Inscription : 14 sept. 2011, 22:30

Re: Cosmologie

#23

Message par Dave » 29 déc. 2012, 22:48

Bonjour Cosentino!

Je voulais simplement vous dire que je suis très content qu'un physicien de votre trempe (que vous ayez raison ou non ou partiellement au sujet de la NBFF) prenne de son temps pour discuter sur un forum non spécialisé comme celui-ci et nous informer.

Je ne suis pas assez compétent en physique pour tout comprendre, mais votre théorie est séduisante et j'ai bien hâte de voir sa validité ou non.

Aussi, même si je n'ai vraiment pas aimé la façon dont certains vous ont accueilli, heureusement vous persistez à nous expliquer certains détails de vos travaux. Je vous en remercie et c'est avec plaisir que je vous lis.

Cordialement.

Cosentino
Messages : 251
Inscription : 27 déc. 2012, 05:40

Re: Cosmologie

#24

Message par Cosentino » 29 déc. 2012, 23:34

Cosentino à Dave

Bonjour à tous

Cher Dave

Merci beaucoup pour vos encouragements.
Les encouragements sur les forums sont rares comme les véritables perles.
Pour certains votre message pourrait être considéré comme "une goutte d'eau dans un océan".
Mais n'oublions surtout pas que, justement, se sont les "gouttes d'eau" qui forment les océan.

En ce qui me concerne, et cela quelque soit votre compétence, j'aimerais utiliser votre lettre comme un témoignage d'appréciation. Pour cela je demande votre aimable autorisation.

Très cordialement

Dave
Messages : 393
Inscription : 14 sept. 2011, 22:30

Re: Cosmologie

#25

Message par Dave » 29 déc. 2012, 23:58

À Cosentino

Oui, bien sûr, il n'y a pas de quoi!

Verrouillé

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit