Impression d'un double discours en science

Tout sur les sciences, que ce soit la chimie, la biologie, l'astronomie etc.
Avatar de l’utilisateur
unptitgab
Messages : 4365
Inscription : 14 janv. 2014, 07:59

Re: Impression d'un double discours en science

#51

Message par unptitgab » 20 sept. 2014, 07:33

Richard utiliser la citation d'un philosophe théologien pour parler des sciences, ton masochisme se voit de plus en plus.
C'est bien beau la rhétorique, ça amuse en société, mais pour la connaissance c'est aussi rigoureux que la bible.
"Quand elle devient « pure » de toute expérience sensorielle, la raison déraisonne. Elle prétend prouver l’existence de Dieu et l’immortalité de l’âme. Cette folie s’appelle métaphysique. Le métaphysicien est un savant fou. Il veut tout prouver, il ne montre que son insanité." Jean-Baptiste Botul

Avatar de l’utilisateur
curieux
Messages : 5900
Inscription : 12 juin 2005, 10:17
Localisation : France Nord
Contact :

Re: Impression d'un double discours en science

#52

Message par curieux » 20 sept. 2014, 07:35

richard a écrit :
dans petite philosophie de la connaissance, Bertrand Vergely a écrit :Il faut nier les faits et rappeler qu'un fait n'a jamais rien prouvé et ne prouvera jamais rien. Le fait est une chose et la raison en est une autre. [...] D'abord parce que le fait est de l'ordre du détail particulier et non du concept. Ensuite, parce qu'on juge une pensée par une pensée et non pas par un fait.
:langue:
Et hop tour de magie, le clown vient de transformer son habit pour celui de charlot.
De 1858 à 1972, à Lourdes:
- - guérisons miraculeuses reconnues par les autorités médicales: 34
- - guérisons miraculeuses constatées par les autorités religieuses:72
- - accidents mortels de circulation sur la route du pélerinage: 4272...
Bienvenue aux félés car ils laisseront passer ma lumière. [Michel Audiard]

Avatar de l’utilisateur
Pepejul
Messages : 9071
Inscription : 11 déc. 2013, 13:07
Localisation : Marseille, France

Re: Impression d'un double discours en science

#53

Message par Pepejul » 20 sept. 2014, 07:56

richard a écrit :
dans petite philosophie de la connaissance, Bertrand Vergely a écrit :Il faut nier les faits et rappeler qu'un fait n'a jamais rien prouvé et ne prouvera jamais rien. Le fait est une chose et la raison en est une autre. [...] D'abord parce que le fait est de l'ordre du détail particulier et non du concept. Ensuite, parce qu'on juge une pensée par une pensée et non pas par un fait.
:langue:

en quoi l'avis d'un philosophe théologien a le moindre intérêt ici ?
On a tort d'écrire tord ! Le prochain qui fait la faute je le tords !

Avatar de l’utilisateur
Wooden Ali
Messages : 4221
Inscription : 09 déc. 2006, 16:31
Localisation : France

Re: Impression d'un double discours en science

#54

Message par Wooden Ali » 20 sept. 2014, 08:32

richard a écrit : :langue:
Et il nous nargue, ce congre debout ! Comme si ce n'était l'essence de la théologie dont Vergely est un besogneux pratiquant de faire passer les faits après les idées. L'opinion sur la science de quelqu'un qui dit : "Dieu existe, je lui ai encore parlé ce matin" vaut celle d'un daltonien sur la palette de Van Gogh.
Pas étonnant que richard rame avec autant de difficultés dans tout ce qui touche à la science. Pour lui, c'est une branche de la théologie, alors ...
Les faits ne pénètrent pas dans le monde où vivent nos croyances. Marcel Proust

Gloire à qui n'ayant pas d'idéal sacro-saint
Se borne à ne pas trop emmerder ses voisins ! Georges Brassens

Mon Dieu ! Mon Dieu ! Pourquoi m'as-tu abandonné ? Dieu

Mireille

Re: Impression d'un double discours en science

#55

Message par Mireille » 20 sept. 2014, 08:42

Bonjour,
richard a écrit :Plutôt que sur les faits, la science s'appuie sur la raison; qu'il y ait concordance avec les faits c'est indéniable mais elle s'appuie, amha, d'abord et en premier lieu sur la raison.
Ca m'apparait évident puisque même pour construire les instruments de mesure dont a besoin le scientifique il faut bien qu'il y pense avant.
Wooden Ali a écrit : Donner prééminence à la raison n'a pas de sens.
Ca a du sens, si à partir d'observation dans la nature par exemple, il se fait une idée de ce que pourrait être une chose, la laisse prendre forme dans sa tête, pour un jour, composer une théorie ...

Un fait est une donnée objective, mais sans la raison pour en avoir fixé les critères on ne saurait l’apercevoir et sans les faits on ne saurait lui donner raison. Les deux sont aussi importante une que l'autre.
Wooden Ali a écrit :Tu devrais bien t'entendre avec Mireille.
Tu n'es pas capable ho! Maître ! .... de retenir tes petites remarques personnelles.
BeetleJuice a écrit :Wooden ne dit pas que vous devriez réellement avoir honte, c'est juste une formule de style pour mettre en avant le fait que vos idées sur la réalité sont en réalité d'un grand conformisme et d'une grande superficialité à coté de certains modèles scientifiques d'un exotisme évident et que donc, vous sous-estimez grandement l'inventivité et l'imagination des scientifiques en pensant que la science refuserait vos idées parce qu'elle serait trop coincé.
Bonjour BeetleJuice,

Où avez-vous pris dans mon discours l'idée que je puisse moi avec le peu de connaissances que je peux avoir sous-estimer l'inventivité et l'imagination des scientifiques et que j'ai à aucun moment considéré que la science était trop coincé pour considérer mes idées ? J'aimerais que vous m'éclaircissiez bien comme y faut ce point.

Concernant la remarque de Wooden sur la honte que j'aurais ...bla bla bla, vous avez parfaitement raison. Cet élément de son discours est parfaitement juste, mais intégré dans l'ensemble de son commentaire, je peux vous assurer que ça prend tout un autre sens. De l'intelligence comme il en a c'est magnifique, mais enrobé de ses suppositions parfaitement subjectives, ça devient comme un beau fruit qu'on regarde pourrir sur le comptoir.

Jean-Francois
Modérateur
Modérateur
Messages : 21278
Inscription : 03 sept. 2003, 02:39

Re: Impression d'un double discours en science

#56

Message par Jean-Francois » 20 sept. 2014, 09:20

Mireille a écrit :
Wooden Ali a écrit : Donner prééminence à la raison n'a pas de sens.
Ca a du sens, si à partir d'observation dans la nature par exemple, il se fait une idée de ce que pourrait être une chose, la laisse prendre forme dans sa tête, pour un jour, composer une théorie ...
C'est ce que dit Wooden: l'observation des faits induit la théorisation, la théorisation rationnelle permet de structurer objectivement l'observation mais les faits demeurent les arbitres des idées. Wooden n'a pas écrit que la raison n'importait pas. Il dit seulement qu'on ne peut affirmer qu'elle prédomine sur les faits car en science ce sont les faits (les plus) objectif(s possibles) qui ont le dernier mot.

C'est le sens de cette anecdote:
[url=https://www.sceptiques.qc.ca/forum/quand-l-homme-a-t-il-acquis-une-ame-t10367-25.html#p310956]Proposant une traduction-maison d'un texte de Sagan[/url], Denis a écrit :Durant les années 1920', lors d'un dîner, le physicien Robert W. Wood s'est fait demander de répondre à un "toast". Lors de tels dîners il était coutume qu'une personne se lève, prononce un toast, puis invite la personne de son choix à y donner suite. Personne ne savait sur quel thème il serait invité à se prononcer, c'était donc une sorte d'épreuve en vivacité d'esprit. Dans ce cas, le toast était : "À la physique et à la métaphysique". Par métaphysique, on entendait, grosso modo, la philosophie -- des vérités qu'on peut découvrir par la seule réflexion. Wood a hésité un moment, a z'yeuté l'assemblée, puis a répondu à peu près ça :

Le physicien a une idée, dit-il. Plus il y pense, et plus l'idée lui paraît sensée~intéressante. Il épluche la littérature scientifique et plus il s'informe, plus son idée lui paraît prometteuse. Il conçoit donc une expérience qui mettra son idée à l'épreuve. L'expérience est laborieuse. Plusieurs possibilités sont éliminées; d'autres sont prises en compte; la précision des mesures est améliorée. Finalement, l'expérience est réalisée et... l'idée est montrée sans valeur. Le physicien rejette alors l'idée, s'en libère l'esprit et va s'occuper d'autre chose.

La différence entre la physique et la métaphysique, conclut Wood, c'est que le métaphysicien n'a pas de laboratoire.
Richard dresse effectivement un portrait faussé des choses. Comme de nombreuses personnes qui n'ont qu'une connaissances approximative de la recherche, il minimise beaucoup le côté expérimental de la science. Ça l'aide certainement à croire que ses divagations "relativistes" impressionneront un jour quelqu'un: chez lui, l'espoir remplace le labo ce qui n'est pas très rationnel à la base.

Jean-François
“The more implausible the hypothesis — telepathy, aliens, homeopathy — the greater the chance that an exciting finding is a false alarm, no matter what the P value is.” (Nuzzo R (2014) Nature 506:150)

Avatar de l’utilisateur
richard
Messages : 5999
Inscription : 30 juil. 2008, 08:20
Localisation : Neptune

Re: Impression d'un double discours en science

#57

Message par richard » 20 sept. 2014, 11:49

Jean-Francois a écrit :C'est ce que dit Wooden: l'observation des faits induit la théorisation, la théorisation rationnelle permet de structurer objectivement l'observation mais les faits demeurent les arbitres des idées.
cette position est proche de La conception naïve de la théorie scientifique : les théories sont issues de l’expérience:
L’opinion (c’est bien une opinion car on ne sait pas encore si elle est fondée) la plus répandue concernant l’élaboration des théories scientifiques est celle selon laquelle on doit partir de l’observation sans préjugé. Le scientifique idéal doit rendre compte fidèlement de ce qu’il voit, entend, etc., en accord avec les situations qu’il observe, et doit être dénué de tout préjugé. Il doit se laisser conduire par l’expérience, par les faits. C’est le seul moyen pour ne pas projeter ses croyances, préjugés, intérêts, dans le réel.

Jean-Francois
Modérateur
Modérateur
Messages : 21278
Inscription : 03 sept. 2003, 02:39

Re: Impression d'un double discours en science

#58

Message par Jean-Francois » 20 sept. 2014, 13:21

richard a écrit :
Jean-Francois a écrit :C'est ce que dit Wooden: l'observation des faits induit la théorisation, la théorisation rationnelle permet de structurer objectivement l'observation mais les faits demeurent les arbitres des idées.
cette position est proche de La conception naïve de la théorie scientifique : les théories sont issues de l’expérience
Richard, ô grand amateur de philo-google* et de citations peu pertinentes faute d'être correctement mises en contexte, rappelez-nous donc depuis quand vous faites de la recherche scientifique et le nombre de vos articles?

Alternativement, faites donc preuve d'un peu plus d'humilité. Il y a pas mal de choses que vous comprenez mal, même si vous avez la très forte impression du contraire. Visiblement, ici vous avez raté le fait que je ne nie pas que l'observation n'est pas exempte de préjugés ("la théorisation permet de structurer objectivement l'observation").

Jean-François

* Et, bientôt, de philo-youtube :mrgreen:
“The more implausible the hypothesis — telepathy, aliens, homeopathy — the greater the chance that an exciting finding is a false alarm, no matter what the P value is.” (Nuzzo R (2014) Nature 506:150)

Avatar de l’utilisateur
Wooden Ali
Messages : 4221
Inscription : 09 déc. 2006, 16:31
Localisation : France

Re: Impression d'un double discours en science

#59

Message par Wooden Ali » 20 sept. 2014, 13:31

richard a écrit :cette position est proche de La conception naïve de la théorie scientifique : les théories sont issues de l’expérience:
Pas vraiment. L'objet de la présente discussion est l'importance cruciale des faits dans la validation d'une théorie, pas de la méthode pour la créer. Il n'y a pas, d'ailleurs, à proprement parler de méthode à suivre pour élaborer une théorie scientifique. C'est un mélange indéfinissable d'observations, d'inductions, de déductions, d'analogies, d'imagination ... qui varie largement selon le problème posé. C'est la beauté de la chose : les chercheurs n'ont pas besoin (contrairement aux philosophes) qu'on leur définissent une méthode. Ils savent qu'au bout du compte, leur théorie ne vaudra que par sa valeur prédictive et que tout le monde se foutra (sauf les philosophes) de la façon dont elle a été pondue.
On pourrait presque dire que la méthode scientifique n'est qu'une méthode de validation des théories, d'où qu'elles viennent.

Évidemment, richard préfère parle d'induction et de déduction : les faits, ça le défrise.
Les faits ne pénètrent pas dans le monde où vivent nos croyances. Marcel Proust

Gloire à qui n'ayant pas d'idéal sacro-saint
Se borne à ne pas trop emmerder ses voisins ! Georges Brassens

Mon Dieu ! Mon Dieu ! Pourquoi m'as-tu abandonné ? Dieu

Avatar de l’utilisateur
richard
Messages : 5999
Inscription : 30 juil. 2008, 08:20
Localisation : Neptune

Re: Impression d'un double discours en science

#60

Message par richard » 20 sept. 2014, 14:07

Wooden Ali a écrit :Évidemment, richard préfère parle d'induction et de déduction : les faits, ça le défrise.
pas tellement voir ici par exemple. L'expérience de Fizeau avec un courant d'eau m'a également préoccupé tout au long de ma recherche.

Avatar de l’utilisateur
Psyricien
Messages : 3426
Inscription : 31 oct. 2011, 13:27
Localisation : Un peu partout ...

Re: Impression d'un double discours en science

#61

Message par Psyricien » 20 sept. 2014, 15:23

richard a écrit :
Wooden Ali a écrit :Évidemment, richard préfère parle d'induction et de déduction : les faits, ça le défrise.
pas tellement voir ici par exemple. L'expérience de Fizeau avec un courant d'eau m'a également préoccupé tout au long de ma recherche.
Ah bon ? C'est pourtant on ne peut plus simple à comprendre ;).
Mais bon, c'est vrai que tu crois qu'il est possible pour le son de rattraper un avion supersonique ... alors c'est sur que les truc un peu plus technique, ça doit de retourner ton méninge ;).

G>
Psyricien : La moyenne de 4 et 5 ça peut faire 3 ... Comprendra qui pourra !

Mireille

Re: Impression d'un double discours en science

#62

Message par Mireille » 20 sept. 2014, 16:09

Bonjour Jean-François,

J'ai suivi le lien en rouge du titre de ton anecdote que d'ailleurs Denis m'avait déjà aussi présenté, ça m'a permis de jeter un oeil sur la discussion qui avait eût lieu à ce moment là avec Gabriel C., lui trouve, comme je le pense que la métaphysique ne se mélange pas avec la science. Je le cite :

Expliquer la réalité physique des phénomènes de l’univers, en vue d’en créer un héritage ça c’est le travaille de la science expérimentale et empiriste.
La métaphysique de la connaissance permet à la raison de s’auto questionner sur ses propres mécanismes de mise en concept de la réalité. C’est tout (mais c'est beaucoup).


Et pour revenir à ton anecdote, je te dirais que j'aurais certainement échappé mon verre devant les prétentions de ce Monsieur Wood et lui aurait répondu sur sur cette dernière affirmation :

La différence entre la physique et la métaphysique, conclut Wood, c'est que le métaphysicien n'a pas de laboratoire.

Que le laboratoire du philosophe c'est son esprit et que son étude a certainement aidé à structurer les pensées d'esprits tel que le sien.

***
Je suis entrain de lire un doc qui explique bien comment travaille le scientifique. A la lueur de de doc, je te comprends mieux toi et d'autres ici et aussi pourquoi mes petites expériences en télépathie n'avaient aucune valeur. Le premier et le dernier paragraphe m'ont beaucoup plût, j'ai une question qui suivra, si tu as le temps d'y répondre, ce serait bien pour moi. Donc, je cite un extrait tiré de http://www.philocours.com/cours/cours-t ... ience.html:

Une théorie n’est scientifique que si elle est falsifiable : i.e., on doit connaître quel est l’événement qui, s’il se produisait, nous mènerait à renoncer à l’hypothèse, ou à moins, à la transformer. L’exigence essentielle de la démarche scientifique n’est donc pas la vérité, mais la clarté dans la formulation des hypothèses, puisque cette clarté est une condition nécessaire pour déterminer quels sont les événements observables qui permettent de la falsifier.


c) La falsifiabilité comme critère de démarcation entre la science et les pseudo-sciences.

La falsifiabilité va jouer, pour Popper, le rôle de démarcation entre les théories scientifiques et non-scientifiques. Cf. psychanalyse, astrologie, etc. : ce sont des pesudo-sciences car on ne peut pas les réfuter (cf.cours inconscient).

Plus une théorie est falsifiable, meilleure elle est.

Exemple :

(4) " Mars se déplaça autour du soleil selon une ellipse "

(3) " Toutes les planètes se déplacent autour du soleil selon une ellipse "

(3) est plus falsifiable que (4), puisqu’elle la contient ; de plus, si (4) n’est pas falsifiable, cela n’implique pas que (3) ne l’est pas.


d) La science n'est pas vraie mais au mieux vraie provisoirement.

Donc, dans la démarche scientifique, on ne " prouve " pas les théories. Dans le meilleur des cas, on les réfute. Ainsi, le progrès scientifique consiste à s’apercevoir des erreurs et non à accumuler des certitudes. Une théorie non falsifiée n’est pas " vraie ", ou, si elle est vraie, elle ne l’est que provisoirement. Une théorie qui passe victorieusement les tests expérimentaux est dite confirmée ou bien corroborée. Les théories scientifiques sont des hypothèses, ie, des essais ou tentatives d'explication du monde.


Ma question est qu'est-ce que ça veut dire : Plus une théorie est falsifiable, meilleure elle est. Même avec l'exemple qu'il donne je n'arrive pas à saisir. Merci.

Avatar de l’utilisateur
Dash
Messages : 3241
Inscription : 06 mai 2009, 08:40
Localisation : Montréal

Re: Impression d'un double discours en science

#63

Message par Dash » 20 sept. 2014, 17:56

Mireille a écrit :Ma question est qu'est-ce que ça veut dire : Plus une théorie est falsifiable, meilleure elle est. Même avec l'exemple qu'il donne je n'arrive pas à saisir. Merci.
Plus nous avons de moyens et de façons pour tester et vérifier ce qui est émis ou suggéré (une hypothèse, une théorie, une affirmation, etc.), plus nous pouvons donc accumuler de constatations que « ce n'est pas faux ». Ça ne voudra pas dire que c'est « vrai » ou rigoureusement exact pour autant (ou que ce le sera pour toujours), mais plus qu'on peut vérifier que ce n'est pas faux, plus l'on se rapproche de l'exactitude de ce qui est émis. Plus il y a de chance que ce soit « vrai ».
Penser savoir est une chose, savoir penser en est une autre !

Avatar de l’utilisateur
Greem
Messages : 2092
Inscription : 27 déc. 2009, 11:59

Re: Impression d'un double discours en science

#64

Message par Greem » 20 sept. 2014, 18:09

Robert W. Wood a écrit :La différence entre la physique et la métaphysique, conclut Wood, c'est que le métaphysicien n'a pas de laboratoire.
Et la différence entre les physiciens et les métaphysiciens, c'est que les métaphysiciens ne veulent pas de laboratoire. Surtout pas.
"Ils terribles ce ses sceptiquo-maniaques-sionisto-propagandum."

Avatar de l’utilisateur
Wooden Ali
Messages : 4221
Inscription : 09 déc. 2006, 16:31
Localisation : France

Re: Impression d'un double discours en science

#65

Message par Wooden Ali » 21 sept. 2014, 03:14

Et la différence entre les physiciens et les métaphysiciens, c'est que les métaphysiciens ne veulent pas de laboratoire. Surtout pas.
Et c'est là que réside leur perversité ... et leur impuissance.
Les faits ne pénètrent pas dans le monde où vivent nos croyances. Marcel Proust

Gloire à qui n'ayant pas d'idéal sacro-saint
Se borne à ne pas trop emmerder ses voisins ! Georges Brassens

Mon Dieu ! Mon Dieu ! Pourquoi m'as-tu abandonné ? Dieu

Avatar de l’utilisateur
curieux
Messages : 5900
Inscription : 12 juin 2005, 10:17
Localisation : France Nord
Contact :

Re: Impression d'un double discours en science

#66

Message par curieux » 21 sept. 2014, 03:35

Mireille a écrit :Ma question est qu'est-ce que ça veut dire : Plus une théorie est falsifiable, meilleure elle est. Même avec l'exemple qu'il donne je n'arrive pas à saisir. Merci.
Bonjour

je peux répondre (en partie) à cette question.
Il est bon de préciser que le terme falsifiable est utilisé dans le sens de vérifiable avec la nuance que falsifiable sous-entend : peut être rendu faux par d'autres expériences.

En clair quand ce n'est pas falsifiable ce n'est pas possible d'établir une théorie scientifique.
Quand Démocrite laissait vagabonder son imagination en parlant de l'atome, à son époque ce n'était pas falsifiable et pour cause, et ça n'a pas donné d'amorce pour établir une théorie atomique.
C'est bien plus tard que les données physiques, totalement impossibles à "deviner" à son époque ont permis de proposer ce modèle, qui, soit dit en passant a été fermement combattu par des grosses têtes qui opposaient leur autorité à une théorie qui ne les satisfaisaient guère.
Mais ça n'a pas été suffisant pour arrêter le mouvement, quand on a tord on a tord, point barre, il ne suffit pas de ne donner que des arguments à débattre.
Une fois la théorie fermement établie, certains se sont aperçus qu'un dénommé Démocrite avait déjà eu l'idée que la matière n'était pas infiniment divisible. Mais bon, ce fait comparé à l'ensemble des données de la question, c'est du pipi de chat.
De 1858 à 1972, à Lourdes:
- - guérisons miraculeuses reconnues par les autorités médicales: 34
- - guérisons miraculeuses constatées par les autorités religieuses:72
- - accidents mortels de circulation sur la route du pélerinage: 4272...
Bienvenue aux félés car ils laisseront passer ma lumière. [Michel Audiard]

Avatar de l’utilisateur
Wooden Ali
Messages : 4221
Inscription : 09 déc. 2006, 16:31
Localisation : France

Re: Impression d'un double discours en science

#67

Message par Wooden Ali » 21 sept. 2014, 04:35

curieux a écrit :Mais bon, ce fait comparé à l'ensemble des données de la question, c'est du pipi de chat.
Et il faut mettre de plus dans la balance, toutes les idées émises depuis que l'homme existe et qui n'ont pas été avérées par la science. Elles sont innombrables. La plupart de ces idées, qu'on pourrait qualifier "de comptoir" ont été abandonnées ou ont persisté (l'âme ...) sans que le moindre progrès sur leur nature n'ait été fait.
Le cas de Démocrite est plutôt la rarissime exception que la règle. La probabilité pour qu'une idée émise au hasard tombe ne soit pas fausse n'est pas nulle. Il n'est donc pas étonnant que certaines tombent justes. Ces exceptions sont du pain béni pour ceux qui mettent les idées par dessus tout. Ils n'en ont hélas pas beaucoup à leur disposition : ce sont toujours les mêmes qu'ils citent. Inlassablement ...

NB Je ne connaissais pas ce Vergely, cité par l’Ineffable. Se dire philosophe et manifester autant d'ignorance sur ce qu'est la science est proprement hallucinant. On comprend mieux le comportement de richard si ce genre de rigolo est la source de son savoir épistémologique.
Les faits ne pénètrent pas dans le monde où vivent nos croyances. Marcel Proust

Gloire à qui n'ayant pas d'idéal sacro-saint
Se borne à ne pas trop emmerder ses voisins ! Georges Brassens

Mon Dieu ! Mon Dieu ! Pourquoi m'as-tu abandonné ? Dieu

Avatar de l’utilisateur
Chanur
Messages : 1484
Inscription : 14 déc. 2013, 05:58

Re: Impression d'un double discours en science

#68

Message par Chanur » 21 sept. 2014, 06:15

Il peut paraître plus naturel de chercher à confirmer une théorie, plutôt que de chercher à la réfuter, mais ça ne tient pas la route.

Par exemple, prenons la théorie qui dit "Tous les corbeaux sont noirs". On peut essayer de valider la théorie en observant le plus possible de corbeaux pour savoir s'il sont noirs. On aura l'impression de valider un peu mieux la théorie à chaque corbeau observé.

Mais la formule "Tous les corbeaux sont noirs" est logiquement exactement équivalente à la formule "Tout objet qui n'est pas noir n'est pas un corbeau". Et alors ? On cherche des objets qui ne sont pas noirs et à chaque fois qu'on voit un stylo rouge, une émeraude verte ou une tomate bleue, on considère ça comme une confirmation du fait que tous les corbeaux sont noirs ? C'est évidemment absurde.

Pour autant, si j'observe un corbeau blanc, il est clair que je réfute aussi bien la première formulation que la deuxième.

Bien sûr, la première formulation apparaît comme plus "naturelle" que la deuxième. Mais ça vient uniquement du fait que c'est une théorie absolument simpliste. Une vraie théorie scientifique permet souvent plusieurs formulations équivalentes dont il n'est pas du tout évident de décider que l'une soit plus naturelle que l'autre (par exemple la mécanique de Newton et la mécanique d'Hamilton).

Donc, au sens strict, seule la possibilité de réfuter une théorie compte.

En pratique, ça ne change pas grand chose : il suffit de considérer que le naturaliste qui observe des corbeaux n'est pas en train de vérifier qu'ils sont tous noirs, mais en train d'en chercher un d'une autre couleur. Tant qu'il n'en a pas trouvé, on peut raisonnablement considérer que la théorie est vraie, ou plus précisément qu'elle décrit correctement la réalité.
Dernière modification par Chanur le 21 sept. 2014, 07:15, modifié 2 fois.
Le fait que je sache que quelque chose est vrai n'est pas une preuve. :chat:

Avatar de l’utilisateur
richard
Messages : 5999
Inscription : 30 juil. 2008, 08:20
Localisation : Neptune

Re: Impression d'un double discours en science

#69

Message par richard » 21 sept. 2014, 06:52

salut Wooden! tu écris
curieux a écrit :NB Je ne connaissais pas ce Vergely, cité par l’Ineffable. Se dire philosophe et manifester autant d'ignorance sur ce qu'est la science est proprement hallucinant. On comprend mieux le comportement de richard si ce genre de rigolo est la source de son savoir épistémologique.
C'est marrant comme les choses peuvent être interprétées. Je ne connaissais pas non plus ce Vergely. J'avais emprunté ce livre à la bib et n'étant pas chez moi je ne disposais pas de mes bouquins habituels de philosophie des sciences (bien modeste bibliothèque, j'en conviens) je l'ai cité.
:hello: A+

Avatar de l’utilisateur
Pepejul
Messages : 9071
Inscription : 11 déc. 2013, 13:07
Localisation : Marseille, France

Re: Impression d'un double discours en science

#70

Message par Pepejul » 21 sept. 2014, 07:03

Tu cites donc un mec qui n'y comprend rien sur un sujet que tu ne maîtrises pas.... quel intérêt ici ?
On a tort d'écrire tord ! Le prochain qui fait la faute je le tords !

Avatar de l’utilisateur
richard
Messages : 5999
Inscription : 30 juil. 2008, 08:20
Localisation : Neptune

Re: Impression d'un double discours en science

#71

Message par richard » 21 sept. 2014, 07:24

Parce que toi tu n'interviens que dans des sujets que tu maitrises parfaitement. Moi, je dis chapeau!

Avatar de l’utilisateur
curieux
Messages : 5900
Inscription : 12 juin 2005, 10:17
Localisation : France Nord
Contact :

Re: Impression d'un double discours en science

#72

Message par curieux » 21 sept. 2014, 07:38

Wooden Ali a écrit :
curieux a écrit :Mais bon, ce fait comparé à l'ensemble des données de la question, c'est du pipi de chat.
Et il faut mettre de plus dans la balance, toutes les idées émises depuis que l'homme existe et qui n'ont pas été avérées par la science. Elles sont innombrables.
Je pense aussi, le cas de Démocrite prouve seulement qu'il a eu l'opportunité de coucher ses idées sur le papier et qu'on a gardé des traces.
Et à mon avis, il me semble probable que des milliers d'autres n'ont pas jugé bon d'en faire autant, sachant parfaitement que ça ne donnerait lieu qu'à des discussions stériles et sans fin.
S'il fallait écrire toutes les conneries qui nous passent par la tête, on ne serait pas pour autant tous des Léonard de Vinci...

Pour moi, on ne peut donc pas se servir d'un tel exemple pour tenter de faire valoir nos idées de "théories" que la science n'admet pas.
De 1858 à 1972, à Lourdes:
- - guérisons miraculeuses reconnues par les autorités médicales: 34
- - guérisons miraculeuses constatées par les autorités religieuses:72
- - accidents mortels de circulation sur la route du pélerinage: 4272...
Bienvenue aux félés car ils laisseront passer ma lumière. [Michel Audiard]

Avatar de l’utilisateur
Pepejul
Messages : 9071
Inscription : 11 déc. 2013, 13:07
Localisation : Marseille, France

Re: Impression d'un double discours en science

#73

Message par Pepejul » 21 sept. 2014, 08:28

richard a écrit :Parce que toi tu n'interviens que dans des sujets que tu maitrises parfaitement. Moi, je dis chapeau!

Dans les sujet que je ne maîtrise pas je n'essaie pas de donner de leçons aux intervenants... Balancer un lien vers un article est à la portée de tout le monde et n'approte rien si on n'a pas digéré le contenu....
On a tort d'écrire tord ! Le prochain qui fait la faute je le tords !

Avatar de l’utilisateur
richard
Messages : 5999
Inscription : 30 juil. 2008, 08:20
Localisation : Neptune

Re: Impression d'un double discours en science

#74

Message par richard » 21 sept. 2014, 09:00

Pepejul a écrit :Dans les sujet que je ne maîtrise pas je n'essaie pas de donner de leçons aux intervenants... Balancer un lien vers un article est à la portée de tout le monde et n'approte rien si on n'a pas digéré le contenu....
parce que dire "Balancer un lien vers un article est à la portée de tout le monde et n'apporte rien si on n'a pas digéré le contenu" ce n'est pas donner une leçon peut-être?

Avatar de l’utilisateur
Dash
Messages : 3241
Inscription : 06 mai 2009, 08:40
Localisation : Montréal

Re: Impression d'un double discours en science

#75

Message par Dash » 21 sept. 2014, 09:44

curieux a écrit :le cas de Démocrite prouve seulement qu'il a eu l'opportunité de coucher ses idées sur le papier et qu'on a gardé des traces.
En fait, je pense qu'il n'y a tout simplement aucun lien direct à faire entre ce que Démocrite a pu penser et partager (à son époque) et entre ce qu'on découvert d'autres personnes, des siècles plus tard. Ça n'a rien à voir avec quelqu'un qui se penche et qui reprend les travaux de l'un de ces prédécesseurs, pour finalement aboutir à une découverte, p. ex.

De plus, Démocrite bénéficie de ce que moi je nomme « la chance d'être le premier à émettre une évidence qui sera de toute façon imaginée et anticipée par plusieurs, tôt ou tard ». Il y a de ces types d'idées qui n'ont pas besoin d'être partagés (d'en prendre connaissance) pour « pop-uper » dans la tête de plusieurs personnes qui se pencheront sur le sujet. Et c'est d'ailleurs pourquoi il y a parfois une même idée qui jaillit à peu près en même temps dans la tête de plusieurs personnes aux quatre coins du globe sans que ces dernières se soient consultées (et pas juste en science ;) ). Pour son époque, l'idée était certainement avant-gardiste, mais il ne l'aurait jamais écrite que cela n'aurait pas empêché les savants des derniers siècles de « découvrir » l'atome pour autant.

Penser que la science progresse principalement parce qu'elle serait inspirée ou « impacté » par les multiples idées de ceux qui ne font qu'émèttre des idées sans (pouvoir) les vérifier (méthodiquement) est une représentation qui ne correspond pas à ce qui se passe en réalité. Dans les faits, les scientifiques sont des humains comme tous les autres et ont eux-mêmes plein d'idées et d'hypothèses. Il ne leur est pas nécessaire de prendre connaissance d'idées ayant été émises à des époques révolues ou par des gens qui ne possèdent pas les connaissances nécessaires pour prendre en considération ce qui importe et est nécessaire (et savoir quoi exclure). Ce qui est utile, pour eux, c'est de prendre connaissance de leurs prédécesseurs qui se sont penchés sérieusement sur les mêmes problèmes ou hypothèses (récemment). Connaitre les idées de tous les « Gatti » et « Richard » de ce monde ne les aidera pas vraiment (euphémisme). Sont tout à fait capables de se faire des brainstorming entre eux, entre collègues et même autour d'une bière après le travail. Ils ne s'empêchent pas d'imaginer ou de rêver parce que ce sont des scientifiques. :? la seule chose qui change, c'est qu'au final, dans le cadre de leur travail, ils ne retiendront que ce qui pourra être utile et passer le filtre de la méthodologie scientifique
Penser savoir est une chose, savoir penser en est une autre !

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit