Le cerveau : à l'origine de nos émotions ?

Tout sur les sciences, que ce soit la chimie, la biologie, l'astronomie etc.
Avatar de l’utilisateur
Sebass
Messages : 342
Inscription : 07 janv. 2019, 22:04

Re: Le cerveau : à l'origine de nos émotions ?

#76

Message par Sebass » 31 janv. 2019, 17:24

Ferdinand a écrit : 31 janv. 2019, 17:05 Où l'expression de conservateurs indécrottables de mauvaise fois.
1- Écrire "fois" avec un "s" pourrait amputer ta phrase d'une partie de son sens.

2- Quand tu roules à l'envers sur l'autoroute, est-ce que tu te dis ceci ?: "Comme ils sont cons, ils roulent tous à l'envers !"

3- T'attends-tu à ce qu'on accepte sans preuves que les émotions proviennent d'un état quantique vibratoire et hautement énergétique de la quatrième dimension ?

Ferdinand
Messages : 411
Inscription : 11 juil. 2018, 03:52

Re: Le cerveau : à l'origine de nos émotions ?

#77

Message par Ferdinand » 31 janv. 2019, 19:24

Sebass a écrit : 31 janv. 2019, 17:24
Ferdinand a écrit : 31 janv. 2019, 17:05 Où l'expression de conservateurs indécrottables de mauvaise fois.
1- Écrire "fois" avec un "s" pourrait amputer ta phrase d'une partie de son sens.

2- Quand tu roules à l'envers sur l'autoroute, est-ce que tu te dis ceci ?: "Comme ils sont cons, ils roulent tous à l'envers !"

3- T'attends-tu à ce qu'on accepte sans preuves que les émotions proviennent d'un état quantique vibratoire et hautement énergétique de la quatrième dimension ?
Il semblerait qu'il n'y ait guère de doutes sur le fait que le cerveau ne soit pas le " siège " des émotions.

C'est le syndrome homo érectus.
On a toujours su qu'il était taillé pour la course, qu'il chassait tel le lycaon en épuisant sa proie durant des heures ( incapable de suddation donc de réguler sa température.)
Ce n'est que très récemment qu'on a arrêté de le représenter en primate velu. Or son mode de chasse nécessitait une pilosité similaire à la nôtre.

Mayah2105
Messages : 7
Inscription : 22 janv. 2019, 09:49

Re: Le cerveau : à l'origine de nos émotions ?

#78

Message par Mayah2105 » 01 févr. 2019, 03:19

Bonjour,

l'apprentissage n'est autre que la capacité à s'adapter à de nouvelles situations. Or la source de cette capacité est située dans une région particulière du cerveau, les lobes frontaux du cortex cérébral. L'apprentissage ne dépend-t-elle vraiment pas du cerveau à ce point là? Je suis un peu hésitante sur l'analyse de Culler et Mettler.

Avatar de l’utilisateur
Nicolas78
Messages : 11337
Inscription : 04 janv. 2013, 09:32

Re: Le cerveau : à l'origine de nos émotions ?

#79

Message par Nicolas78 » 01 févr. 2019, 04:53

Dany a écrit :?
Vos remarques mes semblent bien teintées d'émotivité (voire de romantisme).
Je ne sais pas si ça correspond à ce que vous entendez par "absence totale de stimulus", mais la méditation ne provoque pas d'angoisse * et ne fait pas nécessairement sombrer dans la folie.
Personnellement, être soudain en l'absence de stimuli ne m'effraye pas plus que ça. Qu'est ce qui vous dit que l'esprit en l'absence de stimuli ne se calme pas de façon naturell
Ouai ! Je te rassure j'adore le calme aussi.
Mais si celui-ci est long, ca commence à sacrément me faire chier. Ta déjà essayé de méditer pendants des dizaines d'heure toi ? Pas moi.
Quand aux "moines" qui méditerait des jours entiers, non seulement je doute parfois de leurs santé mental, mais surtout je doute qu'ils ne s'occupent pas du tout avec leurs pensées ou les quelques bruits et autres stimulus qui les entours (peutétre même certain s'amusent à les rendre plus clair à travers la méditation) ;)

Après ton objection reste intéressante ! Pertinente même.
---
JF a écrit :Tant qu'à essayer de tout invoquer dans ta mayonnaise, rajoute un peu de physique quantique :mrgreen:
Oui il m'arrive d'en faire part sur ce genre de sujet, ok ! :a2:

Mais bon, la PQ et le fait que le systeme hormonale humain influence le cerveau, ya un gros fossé non ?
Avec tout ce qui se passe dans le corps et qui peut influencer la psyché, ya de quoi faire ou c'est une idée reçue ?
Cite-moi les théories de ces auteurs, pour voir, ou la sienne. Si tu ne peux pas c'est bien parce qu'elle n'a fait qu'un peu de name dropping mais pas énoncé la moindre théorie. Je prends "théorie" plus dans le sens qu'elle-même pensait "rappeler" (théorie scientifique) que dans le sens de "simple (et vague) opinion".
Zeu peux pas :a2:

Edit :
JF a écrit :Faux. Ces hormones jouent un rôle important dans le développement normal du cerveau mais jouent un rôle mineur dans son fonctionnement. D'ailleurs, la production thyroïdienne diminue après la puberté. Évidemment, le bouleversement hormonal de la puberté va influencer les émotions mais cela n'en fait pas le générateur: le générateur est le cerveau, les hormones agissent sur des centres cérébraux.
Ouai, en gros, ce que tu dit la, c'est que la thyroïde c'est une petite partie de l'essence, le cerveau étant le moteur (lui même évidement fait de partitions).
Donc on est face au problème que tu posait.
Le mot "origine" est trop arbitraire pour donner raison ou tort à qui que ce soit. Puisque chacun pourra justifier sa perspective en utilisant ce mot.
Ainsi...j’annonce, les influx électriques, indispensables aux fonctionnement de tout ce bordel, sont l'origine des émotions. :a2: Na !
Dernière modification par Nicolas78 le 01 févr. 2019, 05:14, modifié 4 fois.

Avatar de l’utilisateur
Nicolas78
Messages : 11337
Inscription : 04 janv. 2013, 09:32

Re: Le cerveau : à l'origine de nos émotions ?

#80

Message par Nicolas78 » 01 févr. 2019, 04:55

Outsider a écrit :scientifiques adhérants à la théorie de l'endobiogénie (des français encore :cape: ) démontrent la même chose : "le système hormonal est le gestionnaire de la santé psychique et physiologique".
Bien joué Dany ! :a2:

Avatar de l’utilisateur
Nicolas78
Messages : 11337
Inscription : 04 janv. 2013, 09:32

Re: Le cerveau : à l'origine de nos émotions ?

#81

Message par Nicolas78 » 01 févr. 2019, 05:06

Ferdinand a écrit : 31 janv. 2019, 17:05
Sebass a écrit : 30 janv. 2019, 13:48
Outsider a écrit : 30 janv. 2019, 13:38 ... je ne vais faire que passer. ;)
Pourquoi ?
J'aimerais beaucoup voir tes réponses aux nombreuses questions qui t'ont été posées.
La foule peut te paraître hostile, vois-y une saine curiosité.
Où l'expression de conservateurs indécrottables de mauvaise fois.
HAHA :lol: L'hôpital qui se fou de la charité quoi :lol:

Jean-Francois
Modérateur
Modérateur
Messages : 23599
Inscription : 03 sept. 2003, 02:39

Re: Le cerveau : à l'origine de nos émotions ?

#82

Message par Jean-Francois » 01 févr. 2019, 06:50

Mayah2105 a écrit : 01 févr. 2019, 03:19l'apprentissage n'est autre que la capacité à s'adapter à de nouvelles situations. Or la source de cette capacité est située dans une région particulière du cerveau, les lobes frontaux du cortex cérébral
La capacité d'apprentissage est partagée par toutes les régions cérébrales. Quand une région donnée est activée, les synapses se modifient et, si l'activité est maintenue dans des conditions précises, sont consolidées. Les lobes frontaux contrôlent différents autres centres(souvent pour inhiber leur activité), donc agissent sur différents comportements, mais il est très réducteurs de prétendre qu'ils sont la source de l'apprentissage.

-----------
Nicolas78 a écrit : 01 févr. 2019, 04:53
JF a écrit :Tant qu'à essayer de tout invoquer dans ta mayonnaise, rajoute un peu de physique quantique :mrgreen:
[...]
Avec tout ce qui se passe dans le corps et qui peut influencer la psyché, ya de quoi faire ou c'est une idée reçue ?
Ma remarque est surtout à l'effet que vouloir tout invoquer de manière "holistique", on finit par ne répondre à rien. On peut même en arriver à perdre la question de vue.
Zeu peux pas :a2:
Depuis ce message, on a eu le droit à des auteurs plus précis et une thèse plus élaborée sur le sujet.
Ouai, en gros, ce que tu dit la, c'est que la thyroïde c'est une petite partie de l'essence, le cerveau étant le moteur (lui même évidement fait de partitions)
On atteint la limite de la métaphore: disons que les hormones thyroïdiennes, c'est un peu l'huile qui lubrifie l'ensemble des pièces mobiles. Son rôle est important pour le maintien du métabolisme cellulaire mais il ne remplace pas celui des cellules maintenues fonctionnelles.

Si je peux comprendre qu'on intègre des hormones comme faisant partie du générateur d'émotions, les hormones thyroïdiennes sont parmi les dernières que j'inclurais. L'ocytocine, les différentes hormones sexuelles (testostérones, estrogènes, etc.), l'adrénaline/noradrénaline (nombreux ganglions autonomes, surrénales), seraient incluses bien avant. Sauf que tous les systèmes de relâche de ces hormones sont sous contrôle hypothalamique.

Le problème de fond est de savoir quelle pièce minimale du système entraine la disparition d'une ou des émotions. C'est une question difficile à cause de la difficulté à définir les émotions et de la complexité du corps, mais il demeure qu'on peut enlever des glandes sans que cela fasse disparaitre les émotions; c'est beaucoup moins vrai quand on enlève le cerveau (particulièrement le diencéphale). Du Chazaud apporte un argument qui, s'il était vrai, appuierait une participation des HT dans les émotions:
"un hypo-thyroïdien ne peut enregistrer le langage. L'animal très jeune auquel on retire la thyroïde, ne peut enregistrer le moindre réflexe condi­tionné. L'animal adulte thyroïdectomisé (auquel on a enlevé la thy­roïde) perd peu à peu tous ses réflexes conditionnés et ne peut en acquérir d'autres."
Le problème est qu'il n'y a aucune référence et qu'on peut se demander qu'est-ce qui a été observé exactement. C'est d'autant plus un problème que du Chazaud prétend que les anencéphales ont des émotions parce qu'ils réagissent à la stimulation* ce qui montre qu'il n'est pas très prudent dans son interprétation des faits**. Donc je ne suis pas convaincu que son argument est vrai.
Ainsi...j’annonce, les influx électriques, indispensables aux fonctionnement de tout ce bordel, sont l'origine des émotions. :a2: Na !
On va pas tarder à en revenir à la MQ, là :D
Nicolas78 a écrit : 01 févr. 2019, 05:06HAHA :lol: L'hôpital qui se fou de la charité quoi :lol:
Vue la nature habituelle de ses interventions c'est plutôt le chien qui aboie après la caravane.

Jean-François

* "les bébés anencéphales ont aussi des émo­tions, des jeux de physionomie, un gazouillis (Albert Thomas)."
** Et ça me fait beaucoup penser à une amusante parodie d'article scientifique écrite par Georges Perec (Mise en évidence expérimentale d'une organisation tomatotopique chez la soprano (Cantatrix sopranica L.) (lien vers .pdf)), dans laquelle on trouve:
"A aucun moment les animaux [NdJF: des sopranos soumises à des chirurgies pas très régulières, mais anesthésiées] n'ont souffert, comme le démontre le fait qu'ils n'aient pas cessé de sourire tout au long de l'expérimentation."
“The more implausible the hypothesis — telepathy, aliens, homeopathy — the greater the chance that an exciting finding is a false alarm, no matter what the P value is.” (Nuzzo R (2014) Nature 506:150)

Avatar de l’utilisateur
unptitgab
Messages : 5015
Inscription : 14 janv. 2014, 06:59

Re: Le cerveau : à l'origine de nos émotions ?

#83

Message par unptitgab » 01 févr. 2019, 07:48

Bonjour Outsider.
Ma mère a connu une thyroïdesectomie totale, elle doit donc prendre des hormones de substitution à quantité égale tous les jours, comment expliquez vous que ses émotions ne soient pas égales tous les jours si la thyroïde est le siège des ëmotions.
"Quand elle devient « pure » de toute expérience sensorielle, la raison déraisonne. Elle prétend prouver l’existence de Dieu et l’immortalité de l’âme. Cette folie s’appelle métaphysique. Le métaphysicien est un savant fou. Il veut tout prouver, il ne montre que son insanité." Jean-Baptiste Botul

Avatar de l’utilisateur
Nicolas78
Messages : 11337
Inscription : 04 janv. 2013, 09:32

Re: Le cerveau : à l'origine de nos émotions ?

#84

Message par Nicolas78 » 01 févr. 2019, 08:28

Voyons unptigab...c'est simple...
Ta maman n'absorbe pas les médicaments tout les jours de la même manière selon ce qu'elle mange, sa fatigue, le moment exacte de la prise et des aliments qui l'accompagne (la prise de médoc)... Ce qui explique les variations... :P: Voila voila... :mrgreen:

PS : évidement, même si ce que je dit puisse être vrai, je ne pense pas que cela expliquerait entièrement la chose. Loin de la. Car en vrai j'en sais trop rien :mrgreen: C’était sur un ton semi-ironique, et pas à ton attention tu l'aura compris ;)

Outsider
Messages : 18
Inscription : 29 janv. 2019, 03:40

Re: Le cerveau : à l'origine de nos émotions ?

#85

Message par Outsider » 01 févr. 2019, 11:46

Jean-Francois a écrit : 30 janv. 2019, 11:35
décérébré ne veut pas dire privé de cerveau mais privé des hémisphère cérébraux. Ce n'est pas la même chose parce que enlever les hémisphères laisse encore beaucoup de matière encéphalique, dont le thalamus... qui est considéré comme assez central dans la genèse des émotions. Et tout dépendant de comment a été faite l'ablation, il peut rester des structures limbiques.
Ok, mais l’appareil de perception se trouve dans les régions corticales des hémisphères cérébraux ! ?

Outsider
Messages : 18
Inscription : 29 janv. 2019, 03:40

Re: Le cerveau : à l'origine de nos émotions ?

#86

Message par Outsider » 01 févr. 2019, 11:47

Nicolas78 a écrit : 30 janv. 2019, 11:44
On pourrait très bien partir du principe que l'origine d'une émotion est l'environement permettant de déclencher les stimulus.
Donc extérieur même au corps humain...
Sebass a écrit : 30 janv. 2019, 11:58
Donc oui, je crois qu'il y a nécessairement un élément extérieur (un stimulus) à l'origine de nos émotions.
Une hallucination est une perception sans objet : donc il y a une émotion (peur, excitation…) sans élément extérieur (stimulus)

Outsider
Messages : 18
Inscription : 29 janv. 2019, 03:40

Re: Le cerveau : à l'origine de nos émotions ?

#87

Message par Outsider » 01 févr. 2019, 11:48

Jean-Francois a écrit : 30 janv. 2019, 12:01
ce qui génère les émotions ce sont des réseaux cérébraux. Bien sûr l'activité de ces réseaux est induite plus ou moins directement par des sensations (externes aux cerveau mais elles peuvent être internes à l'organisme), mais cela ne change pas grand-chose au rôle fondamental joué par le cerveau.
Une émotion avant de pouvoir être qualifiée comme telle passe par d’abord par des extrémités nerveuses puis par la gaine de myéline « tube » nerveux, puis les ganglions cérébraux pour arriver enfin aux régions corticales des hémisphères cérébraux ou, comme elle a été enregistrée, grâce à l’intervention hormonale : elle sera stockée pour de nouveau se manifester si besoin (je fume : ça me calme ; si je veux me calmer : je fume)
Mais quel est le système qui permet ces opérations : le système hormonal avec comme première impulsion : la thyroxine.
Sans ces réseaux, il n'y a pas d'émotions mais des comportements plus simples, plus réflexes.
C’est probable, oui. Un bébé qui, de fait, n’a pas les réseaux cérébraux finis n’est pas en mesure de lire, écrire, marcher ; par contre une fois que ce réseau va s’étoffer, s’autonomiser et s’automatiser (grâce aux différentes hormones et notamment les hormones thyroïdiennes, surrénaliennes et hypophysaires) le cerveau va pouvoir opérer de manière de plus en plus perfectionnée

Avatar de l’utilisateur
LoutredeMer
Messages : 5972
Inscription : 30 juil. 2008, 17:34

Re: Le cerveau : à l'origine de nos émotions ?

#88

Message par LoutredeMer » 01 févr. 2019, 12:30

Outsider a écrit : 01 févr. 2019, 11:48 Une émotion avant de pouvoir être qualifiée comme telle passe par d’abord par des extrémités nerveuses puis par la gaine de myéline « tube » nerveux, puis les ganglions cérébraux pour arriver enfin aux régions corticales des hémisphères cérébraux ou, comme elle a été enregistrée, grâce à l’intervention hormonale : elle sera stockée pour de nouveau se manifester si besoin (je fume : ça me calme ; si je veux me calmer : je fume)
Mais quel est le système qui permet ces opérations : le système hormonal avec comme première impulsion : la thyroxine.
Oui mais enfin tu considères le cerveau comme un simple enregistreur, alors qu'il m'apparaît comme un processeur qui concrétise la perception en émotion : ce que tu décris n'aboutit sans l'aide du cerveau à aucun effet ressenti, aucune mise en forme d'une émotion. A mon avis.

Jean-Francois
Modérateur
Modérateur
Messages : 23599
Inscription : 03 sept. 2003, 02:39

Re: Le cerveau : à l'origine de nos émotions ?

#89

Message par Jean-Francois » 01 févr. 2019, 14:39

Bonjour Outsider: pour apprendre à faire des citations, vous pouvez lire ce message.
Outsider a écrit : 01 févr. 2019, 11:46
Jean-Francois a écrit : 30 janv. 2019, 11:35 Décérébré ne veut pas dire privé de cerveau mais privé des hémisphère cérébraux. Ce n'est pas la même chose parce que enlever les hémisphères laisse encore beaucoup de matière encéphalique, dont le thalamus... qui est considéré comme assez central dans la genèse des émotions. Et tout dépendant de comment a été faite l'ablation, il peut rester des structures limbiques.
Ok, mais l’appareil de perception se trouve dans les régions corticales des hémisphères cérébraux ! ?
Je ne comprends pas ce que veut dire "appareil de perception". Si vous voulez dire que la perception (i.e., la conscientisation) d'informations sensorielles ou d'émotions demande le cortex cérébral, c'est assez vrai. Mais les inputs sensoriels affectent de très nombreuses régions sous-corticales, dont le thalamus (qui possède des connexions avec l'hypothalamus). Les émotions n'ont pas besoin d'être conscientes pour être générées.
Outsider a écrit : 01 févr. 2019, 11:48Une émotion avant de pouvoir être qualifiée comme telle passe par d’abord par des extrémités nerveuses puis par la gaine de myéline « tube » nerveux [...]
Non, la seule chose qu'il y a entre les gaine de myéline sont des fibres nerveuses et ce qui passe dans ces fibres ce sont des influx nerveux (influx déclenchés par une stimulation des "extrémités" dans le cas des fibres sensorielles mais la réalité est plus complexe dans le système nerveux central). Si vous voulez vous renseigner un peu sur la neuro, vous pouvez fureter sur ce site. (Vu votre niveau, les manuels que je vous ai proposés ne vous aideraient pas.)

Une émotion est une forme de comportement induite par l'activité de plusieurs réseaux neuronaux qui agissent sur différentes cibles. C'est un processus, une activation de nombreux neurones, qui résulte en un ensemble de manifestation que l'on ressent (souvent mais pas toujours) et que d'autres peuvent percevoir. C'est l'ensemble de manifestations qu'on appelle une émotion. Une émotion n'est pas une chose, un "machin" plus ou moins matériel qui remonterait le long du système nerveux pour être stocké quelque part.
Mais quel est le système qui permet ces opérations : le système hormonal avec comme première impulsion : la thyroxine
Comme il n'y a pas de stockage d'émotion, la thyroxine ne peut favoriser ce stockage. Je lis pas mal de littérature sur le système nerveux mais ne me souviens pas d'avoir lu quelque part que la thyroxine est impliquée dans les émotions mais je ne peux évidemment pas tout lire. Avez-vous des références à des articles ou publications scientifiques? (Les allégations grand-publics de du Chazaud et consort ne comptent pas.)
par contre une fois que ce réseau va s’étoffer, s’autonomiser et s’automatiser (grâce aux différentes hormones et notamment les hormones thyroïdiennes, surrénaliennes et hypophysaires) le cerveau va pouvoir opérer de manière de plus en plus perfectionnée
Même si ces hormones peuvent favoriser la maturation du système nerveux, ce la ne fait pas automatiquement d'elles une composante essentielle du système qui génère les émotions.

Après tout l'oxygène, ou le glucose, ou le cholestérol sont aussi crucial pour la croissance et le fonctionnement du système nerveux: est-ce que ce sont des éléments du "générateur d'émotions" d'après vous?

Jean-François
“The more implausible the hypothesis — telepathy, aliens, homeopathy — the greater the chance that an exciting finding is a false alarm, no matter what the P value is.” (Nuzzo R (2014) Nature 506:150)

Outsider
Messages : 18
Inscription : 29 janv. 2019, 03:40

Re: Le cerveau : à l'origine de nos émotions ?

#90

Message par Outsider » 02 févr. 2019, 12:46

LoutredeMer a écrit : 01 févr. 2019, 12:30
Oui mais enfin tu considères le cerveau comme un simple enregistreur, alors qu'il m'apparaît comme un processeur qui concrétise la perception en émotion : ce que tu décris n'aboutit sans l'aide du cerveau à aucun effet ressenti, aucune mise en forme d'une émotion. A mon avis.
Non, pas simple enregistreur. Car il sera capable de restituer l'information via son "MoDem" l'hypophyse qui le "connecte" au processeur que sont nos hormones. Je ne connais pas bien l'informatique mais si le processeur est l'élément qui permet d'accélérer ou de faire ramer le disque dur : je pense que le processeur c'est le système hormonal. Les systèmes nerveux et endocrinien travaillent de concert mais celui qui "imprime" l'autre, via la thyroxine, c'est le système endocrinien.

Avatar de l’utilisateur
LoutredeMer
Messages : 5972
Inscription : 30 juil. 2008, 17:34

Re: Le cerveau : à l'origine de nos émotions ?

#91

Message par LoutredeMer » 02 févr. 2019, 13:14

Outsider a écrit : 02 févr. 2019, 12:46 Non, pas simple enregistreur. Car il sera capable de restituer l'information via son "MoDem" l'hypophyse qui le "connecte" au processeur que sont nos hormones. Je ne connais pas bien l'informatique mais si le processeur est l'élément qui permet d'accélérer ou de faire ramer le disque dur : je pense que le processeur c'est le système hormonal. Les systèmes nerveux et endocrinien travaillent de concert mais celui qui "imprime" l'autre, via la thyroxine, c'est le système endocrinien.
Pas d'accord. Ce que je veux dire (et je pense être en phase avec Jean-François, qui explique beaucoup mieux que moi), c'est que le cerveau traite, transforme et synthétise par différents processus les différents influx et informations transmis par le système endocrinien, les capteurs, ... pour en faire des émotions ressenties et conscientes.
Jean-françois a écrit :Une émotion est une forme de comportement induite par l'activité de plusieurs réseaux neuronaux qui agissent sur différentes cibles. C'est un processus, une activation de nombreux neurones, qui résulte en un ensemble de manifestation que l'on ressent (souvent mais pas toujours) et que d'autres peuvent percevoir. C'est l'ensemble de manifestations qu'on appelle une émotion.

Outsider
Messages : 18
Inscription : 29 janv. 2019, 03:40

Re: Le cerveau : à l'origine de nos émotions ?

#92

Message par Outsider » 02 févr. 2019, 13:21

unptitgab a écrit : 01 févr. 2019, 07:48
Ma mère a connu une thyroïdesectomie totale, elle doit donc prendre des hormones de substitution à quantité égale tous les jours, comment expliquez vous que ses émotions ne soient pas égales tous les jours si la thyroïde est le siège des ëmotions.
Bonsoir, l'hormone de substitution que prend votre mère est de la levothyroxine, très certainement : c'est l'hormone T4. Il faut savoir que la T4 est l'hormone de réserve sanguine elle est inactive et elle a besoin pour être "opérationnelle" d'être transformée en T3 qui est l'hormone active ; elle se transforme aussi en rT3 (la forme inactive de la T3). Pour que la T4 puisse se transformer en T3 : le corps a besoin de sélénium. En manque t-elle ? Il faut savoir que les hormones thyroïdiennes sont nécessaires à la synthèse et à la sécrétion des neurotransmetteurs tels la sérotonine, la noradrénaline et la dopamine. Un faible taux d'hormones induit une diminution de leur neurotransmission.
De plus, pour agir dans la cellule : les hormones thyroïdiennes doivent pénétrer dans le milieu intracellulaire et dans le noyau, via des récepteurs (membranaires et nucléaires).
Si les dérèglements hormonaux peuvent impliquer grands nombres de maux : ils n'expliquent pas tout à eux seuls. Il faut tenir compte de l'alimentation, du style de vie, etc. qui sont capables de "contrecarrer" la baisse ou l'excès de régime de notre production hormonale.
Et, le fait qu'elle est encore ses ovaires ou pas joue un rôle déterminant sur l'humeur !

Outsider
Messages : 18
Inscription : 29 janv. 2019, 03:40

Re: Le cerveau : à l'origine de nos émotions ?

#93

Message par Outsider » 02 févr. 2019, 13:27

LoutredeMer a écrit : 02 févr. 2019, 13:14
Pas d'accord. Ce que je veux dire (et je pense être en phase avec Jean-François, qui explique beaucoup mieux que moi), c'est que le cerveau traite, transforme et synthétise par différents processus les différents influx et informations transmis par le système endocrinien, les capteurs, ... pour en faire des émotions ressenties et conscientes.
Jean-françois a écrit :Une émotion est une forme de comportement induite par l'activité de plusieurs réseaux neuronaux qui agissent sur différentes cibles. C'est un processus, une activation de nombreux neurones, qui résulte en un ensemble de manifestation que l'on ressent (souvent mais pas toujours) et que d'autres peuvent percevoir. C'est l'ensemble de manifestations qu'on appelle une émotion.
Et, dites moi : comment sont activés ces réseaux ? Par l'opération du saint esprit ?
Débrancher votre lampe électrique : et appuyer sur l'interrupteur : y'a de la lumière ?

Avatar de l’utilisateur
LoutredeMer
Messages : 5972
Inscription : 30 juil. 2008, 17:34

Re: Le cerveau : à l'origine de nos émotions ?

#94

Message par LoutredeMer » 02 févr. 2019, 15:21

Outsider a écrit : 02 févr. 2019, 13:27 Et, dites moi : comment sont activés ces réseaux ? Par l'opération du saint esprit ?
Débrancher votre lampe électrique : et appuyer sur l'interrupteur : y'a de la lumière ?



L'émotion découle du fait d'appréhender consciemment une situation, de la comprendre, de l'interpréter. Ce que fait le cerveau et non une glande dépourvue de neurones et de connexions. A ce stade, c'est lui qui transmet l'info à la glande et non l'inverse et la glande concernée alimentera la réaction du cerveau et du corps. L'info de la colère, ou de la joie etc.

Sinon, pour illustrer, rien ne t'empêcherait de mettre une beigne à ton chéri qui te fait fougueusement un bisou d'amour si ton cerveau n'avait pas d'abord analysé le geste.

Dany
Messages : 2911
Inscription : 09 févr. 2004, 17:44

Re: Le cerveau : à l'origine de nos émotions ?

#95

Message par Dany » 02 févr. 2019, 15:43

Outsider a écrit :Il faut savoir que les hormones thyroïdiennes sont nécessaires à la synthèse et à la sécrétion des neurotransmetteurs tels la sérotonine, la noradrénaline et la dopamine
Non, les hormones thyroïdiennes ne sont pas nécessaires à la synthèse de la sérotonine, elle peuvent favoriser l'augmentation du taux de sérotonine dans le cerveau. Ce n'est pas pareil.

Pour la noradrénaline et la dopamine, c'est non et non. Ne pas confondre la thyroxine avec la tyrosine qui, elle, est effectivement à la base de la noradrénaline, de l'adrénaline, de la dopamine et également des hormones thyroïdiennes (T4 donc thyroxine et T3 donc triiodothyronine). Mais la tyrosine est un simple acide aminé, qui n'est pas du tout synthétisé par la thyroïde.

D'autre part, la thyroxine et la triiodothyronine, pour exister, ont besoin d'un polypeptide synthétisé par l'hypothalamus. Et c'est là que ça se complique pour toi. Parce que l'hypothalamus fait pour moitié partie du système nerveux est pour moitié partie du système endocrinien. C'est le pont entre ces deux systèmes, qui comportent de nombreuses boucles de rétroaction.
Dans certains cas c'est le système nerveux qui commande, dans d'autres ce sont les hormones. C'est donc difficile (et un peu vain, pour l'instant) d'essayer d'imposer l'un comme prédominant par rapport à l'autre au point de vue des émotions, comme de tout le reste. Je ne saisis toujours pas l'obsession de du Chazaud...
Dernière modification par Dany le 02 févr. 2019, 16:44, modifié 2 fois.

Dany
Messages : 2911
Inscription : 09 févr. 2004, 17:44

Re: Le cerveau : à l'origine de nos émotions ?

#96

Message par Dany » 02 févr. 2019, 16:34

LDM a écrit :L'émotion découle du fait d'appréhender consciemment une situation, de la comprendre, de l'interpréter. Ce que fait le cerveau et non une glande dépourvue de neurones et de connexions. A ce stade, c'est lui qui transmet l'info à la glande et non l'inverse et la glande concernée alimentera la réaction du cerveau et du corps. L'info de la colère, ou de la joie etc.

Oui, mais un dérèglement hormonal peut aussi exacerber certaines émotions particulières, ou même les créer sans aucun stimulus extérieur. Les deux systèmes, nerveux et hormonal, étant interdépendants et directeurs tour à tour, un déséquilibre glandulaire peut effectivement créer des angoisses, de la dépression,... sans causes apparentes.
Bon, c'est bien de souligner l'importance des hormones pour nos émotions et notre santé. C'est une importance peut être méconnue du public, mais pas du milieu scientifique. Donc, je ne sais toujours pas où Outsider voit un problème ?

Jean-Francois
Modérateur
Modérateur
Messages : 23599
Inscription : 03 sept. 2003, 02:39

Re: Le cerveau : à l'origine de nos émotions ?

#97

Message par Jean-Francois » 02 févr. 2019, 17:02

Outsider a écrit : 02 févr. 2019, 13:21c'est l'hormone T4. Il faut savoir que la T4 est l'hormone de réserve sanguine elle est inactive et elle a besoin pour être "opérationnelle" d'être transformée en T3 qui est l'hormone active ; elle se transforme aussi en rT3 (la forme inactive de la T3)
Les deux hormones sont actives mais la T3 est la forme la plus active. Le foie est un des organes qui joue un rôle important dans la transformation de T4 en T3.
Il faut savoir que les hormones thyroïdiennes sont nécessaires à la synthèse et à la sécrétion des neurotransmetteurs tels la sérotonine, la noradrénaline et la dopamine. Un faible taux d'hormones induit une diminution de leur neurotransmission
Allez-vous apporter des références scientifiques? Je vous en ai déjà demandées concernant l'implication de le thyroxine dans la genèse des émotions mais vous ne semblez pas en avoir trouvées.

Notez au passage que la thyroxine est le nom de la T4... vous dites ici qu'elle est inactive. Faudrait vous décider parce que si elle est inactive, elle ne joue pas de rôle dans les émotions.

Est-ce que vous continuez à croire que les émotions se stockent dans le cerveau comme la bile dans la vésicule biliaire?

Jean-François
“The more implausible the hypothesis — telepathy, aliens, homeopathy — the greater the chance that an exciting finding is a false alarm, no matter what the P value is.” (Nuzzo R (2014) Nature 506:150)

Jean-Francois
Modérateur
Modérateur
Messages : 23599
Inscription : 03 sept. 2003, 02:39

Re: Le cerveau : à l'origine de nos émotions ?

#98

Message par Jean-Francois » 02 févr. 2019, 17:14

Dany a écrit : 02 févr. 2019, 15:43Pour la noradrénaline et la dopamine, c'est non et non
Pour la synthèse de sérotonine non plus car celle-ci repose sut le tryptophane. Mais il y a un certain flou dans les propos de Outsider. Peut-être parce qu'elle rapporte quelque chose qu'elle a lu mais ne maitrise pas.
Je ne saisis toujours pas l'obsession de du Chazaud...
Il essaie peut-être de lancer sa "marque"? Pour ça, il faut se distinguer de la concurrence et prétendre que notre produit est le plusse meilleur, celui qui s'attaque à la Cause (la Vraie) du problème.

Jean-François
“The more implausible the hypothesis — telepathy, aliens, homeopathy — the greater the chance that an exciting finding is a false alarm, no matter what the P value is.” (Nuzzo R (2014) Nature 506:150)

Avatar de l’utilisateur
LoutredeMer
Messages : 5972
Inscription : 30 juil. 2008, 17:34

Re: Le cerveau : à l'origine de nos émotions ?

#99

Message par LoutredeMer » 02 févr. 2019, 17:25

Dany a écrit : 02 févr. 2019, 16:34 Oui, mais un dérèglement hormonal peut aussi exacerber certaines émotions particulières, ou même les créer sans aucun stimulus extérieur. Les deux systèmes, nerveux et hormonal, étant interdépendants et directeurs tour à tour, un déséquilibre glandulaire peut effectivement créer des angoisses, de la dépression,... sans causes apparentes.
D'accord avec ça. Cela m'apparaît comme une boucle action réaction de deux systèmes indissociables requiérant d'être équilibrés, les hormones jouant quand même plus un rôle de carburant pour un cerveau au rôle prépondérant.

Dany
Messages : 2911
Inscription : 09 févr. 2004, 17:44

Re: Le cerveau : à l'origine de nos émotions ?

#100

Message par Dany » 03 févr. 2019, 04:36

LDM a écrit : les hormones jouant quand même plus un rôle de carburant
Pas un rôle de carburant. Les hormones transmettent des messages, des indications, des informations et des ordres pour certains organes.
Pour nous, c'est un système de régulation interconnecté et comparable au système nerveux, sauf qu'il est plus lent. Il est aussi plus ancien et toujours mal connu (comme tout le reste, dans le fond). Pour les plantes c'est leur seul système de régulation.
Le vrai carburant de la cellule, c'est l'ATP (adénosine triphosphate), qui provient des glucides.
LDM a écrit :...pour un cerveau au rôle prépondérant.
Comme le système endocrinien est aussi vital que le cerveau, c'est au goût de chacun de trouver lequel est prépondérant. En ce qui concerne les émotions et leurs conséquences sur le corps entier, les deux sont liés. Communément, on dit que le cerveau est le "lieu" des émotions, mais c'est réducteur. Réhabiliter un peu les hormones, pourquoi pas...

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit