L'article noir de la psychanalyse.

Tout sur les sciences, que ce soit la chimie, la biologie, l'astronomie etc.
Avatar de l’utilisateur
spin-up
Modérateur
Modérateur
Messages : 4370
Inscription : 23 févr. 2012, 06:01

Re: L'article noir de la psychanalyse.

#76

Message par spin-up » 06 nov. 2019, 06:57

Jean-Francois a écrit :
06 nov. 2019, 06:53
Mirages a écrit :
05 nov. 2019, 21:14
Effectivement, supposer que le cerveau fonctionne en autarcie complète pour produire des effets est peut être trop absolutiste...
Ça n'est pas impossible - par exemple, des neurones de l'amygdale peuvent devenir plus susceptibles d'être actifs spontanément, un peu comme dans l'épilepsie. C'est juste que les explications peuvent être multiples.

Jean-François
Coincidence, je viens de tomber sur cet article sur l'anxiété
http://www.slate.fr/story/183783/sante- ... -cerebrale

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 7100
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: L'article noir de la psychanalyse.

#77

Message par Kraepelin » 06 nov. 2019, 07:15

Salut Spin
spin-up a écrit :
05 nov. 2019, 05:29
La psychanalyse est une pseudo-science. Je trouve trouve que c'est une calamité de baser des décisions de justice qui affectent profondément la vie des gens sur une pseudo-science.
Pour répondre à la plupart des questions adressées à un expert en psychiatrique, il faut une "carte géographique" du fonctionnement psychique. Ça s'appelle une "théorie de la personnalité". Tu connais une théorie de la personnalité un peu complète qui repose sur des bases scientifiques (au moins principalement)? Moi, non!

Les experts psychaitres qui ne répondent pas aux questions en fonction de théorie psychanalytique, contournent la dificulté en y allant de leur propre théorie personnelle qu'ils se sont bricolé eux-mêmes. Lorsqu'un psychiatre utilise la psychanalyse comme carte, on peut au moins connaitre les fondements de sa patente. Le bricoleur, il faut le croire sur parole.
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 7100
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: L'article noir de la psychanalyse.

#78

Message par Kraepelin » 06 nov. 2019, 07:18

LePsychoSophe a écrit :
05 nov. 2019, 06:56

Si Sophie Robert pense que "les enfants n'ont pas de désirs sexuels" ou d'intentions pour être plus précis, elle a un bagage en psychologie de l'enfant encore plus naze que le mien... Intention inconsciente... on en parle?
C'est certain! C'est pour ça notamment que je me demandais si vous partagiez ses idées naïves.
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 7100
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: L'article noir de la psychanalyse.

#79

Message par Kraepelin » 06 nov. 2019, 07:27

LePsychoSophe a écrit :
05 nov. 2019, 07:22
Si vous vous renseigner sur la théorie qui drive le travail des chercheurs/enquêteurs et enseignants à Quantico... vous verrez que la psychologie dynamique n'est pas en reste, loin de là.
+1
C'est vrai dans bien d'autres domaines.
LePsychoSophe a écrit :
05 nov. 2019, 07:22
Une psychanalyse dépoussiérée de ses oripeaux est bien plus sympa que celle que l'on se représente et que l'on nous sert trop souvent.
Souvent ceux qui critiquent la psychanalyse font valoire des exemples singuliers de zozos (parfois diplomés en psychatrie) qui se réclament de la psychanalyse, font reposer leurs jugements sur de vieux textes psychanalitiques pas à jour ou qui lui font dire n'importe quoi? Mais réduire la psychanalyse à ces zozoteries ne me semble pas juste. Ce serait comme de réduire la physique quantique à ce qu'en dit Gatti et le génie civile à des erreurs grossières dans la confection de viaducs qui sont tombés ...
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

thewild
Messages : 1870
Inscription : 09 août 2016, 10:43

Re: L'article noir de la psychanalyse.

#80

Message par thewild » 06 nov. 2019, 07:43

Kraepelin a écrit :
06 nov. 2019, 07:15
Les experts psychaitres qui ne répondent pas aux questions en fonction de théorie psychanalytique, contournent la dificulté en y allant de leur propre théorie personnelle qu'ils se sont bricolé eux-mêmes. Lorsqu'un psychiatre utilise la psychanalyse comme carte, on peut au moins connaitre les fondements de sa patente. Le bricoleur, il faut le croire sur parole.
Celui qui se base sur la psychanalyse aussi, il faut le croire sur parole.
Ou plutôt il faut croire Freud et Lacan sur parole, les psychanalyste ne font que se reposer sur leur autorité.
Entre une théorie personnelle bricolée dont on ne sait rien et une théorie connue et partagée mais dont on sait qu'elle est en grande partie fumeuse, c'est choisir entre la peste et le choléra.
Non, il n'existe effectivement pas de théorie de la personnalité solide, objective et factuelle. Mais donner du crédit à la psychanalyse sous prétexte qu'il n'y aurait rien d'autre c'est aberrant.

Il me semble cependant après avoir écouté l'entretien entre Mr.Sam et Sophie Robert que le problème existe surtout en France, où les psychanalystes semblent faire partie d'une religion dont Freud et Lacan seraient les dieux. Sophie Robert répète à plusieurs reprise que dans les pays anglo-saxons la psychanalyse et bien moins délirante qu'en France. Elle n'est cependant pas plus scientifique.
"Assurons nous bien du fait, avant de nous inquiéter de la cause." Bernard Le Bouyer de Fontenelle

"Plus un fait est extraordinaire, plus il a besoin d'être appuyé de fortes preuves." Pierre Simon Laplace

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 7100
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: L'article noir de la psychanalyse.

#81

Message par Kraepelin » 06 nov. 2019, 07:56

spin-up a écrit :
05 nov. 2019, 07:40
LePsychoSophe a écrit :
05 nov. 2019, 06:56
J'ai vu des Pr de psychiatrie... Dont la lecture peut être psychanalytique. Que vous parliez d'un pervers ou d'un psychopathe? quelle différence devant une cours d'assise ou autre? Il y va de la conscience et de la délibération de l'acte... pour la justice.
Selon cette logique, autant remplacer les psychanalystes par des patrons de bistrot: il sont pas scientifiques et ils connaissent bien les gens.
Qu'on parle d'un pervers ou d'un enfoiré, quelle différence devant une cour d'assise?
Je ne connais pas la cours d'assise française, mais au Québec les tribuneaux reconnaissent comme "experts" des personnes qui n'ont aucune formation scientifique simplement parce qu'ils pratique dans un domaine où ils sont experts (par ce que c'est leur métier): par exemples, un mécanicien expert, un inspecteur en batiment expert, etc.

spin-up a écrit :
05 nov. 2019, 07:40
Sais tu qu'en France des tribunaux valident le placement forcé d'enfants autistes sur la base des theories physchanalytiques imputant la responsabilité à la relation maternelle?
:a7:
Hummmmmmm! Je suis plus que surpris! Tu as des sources récentes pour documenter cette affirmation?

Je savais que les français étaient arrièrés dans certains domaines, mais en ce qui regarde l'autisme j'étais persuadé que les psychaitres avaient tous appris depuis longtemps que le problème était "neurologique". Quoi qu'il en soit, ce n'est pas parce qu'un psychiatre psychanalyste n'a pas fait de formation continue depuis ... 30 ans ... que ça change le fond de la discussion. Des médecins spécialistes qui s'assoient sur leurs lauriers et qui ne se mettrent pas la jour, il y en a dans toutes les écoles de pensée en psychaitrie.
spin-up a écrit :
05 nov. 2019, 07:40
Ne crois tu pas qu'une approche plus au fait des connaissances scientifiques ameliorerait le sort des gens vivant ces situations?
Absolument! Pour moi, ca ne fais pas de doute. Et chaque fois qu'il y a mieux que nos théories (la psychanalyse n'est pas la seule théories péculative qui coure en psychiatrie) reposant sur la seule expérience clinique, je deviens preneur. Mais en 2019, il n'y a toujours pas de théorie de la personnalité générale meilleure que la psychanalyse. Celles qui lui font la meilleur concurance et qui ont un pase empirique mieux documentées, se font irroniquement reprocher de trop lui resembler ... :a4:
spin-up a écrit :
05 nov. 2019, 07:40
(LePsychoSophe) Tu as posté un tribune signée non pas par Sophie Robert mais par une soixantaine de psychologue et psychiaytres,
Et voici la citation exacte:
"Nous refusons que soient instrumentalisées la psychiatrie et la psychologie pour légitimer des dogmes aussi néfastes que prêter des intentions sexuelles aux bébés, prétendre qu’un enfant puisse être consentant à un inceste ou un rapport sexuel avec un adulte, affirmer que tout rapport sexuel serait du registre de la perversion et du rapport de force, prétendre qu’un crime sexuel n’aurait pas de conséquence grave sur sa victime, et déresponsabiliser les auteurs de violences sexuelles."
Est LePsychosophe n'était pas d'accord avec ça?

Quoi qu'il en soit, la psychalyse n'a JAMAIS LÉGITIMÉ LES ABUS SEXUELLES D'ENFANTS, même pas un petit peu, et prétendre le contraire relève de la mauvaise fois ou de l'ignorance crasse.
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 7100
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: L'article noir de la psychanalyse.

#82

Message par Kraepelin » 06 nov. 2019, 08:02

LePsychoSophe a écrit :
05 nov. 2019, 09:13

Une pseudo-science n'en fait pas un objet à bannir pour autant. La médecine est une pseudo-science aussi. Ne confondez pas pseudo-science et pseudo-science. L'homéopathie n'a pas le même niveau de pseudo-science que la psychanalyse.
Il faut alors utiliser d'autres termes que "pseudosience" qui a une conotation péjorative. Il faut parler de théorie préscientifique, de théories empirique (au sens primaire du terme).
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
spin-up
Modérateur
Modérateur
Messages : 4370
Inscription : 23 févr. 2012, 06:01

Re: L'article noir de la psychanalyse.

#83

Message par spin-up » 06 nov. 2019, 08:03

Kraepelin a écrit :
06 nov. 2019, 07:15
Pour répondre à la plupart des questions adressées à un expert en psychiatrique, il faut une "carte géographique" du fonctionnement psychique. Ça s'appelle une "théorie de la personnalité". Tu connais une théorie de la personnalité un peu complète qui repose sur des bases scientifiques (au moins principalement)? Moi, non!
Je ne suis pas sur d'etre d'accord avec ta prémisse.
Et carrément dubitatif a l'idée d'utiliser une "theorie de la personnalité" qui contient autant de dogmes que la psychanalyse.

Kraepelin a écrit :
06 nov. 2019, 07:27
Souvent ceux qui critiquent la psychanalyse font valoire des exemples singuliers de zozos (parfois diplomés en psychatrie) qui se réclament de la psychanalyse, font reposer leurs jugements sur de vieux textes psychanalitiques pas à jour ou qui lui font dire n'importe quoi? Mais réduire la psychanalyse à ces zozoteries ne me semble pas juste. Ce serait comme de réduire la physique quantique à ce qu'en dit Gatti et le génie civile à des erreurs grossières dans la confection de viaducs qui sont tombés ...
Excuyse, mais parler un texte de psychanalyse "pas a jour", pour moi c'est du meme acabit qu'un manuel d'homeopathie "pas a jour".
La psychanalyse n'a pas de composante experiementale (puisqu'elle n'est pas une theorie scientifique), je vois difficlement comment elle pourrait s emettre a jour.

Et comme pour l'homeopathie, les défenseurs trouvent la crtique injuste et mal informée mais il est quasi impossible de trouver des informations claires.
Comme pour l'homeopathie, les derives ne sont que le fait des "mauvais homéopathes". Mais on ne sait pas ce que font les "bons homéopathes".
Comme pour l'homeopathie, elle fait appel à un concept qui la rend infalsifiable (l'inconscient).

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 7100
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: L'article noir de la psychanalyse.

#84

Message par Kraepelin » 06 nov. 2019, 08:09

thewild a écrit :
06 nov. 2019, 07:43
Non, il n'existe effectivement pas de théorie de la personnalité solide, objective et factuelle. Mais donner du crédit à la psychanalyse sous prétexte qu'il n'y aurait rien d'autre c'est aberrant.
Non, c'est pragmatique! Il y a des gens qui souffrent maintenant et il faut les aider.
thewild a écrit :
06 nov. 2019, 07:43
Il me semble cependant après avoir écouté l'entretien entre Mr.Sam et Sophie Robert que le problème existe surtout en France, où les psychanalystes semblent faire partie d'une religion dont Freud et Lacan seraient les dieux. Sophie Robert répète à plusieurs reprise que dans les pays anglo-saxons la psychanalyse et bien moins délirante qu'en France.
+1
thewild a écrit :
06 nov. 2019, 07:43
Elle n'est cependant pas plus scientifique.
Au sens de Karl Popper ou de Carl Gustav Hempel, non!
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 1212
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: L'article noir de la psychanalyse.

#85

Message par DictionnairErroné » 06 nov. 2019, 08:32

spin-up a écrit :
06 nov. 2019, 03:23
Dans les deux cas, ce n'est pas une guérison. Et dans le cas de l'anxiété généralisée, il n'y a pas de situation évitable,
Disons que dans les deux cas les maux disparaissent. Je ne parlais pas d'anxiété généralisée, vous esquivez.
Kossé ça, i fa ben frette! Kossé kiss passe?

thewild
Messages : 1870
Inscription : 09 août 2016, 10:43

Re: L'article noir de la psychanalyse.

#86

Message par thewild » 06 nov. 2019, 08:34

Kraepelin a écrit :
06 nov. 2019, 08:09
thewild a écrit :
06 nov. 2019, 07:43
Non, il n'existe effectivement pas de théorie de la personnalité solide, objective et factuelle. Mais donner du crédit à la psychanalyse sous prétexte qu'il n'y aurait rien d'autre c'est aberrant.
Non, c'est pragmatique! Il y a des gens qui souffrent maintenant et il faut les aider.
Les aide-t-on seulement ? Sans étude scientifique permettant de l'affirmer ou de l'infirmer, on n'en sait rien.
Sophie Robert va plus loin, elle affirme que la psychanalyse détruit des patients.

thewild a écrit :
06 nov. 2019, 07:43
Elle n'est cependant pas plus scientifique.
Au sens de Karl Popper ou de Carl Gustav Hempel, non!
Existe-t-il en sens dans lequel elle le serait alors ? Il n'y a ni universalité, ni objectivité, ni reproductibilité...
Quand on parle de science, on parle au minimum de connaissances. Quels sont les connaissances qui feraient consensus et qui formeraient la science psychanalytique ?

Kraepelin a écrit :
06 nov. 2019, 07:56
prétendre qu’un enfant puisse être consentant à un inceste ou un rapport sexuel avec un adulte
Quoi qu'il en soit, la psychalyse n'a JAMAIS LÉGITIMÉ LES ABUS SEXUELLES D'ENFANTS, même pas un petit peu, et prétendre le contraire relève de la mauvaise fois ou de l'ignorance crasse.
Si la psychanalyse était une science, on pourrait effectivement s'en assurer... ou au contraire confirmer qu'elle prétend bien que les enfants peuvent consentir à l'inceste. Comme ce n'en est pas une...

Par contre, des psychanalystes prétendant ces choses, il y en a ! C'est une certitude !

Petit florilège, par la grande Françoise Dolto en personne, interviewée en 1979 par la revue "Choisir". J'ai choisi cet exemple car il est fameux, mais il y en a bien d'autres. Voir le documentaire "le mur" par Sophie Robert par exemple.
Pour rappel : la personne qui tient ces propos est psychanalyste, elle reçoit des enfants ayant subit des viols voir des viols incestueux en consultation !

Image

Moi, ça me laisse sans voix...
Des psychanalystes véhiculant ces idées là et s'en servant de base pour leurs consultations, il y en a encore, et ils ne sont pas des exceptions.
Dernière modification par thewild le 06 nov. 2019, 08:35, modifié 1 fois.
"Assurons nous bien du fait, avant de nous inquiéter de la cause." Bernard Le Bouyer de Fontenelle

"Plus un fait est extraordinaire, plus il a besoin d'être appuyé de fortes preuves." Pierre Simon Laplace

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 7100
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: L'article noir de la psychanalyse.

#87

Message par Kraepelin » 06 nov. 2019, 08:35

spin-up a écrit :
06 nov. 2019, 08:03
Et carrément dubitatif a l'idée d'utiliser une "theorie de la personnalité" qui contient autant de dogmes que la psychanalyse.
Euuuu! Oui et non! Il y a des gens qui ont une relation quasi-religieuse avec la psychanalyse et qui défendent certaines hypothèses comme s'il s'agissaient de "dogmes". Des gens comme ça, il y en a dans d'autres domaines. On les appellent les "dogmatiques", non?

Ce n'était pas le cas de Freud ni des psychiatres-psychanlystes sérieux. Pour les professionnels qui soignent les malades, une théorie clinique (tu dis pseudoscience) n'est jamais qu'un "EN ATTENDANT MIEUX". En 30 ans d'expérience, j'ai vue la psychalyse se faire doubler par "mieux" dans certains secteurs(1). Comme elle n'évolue plus beaucoup depuis 30 ans, on peut penser qu'il n'en restera plus grand chose dans 30 autres années. Mais là nous somme en 2019, pas en 2049... :a4:
spin-up a écrit :
06 nov. 2019, 08:03
Kraepelin a écrit :
06 nov. 2019, 07:27
Souvent ceux qui critiquent la psychanalyse font valoire des exemples singuliers de zozos (parfois diplomés en psychatrie) qui se réclament de la psychanalyse, font reposer leurs jugements sur de vieux textes psychanalitiques pas à jour ou qui lui font dire n'importe quoi? Mais réduire la psychanalyse à ces zozoteries ne me semble pas juste. Ce serait comme de réduire la physique quantique à ce qu'en dit Gatti et le génie civile à des erreurs grossières dans la confection de viaducs qui sont tombés ...
Excuyse, mais parler un texte de psychanalyse "pas a jour", pour moi c'est du meme acabit qu'un manuel d'homeopathie "pas a jour".
La psychanalyse n'a pas de composante experiementale (puisqu'elle n'est pas une theorie scientifique), je vois difficlement comment elle pourrait s emettre a jour.
C'est parce que tu vois la psychanalyse comme une église en vase clos. Ce n'est vrai que pour les zozos dogmatiques dont nous parlions plus haute. La psychalyse est une théorie spéculative reposant sur des observations cliniques (biens réelles), mais les cliniciens ne sont pas "obligés" de se conduire comme des cons et de fermer les yeux aux découvertes des neurosciences. Et si une découverte (pas nécessirement expérimentale, mais mieux fondée empiriquement) intéressante et instructive survient, c'est qui le con qui va fermer les yeux?
spin-up a écrit :
06 nov. 2019, 08:03
... les défenseurs trouvent la crtique injuste et mal informée mais il est quasi impossible de trouver des informations claires.
Oui, probablement, surtout pour quelqu'un qui n'est pas du domaine. Moi c'est le modèle standard en physioque que je ne trouive pas clair et il m'est impossible de trouver des inform,ations claires ...
spin-up a écrit :
06 nov. 2019, 08:03
Comme pour l'homeopathie, les derives ne sont que le fait des "mauvais homéopathes". Mais on ne sait pas ce que font les "bons homéopathes".
Comme pour l'homeopathie, elle fait appel à un concept qui la rend infalsifiable (l'inconscient).
Nous avons des critères fiables pour prouver que les dilutions homéopathiques sont généralement submoléculaires, Nous avons des crit;eres fiables pour établire si un remède fait mieux que le placebo. Dans un univers sceptique, c'est suffisant pour régler son compte à l'homéopathie. POur la psychalyse c'est ;a mon avis plus complexe.


(1) Moi-même, je suis passé à d'autres approches plus spécifiques au cour de ma carrière.
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 1212
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: L'article noir de la psychanalyse.

#88

Message par DictionnairErroné » 06 nov. 2019, 08:44

unptitgab a écrit :
06 nov. 2019, 02:53
mais par un miracle étrange les maladies psychiatriques ne seraient pas causé par un cerveau disfonctionnel et du blabla pourrait corriger tout ça ?
Le blabla est un outil d'échange et de compréhension à défaut de comprendre l'activité cérébrale par imagerie neuronique synaptique...
Kossé ça, i fa ben frette! Kossé kiss passe?

Avatar de l’utilisateur
Etienne Beauman
Messages : 4523
Inscription : 20 févr. 2011, 12:59

Re: L'article noir de la psychanalyse.

#89

Message par Etienne Beauman » 06 nov. 2019, 08:58

spin-up a écrit :
05 nov. 2019, 07:40
Sais tu qu'en France des tribunaux valident le placement forcé d'enfants autistes sur la base des theories physchanalytiques imputant la responsabilité à la relation maternelle?
:a7:
Hummmmmmm! Je suis plus que surpris!

Tu étais déjà surpris il y a 8 ans.
Faudrait voir à te mettre à jour ;)
Au royaume des cyclopes, les borgnes sont aveugles.
Is this a discussion?

Avatar de l’utilisateur
spin-up
Modérateur
Modérateur
Messages : 4370
Inscription : 23 févr. 2012, 06:01

Re: L'article noir de la psychanalyse.

#90

Message par spin-up » 06 nov. 2019, 08:59

Kraepelin a écrit :
06 nov. 2019, 07:56
:a7:
Hummmmmmm! Je suis plus que surpris! Tu as des sources récentes pour documenter cette affirmation?
Je comprends que ce doit difficile a croire vu du Canada, mais oui:

https://www.ladepeche.fr/article/2017/0 ... e-ase.html

https://www.francetvinfo.fr/societe/edu ... 37969.html

https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Rachel

https://www.lemonde.fr/societe/article/ ... _3224.html


Kraepelin a écrit :
06 nov. 2019, 07:56
Je savais que les français étaient arrièrés dans certains domaines, mais en ce qui regarde l'autisme j'étais persuadé que les psychaitres avaient tous appris depuis longtemps que le problème était "neurologique". Quoi qu'il en soit, ce n'est pas parce qu'un psychiatre psychanalyste n'a pas fait de formation continue depuis ... 30 ans ... que ça change le fond de la discussion. Des médecins spécialistes qui s'assoient sur leurs lauriers et qui ne se mettrent pas la jour, il y en a dans toutes les écoles de pensée en psychaitrie.
J'ai trouvé (sans pretendre qu'il soit representatif) cet exemple de texte d'un psychiatre francais, c'est assez edifiant:
http://www.inventionpsychanalyse.com/autisme.php

Ses propos sont en ligne avec les interviews d'autres psychiatres du documentaire "le Mur" (quoi que tu en penses). Donc ce n'est pas non plus un cas isolé.

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 7100
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: L'article noir de la psychanalyse.

#91

Message par Kraepelin » 06 nov. 2019, 09:00

thewild a écrit :
06 nov. 2019, 08:34
Kraepelin a écrit :
06 nov. 2019, 08:09
thewild a écrit :
06 nov. 2019, 07:43
Non, il n'existe effectivement pas de théorie de la personnalité solide, objective et factuelle. Mais donner du crédit à la psychanalyse sous prétexte qu'il n'y aurait rien d'autre c'est aberrant.
Non, c'est pragmatique! Il y a des gens qui souffrent maintenant et il faut les aider.
Les aide-t-on seulement ? Sans étude scientifique permettant de l'affirmer ou de l'infirmer, on n'en sait rien.
B'en, c'est parce que des études cliniques vérifiant l'efficacité de la psychanalyse, il y en a. L'Ordre des psychologues du Québec nous fait régulièrement parvenir des revues de littérature sur la question de l'efficacité des psychothérapies. Il y a quelques années votre CERN français a publié un rapport sur l'efficacité des principales approches psychothérapeutiques et la psychalyse n'y a pas été dessandu en flames.
thewild a écrit :
06 nov. 2019, 08:34
Sophie Robert va plus loin, elle affirme que la psychanalyse détruit des patients.
Euuuu ... Madame Robert est pas trop une experte. C'est pas faux de dire que la psychalyse nuis (parfois) à des patients. C'est le cas de toutes les sortes de psychothérapies. Croyais-tu vraiment que les échecs thérapeutiqueça n'existait que pour les chirurgies cardiaques?
thewild a écrit :
06 nov. 2019, 08:34
Existe-t-il en sens dans lequel elle le serait alors ? Il n'y a ni universalité, ni objectivité, ni reproductibilité...
Quand on parle de science, on parle au minimum de connaissances. Quels sont les connaissances qui feraient consensus et qui formeraient la science psychanalytique ?
Sur ce forum, nous utilisons le terme "science" pour parler de la "science expérimentale" avec sa méthode objective, sa reproductibilité, parce que c'est ce qui qui fait consensus entre nous. Il faut cependant constater, premièrement, que tous les objects de recherches ne se prêtent pas aussi bien à l'expérimentation. Les objects des sciences humaines en sont de bons exemples, mais mêm etologie ou l'astronomie ne se prêtent pas très souvent à des expériemntations reproductibles. Il faut aussi constater, deuxièmement, que la science expérimentale n'est pas apparue,POUF, soudainnement comme une chose fini. Bien des champs de recherches sérieux ont commencé comme des champs spéculatifs ne reposant que sur des observations pas toujours bien systématisées.
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 7100
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: L'article noir de la psychanalyse.

#92

Message par Kraepelin » 06 nov. 2019, 09:11

spin-up a écrit :
06 nov. 2019, 08:59

J'ai trouvé (sans pretendre qu'il soit representatif) cet exemple de texte d'un psychiatre francais, c'est assez edifiant:
http://www.inventionpsychanalyse.com/autisme.php
La France est aussi le pays où il y a le plus de médecins homéopathes. :(
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 1212
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: L'article noir de la psychanalyse.

#93

Message par DictionnairErroné » 06 nov. 2019, 09:37

Les zozos exigent des preuves scientifiques que la psychothérapie et la psychanalyse donnent des résultats, mais sont incapables de suggérer ou de démontrer une méthode scientifique pour l'étude de l'esprit qui les satisferait. Il serait intéressant de psychanalyser ce blocage.

Je ne sais pas ce qui se passe en France, mais définitivement vous avez besoin d'une psychothérapie de groupe sous la supervision de psychiatres québécoises.
Kossé ça, i fa ben frette! Kossé kiss passe?

Avatar de l’utilisateur
LoutredeMer
Messages : 5026
Inscription : 30 juil. 2008, 17:34

Re: L'article noir de la psychanalyse.

#94

Message par LoutredeMer » 06 nov. 2019, 10:39

Dash a écrit :
06 nov. 2019, 05:21
unptitgab a écrit :
06 nov. 2019, 02:53
Le diabète est causé par un pancréas disfonctionnel, la surdité centrale est causé par un disfontionnement cérébral, mais par un miracle étrange les maladies psychiatriques ne seraient pas causé par un cerveau disfonctionnel et du blabla pourrait corriger tout ça ?
Mauvais raisonnement àma. Sinon l'on ne pourrait pas influencer et encore moins endoctriner avec du blabla. Le problème c'est que c'est possible et pas juste sur des cerveaux "malades".

L'esprit, la conscience, ce qui résulte et émerge du cerveau, peut, jusqu'à une certaine limite, être influencé par du blabla. (...)
Les fanatiques et les gourous parviennent pas juste à endoctriner des individus en détresse psychologique même si ces derniers sont des "cibles plus facile".

Bref, tout n'est pas causé que par un dysfonctionnement "hardware"/le cerveau.
Absolument d'accord avec ça. Un fanatique habile peut retourner la tête d'à peu près n'importe qui.

Cela dit, je ne pense pas qu'on puisse appliquer cela à toutes les maladies mentales (généraliser).

Avatar de l’utilisateur
Dash
Messages : 3868
Inscription : 06 mai 2009, 08:40

Re: L'article noir de la psychanalyse.

#95

Message par Dash » 06 nov. 2019, 11:14

LoutredeMer a écrit :
06 nov. 2019, 10:39
Cela dit, je ne pense pas qu'on puisse appliquer cela à toutes les maladies mentales (généraliser).
Naturellement!

J’voulais juste souligner que tout n’était pas toujours et systématiquement attribuable à une lésion, un dérèglement hormonal, un dysfonctionnement de telle ou telle partie/fonction du cerveau.

Il y a bel et bien une couche « logiciel » (lignes de code) ou des principes, des valeurs, des idées, des produits de raisonnements et d'anticipations se confrontent dans notre esprit et où, parfois la seule combinaison de certaines provoque crainte, peur, malaise, etc. Une personne focalisant sur ces dernières peut sans doute devenir anxieuse à cause de ça, entre autres. Alors que pour une autre, la cause sera surtout un dérèglement (JF évoque l’amygdale).

Bien-sûr, au final, le cerveau opère tjrs. Et les « lignes de code » sont bel et bien écrite dans le cerveau, mais ce que je veux dire, c’est que si (exemple extrême) le parrain de la mafia me dit que mes jours son compté, peu importe qu’un de mes organes secrète ceci ou cela par la suite, ce qui provoque la crise d’anxiété dans ce cas, le « point de départ » de cette crise, ce n’est pas un dérèglement du cerveau, mais l’anticipation qu’un mec puissant veut me tuer. C’est « du code », de l’information, du raisonnement, de l'anticipation, du « software ».
Penser savoir est une chose, savoir penser en est une autre !

Avatar de l’utilisateur
LoutredeMer
Messages : 5026
Inscription : 30 juil. 2008, 17:34

Re: L'article noir de la psychanalyse.

#96

Message par LoutredeMer » 06 nov. 2019, 11:33

Dash a écrit :
06 nov. 2019, 11:14
Une personne focalisant sur ces dernières peut sans doute devenir anxieuse à cause de ça, entre autres. Alors que pour une autre, la cause sera surtout un dérèglement (JF évoque l’amygdale).
Oui. Voir aussi l'article donné par Spin-Up et cet autre article cité sur la page.

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 1212
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: L'article noir de la psychanalyse.

#97

Message par DictionnairErroné » 06 nov. 2019, 11:38

Dash a écrit :
06 nov. 2019, 11:14
J’voulais juste souligner que tout n’était pas toujours et systématiquement attribuable à une lésion, un dérèglement hormonal, un dysfonctionnement de telle ou telle partie/fonction du cerveau.
Justement, parlons-nous toujours de maladie lorsqu'il est question psychanalyse ou de psychothérapie? Non et c'est là que les zozos errent ici.

Par exemple, un mal de dos causé par l'usure des vertèbres est-il une maladie? Non, pourtant il existe des traitements pour ces cas. Pouvons-nous soulager la douleur avec des traitements ou l'éliminer complètement? Oui. Pourquoi en serait-il autrement avec l'esprit qui lui aussi est biologique ?
Kossé ça, i fa ben frette! Kossé kiss passe?

Avatar de l’utilisateur
LoutredeMer
Messages : 5026
Inscription : 30 juil. 2008, 17:34

Re: L'article noir de la psychanalyse.

#98

Message par LoutredeMer » 06 nov. 2019, 11:44

DictionnairErroné a écrit :
06 nov. 2019, 11:38
Dash a écrit :
06 nov. 2019, 11:14
J’voulais juste souligner que tout n’était pas toujours et systématiquement attribuable à une lésion, un dérèglement hormonal, un dysfonctionnement de telle ou telle partie/fonction du cerveau.
Justement, parlons-nous toujours de maladie lorsqu'il est question psychanalyse ou de psychothérapie? Non (...)
On est d'accord. Il faut distinguer maladie mentale, et traumatismes à répétition qui peuvent mener à des comportements ressemblant à une maladie mentale.

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 1212
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: L'article noir de la psychanalyse.

#99

Message par DictionnairErroné » 06 nov. 2019, 13:17

DictionnairErroné a écrit :
06 nov. 2019, 11:38
Justement, parlons-nous toujours de maladie lorsqu'il est question psychanalyse ou de psychothérapie? Non et c'est là que les zozos errent ici.

Par exemple, un mal de dos causé par l'usure des vertèbres est-il une maladie? Non, pourtant il existe des traitements pour ces cas. Pouvons-nous soulager la douleur avec des traitements ou l'éliminer complètement? Oui. Pourquoi en serait-il autrement avec l'esprit qui lui aussi est biologique ?
Mais les zozos vont répondre que le blabla n'est pas un traitement utile à l'esprit puisque ce n'est pas démontré scientifiquement selon eux.
:grimace:
Kossé ça, i fa ben frette! Kossé kiss passe?

Avatar de l’utilisateur
LePsychoSophe
Messages : 1209
Inscription : 19 sept. 2017, 11:34

#100

Message par LePsychoSophe » 06 nov. 2019, 13:31

Etienne Beauman a écrit :
05 nov. 2019, 14:07

Penses tu que la théorie du complexe d'Œdipe est valide ?
Penses tu que le concept de "mère pathogène" est pertinent dans le diagnostic d'enfant ayant des troubles psychiques ?
Si je m'en remets aux lectures scientifiques... Le complexe d'Oedipe a été invalidé. Mais, il y a bien des modes relationnels particuliers qui s'élaborent entre les membres de la famille notamment la triangulation papa-maman-enfant.
Dans ce cercle se met en place des attitudes, des EMOTIONS, des paroles... qui génèrent des schémas mentaux cognitivo-émotivo-comportementaux que l'on regrouper en catégories. Ces traits définis fondent le MENTAL humain et ses critères propres à chacun.
La soupe émotionnelle peut-être bien ou mal gérée et rester ou non stable.

Mère pathogène? Non, modes relationnels fragilisants, oui.
"ἕν οἶδα ὅτι οὐδὲν οἶδα" Σωκράτης

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit