La réalité, est-elle une hallucination collective?

Tout sur les sciences, que ce soit la chimie, la biologie, l'astronomie etc.
Avatar de l’utilisateur
ABC
Messages : 1636
Inscription : 11 mai 2014, 14:37

Re: La réalité, est-elle une hallucination collective?

#151

Message par ABC » 21 déc. 2019, 16:37

ABC a écrit : 20 déc. 2019, 06:04Ce modèle ne peut être proche de la réalité car le modèle ne modélise pas la réalité, mais nos observations. Une observation de la réalité n'est pas une information sur la "réalité", mais une information sur notre interaction avec la réalité.

La MQ est un modèle prévisionnel de résultats d'interaction avec la réalité. Sa validité se juge par la fiabilité et la précision des prédictions que permet ce modèle et non par sa ressemblance avec la "réalité" puisque l'on a exclusivement accès à ce que l'on observe et que c'est cela que l'on modélise.
jean7 a écrit : 21 déc. 2019, 15:43Existe-t-il une approche théorique pour quantifier la réalité hors de nos interactions ?
La seule propriété que possède, en propre, la réalité est celle de son existence. La question s'écrit donc : existe-t-il une approche théorique pour "quantifier" l'existence de la réalité (1 si elle existe 0 si elle n'existe pas donc) hors de nos interactions avec elle ? Je ne vois pas.

Toute propriété attribuée (indument) à la réalité caractérise en fait notre interaction avec la réalité. Comment quantifier les propriétés "de la réalité", c'est à dire, plus correctement, les propriétés de notre interaction avec la réalité, sans interaction avec la réalité (puis exploitation des modèles prédictifs que nous tirons des observations obtenues grâce à ces interactions) ? Je ne vois pas.
jean7 a écrit : 21 déc. 2019, 15:43On peut supposer qu'elle existe car sinon aucune nouvelle interaction ne serait possible...
Je ne vois pas de raison à ce qu'aucune nouvelle interaction ne soit possible.
jean7 a écrit : 21 déc. 2019, 15:43Mais la part de ce qui potentiellement pourrait un jour ou l'autre interagir avec nous est-elle conséquente ou homéopathique ?
Si on se fie au bond en avant absolument prodigieux qui s'est déjà produit en l'espace de 3 petits siècles, on peut supposer (sans toutefois en avoir la certitude absolue) que les nouvelles possibilités d'interagir avec la réalité via de nouveaux moyens technologiques (d'action et d'observation) devraient nous amener à des changements qu'à ce jour nous ne pourrions considérer que comme de la magie totalement incompatible avec les "lois de la physique"...

...si nous n'avons pas tout détruit avant par une incompréhensible passivité/paresse vis à vis des efforts que nous devrions faire collectivement eu égard :
  • au poids dont l'anthropocène pèse sur notre avenir si nous réagissons trop mollement ou pas du tout (trop occupés à rejeter la faute sur les méchants, "les autres" bien sûr. En effet, "les méchants, les irresponsables c'est pas nous ! Les méchants, les salauds, les irresponsables, c'est eux !" disent avec une quasi-unanimité à peu près tous les groupes sociaux dans à peu près tous les pays).

    En regardant tout ce qui nous sépare, nous oublions tout ce qui nous rapproche, tout particulièrement notre intérêt commun : préserver le seul habitat qui nous soit actuellement accessible : la planète terre et sa biosphère.
    .
  • à la chance extraordinaire dont nous disposons à ce jour : pouvoir prévoir, à l'échelle de la planète à court et à moyen terme, les conséquences de notre système de valeurs, des objectifs inappropriés qui en découlent et de nos actions tant individuelles que collectives visant à atteindre ces objectifs.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit