Sexologie - Québec - @Kraeplin (et les autres si cela vous intéresse...).

Tout sur les sciences, que ce soit la chimie, la biologie, l'astronomie etc.
Totolaristo
Messages : 441
Inscription : 31 mars 2017, 04:06

Re: Sexologie - Québec - @Kraeplin (et les autres si cela vous intéresse...).

#26

Message par Totolaristo » 12 août 2020, 16:54

Un peu comme le fétichisme des poignées de portes ne devient un trouble que si il entraine des difficultés au quotidien pour le patient.
Tous les fétichismes ne sont pas des paraphillies.

Une personne peut avoir une libido à zéro sans en souffrir au quotidien. Ça n’élimine pas une cause somatique mais si il n’y a aucune plainte pourquoi chercher à traiter ? (Et si il n’y a pas de plainte, est-ce une maladie ?)

Avatar de l’utilisateur
LePsychoSophe
Messages : 2242
Inscription : 19 sept. 2017, 11:34

Re: Sexologie - Québec - @Kraeplin (et les autres si cela vous intéresse...).

#27

Message par LePsychoSophe » 13 août 2020, 03:28

spin-up a écrit : 12 août 2020, 11:37 D'une part ce n'est pas mon point de vue mais le consensus actuel en psychiatrie.
D'autre part, si tu ne considères pas être un professionnel de santé, il est malvenu de te presenter comme initié pour parler de "santé mentale" ou de ce qu'est une "maladie mentale".
On ne peut pas tout avoir.
Je ne suis pas psychiatre. Je me répète. JE NE SUIS PAS PSYCHIATRE.
Héhé...
Le raisonnement binaire... Tu es ceci ou tu es cela. Ben non en fait.
Le débat fait toujours rage au sein de la communauté à propos de la considération des psychologues en terme de "professionnel de santé" ou "soignant".
Certains sont contre.
Le cadre légal et administratif fait que nous sommes devenus récemment des cadres de santé... ça veut pas dire grand chose.

Pour moi, et un certain nombre étendu de psychologues (dont la psychanalyse a largement influencé la vision du monde humain, et j'en fait partie. Sans qu'ils se nomment psychanalystes ou POP pour autant) l'humain est malade (tous, tout le temps). J'exagère et peaufine mal mon propos... Si vous voulez avoir un support littéraire et indigeste (oui ça sera pire que moi), faites des études de psycho' dans une fac psychanalytique... ou lisez les milliers d'ouvrages psychanalytiques.
MAIS chaque humain comporte une série de conflits internes et externes qui motive son élan vital. Sans souffrance, pas de vie. L'état de non-souffrance est la mort. Point|
La vie est mue par des pulsions qui ont tendance en nous mettre en tension en permanence. Se sentir heureux, en paix ou peu importe les termes relève pour les humains d'une gageure. Un état qui n'est pas vraiment accessible en réalité ou de façon transitoire.
A ce propos, les tueurs de pulsions que sont les engagés des religions, tombent dans un ascétisme morbide ou la pulsion est contrôlée à l'excès. Résultats : ils délirent sur des relations avec un être aimé inexistant... et assez souvent... violent des personnes sous leurs emprises.
Oui, certains arrivent à ne pas commettre le viol mais tous délirent sur une relation fantasmagorique.

Si vous ne savez pas penser out the box... et que sortis des sentiers battus la sacro-sainte science vous êtes perdus... alors il est clair que comme moi... vous allez galérer pour devenir psychologue. J'ai du revoir tout mon schéma de penser le monde... Sachez-le. Il m'aura fallu 20 ans pour saisir les notions de psychanalyse les plus partagées dans la communauté des psycho de France. Et encore, je ne suis pas d'accord avec tous et sur tout.

Pourquoi je pense que la psychologie, tout en étant une science à part et hors médecine, peut prétendre de façon mesurée en entrer dans la santé?

Par rapport à la mort. La santé, c'est la vie quand elle est équilibrée. Et des gens par milliers meurent de souffrance psychologique.
Le fait que la médecine ne circonscrit pas tout en psychiatrie, loin de là... très loin. L'approche bio-médicale est une base mais largement incomplète. Les sollicitations multiples de nos collègues médecins psychiatres ou généralistes voire autres, infirmiers, ou autres pour nous confier une part de travail...
Le fait qu'il existe des maladies "physiques" dont la part psy est indéniable.
Nous sommes des libéraux, des libertaires , des indépendants, des électrons libres, des "dans leur bulle", et nous le revendiquons.
Libre à la société de ne pas nous mettre dans la santé, nous existions avant sous d'autres formes (prêtres, curées... ou philosophes) mais au vu de la demande explosive ces dernières années... Je vous laisserai définir à votre tour la santé et peut-être autoriser d'être hors des cases mais là quand même.
"ἕν οἶδα ὅτι οὐδὲν οἶδα" Σωκράτης

Avatar de l’utilisateur
LePsychoSophe
Messages : 2242
Inscription : 19 sept. 2017, 11:34

Re: Sexologie - Québec - @Kraeplin (et les autres si cela vous intéresse...).

#28

Message par LePsychoSophe » 13 août 2020, 03:40

spin-up a écrit : 12 août 2020, 11:37 Alors tu as tort. Pathologie a une définition.
Oui dans votre paradigme de pensées... j'ai souvent tort. :mrgreen: ;)
C'est marrant comme j'ai tout le temps tort ici sur la psychologie/neuropsychologie... alors que tous mes patients vont mieux. Comme fais-je pour être aussi nul en théorie et aussi bon en pratique...? Je ne serais jamais un universitaire. Mais je compte être un des meilleurs cliniciens :mefiance:
Je soigne tellement bien les gens et rapidement que je n'ai quasiment plus de boulot et je n'ai plus de liste d'attente (hyper rare en CMP en France...).
Vous pouvez me trouver prétentieux ou délirant mais si vous voulez venir voir ce réel, par MP, je vous donne mes coordonnées et je vous prouve dossier patient à l'appui et témoignages de mes collègues en direct que ce que je raconte en terme d'efficacité est réel.

Je sais que vous allez toujours me dire que sans étude scientifique poussée de mes données, on peut attribuer les résultats à d'autres phénomènes et même sur des centaines de patients guéris ou en état de satisfaction psychique... ça ne suffira jamais à vous convaincre que mon baratin tient la route. Mais vous savez que je sais que les choses sont ainsi. Votre rôle, c'est la critique et la doute à l'infini. Moi je ne doute plus trop dans mon métier. Et je défie quiconque devant tous mes patients réunis... de me dire que le monticule d'âneries pseudo-scientifiques que je débite n'apporte pas satisfaction à l'ensemble de mes patients. Mais je sais que vous c'est la Vérité, la science qui vous intéresse et non l'état de bien-être...

Si on a pas les mêmes paradigmes de base, discussion de sourds.
"ἕν οἶδα ὅτι οὐδὲν οἶδα" Σωκράτης

Avatar de l’utilisateur
Caheb_Lahynch
Messages : 215
Inscription : 25 sept. 2017, 03:39

Re: Sexologie - Québec - @Kraeplin (et les autres si cela vous intéresse...).

#29

Message par Caheb_Lahynch » 13 août 2020, 03:50

Après vous semblez dire dès le départ que vos interlocuteurs sur le forum n'ont pas les mêmes paradigmes de pensée que vous, donc si je suis votre raisonnement vous savez d'emblée que cela va être une discussion de sourd, et piurtant vous l'amorcez...
Ensuite le fait que vous ayez aucune liste d'attente signifie t il que vous êtes sur-compétent ou que vos patients sont insatisfaits mais trop polis pour vous en faire part?
Je dis cela sans méchanceté car moi même je songe parfois à quitter mon thérapeute mais il m'est si symphatique que je n'oserai lui dire que je suis insatisfait de son suivi. Et j'ai au moins deux connaissances dans le même cas.

Avatar de l’utilisateur
spin-up
Modérateur
Modérateur
Messages : 4988
Inscription : 23 févr. 2012, 06:01

Re: Sexologie - Québec - @Kraeplin (et les autres si cela vous intéresse...).

#30

Message par spin-up » 13 août 2020, 03:51

LePsychoSophe a écrit : 13 août 2020, 03:28 Je ne suis pas psychiatre. Je me répète. JE NE SUIS PAS PSYCHIATRE.
Héhé...
Je sais ...et?
Tu affirmes que tu es un initié et que les non initiés e peuvent pas comprendre ce qu'est une maladie mentale. Je te cite le point de vue du DSM V, qui est le consensus des initiés.
LePsychoSophe a écrit : 13 août 2020, 03:28 Le débat fait toujours rage au sein de la communauté à propos de la considération des psychologues en terme de "professionnel de santé" ou "soignant".
Si tu ne veux pas de l'appelation "professionnel de santé" (bizarre pour un psychologque clinicien), arrete de nous parler "santé mentale" ou de "maladie mentale" depuis ton pedestal d'initié. Redescends parmi le commun des mortels la ou ton opinion vaut ni plus ni moins que celle d'un autre.
LePsychoSophe a écrit : 13 août 2020, 03:28 Pour moi, et un certain nombre étendu de psychologues (dont la psychanalyse a largement influencé la vision du monde humain, et j'en fait partie. Sans qu'ils se nomment psychanalystes ou POP pour autant) l'humain est malade (tous, tout le temps).
Oui, mais ca on s'en fout.

Avatar de l’utilisateur
LePsychoSophe
Messages : 2242
Inscription : 19 sept. 2017, 11:34

Re: Sexologie - Québec - @Kraeplin (et les autres si cela vous intéresse...).

#31

Message par LePsychoSophe » 13 août 2020, 03:56

spin-up a écrit : 12 août 2020, 11:37 C'est ton droit de croire que tu détiens un savoir inaccessible aux profanes que nous sommes.
Mais ton "savoir" n'a aucune valeur ici.
Je ne veux pas dire inaccessible, je veux dire que je ne pourrais jamais vous expliquer toute ma vision sur la santé mentale. Je suis clairement merdique en pédagogie, sauf en live dans mon bureau. Mais pas par écrit. Et il y va aussi d'un travail sur soi. J'ai bien conscience que ça fait sectaire et obscure mais... à part reconnaitre votre point de vue... :hausse:

Je pense que je suis quelqu'un d'intelligent, libre à chacun d'en douter ou de relativiser ma perception égocentré. J'ai mis 20 ans à saisir des notions que certains comprenaient en 5 en moyenne. Parce que j'ai un déficit intellectuel? Non. Certainement pas. Sinon clairement, je ne pourrais m'entretenir avec des gens comme vous. Donc la raison est émotionnelle, psychologique point. Je n'aurais pas dit cela il y a encore quelques années car j'ai avancé avec un rejet, un dégoût de tout ce qui était psychanalytique. J'étais un des plus critiques de ma faculté et de mes lieux d'exercice.

Tu nous fais du JF, "aucune" raisonnement binaire et exagéré. La valeur est au moins celle de prendre votre énergie à me répondre & à me lire. Donc pour un savoir qui n'a "aucune" valeur. Vous êtes plusieurs à répondre à mes propos sans valeur. Or une valeur est proportionnelle à l'énergie qu'elle engendre ou demande. Tout a une valeur en réalité. Même mes conneries. Sinon, comme certains de mes messages restés sans aucune réponse... ils le seraient tous. Or ce n'est pas le cas quand j'aborde certains sujets.

J'entends bien que je ne convaincrai personne ici... mais ce n'est pas plus mon but. Cette prétention à détourner l'autre de ces croyances, je la réserve à mes patients ou gens que j'aime car souvent cela leur fait du bien. Mais ici, c'est différent. Vous ne voulez pas changer de regard sur le monde, vous n'en avez peut-être aucun bénéfice. Vous préférez faire des joutes verbales ou chacun campent sur ses positions depuis 20 ans.

Vous êtes bien sectaires que vous ne le voudriez. Vous opposez bêtement science et secte alors que tous les groupes humains ont des points communs. La science n'est qu'une discipline/domaine... qu'il faut mettre à l'équilibre avec les autres.
"ἕν οἶδα ὅτι οὐδὲν οἶδα" Σωκράτης

Avatar de l’utilisateur
LePsychoSophe
Messages : 2242
Inscription : 19 sept. 2017, 11:34

Re: Sexologie - Québec - @Kraeplin (et les autres si cela vous intéresse...).

#32

Message par LePsychoSophe » 13 août 2020, 04:04

Caheb_Lahynch a écrit : 13 août 2020, 03:50 Après vous semblez dire dès le départ que vos interlocuteurs sur le forum n'ont pas les mêmes paradigmes de pensée que vous, donc si je suis votre raisonnement vous savez d'emblée que cela va être une discussion de sourd, et piurtant vous l'amorcez...
Ensuite le fait que vous ayez aucune liste d'attente signifie t il que vous êtes sur-compétent ou que vos patients sont insatisfaits mais trop polis pour vous en faire part?
Je dis cela sans méchanceté car moi même je songe parfois à quitter mon thérapeute mais il m'est si symphatique que je n'oserai lui dire que je suis insatisfait de son suivi. Et j'ai au moins deux connaissances dans le même cas.
Peut-être que j'ai tort et que je suis le thérapeute le plus merdique de l'univers. Puisqu'ici on ne peut rien démontrer dans ou dans l'autre...
Libre à chacun, et alors surtout mon employeur, de me payer à rien. Ce rien que les psys font et que bizarrement tant de gens payent ou demandent... Ah oui, parce qu'on est de méchants manipulateurs pervers gourous... Comme le dit si bien ma grande copine inquisitrice de la psychanalyse en France (Sophie... jenesaisplusquoi... celle qui a fait Le Mur et d'autres à charge).

Oui, ma discussion n'a pas plus de but que la vie ou tout ce qui la remplie... canaliser des pulsions en attendant le grand sommeil. ;)
"ἕν οἶδα ὅτι οὐδὲν οἶδα" Σωκράτης

Avatar de l’utilisateur
LePsychoSophe
Messages : 2242
Inscription : 19 sept. 2017, 11:34

Re: Sexologie - Québec - @Kraeplin (et les autres si cela vous intéresse...).

#33

Message par LePsychoSophe » 13 août 2020, 04:06

Allez, je me faire virer bientôt pour trollage... :lol:

Hé les modos du 3° Reich... ne cherchez pas, j'ai absolument aucun autre compte nulle part... :lol:
"ἕν οἶδα ὅτι οὐδὲν οἶδα" Σωκράτης

Avatar de l’utilisateur
miraye
Messages : 654
Inscription : 15 nov. 2014, 03:38

Re: Sexologie - Québec - @Kraeplin (et les autres si cela vous intéresse...).

#34

Message par miraye » 13 août 2020, 04:17

Salut,
LePsychoSophe a écrit : Balivernes, j'ai revu mes échanges avec ce type et les messages qu'il a posté dernièrement... je ne vois rien de problématique. Manipulateur malveillant est sûrement le qualificatif le moins objectif qui soit. Je ne dirai rien de tel à son sujet.
La différence d'impression entre nous s'explique.
Vous avez relu quelques messages de Splf, tandis que plus ancienne ici j'ai lu quasi tout Sandoo, Dorothy, Carlita, et les quelques autres pseudo de la précèdente vague ainsi qu'une partie de Splf, Logos, Vanessa, etc...
La hiérarchie ça vous parle.
Je ne vois pas le rapport avec la choucroute.
"Lourd est le parpaing de la réalité sur la tartelette aux fraises de nos illusions." Boulet

Avatar de l’utilisateur
Cartaphilus
Modérateur
Modérateur
Messages : 7085
Inscription : 23 sept. 2008, 14:54

Re: Sexologie - Québec - @Kraeplin (et les autres si cela vous intéresse...).

#35

Message par Cartaphilus » 13 août 2020, 04:21

Salut à tous.
LePsychoSophe a écrit : 13 août 2020, 03:28 [...] l'humain est malade (tous, tout le temps).
Tout homme bien portant est un malade qui s'ignore. Dr Knock.
Le sommeil de la raison engendre des monstres. Francisco de Goya.

Avatar de l’utilisateur
Caheb_Lahynch
Messages : 215
Inscription : 25 sept. 2017, 03:39

Re: Sexologie - Québec - @Kraeplin (et les autres si cela vous intéresse...).

#36

Message par Caheb_Lahynch » 13 août 2020, 04:21

LePsychoSophe a écrit : 13 août 2020, 04:04 Ce rien que les psys font et que bizarrement tant de gens payent ou demandent... Ah oui, parce qu'on est de méchants manipulateurs pervers gourous...
Moi mon thérapeute m'a mis sous xeroquel, donc je suis bien obligé d'être suivi car arrêter d'un coup ne serai pas judicieux, et je note qu'au fil du temps, les séances raccourcissent, et il ne m'aide pas plus que ça, c'est moi qui me bouge pour trouver les solutions pour améliorer mon bien être. et je progresse, je vais de mieux en mieux parce que j'en fais l'effort. Donc mon thérapeute peut s'attribuer tout le mérite.
Pour ce qui est de vous je ne préjuge de rien, vous pouvez être le meilleur dans votre partie comme le plus moyens, je n'en sais rien.

Avatar de l’utilisateur
Inso
Messages : 2008
Inscription : 11 mai 2013, 16:00

Re: Sexologie - Québec - @Kraeplin (et les autres si cela vous intéresse...).

#37

Message par Inso » 13 août 2020, 04:38

LePsychoSophe a écrit : 13 août 2020, 03:28 ...l'humain est malade (tous, tout le temps).
...
MAIS chaque humain comporte une série de conflits internes et externes qui motive son élan vital. Sans souffrance, pas de vie. L'état de non-souffrance est la mort. Point|
La vie est mue par des pulsions qui ont tendance en nous mettre en tension en permanence. Se sentir heureux, en paix ou peu importe les termes relève pour les humains d'une gageure. Un état qui n'est pas vraiment accessible en réalité ou de façon transitoire.
Je suis profane en la matière, mais si les conflits, tensions font partie de la vie, alors l'homme n'est pas malade (au sens du dictionnaire : La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant).
Si ces conflits et tensions provoquent une altération réelle des fonctions ou de la santé, alors seulement (à mon sens) on peut parler de maladie.

Ce qui m'amène une question, en me référant à un cas réel d'un proche : Ne pousse-t-on pas parfois (en thérapie psychologique ou similaire) des personnes à considérer leur état (conflits, tensions...) souvent normal comme étant une pathologie ou un dérèglement ce qui peut amener la personne à se considérer anormale et tomber dans de réelles problématiques (de personnalité ou de comportement par exemple) ?

Avatar de l’utilisateur
LePsychoSophe
Messages : 2242
Inscription : 19 sept. 2017, 11:34

Re: Sexologie - Québec - @Kraeplin (et les autres si cela vous intéresse...).

#38

Message par LePsychoSophe » 13 août 2020, 06:07

miraye a écrit : 13 août 2020, 04:17 Salut,
LePsychoSophe a écrit : Balivernes, j'ai revu mes échanges avec ce type et les messages qu'il a posté dernièrement... je ne vois rien de problématique. Manipulateur malveillant est sûrement le qualificatif le moins objectif qui soit. Je ne dirai rien de tel à son sujet.
La différence d'impression entre nous s'explique.
Vous avez relu quelques messages de Splf, tandis que plus ancienne ici j'ai lu quasi tout Sandoo, Dorothy, Carlita, et les quelques autres pseudo de la précèdente vague ainsi qu'une partie de Splf, Logos, Vanessa, etc...
La hiérarchie ça vous parle.
Je ne vois pas le rapport avec la choucroute.
Je n'aime pas le principe d'évincement. J'ai toujours une petite aigreur sur le licenciement de curieux_ ... car j'ai échangé avec des gens que d'autres se permettent de virer. ça s'appelle la hiérarchie. Je suis un idéalisateur de l'anarchisme. J'ai du mal avec la relation verticale.
"ἕν οἶδα ὅτι οὐδὲν οἶδα" Σωκράτης

Avatar de l’utilisateur
LePsychoSophe
Messages : 2242
Inscription : 19 sept. 2017, 11:34

Re: Sexologie - Québec - @Kraeplin (et les autres si cela vous intéresse...).

#39

Message par LePsychoSophe » 13 août 2020, 06:10

Cartaphilus a écrit : 13 août 2020, 04:21 Salut à tous.
LePsychoSophe a écrit : 13 août 2020, 03:28 [...] l'humain est malade (tous, tout le temps).
Tout homme bien portant est un malade qui s'ignore. Dr Knock.
En psychiatrie, la définition des limites de la "maladie" est un débat sans fin.
Soit on est rigide et autoritaire et dès que la personne ne présente plus les symptomatologie relative au DSM, on lui dit au revoir.
Soit on est laxiste et souple et on va au-delà de la psychiatrie au sens strict.
"ἕν οἶδα ὅτι οὐδὲν οἶδα" Σωκράτης

Avatar de l’utilisateur
spin-up
Modérateur
Modérateur
Messages : 4988
Inscription : 23 févr. 2012, 06:01

Re: Sexologie - Québec - @Kraeplin (et les autres si cela vous intéresse...).

#40

Message par spin-up » 13 août 2020, 06:12

LePsychoSophe a écrit : 13 août 2020, 04:06 Allez, je me faire virer bientôt pour trollage... :lol:

Hé les modos du 3° Reich... ne cherchez pas, j'ai absolument aucun autre compte nulle part... :lol:
Ne pas reconnaitre la superiorité de ton opinion d'initié sur la notre nous vaut d'etre qualifié de sectaires et de nazis?

Avatar de l’utilisateur
LePsychoSophe
Messages : 2242
Inscription : 19 sept. 2017, 11:34

Re: Sexologie - Québec - @Kraeplin (et les autres si cela vous intéresse...).

#41

Message par LePsychoSophe » 13 août 2020, 06:13

Caheb_Lahynch a écrit : 13 août 2020, 04:21
LePsychoSophe a écrit : 13 août 2020, 04:04 Ce rien que les psys font et que bizarrement tant de gens payent ou demandent... Ah oui, parce qu'on est de méchants manipulateurs pervers gourous...
Moi mon thérapeute m'a mis sous xeroquel, donc je suis bien obligé d'être suivi car arrêter d'un coup ne serai pas judicieux, et je note qu'au fil du temps, les séances raccourcissent, et il ne m'aide pas plus que ça, c'est moi qui me bouge pour trouver les solutions pour améliorer mon bien être. et je progresse, je vais de mieux en mieux parce que j'en fais l'effort. Donc mon thérapeute peut s'attribuer tout le mérite.
Pour ce qui est de vous je ne préjuge de rien, vous pouvez être le meilleur dans votre partie comme le plus moyens, je n'en sais rien.
C'est le principe fort de tout psychanalyste qui se respecte.
Pas touche au Moi, qu'il se développe dans le cadre de la neutralité bienveillante.
C'est pas ma partie, je suis un thérapeute directif, semi-directif. Mais j'entends mieux la philo des psychanalystes.
"ἕν οἶδα ὅτι οὐδὲν οἶδα" Σωκράτης

Avatar de l’utilisateur
LePsychoSophe
Messages : 2242
Inscription : 19 sept. 2017, 11:34

Re: Sexologie - Québec - @Kraeplin (et les autres si cela vous intéresse...).

#42

Message par LePsychoSophe » 13 août 2020, 06:20

Inso a écrit : 13 août 2020, 04:38
LePsychoSophe a écrit : 13 août 2020, 03:28 ...l'humain est malade (tous, tout le temps).
...
MAIS chaque humain comporte une série de conflits internes et externes qui motive son élan vital. Sans souffrance, pas de vie. L'état de non-souffrance est la mort. Point|
La vie est mue par des pulsions qui ont tendance en nous mettre en tension en permanence. Se sentir heureux, en paix ou peu importe les termes relève pour les humains d'une gageure. Un état qui n'est pas vraiment accessible en réalité ou de façon transitoire.
Je suis profane en la matière, mais si les conflits, tensions font partie de la vie, alors l'homme n'est pas malade (au sens du dictionnaire : La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant).
Si ces conflits et tensions provoquent une altération réelle des fonctions ou de la santé, alors seulement (à mon sens) on peut parler de maladie.

Ce qui m'amène une question, en me référant à un cas réel d'un proche : Ne pousse-t-on pas parfois (en thérapie psychologique ou similaire) des personnes à considérer leur état (conflits, tensions...) souvent normal comme étant une pathologie ou un dérèglement ce qui peut amener la personne à se considérer anormale et tomber dans de réelles problématiques (de personnalité ou de comportement par exemple) ?
Le curseur est à évaluer régulièrement en fonction des normes sociales et civilisationnelles.

Cette définition est l'officielle en médecine.
On peut évincer le mot malade et le remplacer par insatisfaction, tension... si vous préférez voire stress. Pulsion, énergie motrice, émotions... bref, c'est pas la paix profonde intérieure quoi

Oui, ça s'appelle une dérive, un comportement déviant. Et vous pouvez regardez le reportage de Sophie Jenesaisplusquoi : "Le phallus et le néant" 4€ en VOD pour voire jusqu'où peut aller l'horreur avec un psy (pas forcément psychanalyste).
Un livre "La psychothérapie autoritaire..." est intéressant pour voir que le métier peut être dangereux et même si c'est des thérapies dites scientifiques... ;)
"ἕν οἶδα ὅτι οὐδὲν οἶδα" Σωκράτης

Avatar de l’utilisateur
LePsychoSophe
Messages : 2242
Inscription : 19 sept. 2017, 11:34

Re: Sexologie - Québec - @Kraeplin (et les autres si cela vous intéresse...).

#43

Message par LePsychoSophe » 13 août 2020, 06:27

spin-up a écrit : 13 août 2020, 06:12
LePsychoSophe a écrit : 13 août 2020, 04:06 Allez, je me faire virer bientôt pour trollage... :lol:

Hé les modos du 3° Reich... ne cherchez pas, j'ai absolument aucun autre compte nulle part... :lol:
Ne pas reconnaitre la superiorité de ton opinion d'initié sur la notre nous vaut d'etre qualifié de sectaires et de nazis?
Non, j'ai toujours une névrose du rejet... personnalité dépendante... peur de l'abandon, si je me permets de dire profondément ce que je pense. Du coup je sors des vieilles défenses humoristiques, paranos, avec le sophisme tellement original du point Godwin...

J'essaie de vous résister. Mais bon ça peut durer longtemps.
"ἕν οἶδα ὅτι οὐδὲν οἶδα" Σωκράτης

Avatar de l’utilisateur
LePsychoSophe
Messages : 2242
Inscription : 19 sept. 2017, 11:34

Re: Sexologie - Québec - @Kraeplin (et les autres si cela vous intéresse...).

#44

Message par LePsychoSophe » 13 août 2020, 06:32

Lambert85 a écrit : 12 août 2020, 07:29
LePsychoSophe a écrit : 12 août 2020, 07:27 Oui, donc ça cache d'autres troubles psychiques, donc souffrance, donc maladie...
Pour vous l'asexualité est une maladie ? :ouch:
Je respire et je reprends la base du conflit.

Les pulsions sont censées être gérées et donc vécus donc ressenties.

Si une personne "choisit" (et là, rebelote, on va devoir s'enfoncer dans les méandres des discussions infinies du Lire-Arbitre... Salut Dash ;) ) de ne pas faire vivre une partie de la vie... c'est qu'un système psychique est grippé.
"ἕν οἶδα ὅτι οὐδὲν οἶδα" Σωκράτης

Avatar de l’utilisateur
shisha
Messages : 668
Inscription : 25 sept. 2011, 09:21

Re: Sexologie - Québec - @Kraeplin (et les autres si cela vous intéresse...).

#45

Message par shisha » 13 août 2020, 06:57

Le psychosophe dit :
alors que tous mes patients vont mieux. Comme fais-je pour être aussi nul en théorie et aussi bon en pratique...?
Cela n'a strictement aucun rapport. Les personnes asexuelles pour la plupart ne sont pas des patients mais juste des personnes équilibrées qui ne ressentent pas de désir sexuel et ne ressentent pas le besoin non plus d'aller consulter chez un psy (pourquoi l'idée que dame nature aurait permis cette petite minorité soit si impossible à vos yeux?).

Avatar de l’utilisateur
Zebra
Messages : 45
Inscription : 02 août 2020, 08:22

Re: Sexologie - Québec - @Kraeplin (et les autres si cela vous intéresse...).

#46

Message par Zebra » 13 août 2020, 07:03

LePsychoSophe a écrit : 13 août 2020, 06:32 Je respire et je reprends la base du conflit.

Les pulsions sont censées être gérées et donc vécus donc ressenties.

Si une personne "choisit" (et là, rebelote, on va devoir s'enfoncer dans les méandres des discussions infinies du Lire-Arbitre... Salut Dash ;) ) de ne pas faire vivre une partie de la vie... c'est qu'un système psychique est grippé.
Bonjour LePsychoSophe,

Je vais peut-être dire une bêtise... :mrgreen: Pour la partie que j'ai mise en gras. Pourquoi ce serait absolument parce qu'un système psychique est grippé ? Admettons que la personne "choisisse" l'asexualité parce qu'elle n'y a jamais trouvé d'intérêt (physiquement parlant). Il ne s'agirait pas là d'une maladie mentale non ?
Je préfère et de loin, une vérité emballée dans un papier sablé qu'un mensonge emballé dans un papier de soie.

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 1962
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: Sexologie - Québec - @Kraeplin (et les autres si cela vous intéresse...).

#47

Message par DictionnairErroné » 13 août 2020, 07:08

LePsychoSophe a écrit : 13 août 2020, 06:32 Les pulsions sont censées être gérées et donc vécus donc ressenties.

Si une personne "choisit" (et là, rebelote, on va devoir s'enfoncer dans les méandres des discussions infinies du Lire-Arbitre... Salut Dash ;) ) de ne pas faire vivre une partie de la vie... c'est qu'un système psychique est grippé.
Personne ici ne dira que l'asexualité ne peut provenir d'un trouble, d'une maladie. Vous semblez omettre volontairement ou refuser la possibilité que cette pulsion sexuelle puisse être tellement faible dans le cerveau, puisqu'il serait façonné ainsi, que la personne ne s'intéresse pas au sexe dû à sa nature. Ou plutôt vous semblez refuser cette possibilité en l'ignorant.
La vérité ne ment jamais.

Avatar de l’utilisateur
LePsychoSophe
Messages : 2242
Inscription : 19 sept. 2017, 11:34

Re: Sexologie - Québec - @Kraeplin (et les autres si cela vous intéresse...).

#48

Message par LePsychoSophe » 13 août 2020, 07:15

Zebra a écrit : 13 août 2020, 07:03
LePsychoSophe a écrit : 13 août 2020, 06:32 Je respire et je reprends la base du conflit.

Les pulsions sont censées être gérées et donc vécus donc ressenties.

Si une personne "choisit" (et là, rebelote, on va devoir s'enfoncer dans les méandres des discussions infinies du Lire-Arbitre... Salut Dash ;) ) de ne pas faire vivre une partie de la vie... c'est qu'un système psychique est grippé.
Bonjour LePsychoSophe,

Je vais peut-être dire une bêtise... :mrgreen: Pour la partie que j'ai mise en gras. Pourquoi ce serait absolument parce qu'un système psychique est grippé ? Admettons que la personne "choisisse" l'asexualité parce qu'elle n'y a jamais trouvé d'intérêt (physiquement parlant). Il ne s'agirait pas là d'une maladie mentale non ?
Pas maladie mentale au sens strict car non répertorié en psychiatrie. Mais j'ai beau travaillé en psychiatrie, je suis psychologue avant tout.

On peut parler de développement personnel / satisfaction si vous vous voulez. Après, en thérapie, je propose des paradigmes de la psychologie, des hypothèses. Si une personne ne veut pas travailler son asexualité, elle peut. Et si elle est heureuse ainsi, tant mieux. D'ailleurs elle ne consultera pas. Mais forcément j'en ai jamais vu. Le patient reste souverain de la relation thérapeutique, pas de dictature chez moi. Je suis un extrémiste de la démocratie/égalitarisme.

Je le répète, de mon point de vue (donc relatif à ma pratique de psychologue en psychiatrie)... l'asexualité est signe d'un dysfonctionnement mental/relationnel/émotionnel. C'est mon point de vue, hein, c'est pas la Vérité. Dois-je préciser à chaque fois que ce que je tiens pour vérité est forcément ma vérité... c'est fatiguant à la fin.
"ἕν οἶδα ὅτι οὐδὲν οἶδα" Σωκράτης

Avatar de l’utilisateur
LePsychoSophe
Messages : 2242
Inscription : 19 sept. 2017, 11:34

Re: Sexologie - Québec - @Kraeplin (et les autres si cela vous intéresse...).

#49

Message par LePsychoSophe » 13 août 2020, 07:22

DictionnairErroné a écrit : 13 août 2020, 07:08
LePsychoSophe a écrit : 13 août 2020, 06:32 Les pulsions sont censées être gérées et donc vécus donc ressenties.

Si une personne "choisit" (et là, rebelote, on va devoir s'enfoncer dans les méandres des discussions infinies du Lire-Arbitre... Salut Dash ;) ) de ne pas faire vivre une partie de la vie... c'est qu'un système psychique est grippé.
Personne ici ne dira que l'asexualité ne peut provenir d'un trouble, d'une maladie. Vous semblez omettre volontairement ou refuser la possibilité que cette pulsion sexuelle puisse être tellement faible dans le cerveau, puisqu'il serait façonné ainsi, que la personne ne s'intéresse pas au sexe dû à sa nature. Ou plutôt vous semblez refuser cette possibilité en l'ignorant.
Stop your projections, je ne refuse rien. Si je refusais quelque chose, ma foi, ça ferait bien longtemps que j'aurais procéder à un auto-ban de ce forum...

"sa nature" ne veut pas dire grand chose à mes yeux... si vous développez, je pourrais vous en dire plus.

Nous n'avons pas une nature propre... nous sommes tous les mêmes, hein, sinon comment faire de la science...
Notre oeuvre consiste à repérer le général de l'individuel... qui n'a qu'une existence virtuel au sein de notre esprit. Le Moi n'a pas d'existence en soi. Vous devriez lire la théorie de l'esprit plat... ;)
"ἕν οἶδα ὅτι οὐδὲν οἶδα" Σωκράτης

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 1962
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: Sexologie - Québec - @Kraeplin (et les autres si cela vous intéresse...).

#50

Message par DictionnairErroné » 13 août 2020, 07:32

LePsychoSophe a écrit : 13 août 2020, 07:22 je ne refuse rien.
l'asexualité est signe d'un dysfonctionnement mental/relationnel/émotionnel.
Un dysfonctionnement par rapport à quoi? À la moyenne, ce qui est considéré comme étant normal? Ainsi, vous refusez la possibilité que le cerveau ne soit pas une bébelle homogène entre humains.

Croyez-vous que l'homosexuel doit être guéri?
Dernière modification par DictionnairErroné le 13 août 2020, 07:34, modifié 2 fois.
La vérité ne ment jamais.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit