Donner du sang est-il un droit?

Homéopathie, acupuncture, reiki, urinothérapie, etc. Des preuves???
Avatar de l’utilisateur
BeRReGoN
Messages : 1647
Inscription : 06 sept. 2006, 11:36

Re: Donner du sang est-il un droit?

#101

Message par BeRReGoN » 22 mai 2013, 18:36

Un changement dans la réglementation:
http://www.radio-canada.ca/nouvelles/so ... ebec.shtml

Il y est dit que les scientifiques jugent que ça maintient le niveau de risque de contamination à 1 sur 30 millions. J'aimerais bien connaître la méthode d'évaluation et les sources utilisés.
"What the hell you starin' at!!"

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 7146
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: Donner du sang est-il un droit?

#102

Message par Kraepelin » 23 mai 2013, 09:13

Toute une victoire! :ouch:

La quête irrationnelle des potiches symboliques attestant de la "normalité" conduit à des revendications absurdes et parfois contraires à l'intérêt public.
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
Eve_en_Gilles
Messages : 1384
Inscription : 30 oct. 2012, 08:55

Re: Donner du sang est-il un droit?

#103

Message par Eve_en_Gilles » 23 mai 2013, 10:28

BeRReGoN a écrit :Un changement dans la réglementation:
http://www.radio-canada.ca/nouvelles/so ... ebec.shtml

Il y est dit que les scientifiques jugent que ça maintient le niveau de risque de contamination à 1 sur 30 millions. J'aimerais bien connaître la méthode d'évaluation et les sources utilisés.
Je peux dire une bêtise, mais 1/30 millions ça ressemble fort au risque de faux-négatif par les tests de dépistages pratiqués sur les échantillons.
Srevne'l à eril zevas suov euq tse'c, esarhp ettec zennerpmoc suov is.
Ovarb !!! Spmet ertov udrep riova'd noisserpmi'l sap zeva'n suov ?

Avatar de l’utilisateur
Greem
Messages : 2092
Inscription : 27 déc. 2009, 10:59

Re: Donner du sang est-il un droit?

#104

Message par Greem » 23 mai 2013, 14:32

Une telle mesure peut se justifier d'un point de vu économique si les donneurs homos (et non les homos en général) étaient statistiquement beaucoup plus malades que les donneurs hétéros, mais est-ce le cas ? Si oui, ça permet d'éviter d'avoir à faire du dépistage pour rien. Si non, c'est de la discrimination. Quelqu'un a des infos à ce sujet ?
Fair a écrit :Et dire que pendant que ce groupe (les homosexuels) se bat pour pouvoir donner du sang, il y en a un autre (les Jéhovah) qui se bat pour ne pas en recevoir (est-ce un droit de laisser mourir quelqu'un seulement parce que notre religion est contre le don de sang?) ...
"Les transfusions sanguines ne servent à rien, ça n'a jamais sauvé qui que ce soit." Dixit des témoins de la java que j'ai fait rentré chez moi un jour...
"Ils terribles ce ses sceptiquo-maniaques-sionisto-propagandum."

Avatar de l’utilisateur
HarryCauvert
Messages : 1188
Inscription : 26 juin 2010, 09:57

Bof.

#105

Message par HarryCauvert » 23 mai 2013, 23:04

Cette directive d'Héma-Qc m'en touche une sans faire bouger l'autre, comme dirait un Président poète.

Parce que j'ai vécu plus de trois mois en France entre 1980 et 1996, je n'ai pas le droit de donner mon sang au Canada. Je doute qu'il s'agisse de discrimination antifrançaise, car si tel était le cas je n'aurais pas été traité comme l'égal d'un Canadien dans tous les domaines, au point d'en devenir un.

Un autre aspect du problème c'est que donner son sang est un acte privé, altruiste, et par définition ponctuel. Par contre, vivre en paix indépendamment de son orientation sexuelle EST un droit fondamental, qui concerne TOUS les lesbigays, TOUT le temps. Idem pour la reconnaissance des unions homosexuelles. De ce point de vue le Canada n'a pas à rougir des comparaisons (God save our gracious Queen!)

Faut-il lever l'interdiction de don de sang visant les Français d'origine afin d'éviter de nous vexer? Faut-il cesser de demander aux donneurs de sang mâles s'ils ont couché avec un autre mâle dans les 5 dernières années? Pourquoi pas, je ne suis pas contre a priori, mais le maintien de l'interdiction ne m'enlève strictement rien. Et il existe bien d'autres occasions de faire preuve d'altruisme, que l'on soit Français ou gay.
Juste pour le fun: Fitz And The Tantrums, The Walker

Avatar de l’utilisateur
embtw
Messages : 3939
Inscription : 19 juin 2008, 09:51

Je ne dois pas comprendre un truc

#106

Message par embtw » 24 mai 2013, 01:05

Dans les commentaires du lien donné par Berregon, on découvre ceci de la part d'un farouche partisan de l'interdiction de don de sang par les gays.
Dominic Pageau a écrit : 48% des séropositifs sont homosexuels et 44% des nouveaux cas touchent les homosexuels, le dire n'attaque en rien les homosexuels, c'est des faits et ça explique les restrictions pour les dons de sang.
Nonobstant la véracité des chiffres donnés qu'il faudrait vérifier, en le considérant comme vrais, on en déduirait donc que 52% des séropositifs sont hétérosexuels et 56% des nouveaux cas touchent les hétérosexuels.

Il faut donc restreindre la participation des hétérosexuels au don du sang de façon plus stricte que pour les homosexuels. :mrgreen:
Loi de mauricemaltais : Quand on vient de prendre x minutes pour lire un texte de mauricemaltais, on vient de perdre x minutes.
Théorie d'affabulation gattienne : Pour ce qui concerne les DAHUS la physique exotique prévoi la matérialisation de particules imaginaires

Avatar de l’utilisateur
Cogite Stibon
Messages : 3217
Inscription : 16 févr. 2012, 07:19

Re: Donner du sang est-il un droit?

#107

Message par Cogite Stibon » 24 mai 2013, 05:01

Greem a écrit :Une telle mesure peut se justifier d'un point de vu économique si les donneurs homos (et non les homos en général) étaient statistiquement beaucoup plus malades que les donneurs hétéros, mais est-ce le cas ? Si oui, ça permet d'éviter d'avoir à faire du dépistage pour rien.
Non ! Aucun questionnaire ne permettra de détecter si un donneur est porteur du VIH ou non. Dans tous les cas, il faut tester.
embtw a écrit : Nonobstant la véracité des chiffres donnés qu'il faudrait vérifier, en le considérant comme vrais, on en déduirait donc que 52% des séropositifs sont hétérosexuels et 56% des nouveaux cas touchent les hétérosexuels.

Il faut donc restreindre la participation des hétérosexuels au don du sang de façon plus stricte que pour les homosexuels. :mrgreen:
Non plus ! Car il y a plus d'hétéro que d'homo. Il faut prendre en compte :
- la proportion d'homosexuels (voulant donner leur sang) parmi la population des donneurs potentiels.
- et la proportion de séropositif dans ces deux populations.
Sinon, ça ne veut rien dire. Et vive les probabilités conditionnelles.
Pour les échantillons statistiques, comme dans d'autres domaines, il n'y a pas que la taille qui compte.
Raisonner a l'instinct sur des problemes de probabilites, c'est le desastre assuré. (Spin Up)
Une graphe sans échelle, c'est bon pour la poubelle

Avatar de l’utilisateur
Eve_en_Gilles
Messages : 1384
Inscription : 30 oct. 2012, 08:55

Re: Donner du sang est-il un droit?

#108

Message par Eve_en_Gilles » 24 mai 2013, 05:31

Cogite Stibon a écrit :
Greem a écrit :Une telle mesure peut se justifier d'un point de vu économique si les donneurs homos (et non les homos en général) étaient statistiquement beaucoup plus malades que les donneurs hétéros, mais est-ce le cas ? Si oui, ça permet d'éviter d'avoir à faire du dépistage pour rien.
Non ! Aucun questionnaire ne permettra de détecter si un donneur est porteur du VIH ou non. Dans tous les cas, il faut tester.
Et en France le test est systématique, de même que pour toute maladie transmissible par le sang.
http://www.dondusang.net/rewrite/headin ... brique=995
Et si on a séjourné dans un pays ayant des soucis avec le paludisme ou la maladie de Chagas, nos échantillons seront toujours systématiquement testés pour ces maladies même si les tests sont systématiquement négatifs (c'est mon cas avec le palu).

Du coup, le fait d'interdire le don du sang aux homosexuels masculins sous prétexte qu'ils sont plus enclins à attraper l'HIV perd un gros argument : on est tous toujours testés dès qu'on fait un don.
Srevne'l à eril zevas suov euq tse'c, esarhp ettec zennerpmoc suov is.
Ovarb !!! Spmet ertov udrep riova'd noisserpmi'l sap zeva'n suov ?

Avatar de l’utilisateur
Greem
Messages : 2092
Inscription : 27 déc. 2009, 10:59

Re: Donner du sang est-il un droit?

#109

Message par Greem » 24 mai 2013, 06:05

Cogite Stibon a écrit :
Greem a écrit :Une telle mesure peut se justifier d'un point de vu économique si les donneurs homos (et non les homos en général) étaient statistiquement beaucoup plus malades que les donneurs hétéros, mais est-ce le cas ? Si oui, ça permet d'éviter d'avoir à faire du dépistage pour rien.
Non ! Aucun questionnaire ne permettra de détecter si un donneur est porteur du VIH ou non. Dans tous les cas, il faut tester.
Euh oui, et alors ? J'ai parlé de teste inutile, pas d'absence de teste. Je ne pense pas que ce soit le cas mais si un groupe d'individus répond significativement positif au teste du Sida, autant exclure ce groupe dans la mesure ou ce groupe peut ne pas être rentable d'un point de vu économique (rapport coût du dépistage / récolte de sang). C'est pour ça que plutôt de faire des généralisations abusives sur les homos je demande si quelqu'un à des infos pour savoir si le nombre de donneurs homos malades est significativement plus élevé que chez les donneurs hétéros ? S'il n'y a pas de différence significative il n'y a pas lieu d'exclure les homos.
"Ils terribles ce ses sceptiquo-maniaques-sionisto-propagandum."

Avatar de l’utilisateur
MaisBienSur
Messages : 4727
Inscription : 13 sept. 2012, 10:43

Re: Donner du sang est-il un droit?

#110

Message par MaisBienSur » 24 mai 2013, 06:22

En France (je ne sais pas pour le Canada), sur le dossier que l'on rempli pour être donneur, il y a une question sur le nombre de partenaires sexuels. Les homos sont une population a risque lorsqu'ils multiplient les partenaires, mais s'ils ont une vie de couple "normale" (donc une sexualité "mono-partenaire"), le risque devient sexuellement équivalent à un couple mixte d'attraper le sida.
Il suffit limiter les donneurs homos a ceux qui n'ont pas eu plusieurs partenaires sexuels comme pour les hétéros, j'ai du mal à saisir la différence qu'on fait avec ça.
Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d'alu.

Avant, j'étais indécis, maintenant je n'en suis plus très sûr...

Les marmottes qui pissent au lit passent un sale hiver (Philippe Vuillemin)

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 7146
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: Je ne dois pas comprendre un truc

#111

Message par Kraepelin » 24 mai 2013, 08:33

embtw a écrit :Dans les commentaires du lien donné par Berregon, on découvre ceci de la part d'un farouche partisan de l'interdiction de don de sang par les gays.
Dominic Pageau a écrit : 48% des séropositifs sont homosexuels et 44% des nouveaux cas touchent les homosexuels, le dire n'attaque en rien les homosexuels, c'est des faits et ça explique les restrictions pour les dons de sang.
Nonobstant la véracité des chiffres donnés qu'il faudrait vérifier, en le considérant comme vrais, on en déduirait donc que 52% des séropositifs sont hétérosexuels et 56% des nouveaux cas touchent les hétérosexuels.

Il faut donc restreindre la participation des hétérosexuels au don du sang de façon plus stricte que pour les homosexuels. :mrgreen:
On voit immédiatement combien les mathématiques n'ont pas de secret pour toi!
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 7146
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: Donner du sang est-il un droit?

#112

Message par Kraepelin » 24 mai 2013, 08:36

MaisBienSur a écrit : Les homos sont une population a risque lorsqu'ils multiplient les partenaires, mais s'ils ont une vie de couple "normale" (donc une sexualité "mono-partenaire"), le risque devient sexuellement équivalent à un couple mixte d'attraper le sida.
Tu as des sources pour documenter ça?
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
MaisBienSur
Messages : 4727
Inscription : 13 sept. 2012, 10:43

Re: Donner du sang est-il un droit?

#113

Message par MaisBienSur » 24 mai 2013, 08:49

Kraepelin a écrit :
MaisBienSur a écrit : Les homos sont une population a risque lorsqu'ils multiplient les partenaires, mais s'ils ont une vie de couple "normale" (donc une sexualité "mono-partenaire"), le risque devient sexuellement équivalent à un couple mixte d'attraper le sida.
Tu as des sources pour documenter ça?
Une source pour démontrer quoi ?
Que mathématiquement, qu'on soit homo ou hétéro, si on est fidèle dans son couple, la probabilité d’attraper sexuellement le VIH est identique ?
J'ai peut-être mal compris la finalité de la question :gratte:
Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d'alu.

Avant, j'étais indécis, maintenant je n'en suis plus très sûr...

Les marmottes qui pissent au lit passent un sale hiver (Philippe Vuillemin)

Avatar de l’utilisateur
Eve_en_Gilles
Messages : 1384
Inscription : 30 oct. 2012, 08:55

Re: Donner du sang est-il un droit?

#114

Message par Eve_en_Gilles » 24 mai 2013, 09:13

MaisBienSur a écrit :En France (je ne sais pas pour le Canada), sur le dossier que l'on rempli pour être donneur, il y a une question sur le nombre de partenaires sexuels. Les homos sont une population a risque lorsqu'ils multiplient les partenaires, mais s'ils ont une vie de couple "normale" (donc une sexualité "mono-partenaire"), le risque devient sexuellement équivalent à un couple mixte d'attraper le sida.
Il suffit limiter les donneurs homos a ceux qui n'ont pas eu plusieurs partenaires sexuels comme pour les hétéros, j'ai du mal à saisir la différence qu'on fait avec ça.
plus exactement une question sur les nouveaux partenaires récents.
La règle c'est nouveau partenaire = 4 mois sans don.

Pour avoir eu de nombreuses partenaires différentes par le passé mais m'être fixé il y un an, et régulièrement donner mon sang, je connais bien cette règle là.

D'ailleurs c'est rigolo, on interdit aux homos masculins le don du sang parce que leur sexualité (ie la sodomie) aggrave les risques de contamination, mais quid des hétéros qui pratiquent la sodomie ?
Ah, non, eux ça va, ils sont hétéros, ils ont le droit.
mmmh, contradiction quand tu nous tiens...
Srevne'l à eril zevas suov euq tse'c, esarhp ettec zennerpmoc suov is.
Ovarb !!! Spmet ertov udrep riova'd noisserpmi'l sap zeva'n suov ?

Avatar de l’utilisateur
Cogite Stibon
Messages : 3217
Inscription : 16 févr. 2012, 07:19

Re: Donner du sang est-il un droit?

#115

Message par Cogite Stibon » 24 mai 2013, 10:09

Greem a écrit :
Non ! Aucun questionnaire ne permettra de détecter si un donneur est porteur du VIH ou non. Dans tous les cas, il faut tester.
Euh oui, et alors ? J'ai parlé de teste inutile, pas d'absence de teste. Je ne pense pas que ce soit le cas mais si un groupe d'individus répond significativement positif au teste du Sida, autant exclure ce groupe dans la mesure ou ce groupe peut ne pas être rentable d'un point de vu économique (rapport coût du dépistage / récolte de sang). C'est pour ça que plutôt de faire des généralisations abusives sur les homos je demande si quelqu'un à des infos pour savoir si le nombre de donneurs homos malades est significativement plus élevé que chez les donneurs hétéros ? S'il n'y a pas de différence significative il n'y a pas lieu d'exclure les homos.
Je t'avais mal compris alors, et tant mieux. Ceci dis, ce qui compte alors, c'est la proportion absolue de séropositifs parmi les homos donneur qui compte, pas la différence avec les hétéros. Si il y a 1 séropositif pour 10 000 parmi les donneurs hétéros, et 1 séropositif pour 1 000 parmi les donneurs homos, ça fait un rapport de 1 à 10, mais ça ne justifie pas d'exclure les homos.

Edit : quote mismatch
Dernière modification par Cogite Stibon le 24 mai 2013, 11:24, modifié 1 fois.
Pour les échantillons statistiques, comme dans d'autres domaines, il n'y a pas que la taille qui compte.
Raisonner a l'instinct sur des problemes de probabilites, c'est le desastre assuré. (Spin Up)
Une graphe sans échelle, c'est bon pour la poubelle

Avatar de l’utilisateur
Greem
Messages : 2092
Inscription : 27 déc. 2009, 10:59

Re: Donner du sang est-il un droit?

#116

Message par Greem » 24 mai 2013, 11:22

Cogite Stibon a écrit : Ceci dis, ce qui compte alors, c'est la proportion absolue de séropositifs parmi les homos donneur qui compte, pas la différence avec les hétéros.
Ah oui effectivement, j'avais fallacieusement considéré les hétéros comme un groupe "référence", alors que ce petit calcul perte/gain est valable pour n'importe quel groupe, indépendamment des autres.
"Ils terribles ce ses sceptiquo-maniaques-sionisto-propagandum."

Avatar de l’utilisateur
BeRReGoN
Messages : 1647
Inscription : 06 sept. 2006, 11:36

Re: Bof.

#117

Message par BeRReGoN » 24 mai 2013, 11:39

HarryCauvert a écrit :Parce que j'ai vécu plus de trois mois en France entre 1980 et 1996, je n'ai pas le droit de donner mon sang au Canada. Je doute qu'il s'agisse de discrimination antifrançaise, car si tel était le cas je n'aurais pas été traité comme l'égal d'un Canadien dans tous les domaines, au point d'en devenir un.
Je serais curieux de savoir ce qui justifie la maintient de cette mesure. Je peux comprendre une mesure temporaire pour contrer une situation récente problématique. Ils doivent bien avoir une façon d'évaluer les risques et les variations de ceux-ci selon les mesures qu'ils appliquent, sinon ce n'est que politique tout ça.

Le manque de transparence est ce que je trouve le plus ridicule dans cette situation. Sur le site d'hémaquébec et de la société canadienne de sang, le communiqué relatant le changement concernant les relations entre homme fait part d'évaluation des risques mais ne cite aucune source.

Il y a ce vidéo, du docteur Dana Devine qui n'aide pas vraiment.
"What the hell you starin' at!!"

Avatar de l’utilisateur
embtw
Messages : 3939
Inscription : 19 juin 2008, 09:51

Re: Je ne dois pas comprendre un truc

#118

Message par embtw » 24 mai 2013, 14:00

Kraepelin a écrit : On voit immédiatement combien les mathématiques n'ont pas de secret pour toi!
Ce n'est pas bien grave, mon métier n'est pas dans les mathématiques.

Vous en revanche, ce qui est inquiétant, c'est de voir votre incompétence dans le domaine que vous exercez professionnellement.

( et oui, votre intervention étant parfaitement inutile, elle n'appelait qu'un commentaire inutile )

PS : Gardez le tutoiement pour vous, voulez-vous.
PS2 : La frustration et la colère se soignent, vous devriez consulter un confrère ou poursuivre/affiner votre analyse intérieure.
Cogite Stibon a écrit :Non plus ! Car il y a plus d'hétéro que d'homo. Il faut prendre en compte :
- la proportion d'homosexuels (voulant donner leur sang) parmi la population des donneurs potentiels.
- et la proportion de séropositif dans ces deux populations.
Sinon, ça ne veut rien dire. Et vive les probabilités conditionnelles.
Effectivement, cela ne veut rien dire, mais mon intervention se voulait ironique ( usage du :mrgreen: ), ce qui n'est hélas pas le cas de celle de la personne que je citais, CQFD.

Kraepelin n'y a rien compris, mais que voulez-vous, il est aussi doué en psychologie que je ne le suis en statistiques.

Merci pour le lien.
Loi de mauricemaltais : Quand on vient de prendre x minutes pour lire un texte de mauricemaltais, on vient de perdre x minutes.
Théorie d'affabulation gattienne : Pour ce qui concerne les DAHUS la physique exotique prévoi la matérialisation de particules imaginaires

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 7146
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: Donner du sang est-il un droit?

#119

Message par Kraepelin » 24 mai 2013, 23:50

MaisBienSur a écrit :
Kraepelin a écrit :
MaisBienSur a écrit : Les homos sont une population a risque lorsqu'ils multiplient les partenaires, mais s'ils ont une vie de couple "normale" (donc une sexualité "mono-partenaire"), le risque devient sexuellement équivalent à un couple mixte d'attraper le sida.
Tu as des sources pour documenter ça?
Une source pour démontrer quoi ?
Que mathématiquement, qu'on soit homo ou hétéro, si on est fidèle dans son couple, la probabilité d’attraper sexuellement le VIH est identique ?
Pas nécessairement! Les gens ne vont pas donner du sang en couple. La plupart des donneur agissent individuellement. Or, la fidélité du couple dont est issu un donneur de sang est toujours un peu sujette au doute. Celui qui donne du sang connait sa propre conduite sexuelle et peut répondre pour ce qui est de sa propre pomme, mais en ce qui regarde l'autre composante de son couple sa conviction n'est jamais qu'une hypothèse. Ensuite, la fidélité dans les sous-cultures lesbiennes et gays n'est peut-être pas la même que dans les sous-cultures corresponsdantes d'adultes des mêmes groupes d'âge. Finalement, dans le cas de couples de deux hommes, lorsque l'un des pertenaires est contaminé le risque que l'autre attrape le virus est beaucoup plus élevé que dans les couples hétéros. Comme tout ça n'est pas facilement contrôlable, il reste les risques actuariels. Je me demandais si tu affirmais ton affaire sur la base d'une mesure actuariel du risque. Ça ne semble pas le cas.
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
Brève de comptoir
Messages : 824
Inscription : 27 août 2011, 03:11

Re: Donner du sang est-il un droit?

#120

Message par Brève de comptoir » 25 mai 2013, 03:56

A priori le chauffage du sang est aujourd'hui systématique et obligatoire. On peut lire ici que "Tout produit biologique doit être considéré comme potentiellement contaminé." Donc il y a fort à parier que ce qui motive(rait) ces craintes (oui principe de précaution ; si on interdit tout le monde, le risque de contamination passe à zéro hein) soit une demande du personnel médical non pas pour limiter la contamination de patient à patient via les poches de sang (vu qu'il doit être chauffé donc débarrassé des germes) mais de patient à personnel médical.

De toute façon rien n'empêche un homosexuel de se déclarer hétéro (ils se mêlent de quoi franchement ?). Il y a une déclaration sur l'honneur ? y a un risque de procès en cas de mensonge ? Peu probable. "Monsieur, vous avez menti, vous êtes un gros pédé dégénéré, on vous a vu, on vous a suivi !".

Déterminer des "personnes à risque", c'est bien gentil, sauf qu'on va pas forcément dire la vérité.

En plus le fait de donner son sang est justement l'occasion de faire analyser son sang. Le dépistage du SIDA ça existe, et c'est nécessaire, parce que de nombreux malades ne se savent pas infectés. Dans une optique de santé publique globale, ça paraît donc normal d'accueillir des "personnes à risque". Certains malades ont certainement découvert leur séropositivité à l'occasion d'un don de sang. Si on les emmerde et préfère qu'ils crèvent sans être soignés et sans connaître de quoi ils souffrent, oui interdire aux homos et aux personnes à risque de proposer leur sang, c'est la meilleure solution. Si on a une vision globale de la santé publique et si la collecte n'est pas effectuée par de la sous-traitance non qualifiée, non informée des risques ou des mesures à prendre, alors on a aucune raison de priver les homos de se proposer leur sang. D'autant plus que rien n'oblige un homo à se déclarer homo. Tout comme rien n'oblige une personne infectée de se déclarer infectée.

Quant à la question du coût, elle me paraît bien déplacée. Encore une fois, si on fait faire les collectes de sang par des entreprises privées dont ce n'est pas le travail, on peut encore craindre des scandales de contamination ou d'accident, ou comme ici de mesures suspectes. Parce que le dépistage est à la fois une nécessité, une obligation et un service de santé publique. Et c'est pas comme si le sang tombait du ciel. En médecine d'urgence, ces poches de sang sont nécessaires et c'est un service public, je crois pas que le coût d'un dépistage systématique (qui de toute façon est désormais obligatoire) change grand chose au problème.

Après, sur la question du droit, c'est particulier. Il n'y a effectivement pas de droit au don. Donc le personnel médical peut refuser si ça lui chante telle ou telle personne. Mais qu'on vienne pas dire que c'est pour des raisons de santé publique. Parce que s'il y a une question de droit, c'est d'être informé qu'on est infecté si on a offert son sang. Et ça c'est le devoir du personnel médical et du centre qui veut pas à être confondu avec un centre de dépistage... "On laisse les lépreux aux autres, nous on est les anges du ciel qui venons en aide aux malheureux."

Ça me parait d'ailleurs tout autant excessif d'interdire le don aux autres donneurs "à risque". Je comprends pas qu'un mouvement de don juan, casanova, niqueurs, échangistes, cocus, ne se soit pas crée pour se joindre aux homos^^. Le sang est testé puis chauffé, alors c'est quoi le problème sinon là une volonté toute irationnelle de vouloir recevoir que de peuple en apparence sain pour aider les pauvres malades en détresse. Parce que encore une fois "bouh ! le centre de dépistage, ça existe ! nous on fait dans les bonnes oeuvres." Si le risque après un test et le chauffage est de 0, alors, c'est quoi le problème ? Pourquoi réduire encore ce risque en n'acceptant que des Barbies et des Ken (sic) comme donneurs ?...

Non mais sérieux, au Canada vous avez votre orientation sexuelle sur vos cartes d'identité ?!

Pour info, apparemment, le don par des homos est autorisé en Grande-Bretagne, en Espagne et en Italie. Question de pragmatisme : pourquoi interdire un don à des "personnes à risques" quand le sang est testé dans tous les cas, et chauffé... Pas besoin de faire appel aux statistiques quand 100% des dons sont testés et chauffés. (Après qu'ils mettent des conditions, ils font ce qu'ils veulent, ça restera toujours purement subjectif, une norme n'étant pas forcément la même d'un pays à un autre -- et puisque ce n'est pas effectivement une question de droit, ça ne peut pas être considéré comme de la ségrégation ; but still... just dumb et contraire, aussi, à l'intérêt général).
La quête irrationnelle des potiches symboliques attestant de la "normalité" conduit à des revendications absurdes et parfois contraires à l'intérêt public.
L'intérêt public, c'est aussi de pouvoir dépister les homosexuels quand ils donnent leur sang. A moins que vous pensez que l'homosexualité est contraire à l'intérêt public... Dans Kraepelin, parfois, j'ai envie de lire "Krapule".

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 7146
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: Donner du sang est-il un droit?

#121

Message par Kraepelin » 25 mai 2013, 07:33

Brève de comptoir a écrit : A priori le chauffage du sang est aujourd'hui systématique et obligatoire. On peut lire ici que "Tout produit biologique doit être considéré comme potentiellement contaminé." Donc il y a fort à parier que ce qui motive(rait) ces craintes (oui principe de précaution ; si on interdit tout le monde, le risque de contamination passe à zéro hein) soit une demande du personnel médical non pas pour limiter la contamination de patient à patient via les poches de sang (vu qu'il doit être chauffé donc débarrassé des germes) mais de patient à personnel médical.
Je me demande si tu ne mélanges pas deux affaires voisines mais différentes: la première serait le risque de contamination par transfusion sanguine et le second le risque de contamination par contact accidentel avec du sang contaminé.
Brève de comptoir a écrit : De toute façon rien n'empêche un homosexuel de se déclarer hétéro (ils se mêlent de quoi franchement ?). Il y a une déclaration sur l'honneur ? y a un risque de procès en cas de mensonge ? Peu probable. "Monsieur, vous avez menti, vous êtes un gros pédé dégénéré, on vous a vu, on vous a suivi !".
C'est aussi le cas des personnes toxicomanes qui pratiquent les drogues par intrveineuse. Elles pourraient aussi nier l'être et donner du sang. Mais ici, la bataille était une bataille symbolique sur le questionnaire d'exclusion.
Brève de comptoir a écrit :Déterminer des "personnes à risque", c'est bien gentil, sauf qu'on va pas forcément dire la vérité.
«Forcément», non! Mais mentir ne correspond pas au profil du donneur moyen. Donner du sang n'apporte rien au donneur. C'est un acte gratuit et généreux. Si quelqu'un veux être dépisté pour le VIH, il y a d'autres moyens gratuit et bien plus faciles qu'un don de sang. Ceux qui se prêtent aux dons de sang sont donc peux susceptibles de mentir. Pourquoi mentir pour avoir accès à la possibilité de faire un don généreux qui n'apporte rien au donneur? Ça ne tient pas la route.
Brève de comptoir a écrit :En plus le fait de donner son sang est justement l'occasion de faire analyser son sang.
Si quelqu'un veux être dépisté pour le VIH, il y a d'autres moyens gratuit et bien plus faciles qu'un don de sang. Pour les campagnes de dépistage, il y en a eu dans les groupes à risque et l'incuitation à y participer était très forte.

Le dépistage du SIDA ça existe, et c'est nécessaire, parce que de nombreux malades ne se savent pas infectés. Dans une optique de santé publique globale, ça paraît donc normal d'accueillir des "personnes à risque". Certains malades ont certainement découvert leur séropositivité à l'occasion d'un don de sang. [/quote] Je comprends ton idée. Mais ces deux enjeux de santé public se mélangent mal l'un avec l'autre comme tu le fais. Le problème c'est que les tests comportent des «faux négatifs». Ce n'est pas très grave pour les séropositifs qui pourront toujours se faire dépister plus tard par un autre test fait dans d'autres conditions. C'est grave, par contre, pour le receveur qui va se faire contaminer par du sang contaminé que l'on a pas détecté.
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
Brève de comptoir
Messages : 824
Inscription : 27 août 2011, 03:11

Re: Donner du sang est-il un droit?

#122

Message par Brève de comptoir » 25 mai 2013, 08:54

Je me demande si tu ne mélanges pas deux affaires voisines mais différentes: la première serait le risque de contamination par transfusion sanguine et le second le risque de contamination par contact accidentel avec du sang contaminé.
Hein ? ^^ Oui je parle bien de deux choses différents. C'est incompatible ? Je vais penser que le personnel médical va craindre d'être contaminés en se faisant transfuser ? Ahah, vous avez une logique bizarre. Bien sûr que je parle de deux choses différentes. Je ne les confonds pas...
Mais ici, la bataille était une bataille symbolique sur le questionnaire d'exclusion.
Bataille symbolique ? Ah ok, donc c'est un critère d'exclusion purement dogmatique. Ok ok...
Pourquoi mentir pour avoir accès à la possibilité de faire un don généreux qui n'apporte rien au donneur? Ça ne tient pas la route.
Ce qui ne tient pas la route c'est de brandir haut le principe de précaution en multipliant les précautions pour arriver en théorie à un risque zero (un test peut être défaillant mais quand vous cramez du sang, les virus ne résistent pas) mais en même temps se refuser à considérer le risque, peu probable* c'est certain mais qui existe, qu'un individu mente.

* quoi que. On peut imaginer facilement des situations où un individu peut être amené à mentir pour faire bonne figure. Certaines collectes de sang se font en entreprises (certains peuvent même y aller en couple j'imagine). Et là patatras, tu sais que si tu révèles des trucs que tu seras exclus. "Oh mais Richard n'a pas donné son sang... POURQUOI ? soit il est homo soit c'est un gros niqueur !" Pression social. On peut imaginer que pour quelqu'un ce soit important de pouvoir montrer sa carte de donneur. Donneur régulier, Richard connait parfaitement ce qui pourrait le recaler, or il a vécu une aventure extra-conjugale il y a deux mois et l'a gardée secrète. Tout le monde autour de lui est fier de le voir tous les quatre matins aller donner son sang. Richard va-t-il suivre sa conscience et rendre sa carte de donneur ?^^ Mais non, ce n'est pas possible !!! Donc le mensonge, dans ces situations, oui, ça doit être plus fréquent qu'on le pense. Et c'est pas un problème, puisque toutes les mesures sont prises, après, pour réduire les risques de contamination à zéro.
Si quelqu'un veux être dépisté pour le VIH, il y a d'autres moyens gratuit et bien plus faciles qu'un don de sang.
Et alors ? Le fait est qu'une séance de don permet de dénicher les malades qui s'ignorent (soit parce qu'ils n'étaient pas à risque, soit parce qu'ils ont menti, peu importe). Tu peux pas savoir ce qui se passe dans la tête de ces gens. C'est compliqué de comprendre qu'un mec qui va se faire dépister dans un centre dédié au dépistage, il ira plutôt en traînant des pieds parce qu'il aura peur du regard des gens (oui le personnel médical, ce sont des gens), et donc qu'on ne peut pas écarter la possibilité que certains viennent donner du sang justement pour être rassurés sur leur état de santé. C'est mieux que rien non ? Alors je vais pas faire un procès au personnel médical qui procède à ces prélèvements, mais sachant cela, il y a la possibilité qu'ils veulent bien pratiquer ces petites séances de piqures à la condition seulement que soit écartés les populations à risque. Parce que le risque d'accident est probablement accrue en n'interdisant pas ces populations à risque. C'est pas comme si le personnel médical était tout blanc. On sait avec les maladies nosocomiales que les règles d'hygiène et de sécurité ne sont pas strictement observées. Ils le savent, donc au lieu de porter la possible responsabilité d'un accident sur eux, ils préfèrent limiter les risques en n'acceptant pas les populations à risque. Encore une fois, si le sang est chauffé, le risque de contamination est de 0. A quoi sert ces pseudos précautions supplémentaires (alors qu'elles auraient pourtant un réel intérêt de santé public) ? A rassurer le personnel médical.
Ce n'est pas très grave pour les séropositifs qui pourront toujours se faire dépister plus tard par un autre test fait dans d'autres conditions.
Pourront toujours ? T'évalues cette possibilité à quoi ? 100% Je crois qu'on en est loin. Un malade qui se balade pas dans la nature, qui est soigné et qui contamine personne d'autre, c'est toujours ça de gagné. On va pas prendre le risque que monsieur aille se faire dépister ailleurs. Tu le tiens, c'est une population dite à risque, il vient -- aussi -- pour se faire dépister à travers une campagne de don, tu le lâches pas. Bien sûr, on comprend la logique. Les hétéros, c'est important qu'ils ne restent pas dans la nature, mais les homos, ils se contaminent entre eux, donc laissons-les dans leur ignorance... Désolé, ça pue. Et ça pue encore plus quand pour justifier un tel raisonnement, on prétend que c'est pour garantir la santé du receveur. Parce que :
C'est grave, par contre, pour le receveur qui va se faire contaminer par du sang contaminé que l'on a pas détecté.
1/ le sang est testé donc le virus détecté
2/ dans le cas d'une erreur, le sang est chauffé donc le virus détruit

Mais c'est intéressant. A chaque fois qu'il est question du droit des homosexuels (en plus ici, je suis d'accord, ce n'est pas une question de droit), que ce soit ici ou pour la droit à l'adoption (ou autre chose ?) vous êtes au premier rang. Et toujours dans le sens opposé aux "droits des homosexuels", l'ouvrant bien souvent pour parler de la dictature de la normalisation de l'homosexualité (je paraphrase) ou de "revendications absurdes" (là je vous cite). Ah vous lire les homosexuels n'ont droit à rien, sinon celui de se taire et de ne plus exister ; et si la société les écoute, c'est parfaitement irrationnelle, illégitime, et le seul résultat d'une mode ou du politiquement correct. Mouais mouais mouais... Dites-moi maître Krapelin, pourquoi vous intéressez-vous tant à la question de l'homosexualité ? Vous sentez-vous intimement, personnellement, concerné ?

Avatar de l’utilisateur
MaisBienSur
Messages : 4727
Inscription : 13 sept. 2012, 10:43

Re: Donner du sang est-il un droit?

#123

Message par MaisBienSur » 25 mai 2013, 09:58

Brève de comptoir a écrit :Dites-moi maître Krapelin, pourquoi vous intéressez-vous tant à la question de l'homosexualité ? Vous sentez-vous intimement, personnellement, concerné ?
Je voulais répondre à Kraepelin mais je ne reprendrais qu'en grande partie le même discours avec les mêmes exemples que Brève de comptoir. J'ai été donneur quelques années avant de faire partie d'une des populations citées: un mouvement de don juan, casanova, niqueurs, échangistes, cocus, ne se soit pas crée pour se joindre aux homos :a4:
Par honnêteté, j'ai donc rempli le fameux questionnaire sans mentir et je me suis fait exclure.
Depuis, je demande une fois par an à mon médecin un dépistage complet des MST (que je vais faire avec mon épouse).

Et je fais aussi partie de ceux qui ce posent la question sur Kraepelin et son obsession compulsive de l'homosexualité :a2:
Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d'alu.

Avant, j'étais indécis, maintenant je n'en suis plus très sûr...

Les marmottes qui pissent au lit passent un sale hiver (Philippe Vuillemin)

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 7146
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: Donner du sang est-il un droit?

#124

Message par Kraepelin » 25 mai 2013, 10:05

Brève de comptoir a écrit :
Je me demande si tu ne mélanges pas deux affaires voisines mais différentes: la première serait le risque de contamination par transfusion sanguine et le second le risque de contamination par contact accidentel avec du sang contaminé.
Hein ? ^^ Oui je parle bien de deux choses différents. C'est incompatible ? Je vais penser que le personnel médical va craindre d'être contaminés en se faisant transfuser ? Ahah, vous avez une logique bizarre. Bien sûr que je parle de deux choses différentes. Je ne les confonds pas...
Le refus d'accepter du sang des homosexuels mals , des hétéros qui ont des relations non protégées avec des prostituées et des toxicomanes qui se crinquent n'a rien à voir avec la contamination indirecte. Le refus reposait uniquement sur le risque pour les cas de transfusions. Votre mélange est donc hors de propos.
Brève de comptoir a écrit :
Mais ici, la bataille était une bataille symbolique sur le questionnaire d'exclusion.
Bataille symbolique ? Ah ok, donc c'est un critère d'exclusion purement dogmatique. Ok ok...
Vous croyez que cette exclusion reposait sur un dogmatisme? Vous ne comprenez pas ce qu'est un risque actuariel. Vous me faite peur! J'espère que vous n'occupez pas un poste décisionnel quelque part!
Brève de comptoir a écrit : On peut imaginer facilement des situations où un individu peut être amené à mentir pour faire bonne figure. Certaines collectes de sang se font en entreprises (certains peuvent même y aller en couple j'imagine). Et là patatras, tu sais que si tu révèles des trucs que tu seras exclus. "Oh mais Richard n'a pas donné son sang... POURQUOI ? soit il est homo soit c'est un gros niqueur !" Pression social.
Il y a mille bonnes raisons de ne pas donner du sang. Être sujet à un choc vagalest un des meilleurs.
Brève de comptoir a écrit :
C'est grave, par contre, pour le receveur qui va se faire contaminer par du sang contaminé que l'on a pas détecté.
1/ le sang est testé donc le virus détecté
Qu'est-ce qui n'est pas clair pour vous dans la notion de "faux négatif"?
Brève de comptoir a écrit :2/ dans le cas d'une erreur, le sang est chauffé donc le virus détruit
Si le procédé est systmatique et sûr à 100%, alors cette discussion est aussi inutile que le questionnaire de sélection des donneurs. Vous pouvez me documenter cette certitude?
Brève de comptoir a écrit :Mais c'est intéressant. A chaque fois qu'il est question du droit des homosexuels (en plus ici, je suis d'accord, ce n'est pas une question de droit), que ce soit ici ou pour la droit à l'adoption (ou autre chose ?) vous êtes au premier rang. Et toujours dans le sens opposé aux "droits des homosexuels", l'ouvrant bien souvent pour parler de la dictature de la normalisation de l'homosexualité (je paraphrase) ou de "revendications absurdes" (là je vous cite). Ah vous lire les homosexuels n'ont droit à rien, sinon celui de se taire et de ne plus exister ;
Je ne sais pas où vous avez apris à lire, mais dites le moi vite que je n'y envois pas mes enfants.
Brève de comptoir a écrit : et si la société les écoute, c'est parfaitement irrationnelle, illégitime, et le seul résultat d'une mode ou du politiquement correct.
Pour les enfants et les simples d'esprit, il est plus facile que tout soit blanc ou noir. Si non, ils ont de la difficulté à suivre. Les cinéastes américains et les organisateurs de matches de lutte l'ont bien compris. Ils campent leurs personnages dans des rôles sans nuances pour que les spectateurs moyens puissent comprendre. Mais, pour les personnes plus matures, la tolérance à l'embivalence et la capacité de discrimination intellectuelle est suffisante pour tolérer des situations plus nuancées.

Pour ces adultes, certaines revendications d'un groupe peuvent être très légitimes et d'autres revendications, du même groupe, ne pas être légitimes. Les adultes peut être contre l'antisémitisme sans être nécessairement sionnistes. Ils peuvent être contre le racisme et le sexisme sans être nécessairement pour la discrimination positive dans l'emploi. Ils peuvent êtres contre la violence homophobique et contre la discrimination dans l'emploi des personnes gays et lesbiennes sans être nécessairement pour l'adoption homoparentale systématique ou même pour le marige gay. :hausse:
Brève de comptoir a écrit :Dites-moi maître Krapelin, pourquoi vous intéressez-vous tant à la question de l'homosexualité ? Vous sentez-vous intimement, personnellement, concerné ?
Ce doit-être mon homosexualité inconsciente que je n'accepte pas à cause de mes racines catholitques et de mes croyances psychanalytiques. :mrgreen:
Dernière modification par Kraepelin le 25 mai 2013, 10:25, modifié 1 fois.
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 7146
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: Donner du sang est-il un droit?

#125

Message par Kraepelin » 25 mai 2013, 10:11

MaisBienSur a écrit : Et je fais aussi partie de ceux qui ce posent la question sur Kraepelin et son obsession compulsive de l'homosexualité
Pourquoi pas? J'ai expliqué ailleurs mes motivations. Je vais les expliquer ici autrement. D'une part, je déteste le "politically correct" presque autant que la haine gratuite de la différence. Sur ces questions, les "politically correct" ont le vent dans les voiles jusqu'à la stupidité. Ils sont naturellement ma cible. D'autre part, c'est un beau thème sceptique: le sujet est chaud, les interlocuteurs nombreux, les arguments très pauvres, les sophismes sont légions. Tout pour aiguiser la fibre sceptique, ne trouvez-vous pas?

D'ailleurs ici-même, au lieu de répondre à mes arguments, vous tournez à l'attaque personnelle. Pas fort!
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit