La vidéo du diable

Le débat infini se poursuit ici
Avatar de l’utilisateur
Eve_en_Gilles
Messages : 1384
Inscription : 30 oct. 2012, 08:55

Re: La vidéo du diable

#26

Message par Eve_en_Gilles » 19 août 2013, 04:32

Brigand a écrit :
Remarque simple a écrit :Pour plusieurs croyants, si on prouve que le diable existe, on prouvera que dieu existe.
Et pour les gens qui réfléchissent un peu, la logique empêche l'existence simultanée de dieu (bon, omniscient, omnipotent, nous offrant le libre-arbitre) et du diable tels que décrits par la religion chrétienne (sauf évidemment à recourir à des hypothèses ad hoc pour faire tenir le château de cartes).
Une question simple à poser aux croyants: "Selon vous, le diable est-il plus fort que dieu?" S'ils répondent "oui", alors dieu n'est pas omnipotent et n'a pas pu créer l'univers. S'ils répondent "non", dieu est complice du diable, ce qui en fait un enfoiré hypocrite.
on en revient toujours à l'hypothèse INS : Dieu à provoqué la chute des démons parce qu'il se faisait chier, principalement.
Srevne'l à eril zevas suov euq tse'c, esarhp ettec zennerpmoc suov is.
Ovarb !!! Spmet ertov udrep riova'd noisserpmi'l sap zeva'n suov ?

Avatar de l’utilisateur
Remarque simple
Messages : 343
Inscription : 23 mars 2009, 00:47

Re: La vidéo du diable

#27

Message par Remarque simple » 28 août 2014, 18:44

Bonjour,

Revenons au sujet de la vidéo du diable. Par le passé, le diable se retrouvait, dans la nature (les tempêtes, les éclairs), dans les animaux (les serpents), dans le centre de la terre (les volcans), etc. …Je ne vous apprends rien. Aujourd’hui le règne du diable a diminué, selon des religieux, celui-ci se retrouve dans les esprits, dans l’âme, et c’est le dernier repère que plusieurs gens ont peur de discuter.

Il y a beaucoup et beaucoup de questions à se poser. Est-ce qu’il y a des vidéos de gens violents ou de gens ont fait des violences ? Est-ce que ces violences sont appelées par certaines personnes des actions du diable ?

Pourquoi certains individus se retrouvent dans une boucle infernale ?

1) Est-ce vrai que dans les prisons il y a plus de 60% des prisonniers qui sont en sevrage ?
2) Est-ce vrai que plusieurs d’entre eux ne savent pas qu’ils sont en sevrage ?
3) Est-ce vrai que le sevrage génère des crises d’angoisse, de paranoïa et de schizophrénie ?
4) Est-ce vrai que le sevrage peut durer plusieurs années (six ans) ?
5) Est-ce vrai que pendant le sevrage, l’individu ne control pas ses émotions ?

Le mot qui revient le plus est sevrage……….

Quand on est en face d’un personnage en sevrage on peut s’attendre à n’importe quoi. Cela peut aller d’un excès d’amour jusqu'à un excès de violence. L’individu ne contrôle pas ses émotions. On parle d’angoisse, d’insomnie, de confusion, de bipolarité, de paranoïa, de schizophrène. Il est difficile de comprendre l’état psychologique parce que cela dépends des individus, de la drogue et du degré de dangerosité.

Mais le comble de l’incompétence est le commentaire d’un aumônier. Il croit qu’il y a un grand secret dans les prisons, et que quelque fois Dieu vient chercher des âmes repentantes. Il a prétendu avoir aidé et être témoins de plusieurs cas. En plus, il y a des juges, des avocats, des policiers qui croient ces balivernes. A mes yeux, c’est simplement une arnaque aberrante ! Parce que pendant les moments de faiblesse, on peut manipuler facilement les individus en sevrage.

Serait-il possible, dans les prisons, que l’on informe les prisonniers de l’effet de sevrage ? Qu’on leur dise qu’ils peuvent connaitre des crises, d’angoisse, d’insomnie, de confusion, de paranoïa ou de schizophrénie pendant le sevrage ? Peut-on leur expliquer que leurs émotions ne sont plus fiables pendant cette période (jusqu'à six ans) ? C’est une erreur de faire la promotion de livres religieux en prison parce que c’est de la violence que l’on y retrouve si les prisonniers lisent ces livres. Au lieu d’engager des aumôniers pourrait-on les remplacer par de meilleurs spécialistes ?

Je ne dis pas que l’on peut régler le cas de tous les prisonniers, je ne dis pas que le sevrage est la cause de tous les drames….je dis que la religion est une nuisance.

Qu’en pensez-vous ?
.
Leurs religions sont des mélanges de légendes, de superstitions et de fictions tribales.
Leurs histoires émanent de l’antiquité, valorisant la xénophobie, le racisme et la guerre.
Leurs morales louangent; menaces, mensonges, manipulations, mégalomanies, misogynies.

Avatar de l’utilisateur
Pepejul
Messages : 9088
Inscription : 11 déc. 2013, 12:07

Re: La vidéo du diable

#28

Message par Pepejul » 29 août 2014, 11:00

D'accord avec la dernière phrase.... ;)
On a tort d'écrire tord ! Le prochain qui fait la faute je le tords !

Avatar de l’utilisateur
Remarque simple
Messages : 343
Inscription : 23 mars 2009, 00:47

Re: La vidéo du diable

#29

Message par Remarque simple » 18 juin 2015, 17:57

Bonjour,

@pepejul ; merci, on va y arriver.

Il est facile de faire connaitre l’enfer ou le diable à n’importe quel individu, il suffit de le rendre schizophrène.

Laissez-moi vous expliquer le phénomène et il faut comprendre que nous sommes tous semblables. Vous connaissez les réactions qui vous ressentez à cause d’un bruit soudain, d’une image inattendue, d’un choc émotionnel rapide. Quand une personne vous surprend soudainement sans avertissement, elle active votre « peur instinctives » et vous pouvez avoir plusieurs réactions de défense, soient ; le sursaut, le cri, l’attaque, la perte de conscience, la paralysie, la fuite, etc. Ces réactions ne durent que peu de temps, génère une confusion et augmente la sensibilité de vos sens momentanément (ouïe principalement). La raison laisse la place à l’instinct.

Maintenant imaginez quand cette réaction est maintenue pendant un longue période de temps :
une sec, 10 sec, 1 min, 10 minutes, 1 heure. La raison n’est plus là, le « bon sens » n’existe plus, dans cet état émotionnel vous allez faire ou croire n’importe quoi, il n’y a pas de limites sociales internes qui s’activent.

Pouvez-vous comprendre le niveau de peur et de stress que vous ressentiriez si cela se produisait sans que vous réalisiez votre état. Des phénomènes physiques apparaissent aussi, votre cœur risque d’éclater, vous allez entendre des voix, vous allez avoir des sueurs. Pendant cette période intense, ne soyez pas surpris si vous parler a Dieu ou si vous parler au diable. Après un épisode, et pour un certain lapse de temps, l’individu ne peut plus croire en la réalité de son entourage. Ce que je viens de décrire est de la schizophrénie.

Les crises de schizophrénie peuvent être du a une cause naturelle c'est-à-dire à un débalancement chimique du cerveau ou a cause du sevrage d’une drogue ou d’un médicament. Les niveaux de schizophrénie varient avec les individus et avec les drogues. Je pense que la paranoïa est simplement un niveau moins intense de schizophrénie.

Mais le point sur lequel j’insiste est la schizophrénie induite par le sevrage d’un médicament ou d’une drogue. Par exemple, si on vous a prescrit une forte dose d’antipsychotique et que vous l’arrêter soudainement, vous aller devenir en sevrage, et la schizophrénie peut apparaitre à plusieurs reprises.

De la même façon, si vous prenez des drogues pendant des partys, ne soyez pas surpris si vous vivez des émotions étranges pendant votre sevrage et cela durera plusieurs semaines après la prise de ces drogues. Vous jouez à la roulette russe. Par la suite, vous risquez de connaitre le « mal de vivre » sans savoir pourquoi.

Ensuite, si vous allez consultez un psychiatre « incompétent », qui ne pose pas de questions pertinentes, il va vous prescrire des antipsychotiques en croyant que vos symptômes de sevrage sont du à une maladie mentale et vous allez croire que c’est la seule possibilité. Vous allez alors entrer dans le cercle de la psychiatrie religieuse.
Avez-vous observé ces phénomènes dans votre entourage ?
Savez pourquoi je parle de ce sujet sur le site des sceptiques dans la section créationniste ?
C’est parce que j’ai entendu des psychiatres rejeter complètement la théorie du sevrage en prétendant que c’était le mal de l’âme de ceux qui ne croit plus ou pas assez en dieu. Le comble est que certains disent que les antipsychotiques sont nécessaires pour remplacer la religion, les cons!!!!

Ce qui m’a révolté, c’est qu’il n’y a pas eu de résistance de la part de la communauté des psychiatres. On dirait qu’ils ferment les yeux sur l’effet de sevrage des drogues, je pense que le problème se situe principalement aux niveaux; 1) de la peur qu’ils ont de rejeter plusieurs sections du DSM ou 2) de leur désir de promouvoir la médication et leur spécialité ou 3) de prouver leur croyance en l’âme ou 4) d’avoir une sensation de pouvoir psychologique.

Un argument souvent amener est que c’est « un problème génétique », c’est souvent vrai. Mais on ne devient pas schizophrène spontanément de façon naturelle. C’est faux de dire que la drogue actionne des gènes antérieurement inactifs pour le reste de la vie. Cela cache la duré du sevrage d’une drogue (jusqu'à 6 ans).

La solution au sevrage ne viendra pas des institutions psychiatriques si celles-ci croient en l’existence de l’âme (l’âme serait une entité interne au corps et que les antipsychotiques peuvent soigner quand elle est malade). L’âme n’existe pas… je le répète pour mes amis psychiatres,…l’âme n’existent pas.

SVP : ATTENTION, si vous prenez des antipsychotiques, ne les arrêtez pas soudainement, c’est trop dangereux, pendant la crise de schizophrénie vous pouvez en mourir ou vous suicider sans le réaliser. Il faut y aller en douceur, avec un médecin compétant et sachez que le sevrage va durer des années.

Qu’en pensez-vous ?
.
Leurs religions sont des mélanges de légendes, de superstitions et de fictions tribales.
Leurs histoires émanent de l’antiquité, valorisant la xénophobie, le racisme et la guerre.
Leurs morales louangent; menaces, mensonges, manipulations, mégalomanies, misogynies.

Avatar de l’utilisateur
Pooh
Messages : 1484
Inscription : 18 févr. 2015, 21:56

Re: La vidéo du diable

#30

Message par Pooh » 19 juin 2015, 15:39

psychoses
Causes

Bien que la cause exacte ne soit pas clairement définie, nous savons que la psychose résulte d'une anomalie du cerveau, particulièrement dans les systèmes chimiques de neurotransmission impliquant la dopamine et la sérotonine.
La psychose peut être associée à la schizophrénie, aux troubles bipolaires, à la démence (Alzheimer et autres troubles de dégénérescence du cerveau), aux ACV, aux tumeurs au cerveau, à la consommation abusive de drogues ou d'alcool ainsi qu'à des réactions indésirables suite à cette consommation ou à des antécédents familiaux en matière de psychose

source http://www.douglas.qc.ca/info/psychose

cause schizophrénie
Qu’est-ce qui en est la cause ?

On sait que les cellules de cerveau sont en communication constante entre elles. Elles utilisent les neurotransmetteurs à cette fin. Ce sont les neurotransmetteurs qui régissent les émotions, les mouvements, les pensées, les fonctions cognitives (mémoire, concentration, jugement, etc.) et les fonctions de survie (sommeil, appétit, digestion, élimination, contrôle de la douleur, réflexes, etc.).

Dans la schizophrénie, l’équilibre des neurotransmetteurs est perturbé. Cependant, l’origine de cette perturbation est inconnue. La schizophrénie n’a pas une cause unique, mais résulte sans doute d’un ensemble de facteurs qui, combinés, entraînent l’apparition des symptômes. Ces facteurs comprennent :

Une vulnérabilité biologique ou héréditaire ;
l’abus ou parfois la simple consommation de certaines drogues ;
des facteurs de stress dans la vie d’un individu.

source http://www.msss.gouv.qc.ca/sujets/prob_ ... ,0#sccause

voici moi ce que j'en pense : et vous ? où sont vos sources ?
et pourquoi parlez-vous de sevrage d'antipsychotique ?
et quoi ? le diable est égal aux symptomes de la schizophrénie ?

Avatar de l’utilisateur
Remarque simple
Messages : 343
Inscription : 23 mars 2009, 00:47

Re: La vidéo du diable

#31

Message par Remarque simple » 18 févr. 2016, 10:21

Bonjour,

@Pooh ; merci, j’espère que je vais répondre à tes questions ou du moins expliquer ma façon de voir.

Laisse-moi dire quelques remarques à propos des instituts psychiatriques, il est facile d’y détecter des incompétents. Ce sont ceux qui ENCOURAGENT les convictions ésotériques. Ceux qui prêchent de fausses croyances par exemple les croyances ; des esprits immatériels, des dieux, des religions, des méthodes transcendantales, des fantômes, etc. Quand on sait que dieu n’existe pas, le milieu des psychiatres et des intervenants est assez surprenant à observer. Attention, il ne faut pas faire de généralisation, les gens de ces instituts ne sont pas tous des religieux et il y a une grande différence entre la compassion et la propagande. Ceux qui sont compétents ont un sens de compréhension développé. Ils savent, les mots "Freud, fraude" se ressemblent quelquefois.

Il y a un aspect important que l’on oublie souvent quand on parle de psychiatrie, c’est le système de prescription de leurs médicaments. Celui-ci opère en osmose avec les compagnies pharmaceutiques. Le principal but des compagnies pharmaceutiques est de faire des profits. Lorsqu’un médicament est mis en marché, ces compagnies ont prouvé que leur médicament peut altérer, diminuer ou soigner les symptômes d’une maladie mentale observable.

Par contre, les effets secondaires sont souvent négligés, non révélés ou non publiés. Quand j’ai découvert que des psychotropes pouvaient induire de la schizophrénie, pendant le sevrage, chez une personne initialement normale, je me suis sérieusement questionné. Comprends-tu ?

Si une personne avec de mauvaises intentions découvre le médicament ou la drogue qui rend schizophrène pendant le sevrage, cette personne peut envoyer à l’institut psychiatrique n’importe quel individu parce qu’elle n’a qu’à lui donner cette substance à son insu. L’effet de schizophrénie se produira quelques jours après l’arrêt de l’ingestion de la substance et la personne de mauvaise foi aura les « mains blanches » parce qu’elle pourra se déclarer indépendante du phénomène. Les spécialistes incompétents, ne comprendrons pas la source de la schizophrénie, comme tu l’as rapporté dans ton texte et ne chercherons qu’à y voir une maladie mentale soudaine inexpliquée.

J’ai eu une rencontre avec des spécialistes de la santé mentale où j’ai voulu expliquer que des médicaments pouvaient induire de la schizophrénie pendant le sevrage. Les arguments que tu apportes dans ton texte m’ont été servis. Par la suite…je répète, après…ils m’ont dit qu’il fallait prier dieu pour aider les schizophrènes parce que cet être divin peut les sauver. J’ai failli les traiter ouvertement d’incompétents, mais j’aurais perdu ma crédibilité et j’ai décidé d’agir autrement. Avant tout, ils devraient réaliser que dieu n’existe pas.

Le plus choquant est que des psychiatres prétendent que la schizophrénie est seulement reliée à des prédispositions génétiques ou à un phénomène traumatisant antérieur. Plusieurs psychiatres refusent de voir la possibilité que ce soit dû à un sevrage soudain de médicaments qu’ils prescrivent souvent inutilement.

Les compagnies pharmaceutiques ne retireront pas un médicament du marché (qui peut être destructeur) par leur propre volonté, surtout si celui-ci crée de la dépendance et est très rentable monétairement.

Réalises-tu ce qui sous-tend leurs motivations? Je parle ici de la religion et de l’argent. Le même principe s’applique peut-être à d’autres médicaments prescrits pour la paranoïa, la dépression, la douleur, etc.

Qu’en pensez-vous ?
.
Leurs religions sont des mélanges de légendes, de superstitions et de fictions tribales.
Leurs histoires émanent de l’antiquité, valorisant la xénophobie, le racisme et la guerre.
Leurs morales louangent; menaces, mensonges, manipulations, mégalomanies, misogynies.

Avatar de l’utilisateur
NEMROD34
Messages : 4541
Inscription : 21 mars 2008, 10:45

Re: La vidéo du diable

#32

Message par NEMROD34 » 18 févr. 2016, 12:53

Si une personne avec de mauvaises intentions découvre le médicament ou la drogue qui rend schizophrène pendant le sevrage, cette personne peut envoyer à l’institut psychiatrique n’importe quel individu parce qu’elle n’a qu’à lui donner cette substance à son insu.
Et si cette idée était simplement celle d'un(e) psychotique ?
NEMROD34 S.A.R.L de démolition minutieuse de foutaises.
Siret : 123456789
Capital 3 millions de brouzoufs
Certifié sans chat.

Militant du: " MITCH S'en Fout "= Milite pour Images, Trucs à la Con, Humour, Sur le Forum.

Avatar de l’utilisateur
Remarque simple
Messages : 343
Inscription : 23 mars 2009, 00:47

Re: La vidéo du diable

#33

Message par Remarque simple » 04 oct. 2016, 10:24

Bonjour,

@NEMROD34 ; tu soulèves le problème, les soignants ne savent pas détecter la différence entre une personne qui vit un sevrage de psychotropes et une maladie mentale génétique ou héréditaire.

Si un patient est dans le cercle de soins psychiatriques et qu’il lui faut prendre des psychotropes, à la suite à une psychose soudaine, une schizophrénie soudaine ou une paranoïa soudaine, quelle en est la cause ???? Est-il possible pour lui de s’en sortir, parce que si la cause était un sevrage involontaire, ce n’est pas une cause génétique?

Sachez que le sevrage des psychotropes est très dangereux, le patient ne doit pas tenter de se sevrer par lui-même, il doit se faire suivre par un médecin compétent. Les risques de violence ou de suicide associés à la schizophrénie dus au sevrage sont très élevés.

Les premières étapes, avant de vérifier si le problème est génétique ou non, sont d’établir des routines de vie solide et d’expliquer en détail les symptômes de la schizophrénie et de la paranoïa pour que le patient puisse les identifier quand ils se feront ressentir pendant le sevrage. Ensuite, lors de l’arrêt, il est extrêmement nécessaire de replacer le cycle circadien (éveil-sommeil) parce que le patient aura beaucoup de difficulté à dormir. Ensuite, le patient devra détecter les cycles de la schizophrénie ou de la paranoïa quand ils se produiront. Si le patient ne peut pas tolérer la souffrance qui y est associée, il devra reprendre de la médication, parce que les cycles de schizophrénie ou de paranoïa peuvent se maintenir plusieurs années (6 ans).

Savez-vous pourquoi je mentionne ce sujet dans la section Évolution/Création ?????

Le truc des psychiatres religieux est le suivant ; la croyance en dieu permet de passer plus facilement les étapes de sevrages. Croire qu’un dieu protecteur qui « surveille » est réconfortant pour le patient pendant les cycles psychotiques de paranoïa.

Comprenez-vous ? Voyez-vous le problème ?
Le problème est que si le patient est athée et qu’il réussit son sevrage, il ne doit pas dire à un psychiatre religieux que c’est les psychotropes qui ont généré la maladie. Le psychiatre religieux aura peur de cet athée parce que celui-ci racontera une impossibilité selon son diagnostic ! N’oubliez pas que le patient est étiqueté schizophrène et qu’il sera facile pour ce psychiatre de dire que le patient est dans le déni et qu’il représente un danger pour la société parce qu’il ne prend plus ses médicaments.

Ces psychiatres religieux peuvent utiliser la loi P38 pour se protéger de ceux qui prétendent que les psychotropes peuvent créer la maladie. Mettre en doute leur dogme médical, qui soutient qu’une personne peut devenir folle instantanément et sans raison et qui justifie leur croyance en la guérison de l’âme grâce aux médicaments, est dangereux.


Connaissez-vous la loi P38 au Canada ? Je vous cite les extraits qui me semblent les plus pertinents.

Chapitre P-38.001
LOI SUR LA PROTECTION DES PERSONNES DONT L'ÉTAT MENTAL PRÉSENTE UN DANGER POUR ELLES-MÊMES OU POUR AUTRUI

SECTION I
GARDE PRÉVENTIVE ET GARDE PROVISOIRE

7. Tout médecin exerçant auprès d'un tel établissement peut, malgré l'absence de consentement, sans autorisation du tribunal et sans qu'un examen psychiatrique ait été effectué, mettre une personne sous garde préventive dans une installation maintenue par cet établissement pendant au plus soixante-douze heures, s'il est d'avis que l'état mental de cette personne présente un danger grave et immédiat pour elle-même ou pour autrui.

8. Un agent de la paix peut, sans l'autorisation du tribunal, amener contre son gré une personne auprès d'un établissement visé à l'article 6:

1° à la demande d'un intervenant d'un service d'aide en situation de crise qui estime que l'état mental de cette personne présente un danger grave et immédiat pour elle-même ou pour autrui;

2° à la demande du titulaire de l'autorité parentale, du tuteur au mineur ou de l'une ou l'autre des personnes visées par l'article 15 du Code civil, lorsqu'aucun intervenant d'un service d'aide en situation de crise n'est disponible, en temps utile, pour évaluer la situation. Dans ce cas, l'agent doit avoir des motifs sérieux de croire que l'état mental de la personne concernée présente un danger grave et immédiat pour elle-même ou pour autrui.

-------- FIN DES TEXTES LÉGAUX ---------

Mes questions sont les suivantes.

1) Est-ce qu’un psychiatre religieux peut appliquer la loi P38 à un athée qui se serait sevré et qui prétend que les psychotropes sont la source de la maladie ?

2) Est-ce que des psychiatres religieux, qui nient que les psychotropes créent de la dépendance, peuvent obliger des athées à les absorber?

3) Est-ce qu’un psychiatre religieux qui prescrit à outrance des psychotropes ou qui applique abusivement la loi P38 est protégé par son ordre professionnel ?

4) Est-ce que l’application de la loi P38 crée un traumatisme chez celui qui la subit?

5) Est-ce que la loi 'P38' peut-être utilisée comme un moyen criminel pour empêcher des personnes de se sevrer de leurs psychotropes?


6) Est-ce que des psychiatres religieux prescrivent des psychotropes pour prouver que leur dieu peut sauver des âmes parce que plusieurs personnes qui réussissent leur sevrage deviennent croyantes?


Qu’en pensez-vous ?
.
Leurs religions sont des mélanges de légendes, de superstitions et de fictions tribales.
Leurs histoires émanent de l’antiquité, valorisant la xénophobie, le racisme et la guerre.
Leurs morales louangent; menaces, mensonges, manipulations, mégalomanies, misogynies.

Avatar de l’utilisateur
Remarque simple
Messages : 343
Inscription : 23 mars 2009, 00:47

Re: La vidéo du diable

#34

Message par Remarque simple » 25 oct. 2017, 11:49

Bonjour,

Laissez-moi continuer et j’espère pouvoir expliquer où je vais avec ce sujet.

Voici une suite de l’histoire de Vic, le fils de M. Timme. C’est le quatrième chapitre de la saga de Mani Pue-lation et de son fils.

1) Le premier chapitre est présenté dans le sujet sur l’holocauste. C’est la destruction systématique de la culture athée.
2) Le deuxième chapitre est présenté dans le sujet sur le féminisme. On explique la facilité avec laquelle les féministes-religieuses peuvent devenir des héroïnes.
3) Le troisième chapitre est présenté dans le sujet sur l’homosexualité. On y raconte qu’on peut abuser des enfants tout en étant protégé par la religion et par la psychiatrie.

Résumé des chapitres précédents … Vic, le fils de M. Timme a été abusé par un spécialiste religieux et par sa mère Mani Pue-lation. Il se retrouve à l’âge de 16 ans complètement drogué grâce aux « bons soins » de psychiatres féministes-religieuses.

Donc, Vic évolue dans un milieu dysfonctionnel. Il s’était fait des amis, qui comme lui, avaient perdu le sens des conséquences de leurs actes. Un épisode de la vie de Vic a particulièrement été marquant.

Pour bien comprendre cet épisode, vous devez retourner lire le premier texte de cette section de «La vidéo du diable » en page 1. L’item 4 se lit comme suit : « Soudainement, un autre jeune entre dans la chambre. D’un ton violent le premier garçon dit au second de sortir, le second jeune homme est surpris et il quitte la pièce ». EH! Bien, le second jeune homme dans « la vidéo du diable » était Vic et il avait assisté à un assassinat qui avait été enregistré sur vidéo.

À la suite à cet évènement, Vic a été accusé de complicité de meurtre même s’il était innocent. Il n’avait reçu aucune aide de sa mère qui avait préféré instrumentaliser les malheurs de Vic pour étaler subtilement sa souffrance et jouer à la victime devant ses amis, les féministes-religieuses.

Le pauvre garçon a reçu une peine de prison de six ans avec possibilité de sortie après deux ans.

Pendant la première semaine de détention, Vic reçut la visite d’un prêtre et d’un iman qui lui donnèrent une bible et un coran. Chacun, de ces religieux, discuta avec lui du pardon de dieu qu'il pouvait accorder.

LE PRISONNIER INCONNU…

Un prisonnier, un voisin de cellule que Vic ne voyait pas, se mit à lui parler. Il parla sans arrêt pendant huit heures. Voici en résumé ce qu’il dit.

« J’ai écouté tes conversations, je sais que tu es innocent et que tu dois prendre une médication de psychotrope en ce moment. Tu n’es pas juif parce que le rabbin n’est pas venu t’entendre. Les aumôniers sont venus discuter parce qu’ils espèrent récupérer une âme innocente, ils cherchent à prouver que leur dieu existe et qu’il se révèlera à toi, même en prison.

L’arnaque est ta médication. Si tu arrêtes ta médication soudainement, sans savoir ce qui t’attend, tu seras l’être le plus vulnérable. Les aumôniers feront facilement de toi un nouveau fidèle pour leur religion.

Je m’explique, je suis un athée et je ne voulais rien savoir de leurs religions et de leur arnaque. J’étais aussi sous une médication qui incluait des psychotropes et j’avais décidé de me sevrer en secret, mais j’ai connu l’enfer.

Si tu arrêtes ta médication soudainement, tu connaitras la schizophrénie. Tu verras des visages menaçants sur tous les murs et ceux-ci te regarderont sans arrêt. Tu entendras des voix sinistres venant de nulle part. Les sons et lumières répétitifs seront intolérables, ils te donneront un point de douleur au ventre. Tu auras mal à tous les os de ton corps et tes nerfs voudront sortir de toi. Tu te réveilleras la nuit totalement angoissé et tout en sueur. Tu seras seul pour entendre ton cœur qui sera sur le point d’éclater.

Cette période de schizophrénie peut durer un mois et si tu as une bonne forme physique, tu ne mourras pas d’une crise cardiaque. Et ce ne sera pas fini, ensuite tu deviendras paranoïaque pour une grande période. Tu devras t’y habituer. Lorsque tu verras le « vice » ou le « diable » dans les yeux des aumôniers, de certains gardiens ou de certains prisonniers, ne réagis pas, ne dit rien, tu devras cacher tes visions.

Si tu prends la route du sevrage, je te conseille de ne conserver aucun médicament avec toi. L’expérience est tellement pénible que pendant une crise, tu voudras tout arrêter, tu seras prêt à avaler tout ce qui existe, donc si tu as conservé tes médicaments, tu vas tout avaler d’un coup.

Je n’ai pas raconté, à qui que ce soit, ce que j’endurais, et, encore aujourd’hui, je mens aux aumôniers en disant que je prends régulièrement ma médication, et je la jette. Le sevrage m’a fait connaitre l’enfer sur terre. Par exemple, il y a eu des périodes terrifiantes; j’ai parlé à dieu et au diable, j’ai cru que j’étais un messie. Je pensais que la CIA voulait m’empoissonner, je voyais des messages secrets, qui m’étaient dédiés, dans les journaux. Les visages sur les murs m’espionnaient. Quelquefois, je me sentais possédé par le diable, c’était hors contrôle. J’ai attaqué un voisin de cellule parce qu’il avait essayé de m’aider. Je le répète, j’ai connu l’enfer.

Pendant cette période, j’ai trouvé un truc qui m’a permis de mesurer mon niveau de paranoïa. Je me suis servi de la planche de mon lit, quand je la regardais, je comptais le nombre de visages que je voyais et ce nombre de visages m’indiquait mon état psychologique. C’est de cette façon que j’ai compris que je vivais des cycles journaliers de paranoïa et que mon état s’améliorait avec le temps.

Je ne prends plus rien depuis cinq ans et personne ne le sait. J’ai fini mon temps de prison et je sors demain. Je te souhaite bonne chance. Ce sera ton choix et ce sera à toi à décider des actions à prendre parce que c’est un processus extrêmement dangereux que de se sevrer quand on est seul. »

Après cette discussion de huit heures, Vic réfléchissait sur son histoire personnelle. Le lendemain, il dit un adieu au « prisonnier inconnu » qu’il ne revit jamais plus et il décida qu’il essayerait son sevrage de psychotrope en secret.
Tout comme le « prisonnier inconnu », il a connu l’enfer de la schizophrénie et de la paranoïa après l’arrêt soudain de sa médication. Il a vécu les mêmes symptômes et les mêmes difficultés que lui avait rapportées le prisonnier inconnu.

Après deux ans, Vic avait réussi à se sevrer. À la différence du prisonnier inconnu, il avait lu la bible et le coran pendant son sevrage entre ses crises paranoïaques.

Lorsque Vic sortit de prison, il avait 18 ans, il n’avait plus besoin de sa médication et il connaissait l’effet de sevrage des psychotropes.

Dans un but altruiste, pour aider la société, Vic retourna voir sa psychiatre, Mme Esueiciv, une féministe-religieuse. Il voulut lui expliquer que les psychotropes créaient la schizophrénie et qu’il ne prenait plus sa médication. La psychiatre fit rencontrer Vic à quatre autres confrères. D’un commun accord, ces psychiatres (des religieux criminels ?) ont conclu que Vic vivait dans le déni, qu’il se mentait à lui-même et qu’il était dangereux pour la société. Sous les précieux conseils de Mme Esueiciv, elles ont appliqué la loi P-38, pour interner Vic contre sa volonté et pour le médicamenter (ou droguer) à nouveau. La psychiatre, dans sa grande sagesse religieuse, doubla la dose de psychotropes qui avait été prescrite deux ans auparavant et elle obligea Vic à reprendre la médication sous peine d’être interné pour une longue période.

Tout comme son père, Vic était honnête et intègre, mais il essayait de survivre.

… À suivre…

Notre société fait une erreur en donnant des pouvoirs, qu’il est impossible de contester, à des psychiatres. Ces professionnels peuvent abuser facilement de leur statut pour se protéger de leurs erreurs médicales. La situation est extrêmement désastreuse parce que la religion s'est insérée dans les rouages du système médical psychiatrique. Pour des motifs religieux et superstitieux, les psychiatres religieux peuvent détruire ou éliminer, grâce aux psychotropes, ceux qui ne partagent pas leurs croyances en toute légalité et s’imaginer être juste devant leur dieu en soignant une âme imaginaire.


Pourquoi?
.
Leurs religions sont des mélanges de légendes, de superstitions et de fictions tribales.
Leurs histoires émanent de l’antiquité, valorisant la xénophobie, le racisme et la guerre.
Leurs morales louangent; menaces, mensonges, manipulations, mégalomanies, misogynies.

Avatar de l’utilisateur
Nicolas78
Messages : 11288
Inscription : 04 janv. 2013, 09:32

Re: La vidéo du diable

#35

Message par Nicolas78 » 26 oct. 2017, 07:53

Remarque Simple a écrit : Le troisième chapitre est présenté dans le sujet sur l’homosexualité. On y raconte qu’on peut abuser des enfants tout en étant protégé par la religion et par la psychiatrie
Tu fait une analogie et une comparions foireuse et honteuse entre des scandales et la psychiatrie (malgré que le monde psychiatrique soit criticable).
Pour toi, une personne malade et qui à des déviances sexuelles graves (qui en souffre ou non) n'aurait pas le droit à une défense ? Ou des circonstances atténuantes même ?

Et pour toi, cacher une erreur médicale, c'est comme cacher un viol (on est pas loin la) ?

Tes sur que quand tu critique la stricte morale religieuse d'il y à 4000 ans, tu n'est pas un peut hypocrite et toi même parfaitement liberticide ?
les psychiatres religieux peuvent détruire ou éliminer, grâce aux psychotropes, ceux qui ne partagent pas leurs croyances en toute légalité et s’imaginer être juste devant leur dieu en soignant une âme imaginaire.
Le probleme n'est pas qu'il soit religieux et/ou psychiatre. Mais juste un connard égotique...

Bon alors après je veut bien admettre qu'il doit y avoir plus de chance de tomber sur un mec pas net chez les psychiatres-bigots que chez les éleveurs de cochons-bigots (l’éleveur est bigot, pas le cochon hein !). Mais bon quand même.

Avatar de l’utilisateur
Remarque simple
Messages : 343
Inscription : 23 mars 2009, 00:47

Re: La vidéo du diable

#36

Message par Remarque simple » 19 avr. 2018, 10:33

Bonjour,

@Nicolas78. Tu as écrit « Tu fais une analogie et une comparions foireuse et honteuse entre des scandales et la psychiatrie ». Je te dis un gros NON! Ce n’est pas une comparaison foireuse et ce n’est pas une erreur médicale.

La psychiatrie religieuse est une culture sociale hypocrite qui se cache derrière la croyance en l’âme. Cette pseudoscience profite de la dépendance physiologique aux drogues, psychotropes, alcools et autres. Ces prétendus soignants de l'âme (psychiatriques) n’expliquent pas à la population l’effet de sevrage, sa durée et ses complications.

Ils ne font que mettre l’emphase sur les effets immédiats (quelques heures ou jours) de ces drogues ou alcools.

Ils ne cherchent pas à faire la différence entre l’effet de sevrage et une maladie mentale génétique. Ils prétendent, à tort, que la schizophrénie est UNIQUEMENT une maladie incurable. Ils ignorent volontairement que leurs médications peuvent créer une dépendance et ils ne se soucient pas de la cause initiale des troubles qui pourraient être indépendants de l'individu.

Quand j’ai cherché à comprendre le « pourquoi » de cette situation, j’ai réalisé que je me frappais au mur de la religion. Ce non-dit, silencieux (entretenue par des psychiatres religieux qui sont en fait des pseudo-scientifiques), protège un système médical vicieux.

Pour se protéger de leur incompétence, ils n’hésitent pas à brandir le drapeau de la théorie du complot, lorsque l’on cherche à prouver que leurs psychotropes peut-être la cause de la maladie.

Sais-tu ce qu’est la théorie du complot ?

C’est un discours qui laisse entendre que des individus se sont organisés pour acquérir du pouvoir, de l’argent ou du contrôle (religion) aux dépens d’une communauté.

Les théories du complot sont souvent fausses. Tu sais comme moi, lorsqu’on dit que le gouvernement cache les informations sur des reptiliens, des martiens, des illuminais, des OVNIS, des fantômes, etc., que ce sont simplement des légendes ou des histoires amusantes.

Par contre, il y a des théories du complot qui sont réelles et l'on renomme le phénomène en le qualifiant de stratégie.

Par exemple, un gouvernement qui donne plus d’un milliard de dollars à une compagnie qui se dit proche de la faillite, lorsque les dirigeants se donnent des salaires dépassant les millions de dollars et que ce même gouvernement coupe dans les services humanitaires. Est-ce une stratégie ou un complot ?

On peut parler aussi des pharmaceutiques, des compagnies de tabac, etc., qui créent une dépendance biologique avec les produits qu’elles vendent. Est-ce une stratégie ou un complot ?

Que ce soit vrai ou faux, le processus des complots ou des stratégies est le même.
1) Des plans sont préparés et les intentions sont cachées.
2) Les présentations des faits sont confuses et contradictoires
3) Une contestation des arguments est considérée comme une fermeture d’esprit ou de l’ignorance.
4) Les causes sont associées à des évènements indépendants des faits.
5) La vérité est ailleurs parce que la science et les médias se trompent quelquefois
6) Les pseudo-spécialistes avancent une thèse officielle qui justifie les plans.
7) Ils croient que les évènements ne sont pas reliés au hasard.
8) Leur motivation possède des liens externes; économiques, occultes, religieux, politiques, etc.
9) Ils utilisent les peurs, l’anxiété, la complexité, les catastrophes, la dépendance …
10) Les arguments sont cohérents avec des croyances culturelles ou historiques.

Me croyez-vous ?

Voici un autre exemple. Si un individu vit des psychoses à cause de sevrages incompris à répétition, il risque de se retrouver dans un institut psychiatrique. Une équipe de psychiatres l'étiquètera schizophrène et lui prescrira une quantité surprenante de drogues ou psychotropes. Si par la suite, il réussit, par lui-même, une désintoxication de leurs psychotropes et découvre l'effet de sevrage, son erreur sera d’aller raconter aux dirigeants de cette institution psychiatrique que leurs médications créent de la schizophrénie pendant le sevrage. Ils ne l'écouteront pas et ils ne feront aucune enquête sur la pharmacothérapie. Leurs médications et leurs évaluations ne seront pas mises en doute et il sera considéré comme étant dans le déni. Le risque qu’il soit attaché sur une civière pour être enfermé et drogué de nouveau, dans cette institution, est extrêmement élevé.

@Nicolas78. Je te le répète, ce n’est pas une analogie foireuse que je fais. !

Alors, comment expliques-tu cette façon d’agir des institutions psychiatriques ? C’est une stratégie ou un complot tout à fait légal ? Je trouve que ce système psychiatrique est vicieux. Ces pseudo-spécialistes ferment les yeux sur leurs abus et ils mélangent les phénomènes psychiques, biologiques et toxiques.


Le comble, c’est que les psychiatres religieux se cachent derrière la religion ou la croyance en l’âme en maintenant que la religiosité est nécessaire à l’équilibre mental. Ceux qui découvrent l’arnaque démissionnent, souvent, pour devenir psychologues ou thérapeutes.
.
Leurs religions sont des mélanges de légendes, de superstitions et de fictions tribales.
Leurs histoires émanent de l’antiquité, valorisant la xénophobie, le racisme et la guerre.
Leurs morales louangent; menaces, mensonges, manipulations, mégalomanies, misogynies.

Avatar de l’utilisateur
Remarque simple
Messages : 343
Inscription : 23 mars 2009, 00:47

Re: La vidéo du diable

#37

Message par Remarque simple » 08 août 2019, 10:35

Bonjour,

Laissez-moi continuer d’exprimer mon opinion. Je vais répéter certaines idées, mais je pense que cela aidera à la compréhension.

Contrairement à certains pays théocratiques, en occident, il n’est plus permis de lapider les blasphémateurs, de décapiter les mécréants, de bruler les hérétiques.

Alors que reste-t-il aux fanatiques religieux pour faire croire que Yahvé existe, que Jésus est vivant ou que Mahomet parlait aux anges? Il reste cette peur d’un diable qui prendrait possession de l’âme si l’on ne se soumet pas à leurs croyances. Cette peur ancestrale, qui se retrouvait constamment dans les anciennes cultures, est un outil de manipulation très puissant.

Quand on entend des psychiatres qui nous disent que la religion est nécessaire pour avoir une bonne santé mentale et qu’ils laissent entendre, en même temps, que les maladies mentales augmentent à cause de la diminution des croyances religieuses, est-ce que ça vous interpelle ?

Eh bien ! Moi ? Oui, j’ai fait un lien. Je connais les effets secondaires des psychotropes, ils sont désastreux et ils ne sont pas répertoriés proprement. Les effets secondaires de ces drogues, à court ou long terme, peuvent rendre les individus schizophrènes, ils peuvent créer la maladie mentale.

Quand des exégètes-psychiatres nous parlent publiquement d’un besoin de religiosité au lieu de nous parler des effets (primaires et secondaires) des psychotropes, ça me déprime terriblement en pensant aux victimes de ces arnaqueurs. Devant des difficultés psychiques, ils nous prescrivent rapidement des drogues en prétendant soigner une âme qui n’existe pas, au lieu de poser des questions et de vérifier l’origine des symptômes maladifs.

En sachant, qu’il y a des psychotropes sur le marché noir, que des individus peuvent jouer la comédie pour obtenir des prescriptions et que l’on peut droguer n’importe qui à son insu, le crime est facile. Des personnes peuvent ingurgiter régulièrement, de façon volontaire ou non, ce genre de médication qui crée une très grande dépendance.
Les psychiatres n’en tiennent pas compte et ils ne publicisent pas l’effet de sevrage. Qu’est-ce qu’ils font pour être payer si grassement ?

Pire que ça! N’avons-nous pas découvert les effets secondaires des opioïdes de façon catastrophique à cause des suicides en série? Les pharmaceutiques ne révélaient pas que leurs drogues créaient de la dépendance et elles n'expliquaient pas que les effets de sevrage étaient désastreux. Nous assistons maintenant à une vague d’overdose, menant à la mort de plusieurs personnes.

Malgré tout, les médias semblent continuer à dévier la cause vers des problèmes psychiques individuels au lieu de diriger l’information publique vers l’effet de sevrage de ces drogues.
Il y a quinze ans, quand j’ai dénoncé l’effet de sevrage, en disant que les psychotropes peuvent créer la maladie mentale, la schizophrénie, on me demandait de me taire parce qu’apparemment cela encourageait la croyance à des théories du complot.

Prenons un autre exemple pour comparer la protection que le système psychiatrique possède. Quand on a découvert que des sacs gonflables dans les automobiles tuaient les gens en se déployant, la compagnie qui produisait ces sacs a été formellement accusée et les médias n’ont pas hésité à rapporter ces informations au public. Les sacs gonflables de cette compagnie ont été retirés du marché. Il existe surement quelques sacs gonflables (tueurs) sur le marché noir, mais la population est avisée du danger mortel de ces équipements.

L’effet de sevrage soudain des psychotropes, comparativement à l’histoire de ces sacs gonflables, n’est pas publicisé. Je me suis demandé quelle était la raison qui empêchait les gouvernements d’arrêter les abus pharmaceutiques. Pourquoi des psychotropes, ayant des effets de sevrage dévastateurs, n’étaient-ils pas retirés du marché ? Pourquoi me disait-on que j’inventais une théorie du complot en dénonçant ces pratiques psychiatriques qui ferment les yeux sur l’origine de ces maladies ?

Il y a plusieurs raisons à ce dérapage médicinal. L’erreur provient du fait que plusieurs de ces psychiatres sont trop bien payés. Certains ferment les yeux parce qu’ils sont désabusés. D’autres ont un égo malveillant et criminel, cela leur fait plaisir de voir des patients vivant dans la dépendance de leurs drogues. Les plus incompétents sont ces innocents qui se croient supérieurs à leurs patients et qui suivent le protocole pour protéger une pratique déviante.

Finalement, en refusant de chercher une cause pharmaceutique à la croissance de la maladie mentale dans la population et en disant que personne ne comprend réellement le phénomène, ces arnaqueurs encouragent les croyances religieuses en prétendant que la maladie mentale apparait à cause d’un manque de religiosité. Dégueulasse comme conclusion, mais elle existe.

Qu’en pensez-vous ?
.
.
.
Leurs religions sont des mélanges de légendes, de superstitions et de fictions tribales.
Leurs histoires émanent de l’antiquité, valorisant la xénophobie, le racisme et la guerre.
Leurs morales louangent; menaces, mensonges, manipulations, mégalomanies, misogynies.

Avatar de l’utilisateur
Mirages
Messages : 439
Inscription : 14 juil. 2019, 09:30

Re: La vidéo du diable

#38

Message par Mirages » 08 août 2019, 12:09

Remarque simple a écrit : 18 juin 2015, 17:57
Il est facile de faire connaitre l’enfer ou le diable à n’importe quel individu, il suffit de le rendre schizophrène.

Qu’en pensez-vous ?
Je parle en tant que schizophrène, j'ai donc accumulé pas mal de connaissances et de vécu à ce sujet.
Pour le rapprochement entre diable et schizophrénie, bien-sûr qu'un malade peut le rencontrer à un coin de rue, suffit que son délire s'y prête ! mais il n'y à aucune obligation :mrgreen:
Sérieusement, j'ai connu des extraterrestres, plusieurs divinités, autres... Mais pas le diable, désolé :yeux:

Beaucoup fantasment ou semblent le faire en parlant de cette maladie à toutes les sauces. Alors c'est vrai qu'il y à des choses chouettes, mais d'une manière générale vaut mieux pas y tomber. Et toutes les analogies et rapprochements ne se valent pas voir sont complétement éloignés de la maladie de base :roll:
Oh Papy ! Tu nous as déjà oubliés ?
deus ex Machina

Avatar de l’utilisateur
Mirages
Messages : 439
Inscription : 14 juil. 2019, 09:30

Re: La vidéo du diable

#39

Message par Mirages » 08 août 2019, 12:25

Remarque simple a écrit : 08 août 2019, 10:35
Quand on entend des psychiatres qui nous disent que la religion est nécessaire pour avoir une bonne santé mentale et qu’ils laissent entendre, en même temps, que les maladies mentales augmentent à cause de la diminution des croyances religieuses, est-ce que ça vous interpelle ?
Rappelle-moi, où se situe ton histoire ? au Canada en 2019 ?
Oh Papy ! Tu nous as déjà oubliés ?
deus ex Machina

Avatar de l’utilisateur
Remarque simple
Messages : 343
Inscription : 23 mars 2009, 00:47

Re: La vidéo du diable

#40

Message par Remarque simple » 01 janv. 2020, 10:52

Bonjour,

@Mirage :
Tu me demandes ; « Rappelle-moi, où se situe ton histoire ? Au Canada? »
Cela s’est produit au Canada. C’est simplement un concours de circonstances qui m’a mis sur la route des arnaques reliées aux abus de prescriptions de psychotropes. J’ai réalisé la force destructrice de l’effet de sevrage de ces drogues et cela m’a permis de comprendre la méthode que les criminels utilisent pour détruire facilement leurs adversaires, leurs conjoints, leurs enfants, lorsque ceux-ci refusent d’obéir à leurs volontés.

L’effet de sevrage des psychotropes n’est pas expliqué au public, les gens ne savent pas qu’il est possible de rendre n’importe quel quidam, bipolaire, parano ou schizo avec ces drogues. Les psychiatres ne sont pas les spécialistes qui vont rechercher la cause réelle d’une psychose ou d’une maladie mentale soudaine, ils ne chercheront pas à savoir si les symptômes de leur patient proviennent d’un sevrage involontaire de psychotropes.

Tu me dis ; « Je parle en tant que schizophrène, j'ai donc accumulé pas mal de connaissances et de vécu à ce sujet »

Je te trouve courageux de l’écrire. Tu connais donc les symptômes de la schizophrénie. À cause de l’obscurantisme de la psychiatrie, on navigue dans une maladie pouvant avoir plusieurs causes. Elles peuvent être engendrées par une drogue, par un évènement dramatique ou par une vulnérabilité génétique. C’est difficile de distinguer les facteurs qui ont initié la défaillance psychique. Ceux qui soignent les symptômes évitent de mentionner, à leurs patients, que la cause peut venir d’un empoisonnement involontaire aux psychotropes.

On peut aller dans une direction différente en disant que la croyance en un dieu imaginaire aide les individus qui entendent des voix. Je serais d’accord avec cela dans une certaine limite. J’envisage facilement cette possibilité où la croyance en des esprits permet d’aider ces gens à mieux vivre avec la schizophrénie, mais il faudrait que ce soit des esprits gentils.

Ceci dit, je serais ravi de lire l’expérience que tu as eue avec la schizophrénie, mais avant tu dois connaitre mon point de vue.

Les gens sont libres de croire en un dieu imaginaire. C’est un droit légitime et je suis d’accord avec cette liberté de religion quand cela fait du « bien ». Il faut définir ce qu’est le « bien ». Imposer des superstitions religieuses atroces ne fait pas partie de ce que je considère comme le « bien ».

Premièrement, dans mes textes, je déplore que l’on cherche à imposer la croyance en un dieu imaginaire à tous. Deuxièmement, je dénonce les menaces et les atrocités que l’on retrouve dans des livres religieux. Troisièmement, je considère que des psychiatres qui laissent croire à tout le monde que la croyance en un dieu imaginaire est psychiquement nécessaire à tous pour posséder une bonne santé mentale sont des incompétents. Et quatrièmement, ceux qui nient l’effet de sevrage des psychotropes sont des criminels.


Qu’en pensez-vous ?
.
.
.
Leurs religions sont des mélanges de légendes, de superstitions et de fictions tribales.
Leurs histoires émanent de l’antiquité, valorisant la xénophobie, le racisme et la guerre.
Leurs morales louangent; menaces, mensonges, manipulations, mégalomanies, misogynies.

Avatar de l’utilisateur
Mirages
Messages : 439
Inscription : 14 juil. 2019, 09:30

La vidéo du diable, où est-elle ?

#41

Message par Mirages » 04 janv. 2020, 16:50

Remarque simple a écrit : 01 janv. 2020, 10:52
Tu me demandes ; « Rappelle-moi, où se situe ton histoire ? Au Canada? »
Cela s’est produit au Canada.
D'accord. Alors il me faudrait au moins une source, un lien vers cette info, n'importe quoi qui puisse appuyer ce que tu dis.
Remarque simple a écrit : 01 janv. 2020, 10:52 J’ai réalisé la force destructrice de l’effet de sevrage de ces drogues et cela m’a permis de comprendre la méthode que les criminels utilisent pour détruire facilement leurs adversaires, leurs conjoints, leurs enfants, lorsque ceux-ci refusent d’obéir à leurs volontés.
On ne se rapprocherait pas un peu du roman d'anticipation ?
Remarque simple a écrit : 01 janv. 2020, 10:52 L’effet de sevrage des psychotropes n’est pas expliqué au public, les gens ne savent pas qu’il est possible de rendre n’importe quel quidam, bipolaire, parano ou schizo avec ces drogues. Les psychiatres ne sont pas les spécialistes qui vont rechercher la cause réelle d’une psychose ou d’une maladie mentale soudaine, ils ne chercheront pas à savoir si les symptômes de leur patient proviennent d’un sevrage involontaire de psychotropes.
Tout est un peu mélangé et généraliste. De plus la catégorisation des psychotropes est très large, toi tu parles bien de médicaments psychotropes non ? donc peux tu citer au moins un médicament psychotrope qui rendrait parano, schizo ou bipolaire que je puisse vérifier pour que l'on commence à discuter sérieusement ? (parce que je me demande si en cherchant bien dans la pharmacopée, on ne pourrait pas trouver des déclencheurs à effets éphémères artificiellement comparables, par exemple).
Remarque simple a écrit : 01 janv. 2020, 10:52 Ceci dit, je serais ravi de lire l’expérience que tu as eue avec la schizophrénie
Euh... je pense que ce serait long: j'ai l'impression d'avoir fait le grand tour et je ne suis pas sûr d’être tout à fait descendu du manège :mrgreen:

Remarque simple a écrit : 01 janv. 2020, 10:52 Troisièmement, je considère que des psychiatres qui laissent croire à tout le monde que la croyance en un dieu imaginaire est psychiquement nécessaire à tous pour posséder une bonne santé mentale sont des incompétents.
Je ne crois pas que ce soit leur boulot de s'occuper de la spiritualité de leurs patients, ils sont là pour réduire les effets de la maladie. Quel psychiatre à dit cela ?
Remarque simple a écrit : 01 janv. 2020, 10:52 Et quatrièmement, ceux qui nient l’effet de sevrage des psychotropes sont des criminels.
Ce que je dis n'engage que moi (c'est vrai à chaque message mais c'est bien de le rappeler), mais je ne comprends pas ce que tu dénonces dans le détail, ni tout à fait en gros: voir mes interrogations et demandes d'infos plus haut ainsi que dans ce post auquel tu n'as pas répondu sur un autre de tes fils.

Parce que là on parle, on parle, mais je n'ai toujours pas de matière pour commencer un débat. Si tu pouvais m'en apporter...
Oh Papy ! Tu nous as déjà oubliés ?
deus ex Machina

Avatar de l’utilisateur
Remarque simple
Messages : 343
Inscription : 23 mars 2009, 00:47

Re: La vidéo du diable

#42

Message par Remarque simple » 11 mai 2020, 09:53

Bonjour,

@Mirages. Tu as émis plusieurs points. Bien. Voici des extraits de ce que tu as écrit pour situer la discussion. Je vais les commenter dans cet ordre.

A) … dans ce post auquel tu n'as pas répondu sur un autre de tes fils.
B) … il me faudrait au moins une source
C) … ne se rapprocherait pas un peu du roman d'anticipation ?
D) … donc peux-tu citer au moins un médicament …
E) … j'ai l'impression d'avoir fait le grand tour
F) … pas que ce soit leur boulot de s'occuper de la spiritualité de leurs patients
G) … je n'ai toujours pas de matière pour commencer un débat
-------------------------==============
A) Je réponds aux posts, sauf que je prends mon temps

Je réponds habituellement aux posts que l’on m’envoie. Il est bien de comprendre une chose importante; si la réponse ne correspond pas aux attentes d’une personne (c’est-à-dire à ce qu’elle veut entendre), cela ne signifie pas qu’il n’y a pas eu de réponse. Il y aura toujours des points qui auront besoin d’un éclaircissement.

B) Les sources sont multiples.

Je vais aborder le problème de l’empoisonnement d’un point de vue plus global. Les poisons existent depuis des temps immémoriaux. Ce qu’il faut réaliser, c’est que ce sont des instruments à usages multiples. Par exemple, les couteaux peuvent servir à cuisiner de bons plats ou à mettre à mort un ennemi. Tout dépend de l’utilisation qu’on en fait.

Les médicaments deviennent facilement des drogues ou des poisons selon la dose, la concentration ou la fréquence d’utilisations. Tout comme les couteaux, on ne pourra pas bannir ces objets ou ces substances à cause de tous les effets thérapeutiques utiles qu’ils possèdent.

C) C’est un roman d’anticipation et de rétrospective

Les médicaments sont des poisons lorsqu’ils servent principalement à nuire, à contrôler ou à détruire des personnes cibles. Pour arriver à des fins criminelles, il est facile de causer une dépendance, de créer une maladie mentale ou même d’amener la mort en toute impunité.

Commençons avec Socrate. Il a été empoisonné avec de la cigüe. Nous connaissons tous cette histoire. Les drogues ont été fabriquées à toutes les époques et dans tous les pays. Il y a plusieurs histoires du Moyen-âge qui relatent des scandales reliés à ces substances illicites.

D) Des médicaments menant de la schizophrénie à la mort

Les médicaments (ou poisons) proviennent de plantes, de métaux, des venins, de composés chimiques. Nous parlons des alcaloïdes, des métalloïdes, d’enzymes toxiques, des agents innervants, de matières radioactives, etc.

Il y a tellement de possibilités pour faire des mélanges toxiques qu’il est inutile d’en nommer qu’un seul. Le truc est de réaliser qu’une drogue qui crée une dépendance sévère ou une maladie à long terme est une arme puissante.

E) Le grand tour ? Que penser du grand manège de l'histoire

Selon des histoires passées, pour masquer les causes de souffrance inhabituelle qui apparaissaient soudainement ou pour expliquer une mort rapide, on parlait de sorcellerie, de maléfices ou d’invocations diaboliques. La religion devenait, alors, une bouée de sauvetage. On sait aujourd’hui, qu’au moyen âge, l’empoisonnement fût une des spécialités des évêques, des papes, des rois ou des marquis qui voulaient se débarrasser de leurs ennemis. Au fond, ce sont souvent les personnes intimes ou qui ont des relations de proximités qui empoisonnent leurs victimes.

L’empoisonnement est une arme impliquant la préméditation, la persévérance et un sbire qui connait les effets. Elle est d’autant plus puissante lorsqu’elle ne tue pas son adversaire de façon instantané et lorsqu’elle crée une maladie courante. Cette méthode criminelle cause de l’effroi, dans la population, à cause de la distanciation entre le geste et les conséquences.

F) Des psychiatres qui disent soigner l’âme

Soyons clairs, il serait mal venu sur le forum des sceptiques d’accuser des personnes ou des instituts psychiatriques. Mais un jour, j’espère que ces personnes reconnaîtront leurs bêtises.

Un médicament qui crée une dépendance sévère rend le patient encore plus vulnérable qu'il ne l'était avant. En raison de leurs diverses actions neuropsychologiques et de la dépendance qu’ils créent, les psychotropes, les substances psychoactives et les stimulants ne devraient pas être prescrits par des gens qui s’imaginent soigner l’âme, c'est-à-dire des psychiatres.

On sait tous que l’âme, le dieu ou le monde immatériel n’existent pas. C’est d’une évidence incontestable. J’ai rencontré une résistance incroyable de la part de psychiatres qui s’imaginent que la croyance en dieu est un besoin fondamental.
En fait, plusieurs personnes peuvent prouver que la schizophrénie n’est pas génétique, parce qu'elles se sont débarrassées de leurs médications malgré l'avis de leurs psychiatres. Et lorsque ces personnes sont athées, alors, elles prouvent aussi que la croyance en dieu n’est pas un besoin fondamental.

G) Une matière à débat

Lorsqu’une personne prend des drogues, volontairement ou à son insu, elle risque de vivre des épisodes schizophréniques ou des états de transes inattendues qui se produiront après la prise de ces substances.

On ne connait pas tous les effets d’un sevrage et ils sont difficiles à prédire. Par contre, si la personne baigne dans une culture religieuse et qu’elle vit un moment mystique (sans réaliser que la cause est un sevrage), elle deviendra convaincue que dieu (ou le monde immatériel) l’a contacté. Cette expérience ésotérique, ou cette révélation divine inexpliquée sera un secret qui risque de la biaiser professionnellement.

Maintenant, si les enseignants en psychiatries ou en psychologies laissent entendre que croire en dieu est un besoin psychique à tous leurs étudiants et que certains d’entre eux sont convaincus de l’existence d’un monde immatériel à cause d’expériences mystiques inexpliquées, le mensonge religieux devient systémique au travers de cette communauté d’élite.

On retrouve cette tendance idéologique dans des lois démocratiques telles que le multiculturalisme. Par exemple, il devient difficile de contester ces lois, quand des politiciens terminent leurs discours en disant : « Que dieu protège les Ontariens », comme ce fut le cas pendant la pandémie au Canada. Aucun spécialiste (Psychiatre et autres) ne s'est opposé à cette pratique religieuse. Elle sous-entend qu'un dieu imaginaire pouvait aider les gens.
Quelle est la raison pour laquelle l’effet de sevrage n’est pas expliqué, surtout en sachant qu’il peut persister sur des périodes dépassant plusieurs mois ? Pourquoi laisse-t-on entendre que la schizophrénie est seulement génétique, alors que c’est faux ?

H) Une question

On sait qu’Abraham, Moïse, David, Jésus, Mahomet était des schizophrènes mégalomanes. Ils entendaient des voix et ils voulaient être des rois ou chefs de tribus.

La maladie qu’ils avaient était-elle génétique ou induite par un psychotrope ?


Qu’en pensez-vous ?
.
.
.
Leurs religions sont des mélanges de légendes, de superstitions et de fictions tribales.
Leurs histoires émanent de l’antiquité, valorisant la xénophobie, le racisme et la guerre.
Leurs morales louangent; menaces, mensonges, manipulations, mégalomanies, misogynies.

Avatar de l’utilisateur
Mirages
Messages : 439
Inscription : 14 juil. 2019, 09:30

Re: La vidéo du diable

#43

Message par Mirages » 11 mai 2020, 19:13

Je ne suis pas convaincu, ni sur le fond, ni sur la forme... d'une manière générale je trouve que ton texte est d'une teneur maladroite, vague, emmêlée, et saupoudrée de présupposés qui restent à démontrer.
Oh Papy ! Tu nous as déjà oubliés ?
deus ex Machina

Avatar de l’utilisateur
Remarque simple
Messages : 343
Inscription : 23 mars 2009, 00:47

Re: La vidéo du diable

#44

Message par Remarque simple » 04 juil. 2020, 10:02

Bonjour,

@Mirage. Aux lires de tes commentaires, tu sembles avoir l’attitude d’un suprématiste.

Je t’avais posé une seule question. Tu as simplement répondu dans un mode rhétorique de dénigrement comme si tu possèdais la vérité. Il est évident que tu n’as pas peur de dire ta pensée sans nuance… Alors… Peux-tu me faire connaitre ta réponse à la question, je reformule cette question;

« Les histoires des prophètes (Adam, Abraham, Moïse, David, Jésus, Mahomet, etc.) proviennent de schizophrènes mégalomanes, est-ce que leur maladie était transmissible génétiquement ou induite par des psychotropes ? »

En attendant la réponse de Mirage, parlons de ces organisations promulticulturalistes religieuses qui poursuivent en justice les gens qui rejettent les croyances superstitieuses. Et ces organisations, subventionnées par l’état, usent de ce pouvoir de coercition au profit des religions.
Il est important de protéger les minorités et de ne pas imposer, de façon fasciste, l’idéologie de la majorité. La société a créé plusieurs institutions pour entretenir et surveiller l’application de ces principes d’équité entre tous les citoyens.

Par contre, le but de ces institutions n’est pas d'empêcher la critique des croyances archaïques, ces institutions devraient comprendre que la société évolue et elles devraient protéger tous les individus.
Lorsque ces institutions protègent des rituels atroces venant des livres religieux, elles ne participent pas à la promotion d’un développement épanouissant pour tous les membres de notre société.

Il est aberrant de réaliser que ces associations, sous couvert de justice sociale, contestent l’avancement de la laïcité. La CDPDJ correspond à l’une de ces organisations et leur document, contestant la laïcité de la loi 21, est disponible sur internet.

«CDPDJ, Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse
MÉMOIRE À LA COMMISSION DES INSTITUTIONS DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE
PROJET DE LOI No21, LOI SUR LA LAÏCITÉ DE L’ÉTAT
Mai 2019 »


A) Les religions créent les victimes !

Il est écrit en page 2; « Celles-ci risquent d’entraîner des effets discriminatoires pour des personnes appartenant à certains groupes minoritaires de la population québécoise et qui sont, pour plusieurs d’entre elles, déjà victimes de préjugés et d’exclusion. Le législateur propose ainsi d’aller à l’encontre de l’un des objectifs clairs de la Charte, la protection des minorités. »
La protection des minorités est très importante, mais il est plus important de comprendre l’idéologie que ces minorités trainent dans leur sillage. Il est stupide de protéger une minorité simplement parce qu’elle est une minorité. Des minorités qui font la promotion du racisme, de l’homophobie, de la misogynie, de l’esclavagisme ne méritent pas d’être protégées. C’est ce que génèrent les religions lorsqu'elles sont appliquées fanatiquement.

B) Le principe d’équité s’applique à tous

Il est écrit en page 9; Au terme de son analyse, la Commission tient à réaffirmer qu’elle est en faveur de l’inscription, dans une loi, de la laïcité de l’État et des quatre principes qui la fondent tel que le proposent les articles 1 à 3 du projet de loi n° 21.

1. L’État du Québec est laïque.
2. La laïcité de l’État repose sur les principes suivants
1) la séparation de l’État et des religions;
2) la neutralité religieuse de l’État;
3) l’égalité de tous les citoyens et citoyennes;
4) la liberté de conscience et la liberté de religion.
3. La laïcité de l’État exige que, dans le cadre de leur mission, les institutions parlementaires, gouvernementales et judiciaires respectent les principes énoncés à l’article 2, en fait et en apparence.

Donc, cette approche devrait se retrouver dans l’idéologie des minorités que la CDPDJ cherche à protéger. Lorsqu’une minorité croit que ses lois superstitieuses (ou divines et archaïques) sont supérieures aux lois démocratiques et qu’elle ne reconnait pas l’égalité entre tous les citoyens (hommes et femmes), le rôle de la CDPDJ n’est pas de permettre à ces mentalités de s’imposer à la majorité.

C) La non-hiérarchie des valeurs a des limites

Il est écrit en page 11; Il faut se garder d’adopter une conception hiérarchique qui donne préséance à certains droits au détriment d’autres droits, [...] dans l’interprétation de la Charte [...]. Lorsque les droits de deux individus sont en conflit, [...] les principes de la Charte commandent un équilibre qui respecte pleinement l’importance des deux catégories de droit.

Voyons donc ! Les écrits religieux entretiennent des valeurs destructrices inacceptables. On ne peut pas fermer les yeux constamment sur les atrocités qui y sont véhiculées et prétendre qu’on ne peut pas hiérarchiser des valeurs. Il y a des catégories de droits, prétendument divins, venant des livres sacrés qui sont désastreux socialement.

Pensons simplement aux juifs hassidiques qui vivent dans la peur des autres et de leur dieu. Ces peurs les poussent dans une xénophobie évidente et ces groupes s’isolent de la majorité. Leurs mentalités proviennent d’écrits semblables à ceux-ci, où leur dieu tue ceux qui ne veulent pas procréer.

« Genèse
38.8 Alors Juda dit à Onan: Va vers la femme de ton frère, prends-la, comme beau-frère, et suscite une postérité à ton frère.
38.9 Onan, sachant que cette postérité ne serait pas à lui, se souillait à terre lorsqu'il allait vers la femme de son frère, afin de ne pas donner de postérité à son frère.
38.10 Ce qu'il faisait déplut à l'Éternel, qui le fit aussi mourir. »

D) La propagande religieuse des fanatiques est nuisible

Il est écrit en page 27; « Devoir déroger aux droits protégés par la Charte afin d’assurer la laïcité de l’État québécois semble donc contradictoire avec les finalités mêmes de ce principe. Cela illustre plutôt que les moyens choisis pour mettre en œuvre la laïcité de l’État ne correspondent pas à ses finalités et qu’ils le traduisent de façon erronée. »

La liberté de la propagande religieuse a des limites comme n'importe quelle propagande. Cette association s’imagine que les libertés de la vie privée s’appliquent nécessairement à la vie publique. Par exemple, une personne qui pratique le nudisme en privé n’a pas le droit de pratiquer cette idéologie pendant qu’elle représente l’État et cela s’applique en toute circonstance. Imaginez si cette idéologie nudiste menaçait de mort ceux qui refuseraient d’afficher leur croyance !!!!

Le refus de permettre de la propagande religieuse pendant l’exercice d’une fonction publique est un concept qui mérite d’être appliqué.

Prenons un autre exemple, plus réaliste cette fois-ci. Le coran rapporte les paroles d’un prophète (schizophrène et mégalomane) qui menaçait de mort les apostats. Ces prescriptions sont inacceptables dans notre société et la laïcité envoie clairement un message de liberté en se déclarant indépendante de ces lois prétendument divines.

La loi 21 refuse que ces croyances absurdes s’imposent à tous en empêchant des pratiques prosélytes. Voici une des multiples prescriptions que rapporte le coran et qu’il faut critiquer socialement.

« 5. La table servie (Al-Maidah)
54. Ô les croyants! Quiconque parmi vous apostasie de sa religion... Allah va faire venir un peuple qu'Il aime et qui L'aime, modeste envers les croyants et fier et puissant envers les mécréants, qui lutte dans le sentier d'Allah, ne craignant le blâme d'aucun blâmeur. Telle est la grâce d'Allah. Il la donne à qui Il veut. Allah est Immense et Omniscient.
55. Vous n'avez d'autres alliés qu'Allah, Son messager, et les croyants qui accomplissent la Salat, s'acquittent de la Zakat, et s'inclinent (devant Allah).
56. Et quiconque prend pour alliés Allah, Son messager et les croyants, [réussira] car c'est le parti d'Allah qui sera victorieux.
57. Ô les croyants! N'adoptez pas pour alliés ceux qui prennent en raillerie et jeu votre religion, parmi ceux à qui le Livre fut donné avant vous et parmi les mécréants. Et craignez Allah si vous êtes croyants. »

E) Peut-on développer son sens critique!

Il est écrit en page 87; Il risque de venir encourager chez certains des perceptions négatives et des préjugés à l’égard des formes visibles de religiosité et de confirmer leur volonté de restreindre l’expression de la religion aux limites de la sphère privée.

Pour avoir écrit un petit texte aussi naïf, on réalise tout de suite que ces gens n’ont pas lu ce qui est écrit dans les livres religieux, ou alors, c’est de l’aveuglement volontaire. Les livres sacrés sont des amas de menaces continuelles pour les non-croyants et de promesses fantasmagoriques à leurs fidèles. Ces livres ne sont que de la manipulation politique racontant des histoires tribales, souvent plagiées. Et voici, encore, d’autres exemples démontrant les inepties qu’ils propagent.

« Josué
10.11 Comme ils fuyaient devant Israël, et qu'ils étaient à la descente de Beth Horon, l'Éternel fit tomber du ciel sur eux de grosses pierres jusqu'à Azéka, et ils périrent; ceux qui moururent par les pierres de grêle furent plus nombreux que ceux qui furent tués avec l'épée par les enfants d'Israël. »

« Matthieu
19.12 Car il y a des eunuques qui le sont dès le ventre de leur mère; il y en a qui le sont devenus par les hommes; et il y en a qui se sont rendus tels eux-mêmes, à cause du royaume des cieux. Que celui qui peut comprendre comprenne. »

« 6. Les bestiaux (Al-Anam)
42. Nous avons, certes, envoyé (des messagers) aux communautés avant toi. Ensuite Nous les avons saisies par l'adversité et la détresse - peut-être imploreront-ils (la miséricorde)! -
43. Pourquoi donc, lorsque Notre rigueur leur vînt, n'ont-ils pas imploré (la miséricorde)? Mais leurs coeurs s'étaient endurcis et le Diable enjolivait à leurs yeux ce qu'ils faisaient. »

Il est évident que la critique des livres religieux déclenchera une perception négative des religions, ce sont des livres minables. Il est normal de refuser de se soumettre à des croyances archaïques.

F) Conclusion

Je n’ai choisi que quelques extraits du document de la CDPDJ, mais il y a tellement de choses à dire à propos de la mentalité de cette organisation. La base réflexive de la CDPDJ provient de textes semblables à celui-ci.

« Les tribunaux apprécient aujourd’hui la sincérité de la croyance qui est définie comme une croyance honnête, avancée de bonne foi et qui n’est ni fictive, ni arbitraire et qui ne constitue pas un artifice. Les manifestations volontaires ainsi que les pratiques religieuses plus minoritaires sont protégées. La religion inclut ces trois composantes;

1) le droit de croire ce que l’on veut en matière religieuse;
2) le droit de professer ouvertement des croyances religieuses sans crainte d’empêchements ou de représailles;
3) le droit de manifester ses croyances religieuses par leur mise en pratique et par le culte ou encore par leur enseignement et leur propagation »

Donc, je devrais avoir le droit; de dire publiquement que Moise, Mahomet ou Jésus étaient de schizophrènes mégalomanes, de propager cet enseignement et de professer mes critiques contre les religions sans subir de représailles. En cas de conflit, la CDPDJ devrait me protéger. Est-ce le cas ?

On s’entend pour dire que les gens croient en ce qu’ils veulent et que des fidèles peuvent pratiquer leurs rituels archaïques… et tout ce tralala. Mais, comment se fait-il que cette organisation rejette une loi stimulant l’avancement de la laïcité ou l’avancement de l’équité entre tous les individus ?

Je vais analyser aussi un autre texte de la CDPDJ. Le document a été produit en aout 2019; « LES ACTES HAINEUX À CARACTÈRE XÉNOPHOBE, NOTAMMENT ISLAMOPHOBE ». Ce document est totalement biaisé, il faut le critiquer.


Qu’en pensez-vous ?
.
.
.
Leurs religions sont des mélanges de légendes, de superstitions et de fictions tribales.
Leurs histoires émanent de l’antiquité, valorisant la xénophobie, le racisme et la guerre.
Leurs morales louangent; menaces, mensonges, manipulations, mégalomanies, misogynies.

Avatar de l’utilisateur
Mirages
Messages : 439
Inscription : 14 juil. 2019, 09:30

Re: La vidéo du diable

#45

Message par Mirages » 04 juil. 2020, 14:14

Remarque simple a écrit : 04 juil. 2020, 10:02 Peux-tu me faire connaitre ta réponse à la question, je reformule cette question;

« Les histoires des prophètes (Adam, Abraham, Moïse, David, Jésus, Mahomet, etc.) proviennent de schizophrènes mégalomanes, est-ce que leur maladie était transmissible génétiquement ou induite par des psychotropes ? »
Ton assertion sur le fait que les prophètes que tu cites étaient schizophrènes est impossible à prouver.

Quant à répondre sur les tenants et aboutissants de cette maladie, je ne suis pas bien placé pour le faire, n'étant ni médecin ni spécialiste de cette affection.
Néanmoins du peu que je sache:
- Il pourrait y avoir une part de transmission génétique.
- Certains psychotropes comme le THC du cannabis (c'est bien de citer les noms des fois non ?) peuvent êtres des révélateurs d'une fragilité sous-jacente chez quelqu'un qui porte déjà en lui la maladie.

Si tu sous-entends que des psychotropes peuvent faire apparaitre la maladie alors qu'au préalable elle est absente, je n'y crois pas. A toi de me démontrer preuves à l'appui que je me trompe.

Je te donne un échappatoire: cherche dans la pharmacopée existante des psychotropes qui pourraient déclencher des symptômes s’apparentant à de la schizophrénie, possible que tu trouves ton bonheur... ensuite tu reviens ici avec les noms et on pourra enfin bavarder sur les disponibilités suivant les époques et les différentes possibilités dans le détail de chaque psychotrope.
Oh Papy ! Tu nous as déjà oubliés ?
deus ex Machina

Avatar de l’utilisateur
Mirages
Messages : 439
Inscription : 14 juil. 2019, 09:30

Re: La vidéo du diable

#46

Message par Mirages » 04 juil. 2020, 20:10

Remarque simple a écrit : 11 mai 2020, 09:53 En fait, plusieurs personnes peuvent prouver que la schizophrénie n’est pas génétique
Pour prouver que les recherches actuelles vont à l'encontre de ce que tu avances, je n'ai pas besoin d'aller bien loin:
Inserm a écrit :La schizophrénie est une maladie dont l’origine est plurifactorielle. Son développement résulterait d’une interaction entre gènes et environnement, suggérant qu’il existe une vulnérabilité génétique précipitée par des facteurs environnementaux.
Des sources sérieuses, c'est tout ce que je demande...
Oh Papy ! Tu nous as déjà oubliés ?
deus ex Machina

Avatar de l’utilisateur
Nicolas78
Messages : 11288
Inscription : 04 janv. 2013, 09:32

Re: La vidéo du diable

#47

Message par Nicolas78 » 05 juil. 2020, 18:37

Mirages a écrit : 04 juil. 2020, 20:10
Remarque simple a écrit : 11 mai 2020, 09:53 En fait, plusieurs personnes peuvent prouver que la schizophrénie n’est pas génétique
Pour prouver que les recherches actuelles vont à l'encontre de ce que tu avances, je n'ai pas besoin d'aller bien loin:
Inserm a écrit :La schizophrénie est une maladie dont l’origine est plurifactorielle. Son développement résulterait d’une interaction entre gènes et environnement, suggérant qu’il existe une vulnérabilité génétique précipitée par des facteurs environnementaux.
Des sources sérieuses, c'est tout ce que je demande...
:up:

Avatar de l’utilisateur
Mirages
Messages : 439
Inscription : 14 juil. 2019, 09:30

Re: La vidéo du diable

#48

Message par Mirages » 05 juil. 2020, 18:59

Remarque simple a écrit : 11 mai 2020, 09:53
F) Des psychiatres qui disent soigner l’âme
[...]
En raison de leurs diverses actions neuropsychologiques et de la dépendance qu’ils créent, les psychotropes, les substances psychoactives et les stimulants ne devraient pas être prescrits par des gens qui s’imaginent soigner l’âme, c'est-à-dire des psychiatres.

Wikipédia / Modèle Minnesota a écrit :C’est justement ici que l’on retrouve la spécificité du Modèle Minnesota. En effet, cette approche prend en charge la personne dans sa globalité, corps, âme et esprit. Il convient, pour cette méthode, que tout traitement de la dépendance, ou d'autres pathologies, tienne compte des aspects physiques, mentaux et métaphysiques de la personne dépendante.
Pour le coup je cherchais des sources sur les méthodes psychiatriques pour te contredire, et finalement je tombe sur quelque chose qui va dans ton sens.

En France je ne pense pas que cette approche ait beaucoup de succès, elle peut être néanmoins reprise sans le concept d’âme :
Cairn.info a écrit :Apte a souhaité transposer le modèle de soin Hazelden ou modèle du Minnesota dans le système des pensées et des valeurs françaises et laïques.
Parce que tu affirmes des choses qui me sont totalement étrangères. Je suis prêt a reconnaitre que j'ai jugé un peu vite certains points de ce que tu énonces ou dénonces, on en a un exemple. Si de ton coté tu as des sources pour soutenir tes propos, n'hésite pas.
En revanche mon point de vue sur la forme de tes interventions reste le même: j'ai l'impression que tes écrits passent par un miroir déformant.

(Edit: merci Nicolas, je me disais en voyant une notification pendant que j'écrivais: "tiens, une notification ? mais je suis toujours en train de construire mon post, d'où ça vient ? ..." :mrgreen: )
Oh Papy ! Tu nous as déjà oubliés ?
deus ex Machina

Avatar de l’utilisateur
Nicolas78
Messages : 11288
Inscription : 04 janv. 2013, 09:32

Re: La vidéo du diable

#49

Message par Nicolas78 » 06 juil. 2020, 03:45

Ca serait délicieux de voir RS defendre la notion d’âme pour essayer de trouver de la littérature pour appuyer sa vision :lol:

Avatar de l’utilisateur
Remarque simple
Messages : 343
Inscription : 23 mars 2009, 00:47

Re: La vidéo du diable

#50

Message par Remarque simple » 27 juil. 2020, 11:36

Bonjour,

@Mirage. Tu as écrit : « Si tu sous-entends que des psychotropes peuvent faire apparaitre la maladie alors qu'au préalable elle est absente, je n'y crois pas. À toi de me démontrer preuves à l'appui que je me trompe. » « Des sources sérieuses, c'est tout ce que je demande ... »

Tu as mis le doigt directement sur ce que je veux éviter d’expliquer, et je l’assume. Voici pourquoi.
1) Je ne donnerai jamais, sur un forum, les noms des psychotropes, les dosages et la durée nécessaire permettant de créer la folie avec des drogues. C'est-à-dire que je ne donnerai pas la recette pharmaceutique pour rendre n’importe quelles personnes schizophrènes.
2) Certains de ces psychotropes sont classifiés comme étant non addictifs, c'est-à-dire que les renseignements venant de 'Santé-Canada' et des compagnies pharmaceutiques précisent dans les notes techniques que leurs drogues ne créent pas de dépendance.
3) Une personne qui serait sous médication avec l’une de ces substances pourrait décider de l’arrêter pour vérifier, c'est-à-dire qu’elle chercherait à savoir si elle peut réussir son sevrage par elle-même. C’est dangereux.
4) J’ai averti le système médical. Il y a toute une inertie derrière cette grosse machine. C’est au système médical de corriger la situation.

Les gens qui consomment actuellement ce genre de drogues ne peuvent pas les arrêter soudainement. Pensons simplement à ce qui se produit dans le système carcéral. S’ils arrêtent la prise de ces substances, on parlera peut-être de violences, de suicides ou de meurtres. Lorsque ces personnes sont en sevrage, elles sont confuses, agressives et elles ne réalisent pas ce qu’elles font.

@Mirage. Tu as écrit; « En revanche mon point de vue sur la forme de tes interventions reste le même: j'ai l'impression que tes écrits passent par un miroir déformant. »
C’est possible que je possède un biais dans mes réflexions, parce que j’ai été éberlué par la réponse relative à la plainte que j’ai faite aux responsables du système psychiatrique.

Ce qui est certain … Nous savons que des drogues peuvent amener des individus à vivre des expériences hors normes et que ces épisodes pourraient se produire pendant la prise de drogues ou après un certain temps pendant le sevrage. Certaines drogues sont classifiées parmi les groupes ne créant pas de dépendance, alors les gens normaux interprèteront leurs réactions hors normes (venant d'un sevrage non identifié) comme un problème génétique, un traumatisme passé, un épisode anecdotique, une expérience extrasensorielle, une révélation divine, une période mystique, etc.

La difficulté de mon interprétation provient du fait qu’il est très possible qu’une expérience hors norme soit due à une cause indépendante d’un sevrage. Comment savoir ?

Le drame qui me concerne ? Je sais que certains psychotropes rendent schizophrène. J’ai averti le système médical à cause des abus potentiels. J’ai vérifié la fiche technique de ces drogues, et la compagnie pharmaceutique nous dit que leurs psychotropes ne créent pas de dépendance. Ce qui est FAUX!

Nous n’avons qu’à penser à la crise des opioïdes pour réaliser l’ampleur des drames qui se jouent à cause des prescriptions médicinales et de fausses informations sur ces drogues. Ces psychotropes, opioïdes, devaient seulement diminuer le ressenti de la douleur, mais elles créèrent une dépendance qui mena à plusieurs suicides. C’est devenu un désastre social, initié par l’incompétence de ceux qui prescrivaient ces drogues et par la non-vérification faite par le système de santé publique.

J’avais parlé à des psychiatres de cet effet de sevrage qui crée la schizophrénie due à certains psychotropes … Et ils se taisent, ils ont peur. En cas d’échec, ces spécialistes payés plus de $200,000.00 par année peuvent relier les causes à un problème génétique, à l’attitude non coopérative du patient, à la prise d’alcool, à la supposition qu’il y aurait d’autres drogues … et les enquêtes arrêtent très facilement sans vérifier s'il y avait un effet sevrage … Dégueulasse.

Finalement, une de ces élites m’a avoué qu’il était difficile de soigner l’âme des gens et que cela demandait beaucoup de jugement et un haut niveau d’étude en psychiatrie.

L’âme des gens ????

Pour l’instant, j’ai le sentiment que je dois attendre que le système médical corrige la situation. Le poids historique et politique de la santé publique est trop puissant. Par contre, il est beaucoup plus facile de démontrer que l’âme n’existe pas et pour ce faire il suffit de dénoncer les inepties religieuses des livres sacrés.

J’espère qu’en prenant conscience que l’âme n’existe pas, que ces spécialistes réviseront leur approche. Ensuite, on pourra s’attaquer à l’incompétence des psychiatres qui disent soigner l’âme avec des drogues et aux allégations des pharmaceutiques, surtout celles qui mentent en disant que leurs drogues ne créent pas de dépendance.

Qu’en pensez-vous ?
.
.
.
Leurs religions sont des mélanges de légendes, de superstitions et de fictions tribales.
Leurs histoires émanent de l’antiquité, valorisant la xénophobie, le racisme et la guerre.
Leurs morales louangent; menaces, mensonges, manipulations, mégalomanies, misogynies.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit