La modération au masculin ?

Pour toute question concernant le site ou ce forum, c'est par ici...
jacquiesce
Messages : 19
Inscription : 23 mars 2014, 10:06

Re: La modération au masculin ?

#201

Message par jacquiesce » 26 avr. 2014, 11:12

Attendons ses réponses, c'est lui le modérateur, pas moi.

__________
Souvent femme va rit, bien fol est qui s'y fie.

Et chat rit va rit...

Avatar de l’utilisateur
Denis
Modérateur
Modérateur
Messages : 19049
Inscription : 03 sept. 2003, 17:22

Petit conseil

#202

Message par Denis » 26 avr. 2014, 13:08


Salut jacquiesce,

Je te conseille de cesser d'attendre.

:) Denis
Les meilleures sorties de route sont celles qui font le moins de tonneaux.

Avatar de l’utilisateur
Hallucigenia
Modérateur
Modérateur
Messages : 4983
Inscription : 02 févr. 2006, 04:24

Re: La modération au masculin ?

#203

Message par Hallucigenia » 26 avr. 2014, 13:23

jacquiesce a écrit : Hellequin / Hallu / Diablo fait le tri, rejetant ceux dont le discours n'entre pas dans le canevas préétabli.
C'est l'expérience qui parle ? Tu as déjà été éjecté de ce forum ?

Si c'est le cas, merci de nous indiquer ton ancien pseudo, on y verra plus clair.

Hallu

jacquiesce
Messages : 19
Inscription : 23 mars 2014, 10:06

Re: La modération au masculin ?

#204

Message par jacquiesce » 26 avr. 2014, 14:08

Démonstration de force en guise de réponse.

Bientôt la bastonnade à deux ou plus contre un(e) ?

C'est bien de la "modération" au masculin...

Et je ne critique pas, j'acquiesce...

Raphaël a posé une bonne question.

jacquiesce
Messages : 19
Inscription : 23 mars 2014, 10:06

Re: Retour aux fondamentaux

#205

Message par jacquiesce » 26 avr. 2014, 14:30

http://fr.wikipedia.org/wiki/Dialectique
La dialectique (appelée aussi méthode ou art dialectique) est une méthode de discussion, de raisonnement, de questionnement et d'interprétation qui occupe depuis l'Antiquité une place importante dans les philosophies occidentales et orientales. Le mot « dialectique » trouve son origine dans le monde grec antique (le mot vient du grec dialegesthai : « converser », et dialegein : « trier, distinguer », legein signifiant « parler »). Elle aurait été inventée par le penseur présocratique Zénon d'Élée1, mais c'est surtout son emploi systématique dans les dialogues de Platon qui a popularisé l'usage du terme.

La dialectique s'enracine dans la pratique ordinaire du dialogue entre deux interlocuteurs ayant des idées différentes et cherchant à se convaincre mutuellement. Art du dialogue et de la discussion, elle se distingue de la rhétorique (qui se rapporte plutôt aux formes du discours par le dénombrement de ses différentes figures) car elle est conçue comme un moyen de chercher des connaissances par l'examen successif de positions distinctes voire opposées (même si l'on en trouve des usages détournés, visant la persuasion plus que la vérité2). Plus généralement, elle désigne un mouvement de la pensée, qui se produit de manière discontinue, par l'opposition, la confrontation ou la multiplicité de ce qui est en mouvement, et qui permet d'atteindre un terme supérieur, comme une définition ou une vérité.

Elle est ainsi devenue, en particulier à travers son assimilation par le Moyen Âge, une technique classique de raisonnement, qui procède en général par la mise en parallèle d'une thèse et de son antithèse, et qui tente de dépasser la contradiction qui en résulte au niveau d'une synthèse finale. Cette forme de raisonnement trouve son expression dans le réputé « plan dialectique » dont la structure est « thèse-antithèse-synthèse » : je pose (thèse), j'oppose (antithèse) et je compose (synthèse) ou dépasse l'opposition.

Chez Hegel la dialectique devient, non plus une méthode de raisonnement, mais le mouvement même de l'esprit dans sa relation à l'être : elle est alors conçue comme le moteur interne des choses[pas clair], qui évoluent par négation et réconciliation. Mais là où la dialectique hégélienne était essentiellement idéaliste, elle concerne au contraire le mouvement de la matière chez Marx, qui fait des contradictions socio-économiques le moteur de l'histoire. La plupart des disciples de Hegel, dont Feuerbach, Marx, l'École de Francfort, Sartre, ou encore le poète Breton, donneront leur version de la dialectique comme mouvement de la réalité.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Rh%C3%A9torique
La rhétorique est l'art ou la technique de persuader, généralement au moyen du langage.

Ce mot provient du latin rhetorica, emprunté au grec ancien ῥητορικὴ τέχνη (rhêtorikê tekhnê), qui se traduit par « technique, art oratoire », et désigne au sens propre « l'art de bien parler », d'après le nom rhêtôr, « orateur ». Elle est née au Ve siècle av. J.-C. en Sicile, selon la légende, puis fut introduite à Athènes par le sophiste Gorgias, où elle se développa dans les activités judiciaires et politiques.

La rhétorique est à la fois la science (au sens d'étude structurée) et l'art (au sens de pratique reposant sur un savoir éprouvé, une technique) qui se rapporte à l'action du discours sur les esprits, « bene dicendi scientia » selon les mots de l'orateur romain Quintilien1. Selon Ruth Amossy2 : « telle qu’elle a été élaborée par la culture de la Grèce antique, la rhétorique peut être considérée comme une théorie de la parole efficace liée à une pratique oratoire. » À ses débuts, la rhétorique s'occupait du discours politique oral, avant de s'intéresser de manière plus générale aux textes écrits et surtout aux textes littéraires et dramatiques, discipline nommée aujourd'hui la « stylistique ». L'art de persuader a progressivement cédé la place à un art de bien dire, qui restreint la rhétorique à un inventaire de figures relevant des ornements du discours.

D'après l'opposition traditionnelle entre la philosophie et la sophistique, la rhétorique se distingue de l'argumentation et de la dialectique par l'usage des effets pathétiques ou éthiques du discours sur le public3, qui s'ajoutent à la dimension purement logique du discours. Cette séparation est contestée par les théories rhétoriques modernes, inspirées notamment par les travaux de Chaïm Perelman.

Avatar de l’utilisateur
Dash
Messages : 3926
Inscription : 06 mai 2009, 08:40

Re: La modération au masculin ?

#206

Message par Dash » 26 avr. 2014, 17:59

jacquiesce a écrit :Démonstration de force en guise de réponse. Bientôt la bastonnade à deux ou plus contre un(e) ?
Nous sommes sur un forum de discussion, qui plus est concernant l'esprit critique. Il est donc tout à fait normal de s'attendre à ce que certains de nos propos soient critiqués. Ça nous arrive à tous, même entre sceptiques.

Anticiper et faire remarquer, comme vous le faites, que peut-être plus d'une personne s'opposera, ça vous sert juste à pouvoir dire : « vous voyez, je le savais, je l'avais dit »*. Si vous voulez échanger avec uniquement une personne, sans que d'autres puissent répondre ou s'opposer, il y a les MP qui sont faits expressément pour ça! Et considérer plus d'une objection — sur un forum — comme étant de la « démonstration de force », ça relève du « syndrome du persécuté » qui se plaint de « ils sont tous contre moi ». Vous pouvez bien poster des liens concernant la dialectique et la rhétorique ensuite, mais faudrait peut-être tout d’abord réaliser que ce que vous faites en fait expressément partie. :roll:

* tout comme moi-même je pourrais anticiper ce que vous direz à la suite de mon message : « et bien voilà, la bastonnade à plusieurs débute, je l'avais prédit ». Alors, allez vous me donner raison?
Penser savoir est une chose, savoir penser en est une autre !

Photon
Messages : 550
Inscription : 20 févr. 2014, 09:41

Re: La modération au masculin ?

#207

Message par Photon » 27 avr. 2014, 03:34

les herbes poussent dès qu'on tourne le dos :mrgreen:
Le sujet de base se trouve perdu à nouveau dans autre chose.

Pourquoi parle-t-on de baston?
Deux réponses de modo créent cette effet?

Avatar de l’utilisateur
Denis
Modérateur
Modérateur
Messages : 19049
Inscription : 03 sept. 2003, 17:22

Ça existe

#208

Message par Denis » 27 avr. 2014, 04:05


Salut Photon,

Tu dis :
Le sujet de base se trouve perdu à nouveau dans autre chose.
C'est vrai. Peut-être que le sujet de départ (la diversité des genres dans le comité de modération) a simplement été épuisé. Ou presque.

On a dévié vers "la fonction de modérateur".

J'ai essayé d'en discuter un peu sérieusement avec acquiesce, ici, en lui parlant des personnes inaptes au débat rationnel, ou qui cherchent frénético-agressivement à l'éviter.

Il m'a répliqué par un feu d'artifices d'insipidités évaporées.

Ça a un peu refroidi ma bonne volonté et j'ai laissé tomber (Réf.). Jouer longtemps au plus fou avec lui ne m'intéresse pas outre mesure.

Mais si la discussion reprend, j'essayerai de le convaincre que des personnes inaptes au débat rationnel, ou qui cherchent frénético-agressivement à l'éviter, ça existe.

Je dirais que, sur le forum, on en reçoit environ un par mois.

Donc, ça existe.

:) Denis
Les meilleures sorties de route sont celles qui font le moins de tonneaux.

jacquiesce
Messages : 19
Inscription : 23 mars 2014, 10:06

Re: La modération au masculin ?

#209

Message par jacquiesce » 27 avr. 2014, 06:56

Sujet de départ, qui est une question : introduction de femmes dans le comité de modération, avec pour effets recherchés, des changements appréciables du point de vue du "modéré".

Police et gendarmerie se sont féminisées depuis longtemps, mais la profession de videurs de boîtes de nuit pas encore.

Premier cas : les règles applicables sont claires et connues de tous, elles sont publiques, ce qui permet aux forces de l'ordre de s'y référer, de les rappeler et les énoncer clairement aux éventuels contrevenants, comme à ceux-ci de protester avec de bons motifs le cas échéant.

Second cas : les règles sont absentes ou obscures, occultes, c'est le règne de l'arbitraire, du délit de faciès et du poing dans la gueule en guise de "réponse" aux questions ou aux protestations.

J'ai demandé à Denis de préciser ses éléments de discussion, puisqu'il semblait vouloir discuter.

Grave erreur !

Au lieu de répondre, il s'est radiné avec le second videur !

Je vous rappelle donc à la discussion.

Photon
Messages : 550
Inscription : 20 févr. 2014, 09:41

Re: La modération au masculin ?

#210

Message par Photon » 27 avr. 2014, 07:14

:mrgreen:
Je crois que j'en ris plus qu'autre chose! Souvent je me demande où emmèneront certains débats, parfois je suis très surprise de la tournure que cela prend, des incompréhensions de chacun.
Discutez je vous en prie, nous verrons bien ce qu'il en ressortira.

Jacquiese, vous me semblez assez agressif dans vos propos (et c'est subjectif oui, mais cela reste mon interprétation), ouvrir une discussion demande à ce qu'on s'en dépouille un peu.

Je n'ai vu aucune agressivité en face (c'est subjectif oui aussi), les vieux schéma se perpétue encore et toujours parce que nous les nourrissons!

Avatar de l’utilisateur
Raphaël
Messages : 8119
Inscription : 20 mai 2004, 21:42

Re: La modération au masculin ?

#211

Message par Raphaël » 27 avr. 2014, 08:58

jacquiesce a écrit :J'ai demandé à Denis de préciser ses éléments de discussion, puisqu'il semblait vouloir discuter.

Grave erreur !

Au lieu de répondre, il s'est radiné avec le second videur !

Je vous rappelle donc à la discussion.
Il y a une façon simple de poser des questions. Ce n'est pas nécessaire de le faire en jouant une scène méli-mélodramatique.

jacquiesce
Messages : 19
Inscription : 23 mars 2014, 10:06

Re: La modération au masculin ?

#212

Message par jacquiesce » 27 avr. 2014, 10:32

J'acquiesce, comme toujours, je dis oui à tout.

Je ne critique toujours pas, mais prends néanmoins la liberté d'analyser les propos du modérateur, le seul des deux qui parle de discussion.

Or, toujours sans vouloir vexer personne, il me semble bien ne pas comprendre mes questions, pourtant très simples.

Concernant en premier lieu l'intervenant "inapte au débat rationnel", la première question n'est pas "ça existe" ou "ça n'existe pas", c'est celle de la définition : quelles sont les caractéristiques de cette personne, ou quels sont les critères qui permettent au modérateur de la reconnaître ?

Ensuite seulement se posera la question "ça existe" ou "ça n'existe pas", dont on voit déjà qu'au minimum elle devra se poser en des termes plus nuancés, car l'état d'inaptitude au débat rationnel peut être temporaire, consécutif à la consommation immodérée et exceptionnelle de substances perturbant l'état psychique de tout être humain normalement constitué.

Mais il m'a déjà fourni un début de réponse à la première question en me qualifiant de "fou", c'est-à-dire "inapte au débat rationnel".

Autrement dit : ce qui reste inaccessible à l'intelligence du modérateur est décrété par lui "fou" ou "irrationnel", celui qui l'exprime est rangé par lui dans la catégorie des personnes "inaptes au débat rationnel".

C'est un critère comme un autre.

Question : que vaut-il ?

Ou bien : que vaut-il sur ce forum-ci ?

Il est fréquent de voir des personnes qui n'ont jamais rien compris aux maths utiliser les qualificatifs de "fou" ou "irrationnel", voire "totalement dément" pour désigner tout ce qui se rapporte aux mathématiques et aux matheux, à commencer par les mathématiques et les matheux.

Est-ce admissible sur ce forum-ci ?

Avatar de l’utilisateur
Pardalis
Messages : 9163
Inscription : 07 avr. 2006, 14:56

Re: La modération au masculin ?

#213

Message par Pardalis » 27 avr. 2014, 11:38

jacquiesce a écrit :J'acquiesce, comme toujours, je dis oui à tout.
[...]
Il est fréquent de voir des personnes qui n'ont jamais rien compris aux maths utiliser les qualificatifs de "fou" ou "irrationnel", voire "totalement dément" pour désigner tout ce qui se rapporte aux mathématiques et aux matheux, à commencer par les mathématiques et les matheux.

Donc si quelqu'un vous dit que 2+2=5, vous allez acquiescer?
"To say that you won't respect the results of the election is a direct threat to our Democracy. The peaceful transfer of power is one of the things that makes America, America!…Look, some people are just sore losers.”" Hillary Clinton

Photon
Messages : 550
Inscription : 20 févr. 2014, 09:41

Re: La modération au masculin ?

#214

Message par Photon » 27 avr. 2014, 11:38

Critiquer dans le respect n'est pas un mal, et ce qui fait mal parfois nous permet des remises en question!
Les analyses le plus souvent surtout concernant des propos sont purement subjectives et n'ont aucune valeur universelle, ce qui est dit par l'un peut être compris de plusieurs façon par les autres!
Les mots contrairement aux chiffres sont tout en nuances ce qui leur donne leur beauté mais aussi difficulté!

Les chiffres ne trahissent pas, ils sont parlant et sans appel, les mots eux demandent une autre approche. Et les approches selon les êtres, les caractères, les personnalités, les milieux culturel et environnemental sont autant de différence que de richesse!

Lorsqu'on lance un débat il faut avant tout chose à mon sens regarder nos intentions? vise-t-il à nous enrichir ou à avoir raison?
Humainement le plus souvent c'est pour avoir raison... mais est ce vraiment quelque chose qui nous fait du bien, je n'en suis pas sûre!

Amicalement
Photon

jacquiesce
Messages : 19
Inscription : 23 mars 2014, 10:06

Re: La modération au masculin ?

#215

Message par jacquiesce » 27 avr. 2014, 12:18

Donc si quelqu'un vous dit que 2+2=5, vous allez acquiescer?
Oui, car c'est une personne qu'il vaut mieux éviter de contrarier !

Avatar de l’utilisateur
Pardalis
Messages : 9163
Inscription : 07 avr. 2006, 14:56

Re: La modération au masculin ?

#216

Message par Pardalis » 27 avr. 2014, 12:30

jacquiesce a écrit :
Donc si quelqu'un vous dit que 2+2=5, vous allez acquiescer?
Oui, car c'est une personne qu'il vaut mieux éviter de contrarier !
Ah, donc la vérité n'a aucune importance pour vous, mieux vaut éviter les conflits.
"To say that you won't respect the results of the election is a direct threat to our Democracy. The peaceful transfer of power is one of the things that makes America, America!…Look, some people are just sore losers.”" Hillary Clinton

Photon
Messages : 550
Inscription : 20 févr. 2014, 09:41

Re: La modération au masculin ?

#217

Message par Photon » 27 avr. 2014, 12:47

J'ai moi aussi envie de passer du coq à l'âne en disant un truc en rapport avec la discussion mais pas tant que ça!
Juste pour le côté, certaines choses ont une langue commune et tout le monde comprends!
ça fait du bien
http://www.youtube.com/watch?v=IY1jKRYvp7Q

jacquiesce
Messages : 19
Inscription : 23 mars 2014, 10:06

Re: La modération au masculin ?

#218

Message par jacquiesce » 27 avr. 2014, 13:17

Ah, donc la vérité n'a aucune importance pour vous, mieux vaut éviter les conflits.
En l'occurrence, la "vérité" saute aux yeux de tout le monde. Le "conflit" n'est donc pas utile, si "conflit" il y a à craindre.

Avatar de l’utilisateur
Pardalis
Messages : 9163
Inscription : 07 avr. 2006, 14:56

Re: La modération au masculin ?

#219

Message par Pardalis » 27 avr. 2014, 13:31

jacquiesce a écrit :En l'occurrence, la "vérité" saute aux yeux de tout le monde.
Pas si sûr de ça.

Si la vérité était si évidente, tout le monde accepterait la théorie de l'évolution, le fait qu'Al Qaeda est responsable du 11 septembre, etc.
"To say that you won't respect the results of the election is a direct threat to our Democracy. The peaceful transfer of power is one of the things that makes America, America!…Look, some people are just sore losers.”" Hillary Clinton

Avatar de l’utilisateur
Raphaël
Messages : 8119
Inscription : 20 mai 2004, 21:42

Re: La modération au masculin ?

#220

Message par Raphaël » 27 avr. 2014, 19:06

jacquiesce a écrit :l'état d'inaptitude au débat rationnel peut être temporaire, consécutif à la consommation immodérée et exceptionnelle de substances perturbant l'état psychique de tout être humain normalement constitué.
Sur un forum on est obligé de juger sur ce qui est écrit. Si quelqu'un est trop délirant ou trop agressif tant pis pour lui: il risque de se faire virer tôt ou tard.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit