Nous, les êtres humains, sommes-nous construits biologiquement pour nous entendre ?

Politique, histoire, société... et autres sujets sans lien avec le paranormal
Mireille

Re: Nous, les êtres humains, sommes-nous construits biologiquement pour nous entendre ?

#76

Message par Mireille » 01 mai 2016, 18:52

Dash a écrit :
Mireille a écrit :Ca me fait penser à l’illusion de devoir être heureux à tout prix quand en fait le bonheur est circonstanciel, quelque chose dont on peut profiter forfuitement quand toutes les conditions sont réunies et qui ne devrait pas non plus être un but en soi.
Juste une petite digression concernant le bonheur, qui à mon avis, est un tout autre sujet ...

Le bonheur est nécessairement dépendant du circonstanciel, mais pas que. Parce que sous les mêmes conditions et circonstances, certains peuvent être plus ou moins heureux que d’autres. Ça dépend donc d’une foule de facteurs. Même si plusieurs mouvements New Age ou écoles de pensée en croissance personnelle prétendent que c’est une question d’attitude (ou « d’énergie » bla-bla-bla) avant tout et que tout le reste n’importe pas (ce qui est complètement stupide), il reste qu’il est vrai qu’il y a une part d’attitude qui contribue plus ou moins en orientant notre perception. Si quelqu’un prend la mauvaise habitude de focaliser uniquement et toujours sur ce qu’il n’a pas, au lieu de ce qu’il a, ben c’est sûr que cette attitude ne favorisera pas son aptitude à être heureux. Sauf que l’inverse peut être tout aussi nuisible. Ne pas considérer ce qui ne nous satisfait pas, en pensant qu’il suffit de propager une « énergie de bonheur » pour que ce dernier arrive, comme par magie, ça n’incite pas à entreprendre des actions concrètes qui peuvent nous procurer ce qui peut participer, circonstanciellement, à nous rendre heureux.
Mireille a écrit :...et qui ne devrait pas non plus être un but en soi.
Ça dépend dans quel sens. Ce n'est pas un but prédéfini par « la vie » ou par quelque chose de mystérieux ou de « spirituel » qui « veille sur nous ». Par contre, ça peut très bien être un « objectif de vie » perso, comme un autre. Perso, je fais tout ce que je peux pour être le plus heureux possible! C'est un objectif assumé à 100%
Pour commencer, Dash, j'aimerais que tu arrêtes de m'analyser. On en parle une dernière fois, si tu veux, et après c'est fini. Je suis surprise que tu puisses me comprendre aussi bien, mais pour moi tout ça fait partie du passé. J'ai confiance que mes erreurs de raisonnement vont se corriger, il me faut du temps. Le mieux aurait été que je quitte le forum et que je revienne en une 2ième Mimi, comme une nouvelle personne, 6 mois, 1 an plus tard. Le problème c'est que j'ai besoin de vous. Quand on comence à lire un livre qui suscite une certaine passion, on a pas envie que l'histoire s'arrête. Et pour être parfaitemnent honnête à qui d'autres pourrais-je poser ces questions ? C'est sûr que je pourrais aller sur un autre forum, mais il y a des gens avec qui j'aime avoir des échanges ici et j'ai de la difficulté à vrai dire avec les nouveaux environnements. Aussi quand tu disais que je réfléchissais à mesure que j'écrivais, c'est exactement ça, c'est d'ailleurs pourquoi j'ai tellement apprécié mes dernières discussions avec Jean-François, il me posait des questions et là je savais ce que je pensais en lui répondant, ce qui m'a permis de réglé bien des choses. Je ressens les choses sans problèmes, c'est d'ailleurs pourquoi j'avais développé une forme de clairvoyance, mais quand il s'agit de tenter de réfléchir, ça peut devenir très fastidieux pour moi.

Voilà, je n'ai pas commenté ce que tu as dis ci-haut, je vais y revenir. Je voulais régler cette question avant.

Mireille

Re: Nous, les êtres humains, sommes-nous construits biologiquement pour nous entendre ?

#77

Message par Mireille » 01 mai 2016, 18:55

Babel a écrit :
Mireille a écrit :...
Bonsoir Mireille,

J'ai ouvert un topic en élargissant votre questionnement initial. J'espère que vous ne verrez pas ça comme une façon de vous "dérober" votre sujet. Si le topic ouvert ne correspond pas à vos propres interrogations, on peut continuer ici en parallèle.
Puis-je te tutoyer cher Babel,

Il n'y a aucun problème, je préffère même me placer à l'arrière surtout que la fatigue m'a gagnée. Je pense que le mieux serait que je réponde n'empêche aux commentaires qu'il y a ici et je te suivrai moi en parrallèle. Mais ca ira à demain.

Bonne soirée Babel,

Avatar de l’utilisateur
unptitgab
Messages : 4652
Inscription : 14 janv. 2014, 06:59

Re: Nous, les êtres humains, sommes-nous construits biologiquement pour nous entendre ?

#78

Message par unptitgab » 01 mai 2016, 18:58

Une guerre nécessite une entente entre les individus constituants les différents groupes belligérants, sinon cela resterait une baston entre deux personnes, comme quoi la réponse ne peut être simple.
"Quand elle devient « pure » de toute expérience sensorielle, la raison déraisonne. Elle prétend prouver l’existence de Dieu et l’immortalité de l’âme. Cette folie s’appelle métaphysique. Le métaphysicien est un savant fou. Il veut tout prouver, il ne montre que son insanité." Jean-Baptiste Botul

Avatar de l’utilisateur
Dash
Messages : 3933
Inscription : 06 mai 2009, 08:40

Re: Nous, les êtres humains, sommes-nous construits biologiquement pour nous entendre ?

#79

Message par Dash » 01 mai 2016, 21:51

Mireille a écrit : Pour commencer, Dash, j'aimerais que tu arrêtes de m'analyser. On en parle une dernière fois, si tu veux, et après c'est fini.
Oui, d'accord. Je suis conscient que ça pouvait te mettre mal à l’aise, mais ce que j'ai fait, depuis quelques jours, ce n’était pas dans le but de t’analyser pour t’analyser ou pour te faire voir quelque chose, à toi, mais dans le but d’expliquer à certains qu’ils ne saisissent pas du tout ce qui se passe, quand tu poses des questions. C’est pourquoi je m’en suis tenu, essentiellement, qu’à ta façon de t’exprimer et de poser des questions quand tu ouvres des sujets.

Plusieurs ne seront pas d’accord (mais j'm’en fous), mais, je pense vraiment que plusieurs ici ne réalisent pas du tout ce que tu fais. Il n’y a que LLC qui semble avoir certaines des capacités requises (et qui — surtout — s’exprime publiquement! ...j'oubliais Greem, aussi. ) pour faire abstraction de ce qui biaise certains autres dans leur jugement à propos de tes intentions. De plus, plusieurs sceptiques, ici, du fait qu’ils le sont depuis presque toujours et qu’ils sont devenus des professionnels dans leurs domaines ont bcp de mal à se remettre dans la peau de « M & Mme tout le monde » qui sont plus ou moins zozos. Ils sont victimes de la malédiction du savoir. Pas tant en ce qui concerne le fait de partager leur connaissance à propos d’un sujet (ça, ils excellent! et je m'en régale!), mais surtout dans le fait de pouvoir se mettre à la place de quelqu’un qui ignore tout et qui fonctionne autrement, afin d’adapter leur façon de partager ou « d’enseigner ». Et sinon, comme je l’ai dit, certains sont tellement habitués à gérer des « détenteurs de vérité™ » que cela les a conditionnés à réagir d’une certaine façon. Même moi, ça a fini par me conditionner :oops: , car pendant mes deux premières années ici, j'étais bcp moins prompt à tomber dans les insultes, même envers les parfaits illuminés.
Mireille a écrit :Je suis surprise que tu puisses me comprendre aussi bien [...] quand tu disais que je réfléchissais à mesure que j'écrivais, c'est exactement ça
Ce n’est pas très surprenant que je puisse te comprendre aussi facilement. Et si je te supporte, ça a très peu à voir avec le simple fait de vouloir « défendre les opprimés », uniquement par principe. Je suis surtout un ancien zozo (faut pas l’oublier ;) ) qui n’a pas tjrs été sceptique et qui est plus en mesure que d’autres de savoir comment tu procèdes à l’interne. Ceux qui ont tjrs été sceptiques (ou qui le sont devenus naturellement et progressivement depuis la fin de leur adolescence) peuvent très difficilement imaginer et comprendre (que pour certains, c’est l’ensemble de leur conception du monde qui est enracinée de croyances). Perso, je m’en suis sorti tout seul il y a seulement une dizaine d’années, mais c’est surtout parce que j’ai la chance d’avoir une métacognition extrêmement développée et efficiente.
Mireille a écrit :Je ressens les choses sans problèmes, c'est d'ailleurs pourquoi j'avais développé une forme de clairvoyance
Je comprends. Tout comme toi, j’ai longtemps cru avoir un « don » parce que je « size » bcp plus facilement les gens que la majorité, et ce, depuis tjrs. Mais ça m’a pris des années avant de réaliser que j’étais juste doué et que ça n’avait rien d’extraordinaire ou de paranormal.
Mireille a écrit :c'est d'ailleurs pourquoi j'ai tellement apprécié mes dernières discussions avec Jean-François
Oui, JF (ainsi que LLC et quelques autres) ont un certains « talent didactique » manifeste! ...et un peu plus (euphémisme) de patience que plusieurs autres! :lol: :mdr:
Mireille a écrit :Et pour être parfaitemnent honnête à qui d'autres pourrais-je poser ces questions ?
J’te comprends. Moi j’pose peu de questions, mais je n’ai jamais autant enrichi mes connaissances depuis que je fréquente ce forum. Malgré qu’il puisse parfois paraitre que j’aime attirer l’attention et que j’aime exposer mes réflexions perso dans de longs pavés, il m’arrive très souvent de lire de longs threads sans participer activement (parce que ce n’est pas nécessaire, que je n’y connais rien et/ou que d’autres formulent de toute façon les questions/objections que j’aurais formulées).
Mireille a écrit :mais quand il s'agit de tenter de réfléchir, ça peut devenir très fastidieux pour moi.
Oui, et ça, certains devraient en tenir compte. L’on n’a pas tous les mêmes talents et les mêmes capacités (ni le même nombre d'années de pratique). La vie est injuste! :(

Bref, T'inquiète, j’ai exprimé publiquement tout ce que j’avais à dire sur ta façon de « fonctionner », dans l’espoir que certains seront un minimum réceptif même s’ils ne s’exprimemt pas publiquement à ce sujet. J’en ai donc terminé. ;)

:D
Penser savoir est une chose, savoir penser en est une autre !

Avatar de l’utilisateur
Lulu Cypher
Modérateur
Modérateur
Messages : 6326
Inscription : 24 avr. 2015, 22:30

Re: Nous, les êtres humains, sommes-nous construits biologiquement pour nous entendre ?

#80

Message par Lulu Cypher » 01 mai 2016, 22:26

LoutredeMer a écrit :Ce n'est pas une pointe d'orgueil, Lulu, loin de là. J'ai réellement souffert, comme je l'ai expliqué, des reflexions maladroites de Mireille sur l'avortement, pour moi et ces quelques ados auxquelles j'enseignais, qui l'ont vécu et que j'ai du soutenir pendant mon job .. mais je suppose que ca me regarde.. donc : STOP.
Je suis conscient de tout ça tu as souffert, MIreille aussi ... moi je n'ai pas de machine à mesurer les souffrances personnelles ... c'est un peu pour ça que comme la plupart des intervenants ici je souhaite l'arrêt d'un débat entre vous deux qui ne peut qu'être stérile. Rien de plus.

Et Dieu dit : « que Darwin soit »
------------------------------
Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman (P. Desproges)
------------------------------
Attention ce post est susceptible (lui-aussi) de contenir des traces d'humour. L'auteur tient à signaler qu'il décline toute responsabilité quant aux conséquences de leurs mésinterprétations.

Mireille

Re: Nous, les êtres humains, sommes-nous construits biologiquement pour nous entendre ?

#81

Message par Mireille » 02 mai 2016, 08:05

Dash a écrit : Bref, T'inquiète, j’ai exprimé publiquement tout ce que j’avais à dire sur ta façon de « fonctionner », dans l’espoir que certains seront un minimum réceptif même s’ils ne s’exprimemt pas publiquement à ce sujet. J’en ai donc terminé. ;)

:D
Bonjour Dash,

J'ai l'impression qu'on se ressemble un peu quelque part. Tant mieux, on en parle plus alors, il y a des gens avec qui je discute ici et avec qui je me sens parfaitement à l'aise, on ne peut pas s'entendre avec tout le monde en autant que chacun se respecte. Mais juste un dernier point, tu sais cette forme de clairvoyance que j'ai développé jeune, elle est venue naturellement comme toi, mais dans mon cas c'était probablement pour compenser certaines de mes difficultés, c'est important et j'en reparlerai plus tard parce qu'il est possible qu'à la base se soit un mécanisme de défense utilisé par le cerveau, mais je en veux pas aller dans cette direction pour le moment. Mais c'est certain que je vais aller fouiller sur ce terrain.

***

A propos du bonheur, tu disais que c'était un autre sujet, j'aimerais qu'on regarde ça aussi un peu, mais vu le temps que j'ai et toi aussi j'imagine, je pensais qu'on pourrait en parler un peu plus tard, j'aimerais suivre le fil de Babel pour le moment.

Je garde donc ce que tu disaisi ici en réserve :

Je te cite : Le bonheur est nécessairement dépendant du circonstanciel, mais pas que. Parce que sous les mêmes conditions et circonstances, certains peuvent être plus ou moins heureux que d’autres. Ça dépend donc d’une foule de facteurs. Même si plusieurs mouvements New Age ou écoles de pensée en croissance personnelle prétendent que c’est une question d’attitude (ou « d’énergie » bla-bla-bla) avant tout et que tout le reste n’importe pas (ce qui est complètement stupide), il reste qu’il est vrai qu’il y a une part d’attitude qui contribue plus ou moins en orientant notre perception. Si quelqu’un prend la mauvaise habitude de focaliser uniquement et toujours sur ce qu’il n’a pas, au lieu de ce qu’il a, ben c’est sûr que cette attitude ne favorisera pas son aptitude à être heureux. Sauf que l’inverse peut être tout aussi nuisible. Ne pas considérer ce qui ne nous satisfait pas, en pensant qu’il suffit de propager une « énergie de bonheur » pour que ce dernier arrive, comme par magie, ça n’incite pas à entreprendre des actions concrètes qui peuvent nous procurer ce qui peut participer, circonstanciellement, à nous rendre heureux.

Et je partirai la prochaine discussion sur 3 points principals :

-Comment les écoles New Age, doctrine spirituelle et cie utilise cette recherche du bonheur ? (Quand on va développer, tu vas voir que c'est un gros piège, à mon avis)
-Si cette recherche illusoire du bonheur ne crée pas en fait de l'anxiété et toute une série d'émotions de mal être, on peut aller jusqu'à la dépression.
-Si on n'a pas pathologisé à outrance des états d'âme qui dans le fond sont normal et même sain pour l'équilibre mental et peut-être même biologique (voir la distribution d'anti-dépresseurs dans le monde : réf. Lane, 2009, on parle de millions)

Pourquoi avons-nous tant de diffucltés à gérer nos émotions négatives ou celles qui nous font nous sentir mal ?

Pour ce dernier point, je citerai à partir du livre dont je donnerai la réf. ci-dessous :

''Une autre manifestation de cette obsession à vouloir éviter l'inconfort et à se sentir bien à tout prix est la ''médicalisation'' de nos états d'âmes. Il est vrai que vivre des émotions de manière prolongée, trop intense ou non adaptée à la situation peut affecter notre équilibre psychologique et même notre santé physique. Mais il est important de se rappeler que nos émotions, même les plus difficiles comme l'anxiété ou la tristesse présentent une utiliité...''

Je ne citerai pas tout aujourd'hui, mais il démontre dans cette partie du livre comment une émotion ordinaire a été qualifié de pathologique ce qui a conduit a la médicalisation de millions de personnes. Je connais une petite fille qu'on a tenté de calmer à 14 ans, Dash, parce qu'elle était trop émotive et ne pouvait pas s'exprimer clairement calmer :grimace:

Mes citations me viennent du livre : Éloge de la lucidité, de Ilios Kotsou.

Mireille

Re: Nous, les êtres humains, sommes-nous construits biologiquement pour nous entendre ?

#82

Message par Mireille » 02 mai 2016, 10:52

Dash,

Je voulais te mettre aussi ce court vidéo en vue de ce futur sujet ''Les marchands de bonheur'' (pour utiliser les mots d'une critique qui je trouve sied bien au sujet.
https://www.youtube.com/watch?v=rBAsZpZr_ck

Avatar de l’utilisateur
Dash
Messages : 3933
Inscription : 06 mai 2009, 08:40

Re: Nous, les êtres humains, sommes-nous construits biologiquement pour nous entendre ?

#83

Message par Dash » 04 mai 2016, 02:47

Salut Mireille,

Tu abordes plusieurs trucs. J’vais répondre rapidement à l'un d'eux et développer un peu plus sur un autre qui (égoïstement) m’intéresse bcp plus que les autres.
Mireille a écrit :Comment les écoles New Age, doctrine spirituelle et cie utilise cette recherche du bonheur ?
J’vais te laisser développer plus longuement ce point que moi, mais il parait évident, parce que plusieurs personnes ne se sentent pas bien (ou ne sont pas heureuses) que le simple fait de prétendre « pouvoir rendre heureux » devient automatiquement susceptible d’attirer bcp de « clients potentiels». :roll: De plus, puisqu’il n’y a pas de science officielle à ce propos (enfin, accessible à M. & Mme tout le monde), tous ceux qui prétendent avoir des « recettes » à ce sujet ont alors le champ complètement libre.
Mireille a écrit :Pourquoi avons-nous tant de diffucltés à gérer nos émotions négatives ou celles qui nous font nous sentir mal ?
Hors pathologies ou troubles de nature biochimique (cerveau) ou hormonale, je pense que c’est surtout une question d’habitude, d’éducation de pratique et donc : de conditionnement.

Je ne suis pas surpris qu’on constate une augmentation des troubles que mentionne ta citation, car depuis plusieurs années maintenant, la « société » ne permet plus aux jeunes de vivre des situations de contraintes et de frustrations. On fait tout pour contenter tout le monde et éviter qu’il ressente des frustrations, des contraintes ou des situations qui demandent des efforts (enfant roi, enfant tyran... 2 courts articles, ici et ici).

De plus, depuis l’invention de la télévision (mais aussi dans les romans et les pièces de théâtre, depuis toujours), tout ce que l’on nous présente comme individus « in », « cool » ou, à tout le moins « intéressants et captivants » sont des individus qui ressentent et expriment fortement leurs émotions. On nous présente des modèles plutôt impulsifs (que l’inverse). On valorise les émotions comme étant ce qui nous rend « très humain », contrairement aux « méchants » ennemis (psychopathes, extraterrestres, machines, robots et bêtes sauvages) qui eux, n’ont pas d’émotion (ou qui nous sont présentés comme tels).

Suffit d’avoir déjà visionné certaines téléréalités, depuis ces 15 dernières années, pour observer que les participants qui sont les plus populaires et appréciés ne sont pas les plus posés et nuancés :roll:, mais, les autres, plus impulsifs, exubérants ou « drama-queens ». Idem dans la plupart des téléromans (et dessin animé) qu’on présente aux jeunes. Le phénomène est donc amplifié par la télévision et puisque les jeunes cherchent à s’identifier à des personnalités « cools » et « fortes », ben, par mimétisme, ils se mettent à user, « abuser » de leurs émotions parce que cela est un moyen rapide et facile, à la disposition de tous, de réagir sans avoir à faire autre chose.

Je me souviens très bien, lorsque j’étais à la petite école, quand j’observais que certains, dans mon groupe, commençaient à « s’affirmer », par mimétisme, en commençant à faire ce qu’ils ne faisaient pas (ou bien moins) auparavant. En observant les plus populaires se fâcher et s’offusquer, pour se faire respecter ou apprécier des autres, certains prenaient alors exemple sur eux et commençaient à faire de même.... ...parce qu’observant qu’une personne qui est sous le coup de l’émotion, ça impressionne et ça affecte les autres (ça produit instantanément un effet)!

Et tout cela est tout à fait humain, normal et naturel, parce qu’avant d’avoir le temps de réfléchir, il y a des milliers d’années (trop occupé à chasser et à survivre), les émotions nous permettaient, effectivement, d’interagir sans avoir besoin de trop réfléchir (elles orientent nos actions, naturellement). Le problème, c’est que nous en sommes plus là, mais que la majorité des gens, ainsi que la société en général, continue à entretenir et à valoriser ce moyen de procéder (en fait c’est quelque peu hypocrite, car, dans certains cadres ou contextes, nous allons bien sûr tous reconnaitre qu’il vaut mieux être tempéré et qu’il faut apprendre à gérer nos émotions, mais, de façon générale, ce n’est pas ce qui est valorisé. L'on peut faire un parallèle avec les modèles de beauté trop maigre qu'on présente partout, alors que tout le monde est d'accord que ce n'est pas sain).

Il est donc clair pour moi que c’est avant tout une question de (auto) conditionnement (et donc de pratique)!

De plus, mis à part certaines écoles/livres de cheminement personnelles (ou traitant de psychologie), il n’existe pas vraiment de cours ou de formations officielles et pratiques (hors thérapies, mais l’on y a recours uniquement si ça va très très mal... ....ou pour dirigeants d'entreprise, comme dans ta vidéo, sur laquelle je vais revenir plus bas) concernant le fait d’apprendre à gérer ses émotions. Donc, comment faire? En pratique?

:hausse:

Bah, il y a bien quelques livres plus sérieux que d’autres en section psychologie dans les librairies (mais ça intéresse qui?), mais, ce que je veux dire, c’est qu’il n’y a pas de cours pratique intégré dans le cheminement scolaire au sein même de l’éducation. Ça ne fait pas partie de la culture et de « l’intérêt populaires », tous simplement. En pratique, il nous arrive juste, dès notre plus jeune âge, de nous faire dire de « se calmer les nerfs » par certains (surtout nos parents) quand l’on est frustré. C’est presque tout, en pratique. Faut donc se débrouiller tout seul et chercher comment faire par soi-même (malheureusement, sans encadrement scientifique ou professionnel).

Personnellement, depuis mon plus jeune âge, ayant toujours été très porté sur l’analyse des comportements (et des miens) et des interactions sociales, j’ai très vite observé que si, dans un premier temps, réagir émotionnellement pouvait, dans le cadre d’une interaction, en effet, être très utile, parfois, à l’inverse, ceux qui misaient essentiellement sur cette possibilité (que nous avons tous), pour s’affirmer et se défendre, finissaient, par habitude et conditionnement, par ne plus bénéficier d’un laps de temps leur permettant d’user de leur raison et de leur intelligence (dans l'entrefaite d’un événement). Du coup, non seulement ils deviennent extrêmement prévisibles, mais n’importe qui pouvant saisir qu’est-ce qui les fait réagir, à tout coup, peut arriver à placer les éléments nécessaires pour les diriger et les orienter avant qu’ils s’en aperçoivent (ils sont donc bcp plus manipulables que d’autres).

Autrement dit, j’ai réalisé que, peu importe à quel point un être puisse être intelligent ou connaissant, s’il est habitué à réagir impulsivement, sur le coup, dans le cadre d’une interaction, son intelligence et ses connaissances ne lui servent à rien, parce que, dans ce cadre, il devient égal à n’importe qui d’autre (bien sûr, il pourra réfléchir après coup, mais c’est trop tard). Cette conclusion, de ma part, tirée des mes observations empirique et, naturellement, ne désirant pas me faire manipuler par autrui, à résulté que je me suis mis à dévaloriser les réactions émotives et impulsives.

Du coup, dans ma période zozo où je lisais toute sorte d’ouvrage, dont certains traitants de cheminement personnel, j’ai extrait et récupéré certains concepts ou idées présents dans certains d’entre eux, et, avec quelques amis (à l'époque), je me suis mis à concevoir et pratiquer des exercices qui confrontaient nos propres réactions impulsives, entre autres.

Parfois, entre autres, l’on pouvait se placer, à tour de rôle, sur une chaise, au milieu de la pièce et les autres avaient comme objectif d’aborder des sujets sensibles (nous impliquant) dans le seul but de toucher émotivement ou de faire sortir de ses gonds celui qui était assis sur la chaise. :twisted: Et ce que nous avons remarqué, c’est qu’au début, ça ne semble pas fonctionner parce que tous sont conscients que c’est un jeu de rôle, mais, après un certain temps, le naturel et la « nature humaine » font leur œuvre. Sauf qu’après un certain moment, sur la chaise, nous avons remarqué que l’intensité de l’émotion procède sensiblement comme le condensateur d’un flash photographique (en forme de courbe de gauss). L’intensité de l’émotion ne demeure jamais dans son état maximale très longtemps. Ce qui fait que lorsqu’elle est dans sa pente descendante, l’on peut, de plus en plus, recommencer à interagir raisonnablement. Avec le temps et la pratique (sur plusieurs semaines ou mois) le « peak » devient de moins en moins puissant et bcp plus facile à gérer. Les émotions et sentiments ne disparaissent jamais, mais ils deviennent, par habitude, bcp plus faciles à tolérer et à gérer. L’important étant juste de réussir à éviter un certain niveau de « peak » susceptible de nous faire complètement « flasher ». Bref, l’on peut faire un parallèle lorsqu’un avocat effectue des séances d’interrogatoires fictifs avec son client afin de désamorcer, par la pratique, l’effet de surprise qui sera susceptible de faire « flasher » émotivement ce dernier. ;)

Dans le même ordre d’idée, mais qui ne concerne pas essentiellement les émotions, à l’époque où je lisais du Castaneda (avec ses notions de point d’assemblage de la réalité, de référentiel, etc.), nous avons souvent fait exprès de vivre des situations complètement à l’opposer de ce que nous vivions (et étions), affin d’être en mesure de percevoir les choses sous un angle complètement différent (et pas juste de façon théorique ou intellectuelle). Par exemple, il pouvait s’agir de se vêtir (carrément se déguiser) comme un sans-abris pour aller passer un week-end complet dans la rue d’une ville où personne ne nous connaissait, avec les autres sans-abris. :grimace:

Ce genre d’exercices permet, au delà des idées et des théories de tout un chacun, d’intégrer réellement certaines capacités et de relativiser bcp de chose. Mais bon qui s’intéresse et se passionne à ce genre de chose (à part certains « fuckés » comme moi et quelques autres)?

Il n’y a rien de gratuit dans la vie. Quand on veut acquérir des aptitudes ou des capacités, ben il faut y travailler (comme le sport ou les arts). Et, malheureusement, en ce qui concerne la gestion des émotions, il n’existe aucune école et méthode officielle et sécuritaire pour nous enseigner comme faire. :? Faut donc piocher à gauche et à droite en faisant attention de ne pas tomber sous le charme et l’emprise de certains mouvements. Parce qu’il y en a plusieurs qui prétendent avoir des méthodes permettant de se dépasser, mais plusieurs d’entre elles sont victimes de dérives de toute sorte.

Perso, à mon époque zozo, j’ai lu de nombreux ouvrages et j’ai investigué plusieurs écoles et mouvements, mais je ne suis jamais devenu membre d’aucun d’entre eux. J’ai seulement pris ce qui faisait mon affaire, en usant de mon discernement, et j’ai « fabriquer » mes propre exercices personelle.

Tout ça pour dire que les connaissances, la pensée rationnelle et critique ne font pas tout. Et qu’excepter pour un comportement pathologique qui nécessite une thérapie encadrée, il n’y a pas bcp de ressource autre que des livres, des mouvements non encadrés et notre propre imagination. Bref ça te permettra peut-être, entre autres, de comprendre un peu plus pourquoi je pense qu'éviter les sujets sensibles, sur un forum — pour soi-même et envers soi-même —est tout sauf utile et productif, àmha. ;)
Mireille a écrit : Je voulais te mettre aussi ce court vidéo : Ilios Kotsou: psychologie positive
Ça semble être dans un cadre d'une formation en management pour dirigeants d'entreprise. C'est une « université d'été » :interro: (et une association sans but lucratif,) avec approche transdisciplinaire : Trans-mutation

À première vue, ça ne me semble pas zozo.

J'ai visionné la vidéo...

Il a raison de dire que les croyances (l'image que nous avons) sur nous même vont influencer nos comportements. Les études qu'il cite sont connues, je les ai déjà lus ailleurs. Je suis assez d'accord avec tout ce qu'il dit dans cette vidéo. ;)
Penser savoir est une chose, savoir penser en est une autre !

Avatar de l’utilisateur
MaisBienSur
Messages : 4727
Inscription : 13 sept. 2012, 10:43

Re: Nous, les êtres humains, sommes-nous construits biologiquement pour nous entendre ?

#84

Message par MaisBienSur » 04 mai 2016, 03:25

Dash a écrit : Je ne suis pas surpris qu’on constate une augmentation des troubles que mentionne ta citation, car depuis plusieurs années maintenant, la « société » ne permet plus aux jeunes de vivre des situations de contraintes et de frustrations. On fait tout pour contenter tout le monde et éviter qu’il ressente des frustrations, des contraintes ou des situations qui demandent des efforts (enfant roi, enfant tyran... 2 courts articles, ici et ici).
+ 1
Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d'alu.

Avant, j'étais indécis, maintenant je n'en suis plus très sûr...

Les marmottes qui pissent au lit passent un sale hiver (Philippe Vuillemin)

Avatar de l’utilisateur
Dash
Messages : 3933
Inscription : 06 mai 2009, 08:40

Re: Nous, les êtres humains, sommes-nous construits biologiquement pour nous entendre ?

#85

Message par Dash » 04 mai 2016, 04:06

C’est pathétique!

S’en est rendu à ce point « intégré » qu’il y a quelques années, lorsque j’ai dû me présenter à l’école de mon fils, devant tout un comité (profs, directeur, intervenants, etc. 6 personnes au total), j’ai dû répéter plusieurs fois que j’étais très ouvert à tout (discipline, sanctions, etc.) et que je n’étais pas du tout le genre de parent à protéger iraisonablement son gosse ou à menacer de les poursuivre. Ils prenaient tous tellement, mais tellement de « gants blancs » et cherchaient tellement à utiliser des termes non connotés que s’en était absurde. J’ai dû fortement insister pour qu’ils arrêtent toute cette mascarade et cet exces de diplomatie et qu’ils me parlent très franchement. Bref, j’ai réalisé qu’ils leur était devenue presque impossible de faire ça simplement, avec l’ensemble des autres parents. :shock:

Je connais un collègue de travail dont l’enfant de 12 ans traite la mère de « grosse torche », alors que les deux parents ne se contentent que de demander, presque gentiment : « mais pourquoi tu dis ça, mon petit amour ?» J'exagère à peine!

:ouch:

Pa-thé-ti-que!

Mireille et LDM, à côté de ce que vont être les futurs adultes de demain, n’ayant jamais été habitués, étant enfant, à se faire contredire, contrarier ou punir, sont des personnes extrêmement tempérées, calmes et sereines dont nous allons bcp nous ennuyer!!! :mrgreen:

Le pire, c’est que ce sont les enfants d’aujourd’hui, plus tard, qui vont s'occuper des vieux impotents que nous allons devenir.

Bonne chance pour nous! :yeux:
Penser savoir est une chose, savoir penser en est une autre !

Mireille

Re: Nous, les êtres humains, sommes-nous construits biologiquement pour nous entendre ?

#86

Message par Mireille » 04 mai 2016, 12:45

Bonjour Dash,

Tu as poussé loin tes expériences personnelles (voir ce que ça faisait d'être un sans-abri, etc.), tu es vraiment complètement fou :lol:

Il ne me reste que quelques minutes, je voulais juste te dire que je ne crois pas que Ilios Kotsou ni plus Mathieu Ricard (moine boudhiste que tu connais sûrement, il lui laisse le mot de la fin dans son livre Éloge de la lucidité) soient des zozos. Il dénonce en fait des livres comme Le Secret, la pensée positive, les ateliers de mieux-être au profit d'une lucidité.
Dash a écrit :De plus, mis à part certaines écoles/livres de cheminement personnelles (ou traitant de psychologie), il n’existe pas vraiment de cours ou de formations officielles et pratiques (hors thérapies, mais l’on y a recours uniquement si ça va très très mal... ....ou pour dirigeants d'entreprise, comme dans ta vidéo, sur laquelle je vais revenir plus bas) concernant le fait d’apprendre à gérer ses émotions. Donc, comment faire? En pratique?
Je peux me tromper, mais ce qui manque en fait ce sont des connaissances en biologie et en neurologie. Savoir comment agit et répond notre corps. Je n'ai jamais aimé les psychologues, je n'encourage pas cette profession et je ne serais pas surprise que leur jour soit compté. Il y a quelque chose de tordu à vouloir ramener au présent ce que les gens ont vécus. Je trouve que les outils les plus efficaces font abstraction de notre vécu, ils sont des véhicules de procédures neutres, utiles et avérés.

Malheureusement, je dois quitter, pour le moment, j'aurais aimé poursuivre mais ça ira à plus tard.

Mireille

Re: Nous, les êtres humains, sommes-nous construits biologiquement pour nous entendre ?

#87

Message par Mireille » 04 mai 2016, 19:48

Dash a écrit :
Mireille a écrit :Comment les écoles New Age, doctrine spirituelle et cie utilise cette recherche du bonheur ?
J’vais te laisser développer plus longuement ce point que moi, mais il parait évident, parce que plusieurs personnes ne se sentent pas bien (ou ne sont pas heureuses) que le simple fait de prétendre « pouvoir rendre heureux » devient automatiquement susceptible d’attirer bcp de « clients potentiels». :roll: De plus, puisqu’il n’y a pas de science officielle à ce propos (enfin, accessible à M. & Mme tout le monde), tous ceux qui prétendent avoir des « recettes » à ce sujet ont alors le champ complètement libre.

J'ajouterais à ce que tu dis, qu'il y a un certain nombre des gens qui ne se reconnaissent pas ou ne se retrouvent pas dans la société. Pour toutes sortes de raisons, ils se sentent à part, alors quand on leur ouvre toute grande la porte d'un monde imaginaire qui les intéressent et leur permet donc de s'échapper de diverses incompréhensions, ils y trouvent ainsi une opportunité qui facilite leur adaptation à la vie, si je peux dire. Pour mieux illuster, je cite à partir de cet article : http://www.scienceshumaines.com/d-ou-vi ... 15110.html : ''Pour l’anthropologue David Sloan Wilson, il faut chercher des racines psychologiques de la religion dans une autre direction. La tendance irrépressible des humains à se coaliser autour de divinités correspond à un comportement sélectionné par l’évolution dans un but adaptatif.'' Certaine personnes ont besoin de se religionisé (ca doit pas exister ce mot, mais je voulais dire comme caramel : carmamélisé, enfin bref), comme d'autres ont besoin de s'instruire de d'autres choses.
Dash a écrit :
Mireille a écrit :Pourquoi avons-nous tant de diffucltés à gérer nos émotions négatives ou celles qui nous font nous sentir mal ?
Hors pathologies ou troubles de nature biochimique (cerveau) ou hormonale, je pense que c’est surtout une question d’habitude, d’éducation de pratique et donc : de conditionnement.

Je ne suis pas surpris qu’on constate une augmentation des troubles que mentionne ta citation, car depuis plusieurs années maintenant, la « société » ne permet plus aux jeunes de vivre des situations de contraintes et de frustrations. On fait tout pour contenter tout le monde et éviter qu’il ressente des frustrations, des contraintes ou des situations qui demandent des efforts (enfant roi, enfant tyran... 2 courts articles, ici et ici).
Peut-être aussi qu'on on a pas appris à bien vivre. Avant il y avait les cours de religions, puis de morale, maintnenant je crois qu'il n'y a plus rien. Je trouve que ce que les plus jeunes auraient le plus besoin, c'est d'apprendre à penser et aussi à gérer ce qui provoque ses pensées.
Dash a écrit : De plus, depuis l’invention de la télévision (mais aussi dans les romans et les pièces de théâtre, depuis toujours), tout ce que l’on nous présente comme individus « in », « cool » ou, à tout le moins « intéressants et captivants » sont des individus qui ressentent et expriment fortement leurs émotions. On nous présente des modèles plutôt impulsifs (que l’inverse). On valorise les émotions comme étant ce qui nous rend « très humain », contrairement aux « méchants » ennemis (psychopathes, extraterrestres, machines, robots et bêtes sauvages) qui eux, n’ont pas d’émotion (ou qui nous sont présentés comme tels).
En tout cas, nous les québécois, il semble qu'on aime ça les gros drames, juste à voir le succès des téléromans, je ne sais pas si c'est comme ça partout :grimace:
Dash a écrit :Suffit d’avoir déjà visionné certaines téléréalités, depuis ces 15 dernières années, pour observer que les participants qui sont les plus populaires et appréciés ne sont pas les plus posés et nuancés :roll:, mais, les autres, plus impulsifs, exubérants ou « drama-queens ». Idem dans la plupart des téléromans (et dessin animé) qu’on présente aux jeunes. Le phénomène est donc amplifié par la télévision et puisque les jeunes cherchent à s’identifier à des personnalités « cools » et « fortes », ben, par mimétisme, ils se mettent à user, « abuser » de leurs émotions parce que cela est un moyen rapide et facile, à la disposition de tous, de réagir sans avoir à faire autre chose.
Je n'ai pas eut d'enfants, donc, je sais pas mais j'ai un filleul de 16 ans et il est vraiment très intelligent, il ne se laissent pas impressionner, a pas mal de contrôle sur ses émotions, même choses pour sa petite blonde. Cette été ils vont venir passer du temps avec moi tous les deux, je leur poserai peut-être quelques petites questions, juste pour voir ce qu'ils pensent de toutes ces conneries qu'on présente à la télévision.

J'arrête là pour le moment Dash, la madame est fatiguée :a8: Tu n'as pas perdu ta bonne habitude d'écrire des romans comme réponse. Je blague, tes propos sont intéressants, sauf que moi j'arrive pas à prendre des louches d'information en même temps.

Bonne soirée, si tu passes ce soir.

Mireille

Avatar de l’utilisateur
Dash
Messages : 3933
Inscription : 06 mai 2009, 08:40

Re: Nous, les êtres humains, sommes-nous construits biologiquement pour nous entendre ?

#88

Message par Dash » 04 mai 2016, 20:25

Pas de prob, je suis plutôt occupé jusqu'à vendredi. :)
Penser savoir est une chose, savoir penser en est une autre !

issigi
Messages : 108
Inscription : 27 juin 2015, 19:09

Re: Nous, les êtres humains, sommes-nous construits biologiquement pour nous entendre ?

#89

Message par issigi » 05 mai 2016, 09:01

Nous, les êtres humains, sommes-nous construits biologiquement pour nous entendre ?
oui, avec nos oreilles.

notre système nerveux sympathique/parasympathique est le résultat d'une expérience du vivant qui a modulé force/faiblesse/moyen de défense en adéquation à la survie/reproduction. chez l'humain le terme 'entente' a une signification subjective déterminée par la valeur que chaque individu s'attribue au fil de sa domination/soumission. comme tout autre terme attribué à quelque dynamique que ce soit. lionne et antilope s'entendent bien. la première s'en nourrit, la seconde court vite grâce à elle et mange le feuillu qu'une proie herbivore prise à la gorge ne mangera pas.

des humains s'entendent et ne s'entendent pas à un certain moment dans un contexte donné, sans cesse d'un moment à l'autre. ainsi en lui-même chacun a sa polarité par la quelle il se construit.
..giter à l'amarre.. Amarré au gîte..

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit