Le scientisme, les zézés et le haut QI

Politique, histoire, société... et autres sujets sans lien avec le paranormal
Avatar de l’utilisateur
25 décembre
Messages : 4252
Inscription : 30 avr. 2015, 23:43

Re: Le scientisme, les zézés et le haut QI

#26

Message par 25 décembre » 27 déc. 2016, 23:23

Pierre-San » 27 déc. 2016, 23:04

Je ne savais pas que j'étais un surdoué, malgré que je ne suis pas un surdoué à 100%. Ce que je ne sais pas c'est suis je un malade ou un anormal intelligent. Est-ce que je peut faire soigner mon cerveau pour qu'il raisonne pas à pas. Suis je un autiste non spécialisé.

Merci d'illustrer mes propos sur l'affirmation de la douance de façon gratuite pour l'auto-revalorisation narcissique.
tu ne peux pas affirmer être un surdoué.
Surtout quand tu as autant de difficultés de compréhension.
Si je ne suis pas surdoué j'en présente plusieurs symptômes. Être surdoué n'est pas revalorisant pour moi, mais une explication de mes comportements et des reproches que certaines de mes connaissance me font.
Le mot surdoué cadre d'ailleurs mal avec les caractéristiques qui sont donnés dans le lien que j'ai fournit.

En tant qu'experts toi et Loupa vous pourrez me dire si j'ai un cerveau fonctionnant comme un surdoué normal ou comme un surdoué débutant.

1- Quand un problème se présente j'en trouve trois solutions et quand je développe une de ces solutions je me perd dans des détails faisant en sorte que je dois faire un effort pour revenir à la résolution de mon problème premier.
2- Des personnes qui me connaissent disent que je n'ai pas un cerveau comme les autres.
3- Un beau frère m'invite pour tenir conversation à son gendre trop bolé pour lui. Qui autrement s'isolerait dans un coin.
4- J'ai consulté des psychologues pour trouver les raisons de mon anxiété, ce sans jamais y arriver mais en trouvant des moyens pour la contrôler.
5- Avant de répondre à une question je tiens compte d'un trop grand nombre d'informations faisant en sorte que je ne peut pas dire oui ou non et je réponds ça dépend.
6-Je cherche des réponses à des questions mystiques, je recherche la vérité autant dans le physique que dans le soi disant surnaturel.
7- On dit aussi de moi que je suis étrange et bizarre.
8- Je m'ennui lors des soirées où tout le monde parle en même temps ou que la musique est trop forte pour tenir une conversation.
9- Au travail on me confiait les travaux de recherche parce que je ne m'entends pas bien dans une équipe et parce que les autres n'auraient pas menés à terme ce genre de travail.
10- D'une façon générale je vois "les choses sous un angle différent par une prise en compte du contexte global, fais des liens entre des éléments en apparence sans rapport." c'est souvent ce qu'on me reproche sur ce site.

Tout ça ce sont des constatations ou des faits.
Merci de votre réponse intelligente

Avatar de l’utilisateur
Loupa
Messages : 594
Inscription : 30 oct. 2016, 12:16

Re: Le scientisme, les zézés et le haut QI

#27

Message par Loupa » 27 déc. 2016, 23:35

Pierre-San a écrit :Je pense qu'on manque de formation à la rhétorique et à l'éthique intellectuelle. Deux choses qui permettraient de construire des réflexions et de les structurer le plus efficacement possible.
Avant qu'on ne m'apprenne l'existence des sophismes au cégep au Québec, je ne savais pas qu'il y avait ce genre de rhétorique que mon père utilise pourtant à grands frais. Donc je suis très en accord avec toi. Une des raisons secondaires de mon arrivée sur ce site est en effet de débusquer ces sophismes et d'apprendre à les identifier dans la vie de tous les jours, en raison des médias notamment.

L'esprit critique devrait envisagée comme essentiel compte tenu des âneries que je peux voir sur Facebook. L'existence d'un Trump comme président des États-Unis est l'exemple parfait de ce qu'il ne devrait plus être possible d'avoir en réalité... si seulement on mettait de l'avant l'esprit critique.

Avatar de l’utilisateur
Loupa
Messages : 594
Inscription : 30 oct. 2016, 12:16

Re: Le scientisme, les zézés et le haut QI

#28

Message par Loupa » 27 déc. 2016, 23:40

25D, ce que tu décris là peut à la fois des manifestations autistiques que surdoués, car l'un n'exclut pas l'autre et que les manifestations sont similaires sur certains aspects. Cependant, ce ne sont que les professionnels qui peuvent poser un diagnostic.

Certains (voire tous les) symptômes que tu donnes sont soit imaginés en outre, ou bien carrément faux.

Et je serais très étonnée que tu sois l'un ou l'autre... :ouch:

Avatar de l’utilisateur
MaisBienSur
Messages : 5313
Inscription : 13 sept. 2012, 10:43

Re: Le scientisme, les zézés et le haut QI

#29

Message par MaisBienSur » 28 déc. 2016, 01:45

25 décembre a écrit :
En tant qu'experts toi et Loupa vous pourrez me dire si j'ai un cerveau fonctionnant comme un surdoué normal ou comme un surdoué débutant.
Ou sous-doué ?

Je suis expert, j'ai vu le film au moins 20 fois :a2:
Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d'alu.

Avant, j'étais indécis, maintenant je n'en suis plus très sûr...

Les marmottes qui pissent au lit passent un sale hiver (Philippe Vuillemin)

Avatar de l’utilisateur
Vathar
Messages : 1013
Inscription : 23 sept. 2016, 09:41

Re: Le scientisme, les zézés et le haut QI

#30

Message par Vathar » 28 déc. 2016, 02:33

Loupa a écrit :L'esprit critique devrait envisagée comme essentiel compte tenu des âneries que je peux voir sur Facebook. L'existence d'un Trump comme président des États-Unis est l'exemple parfait de ce qu'il ne devrait plus être possible d'avoir en réalité... si seulement on mettait de l'avant l'esprit critique.
Mouais, loin de moi l'idée de dire c'était mieux avant, mais quand la population arrive à peine à assimiler les bases de l'orthographe, leur inculquer les bases de l'esprit critique ...

Pour le reste, Bruce a commencé une série sur la logique et le raisonnement.

Avatar de l’utilisateur
switch
Messages : 1883
Inscription : 18 nov. 2010, 03:46

Re: Le scientisme, les zézés et le haut QI

#31

Message par switch » 28 déc. 2016, 03:20

Pierre-San a écrit : Néanmoins, être zèbre n'est pas synonyme d'esprit critique, de recul (en partie parce que un certain nombre est hypersensible - et utilisent cette hypersensibilité comme prétexte pour ne pas prendre de recul), de rationalité.
ça a été aussi pour moi une cruelle déception.
« La Science est une méthode pour décider si ce que nous choisissons de croire se base ou non sur les lois de la Nature ».

Avatar de l’utilisateur
spin-up
Modérateur
Modérateur
Messages : 5182
Inscription : 23 févr. 2012, 06:01

Re: Le scientisme, les zézés et le haut QI

#32

Message par spin-up » 28 déc. 2016, 04:47

25 décembre a écrit : 9- Au travail on me confiait les travaux de recherche parce que je ne m'entends pas bien dans une équipe et parce que les autres n'auraient pas menés à terme ce genre de travail.
Ca tu vois je n'ai pas de mal a y croire.
https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Canular ... _technique

Avatar de l’utilisateur
switch
Messages : 1883
Inscription : 18 nov. 2010, 03:46

Re: Le scientisme, les zézés et le haut QI

#33

Message par switch » 28 déc. 2016, 05:51

25 décembre a écrit : En tant qu'experts toi et Loupa vous pourrez me dire si j'ai un cerveau fonctionnant comme un surdoué normal ou comme un surdoué débutant.
:loupe: :gratte: :interro: :triste: :marteau: :marteau:
« La Science est une méthode pour décider si ce que nous choisissons de croire se base ou non sur les lois de la Nature ».

Avatar de l’utilisateur
Greem
Messages : 2092
Inscription : 27 déc. 2009, 10:59

Re: Le scientisme, les zézés et le haut QI

#34

Message par Greem » 28 déc. 2016, 06:33

J'ai jamais trop compris ce qu'était le scientisme.

La science est un outil qui nous permet de mesurer le monde observable, mais la science est en pratique incapable de nous dire que faire de ces mesures, ni de nous révéler la nature de ces mesures, donc prétendre pouvoir résoudre toutes les questions d'ordre intellectuelle, existentielle ou morale avec la science est contraire à ce à quoi le scientisme prétend se référer. En fait, j'ai l'impression que le concept du scientisme a été inventé par des gens qui ne savaient pas ce qu'était la science, soit pour dénigrer la science au nom d'une idéologie ou d'une croyance, soit pour, au contraire, en faire un argument d'autorité pour tenter d'objectiver une idéologie ou une croyance.

En tout cas, en pratique et tel qu'on l'entend aujourd'hui, ce mot est le plus souvent utilisé comme une attaque ad hominem par des gens qui ne comprennent effectivement pas ce qu'est la science. C'est un peu comme dire de quelqu'un qu'il serait trop terre à terre (ce qui est un reproche parfaitement stupide, cela dit en passant) mais de façon un peu plus ampoulée et malhonnête, car la mot "scientisme" à une connotation très péjoratif.

Tellement péjoratif qu'il fait même peur, car il renvoie plus ou moins consciemment au nazisme. Pas étonnant que certains croyants soient si enclin à traiter les sceptiques de scientistes, ce mot est suffisamment vague et connoté pour faire office d'écran de fumée quand on manque d'argument.
"Ils terribles ce ses sceptiquo-maniaques-sionisto-propagandum."

viddal26
Messages : 1321
Inscription : 23 févr. 2006, 17:02

Re: Le scientisme, les zézés et le haut QI

#35

Message par viddal26 » 28 déc. 2016, 07:52

25 décembre a écrit :
3- Un beau frère m'invite pour tenir conversation à son gendre trop bolé pour lui.
Ca veut dire quoi "bolé" ?

Avatar de l’utilisateur
Cogite Stibon
Messages : 3273
Inscription : 16 févr. 2012, 07:19

Re: Le scientisme, les zézés et le haut QI

#36

Message par Cogite Stibon » 28 déc. 2016, 08:05

25 décembre a écrit :1- Quand un problème se présente j'en trouve trois solutions et quand je développe une de ces solutions je me perd dans des détails faisant en sorte que je dois faire un effort pour revenir à la résolution de mon problème premier.
2- Des personnes qui me connaissent disent que je n'ai pas un cerveau comme les autres.
3- Un beau frère m'invite pour tenir conversation à son gendre trop bolé pour lui. Qui autrement s'isolerait dans un coin.
4- J'ai consulté des psychologues pour trouver les raisons de mon anxiété, ce sans jamais y arriver mais en trouvant des moyens pour la contrôler.
5- Avant de répondre à une question je tiens compte d'un trop grand nombre d'informations faisant en sorte que je ne peut pas dire oui ou non et je réponds ça dépend.
6-Je cherche des réponses à des questions mystiques, je recherche la vérité autant dans le physique que dans le soi disant surnaturel.
7- On dit aussi de moi que je suis étrange et bizarre.
8- Je m'ennui lors des soirées où tout le monde parle en même temps ou que la musique est trop forte pour tenir une conversation.
9- Au travail on me confiait les travaux de recherche parce que je ne m'entends pas bien dans une équipe et parce que les autres n'auraient pas menés à terme ce genre de travail.
Aucun de ces points n'indique que vous soyez surdoué.
25 décembre a écrit :10- D'une façon générale je vois "les choses sous un angle différent par une prise en compte du contexte global, fais des liens entre des éléments en apparence sans rapport." c'est souvent ce qu'on me reproche sur ce site.

Tout ça ce sont des constatations ou des faits.
A en juger par vos discours sur ce forum, là non plus, ce n'est pas le cas.
Pour les échantillons statistiques, comme dans d'autres domaines, il n'y a pas que la taille qui compte.
Raisonner a l'instinct sur des problemes de probabilites, c'est le desastre assuré. (Spin Up)
Une graphe sans échelle, c'est bon pour la poubelle

Pierre-San
Messages : 266
Inscription : 03 août 2016, 11:05

Re: Le scientisme, les zézés et le haut QI

#37

Message par Pierre-San » 28 déc. 2016, 08:49

25 décembre a écrit :
Si je ne suis pas surdoué j'en présente plusieurs symptômes.
Nope, tu en imagine ;)
25 décembre a écrit : Être surdoué n'est pas revalorisant pour moi, mais une explication de mes comportements et des reproches que certaines de mes connaissance me font.
ça mérite juste un "lol".
25 décembre a écrit :Le mot surdoué cadre d'ailleurs mal avec les caractéristiques qui sont donnés dans le lien que j'ai fournit.
ça cadre mal avec ce que nous pouvons constater au quotidien te concernant.
25 décembre a écrit : En tant qu'experts toi et Loupa vous pourrez me dire si j'ai un cerveau fonctionnant comme un surdoué normal ou comme un surdoué débutant.
1 - Ni Loupa, ni moi n'avons la prétention d'être des "experts".
2 - je sais que tu as pas la capacité de comprendre ce qu'on te dit, mais je crois avoir été assez clair sur le fait que pour dire qu'on est "surdoué", il faut passer un TEST DE Q.I.
Je répète : POUR ETRE QUALIFIE DE SURDOUE, IL FAUT PASSER UN TEST DE Q.I.
Encore une fois : SI TOI PAS AVOIR UN Q.I. SUPERIEUR A 130, TOI PAS ETRE SURDOUE.
Capish ?
Donc, jusqu'à preuve du contraire, tu n'es ni un surdoué normal, ni un surdoué "débutant" (d'ailleurs cette idée est totalement stupide. mais dans ta moyenne finalement)

Mais bon, examinons tes "symptomes"
1- Quand un problème se présente j'en trouve trois solutions et quand je développe une de ces solutions je me perd dans des détails faisant en sorte que je dois faire un effort pour revenir à la résolution de mon problème premier.
Ce qui peut correspondre à un problème d'attention, à un caractère distrait, un trait autistique ou autre.
Pas besoin d'être surdoué pour ça.
2- Des personnes qui me connaissent disent que je n'ai pas un cerveau comme les autres.
Là, je suis d'accord. Mais ce n'est pas un compliment. Et je n'entends pas "surdoué" quand je dis que t'as le cortex insuffisant.
Pas besoin d'être surdoué pour ça.
3- Un beau frère m'invite pour tenir conversation à son gendre trop bolé pour lui. Qui autrement s'isolerait dans un coin.
De deux choses, soit le "trop bolé" est un terme pour être gentil (ou une blague peu charitable), soit je m'inquiète assez sérieusement pour le niveau intellectuel de ton beau-frère...
4- J'ai consulté des psychologues pour trouver les raisons de mon anxiété, ce sans jamais y arriver mais en trouvant des moyens pour la contrôler.
Au risque de te surprendre, non, il n'y a pas que les surdoués qui peuvent être anxieux. Donc pas besoin d'être surdoué.
Quant à "trouver des moyens pour la controler", c'est ce qu'on appelle faire dans l'empirique.

5- Avant de répondre à une question je tiens compte d'un trop grand nombre d'informations faisant en sorte que je ne peut pas dire oui ou non et je réponds ça dépend.
autres causes : autisme, indécision, distraction.
Pas besoin d'être surdoué.
6-Je cherche des réponses à des questions mystiques, je recherche la vérité autant dans le physique que dans le soi disant surnaturel.
Comme tous les zozos et une bonne partie de la population en générale. Rien à voir avec la douance, pas besoin d'être surdoué.

7- On dit aussi de moi que je suis étrange et bizarre.
ça ne rend pas surdoué pour autant. Pas besoin d'être surdoué.
8- Je m'ennui lors des soirées où tout le monde parle en même temps ou que la musique est trop forte pour tenir une conversation.
C'est le cas d'énormément de personnes, surtout l'age avançant; Pas besoin d'être surdoué pour ça.
9- Au travail on me confiait les travaux de recherche parce que je ne m'entends pas bien dans une équipe et parce que les autres n'auraient pas menés à terme ce genre de travail.
Pas besoin d'être surdoué. Pour ne pas bien s'entendre dans une équipe, suffit de ne pas écouter ou comprendre ce qu'on te dit, ce qui a l'air d'être ta spécialité.
10- D'une façon générale je vois "les choses sous un angle différent par une prise en compte du contexte global, fais des liens entre des éléments en apparence sans rapport." c'est souvent ce qu'on me reproche sur ce site.
Non, on te repproche de ne RIEN COMPRENDRE, à commencer par CE QU'ON TE REPROCHE.
Tes "liens entre les éléments" n'ont aucune valeur intellectuelle, logique ou autre.
Je n'ai pas la prétention de prétendre détenir toutes les clés de la douance, mais je n'ai vu aucun surdoué (y compris asperger et avec des Q.I. bien supérieur au mien) qui comprenait aussi difficilement ce qu'on lui dit, qui sortait des liens inutiles et absurdes qui tombent à plat.
Tout ça ce sont des constatations ou des faits.
Je constate l'effet Barnum.
Mais le fait est que rien dans ce que tu dis ne permet d'affirmer que tu es surdoué.
"Je n'ai à offrir que du sang, de la peine, des larmes, de la sueur et même du vomi !"
Sir Winston Plus-ou-moins Churchill

Avatar de l’utilisateur
Raphaël
Messages : 8423
Inscription : 20 mai 2004, 21:42

Re: Le scientisme, les zézés et le haut QI

#38

Message par Raphaël » 28 déc. 2016, 09:50

viddal26 a écrit :
25 décembre a écrit :
3- Un beau frère m'invite pour tenir conversation à son gendre trop bolé pour lui.
Ca veut dire quoi "bolé" ?
Ça veut dire intelligent et instruit.

Avatar de l’utilisateur
25 décembre
Messages : 4252
Inscription : 30 avr. 2015, 23:43

Re: Le scientisme, les zézés et le haut QI

#39

Message par 25 décembre » 28 déc. 2016, 09:53

Loupa » 28 déc. 2016, 00:40

Certains (voire tous les) symptômes que tu donnes sont soit imaginés en outre, ou bien carrément faux
Est- ce que je serais menteur et inconscient de la réalité des faits que je vis?
Merci de votre réponse intelligente

Avatar de l’utilisateur
Raphaël
Messages : 8423
Inscription : 20 mai 2004, 21:42

Re: Le scientisme, les zézés et le haut QI

#40

Message par Raphaël » 28 déc. 2016, 10:09

25 décembre a écrit :Si je ne suis pas surdoué j'en présente plusieurs symptômes.
En quoi serais-tu surdoué ? Es-tu capable d'apprendre les 1000 premières décimales de pi par coeur ? Es-tu capable d'apprendre par coeur tous les noms de rues de Montréal ? Es-tu capable d'additionner des dizaines de colonnes de chiffres en quelques secondes ? Es-tu capable de résoudre un problème mathématique que personne n'a encore réussi ?

J'ai l'impression que tu présentes seulement certains effets secondaires de la surdouance et que l'essentiel n'y est pas.

Pierre-San
Messages : 266
Inscription : 03 août 2016, 11:05

Re: Le scientisme, les zézés et le haut QI

#41

Message par Pierre-San » 28 déc. 2016, 10:18

Raphaël a écrit :En quoi serais-tu surdoué ? Es-tu capable d'apprendre les 1000 premières décimales de pi par coeur ? Es-tu capable d'apprendre par coeur tous les noms de rues de Montréal ? Es-tu capable d'additionner des dizaines de colonnes de chiffres en quelques secondes ? Es-tu capable de résoudre un problème mathématique que personne n'a encore réussi ?

J'ai l'impression que tu présentes seulement certains effets secondaires de la surdouance et que l'essentiel n'y est pas.
Euh, cela dit, je suis capable de rien de tout cela.
Ça relève aussi du préjugé.
"Je n'ai à offrir que du sang, de la peine, des larmes, de la sueur et même du vomi !"
Sir Winston Plus-ou-moins Churchill

Avatar de l’utilisateur
Raphaël
Messages : 8423
Inscription : 20 mai 2004, 21:42

Re: Le scientisme, les zézés et le haut QI

#42

Message par Raphaël » 28 déc. 2016, 10:35

Pierre-San a écrit :Euh, cela dit, je suis capable de rien de tout cela.
Ça relève aussi du préjugé.
C'est seulement des exemples. Je voudrais savoir qu'est-ce qui lui permet de croire qu'il pourrait être surdoué à part les anecdotes qu'il a énuméré.

Avatar de l’utilisateur
25 décembre
Messages : 4252
Inscription : 30 avr. 2015, 23:43

Re: Le scientisme, les zézés et le haut QI

#43

Message par 25 décembre » 28 déc. 2016, 10:38

Raphaël » 28 déc. 2016, 11:35

C'est seulement des exemples. Je voudrais savoir qu'est-ce qui lui permet de croire qu'il pourrait être surdoué à part les anecdotes qu'il a énuméré.
Tu aurais du lui poser la question directement.
Merci de votre réponse intelligente

Avatar de l’utilisateur
Raphaël
Messages : 8423
Inscription : 20 mai 2004, 21:42

Re: Le scientisme, les zézés et le haut QI

#44

Message par Raphaël » 28 déc. 2016, 10:45

25 décembre a écrit :Tu aurais du lui poser la question directement.
Le problème c'est qu'il ne répond pas plus quand on s'adresse à lui directement.

Avatar de l’utilisateur
BeetleJuice
Messages : 6568
Inscription : 22 oct. 2008, 16:38

Re: Le scientisme, les zézés et le haut QI

#45

Message par BeetleJuice » 28 déc. 2016, 11:22

Loupa a écrit : L'esprit critique devrait envisagée comme essentiel compte tenu des âneries que je peux voir sur Facebook. L'existence d'un Trump comme président des États-Unis est l'exemple parfait de ce qu'il ne devrait plus être possible d'avoir en réalité... si seulement on mettait de l'avant l'esprit critique.
Histoire de ne pas laisser totalement l'espace à 25 décembre et à son égo, je rebondis là dessus.

L'élection de Trump n'est pas forcément une question d'absence d'esprit critique.
Les économistes et les politologues sauront ça mieux que moi, mais ce que montre des thèses comme celles tournant autour de la théorie des jeux et les questionnement sur l'inégalité d'accès à l'information dans un échange, c'est qu'une foule peut en fait prendre une très mauvaise décision pour de bonne raison et inversement prendre de très bonne décision pour de très mauvaises raisons.

Dans le cas de Trump, on n'a pas encore assez d'information pour savoir si c'est un manque d'esprit critique et donc une conviction du votant à ses sophismes qui détermine majoritairement le vote ou si c'est plutôt un déficit d'information qui entraine un choix apparemment rationnel pour les individus mais en réalité collectivement désastreux.
Ptoufle a écrit :En fait, j'ai l'impression que le concept du scientisme a été inventé par des gens qui ne savaient pas ce qu'était la science, soit pour dénigrer la science au nom d'une idéologie ou d'une croyance, soit pour, au contraire, en faire un argument d'autorité pour tenter d'objectiver une idéologie ou une croyance.
C'est un peu tout ça, mais à la base, le scientisme désigne surtout les diverses courants qui ont émergé à la fin du XIXème siècle et au début du XXème, et qui tentait d'objectiver, de justifier scientifiquement des choix sociétés et qui donnait à la caution scientifique une valeur d'autorité morale. Ca n'est pas en soit quelque chose de mal, même si c'est une philosophie contradictoire, puisque prétendre objectiver la morale et les valeurs en décidant arbitrairement que la science est la seule mesure du vrai (ce que la méthode en elle même ne permet pas de dire), c'est quand même avoir un problème d'arbitraire à la base, donc pas d'objectivité in fine.

Ca a donné des résultats plus ou moins probant, puisqu'une part de l'aspiration au progrès qui a servit de base idéologique aux sociétés occidentales du XXème siècle vient en partie d'une vision scientiste des questions sociétales, mais à contrario, c'est aussi une tendance au scientisme qui a engendré la caution scientifique du racisme et le darwinisme social et c'est encore aujourd'hui cette tendance à donner à la science une valeur de caution morale qui amène à lui demander des comptes pour les conséquences de certaines théories dont elle ne maîtrise pas forcément l'application.
This is our faith and this is what distinguishes us from those who do not share our faith.

(John Flemming, Évêque irlandais, 3ème dan de tautologie, ceinture noire de truisme, champion des lapalissades anti-avortement.)

Avatar de l’utilisateur
Loupa
Messages : 594
Inscription : 30 oct. 2016, 12:16

Re: Le scientisme, les zézés et le haut QI

#46

Message par Loupa » 28 déc. 2016, 11:27

BeetleJuice a écrit :L'élection de Trump n'est pas forcément une question d'absence d'esprit critique.
Les économistes et les politologues sauront ça mieux que moi, mais ce que montre des thèses comme celles tournant autour de la théorie des jeux et les questionnement sur l'inégalité d'accès à l'information dans un échange, c'est qu'une foule peut en fait prendre une très mauvaise décision pour de bonne raison et inversement prendre de très bonne décision pour de très mauvaises raisons.
Intéressant. Tu as un lien pour que j'aie au moins une petite idée de ce que tu dis ? J'aimerais comprendre le concept en général que tu exposes par quelques paragraphes. J'imagine que c'est une bonne base à acquérir sur l'économie et la politique ?

L'élection de Trump est en fait un véritable phénomène de foire, et j'avoue que son élection me fait un peu peur... donc comprendre les raisons de son élection me permettrait de mieux saisir ce qui va arriver.

Avatar de l’utilisateur
Cogite Stibon
Messages : 3273
Inscription : 16 févr. 2012, 07:19

Re: Le scientisme, les zézés et le haut QI

#47

Message par Cogite Stibon » 28 déc. 2016, 11:37

Loupa a écrit :Intéressant. Tu as un lien pour que j'aie au moins une petite idée de ce que tu dis ? J'aimerais comprendre le concept en général que tu exposes par quelques paragraphes. J'imagine que c'est une bonne base à acquérir sur l'économie et la politique ?
Pour la théorie des jeux, les principes sont exposés ici. Pour son application en politique, je ne sais pas.
Pour les échantillons statistiques, comme dans d'autres domaines, il n'y a pas que la taille qui compte.
Raisonner a l'instinct sur des problemes de probabilites, c'est le desastre assuré. (Spin Up)
Une graphe sans échelle, c'est bon pour la poubelle

Avatar de l’utilisateur
Loupa
Messages : 594
Inscription : 30 oct. 2016, 12:16

Re: Le scientisme, les zézés et le haut QI

#48

Message par Loupa » 28 déc. 2016, 11:39

Cogite Stibon a écrit :Pour la théorie des jeux, les principes sont exposés ici. Pour son application en politique, je ne sais pas.
Merci. C'est apprécié.

Avatar de l’utilisateur
BeetleJuice
Messages : 6568
Inscription : 22 oct. 2008, 16:38

Re: Le scientisme, les zézés et le haut QI

#49

Message par BeetleJuice » 28 déc. 2016, 11:57

Loupa a écrit :Tu as un lien pour que j'aie au moins une petite idée de ce que tu dis ?
Un lien précis, non, j'ai pas une connaissance étendue de ce type de question, mais pour vous donner une idée de ce que peut être une décision individuellement rationnelle, mais collectivement désavantageuse, il y a certain cas du dilemme du prisonnier:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Dilemme_du_prisonnier

A la base, c'est plus un exercice de pensée sur la question de la coopération et de l'égoïsme, mais on voit que dans le cas où chacun serait rationnel mais individualiste, l'absence d'information quand à la décision de l'autre abouti à une situation désavantageuse pour les deux s'ils prennent la même décision. Pourtant, la décision de trahir n'est, du point de vue individuel, pas irrationnelle, dans la mesure où la limite de information que possède le prisonnier lui font choisir entre 0 ou 5 ans de prison dans le cas d'une trahison, mais 6 ou 10 ans s'il choisit de compter sur l'autre.
La coopération est l'état le plus avantageux collectivement, mais le manque d'information fait qu'un individu l'évaluera sans doute comme plus risquée et on ne pourra pas vraiment considérer ça comme irrationnel. A l'inverse, si chacun fait confiance à l'autre, dans le cas précis, ils le font pour des raisons irrationnelles, puisque rien ne permet d'être sûr que l'autre ne trahira pas et pourtant, le résultat sera le plus avantageux pour le groupe (mais pas pour chaque individu).

On peut aussi voir ce genre de cas avec le concept théorique de l'optimum de Pareto:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Optimum_de_Pareto

Dans ce cas là, si on arrive à cet optimum, le bien être individuel ne peut pas être améliorer sans nuire à autrui. Pour autant, si un individu décide de quand même améliorer son bien être car il ignore que cet optimum est atteint, on pourra difficilement dire que sa décision est irrationnelle (elle est mauvaise car l'optimum est atteint, mais pas irrationnelle si l'individu n'a pas l'information) et pourtant, il va rompre l'équilibre atteint en le faisant et entrainer des conflits malgré une volonté initiale pas nécessairement mal intentionnée ou irrationnelle.

Globalement, c'est surtout l'économie qui s'est emparé de la question de l'inégalité de l'information et de la théorie des jeux, mais ce type de modélisation permet de comprendre qu'il est possible de prendre collectivement de mauvaise décision pour des raisons individuellement bonnes et que le problème est parfois moins une question d'esprit critique que de coordination et de transmission d'information.
This is our faith and this is what distinguishes us from those who do not share our faith.

(John Flemming, Évêque irlandais, 3ème dan de tautologie, ceinture noire de truisme, champion des lapalissades anti-avortement.)

Avatar de l’utilisateur
Loupa
Messages : 594
Inscription : 30 oct. 2016, 12:16

Re: Le scientisme, les zézés et le haut QI

#50

Message par Loupa » 28 déc. 2016, 12:00

Merci beaucoup. Je vais voir cela. :a2:

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit