Santé mentale prise 2

Politique, histoire, société... et autres sujets sans lien avec le paranormal
Avatar de l’utilisateur
LePsychoSophe
Messages : 413
Inscription : 19 sept. 2017, 11:34

Re: Et la psychanalyse ?

#51

Message par LePsychoSophe » 30 déc. 2017, 18:20

Kraepelin a écrit :
29 déc. 2017, 17:40
LePsychoSophe a écrit :
29 déc. 2017, 15:10


Geneviève Loison : le passage vidéo devenu culte. Les lacanniens dans tout leur art. Je suis ouvert d'esprit mais là, ça dépasse mes bornes. C'est une caricature? Non, c'est comme ça qu'on gère encore la maladie mentale dans certains (de nombreux) endroits en France.
Huummmmm!
Il y a des gens qui se prennent pour des physiciens et qui disent n'importe quoi sur la physique quantique.
Il y en a d'autres qui se prennent pour des pharmacologues et qui disent n'importe quoi sur les médicaments.
Il y a dans toutes les disciplines des gens pour dirent les pire âneries sur des sujets pourtant très sérieux.
Lacan, c'est des âneries d'un bout à l'autre. Ce n'est pas de la psychologie, ce n'est pas de la science. On ne guérit pas des gamins malades avec Lacan, on ne les soigne pas non plus. Ou alors prouvez moi que l'on guérit, que l'on apporte un soulagement avec la psychanalyse lacanienne.
On se fait plaisir avec Lacan comme on se fait plaisir avec un livre de philosophie, ou de croyances ésotériques... mais on ne soulage pas la douleur de la maladie mentale avec Lacan. On délire avec une compréhension erronée et fantasque de l'esprit et du cerveau, c'est tout ce que propose Lacan.
Le domaine complexe de la psychologie a été vampirisé par les psychanalystes tels que Lacan et ses adeptes pour se faire plaisir intellectuellement dans des cercles fermés, hermétiques. De la même façon que la franc-maçonnerie délire avec le GADLU et autres objets de démences spirituelles, en se prenant pour les grands intellectuels de ce monde. Les lacanniens ont profité de la complexité du domaine de la psychologie pour faire de l'onanisme intellectuel car la zone d'ombre sur le cerveau et sa mécanique mal définie par la science à l'époque a laissé libre court à tout et n'importe quoi. A l'époque, c'était la boite noire, aujourd'hui ça ne l'est plus et depuis la sortie d'outils fiables pour mesurer la psychologie et le cerveau, les points théoriques psychanalytiques sont invalidés les uns après les autres au fil du temps.

Vous dites qu'il faut user de l'outil psychanalytique pour pouvoir le critiquer... ça fait un peu vase clos ça non? c'est bien ce qu'ils cherchent à faire, de l'hermétisme, de l'élitisme comme dans la franc-maçonnerie. Les lacanniens sont des occultistes. Dans le livre noir de la psychanalyse, il y a des anciens psychanalystes qui critiquent la psychanalyse (Beck, Van Rillaer...). Je pense que n'importe qui peut critiquer la psychanalyse, le tout c'est de le faire correctement.

Les scientifiques authentiques se basent sur des faits et des résultats. Les lacanniens quand ils déballent leurs analyses sur l'autisme... ou sur le reste de l'étendue de la nosographie psychiatrique... ils n'apportent aucun soulagement à la souffrance de l'autre. N'importe quelle personne ayant une écoute flottante de la souffrance psychique de l'autre en ferait autant... Et dire que ces gens ont fait des études... Si j'étais un autiste en souffrance, je préférerais encore qu'on m'allume aux médocs pour m'apaiser que de me faire faire une analyse bien particulière de mon inconscient et de celui de ma mère...

Que les psychanalystes prennent leurs responsabilités et qu'ils se soumettent à l'évaluation scientifique de leur travail. Mais je sais déjà ceux qu'ils vont répondre... "Mais on ne parle pas du même point de vue... on travaille pas au même niveau" ça c'est clair!

Après, j'entends bien que cette chère dame ne représente pas tous les lacanniens et encore moins tous les psychanalystes mais j'en connais tellement que ne pas faire de généralités commence à m'être impossible après 15 ans de bons et loyaux services en collaborations avec les professionnels avec un référentiel psychanalytique pur et dur. Qu'ils s'ouvrent un peu aux neurosciences et je sais que certains le font donc je peux aller me coucher en paix. ;)

Ce reportage est peut-être une caricature voulue de la psychanalyse lacannienne mais franchement donnez-moi de bons exemples alors, je suis prêt à aimer Lacan, je ne demande que ça même... encore il y a peu, je tentais de lire du Lacan digéré par des auteurs qui l'ont écrit et j'ai même investi un groupe de lectures de texte d'auteurs de ce genre... mais malheureusement pour finir par me dire encore et encore que tout ça était d'une inutilité quasi-totale. Après, pour tout le reste de la psychanalyse... je serais beaucoup plus modéré.

Mais débattons si le coeur vous en dit, on est là pour ça.


"ἕν οἶδα ὅτι οὐδὲν οἶδα" Σωκράτης

Avatar de l’utilisateur
PhD Smith
Messages : 3464
Inscription : 04 août 2011, 17:23
Localisation : Règlement: règlement

Re: Et la psychanalyse ?

#52

Message par PhD Smith » 30 déc. 2017, 21:49

Le délire lacanien sur la science avec sa "topologie", par exemple, est bien analysé avec le livre de Bricmont et Sokal "Les impostures intellectuelles" dans le chapitre 1.
Dernière modification par PhD Smith le 31 déc. 2017, 00:53, modifié 1 fois.


Imagepraedicator veridicus, inquisitor intrepidus, doctor egregiusImage

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Dictionnaire Sceptique
Dictionnaire Sceptique
Messages : 6567
Inscription : 06 nov. 2003, 12:14

Re: Et la psychanalyse ?

#53

Message par Kraepelin » 31 déc. 2017, 00:33

LePsychoSophe a écrit :
30 déc. 2017, 18:20
Lacan, c'est des âneries d'un bout à l'autre.
Je crois que Lacan a eu différentes périodes dans sa vie professionnelle.
LePsychoSophe a écrit :
30 déc. 2017, 18:20
Ce n'est pas de la psychologie, ce n'est pas de la science. On ne guérit pas des gamins malades avec Lacan, on ne les soigne pas non plus.
Le "Lacanisme" est un phénomène purement français et assez circonscrit à des cercles marginaux. Et encore! La plupart des psychanalystes français sérieux ne le prenaient pas très au sérieux. En résumé: les lacaniens se considèrent comme des psychanalystes, mais pas le contraire. Cependant, je remarque qu'il n'était pas pour autant dénoncé en publique par les autres.

Pour ce qui est de la "science", ça dépend de votre définition.
LePsychoSophe a écrit :
30 déc. 2017, 18:20
On se fait plaisir avec Lacan comme on se fait plaisir avec un livre de philosophie, ou de croyances ésotériques... mais on ne soulage pas la douleur de la maladie mentale avec Lacan. On délire avec une compréhension erronée et fantasque de l'esprit et du cerveau, c'est tout ce que propose Lacan.
Vous semblez bien sûr de vous! :a5:
LePsychoSophe a écrit :
30 déc. 2017, 18:20
Vous dites qu'il faut user de l'outil psychanalytique pour pouvoir le critiquer...
Non, je ne dis pas ça. De façon générale, je trouve qu'un bonne philosophie sceptique serait de critiquer ce que l'on connait assez pour ne pas parler à travers son chapeau. Je dis, ensuite, que dans le cas des questions de santé publique, je serais sévère avec tout le monde. Je trouve irresponsable de passer le micro à des personnes dont ce n'est pas le métier et qui disent n'importe quoi sur les vaccins, l'homéopathie, les psychotropes, le traitement du cancer, etc. Si ce n'était que de moi, je légiférerais. Santé Canada deviendrait indépendante et la loi sur la pratique illégale de la médecine aurait des dents. La psychanalyse n'est venue sur le tapis que parce que Cartaphilus a voulu me mettre en contradiction avec moi-même.
LePsychoSophe a écrit :
30 déc. 2017, 18:20
Les scientifiques authentiques se basent sur des faits et des résultats.
Hummm! Dans l'idéal peut-être, Mais, je ne suis pas sûr que c'est aussi simple.
LePsychoSophe a écrit :
30 déc. 2017, 18:20
Mais débattons si le coeur vous en dit, on est là pour ça.
C'est un vieux sujet dont je discute sur les pages du forum depuis 23 ans. Mes meilleurs arguments sont malheureusement derrière moi. Par exemple:

Ici une base de discussion et une proposition d'article pour le dictionnaire sceptique.


« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
spin-up
Modérateur
Modérateur
Messages : 3958
Inscription : 23 févr. 2012, 07:01

Re: Et la psychanalyse ?

#54

Message par spin-up » 31 déc. 2017, 12:06

Kraepelin a écrit :
31 déc. 2017, 00:33
Et encore! La plupart des psychanalystes français sérieux ne le prenaient pas très au sérieux.
Je ne sais pas qui sont ces serieux, mais les mediatiques eux sont tous lacaniens.



Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Dictionnaire Sceptique
Dictionnaire Sceptique
Messages : 6567
Inscription : 06 nov. 2003, 12:14

Re: Et la psychanalyse ?

#55

Message par Kraepelin » 31 déc. 2017, 19:27

spin-up a écrit :
31 déc. 2017, 12:06
Kraepelin a écrit :
31 déc. 2017, 00:33
Et encore! La plupart des psychanalystes français sérieux ne le prenaient pas très au sérieux.
Je ne sais pas qui sont ces serieux, ...
Ceux qui sont (ou étaient) invités comme conférenciers dans les colloques de psychiatrie internationaux. J'ai déja donné des exemples.
spin-up a écrit :
31 déc. 2017, 12:06
... mais les mediatiques eux sont tous lacaniens.
Moi, je ne sais pas qui sont les médiatiques. De quels médiats parles-tu d'ailleurs? En tous cas, votre Geneviève Loison n'a pas d'article sur elle dans wiki! En France, le lacaniens passent-ils si souvent à la télé?


« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
Cadenas
Messages : 306
Inscription : 04 mai 2017, 09:49

Re: Santé mentale prise 2

#56

Message par Cadenas » 01 janv. 2018, 08:42

Gérard Miller a été très médiatisé, mais pas vraiment comme psychanalyse. Ceci dit c'est un lacanien.



Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Dictionnaire Sceptique
Dictionnaire Sceptique
Messages : 6567
Inscription : 06 nov. 2003, 12:14

Re: Santé mentale prise 2

#57

Message par Kraepelin » 01 janv. 2018, 10:32

Cadenas a écrit :
01 janv. 2018, 08:42
Gérard Miller a été très médiatisé, mais pas vraiment comme psychanalyse. Ceci dit c'est un lacanien.
WIKI: Il est titulaire d'un doctorat en philosophie et d'un doctorat d'État en science politique.
Rien en santé mentale, donc. Ça ne vous met pas la puce à l'oreille?

Au Québec, nous avions Guy Corneau , un psychanalyste jungien très médiatisé. Il était probablement le psychologue le plus "connu" du Québec. Il ne faut pas croire pour autant que les psychanalystes jungiens sont nombreux au Québec. Une douzaine, peut-être?
La médiatisation d'une personne n'ai jamais le témoin que de son propre charisme.


« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Florence
Messages : 8947
Inscription : 03 sept. 2003, 02:48
Localisation : Directement au dessus du centre de la Terre

Re: Santé mentale prise 2

#58

Message par Florence » 01 janv. 2018, 12:04

La question n'est pas de savoir si tel ou tel partisan de telle ou telle sottise est compétent, diplômé, dans un domaine pertinent ou non. Le problème est son influence sur la visibilité et l'influence de la sottise en question sur la société, les décideurs, les systèmes de santé.

Et malheureusement, Jung et Lacan ont grassement et indûment bénéficié de ces influences, au détriment de la recherche sérieuse en matière de santé mentale et donc des patients.


Je dis lâche et traître celui qui se plaint des fautes d'autrui ou de la puissance de ses ennemis A. de Saint-Exupéry, "Citadelle".
"I do not always enjoy winning an argument. Losing an argument fairly makes you both end up winners."
Le bonheur est un festin de miettes. Jacques Faisant, "Rue Panse Bougre"

Avatar de l’utilisateur
Cadenas
Messages : 306
Inscription : 04 mai 2017, 09:49

Re: Santé mentale prise 2

#59

Message par Cadenas » 01 janv. 2018, 16:11

Florence a écrit :
01 janv. 2018, 12:04
Et malheureusement, Jung et Lacan ont grassement et indûment bénéficié de ces influences, au détriment de la recherche sérieuse en matière de santé mentale et donc des patients.
Les élucubrations de Jung servent notamment à des hypnothérapeuthes (y compris des médecins psychiatres) pour disserter sur l'inconscient collectif où se trouverait les solutions à tous problèmes ayant déjà été résolu et où il suffirait de piocher. :ouch:



Avatar de l’utilisateur
spin-up
Modérateur
Modérateur
Messages : 3958
Inscription : 23 févr. 2012, 07:01

Re: Et la psychanalyse ?

#60

Message par spin-up » 01 janv. 2018, 17:31

Kraepelin a écrit :
31 déc. 2017, 19:27
Moi, je ne sais pas qui sont les médiatiques. De quels médiats parles-tu d'ailleurs? En tous cas, votre Geneviève Loison n'a pas d'article sur elle dans wiki! En France, le lacaniens passent-ils si souvent à la télé?
En fait, en France, les lacaniens sont une sorte d'emanation du mouvement des intellectuels francais post-modernes (Derrida, Foucault, Deleuze). Comme c'est tout ce qu'il reste des intellectuels francais, ils sont tres prisés comme chroniqueurs aussi bien a tele qu'a la radio ou dans les journaux. Ils ne sont qu'une poignée mais on les voit beaucoup. Le plus celebre d'entre eux est BHL, il y aussi Gerard Miller et Jacques Alain Miller (gendre de Lacan).



Avatar de l’utilisateur
lefauve
Messages : 1677
Inscription : 11 oct. 2011, 23:04
Localisation : Bananistan.

Re: Et la psychanalyse ?

#61

Message par lefauve » 01 janv. 2018, 19:35

spin-up a écrit :
01 janv. 2018, 17:31
En fait, en France, les lacaniens sont une sorte d'emanation du mouvement des intellectuels francais post-modernes (Derrida, Foucault, Deleuze). Comme c'est tout ce qu'il reste des intellectuels francais, ils sont tres prisés comme chroniqueurs aussi bien a tele qu'a la radio ou dans les journaux. Ils ne sont qu'une poignée mais on les voit beaucoup. Le plus celebre d'entre eux est BHL, il y aussi Gerard Miller et Jacques Alain Miller (gendre de Lacan).
Sure?

De mon point de vu, il sont juste conformes à une idéologie qui est populaire au près des propriétaires de médias.
Chez nous au québec. On a des curés du multiculturalismes qui s’appelle Gérald Bouchard et Charles Taillor. Hyper présent médiatiquement,
mais leur seul mérite est de dire au riche et puissant ce qu'ils veulent entendre.

Il a déjà gagné la médaille de la templeton institute pour ces travaux sur Comment lecher le cul des riche fondamentalistes religieux tout en ayant l'air respectable l’amélioration du dialogue inter religieux.

Les médias ne sont pas une bonne zone de chasse pour trouver des philosophes avec des idées intéressantes.

Si un proprio de média croit à des zozoterie ont est pris pour les voir dans les médias.


...

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Dictionnaire Sceptique
Dictionnaire Sceptique
Messages : 6567
Inscription : 06 nov. 2003, 12:14

Re: Et la psychanalyse ?

#62

Message par Kraepelin » 02 janv. 2018, 00:03

lefauve a écrit :
01 janv. 2018, 19:35
spin-up a écrit :
01 janv. 2018, 17:31
En fait, en France, les lacaniens sont une sorte d'emanation du mouvement des intellectuels francais post-modernes (Derrida, Foucault, Deleuze). Comme c'est tout ce qu'il reste des intellectuels francais, ils sont tres prisés comme chroniqueurs aussi bien a tele qu'a la radio ou dans les journaux. Ils ne sont qu'une poignée mais on les voit beaucoup. Le plus celebre d'entre eux est BHL, il y aussi Gerard Miller et Jacques Alain Miller (gendre de Lacan).
Sure?

De mon point de vu, il sont juste conformes à une idéologie qui est populaire au près des propriétaires de médias.
(...)
Si un proprio de média croit à des zozoterie ont est pris pour les voir dans les médias.
En tout cas, je ne sais pas qui est la nouvelle génération de psychanalystes français (s'il y en a une).

Au Québec, la psychanalyse c'est pratiquement fini. Avec la retraite des grands professeurs de psychologie et des grands psychiatres ... pouf ... le vide. Dans les réunions d'équipe, pour les discussions de cas, c'est le vide aussi. Non seulement les nouvelles psychiatres ne sont pas formées en psychanalyse, mais elles n'ont aucune formation palpable en aucune théorie de la personnalité. Alors, elles y vont de leur petites théories personnelles (genre matante)** et font la promotion de trucs la la mode comme la pleine conscience (méditation). Je m'ennui des psychanalystes.

** Disons-le, on ne peut pas vraiment travailler en psychiatrie sans une théorie de la personnalité. Si on en n'a pas appris une bonne à l'école, on est obligé de s'en inventer une sur le tas.
Dernière modification par Kraepelin le 02 janv. 2018, 08:44, modifié 1 fois.


« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Dictionnaire Sceptique
Dictionnaire Sceptique
Messages : 6567
Inscription : 06 nov. 2003, 12:14

Re: Santé mentale prise 2

#63

Message par Kraepelin » 02 janv. 2018, 00:07

Florence a écrit :
01 janv. 2018, 12:04
La question n'est pas de savoir si tel ou tel partisan de telle ou telle sottise est compétent, diplômé, dans un domaine pertinent ou non. Le problème est son influence sur la visibilité et l'influence de la sottise en question sur la société, les décideurs, les systèmes de santé.

Et malheureusement, Jung et Lacan ont grassement et indûment bénéficié de ces influences, au détriment de la recherche sérieuse en matière de santé mentale et donc des patients.
Ouf!
En France, je ne sais pas, mais, ici, je ne vois rien de semblable. Au Québec, ce sont les technocrates et les comptables qui ont l'écoute des décideurs.


« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
lefauve
Messages : 1677
Inscription : 11 oct. 2011, 23:04
Localisation : Bananistan.

Re: Santé mentale prise 2

#64

Message par lefauve » 02 janv. 2018, 11:00

Les psychiatres et psychologues devraient se rapprocher des neurologues et des autres disciplines médicale qui se rapporte au cerveau. Ils gagneraient en efficacité par une compréhension plus globale, j'en suis sûre.


...

Avatar de l’utilisateur
Oni
Messages : 17
Inscription : 01 janv. 2018, 15:09

Re: Santé mentale prise 2

#65

Message par Oni » 02 janv. 2018, 14:26

Les psychiatres sont médecins et les psychologues s'occupant de patients ont mangé pas mal de sciences cognitives/dev/soc etc. avant de se spécialiser dans la santé. Mais ca dépend des universités bien sûr, certaines mettent plus l'accent sur le cognitif et d'autres sur les théories psychanalytiques (sic!), mais un psychologue est théoriquement au fait des sciences cognitives à un niveau bac +X. Surtout qu'ils travaillent de plus en plus avec des spécialistes de la question.

C'était moins le cas avant, donc plus ils sont vieux, plus ils ont de chances d'être dans un paradigme daté mais ceux qui sortent aujourd'hui du bac +5 sont au fait de ce que la neuro apporte. Mais aussi les limites. Tout ça c'est en théorie, en pratique beaucoup de cliniciens (médecins inclus) ne se préoccupent pas assez de leur formation continue, à mon sens.



Avatar de l’utilisateur
LoutredeMer
Messages : 3864
Inscription : 30 juil. 2008, 17:34

Re: Santé mentale prise 2

#66

Message par LoutredeMer » 03 janv. 2018, 12:26

LePsychoSophe a écrit :
29 déc. 2017, 07:26
Les traitements en psychiatrie en France sont vraiment à revoir. Qu'ils soient médicamenteux ou non.
Le domaine de la santé mentale est d'une extrême complexité et on peut dire qu'avec les connaissances actuelles, on pourrait faire largement mieux en France.
C'est mon impression aussi. Cela semble se vérifier avec cet exemple :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Troubles_dissociatifs
Bien que ces troubles aient été initialement modélisés par le psychologue français Pierre Janet de 1885 à 18871,2,3,4, la France reste paradoxalement encore largement à l'écart de ces recherches. De ce fait, les patients dissociatifs sont très rarement diagnostiqués en France, où leur traitement, par conséquent, n'est pas suffisamment adapté à leurs troubles.


Concernant la foi... c'est pas en Dieu... hein, qu'on soit clair. Mais la foi en l'humain au sens large, c'est-à-dire au sens où à force de lutter contre l'inertie de la mise à jour des soins en psychiatrie, cela finit par payer. Il faut du temps, beaucoup de temps...
Oui, bien sur, je l'entendais comme ça en le mettant entre guillemets. ;)

La dépression est une conséquence d'un fonctionnement psychologique particulier. Ce n'est pas l'événement qui crée la dépression. C'est l'événement associé à un fonctionnement particulier du mental qui donne un état dépressif. On soigne effectivement l'état dépressif mais le mieux est qu'une fois que la dépression est guérie, on traite le fonctionnement psychique sous-jacent.
Je suis surprise. Es-tu en train de me dire qu'une succession de tragédies par exemple, ne provoquera jamais de dépression chez certaines personnes car ils n'ont pas de "terrain propice"? (ce que tu as l'air de confirmer ici : "Je pourrais être assez d'accord avec ça si l'on met vraiment un accent sur les déficits neuronaux (des neurones qui participent à la régulation de l'humeur comme la sérotonine) intrinsèques (on pourrait dire presque génétiques) qui seraient uniquement palliables par l'antidépresseur ou de la psychochirurgie type stimulateur électronique intracérébral.")

...de la psychochirurgie type stimulateur électronique intracérébral.
Il me semble que cela est réservé aux maladies profondes comme Parkinson par exemple non?

Pour les proches, il faut développer la psychoéducation familiale. Néanmoins, dans une approche systémique, on remettra en cause les psychismes des autres membres de la famille donc on tombe vite dans mes mécanismes de déni et le fameux membre familial symptôme d'un dysfonctionnement plus large et du au système familial. Donc la psychoéducation familiale a ses limites elle-aussi.
Il ne semble pas y avoir de structure de cet ordre dans le système psychiatrique, du moins localement. Le role a échu à une association dans le département. Et sur leur site j'y lis :"La supervision est animée par M [...] : Psychologue clinicien, thérapeute familial, formateur et superviseur en alcoologie, en thérapie familiale systémique, en thérapie centrée sur les solutions.

Le domaine d'action de ce psychologue se restreint à l'alcool, et il a recours à la thérapie familiale systémique. Concernant les services d'addictologie à l'hopital, aucun soutien n'est apporté aux familles à travers un entretien privé, ou une documentation spontanément délivrée. Il faut "pleurer" pour avoir un RV et il sera fait avec un(e) infirmier(e), le ou les proches et obligatoirement le patient.

Pour les RDVs, la durée est inversement proportionnelle aux nombres de praticiens. Et on embauche surtout pour faire des actes avec la T2A (tarification à l'activité) mais pas pour la qualité ;) .
Je ne suis pas étonnée.

Pour les généralistes ou les psychiatres prescripteurs, on vous dira dans la confiance qu'il faut bien fidéliser le client. ça vous choque autant que moi mais je l'ai entendu plusieurs fois mais ce n'est pas une généralité, attention.
Oui, c'est ce qui s'est dégagé du discours de l'infirmière suite à mes questions. Pour résumer, ils préfèrent "agir" lorsque le patient a fait plusieurs cures chez eux et y est connu depuis plusieurs années... Ce qui me semble une hérésie, car l'état psychologique et physique empirent avec le temps.

Pour l'appel des patients par les psys... alors là, malheureusement, on ne le fait pas habituellement car il y a une liberté du patient à respecter. Sujet ô combien délicat que de savoir jusqu'où on va dans l'investissement auprès du patient. ça serait trop invasif et pas forcément thérapeutique que d'aller vers le patient à ce point. C'est lui qui vient vers nous en général.
Oui je comprends la question éthique, mais on sait très bien que beaucoup de patients n'ont pas l'envie ou la force meme d'aller aux RV. Et comment les faire sortir de leur spirale de déni ou d'incapacité, s'ils ne sont pas sollicités, si l'on ne vient pas à eux quand eux ne peuvent ou ne veulent pas aller consulter. J'estime que c'est une prise en charge importante pour la santé du patient.

Pour la culpabilité des patients... alors là ça dépend. Pour les burn-out où toute crise liée au contexte professionnel, la tendance est malheureusement la remise en question de la personne et non du service dans lequel il bosse ou l'entreprise. Si vous décompensez au travail, c'est de votre faute! Voilà le discours ambiant actuellement.
:shock: :shock:

[...]C'est un vrai problème car le fait de culpabiliser le malade ne fait qu'empirer le problème car à 99% en psychiatrie les patients manquent de confiance en eux, alors les culpabiliser n'arrange pas le tableau.
Oui, tout à fait.



Avatar de l’utilisateur
LoutredeMer
Messages : 3864
Inscription : 30 juil. 2008, 17:34

Re: Santé mentale prise 2

#67

Message par LoutredeMer » 06 janv. 2018, 12:10

Un article publié hier qui confirme le désengagement de l'Etat français.

Psychiatrie : crise profonde parmi les professionnels dans l'ensemble de l'Hexagone
Extraits : A Rennes, Amiens ou encore Bourges, les soignants en psychiatrie sont en grève afin de dénoncer la dégradation globale d'un secteur de plus en plus contraint par des obligations de rendements. Les professionnels demandent une hausse des moyens financiers pour soigner les patients. Tous dénoncent l'abandon et le désintérêt de l'Etat pour le secteur. Près de 1.400 signalements liés à des dysfonctionnements (violence, manque de lits, sous-effectifs) ont été adressés à la direction, à l'inspection du travail et au préfet.


Un modèle québecois à suivre
: témoignage d'un doctorant français au Québec pointant les différences entre Québec et France en psychiatrie (de 2016)

- Sur-effectif de psys en France vs sous-effectif au Québec

- Relèvement du niveau de formation du Québec : niveau doctoral contre niveau master 2 en France. Résultat : "On découvre des courants qui n'ont pas été évoqués dans notre formation universitaire, on découvre un vaste univers de nouveautés. La blague universelle des psychologues et étudiants québécois est toujours: "on a le sentiment ici que vous n'avez appris que la psychanalyse à l'université". L'auteur pointe un "manque d'ouverture théorique, de la séparation entre recherche et clinique, sans parler d'un manque de pratique de l'anglais."

- "Le Québec laisse de la place aux psychologues, car il privilégie un système de santé où c'est le patient qui est au centre et non le corps médical. L'interdisciplinarité y est aussi bien plus souvent prônée, appliquée et enseignée"..



Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Dictionnaire Sceptique
Dictionnaire Sceptique
Messages : 6567
Inscription : 06 nov. 2003, 12:14

Re: Santé mentale prise 2

#68

Message par Kraepelin » 06 janv. 2018, 16:28

lefauve a écrit :
02 janv. 2018, 11:00
Les psychiatres et psychologues devraient se rapprocher des neurologues et des autres disciplines médicale qui se rapporte au cerveau. Ils gagneraient en efficacité par une compréhension plus globale, j'en suis sûre.
Non! Même s'ils sont indissociablement liés, ce sont deux univers différent. Ce que tu proposes est l'équivalent de demander à des programmeurs analystes de s'éloigner du software et de se concentrer sur la hardware.


« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Hugo
Messages : 84
Inscription : 30 déc. 2017, 01:22

Re: Santé mentale prise 2

#69

Message par Hugo » 06 janv. 2018, 16:45

Kraepelin a écrit :
06 janv. 2018, 16:28
lefauve a écrit :
02 janv. 2018, 11:00
Les psychiatres et psychologues devraient se rapprocher des neurologues et des autres disciplines médicale qui se rapporte au cerveau. Ils gagneraient en efficacité par une compréhension plus globale, j'en suis sûre.
Non! Même s'ils sont indissociablement liés, ce sont deux univers différent. Ce que tu proposes est l'équivalent de demander à des programmeurs analystes de s'éloigner du software et de se concentrer sur la hardware.
Je ne connais pas tres bien l'univers informatique kraepelin, ni son besoin de specialisation ( et son degre) de la part de ses acteurs , par contre, il apparait que de nombreux pontes du secteur medical militent pour plus d'interdisciplinarite, car vecteur d'avancees manifeste des connaissances et competences.



Avatar de l’utilisateur
Lulu Cypher
Modérateur
Modérateur
Messages : 6080
Inscription : 24 avr. 2015, 22:30
Localisation : Vénus

Re: Santé mentale prise 2

#70

Message par Lulu Cypher » 06 janv. 2018, 17:08

Kraepelin a écrit :
06 janv. 2018, 16:28
Non! Même s'ils sont indissociablement liés, ce sont deux univers différent. Ce que tu proposes est l'équivalent de demander à des programmeurs analystes de s'éloigner du software et de se concentrer sur la hardware.
Le modèle OSI de l'ISO est avant tout un modéle de communication entre ordinateurs, mais ce qui est interessant c'est le découpage en "couches" qui vont (du haut vers le bas) de l'utilisateur au hardware. En règle générale, les utilisateurs de l'informatique ne voient que ce qui leur saute aux yeux, c'est à dire, l'aspect "interface utilisateur" et mésestiment lourdement la quantité de code développé sur lequel s'appuie cette même interface. Parmi l'ensemble des nombreux métiers de l'informatique, la programmation des couches les plus basses nécessite de se "rapprocher", en terme de connaissances, du matériel. C'est donc dans certains cas une necessité.

Faire un parallèle avec le rapprochement de psychologues et psychiatres avec des neurologues n'est pas entièrement une bonne comparaison. D'autant plus qu'amalgamer psychiatres et psychologues en une même catégorie homogène est pas mal faux. Les psychiatres sont avant tout des médecins qui, par leur formation, ont des connaissances qui sont conjointes à celles des neurologues[1].

Mais après tout est-ce que possèder plus de connaissances dans des domaines connexes à son propre domaine pour en améliorer la maitrise est une mauvaise chose ? ... pas sûr :gratte:

------------------------------
[1] pourrais-je en extrapoler sans aucune polémique, que tu es plus un psychologue qu'un psychiatre ?



Et Dieu dit : « que Darwin soit »
------------------------------
Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman (P. Desproges)
------------------------------
Attention ce post est susceptible (lui-aussi) de contenir des traces d'humour. L'auteur tient à signaler qu'il décline toute responsabilité quant aux conséquences de leurs mésinterprétations.

Florence
Messages : 8947
Inscription : 03 sept. 2003, 02:48
Localisation : Directement au dessus du centre de la Terre

Re: Santé mentale prise 2

#71

Message par Florence » 06 janv. 2018, 17:23

Kraepelin a écrit :
06 janv. 2018, 16:28
Non! Même s'ils sont indissociablement liés, ce sont deux univers différent.


... et trop de psy- chiatres/chologues ont une peur panique à l'idée de voir le leur disparaître, ou tout au moins sa spécificité, sous l'influence de connaissances plus factuelles ...

Ta réaction est parlante ... ;)


Je dis lâche et traître celui qui se plaint des fautes d'autrui ou de la puissance de ses ennemis A. de Saint-Exupéry, "Citadelle".
"I do not always enjoy winning an argument. Losing an argument fairly makes you both end up winners."
Le bonheur est un festin de miettes. Jacques Faisant, "Rue Panse Bougre"

Avatar de l’utilisateur
lefauve
Messages : 1677
Inscription : 11 oct. 2011, 23:04
Localisation : Bananistan.

Re: Santé mentale prise 2

#72

Message par lefauve » 07 janv. 2018, 11:02

Kraepelin a écrit :
06 janv. 2018, 16:28
Non! Même s'ils sont indissociablement liés, ce sont deux univers différent.
Une approche multidisciplinaire est vraiment impossible?
Ce que tu proposes est l'équivalent de demander à des programmeurs analystes de s'éloigner du software et de se concentrer sur la hardware.
Dans ton analogie, tu t'es planté solidement, les concepteurs de matériel sont aussi des programmeurs. C'est rare le matériel qui n'a pas quelque milliers de lignes de code caché dans une eeprom. En plus les cours de génie logiciels on une partie dédiée au matériel dans leur formation. De plus, on participe souvent au même évènement professionnel.
Moi même je suis technicien en électronique et programmeurs.


...

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Dictionnaire Sceptique
Dictionnaire Sceptique
Messages : 6567
Inscription : 06 nov. 2003, 12:14

Re: Santé mentale prise 2

#73

Message par Kraepelin » 08 janv. 2018, 01:58

lefauve a écrit :
07 janv. 2018, 11:02
Kraepelin a écrit :
06 janv. 2018, 16:28
Non! Même s'ils sont indissociablement liés, ce sont deux univers différent.
Une approche multidisciplinaire est vraiment impossible?
Non pas impossible. En santé mentale, elle est largement promue depuis des décenies, mais ça n'a pas éclairé le tableau autant que l'avait esperé ceux qui ont lancé cette philosophie. Disons que, ce n'est pas le Pérou.
lefauve a écrit :
07 janv. 2018, 11:02

Dans ton analogie, tu t'es planté solidement, les concepteurs de matériel sont aussi des programmeurs. C'est rare le matériel qui n'a pas quelque milliers de lignes de code caché dans une eeprom. En plus les cours de génie logiciels on une partie dédiée au matériel dans leur formation. De plus, on participe souvent au même évènement professionnel.
Moi même je suis technicien en électronique et programmeurs.
Je regrette que ma métaphore ne vous ait pas éclairé.
:hausse:


« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
LoutredeMer
Messages : 3864
Inscription : 30 juil. 2008, 17:34

Re: Santé mentale prise 2

#74

Message par LoutredeMer » 08 janv. 2018, 05:24

"À l’occasion de la naissance du fils de son ami Wilhelm Fliess, Freud adresse à Fliess, fin 1899, à la veille du nouveau siècle, un court poème, au moment où il vient de publier L’Interprétation des rêves :

« Salut,
Au fils vaillant qui, sur l’ordre du père,
Est apparu au bon moment.
Pour lui être de secours et collaborer à l’ordre sacré.
Mais salut aussi au père qui a trouvé
à endiguer la puissance du sexe féminin
pour qu’il porte sa part d’obéissance à la Loi.
Non plus signalé par la secrète lueur
comme la mère,
il en appelle, pour sa part, aux puissances supérieures :
la déduction, la foi et le doute. »


Explication
« La paternité est une conjecture, elle est édifiée sur une déduction et un postulat, alors que la maternité est attestée par le témoignage des sens », écrit-il dans L’Homme Moïse.
Le passage de la mère au père est donc pour Freud « une victoire de l’esprit sur les sens », « Einen Triumph der Geistigkeit über die Sinnlichkeit », « un triomphe de la vie de l’esprit sur la vie sensorielle et donc un progrès de la civilisation

Il est grand temps que les neurosciences fassent changer ces choses d'un autre âge.



Avatar de l’utilisateur
LePsychoSophe
Messages : 413
Inscription : 19 sept. 2017, 11:34

Re: Santé mentale prise 2

#75

Message par LePsychoSophe » 08 janv. 2018, 05:37

Kraepelin a écrit :
08 janv. 2018, 01:58

Non pas impossible. En santé mentale, elle est largement promue depuis des décennies, mais ça n'a pas éclairé le tableau autant que l'avait espéré ceux qui ont lancé cette philosophie. Disons que, ce n'est pas le Pérou.
Je ne sais de quelle santé mentale vous parlez. La recherche, l'université, les établissements de soins, les cabinets de libéraux...

Pour une approche pluridisciplinaire bien ficelée (cohérente et transthéorique), il faut chercher... Mais je veux bien des exemples concrets.

Que la pluridisciplinarité soit promue ou levée en étendard pour mettre de la poudre aux yeux, ça, je veux bien le croire... En santé mentale, la seule pluridisciplinarité officielle et qui courent dans les couloirs de la psychiatrie est la psychanalyse et la chimiothérapie... Approches Ô combien paradoxales.... dont on se demande comment deux courants si différents cohabitent depuis des décennies.

Ce que j'imagine comme pluridisciplinarité dans les lieux que j'ai cité au-dessus est bien différente de celle que l'on voit sur le terrain.

Si on a de l'espoir, on peut dire que c'est en train d'évoluer favorablement mais alors on part de tellement loin que parler de ça aujourd'hui est une illusion ou alors réservé à des lieux bien particuliers.


"ἕν οἶδα ὅτι οὐδὲν οἶδα" Σωκράτης

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit