Fake news en sous-traitance.

Politique, histoire, société... et autres sujets sans lien avec le paranormal
Avatar de l’utilisateur
lefauve
Messages : 1723
Inscription : 11 oct. 2011, 23:04
Localisation : Bananistan.

Fake news en sous-traitance.

#1

Message par lefauve » 01 févr. 2018, 21:42

Salut,

Le mots «experts » est vraiment sur utilisé et franchement cela commence à m'agacer. Le huffingtonpost à reconnu comme «experts » un organisme de relations publiques déguisées centre de recherche économiques l'Institut C.D. Howe.

Mon problème est que ces organismes servent souvent à contourner les normes journalistes en matière de rigueur. Le journal ne peut publier lui-même ces bêtises donc il demande à des «experts» de le faire pour lui. Techniquement le Journal ne fait que rapporter les paroles de «l'expert» ce qui est conforme à l’éthique journalistique.

Personellement je n'ai jamais vu d’études crédibles en provenance de ses organismes. Beaucoup de cherry picking pour manipuler les statistiques, prémices fausse, logique souvent étrange. Le cas qui revient très souvent c'est la fameuse courbe de laffer, idée démontrer fausse plusieurs fois de façon empirique, mais très utile pour justifier l’économie de ruissellement.
...

Avatar de l’utilisateur
julien99
Messages : 1960
Inscription : 11 juin 2012, 15:43

Re: Fake news en sous-traitance.

#2

Message par julien99 » 03 févr. 2018, 05:51

Je ne pense pas que la mise en place d’un système de lutte contre les fausses informations soit un problème de sous-traitance.
C’est quoi déjà un fake news ?
L’histoire démontre que même les gouvernements utilisent de fausses informations afin de manipuler la population. Cf. le Golfe de Tonkin, l’affaire des couveuses au Koweït, l’anthrax de Powell les ADM en Irak, par exemple.
Si seules les informations dites alternatives sont considérées comme des fake news, alors le système à mettre en place n’est pas une protection de notre système démocratique, mais une vulgaire machine à censure gouvernementale.
Par conséquent, il faudrait déjà commencer par démontrer de par quelle méthode objective un organisme (gouvernemental ou non gouvernemental) peut garantir faire la part des choses entre vrai et faux tout en ayant à l’esprit qu’une rétrospective de faits historiques nous apporte bien des surprises.
La question n’est pas de savoir qui le fait, mais pourquoi et comment on le fait avec toutes les garanties de non conflits d’intérêts nécessaires.
"La vérité attire la haine"

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit