Pourrons-nous relever le défi du réchauffement de la planète ?

Politique, histoire, société... et autres sujets sans lien avec le paranormal

Selon vous l'Humanité relèvera-t-elle le défi du réchauffement planétaire ?

Oui
7
16%
Oui mais partiellement avec une détérioration importante du niveau de vie
14
31%
Non
23
51%
La planète ne se réchauffe pas
1
2%
 
Nombre total de votes : 45

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 3120
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: Pourrons-nous relever le défi du réchauffement de la planète ?

#501

Message par DictionnairErroné » 05 avr. 2021, 06:19

Je suis également un non productiviste, mais différent. Je ne crois pas que nous pourrons suivre cette logique pour contrer la surconsommation. Les gens aiment avoir de nouvelles bébelles et en plus nous devons considérer l'augmentation de la population mondiale qui fait par elle seule augmenter la production.

Comme je disais précédemment, c'est plutôt de renverser la responsabilité des effets de la surconsommation vers les manufacturiers. Je crois que le capitalisme peut résoudre une grande partie du problème.

Nous référons souvent au principe d'augmenter l'étendue des garanties. Je ne suis pas certain de l'efficacité. Si nous prenons les magasins de meubles Brault et Martineau pour ne citer que celui-ci, si vous vous en tenez qu'à la garantie du manufacturier vous n'aurez aucun service de leur part. Vous devez aisément ajouter plus de 20% pour une simple garantie de 5 ans et encore pas toujours facile à faire appliquer. D'ailleurs 5 ans est ridicule.
Lorsque je ferme les yeux, je vois qui m'habite.

Avatar de l’utilisateur
Dominique18
Messages : 2640
Inscription : 06 oct. 2020, 06:27

Re: Pourrons-nous relever le défi du réchauffement de la planète ?

#502

Message par Dominique18 » 05 avr. 2021, 06:54

ABC a écrit : 05 avr. 2021, 05:17 Alors que par contre nous (les non productivistes), ne sommes absolument pour rien dans cet état de fait.

Le fait que le productivisme puisse ainsi se développer ne doit rien à nos objectifs et à nos choix.

On ne manquera pas de noter, en particulier (chez les non productivistes, c'est à dire la grande majorité d'entre nous), le soin tout particulier apporté à la fiabilité et la neutralité des sources servant de base à nos jugements, des jugements et avis toujours d'une grande pertinence (contrairement aux avis des productivistes), notamment vis à vis de choix politiques et/ou économiques ne pouvant produire que des effets à moyen et long terme.
Tout à fait d'accord.

Avatar de l’utilisateur
Dominique18
Messages : 2640
Inscription : 06 oct. 2020, 06:27

Re: Pourrons-nous relever le défi du réchauffement de la planète ?

#503

Message par Dominique18 » 05 avr. 2021, 11:20

@ Aggée

J'ai lu les trois-quarts du fil suivant :

viewtopic.php?f=4&t=15150&hilit=Nucl%C3 ... &start=500

Ce qui m'a permis de découvrir ce qui suit:

viewtopic.php?f=4&t=15150&hilit=Nucl%C3 ... 00#p556824

Là, non, ça ne le fait pas.
Quand on voit ce que les militants vieillissants issus de cette mouvance, ont pu donner en France, et ailleurs, via moultes associations, postes à responsabilités, représentation politique... Ça encombre sérieusement les tuyaux.
Les échanges sur le fil ne font, pour la plupart, que confirmer ce que j'ai écrit sur plusieurs sujets.
L'écologie débarrassée de l'idéologie, ce serait mieux, assurément.

Avatar de l’utilisateur
Aggée
Messages : 1197
Inscription : 08 janv. 2018, 13:18

Re: Pourrons-nous relever le défi du réchauffement de la planète ?

#504

Message par Aggée » 05 avr. 2021, 12:08

Dominique18 a écrit : 05 avr. 2021, 11:20 Quand on voit ce que les militants vieillissants issus de cette mouvance, ont pu donner en France, et ailleurs, via moultes associations, postes à responsabilités, représentation politique... Ça encombre sérieusement les tuyaux.
L'écologie débarrassée de l'idéologie, ce serait mieux, assurément.
Je ne vois pas très bien de quelle idéologie vous voulez parler, je pense que le système électoral français n’était pas propice au développement de l’écologie politique dans les années 70 , ça n’a pas été le cas en Belgique ou ailleurs, les écologistes belges sont très pro scientifiques,ils veulent décloisonner les débats trop politiques pour les amener sur la voie publique, le recours aux spécialistes est largement utilisé, l’opposition au nucléaire n’a rien d’idéologique, les centrales nucléaires sont des installations très dangereuses, a coûts énormes et durées de vie très limitées, le nucléaire, c’est la technologie des excès, tous les matériaux sont soumis a des contraintes extrêmes et ces matériaux sont incapables de contenir un cœur qui s’emballe, si les avions civiles ou les trains avaient la statistique de sécurité des centrales nucléaires, il n’y aurait plus ni pilote, ni hôtesse, ni conducteurs de train, ni passagers, c’est parce qu’il y a heureusement peu de centrales nucléaires dans le monde qu’elles peuvent faire illusion aux yeux de certains….

Avatar de l’utilisateur
Lambert85
Messages : 4529
Inscription : 23 nov. 2007, 01:48

Re: Pourrons-nous relever le défi du réchauffement de la planète ?

#505

Message par Lambert85 » 05 avr. 2021, 12:29

Toujours vos dogmes stupides !
ουκ έλαβον πόλιν αλλα γαρ ελπις εφη κακα

Avatar de l’utilisateur
Dominique18
Messages : 2640
Inscription : 06 oct. 2020, 06:27

Re: Pourrons-nous relever le défi du réchauffement de la planète ?

#506

Message par Dominique18 » 05 avr. 2021, 13:22

Aggée a écrit : 05 avr. 2021, 12:08
Dominique18 a écrit : 05 avr. 2021, 11:20 Quand on voit ce que les militants vieillissants issus de cette mouvance, ont pu donner en France, et ailleurs, via moultes associations, postes à responsabilités, représentation politique... Ça encombre sérieusement les tuyaux.
L'écologie débarrassée de l'idéologie, ce serait mieux, assurément.
Je ne vois pas très bien de quelle idéologie vous voulez parler, je pense que le système électoral français n’était pas propice au développement de l’écologie politique dans les années 70 , ça n’a pas été le cas en Belgique ou ailleurs, les écologistes belges sont très pro scientifiques,ils veulent décloisonner les débats trop politiques pour les amener sur la voie publique, le recours aux spécialistes est largement utilisé, l’opposition au nucléaire n’a rien d’idéologique, les centrales nucléaires sont des installations très dangereuses, a coûts énormes et durées de vie très limitées, le nucléaire, c’est la technologie des excès, tous les matériaux sont soumis a des contraintes extrêmes et ces matériaux sont incapables de contenir un cœur qui s’emballe, si les avions civiles ou les trains avaient la statistique de sécurité des centrales nucléaires, il n’y aurait plus ni pilote, ni hôtesse, ni conducteurs de train, ni passagers, c’est parce qu’il y a heureusement peu de centrales nucléaires dans le monde qu’elles peuvent faire illusion aux yeux de certains….
Il faut se replonger dans l'histoire de l'écologie politique en profondeur pour comprendre que le système électoral n'est certainement pas en cause, mais certains délires écologistes, oui.
Tu es militant écologiste. Soit, pas de soucis.
Mais la énième rengaine au sujet du nucléaire, non merci ! Là, c'est de l'idéologie, plusieurs te l'ont fait remarquer.
Ça fait 50 ans qu'on la sort, avec les mêmes arguments.
En cinq décennies, il s'en est quand même passé, des évènements.
Le nucléaire, on a les compétences pour en parler, ou pas. Dans ce cas, s'abstenir daborder ce qu'on ne connaît pas.

Des informations sérieuses sur le sujet :

https://www.afis.org/Faut-il-sortir-du-nucleaire

Je ne détaille pas, il suffit de prendre connaissance, l'article est suffisamment court.

Une liste :

https://www.afis.org/-Nucleaire-et-radioactivite-

Reste à savoir si on veut (vraiment) raisonner sur des bases scientifiques ou continuer à s'adonner aux dérives idéologiques. Il ne s'agit pas d'être pro ou anti, mais s'essayer de comprendre, d'apprécier et de savoir évaluer.

Avatar de l’utilisateur
Aggée
Messages : 1197
Inscription : 08 janv. 2018, 13:18

Re: Pourrons-nous relever le défi du réchauffement de la planète ?

#507

Message par Aggée » 05 avr. 2021, 22:38

Dominique18 a écrit : 05 avr. 2021, 13:22 Le nucléaire, on a les compétences pour en parler, ou pas. Dans ce cas, s'abstenir daborder ce qu'on ne connaît pas.
Reste à savoir si on veut (vraiment) raisonner sur des bases scientifiques ou continuer à s'adonner aux dérives idéologiques. Il ne s'agit pas d'être pro ou anti, mais s'essayer de comprendre, d'apprécier et de savoir évaluer.
Je n’ai aucun problème avec ce principe, l’approche des écologistes belges est scientifique, je vais vous la présenter, c’est une approche parfaitement rationnelle, je vais mettre la sécurité des centrales nucléaires en « équation », cela n’a strictement rien idéologique, vous allez comprendre .

Une technologie potentiellement hyper dangereuse comme celle du nucléaire ( emballement possible du cœur du réacteur ) devrait au minimum reposer sur des principes de sécurité PASSIFS, c’est a dire que pour récupérer une situation problématique, on doit pouvoir SOUSTRAIRE DES ÉLÉMENTS qui , par leur absence arrêtent automatiquement le fonctionnement du système, plutôt que d’être obligé d’additionner des éléments indispensables qui , s’ils viennent a manquer, vont au contraire provoquer l’emballement du système, cherchez la rationalité...

Je vais prendre une cuisinière au gaz pour comparer ( le risque potentiel d’une cuisinière au gaz, c’est par exemple un incendie, une explosion mortelle ), si vous rencontrez un problème de sécurité avec votre installation au gaz, vous coupez l’arrivée de gaz en fermant un robinet en amont, VOUS SOUSTRAYEZ L’ÉLÉMENT GAZ et votre problème de sécurité est résolu.

La sécurité d’une centrale nucléaire repose malheureusement sur des principes DYNAMIQUES, ce qui est assez fou compte tenu de sa dangerosité.
En cas de problème vous ne pouvez soustraire aucun élément pour récupérer une situation problématique, mais au contraire VOUS ÊTES FORCÉS DE TOUS LES ADDITIONNER, si ces éléments sont manquants… c’est Fukushima….. Vous devez parier sur une alimentation en énergie existante , des circuits de refroidissements efficaces, des moteurs électriques fonctionnels, etc...
Si vous ne pouvez pas additionner tous ces éléments primordiaux pour assurer la sécurité, c’est la catastrophe, une catastrophe qui a été vécue en direct n’est ce pas ?
Ou est l’idéologie dans mon exposé ?

jean7
Messages : 3842
Inscription : 05 mai 2015, 10:54

Re: Pourrons-nous relever le défi du réchauffement de la planète ?

#508

Message par jean7 » 06 avr. 2021, 00:33

Aggée a écrit : 05 avr. 2021, 22:38 Une technologie potentiellement hyper dangereuse comme celle du nucléaire ( emballement possible du cœur du réacteur ) devrait au minimum reposer sur des principes de sécurité PASSIFS, c’est a dire que pour récupérer une situation problématique, on doit pouvoir SOUSTRAIRE DES ÉLÉMENTS qui , par leur absence arrêtent automatiquement le fonctionnement du système...
Pour que ce soit vraiment passif, il faudrait aller un tout petit peu plus loin : le système ne peut fonctionner que par une intervention permanente.

En effet, SOUSTRAIRE est aussi une action.

Il faudrait que si l'on cesse toute intervention sur le coeur du réacteur, celui-ci ne puisse que s'éteindre.

Mais pour ça; il faudrait qu'il fonctionne avec un système continu d'apport de combustible. Je ne crois pas que ça existe autrement que dans la théorie. On ne parle pas de chaudière à granules...
Le libre arbitre est à la causalité ce que le corps est à la physique

Avatar de l’utilisateur
Dominique18
Messages : 2640
Inscription : 06 oct. 2020, 06:27

Re: Pourrons-nous relever le défi du réchauffement de la planète ?

#509

Message par Dominique18 » 06 avr. 2021, 01:23

@ Aggée

Lu et relu.
La vie est potentiellement dangereuse.
Certainement plus qu'une centrale nucléaire.
C'est dingue ce raisonnement bloqué sur l'injonction : "Au cas où.."
Tu nous ressors une note technique.
La même que celles qui traînent depuis 50 ans.
Je note que tu nous épargnes, cette fois, le coup de la bombe. Tu as dû oublier.

Tu veux continuer à croire, pas de soucis.
Je ne vais pas te ressortir les accidents, commentés, les risques de dangerosité industriels, avec les comparatifs, les échelles...

Tu ne veux pas entendre parler du nucléaire, tu considères que cette technologie représente l'apocalypse ultime... Soit.
Que les écolos belges soient pris, sur le plan scientifique, pour le nucléaire en particulier, je veux bien l'admettre. Je ne connais que les situation française où il y a des pros également, revendiqués comme tels, et ce n'est pas triste. Avec le recul, on peut apprécier les dégâts.

Alors, il est légitime de manifester quelques doutes sur cette question. Les verts allemands dont des pros, aussi. Ça n'a pas l'air d'être une réussite marquante. Il va falloir bien nous ré-expliquer ces histoires de productivisme qui profite aux plus nantis.
Parce que ça n'a pas l'air bien brillant pour certaines classes sociales. Ça râle, en Allemagne.
Non pas parce les personnes ne veulent pas modifier leurs comportements, mais parce sur l'addition est lourde.

Je note que tu n'as pas été faire un tour du côté des sources d'information que je t'ai données. Dommage...
Comprenons-nous bien : je ne défends pas, je ne suis ni pour, ni contre. J'essaie de me montrer rationnel, par rapport à tous les éléments dont je dispose.

Changer de modes de fonctionnement pour l'humanité, oui, assurément. Compte-tenu du bazar, ça va prendre du temps, beaucoup de temps. Je te renvoie aux fils sur le sujet, avec des intervenants brillants, lucides, qui ont bien en tête la complexité et les enjeux.

Celui qui propose l'une des meilleures avancées sur le sujet, le plus réaliste (mais pas sans défauts) sur le sujet, c'est Jean-Marc Jancovici.
Je n'ai pas dit qu'il représentait la "solution". Je parle d'avancées dont il faut se saisir. En toute lucidité.
La lucidité, c'est ce qui manque le plus.

Je ne te caricature pas, je ne te brocarde pas. Mais bon sang ! On n'avance pas !
Je ne remets pas en cause le rationalité de ton raisonnement, par rapport au fonctionnement d'une centrale nucléaire. C'est le niveau d'organisation auquel appartient cette conception technologique qui pose problème.

Je ne t'ai pas parlé des types de gestion humains pour faire joli. L'humanité en devenir, surtout celle des pays émergents, c'est l'accès à l'énergie parce qu'on ne peut pas et on ne sait pas faire autrement. Par la suite, peut-être que l'on pourra infléchir...

Qu'est-ce que tu proposes concrètement, de façon réaliste ? Il ne reste plus beaucoup de temps.
Il en existe des tendances (très) déplaisantes : la Chine, le terrorisme, plus islamiste que d'extrême-droite, ...

La sécurité nucléaire, ce n'est pas ce qu'il y a de plus urgent. Il faut savoir hiérarchiser les priorités.
Déjà, sortir de la pandémie, ce qui ne va pas être simple.
Personne ne sait trop quel sera le monde "d'après".

Histoire de t'affirmer les neurones...
Intéresse-toi aux fleurons du genre, les Crii-rad, Crii-gen...
Ça m'étonnerait qu'il n'y ait pas des ramifications en Belgique. Fais ton enquête.

J'aimerais bien connaître la position de ton groupe au sujet des OGM.
Dernière modification par Dominique18 le 06 avr. 2021, 03:03, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Aggée
Messages : 1197
Inscription : 08 janv. 2018, 13:18

Re: Pourrons-nous relever le défi du réchauffement de la planète ?

#510

Message par Aggée » 06 avr. 2021, 02:58

jean7 a écrit : 06 avr. 2021, 00:33 En effet, SOUSTRAIRE est aussi une action.
Il faudrait que si l'on cesse toute intervention sur le coeur du réacteur, celui-ci ne puisse que s'éteindre.
Mais pour ça; il faudrait qu'il fonctionne avec un système continu d'apport de combustible. Je ne crois pas que ça existe autrement que dans la théorie. On ne parle pas de chaudière à granules...

Effectivement , le principe de soustraire un élément pour arrêter un système est l’ action la plus sure et la plus efficace qui soit en terme de sécurité d’un système, cela devrait être une condition sine qua non de sécurité au regard des risques potentielles incroyables de l’atome, hors cette possibilité est techniquement impossible pour le nucléaire , et c’est bien là tout le problème, la disproportion majeure qui existe entre les bénéfices présumés et les risques certains, car dès le départ nous somme face a une certitude : arrêter toute action humaine sur un site nucléaire va assurément conduire aux pires catastrophes, ce n’est heureusement pas le cas pour toutes les autres formes d’énergies qui sont nettement plus sures en matière d’utilisation...

Avatar de l’utilisateur
Dominique18
Messages : 2640
Inscription : 06 oct. 2020, 06:27

Re: Pourrons-nous relever le défi du réchauffement de la planète ?

#511

Message par Dominique18 » 06 avr. 2021, 03:29

Aggée a écrit : 06 avr. 2021, 02:58 ...
Il y a des pros et des experts partout.
Dont un bon paquet chez les écologistes...
Les gars, il va falloir sérieusement accorder vos violons!
C'est ainsi qu'on apprend qu'il existe des écologistes... pragmatiques.
Imagine-t-on Nicolas Hulot, Yannick Jadot, ou encore la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili militer pour plus de nucléaire ? Évidemment non. Ils sont contre, parfois « pour », mais seulement parce qu'ils font partie d'un gouvernement qui n'écarte pas cette option. Mais, surtout, pas question de défendre une énergie qui n'émet pourtant pas, ou si peu, de CO2. En Finlande, le débat a eu lieu. À l'automne, les écologistes ont tranché. Alors qu'il a longtemps été opposé à l'atome, au point de quitter la coalition gouvernementale, le puissant parti Vert a dit son soutien au nucléaire pour limiter les émissions de CO2. « Les Verts ne sont pas catégoriquement contre la construction de petits réacteurs nucléaires comme moyen de lutter contre le changement climatique », a assuré la présidente du parti écologiste, par ailleurs ministre de l'Intérieur, Maria Ohisalo.

Sa déclaration n'est pas un coup d'éclat isolé. De nombreux candidats Verts aux municipales, prévues en avril, ont signé une déclaration qui appelle les villes de Finlande à s'intéresser aux SMR (de petits réacteurs modulaires), afin de remplacer le fuel ou le charbon comme mode de chauffage urbain. Le programme national des Verts, par ailleurs, promeut désormais la recherche de « toute solution », y compris nucléaire, pour réduire la consommation de charbon et pétrole.

Alors, certes, les écologistes finlandais ne s'emballent pas vraiment pour l'atome. Ils refusent, ce qui n'est pas rien, la construction de nouvelles centrales nucléaires puissantes comme l'EPR d'Olkiluoto, dans le sud du pays, qui devrait entrer en service l'an prochain. Mais ils adhèrent sans trop barguigner à la cible et aux moyens décidés par le gouvernement : augmenter la part du nucléaire à 50 %, contre environ 30 % aujourd'hui, et sortir du charbon d'ici 2030. On rappelle que la France, elle, prend le chemin inverse, en voulant réduire la part de l'atome de plus de 70 à 50 % d'ici 2025, à la faveur des énergies renouvelables.

La Finlande a donc, très tôt, édifié des centrales, grâce auxquelles elle se libère aussi de sa dépendance historique au charbon russe. Pour l'heure, quatre réacteurs fonctionnent ; un cinquième, l'EPR construit notamment par Areva, les rejoindra en 2022 après une douzaine d'années de retard. Afin d'augmenter la part du nucléaire, et pour remplacer les réacteurs vieillissants, le gouvernement a lancé plusieurs projets de centrales. L'un, sous la houlette de l'opérateur russe Rosatom, démarrera dès que l'autorité de sûreté finlandaise aura délivré son accord ; un autre, à Pyhäjoki, pourrait sortir de terre dans les prochaines années, si le gouvernement donne, après le Parlement, son feu vert.

Un autre sujet conflictuel en France fait consensus en Finlande. Il s'agit des déchets nucléaires. Pour l'heure, la filière française entrepose et retraite les déchets les moins dangereux, et étudie les conditions d'un enfouissement à Bure pour les plus radioactifs d'entre eux. Les Finlandais ont d'ores et déjà choisi une voie claire : en novembre, le gouvernement a autorisé la construction d'un centre de stockage profond sur le site granitique d'Olkiluoto. Les déchets les plus radioactifs y seront entreposés pour de longs siècles. Les Verts finlandais ont approuvé cette décision. En France, les Verts ont depuis longtemps tranché, eux aussi : le stockage sous terre, c'est niet.

Lorsque l'EPR d'Olkiluoto, une technologie elle aussi vilipendée par les écologistes hexagonaux, entrera en service, la Finlande devrait pouvoir se passer du pétrole et du charbon (grâce, aussi, aux petits réacteurs modulaires qui remplaceront le fuel pour le chauffage urbain). Le pays devrait même devenir un exportateur net d'électricité. Les Verts finlandais ont-ils aussi le sens du commerce ?
https://www.lepoint.fr/economie/la-finl ... 430_28.php

A noter, dans un autre domaine, que la Finlande dispose toujours de l'un des meilleurs systèmes d'enseignement, depuis une bonne décennie.
Les réformes ont été effectuées quand il fallait vraiment le faire, et approuvées.
En se passant d'idéologie...

jean7
Messages : 3842
Inscription : 05 mai 2015, 10:54

Re: Pourrons-nous relever le défi du réchauffement de la planète ?

#512

Message par jean7 » 06 avr. 2021, 03:43

Aggée a écrit : 06 avr. 2021, 02:58 Effectivement , le principe de soustraire un élément pour arrêter un système est l’ action la plus sure et la plus efficace qui soit en terme de sécurité d’un système
Non, le principe de destruction totale serait un principe plus sûr et efficace... en tant que principe.
Mais voilà, du principe à la possibilité... tout le problème est là.
Aggée a écrit : 06 avr. 2021, 02:58la disproportion majeure qui existe entre les bénéfices présumés et les risques certains
Par définition, un risque exprime une incertitude.
Aggée a écrit : 06 avr. 2021, 02:58arrêter toute action humaine sur un site nucléaire va assurément conduire aux pires catastrophes
En es-tu certain ?
Le mécanisme de descente des barres de plomb a-t-il besoin d'un ordre formel donné par un humain ?
Je serais extrèmement surpris que dans une centrale en exploitation, si on donne la consigne simultanée à tout le monde "n'intervenez plus", il se passe quelque chose de pire que la mise en someil de la centrale.
Enfin, sur le court terme. Après, au long terme, le nucléaire impose une maintenance dans une durée dépassant la vie d'un homme... En celà; le deal nucléaire a quelque chose de fondamentalement malhonète. Mais il en était de même pour le pétrole.


Tu n'a pas tord sur le fond : c'est un mode de production de l'électicité qui en soit pose de sacrés problèmes de sécurité.
Notamment parce qu'on ne peut pas en claquant des doigts retirer le combustible de la chaudière... mais on ne peut pas non plus faire disparaitre l'eau d'une retenue hydauélectrique. Chaque technologie a ses problèmes.
Et il ne faut pas prendre les concepteurs pour des billes.

Après, l'exploitation, la routine, l'usure morale, le syndrome de Zangra (existe-t-il ? certains me comprendrons)...
Je me demande, c'est un problème passionant, comment ils font pour gérer le problème que pose la somme des connaissances et compétences nécessaires à une gestion fiable.
Une centrale au charbon, au gaz, au fioul, couper l'alimentation en carburant est toujours une solution disponible, efficace, sure et qu'un ouvrier qualifié peut effectuer. Je ne crois pas en effet qu'une telle action puisse être concue pour une centrale atomique...
Dernière modification par jean7 le 06 avr. 2021, 04:34, modifié 2 fois.
Le libre arbitre est à la causalité ce que le corps est à la physique

thewild
Messages : 2226
Inscription : 09 août 2016, 10:43

Re: Pourrons-nous relever le défi du réchauffement de la planète ?

#513

Message par thewild » 06 avr. 2021, 03:57

Aggée a écrit : 05 avr. 2021, 22:38Une technologie potentiellement hyper dangereuse comme celle du nucléaire ( emballement possible du cœur du réacteur ) devrait au minimum reposer sur des principes de sécurité PASSIFS, c’est a dire que pour récupérer une situation problématique, on doit pouvoir SOUSTRAIRE DES ÉLÉMENTS qui , par leur absence arrêtent automatiquement le fonctionnement du système, plutôt que d’être obligé d’additionner des éléments indispensables qui , s’ils viennent a manquer, vont au contraire provoquer l’emballement du système, cherchez la rationalité...
Ce qui est dogmatique, c'est d'appliquer ces contraintes strictes uniquement au nucléaire et pas aux autres sources d'énergie.
L'hydroélectrique tue beaucoup plus que le nucléaire par exemple (et des ruptures de barrages, il y en a eu et il y en aura encore), et ça ne semble pas vous gêner qu'il n'y ait pas de sécurité passive. Mais une fois que le barrage s'est déversé dans la vallée et a tué des milliers de personnes, il est vide donc sécurisé, c'est peut-être ça la sécurité passive ?

C'est cette sélectivité qui fait que ce discours est irrationnel.
"Assurons nous bien du fait, avant de nous inquiéter de la cause." Bernard Le Bouyer de Fontenelle

"Plus un fait est extraordinaire, plus il a besoin d'être appuyé de fortes preuves." Pierre Simon Laplace

Avatar de l’utilisateur
Lambert85
Messages : 4529
Inscription : 23 nov. 2007, 01:48

Re: Pourrons-nous relever le défi du réchauffement de la planète ?

#514

Message par Lambert85 » 06 avr. 2021, 04:33

Les écolobobos sont d'office Contre le nucléaire depuis le début et rien ne le fera changer d'avis et ils pinailleront toujours jusqu'à la dernière virgule pour condamner le nucléaire. :roll:
ουκ έλαβον πόλιν αλλα γαρ ελπις εφη κακα

Avatar de l’utilisateur
Dominique18
Messages : 2640
Inscription : 06 oct. 2020, 06:27

Re: Pourrons-nous relever le défi du réchauffement de la planète ?

#515

Message par Dominique18 » 06 avr. 2021, 06:00

Lambert85 a écrit : 06 avr. 2021, 04:33 Les écolobobos sont d'office Contre le nucléaire depuis le début et rien ne le fera changer d'avis et ils pinailleront toujours jusqu'à la dernière virgule pour condamner le nucléaire. :roll:
Les finlandais n'ont peut-être pas d'écolos bobos sur leur territoire.
Le nucléaire à l'est, quand la catastrophe de Tchernobyl s'est produite était réputé comme étant le plus dangereux au monde. Tout allait péter et provoquer l'apocalypse. Les écolos étaient sur le pont, aux anges.
35 ans après, on attend toujours.
C'est long...

jean7
Messages : 3842
Inscription : 05 mai 2015, 10:54

Re: Pourrons-nous relever le défi du réchauffement de la planète ?

#516

Message par jean7 » 06 avr. 2021, 06:15

Dominique18 a écrit : 06 avr. 2021, 06:00 Les finlandais n'ont peut-être pas d'écolos bobos sur leur territoire.
Le nucléaire à l'est, quand la catastrophe de Tchernobyl s'est produite était réputé comme étant le plus dangereux au monde. Tout allait péter et provoquer l'apocalypse. Les écolos étaient sur le pont, aux anges.
35 ans après, on attend toujours.
C'est long...
Attention tout de même à ne pas faire avec le nucléaire ce que Julien fait avec le Covid.
Des catastrophes nucléaires ont eu lieu. C'était bien des catastrophes. Mais en effet, ce n'était pas la fin du monde.

La liste risque d'être fort longue des catastrophes dont on trouvera certains pour dire qu'elle n'était pas si catastrophique que d'autres ont dit qu'elle serait...
Le libre arbitre est à la causalité ce que le corps est à la physique

Avatar de l’utilisateur
Dominique18
Messages : 2640
Inscription : 06 oct. 2020, 06:27

Re: Pourrons-nous relever le défi du réchauffement de la planète ?

#517

Message par Dominique18 » 06 avr. 2021, 06:48

jean7 a écrit : 06 avr. 2021, 06:15 Attention tout de même à ne pas faire avec le nucléaire ce que Julien fait avec le Covid.
Des catastrophes nucléaires ont eu lieu. C'était bien des catastrophes. Mais en effet, ce n'était pas la fin du monde.

La liste risque d'être fort longue des catastrophes dont on trouvera certains pour dire qu'elle n'était pas si catastrophique que d'autres ont dit qu'elle serait...
Merci du rappel. Je ne minimise rien, je constate, rationnellement. Ou alors l'AFIS, par exemple, comme source d'information, raconte n'importe quoi. Ce n'est pourtant pas le genre de la maison.
Le nucléaire est une question sensible avec une grosse part d'émotionnel qui conduit à l'irrationnel, depuis Hiroshima et Nagasaki, dans les analyses. Tchernobyl en a remis une couche suivi de Fukushima.
On ne connaît pas très bien ce qui s'est produit dans l'ex-URSS, en Chine... Comme les famines programmées, difficiles à documenter, les différents types de camps...
Ce n'est pas à base d'émotionnel, qu'on peut raisonner, même si les situations humaines sont effroyables, inhumaines, au-delà de l'humanité. (cf. camps d'extermination). J'ai été longtemps avant de le comprendre. L'émotionnel conduit à jouer sur la peur et à l'entretenir. Pas à des constructions raisonnées.

jean7
Messages : 3842
Inscription : 05 mai 2015, 10:54

Re: Pourrons-nous relever le défi du réchauffement de la planète ?

#518

Message par jean7 » 06 avr. 2021, 08:59

Dominique18 a écrit : 06 avr. 2021, 06:48 L'émotionnel conduit à jouer sur la peur et à l'entretenir. Pas à des constructions raisonnées.
Oui.
Rationaliser est une nécessité en en ce sens mettre en avant l'écart entre la réalité d'un risque et la peur qu'elle induit est utile.
On est d'accord.
Le libre arbitre est à la causalité ce que le corps est à la physique

Avatar de l’utilisateur
Aggée
Messages : 1197
Inscription : 08 janv. 2018, 13:18

Re: Pourrons-nous relever le défi du réchauffement de la planète ?

#519

Message par Aggée » 06 avr. 2021, 09:25

thewild a écrit : 06 avr. 2021, 03:57 L'hydroélectrique tue beaucoup plus que le nucléaire par exemple (et des ruptures de barrages, il y en a eu et il y en aura encore), et ça ne semble pas vous gêner qu'il n'y ait pas de sécurité passive.
Vous avez tout a fait raison, les barrages hydroélectriques ont connu leur lot de catastrophes et le bilan est très lourd, je dois cependant rappeler la logique des écologistes belges, leur première motivation reposait sur une réforme radicale de la démocratie, dans le cas des barrages hydroélectriques, il faut clairement expliquer les risques aux populations qui se trouvent exposées aux ruptures de barrages, il faut leur proposer des indemnités avantageuses pour qu ‘elles quittent les territoires inondables, en dernier recours l’État pourrait exproprier, toujours à un prix très avantageux, mais toutes ces négociations devraient se faire dans le plus pur respect des droits de chacun, ce qui n’est pas le cas de l’industrie du nucléaire ou, dans n’importe quel pays qui compte des centrales nucléaires , les exploitants seraient bien incapables d’indemniser leurs victimes en cas d’accident grave.

Avatar de l’utilisateur
LoutredeMer
Messages : 6446
Inscription : 30 juil. 2008, 17:34

Re: Pourrons-nous relever le défi du réchauffement de la planète ?

#520

Message par LoutredeMer » 06 avr. 2021, 09:46

Petit rappel (article datant du mois dernier) sur l'essai nucléaire Centaure de 1974 en Polynésie Française, en termes de retombées sur la population (c'est le sujet) :

110 000 personnes ont potentiellement été touchées par son nuage atomique.
..
l’État français a menti sur un essai nucléaire effectué en juillet 1974 en Polynésie française.
...
le champignon atomique [...] ne prend pas la direction prévue par les autorités françaises.
...
On ne demande pas aux populations civiles de se mettre à l’abri ou de suspendre leur consommation d’eau ou de lait qui fixent fortement les substances radioactives.
...
La pluie qui s’abat alors sur l’île accélère le dépôt d’éléments radioactifs.
...
le Comité d’indemnisation des victimes du nucléaire (Civen) a reconnu le caractère radio-induit du cancer du sein [de Valérie Voisin, 58 ans]. Actuellement en rémission, elle conserve de lourdes séquelles physiques : "J’ai perdu mes dents à cause de la radiothérapie, dit-elle. J’ai des problèmes osseux. Des fractures fréquentes. Ce n’est pas normal, à mon âge.
...
Au-delà de l’essai Centaure, il y a une sous-estimation de la contamination radiologique de l’ordre de deux fois et demi, ajoute Tomas Statius, notamment pour les six essais considérés comme les plus irradiants.
...
Huit membres de la famille de Catherine Serda ont par la suite été atteints par des cancers.
...

Avatar de l’utilisateur
Lambert85
Messages : 4529
Inscription : 23 nov. 2007, 01:48

Re: Pourrons-nous relever le défi du réchauffement de la planète ?

#521

Message par Lambert85 » 06 avr. 2021, 10:04

Et allez donc, on sème la confusion entre essais nucléaires et centrales nucléaires ! :ouch:

P.S. les Etats-Unis ont sous-estimé la puissance de l'explosion Castle Bravo.
ουκ έλαβον πόλιν αλλα γαρ ελπις εφη κακα

Avatar de l’utilisateur
LoutredeMer
Messages : 6446
Inscription : 30 juil. 2008, 17:34

Re: Pourrons-nous relever le défi du réchauffement de la planète ?

#522

Message par LoutredeMer » 06 avr. 2021, 10:07

Lambert85 a écrit : 06 avr. 2021, 10:04 Et allez donc, on sème la confusion entre essais nucléaires et centrales nucléaires ! :ouch:
J'ai pourtant bien spécifié : "en termes de retombées sur la population (c'est le sujet)".

Avatar de l’utilisateur
Lambert85
Messages : 4529
Inscription : 23 nov. 2007, 01:48

Re: Pourrons-nous relever le défi du réchauffement de la planète ?

#523

Message par Lambert85 » 06 avr. 2021, 10:12

Non.
ουκ έλαβον πόλιν αλλα γαρ ελπις εφη κακα

Avatar de l’utilisateur
LoutredeMer
Messages : 6446
Inscription : 30 juil. 2008, 17:34

Re: Pourrons-nous relever le défi du réchauffement de la planète ?

#524

Message par LoutredeMer » 06 avr. 2021, 10:19

Comment ça non? :a2:

Ben si :
LoutredeMer a écrit : 06 avr. 2021, 09:46 Petit rappel (article datant du mois dernier) sur l'essai nucléaire Centaure de 1974 en Polynésie Française, en termes de retombées sur la population (c'est le sujet) :

Avatar de l’utilisateur
LoutredeMer
Messages : 6446
Inscription : 30 juil. 2008, 17:34

Re: Pourrons-nous relever le défi du réchauffement de la planète ?

#525

Message par LoutredeMer » 07 avr. 2021, 02:16

Lambert85 a écrit : 06 avr. 2021, 10:04 Et allez donc, on sème la confusion entre essais nucléaires et centrales nucléaires ! :ouch:
Il n'y a pas de confusion dans la mesure où l'on parle d'accidents nucléaires et de leur impact sur les populations. Les probabilités sont largement augmentées par ceci :
Nucléaire : les plus vieux réacteurs français prolongés de dix ans
Prévus au départ pour durer quarante ans, ces réacteurs pourront fonctionner durant cinquante ans, estime l'Autorité de sûreté nucléaire.
...
Cette décision porte sur les 32 réacteurs de 900 MW, les plus anciens du parc français, mis en service pour l'essentiel dans les années 1980.

Quant à la nouvelle génération, l'EPR, il n'est toujours pas prêt :
EDF a annoncé, fin septembre, que l’EPR ne démarrerait pas avant 2023. Le coût prévisionnel est désormais de 12,4 milliards d’euros, presque quatre fois les estimations initiales. https://www.capital.fr/economie-politiq ... us-1361531

Avec une large augmentation de la consommation électrique en devenir ayant pour cause la propagation de la voiture électrique :
Les voitures électriques, longtemps sous 1 % de part de marché, représentent désormais 6,7 % des immatriculations de voitures particulières neuves. https://www.lepoint.fr/economie/automob ... 842_28.php

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit