Le sexe polémique

Politique, histoire, société... et autres sujets sans lien avec le paranormal
Répondre
Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 7151
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Le sexe polémique

#1

Message par Kraepelin » 24 oct. 2019, 08:37

Le sexe polémique, Quand la paranoïa s'empare des campus américains.
De Laura Kipnis, Ed. Liber

Bien que ce ne soit pas son but, cet essai est surement le meilleur ouvrage de sexologie que j'ai lu depuis … des décennies. La finalité affichée de l'ouvrage est d'exposer les dérapages délirants des règlementations et des procès pour inconduite sexuelles dans les universités américaines. Il remplit bien ce but. Pourtant, à mon avis, le principal intérêt du livre est qu'il expose aussi, avec lucidité et une ironie parfois vitriolique, les profondes mutations du discours sur la sexualité en occident.
Je ne fais pas souvent de la pub pour un livre, mais là ça vaut la peine parce que c'est du lourd.

Autres critiques:
https://www.pressegauche.org/Le-sexe-polemique
https://philosophie.cegeptr.qc.ca/2019/ ... es-campus/
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
Etienne Beauman
Messages : 4678
Inscription : 20 févr. 2011, 12:59

Re: Le sexe polémique

#2

Message par Etienne Beauman » 24 oct. 2019, 09:26

Kraepelin a écrit :
24 oct. 2019, 08:37
Autres critiques:
:?
Ton premier lien est une présentation du livre par... son auteur.
Le second est la reprise du communiqué de presse de... son éditeur.

critiques ? vraiment ?
Au royaume des cyclopes, les borgnes sont aveugles.
Is this a discussion?

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 7151
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: Le sexe polémique

#3

Message par Kraepelin » 24 oct. 2019, 09:52

Etienne Beauman a écrit :
24 oct. 2019, 09:26
Kraepelin a écrit :
24 oct. 2019, 08:37
Autres critiques:
:?
Ton premier lien est une présentation du livre par... son auteur.
Non! Le commentaire n'est pas signé, mais il n'est pas d'elle. À moins qu'elle parle d'elle à la troisième personne:

«...comme cela a été le cas de Laura Kipnis, font à leur tour l’objet de ...»
«...Laura Kipnis médite ces questions dans ce portrait ...»


:a4:
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
Etienne Beauman
Messages : 4678
Inscription : 20 févr. 2011, 12:59

Re: Le sexe polémique

#4

Message par Etienne Beauman » 24 oct. 2019, 10:01

Kraepelin a écrit :
24 oct. 2019, 09:52
Non!
Si !
:roll:
Au royaume des cyclopes, les borgnes sont aveugles.
Is this a discussion?

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 1320
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: Le sexe polémique

#5

Message par DictionnairErroné » 24 oct. 2019, 12:20

Malheureusement les extraits ne disent pas grand-chose sur le fond. Oui, les dénonciations sont de plus en plus courantes. Les dénonciations peuvent être factuelles ou non pour différentes raisons, c'est la problématique. Généralement c'est la parole de l'un versus l'autre.

Il est difficile pour une personne qui subit des inconduites sexuelles de dénoncer sans prendre d'énorme risque autant professionnel que dans sa vie sociale et privée. Alors il devrait exister une forme de discrimination positive envers les dénonciatrices-teurs, mais le risque de fausses accusations restera toujours présent.

Des avances non désirées, tout dépend, il ne faut exagérer non plus, ce serait plutôt de (oups, je suis dans marde! il faut ajouter :) cesser de poursuivre les avances lorsqu'elles sont démontrées sans intérêt ou non désirées par l'élu(e), c'est une question de respect et du bien vivre. Il faut être plus attentif à l'écoute de l'autre.

Du moins ce qui est positif dans tout ça, c'est qu'un harceleur à de moins en moins le champ libre pour sa chasse.
Dernière modification par DictionnairErroné le 24 oct. 2019, 14:46, modifié 1 fois.
Kossé ça, i fa bin frette! Kossé kiss passe?

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 7151
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: Le sexe polémique

#6

Message par Kraepelin » 24 oct. 2019, 14:42

DictionnairErroné a écrit :
24 oct. 2019, 12:20
Malheureusement les extraits ne disent pas grand-chose sur le fond. Oui, les dénonciations sont de plus en plus courantes. Les dénonciations peuvent être factuelles ou non pour différentes raisons, c'est la problématique. Généralement c'est la parole de l'un versus l'autre.

Il est difficile pour une personne qui subit des inconduites sexuelles de dénoncer sans prendre d'énorme risque autant professionnel que dans sa vie sociale et privée. Alors il devrait exister une forme de discrimination positive envers les dénonciatrices-teurs, mais le risque de fausses accusations restera toujours présent.

Des avances non désirées, tout dépend, il ne faut exagérer non plus, ce serait plutôt de poursuivre les avances lorsqu'elles sont démontrées sans intérêt ou non désirées par l'élu(e), c'est une question de respect et du bien vivre. Il faut être plus attentif à l'écoute de l'autre.

Du moins ce qui est positif dans tout ça, c'est qu'un harceleur à de moins en moins le champ libre pour sa chasse.
Le bon sens vas dans ton sens

Mais, Kipnis met à jour une dynamique qui a perdu tout bon sens. Par exemple, dans son université, un jeune homme qui vivait une relation amoureuse homosexuelle, six mois après la rupture, porte plainte à son université contre son ex prétendant avoir été victime de plusieurs relations sexuelles non consentantes. L'enquêteur de l'université donne raison à la "victime" sur toute la ligne mêmes pour des trucs comme «recevoir des baisés pendant qu'il dors à côté de mon amoureux». Selon l'enquêteur, il s'agit d'agressions puisque, endormis, «la victime ne peut consentir»...

Mais, ce ne sont pas les anecdotes que rapporte Kipnis qui sont intéressantes. Ce qui est intéressant c'est l'analyse psychosociologique qu'elle fait de la culture contemporaine, surtout universitaire, mais pas uniquement.
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 1320
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: Le sexe polémique

#7

Message par DictionnairErroné » 24 oct. 2019, 16:57

Kraepelin a écrit :
24 oct. 2019, 14:42
Mais, Kipnis met à jour une dynamique qui a perdu tout bon sens. Par exemple, dans son université, un jeune homme qui vivait une relation amoureuse homosexuelle, six mois après la rupture, porte plainte à son université contre son ex prétendant avoir été victime de plusieurs relations sexuelles non consentantes. L'enquêteur de l'université donne raison à la "victime" sur toute la ligne mêmes pour des trucs comme «recevoir des baisés pendant qu'il dors à côté de mon amoureux». Selon l'enquêteur, il s'agit d'agressions puisque, endormis, «la victime ne peut consentir»...
Si tel est le cas, car parfois nous ne connaissons pas toute l'histoire, nous assistons à un dérapage. Le monde actuel est de plus en plus névrosé dans sa quête du soi, d'imposer son individualisme. Les Facebook, Twitter, Instagram et autres de ce monde le démontrent fort bien. Nous sommes dans un monde d'adolescent que ne cesse de se chercher une identité et qui n'y arrive pas. Un exemple frappant, l’appellation identitaire LGBTQ2+ et il faudrait ajouter A pour les asexué(e)s.

En fait, ils ne savent pas ce qu'ils sont et qui ils sont, probablement jamais, et l'éconévrose vient d'ajouter un autre voile sur leur quête d'identitaire. Il est possible que l'éconévrose vienne contrebalancer cette quête destructrice de l'individualisme.

Alors oui bravo aux changements climatiques pour la sanité de l'humanité!
Kossé ça, i fa bin frette! Kossé kiss passe?

Avatar de l’utilisateur
Aggée
Messages : 878
Inscription : 08 janv. 2018, 13:18

Re: Le sexe polémique

#8

Message par Aggée » 24 oct. 2019, 23:54

Ce puritanisme féministes s’inspire probablement de quelques notions de péchés lues dans la Bible.
A l’héritage culturel, quand tu nous tiens….
:loupe: :loupe: :loupe:

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 1320
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: Le sexe polémique

#9

Message par DictionnairErroné » 25 oct. 2019, 13:03

Aggée a écrit :
24 oct. 2019, 23:54
Ce puritanisme féministes s’inspire probablement de quelques notions de péchés lues dans la Bible.
Pourriez-vous être un peu plus claire sur les notions de péchés lues dans bible par rapport au puritanisme féministe dans le contexte de la présente discussion?
Kossé ça, i fa bin frette! Kossé kiss passe?

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 7151
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: Le sexe polémique

#10

Message par Kraepelin » 28 oct. 2019, 00:09

Aggée a écrit :
24 oct. 2019, 23:54
Ce puritanisme féministes s’inspire probablement de quelques notions de péchés lues dans la Bible.
A l’héritage culturel, quand tu nous tiens….
Le néopuritanisme vitimaire puise dans les mêmes sources psychologiques que son grand-père, le puritanisme religieux, mais je ne crois pas qu'il soit l'apanage des seules féministes radicales.
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
Nicolas78
Messages : 10401
Inscription : 04 janv. 2013, 09:32

Re: Le sexe polémique

#11

Message par Nicolas78 » 28 oct. 2019, 09:12

Pour moi le problème n’est en aucun cas que les gens s’identifient à des mouvances ou des identités. Tout le monde le fait.

Un gay, un trans, un bi, ils doivent bien pouvoir se construire comme tout le monde.
La course à l’individualisme est aussi dangereux que nier les individus.

Ce qui est gênant, c’est la façon d’ont ils revendiquent leurs identités. Dans les faits, cela ne devrait pas être un débat de savoir qu’ont parle à un homo, un hetero, un bi, une femme, un hermaphrodite, etc.
Mais comme c’est un débat, ils s’en défendent.
Et parfois mal.

Ainssi on se retrouve avec des gens qui injectent des valeurs dans des caractéristiques qui ne sont pas porteuses de valeurs (et ne peuvent l’être). Telle la sexualité, la couleurs de peau, etc. C’est cet illogisme, cette incohérence, qui créer parfois des dérives (je dit bien parfois, car lutter contre l’homophobie, le racisme, le sexisme, c’est BIEN et légitime !). Mais elles serait surement moins fortes, ces dérives, si la société toute entière n’avait pas rejeté toutes ces « caractéristiques » personnelles durant les milliers d’années...

Enfin ce n’est que mon avis.

Avatar de l’utilisateur
Dash
Messages : 3933
Inscription : 06 mai 2009, 08:40

Re: Le sexe polémique

#12

Message par Dash » 28 oct. 2019, 10:47

Nicolas78 a écrit :
28 oct. 2019, 09:12
Ainssi on se retrouve avec des gens qui injectent des valeurs dans des caractéristiques qui ne sont pas porteuses de valeurs (et ne peuvent l’être). Telle la sexualité, la couleurs de peau, etc. C’est cet illogisme, cette incohérence, qui créer parfois des dérives...
Excellente observation! :up:
Penser savoir est une chose, savoir penser en est une autre !

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 7151
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: Le sexe polémique

#13

Message par Kraepelin » 28 oct. 2019, 11:08

Nicolas78 a écrit :
28 oct. 2019, 09:12


Enfin ce n’est que mon avis.
Les épistémologues et les psychologues ne finissent pas de refaire la même découverte. Ils constatent que les humains appréhendent le monde à travers des schémas auxquels ils l'assimilent. Les épistémologue parlerons de «schème» ou de « paradigmes». Les psychologues parlent de «complexes» ou de «schémas». Tous s'entendent pour dire que c'est une façon réductrice de se représenter le réel, tous constatent qu'une fois installé un schéma est difficile à déloger, même devant l'accumulation de preuves contraires.

Ce fonctionnement intellectuel commun aux humains a un contenu culturellement déterminé, mais répond initialement à une contrainte biologique. Nous comprenons le monde à travers des schémas réducteur parce c'est beaucoup plus économique, plus efficace biologiquement.

Il est amusant de voir que Kipnis elle aussi fait cette constatation. Professeur de cinéma, elle parle de «récit» qu'entretiennent les étudiant à propos de la sexualité. Kipnis observe que depuis le début de sa carrière s'enseignante, le récit sur la sexualité a changé. Le nouveau récit transforme la sexualité en «scène de crime» avec des malfaiteurs et des victimes.
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 1320
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: Le sexe polémique

#14

Message par DictionnairErroné » 28 oct. 2019, 22:57

Kraepelin a écrit :
28 oct. 2019, 11:08
Nous comprenons le monde à travers des schémas réducteur parce c'est beaucoup plus économique, plus efficace biologiquement.
J'ai de la difficulté avec cette affirmation. Je ne crois que ce soit aussi réducteur que cela. :a1:

Dire que c'est par économie ou efficacité d'énergie psychique que nous créons des schèmes réducteurs ne convient pas. Que tout tend vers le repos ou utilise le chemin qui a le moins d'opposition est discutable, du moins du point vu psychique.

Nous pouvons créer des états d'inflations, des états hystériques qui nécessitent de plus en plus d'énergie psychique, la voie de l'économie, de la facilité, de l'efficacité n'est pas celle choisie, mais plutôt un transfert d'énergie selon la demande. Nous le voyons avec l'imagerie cérébrale.

Ainsi, le réductionniste demande moins d'énergie et non une direction pour en utiliser moins.
Kossé ça, i fa bin frette! Kossé kiss passe?

Avatar de l’utilisateur
Nicolas78
Messages : 10401
Inscription : 04 janv. 2013, 09:32

Re: Le sexe polémique

#15

Message par Nicolas78 » 29 oct. 2019, 09:09

Intéressant comme problématique.
Vous avez tout deux raison. Et on l’observe facilement.
Il est clair que le cerveau a tendance à trier les informations, nuancer a l’infini l’empêcherait presque de faire autre chose. La société elle même doit classifier, la science aussi d’ailleurs (classification phylogenetique qui est autant réaliste qu’arbitrairement pratique).
On vois aussi a quel point bcp de gens cherchent des réponses simplistes a des problèmes complexes.

De l’autre côté, certains se complexifient la vie, et même la pensée, inutilement.
Certaines choses complexes deviennent aussi arbitraire. L’effort de simplification est parasité. Et c’est pas qu’une question d’incapacité neuronale amha.

Perso, je ne trouve pas que dire qu’il existe d’autres sexualité que l’heterosexualite entre dans ce problème de limites biologiques/psychique.
Pas plus que dire qu’il existe un continuum de couleurs de peau serait trop complexe pour être la norme.
Je pense que dans ces cas precis, c’est l’obscurantisme culturel, de la connaissance et notamment la morale du politico-religieux qui à laisser sont emprunte sur le monde.
La destruction de ce système de valeurs passe par une reconstruction, avec ces dérives, ces erreurs, et ces propres défauts.
Avis bien personnel encore une fois. Je tien à le préciser.

Avatar de l’utilisateur
Dash
Messages : 3933
Inscription : 06 mai 2009, 08:40

Re: Le sexe polémique

#16

Message par Dash » 29 oct. 2019, 10:05

DictionnairErroné a écrit :
28 oct. 2019, 22:57
J'ai de la difficulté avec cette affirmation. Je ne crois que ce soit aussi réducteur que cela. :a1:
Bah, ça varie nécessairement selon les individus et les sujets, mais il ne s’agit pas que d’une théorie, mais bel et bien d’un fait admis en psychologie et en sociologie et qui peut de toute façon s’observer au quotidien par n’importe qui de connaissant en un domaine qui questionne et/ou écoute parler un individus lambda qui partage sa représentation mentale du sujet.

Généraliser à partir de cas particulier et procéder par heuristiques de pensées est, en quelque sorte, le mode de réflexion « naturelle par défaut » du cerveau quand il n’a accès à aucune (ou qu’il ne s’intéresse pas à la) connaissance transmise concernant la réflexion et les erreurs de raisonnement, etc. Nous l’observons constamment ici avec certains nouveaux participants.

Mais bon, ensuite, à savoir si, pour un sujet très précis, comme celui concerné ici, si nos heuristiques (concernant la majorité des individus) sont plus ou moins en cause que pour d’autres sujets, ça, ça peut effectivement être discuté. ;)
Penser savoir est une chose, savoir penser en est une autre !

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 7151
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: Le sexe polémique

#17

Message par Kraepelin » 29 oct. 2019, 13:24

Je ne prétendrais pas résumer l'essai redoutablement intelligent de Kipnis, mais, quand même, je recopie ici un morceau choisi assez simple pour se comprendre en lui-même

- Après avoir montré combien les professeurs d'université peuvent être des écrans de projection pour l'ambivalence oeudipienne d'adolescents et jeunes adultes américains encore mal émancipés de leurs parents;
- Après avoir montré combien arbitraire étaient les enquêtes secrètes ultra-confidentielles des établissements universitaires;
- Après avoir montré combien la règle de preuve était subjective et salement compromise par des préjugés sexistes;
- Après avoir montré combien destructrices pouvaient être des accusations et des condamnations de ce genre;
«Le problème est donc celui-ci: plus la demande de sécurité s'accompagne d'un Élargissement des critères permettant une accusation, plus forte devient (et est devenue) l'attraction qu'exerce le processus sur toute personne nourrissant des arrière-pensées , des rancunes, des névroses et parfois des ambitions pécuniaires » page 51
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
MBelley
Messages : 59
Inscription : 25 janv. 2016, 12:51

Re: Le sexe polémique

#18

Message par MBelley » 29 oct. 2019, 18:12

Je suis en train de lire ce livre, qui m'a été envoyé par son traducteur Gabriel Laverdière, de l'Université Laval. Dans une note accompagnant sa préface en page 15, il mentionne les problèmes liés à la définition d'agression sexuelle au Québec, et qui sont ceux que j'ai soulevés dans mon article sur la sexologie victimaire. https://www.sceptiques.qc.ca/assets/docs/Qs99p27-34.pdf

Ce que Kipnis rapporte dans ce livre est extrêmement problématique. Quand une plainte pour "agression" est déposée, le supposé agresseur ne sait pas qui l'a déposée ni de quoi il est accusé. Il n'a pas droit d'être accompagné par un avocat lors de l'enquête, et il est considéré comme coupable dès le départ. Parfois, il ne peut même pas se défendre avant que l'université décide de le mettre à la porte. Ce n'est qu'en cour qu'il peut se défendre. Et la définition d'agression est extrêmement large!

Elle-même a reçu une plainte pour un article publié dans une revue. La plaignante était mal à l'aise avec le point de vue développé par Kipnis sur les relations entre professeurs et étudiants. Il y a eu des manifestations pour qu'on la mette à la porte de l'université Northwestern! Pourtant, Kipnis mentionnait qu'il y avait plusieurs mariages professeurs/étudiants, donc entre personnes majeures et consentantes.

Elle montre aussi que, dans certains cas, on questionne ce consentement librement donné, et qu'on le transforme en non-consentement, comme si l'homme avait un pouvoir de coercition immense sur la femme. Cette politique infantilise et victimise les femmes et voit les hommes comme des prédateurs sexuels: les femmes doivent donc être protégées par l'université... Et c'est une féministe qui le dit et le dénonce!

Le féminisme était supposé valoriser et donner du pouvoir aux femmes, pour les mettre au même niveau que les hommes. Cette victimisation en fait plutôt des enfants que l'Université doit protéger à tout prix. Ça propage une définition de la femme comme inférieure, incapable de prendre ses responsabilités face même au consentement sexuel librement donné! Et le pouvoir que cela leur donne, c'est de démarrer des chasses aux sorciers, et de condamner les personnes accusées sans qu'elles puissent se défendre (ce sont ses propres propos).

J'ajouterais qu'aux États-Unis, il y a aussi beaucoup d'argent à faire avec ces poursuites. Tant qu'on donnera des milliers de dollars, ou même des millions, aux supposées victimes, il y aura des poursuites bidon. Le cas de Jerry Sandusky, où les personnes supposément molestées ont reçu chacune environ $3 millions, est discuté ici. L'argent pourrait bien avoir acheté leurs témoignages contre lui! https://www.skeptic.com/reading_room/tr ... revisited/

Finalement, à l'Université de Montréal, déshabiller une personne du regard est considéré coimme une agression sexuelle. La question se pose: comment déterminer qu'une personne a été déshabillé du regard? Ce ne peut être basé que sur une impression par la "victime".
https://harcelement.umontreal.ca/incond ... estations/

Avatar de l’utilisateur
Curieux_
Messages : 1032
Inscription : 18 févr. 2019, 16:27

Re: Le sexe polémique

#19

Message par Curieux_ » 29 oct. 2019, 20:38

Michel Belley dit :
2017-02-11 à 02:12


Il y a bien des théories enseignées dans les universités qui ne sont que des rationalisations après les faits. Plusieurs autres donnent lieu à des idéologies diverses. La religion se base souvent sur des croyances, mais aussi sur des témoignages, de la même façon que bien des sciences humaines, ainsi que la psychologie clinique et la médecine clinique (pas celles qui se basent sur les expériences scientifiques, mais sur les témoignages de guérison des gens).

Si on éliminait toutes ces tergiversations qui ne se reconfirment jamais, on éliminerait plus que la moitié des programmes universitaires. Je pointe ici la psychologie clinique, la sociologie, la philosophie, une bonne part des pseudosciences économique, les sciences sociales, etc. Quant aux programmes reliés aux arts et à la musique, je ne vois pas pourquoi ils sont dans les universités.

Les sciences des religions sont nouvelles. Elles tentent d’étudier les différentes croyances et cultures du monde, et de savoir pourquoi les gens ont ces différentes croyances. L’histoire fait partie de ces sciences, de même que l’étude des textes anciens pour mieux les traduire et les comprendre, même s’ils ne sont souvent qu’un ramassis de croyances farfelues. Mieux les comprendre aide aussi à les démystifier. La psychologie et la neuropsychiatrie devraient être enseignées davantage en science des religions. Plusieurs phénomènes de révélations et voyances ressemblent énormément à la schizophrénie.

Il ne faut pas oublier non plus que bien des idéologies se sont développées au fil des siècles, et elles ont souvent été aussi dommageables pour l’humanité que les religions. De plus, l’humain a besoin de développer une philosophie de vie. Il doit avoir des buts dans la vie, et les sciences pures ne fournissent pas cela. On se tourne donc vers des idéologies diverses, qui incluent les religions et les différentes cultures. Le capitalisme et la démocratie sont des religions de notre siècle, des religions sans dieux autres que l’argent et les droits de l’homme.

On ne s’en sort pas. L’HUMAIN CROIT, que ce soit à des dieux, des livres ou à des constructions sociales diverses. L’éducation aiderait, mais la crainte de la mort, le désir de vivre éternellement ou d’accomplir quelque chose de transcendant mènent bien des gens vers la croyance aux dieux. L’athéisme est difficile à vivre. Tenter d’avoir un monde athée est une bataille perdue d’avance. Une bonne proportion des nouveaux athées pourraient décider de profiter de la vie au maximum en se foutant des autres.

La bêtise humaine est sans fond, mais certaines religions et idéologies aident à contrôler la masse, pour qu’on puisse vivre plus en paix. Il suffit juste 1) de combattre celles qui mènent aux guerres et 2) de contrôler la natalité, parce qu’une surpopulation mène aussi aux guerres, aux famines et à la destruction de l’environnement. Et l’un des moyens historiquement les plus efficaces pour contrôler les masses reste encore la religion…

Michel Belley
VP des Sceptiques du Qc
Chimiste retraité, Athée
Étudiant en science des religions

NB: La définition de religion est changeante. Avec le bouddhisme qui n’a pas de dieu et les nouveaux mouvements religieux et sectes qui n’ont souvent pas de rites ni de règles, le terme religion en vient à inclure les différentes cultures, idéologies et croyances diverses.
___________________________________________________________________________________________________
Bonjour, bonsoir.
Que pensez-vous du mode de production capitaliste, de ses effets cancérigènes pour la pérennité de l'humanité ?
Qu'est-ce qu'il y a de pire entre adhérer à une religion, épouser un mode de spiritualité, avoir comme seul horizon 40 ans de travaux forcés ( et 20 ans de préparation dans des écoles d'abrutissement et de dressage social ) dans un tas de métier qui n'apporte rien de concret à l'ensemble de l'humanité ? Est-ce que le communisme de " Marx " vous inspire quelque chose chose ? Vous parlez d'un tas de métier, ou fonctions qui sont inutiles au bien commun, qui dérivent de la division du travail qui prend date il y a 5000 ans avec ses premières formes de capitalisme. Je suis bien d'accord pour abolir le salariat, les religions, les monothéismes de la marchandise, mais qu'est-ce vous préconiseriez comme utopie ? Faire des constats c'est assez facile, mais proposer quelque chose de viable pour l'émancipation de l'être, un vrai vivre-ensemble, tout en préservant les écosystèmes ? Que vous inspire l'argent ( qui lui-même à tué dieu ) ?

Et que vous inspire l'expérience des humains à travers les mythes qu'ils ont érigé en dieu ? Que vous inspire Jésus, et le symbole de la chasse des marchands du temple ? Cordialement.
« Il faut choisir entre le champagne pour quelques-uns et l'eau potable pour tous » -Thomas Sankara-

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 1320
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: Le sexe polémique

#20

Message par DictionnairErroné » 30 oct. 2019, 13:20

Kraepelin a écrit :
29 oct. 2019, 13:24
Je ne prétendrais pas résumer l'essai redoutablement intelligent de Kipnis, mais, quand même, je recopie ici un morceau choisi assez simple pour se comprendre en lui-même
Pouvons-nous inclure ce texte de Mathieu Bock-Côté comme phénomène Kipnissien?
La bourgeoisie, toujours, sait s’adapter pour conserver sa position. À moins que nos élites ne se soient ralliées sincèrement à l’idéologie diversitaire et en profitent alors pour regarder de haut le commun des mortels qui tarderait à se rallier aux exigences de «l’inclusion», à cause de ses préjugés et autres stéréotypes qui domineraient encore son univers mental.
https://www.journaldemontreal.com/2019/ ... -politesse
Kossé ça, i fa bin frette! Kossé kiss passe?

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 7151
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: Le sexe polémique

#21

Message par Kraepelin » 30 oct. 2019, 13:41

MBelley a écrit :
29 oct. 2019, 18:12

Finalement, à l'Université de Montréal, déshabiller une personne du regard est considéré coimme une agression sexuelle. La question se pose: comment déterminer qu'une personne a été déshabillé du regard? Ce ne peut être basé que sur une impression par la "victime".
https://harcelement.umontreal.ca/incond ... estations/

La section "mythes" aussi est terrifiante. J'ai froid dans le dos". Je savais que ça risquait d'arriver ici. Je constate que c'est maintenant chose faite. L'hystérie a triomphé!= de la raison et n0ous n'y pouvons rien.
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 7151
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: Le sexe polémique

#22

Message par Kraepelin » 30 oct. 2019, 13:45

DictionnairErroné a écrit :
30 oct. 2019, 13:20

Pouvons-nous inclure ce texte de Mathieu Bock-Côté comme phénomène Kipnissien?
La bourgeoisie, toujours, sait s’adapter pour conserver sa position. À moins que nos élites ne se soient ralliées sincèrement à l’idéologie diversitaire et en profitent alors pour regarder de haut le commun des mortels qui tarderait à se rallier aux exigences de «l’inclusion», à cause de ses préjugés et autres stéréotypes qui domineraient encore son univers mental.
https://www.journaldemontreal.com/2019/ ... -politesse
Ouf! Je ne saurais répondre. À prmi;ere vue, je ne vois pas trop le rapport.
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 1320
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: Le sexe polémique

#23

Message par DictionnairErroné » 30 oct. 2019, 14:24

Kraepelin a écrit :
30 oct. 2019, 13:45
DictionnairErroné a écrit :
30 oct. 2019, 13:20

Pouvons-nous inclure ce texte de Mathieu Bock-Côté comme phénomène Kipnissien?
La bourgeoisie, toujours, sait s’adapter pour conserver sa position. À moins que nos élites ne se soient ralliées sincèrement à l’idéologie diversitaire et en profitent alors pour regarder de haut le commun des mortels qui tarderait à se rallier aux exigences de «l’inclusion», à cause de ses préjugés et autres stéréotypes qui domineraient encore son univers mental.
https://www.journaldemontreal.com/2019/ ... -politesse
Ouf! Je ne saurais répondre. À première vue, je ne vois pas trop le rapport.
J'ai retrouvé le lien, je croyais que vous en aviez parlé ici, erreur sur la personne. C'est en cherchant à propos des travaux de Kipnis:
L'effet de la dominance sociale sur les idéologies de légitimation : le rôle modérateur de l'environnement normatif
Par exemple, depuis les travaux de Kipnis (1972), les effets délétères du pouvoir ont été largement documentés dans la littérature. Il apparaît que les personnes en situation de pouvoir ont davantage recours à des jugements négatifs et stéréotypés lorsqu’il s’agit d’évaluer les performances de leurs subordonnés. De manière similaire, les membres de groupes ayant un statut élevé sont moins tolérants et plus discriminatoires que les membres de groupes ayant un statut faible. L’adhésion à des idéologies de légitimation permettrait aux personnes en situation de pouvoir et/ou jouissant d’un statut social élevé, de justifier leur position sociale hiérarchique et, par la même occasion, de légitimer les inégalités sociales qui en découlent.
https://www.cairn.info/revue-internatio ... ge-115.htm
C'est en référence avec l'inflation sociale de la gentrification et qui est de plus en plus promue par la classe politique et ceux qui détiennent un pouvoir de persuasion, de référence sociale. J'aurais dû l'afficher dans une autre enfilade.
Kraepelin a écrit :
29 oct. 2019, 13:24
«Le problème est donc celui-ci: plus la demande de sécurité s'accompagne d'un Élargissement des critères permettant une accusation, plus forte devient (et est devenue) l'attraction qu'exerce le processus sur toute personne nourrissant des arrière-pensées , des rancunes, des névroses et parfois des ambitions pécuniaires » page 51
Cela me fait penser à la psychologie de groupe lors des manifestations. Normalement la manifestation a un but particulier, à cela s'ajoute plusieurs dérivés de revendications (arrière-pensées , des rancunes, des névroses et parfois des ambitions pécuniaires) qui finalement sont amplifier par l'effet de groupe, un effet d'entraînement qui provoque cet effet de la dominance sociale et qui le rend légitime.
Kossé ça, i fa bin frette! Kossé kiss passe?

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 7151
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: Le sexe polémique

#24

Message par Kraepelin » 30 oct. 2019, 15:06

DictionnairErroné a écrit :
30 oct. 2019, 14:24
C'est en référence avec l'inflation sociale de la gentrification et ...
Je crois que vous vous trompez de mot. Le mot gentrification signifie "embourgeoisement". Je ne crois pas que c'est ce que vous voulez dire. Peut-être voulez-vous créer un néologisme autour du mot "genre" comme "genrification" par exemple?
DictionnairErroné a écrit :
30 oct. 2019, 14:24
Cela me fait penser à la psychologie de groupe lors des manifestations. Normalement la manifestation a un but particulier, à cela s'ajoute plusieurs dérivés de revendications (arrière-pensées , des rancunes, des névroses et parfois des ambitions pécuniaires) qui finalement sont amplifier par l'effet de groupe, un effet d'entraînement qui provoque cet effet de la dominance sociale et qui le rend légitime.
Ça me fait surtout penser à "Dora"
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 1320
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: Le sexe polémique

#25

Message par DictionnairErroné » 30 oct. 2019, 16:54

Kraepelin a écrit :
30 oct. 2019, 15:06
DictionnairErroné a écrit :
30 oct. 2019, 14:24
C'est en référence avec l'inflation sociale de la gentrification et ...
Je crois que vous vous trompez de mot. Le mot gentrification signifie "embourgeoisement". Je ne crois pas que c'est ce que vous voulez dire. Peut-être voulez-vous créer un néologisme autour du mot "genre" comme "genrification" par exemple?
Ça me fait surtout penser à "Dora"
[/quote]

Ouais, c'est fucké mon affaire. Reprenons:

La "dégenréfication" serait le processus de dé-genrer.
Kossé ça, i fa bin frette! Kossé kiss passe?

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit