Agriculture urbaine

Politique, histoire, société... et autres sujets sans lien avec le paranormal
Avatar de l’utilisateur
Inso
Messages : 2216
Inscription : 11 mai 2013, 16:00

Agriculture urbaine

#1

Message par Inso » 02 janv. 2021, 08:42

Je réagis à un article de 20 minutes Rennes : Comment la ville espère encourager le développement de l'agriculture urbaine.
en particulier sur le tweet du maire de Grenoble : "Grenoble avance vers l'autonomie alimentaire. Une nouvelle ferme urbaine de près de 3000m2 en chantier. De la fourche à la fourchette, vive le #bio et local! Les villes importent 98% de leur alimentation, c'est une aberration sociale et environnementale."
C'est dommage que, partant d'une bonne idée, on fasse des déclarations aussi stupides.
En France, on nourris entre 5 et 10 personnes par hectare exploité, alors pour une ville comme Grenoble pour être autonome, il faudrait 25 fois la surface de la ville !

Ceci dit, j'approuve tout à fait ce développement, principalement pour les fonctions sociales et pédagogiques.
Au niveau économique, hors aides, je reste dubitatif. et je parie qu'une bonne partie des récoltes va disparaître mystérieusement pendant la nuit.
Au niveau bio, vu les pollutions en ville et l'état moyen des sols, j'ai également quelques doutes.

Je pense ce serai bien plus intéressant de demander aux habitants des lotissements de planter des choses productives (fruits, légumes, fleurs à insecte, habitats à oiseaux...) au lieu d'avoir un gazon tondu à ras et des plantes décoratives très rarement locales (ce qui ne convient pas aux insectes et à la microfaune).
De même pour les espaces verts ou les fruitiers seraient très adaptés (mais les fruits salissent les trottoirs et attirent les insectes, alors on évite...)

Plus d'info sur l'agriculture urbaine (wikipédia)

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 3083
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: Agriculture urbaine

#2

Message par DictionnairErroné » 02 janv. 2021, 09:08

C'est pour cela que se contre plusieurs initiatives dites écologiques. Les bien pensants écolos sont contre l'étalement urbain par exemple, ils préfèrent créer des îlots urbains à grande échelle tassé comme des sardines, où il est impossible de devenir (semi) autonome à cause du volume, à moins de construire des infrastructures gigantesques, beaucoup de psychologues et pilules.

Tandis que dans de plus petits îlots urbains (type village), il est plus réaliste de devenir (semi) autonome tant en énergie qu'en nourriture par exemple. Au pire, une voiturette, tricycle électrique pour les déplacements à l'intérieur de l'îlot au quotidien, etc.
Lorsque je ferme les yeux, je vois qui m'habite.

thewild
Messages : 2224
Inscription : 09 août 2016, 10:43

Re: Agriculture urbaine

#3

Message par thewild » 07 janv. 2021, 09:16

Inso a écrit : 02 janv. 2021, 08:42En France, on nourris entre 5 et 10 personnes par hectare exploité, alors pour une ville comme Grenoble pour être autonome, il faudrait 25 fois la surface de la ville !
En faisant le ratio surface cultivées / population nationale ?
Parce qu'en surface de potager, j'avais en tête 50m² par personne, soit 20 fois moins de surface.
Mais quand des céréales ou des fruits entre en jeux ça change probablement beaucoup ce chiffre.
Les villes pourraient probablement se contenter de culture potagère d'ailleurs, les céréales ça se conserve et se transporte très bien, et c'est bien plus efficace en agriculture intensive.
Pour les fruits, c'est plus difficile. Se limiter aux variétés acclimatées à l'Europe risque d'être frustrant.
"Assurons nous bien du fait, avant de nous inquiéter de la cause." Bernard Le Bouyer de Fontenelle

"Plus un fait est extraordinaire, plus il a besoin d'être appuyé de fortes preuves." Pierre Simon Laplace

Avatar de l’utilisateur
Lambert85
Messages : 4471
Inscription : 23 nov. 2007, 01:48

Re: Agriculture urbaine

#4

Message par Lambert85 » 07 janv. 2021, 09:26

Transformons les Champs-Elysées en champ de blés et le champ de Mars en champ de patates ! :lol:
ουκ έλαβον πόλιν αλλα γαρ ελπις εφη κακα

issigi
Messages : 496
Inscription : 27 juin 2015, 19:09

Re: Agriculture urbaine

#5

Message par issigi » 07 janv. 2021, 09:57

une tendance qui s'enracine en milieu urbain

Image
Le distributeur Metro a ouvert, le 20 novembre, un potager urbain à l’intérieur de son entrepôt de Nanterre (Hauts-de-Seine). 17 variétés de plantes aromatiques y sont cultivées en hydroponie par la start-up allemande InFarm.
https://www.journaldelenvironnement.net ... ance,94999
..giter à l'amarre.. Amarré au gîte..

issigi
Messages : 496
Inscription : 27 juin 2015, 19:09

Re: Agriculture urbaine

#6

Message par issigi » 07 janv. 2021, 10:13

plantation de cuisine intelligente

Survol
Ce jardin intelligent de Click & Grow nécessite très peu d’entretien et il surveille de près la santé, la croissance et le cycle de vie de vos plantes. Les capteurs intégrés et la terre intelligente Smart Soil permettent de savoir automatiquement quand donner de l’eau, de l’oxygène ou des nutriments. Il suffit de le brancher, d’ajouter de l’eau et de regarder vos plantes pousser.

https://www.bestbuy.ca/fr-ca/produit/ja ... c/10660703
Image
https://www.journaldemontreal.com/2020/ ... linterieur
..giter à l'amarre.. Amarré au gîte..

Avatar de l’utilisateur
Inso
Messages : 2216
Inscription : 11 mai 2013, 16:00

Re: Agriculture urbaine

#7

Message par Inso » 07 janv. 2021, 10:25

thewild a écrit : 07 janv. 2021, 09:16 En faisant le ratio surface cultivées / population nationale ?
Non, en prenant comme exemple des fermes traditionnelles en polyculture, sinon le ratio serait bien moins bon (SAU/Habitant = 0,5 Ha en France)
thewild a écrit : 07 janv. 2021, 09:16Parce qu'en surface de potager, j'avais en tête 50m² par personne, soit 20 fois moins de surface.
Que pour les légumes alors et ça reste très optimiste et demande pas mal de travail si on veux bien faire.
J'ai un potager de 120 m2 (pour 2) et on n'est autonome que sur quelques légumes (tomates, cucurbitacées diverses, blettes; poireaux, aromatiques).
Dans un potager bien géré, on peut espérer récolter 2 à 4000 Cal/m2, je te laisse faire le calcul d'autonomie alimentaire :lol:
issigi a écrit : 07 janv. 2021, 09:57 une tendance qui s'enracine en milieu urbain
Oui, c'est pas mal du tout aussi, mais ne fonctionne que pour quelques plantes (aromatiques et salades)

thewild
Messages : 2224
Inscription : 09 août 2016, 10:43

Re: Agriculture urbaine

#8

Message par thewild » 07 janv. 2021, 10:59

Inso a écrit : 07 janv. 2021, 10:25
thewild a écrit : 07 janv. 2021, 09:16Parce qu'en surface de potager, j'avais en tête 50m² par personne, soit 20 fois moins de surface.
Que pour les légumes alors et ça reste très optimiste et demande pas mal de travail si on veux bien faire.
J'ai un potager de 120 m2 (pour 2) et on n'est autonome que sur quelques légumes (tomates, cucurbitacées diverses, blettes; poireaux, aromatiques).
Dans un potager bien géré, on peut espérer récolter 2 à 4000 Cal/m2, je te laisse faire le calcul d'autonomie alimentaire :lol:
OK, ce qui me confirme si besoin était que je vais continuer à me contenter des aromatiques et de quelques fraises dans mes 2m².
Je m'occupe des trucs qui poussent tout seuls, et pour les trucs qui demandent du travail je laisse faire les professionnels. :mrgreen:
"Assurons nous bien du fait, avant de nous inquiéter de la cause." Bernard Le Bouyer de Fontenelle

"Plus un fait est extraordinaire, plus il a besoin d'être appuyé de fortes preuves." Pierre Simon Laplace

Avatar de l’utilisateur
Inso
Messages : 2216
Inscription : 11 mai 2013, 16:00

Re: Agriculture urbaine

#9

Message par Inso » 07 janv. 2021, 11:27

thewild a écrit : 07 janv. 2021, 10:59 Je m'occupe des trucs qui poussent tout seuls, et pour les trucs qui demandent du travail je laisse faire les professionnels. :mrgreen:
Pareil (mais avec plus de m2). Les patates et les haricots, c'est trop de boulot et vu le prix au kg, j'ai laissé tomber.
Après, il y a une astuce peu usitée : le glanage après la récolte. C'est toléré (même si c'est mieux de demander à l'agriculteur). Cet automne j'ai été dans un champs tout juste moissonné de maïs doux, j'en ai ramassé 40 kg en 15 minutes. rapport travail / récolte imbattable :lol:

issigi
Messages : 496
Inscription : 27 juin 2015, 19:09

Re: Agriculture urbaine

#10

Message par issigi » 07 janv. 2021, 11:46

https://www.lesaffaires.com/secteurs-d- ... bec/611011
Les toits verts et les grands potagers prennent de plus en plus de place dans les villes de la province, et principalement à Montréal, démontre le tout premier «Portrait de l'agriculture urbaine commerciale au Québec». Une pratique dont les bienfaits vont bien au-delà de l'alimentation.

Selon les données publiées la semaine dernière par le Carrefour de recherche, d'expertise et de transfert en agriculture urbaine (CRETAU), on compte 50 exploitations agricoles situées hors des zones agricoles, en milieu urbain au Québec.

Sur ces 50 entreprises, 28 sont spécialisées en production maraîchère et huit en micropousses. On retrouve également des apiculteurs, des fermes d'insectes, des producteurs de champignons et de fleurs. Un total de 18 exploitations travaillent à l'intérieur (en serre notamment), tandis que 14 autres sont installées sur des toits.

[...]
..giter à l'amarre.. Amarré au gîte..

issigi
Messages : 496
Inscription : 27 juin 2015, 19:09

Re: Agriculture urbaine

#11

Message par issigi » 07 janv. 2021, 21:44

Image
Jean-martin Fortier

+ DE 200 000 JARDINIERS CONQUIS!

Porté par le succès international de la première édition de Le jardinier-maraîcher, Jean-Martin Fortier a continué à perfectionner ses techniques de maraîchage diversifié et à tester des outils pour optimiser ses cultures biologiques sur petite surface dans cette deuxième édition revue et augmentée.
Désormais traduit en anglais, allemand, polonais, néerlandais, italien, coréen et croate, Le jardinier-maraîcher demeure un livre incontournable pour tous ceux et celles qui s’intéressent à l’agriculture biologique sur petite surface, une agriculture de proximité qui participe à la résilience des communautés locales et qui est capable de nourrir la population en tournant le dos à une agriculture industrielle polluante pour la planète et pour notre santé.
https://lejardiniermaraicher.com/le-jardinier-maraicher

bon jardinage
..giter à l'amarre.. Amarré au gîte..

Avatar de l’utilisateur
PhD Smith
Messages : 3957
Inscription : 04 août 2011, 17:23

Re: Agriculture urbaine

#12

Message par PhD Smith » 07 janv. 2021, 22:11

Agnès Varda a fait en 1999 un film sur le glanage: https://youtu.be/-1e8H2b_4TY
Imagepraedicator veridicus, inquisitor intrepidus, doctor egregiusImage

Avatar de l’utilisateur
Christian
Messages : 5151
Inscription : 03 sept. 2003, 09:59

Re: Agriculture urbaine

#13

Message par Christian » 07 janv. 2021, 23:27

issigi a écrit : 07 janv. 2021, 21:44 https://lejardiniermaraicher.com/le-jardinier-maraicher
bon jardinage
Oui, c'est à peu près ça, du jardinage. Mais la prétention de nourrir toute une population est passablement exagérée.

Deux textes critiques nuancées sur quatre de Colin Hélie-Harvey (les deux autres, je ne sais pas quand il les écrira):
UN
DEUX
« I suppose it is tempting, if the only tool you have is a hammer, to treat everything as if it were a nail. »
« J'imagine qu'il est tentant, si le seul outil que vous avez est un marteau, de traiter tout problème comme si c'était un clou »

Abraham Maslow

Avatar de l’utilisateur
Dominique18
Messages : 2597
Inscription : 06 oct. 2020, 06:27

Re: Agriculture urbaine

#14

Message par Dominique18 » 08 janv. 2021, 01:03

Qu'on puisse avoir et mettre en pratique des idées originales, en gardant à l'esprit les contraintes et contingences locales, oui. Avec des formes d'organisation, d'échanges, de coopération et cohésion d'autres rapports sociaux. On déplore assez l'individualisme dans nos sociétés. Mais si on a des prétentions à plus grande échelle, on passe d'une structure raisonnable à une idéologie. Comme le modèle initial ne pourra jamais coller à la réalité, on tord les faits pour les faire correspondre.
Rien de bien nouveau.
On ne fait que découvrir l'eau tiède en étant des enfants gâtés.
Cf. Jean de Kervasdoué qui en parle très bien.

issigi
Messages : 496
Inscription : 27 juin 2015, 19:09

Re: Agriculture urbaine

#15

Message par issigi » 08 janv. 2021, 01:09

oh la condescendance ici.

le joallier aussi fait dans le haut de gamme depuis toujours, ce qui n'empêche pas la majorité de flasher avec de la breloque .

tiré du DEUX

Bien que son modèle de ferme ressemble souvent à un réchauffé des années 70 revisité avec un filtre Instagram, JMF a tout de même réussi à titiller l’intérêt de bien des gens pour les question agroalimentaires. Pour ça, je lui lève mon chapeau. D’une certaine manière, il a raison de dire qu’au fond on s’en fout de nourrir le monde. La condition sine qua non d’un agriculteur c’est d’être rentable. Si pour lui cela signifie approvisionner en verdure les restos et les marchés des gens aisés, tant mieux. Cependant, il ne faut pas oublier que la deuxième priorité du monde agricole est tout de même de fournir des calories abordables à l’ensemble de l’humanité. Voilà pourquoi JMF et les médias devraient essayer de comprendre les contraintes et les réalités des agriculteurs qui cultivent 99.974% des autres hectares agricoles de la province. Qui sait, peut-être découvriraient-ils d’autres agriculteurs qui eux aussi, mais avec des approches différentes, travaillent à tout les jours pour améliorer tranquillement le monde agricole.

le gars n'a visiblement pas les connaissances pour comparer l'expertise de JMF à l'exil en campagne des années 70. quoi que existentiellement et sociologiquement ça puisse émerger des mêmes préoccupations.

à montréal, l'engouement pour le bio est indéniable et n'est pas fondée que sur la papauté de JMF. les fermes lufta, entre autre, en pleine croissance, accaparent de plus en plus sa part de marché en ville.

qui se réduirait à n'y voir qu'un pet dans le paysage, à faire fi, du haut d'un cosco, le bourrelet bien graisseux à dénigrer et rejeter du revers de la main cette réussite éconologique en plein coeur de la cité ?

ne pas oublier, en ce qui a trait à la production de protéine, les avancées de la viande 3D qui pourrait bien faire marché à moyen terme ; la culture insectifère qui déjà offre des produits issus de sa production et les algues marines largement sous exploitées au québec, traversé par un fleuve, un estuaire et un glofe de part en part

ce que JMF accompli est digne de mention, nonobstant toutes les petites pointes assassines que le DEUX de pique lui colle, confortablement assis dans son lazy boy. non mais quel esti de moron.

sous prétexte que l'agriculture conventionnelle nourrit 99% de la population, le pet bio de JMF se résume à une lubie mercantile sans avenir.


ya pas à dire, le monsieur devrait écrire un billet sur la production de lamborghini, exclusive aux faux culs qui se prennent pour des demi dieux en revenant de rigault cafling cafloung ..

PpP
Dernière modification par issigi le 08 janv. 2021, 01:17, modifié 1 fois.
..giter à l'amarre.. Amarré au gîte..

issigi
Messages : 496
Inscription : 27 juin 2015, 19:09

Re: Agriculture urbaine

#16

Message par issigi » 08 janv. 2021, 01:12

https://www.lapresse.ca/affaires/entrep ... -monde.php
En matière de serriculture, big is beautiful. Une plus grande taille permet de produire plus à moindre coût. Les coûts de production de la plus récente installation sont 50 % inférieurs à ceux de la première serre de l’entreprise, grâce à la taille, mais aussi à l’évolution de la technologie.

La décision d’Hydro-Québec d’offrir un tarif réduit aux producteurs en serres n’a pas joué dans la décision de Lufa de prendre de l’expansion, qui a été prise bien avant. L’entreprise utilise du gaz naturel comme source d’énergie et voudrait intégrer du gaz naturel renouvelable, à mesure que sa disponibilité augmentera.

les exemples pleuvent au québec d'entrepreneuses motivées à investir dans l'économie de proximité

on va chier dessus ?

que de condescendance
..giter à l'amarre.. Amarré au gîte..

Avatar de l’utilisateur
shisha
Messages : 861
Inscription : 25 sept. 2011, 09:21

Re: Agriculture urbaine

#17

Message par shisha » 08 janv. 2021, 03:43

Inso dit :
En France, on nourris entre 5 et 10 personnes par hectare exploité, alors pour une ville comme Grenoble pour être autonome, il faudrait 25 fois la surface de la ville !
Peut-être pensent-ils à utiliser au maximum la verticalité (par exemple lors des constructions d'immeubles/tours).

Avatar de l’utilisateur
Inso
Messages : 2216
Inscription : 11 mai 2013, 16:00

Re: Agriculture urbaine

#18

Message par Inso » 08 janv. 2021, 13:51

issigi a écrit : 08 janv. 2021, 01:09 oh la condescendance ici.
Pourquoi de la condescendance ?
Les liens proposés par Christian ne font que de ramener sur terre les belles paroles de Fortier.
issigi a écrit : 08 janv. 2021, 01:09le gars n'a visiblement pas les connaissances pour comparer l'expertise de JMF à l'exil en campagne des années 70.
Quelle expertise ? JMF ne fait que reprendre des méthodes ancestrales remises au goût du jour* pour les bio-bobos . Regardez son site, c'est une entreprise de communication et de marketing, je n'y vois aucun spécialiste agricole.
Quand il annonce nourrir 200 personnes avec un hectare, c'est quand même du grand n'importe quoi.

* La seule nouveauté par rapports aux romains, c'est la grelinette, tout simplement parceque les romains n'avaient pas encore de matériaux assez solide (comme l'acier) pour les griffes.


Sinon, les fermes Lufa sont une très bonne idée, mais (oui, je chipote) leur produits ne sont pas bio tout simplement parce que les intrants sont majoritairement de synthèse (ben oui, le purin d'ortie ou le jus de choux kale ne fonts pas de bonnes solutions nourricières pour du hors-sol).
Je viens de regarder leurs tarifs... Euh, la salade à 3$50 ou le poivron à 3$ l'unité ça pique un peu, non ?

shisha a écrit : 08 janv. 2021, 03:43 Peut-être pensent-ils à utiliser au maximum la verticalité (par exemple lors des constructions d'immeubles/tours).
Je n'ai rien vu dans ce sens sur le site de la ville
De plus, pour le moment, les cultures verticales ne concernent qu'un très petit nombre de plante et demande des investissements assez lourds (en hors-sol ou en terre) et un entretien constant.

Edit : mettre trop de végétation sur des immeubles d'habitation semble être finalement une pas trop bonne idée...

Avatar de l’utilisateur
shisha
Messages : 861
Inscription : 25 sept. 2011, 09:21

Re: Agriculture urbaine

#19

Message par shisha » 08 janv. 2021, 15:25

Je n'ai rien vu dans ce sens sur le site de la ville
De plus, pour le moment, les cultures verticales ne concernent qu'un très petit nombre de plante et demande des investissements assez lourds (en hors-sol ou en terre) et un entretien constant.
Ok
Edit : mettre trop de végétation sur des immeubles d'habitation semble être finalement une pas trop bonne idée...
Je voyais plus le truck à l'intérieur (genre un étage sur deux) avec de la vitre pour laisser la lumière passée.

issigi
Messages : 496
Inscription : 27 juin 2015, 19:09

Re: Agriculture urbaine

#20

Message par issigi » 08 janv. 2021, 15:52

Inso a écrit : 08 janv. 2021, 13:51
issigi a écrit : 08 janv. 2021, 01:09 oh la condescendance ici.
Pourquoi de la condescendance ?
Les liens proposés par Christian ne font que de ramener sur terre les belles paroles de Fortier.
issigi a écrit : 08 janv. 2021, 01:09le gars n'a visiblement pas les connaissances pour comparer l'expertise de JMF à l'exil en campagne des années 70.
Quelle expertise ? JMF ne fait que reprendre des méthodes ancestrales remises au goût du jour* pour les bio-bobos . Regardez son site, c'est une entreprise de communication et de marketing, je n'y vois aucun spécialiste agricole.
Quand il annonce nourrir 200 personnes avec un hectare, c'est quand même du grand n'importe quoi.

* La seule nouveauté par rapports aux romains, c'est la grelinette, tout simplement parceque les romains n'avaient pas encore de matériaux assez solide (comme l'acier) pour les griffes.


Sinon, les fermes Lufa sont une très bonne idée, mais (oui, je chipote) leur produits ne sont pas bio tout simplement parce que les intrants sont majoritairement de synthèse (ben oui, le purin d'ortie ou le jus de choux kale ne fonts pas de bonnes solutions nourricières pour du hors-sol).
Je viens de regarder leurs tarifs... Euh, la salade à 3$50 ou le poivron à 3$ l'unité ça pique un peu, non ?

shisha a écrit : 08 janv. 2021, 03:43 Peut-être pensent-ils à utiliser au maximum la verticalité (par exemple lors des constructions d'immeubles/tours).
Je n'ai rien vu dans ce sens sur le site de la ville
De plus, pour le moment, les cultures verticales ne concernent qu'un très petit nombre de plante et demande des investissements assez lourds (en hors-sol ou en terre) et un entretien constant.

Edit : mettre trop de végétation sur des immeubles d'habitation semble être finalement une pas trop bonne idée...
on sait que nous devons trouver des solutions à ce qui fait défaut dans l'écosystème.
certains se donnent la peine de s'engager dans cette voie
d'autres se bornent à juste critiquer bien assis sur l'air d'aller prédominante.

je ne suis pas expert en bio ou en quoi que ce soit qui aille dans le sens d'une approche écosystémique innovante propice à agir sur les courbes environnementales néfastes.

maintenant, chacun peut toujours rejeter en bloc le mouvement vert et ses ambitions régulatrices tous azimuts, ça ne me fait pas un pli.
le terrain reste ce qui a le plus d'emprise sur la métamorphose, l'engagement de l'État.

et ce qui se passe sur le terrain, à petite, moyenne et grande échelle, oblige le monde corporatif à revoir ses façons de faire et ouvre les yeux des gouvernements qui, de concert avec une conscience collective de plus en plus avisée, incluent dans leur programme des investissements qui virent au vert.

ce n'est certainement pas moi qui vais s'en plaindre

alors si l'envie vous prend de juste dénigrer ce qui va en ce sens, dont ici l'apport plus que remarquable d'un agriculteur qui s'engage sur une voie marginale et qui fait des petits. kesse tu veux qu'on fèze...

qui verra vivra
..giter à l'amarre.. Amarré au gîte..

Avatar de l’utilisateur
Christian
Messages : 5151
Inscription : 03 sept. 2003, 09:59

Re: Agriculture urbaine

#21

Message par Christian » 08 janv. 2021, 16:00

issigi a écrit : 08 janv. 2021, 01:09 à montréal, l'engouement pour le bio est indéniable et n'est pas fondée que sur la papauté de JMF. les fermes lufta, entre autre, en pleine croissance, accaparent de plus en plus sa part de marché en ville.
Les serres Lufta ne viennent pas du modèle de JMF. Et c'est quoi la part de marché en ville? 1%, 5%, 25%? Oui, c'est intéressant, c'est un plus dans notre assiette. Mais je ne pense pas que les serres pourront remplacer la toute la production maraichère consommée à Montréal.
Ah, en lisant votre lien vers l'article de La Presse, on mentionne qu'une partie la production Lufta est envoyée jusqu'à Sherbrooke et Québec. Ça ne vous choque pas de voir cette production sortir de Montréal sur une distance de plus de 250 km alors qu'il y a des producteurs près de la ville de Québec ou de Sherbrooke? Il y a là une contradiction...
issigi a écrit : 08 janv. 2021, 01:09 qui se réduirait à n'y voir qu'un pet dans le paysage, à faire fi, du haut d'un cosco, le bourrelet bien graisseux à dénigrer et rejeter du revers de la main cette réussite éconologique en plein coeur de la cité ?
Oh, boy, les insultes. Je ne rejette pas, ni l'auteur de la critique, c'est complémentaire.
issigi a écrit : 08 janv. 2021, 01:09 ne pas oublier, en ce qui a trait à la production de protéine, les avancées de la viande 3D qui pourrait bien faire marché à moyen terme ;
La viande 3D? Possible. Je ne connais pas tous les intrants à la production de la viande synthétique (énergie, eau, hormone, etc.) et les requis technologiques (matériel, salle blanche). Mais ici, on parle de JMF et de culture maraichère.
issigi a écrit : 08 janv. 2021, 01:09 ce que JMF accompli est digne de mention, nonobstant toutes les petites pointes assassines que le DEUX de pique lui colle, confortablement assis dans son lazy boy. non mais quel esti de moron.
Encore les insultes. Bof... Vous avez passez par-dessus le fait que l'auteur de la critique reconnait l'accomplissement de JMF.
issigi a écrit : 08 janv. 2021, 01:09 sous prétexte que l'agriculture conventionnelle nourrit 99% de la population, le pet bio de JMF se résume à une lubie mercantile sans avenir.
À regarder son site web, oui, ça semble très mercantile mais on ne parle pas de lubie. Vous déformez la critique...
issigi a écrit : 08 janv. 2021, 01:09 ya pas à dire, le monsieur devrait écrire un billet sur la production de lamborghini, exclusive aux faux culs qui se prennent pour des demi dieux en revenant de rigault cafling cafloung ..
Commentaire risible...
« I suppose it is tempting, if the only tool you have is a hammer, to treat everything as if it were a nail. »
« J'imagine qu'il est tentant, si le seul outil que vous avez est un marteau, de traiter tout problème comme si c'était un clou »

Abraham Maslow

Avatar de l’utilisateur
Christian
Messages : 5151
Inscription : 03 sept. 2003, 09:59

Re: Agriculture urbaine

#22

Message par Christian » 08 janv. 2021, 16:17

issigi a écrit : 08 janv. 2021, 15:52 maintenant, chacun peut toujours rejeter en bloc le mouvement vert et ses ambitions régulatrices tous azimuts, ça ne me fait pas un pli.
le terrain reste ce qui a le plus d'emprise sur la métamorphose, l'engagement de l'État.
On ne rejette pas en bloc. Où allez-vous chercher ça? Je critique le fait que ceux qui font la promotion du bio ne tiennent pas compte de la réalité de la production agricole. Le meilleur exemple est la catastrophe de la production de la betterave sucrière en France à cause de l'interdiction des néonicotinoïdes.
issigi a écrit : 08 janv. 2021, 15:52 alors si l'envie vous prend de juste dénigrer ce qui va en ce sens, dont ici l'apport plus que remarquable d'un agriculteur qui s'engage sur une voie marginale et qui fait des petits. kesse tu veux qu'on fèze...

qui verra vivra
Je dénigre pas, il faut juste placer la production bio dans son contexte sans faire miroiter des rêves impossibles. Sinon, on fait comme en France où la production agricole perd du terrain et risque de devenir déficitaire alors qu'elle était appelée le grenier de l'Europe!
« I suppose it is tempting, if the only tool you have is a hammer, to treat everything as if it were a nail. »
« J'imagine qu'il est tentant, si le seul outil que vous avez est un marteau, de traiter tout problème comme si c'était un clou »

Abraham Maslow

issigi
Messages : 496
Inscription : 27 juin 2015, 19:09

Re: Agriculture urbaine

#23

Message par issigi » 08 janv. 2021, 16:24

la condescendance consiste à minimiser, descendre, maugréer, badiner sur un personnage et son succès tout en lui accordant une belle fleur.

voilà , en gros, ce que le monsieur UN DEUX s'applique à mettre en forme dans ses papiers biaisées par on ne sait trop quelle boite de masse.
..giter à l'amarre.. Amarré au gîte..

issigi
Messages : 496
Inscription : 27 juin 2015, 19:09

Re: Agriculture urbaine

#24

Message par issigi » 08 janv. 2021, 16:28

Christian a écrit : 08 janv. 2021, 16:17
issigi a écrit : 08 janv. 2021, 15:52 maintenant, chacun peut toujours rejeter en bloc le mouvement vert et ses ambitions régulatrices tous azimuts, ça ne me fait pas un pli.
le terrain reste ce qui a le plus d'emprise sur la métamorphose, l'engagement de l'État.
On ne rejette pas en bloc. Où allez-vous chercher ça? Je critique le fait que ceux qui font la promotion du bio ne tiennent pas compte de la réalité de la production agricole. Le meilleur exemple est la catastrophe de la production de la betterave sucrière en France à cause de l'interdiction des néonicotinoïdes.
issigi a écrit : 08 janv. 2021, 15:52 alors si l'envie vous prend de juste dénigrer ce qui va en ce sens, dont ici l'apport plus que remarquable d'un agriculteur qui s'engage sur une voie marginale et qui fait des petits. kesse tu veux qu'on fèze...

qui verra vivra
Je dénigre pas, il faut juste placer la production bio dans son contexte sans faire miroiter des rêves impossibles. Sinon, on fait comme en France où la production agricole perd du terrain et risque de devenir déficitaire alors qu'elle était appelée le grenier de l'Europe!
justement, il faut essayer pour voir ce que ça donne,

c'est mieux que de ne rien faire non ?

qui parle de vision idyllique sinon le m. Un DEUX qui y va a fond le dénigrement. du sale travail
..giter à l'amarre.. Amarré au gîte..

Avatar de l’utilisateur
Inso
Messages : 2216
Inscription : 11 mai 2013, 16:00

Re: Agriculture urbaine

#25

Message par Inso » 08 janv. 2021, 17:03

issigi a écrit : 08 janv. 2021, 15:52 on sait que nous devons trouver des solutions à ce qui fait défaut dans l'écosystème.
certains se donnent la peine de s'engager dans cette voie
d'autres se bornent à juste critiquer bien assis sur l'air d'aller prédominante.
Et vous oubliez "d'autres balancent des liens foireux de pseudo-experts mercantiles pour tenter de montrer leur bonne conscience".
Quant à s'engager dans cette voie (nourrir le monde et préserver les écosystème), je vous suggère de lire ce post à ce sujet ou bien celui-ci (écrits par votre modeste serviteur) qui décrivent un peu plus précisément ce que pourrait être une agriculture future respectueuse de l'environnement et des hommes.

Concernant Fortier, je le connaissais déjà un peu et je le range avec les autres gourous de la permaculture qui ne font que marketer des techniques anciennes qui ne permettent ni autonomie ni revenus. Techniques qui sont ceci dit très sympa pour un potager de jardinier du dimanche (et du samedi parceque ça demande quand même pas mal de travail)

J'avais écrit sur ce post ma vision des choses à ce sujet que je vous remet ici pour plus de lisibilité :
Ça me fait penser (mais j'espère me tromper) à certaines "réussites" de permacultures qui n'en sont pas :
La Ferme du Bec Hellouin, la Ferme de Terre et Humanisme inspirée par Pierre Rabhi et même Melliodora, la ferme école de David Holmgren, un des fondateur de la permaculture.
Ces fermes vivent essentiellement des revenus marketing (visites, formations, conseils, livres, conférences...) et de l'exploitation de travailleurs non payés bénévolat (wwoofing).
Les revenus réels de l'activité agricole de permaculture ne suffisent pas à en vivre (même à 50h de travail par semaine). Mais c'est pas mal pour un potager personnel (si on a le temps)
.
issigi a écrit : 08 janv. 2021, 15:52je ne suis pas expert en bio ou en quoi que ce soit qui aille dans le sens d'une approche écosystémique innovante propice à agir sur les courbes environnementales néfastes.
Ce n'est pas du tout un problème, mais sur un forum sceptique, il est quand même de bon ton de vérifier la crédibilité d'un lien avant de le partager.
Si on ne l'a pas fait, ce n'est toujours pas un problème mais il est encore de bon ton d'écouter à minima les différentes réponses argumentées et de contre argumenter au lieu de partir en vrille.

issigi a écrit : 08 janv. 2021, 15:52et ce qui se passe sur le terrain, à petite, moyenne et grande échelle, oblige le monde corporatif à revoir ses façons de faire et ouvre les yeux des gouvernements qui, de concert avec une conscience collective de plus en plus avisée, incluent dans leur programme des investissements qui virent au vert.
Et comme vous pouvez le constater (si vous lisez mes liens ci-dessus), j'y suis très sensible (étant en partie sur le terrain par ailleurs) et tente de m'informer au mieux et de la façon la plus scientifique et technique possible.
Comme vous pouvez le constater également, j'essaie de séparer ce qui est réalisable sur le terrain, ce qui est communication et ce qui est simple poudre aux yeux marketing.


Donc (en espérant que vous lisiez mes liens plus haut) je vous remets ma position :
Les potagers urbains, les ferme Lufa c'est très bien, ça permet de rapprocher l'agriculture des urbains*, ça permet d'exploiter des surfaces inhabituelles (même si c'est cher et donc réservé à une relative élite). Mais ça ne permettra jamais une autonomie alimentaire ni ne résoudra les problèmes environnementaux** ou d'alimentation de la population actuelle ou future.


* Quoi de mieux pour sensibiliser les gens des villes à l'agriculture que de les faire travailler dur à l'ancienne tout le printemps sur une petite parcelle de maraîchage (bio hein) en ville puis de les voir ébahis regarder la parcelle ravagée par une nuée inopinée d'insectes ou autres maladies :mrgreen:

** Exemple des fermes Lufa ou les structures, les intrants et les énergies en jeux sont bien supérieurs à toute production agricole en plein champs, donc d'une soutenabilité en l'état des choses très discutable.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit