Le Wokenisme en devenir

Politique, histoire, société... et autres sujets sans lien avec le paranormal
Répondre
Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 3377
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Le Wokenisme en devenir

#1

Message par DictionnairErroné » 07 févr. 2021, 10:45

https://fr.wikipedia.org/wiki/Woke#:~:t ... 7injustice.

Références au XIXe siècle:
Les termes Woke et wide awake (complètement éveillé) sont apparus pour la première fois dans la culture politique et les annonces politiques lors de l' élection présidentielle américaine de 1860 pour soutenir Abraham Lincoln7. Le Parti républicain a cultivé le mouvement pour s'opposer principalement à la propagation de l'esclavage, comme décrit dans le mouvement Wide Awakes.
Références au XXe siècle:
  • If You're Woke You Dig It
  • I been sleeping all my life. And now that Mr. Garvey done woke me up, I'm gon' stay woke. And I'm gon help him wake up other black folk.
  • Wake up Ethiopia! Wake up Africa!
  • Laissez-moi vous dire, mon ami. Se réveiller est beaucoup plus difficile que de dormir, mais nous resterons éveillés plus longtemps
  • e conseille à tout le monde d'être un peu prudent quand ils passent par là, rester éveillé, garder les yeux ouverts

Références fin 2000:
  • être toujours éveillé, ou être toujours vigilant
  • ne pas être apaisée, ne pas être anesthésiée.
Années 2010:
Le concept d'être Woke soutient l'idée que ce type de prise de conscience doit être acquise. (de moi, ici nous pouvons référer au marxisme cutlurel)
  • La vérité ne nécessite aucune croyance. / Restez réveillé. Regardez attentivement.
  • Bloomberg Businessweek demandait "Is Wikipedia Woke?" (« Est-ce que Wikipédia est Woke ? »), en faisant référence à la base de contributeurs largement blancs de l'encyclopédie en ligne
Critiques
Barack Obama critique également les stratégies déployées en ligne par certains militants, s'inquiétant de cette tendance Woke, particulièrement au sein des campus universitaires : « Il y a des gens qui pensent que pour changer les choses, il suffit de constamment juger et critiquer les autres », en l'illustrant par un exemple : « Si je fais un tweet ou un hashtag sur ce que tu as fait de mal, ou sur le fait que tu as utilisé le mauvais mot ou le mauvais verbe, alors après je peux me détendre et être fier de moi, parce que je suis super “woke” parce que je t'ai montré du doigt. Mais ce n'est pas vraiment de l'activisme. Ce n'est pas comme ça qu'on fait changer les choses. » Obama ajoute encore : « Si tout ce que vous faites c'est de jeter des pierres (sur les réseaux sociaux notamment), vous n'irez probablement pas très loin ».

Le 4 septembre 2020, le chroniqueur québécois Mathieu Bock-Côté a écrit dans Le Journal de Montréal que, depuis quelques années, les campus universitaires sont frappés par une forme d’hystérie idéologique. Il déclare : « C’est la culture woke, qui se présente comme une hypersensibilité aux droits des minorités, mais qui, dans les faits, assimile à la haine toute remise en question de l’immigration, de la sainte diversité ou de la théorie du genre. Et les interdits se multiplient. Maintenant, qui conteste la théorie du racisme systémique peut se faire expulser de la vie publique. On peut même perdre son emploi pour avoir mentionné le titre d’un livre. Qui se fait accuser de racisme ou de transphobie, aussi injuste l’accusation soit-elle, risque d’en payer le prix très cher socialement et professionnellement. Il sera banni et traité en pestiféré. Les excités des réseaux sociaux voudront ruiner sa réputation. Alors pour éviter toute tentative de diffamation, on développe un réflexe d’autocensure. Pire : certains en viennent à dire le contraire de ce qu’ils pensent. Cela pousse à perdre le contact avec le réel.
Lorsque je ferme les yeux, je vois qui m'habite.

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 3377
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: Le Wokenisme en devenir

#2

Message par DictionnairErroné » 07 févr. 2021, 11:16

Résumé des plus récents commentaires à propos du wokisme. Vous trouverez plus de références sur le site du Journal de Montréal.
https://www.journaldemontreal.com/recherche?q=woke

JOSEPH FACAL
Biden devra se méfier de ses «amis». 2021-01-21
Or, une certaine gauche du parti démocrate est carrément woke et socialiste.
https://www.journaldemontreal.com/2021/ ... e-ses-amis

Nos universités deviennent des églises. 2021-01-16
Cette idéologie woke, qui se voulait contestatrice à l’origine, s’installe au pouvoir et devient la nouvelle orthodoxie.
https://www.journaldemontreal.com/2021/ ... es-eglises

DENISE BOMBARDIER
Nous, les Blancs. 2021-02-02
C’est le multiculturalisme canadien woke qui nous renvoie chacun à notre clan, notre religion, notre couleur et notre sexe. Le Québec est une nation distincte en train d’être contaminée par ces idées qui mettent en danger ses valeurs collectives inspirées de l’humanisme.
https://www.journaldemontreal.com/2021/ ... les-blancs

Justin Trudeau: bla, bla, bla... 2021-01-30 - Billet de blog
De plus, il est au pouvoir au bon moment, lui qui incarne pile-poil la culture woke . En effet, il croit dur comme fer qu’il a réussi à entraîner le Canada dans une nouvelle dimension morale postnationale.
https://www.journaldemontreal.com/2021/ ... la-bla-bla

RICHARD MARTINEAU

Un racisme accepté et encouragé. 2021-01-28
Ijeoma Oluo, une militante antiraciste intersectionnelle qui s’est retrouvée en tête des best-sellers avec son essai So You Want to Talk About Race , vient de publier un autre brûlot qui fera la joie et le bonheur de la gauche woke.
https://www.journaldemontreal.com/2021/ ... -encourage

SOPHIE DUROCHER
Le Canada, que c’est qu’c’est ça? 2021-01-22
Ce palmarès est un parfait condensé de rectitude politique woke. Militants pour les droits des autochtones, contre le racisme ou pour la diversité de genre sont ceux qui se trouvent avoir le plus d’influence et de pouvoir aux yeux de Maclean’s .
https://www.journaldemontreal.com/2021/ ... -qucest-ca

MATHIEU BOCK-CÔTÉ
«Le deux poids deux mesures est toxique pour la démocratie»: entretien avec Martin Lemay. 2021-01-21 - Billet de blog
de plus en plus usage. Ne peut-on craindre qu’à plus ou moins long terme que Tweeter ne bannira pas le propos d’un militant woke affirmant que l’homme blanc est la lie de la société, mais n’hésitera...
https://www.journaldemontreal.com/2021/ ... rtin-lemay

Biden: faut-il absolument être enthousiaste? 2021-01-21
J’y reviens : on est en droit de craindre que Biden, ce sympathique vieillard, ce président improbable, qui a mené sa campagne à partir de son sous-sol, soit débordé par la révolution woke.
https://www.journaldemontreal.com/2021/ ... thousiaste
Dernière modification par DictionnairErroné le 07 févr. 2021, 11:28, modifié 1 fois.
Lorsque je ferme les yeux, je vois qui m'habite.

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 3377
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: Le Wokenisme en devenir

#3

Message par DictionnairErroné » 07 févr. 2021, 11:27

JOURNAL LA PRESSE
Environ 36,100 résultats pour le mot Woke.
https://www.lapresse.ca/recherche?q=wok ... gsc.page=1

Tournée intégralement avant la pandémie, la série Woke, mise en ligne mercredi sur la plateforme Hulu, promettait déjà d’interroger la place des Noirs dans la société américaine, mais la mort de George Floyd et le mouvement qui a suivi lui offrent une caisse de résonance inédite.
https://www.google.com/url?client=inter ... D4_R1zhv75

Il faut être « woke » de nos jours. Traduction ? Il faut demeurer « éveillé » aux mouvements de justice sociale, à la mouvance des identités de genre, au racisme systémique et aux injustices subies par les opprimés.
https://www.google.com/url?client=inter ... 7uDHAo-6Tk

Avec le retrait d’un épisode de La petite vie, le Québec a fait un dangereux pas vers cette culture de l’effacement, de l’annulation, de la censure qu’on appelle « cancel culture ». Après avoir reçu un « commentaire » critiquant un épisode de La petite vie mettant en scène un personnage noir caricatural, Radio-Canada n’a fait ni une ni deux : il l’a carrément expurgé de sa plateforme web.
https://www.lapresse.ca/debats/editoria ... nseurs.php

Alors, qui a le droit de prononcer le mot en N? La controverse de l’Université d’Ottawa fait grand bruit au Québec, où le sentiment est divisé, bien que la classe politique fasse front commun. Dans les milieux militant, artistique, médiatique et universitaire, des voix de personnes noires divergentes se font entendre.
https://www.lapresse.ca/actualites/educ ... le-mot.php

Ils ont peur d’être annulés. L’affaire Lieutenant-Duval a ébranlé le milieu universitaire. Mais n’a rien réglé. Comment protéger la liberté de l’enseignement ?
https://www.lapresse.ca/actualites/2021 ... nnules.php
Lorsque je ferme les yeux, je vois qui m'habite.

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 3377
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: Le Wokenisme en devenir

#4

Message par DictionnairErroné » 07 févr. 2021, 11:40

RADIO-NADA
Rien et nous nous demandons pourquoi? :lol:
Lorsque je ferme les yeux, je vois qui m'habite.

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 3377
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: Le Wokenisme en devenir

#5

Message par DictionnairErroné » 07 févr. 2021, 11:43

LE DEVOIR

On ne saurait guère se réjouir au Québec de cette nouveauté sociale, qui nous vient des États-Unis, selon laquelle on s’identifie avant tout à la couleur de sa peau, son continent d’origine, son orientation sexuelle et toutes les caractéristiques qui précèdent l’appartenance nationale. Il ne s’agit pas de nier la diversité sociale ni de l’ignorer ; il s’agit plutôt de constater qu’il est impossible de formuler un projet politique à partir de cette célébration des différences en ce que celles-ci tendent à ériger des cloisons et non des ponts entre nous. Le vivre-ensemble n’est-il pas en passe de se transformer en une sorte de vivre séparé ? Le risque est grand de se replier sur sa nature et de ne tenir compte que de ses propres opinions : le prix à payer serait celui de ne plus pouvoir donner une direction claire à notre démocratie.
https://www.ledevoir.com/opinion/idees/ ... dentitaire

​Diversité ou discrimination? le cas universel de McGill. Les principes d’équité et de diversité peuvent faire obstacle à la liberté d’enseignement.
https://www.ledevoir.com/opinion/idees/ ... -de-mcgill
Lorsque je ferme les yeux, je vois qui m'habite.

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 3377
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: Le Wokenisme en devenir

#6

Message par DictionnairErroné » 10 févr. 2021, 09:59

Après des années de déni, à se faire croire que le politiquement correct était une lubie d’intellectuels conservateurs paranoïaques, une partie de la gauche médiatico-intellectuelle commence à comprendre que la cancel culture est un vrai problème. Elle a eu besoin d’attendre qu’il lui explose au visage pour s’en indigner. Tant qu’on ne s’en prenait qu’à des penseurs étiquetés de « droite », il n’y avait pas de quoi s’indigner, mais maintenant que la Révolution dévore ses enfants et que la gauche elle-même est ciblée, elle s’alarme et s’indigne.

Tant mieux.

Nous ne sommes pas seulement devant quelques étudiants radicaux qu’il suffirait de confronter pour revenir à la normalité. Le cancer est bien plus diffusé qu’on ne le croit. Ces étudiants se fanatisent parce que bien des professeurs les radicalisent, dans des classes où le militantisme se maquille en expertise.
https://www.journaldemontreal.com/2021/ ... -sen-meler
Maintenant que les wokes ébranlent les fondements mêmes de la gauche, un début d'indignation de la gauche qui se fermait les yeux et qui commence à se répandre.

"Il faut sauver l’université de ceux qui auraient dû en être les gardiens et qui l’ont trahie."


Une liste déferlante de wokisme, entre autres:
Lundi, sur sa page Facebook, l’auteur Maxime-Olivier Moutier a décrit ce qu’il appelle un cas de censure. Il en était aux dernières étapes d’édition de son prochain livre quand quelqu’un dans sa maison d’édition s’est mis à paniquer : « On me demande de retirer des textes, de réécrire des choses, de changer. Afin d’être gentil et respectueux de tous. [...] Je dois me soumettre en totalité aux nouvelles injonctions de mon époque, soutenues par l’édition actuelle, ce que je refuse de faire ».

Je vous avais parlé de cette prof de l’UQAM qui s’était fait traiter de « transphobe » parce qu’elle avait indiqué son malaise à remplacer « ils » et « elles » par « ielles ».
https://www.journaldemontreal.com/2021/ ... nt-surpris
Lorsque je ferme les yeux, je vois qui m'habite.

Avatar de l’utilisateur
Christian
Messages : 5231
Inscription : 03 sept. 2003, 09:59

Re: Le Wokenisme en devenir

#7

Message par Christian » 10 févr. 2021, 11:32

DictionnairErroné a écrit : 10 févr. 2021, 09:59
Une liste déferlante de wokisme, entre autres:
Lundi, sur sa page Facebook, l’auteur Maxime-Olivier Moutier a décrit ce qu’il appelle un cas de censure. Il en était aux dernières étapes d’édition de son prochain livre quand quelqu’un dans sa maison d’édition s’est mis à paniquer : « On me demande de retirer des textes, de réécrire des choses, de changer. Afin d’être gentil et respectueux de tous. [...] Je dois me soumettre en totalité aux nouvelles injonctions de mon époque, soutenues par l’édition actuelle, ce que je refuse de faire ».

Je vous avais parlé de cette prof de l’UQAM qui s’était fait traiter de « transphobe » parce qu’elle avait indiqué son malaise à remplacer « ils » et « elles » par « ielles ».
https://www.journaldemontreal.com/2021/ ... nt-surpris
Pour Maxime-Olivier Moutier, c'est difficile, voir impossible, de se faire une idée car son livre n'a pas été publié, personne n'a pu lire le texte envoyé à l'éditeur, et lui-même ne veut pas dire de quoi il s'agit! :shock:
Alors prendre exemple sur le cas de Maxime-Olivier Moutier comme exemple du "wokenisme" est plus que périlleux et vient démolir démolir une bonne partie de l'argumentation de Sophie Durocher.
« I suppose it is tempting, if the only tool you have is a hammer, to treat everything as if it were a nail. »
« J'imagine qu'il est tentant, si le seul outil que vous avez est un marteau, de traiter tout problème comme si c'était un clou »

Abraham Maslow

Avatar de l’utilisateur
PhD Smith
Messages : 4001
Inscription : 04 août 2011, 17:23

Re: Le Wokenisme en devenir

#8

Message par PhD Smith » 10 févr. 2021, 11:47

Christian a écrit : 10 févr. 2021, 11:32Alors prendre exemple sur le cas de Maxime-Olivier Moutier comme exemple du "wokenisme" est plus que périlleux et vient démolir démolir une bonne partie de l'argumentation de Sophie Durocher.
MO Moutier est psychanalyste ? J'ai trouvé ce lien: https://www.lapresse.ca/arts/litteratur ... dition.php
Dernière modification par PhD Smith le 10 févr. 2021, 12:02, modifié 2 fois.
Imagepraedicator veridicus, inquisitor intrepidus, doctor egregiusImage

Avatar de l’utilisateur
Christian
Messages : 5231
Inscription : 03 sept. 2003, 09:59

Re: Le Wokenisme en devenir

#9

Message par Christian » 10 févr. 2021, 11:52

PhD Smith a écrit : 10 févr. 2021, 11:47
Christian a écrit : 10 févr. 2021, 11:32Alors prendre exemple sur le cas de Maxime-Olivier Moutier comme exemple du "wokenisme" est plus que périlleux et vient démolir démolir une bonne partie de l'argumentation de Sophie Durocher.
MO Moutier est psychanalyste ? J'ai trouvé ce lien: https://www.lapresse.ca/arts/litteratur ... dition.php
Oui.
Maxime-Olivier Moutier vient de terminer son quart de travail au centre de crise où il travaille comme agent d'intervention et où ses collègues et lui voient la détresse au quotidien.
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/17 ... e-dubreuil
« I suppose it is tempting, if the only tool you have is a hammer, to treat everything as if it were a nail. »
« J'imagine qu'il est tentant, si le seul outil que vous avez est un marteau, de traiter tout problème comme si c'était un clou »

Abraham Maslow

Avatar de l’utilisateur
PhD Smith
Messages : 4001
Inscription : 04 août 2011, 17:23

Re: Le Wokenisme en devenir

#10

Message par PhD Smith » 10 févr. 2021, 12:14

Ok. Je note que l'article de "La presse" rapporte les interventions entre l'auteur et son éditrice: https://www.lapresse.ca/arts/litteratur ... dition.php
Atelier d’écriture – Miscellanées, recueil de 500 pages que La Presse n’a pu lire, était décrit ainsi dans la programmation hiver-printemps 2021 de Quai n° 5 : « Réflexion en style libre sur des thèmes comme les chevaux, la mort, Jésus, le Stade olympique, le nanisme ou les sacs plastiques. Atelier d’écriture, au-delà du bonheur d’apprendre mille et une choses, nous laissera avec des questions aussi belles qu’impossibles : où est le vrai, où est l’exagération ? Qui s’exprime derrière ces textes volontiers subversifs ? »

Joint mardi, Maxime Olivier Moutier continue de dire que « l’os » est vraiment arrivé il y a 10 jours seulement, alors qu’il travaillait avec son éditeur Tristan Malavoy depuis la fin de l’été. C’est là que le ton aurait changé.

« Ils m’ont dit qu’il y avait des propos qu’ils ne pouvaient pas accepter, explique-t-il. Je devais les changer ou couper, et j’ai dit non parce que ça ne me correspondait plus. Avant ça, j’avais eu des annotations, mais c’était moi qui décidais en fin de compte. Comme chaque fois en édition. »

Myriam Caron Belzile croit de son côté que c’était le devoir de la maison d’édition d’aller au bout de la démarche avec l’auteur, qui a publié une douzaine d’ouvrages en 25 ans. Elle estime qu’il était encore possible d’arriver à temps avec un manuscrit final, même si le livre devait sortir le 28 avril.

On aurait même pu le repousser d’une saison si nécessaire. Jamais on n’a dit : ‟on ne veut plus te publier”. Mais la ligne a été clairement mise et on lui a dit qu’en l’état, ce texte ne passe pas et il faut le retravailler pour vrai. Maxime a dit que ça ne lui tentait plus, et c’est lui qui a décidé de mettre fin au processus éditorial en cours.

Myriam Caron Belzile, directrice littéraire de la maison d’édition XYZ

Elle affirme d’ailleurs que c’est en lisant la publication Facebook de Maxime Olivier Moutier, lundi soir, qu’elle a compris que les liens étaient rompus.

« Je lui ai parlé mardi matin. Je voulais confirmer ce que j’avais cru comprendre, c’est-à-dire qu’il souhaitait résilier son contrat de publication. Ce n’est pas signé encore, mais aux dernières nouvelles, il n’était pas intéressé à poursuivre l’accompagnement éditorial avec nous. »

Elle ajoute que la discussion a été franche et sans acrimonie, qu’ils ont parlé de leur déception mutuelle et de leur « différence de points de vue » sur ce qu’est la censure.

« Pour nous, un éditeur qui refuse de publier un texte en l’état n’est pas en train de le censurer. Il est plutôt en train de faire son devoir éditorial. »

Traitement

En travaillant avec un auteur comme Maxime Olivier Moutier, qui a un penchant pour la provocation et qui aime repousser les limites de l’art, la maison d’édition devait quand même savoir dans quoi elle s’engageait.

C’est vrai, répond l’éditrice, mais avant de le publier, « il faut avoir le sentiment profond que chaque texte est achevé et réussi ». Et plus le sujet est « épineux et complexe », plus il doit être traité « avec exigence et nuance ».

Le problème pour elle n’était donc pas tellement ce qui était dit, ni le choix des sujets abordés, mais plutôt la manière, précise-t-elle.

Maxime aime jouer avec la forme de l’essai un peu décalé, genre, est-ce lui qui parle ou la voix de l’inconscient collectif ? Il faut que ce soit réussi pour que ça marche, et pas juste réussi à moitié ! Il faut qu’on accepte le contrat à fond, qu’on comprenne la posture de l’auteur, où il s’en va, et qu’on le suive. Il n’a pas réussi à nous convaincre que le traitement du sujet était achevé.

L’éditrice affirme donc fermement qu’il n’y a pas de nouvelle politique éditoriale qui a été mise en place et qui expliquerait un revirement de situation. Pas de « pacte de respect et d’inclusivité », tel que l’avait évoqué Maxime Olivier Moutier lundi. Mais elle souligne aussi que les sensibilités ont changé au cours des années.

« C’est une job humaine avec des subjectivités, des sensibilités. Et ces humains qui la font évoluent, posent des questions qu’ils ne posaient pas il y a 10 ans. Mais rien n’est entériné dans une charte ou un pacte. »

Si le travail avec les auteurs est parfois difficile, la plupart du temps, on peut dénouer les nœuds et le résultat est satisfaisant pour tout le monde, tient aussi à préciser Myriam Caron Belzile.

« C’est sûr que cette conclusion est triste. C’est beaucoup d’énergie consacrée par beaucoup de monde. Maxime parlait de déception, mais il y en a de notre côté aussi. Parce qu’outre les choses qui ne marchaient pas… il y avait tellement de choses qui marchaient dans ce manuscrit. Ça nous aurait fait plaisir de le publier. »
J'ai plutôt tendance à croire MO Moutier que Myriam Belzile au vu de ce j'ai souligné dans la citation et on a l'exemple de l'autobiographie de Woody Allen qui a été rejetée par plusieurs éditeurs américains (https://www.leparisien.fr/culture-loisi ... 328900.php).
Le Parisien anciennement libéré a écrit :C'est l'éditeur de « Soit dit en passant », l'autobiographie de Woody Allen en librairie à partir de ce mercredi (534 pages, 24,50 euros). Directeur général des éditions Stock, Manuel Carcassonne nous raconte pourquoi il a accepté de publier cet ouvrage, qui a été refusé par plusieurs éditeurs aux Etats-Unis et auquel Hachette a renoncé en mars. Dans « Soit dit en passant », le cinéaste de 84 ans revient sur sa vie et livre sa vérité sur les accusations d'agression sexuelle lancées par sa fille Dylan Farrow à son encontre.
Imagepraedicator veridicus, inquisitor intrepidus, doctor egregiusImage

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 3377
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: Le Wokenisme en devenir

#11

Message par DictionnairErroné » 11 févr. 2021, 06:27

Christian a écrit : 10 févr. 2021, 11:32 Pour Maxime-Olivier Moutier, c'est difficile, voir impossible, de se faire une idée car son livre n'a pas été publié, personne n'a pu lire le texte envoyé à l'éditeur, et lui-même ne veut pas dire de quoi il s'agit! :shock:
Alors prendre exemple sur le cas de Maxime-Olivier Moutier comme exemple du "wokenisme" est plus que périlleux et vient démolir démolir une bonne partie de l'argumentation de Sophie Durocher.
À QUB radio sur internet il était question de ce sujet et effectivement même l'auteur ne veut pas citer les passages en question autre qu'il se considère être censuré d'où sa décision de non-publication.
Lorsque je ferme les yeux, je vois qui m'habite.

Avatar de l’utilisateur
sami83g
Messages : 29
Inscription : 21 oct. 2018, 14:45

Re: Le Wokenisme en devenir

#12

Message par sami83g » 11 févr. 2021, 11:38

Woke est au fond synonyme d'inquisiteur moderne.
.
.
Leurs religions sont des mélanges de légendes, de superstitions et de fictions tribales.
Leurs histoires émanent de l’antiquité, valorisant la xénophobie, le racisme et la guerre.
Leurs morales louangent; menaces, mensonges, manipulations, mégalomanies, misogynies.

Avatar de l’utilisateur
nikola
Messages : 2179
Inscription : 19 mars 2015, 03:13

Re: Le Wokenisme en devenir

#13

Message par nikola » 11 févr. 2021, 12:52

Heu, un peu de retenue, quand même.
Les woke, aussi ridicules et emmerdants soient-ils, ne pratiquent pas la question. Par ailleurs, ils n’ont pas le pouvoir spirituel (ni temporel).
L’homme descend du singe, or l’homme est fait à l’image de Dieu. Donc Dieu est King Kong.

-+- Cavanna, François -+-

Avatar de l’utilisateur
Christian
Messages : 5231
Inscription : 03 sept. 2003, 09:59

Re: Le Wokenisme en devenir

#14

Message par Christian » 11 févr. 2021, 13:38

sami83g a écrit : 11 févr. 2021, 11:38 Woke est au fond synonyme d'inquisiteur moderne.
Avez-vous vu quelqu'un qui ressemble à Torquemada? Moi, non. L'Inquisition a été une institution étatique (royale) et religieuse (papale). Alors, non le "wokenisme" n'est pas une Inquisition.

EDIT: ah, Nikola dit à peu près la même chose...
« I suppose it is tempting, if the only tool you have is a hammer, to treat everything as if it were a nail. »
« J'imagine qu'il est tentant, si le seul outil que vous avez est un marteau, de traiter tout problème comme si c'était un clou »

Abraham Maslow

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 3377
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: Le Wokenisme en devenir

#15

Message par DictionnairErroné » 11 févr. 2021, 15:21

Pierre Hébert, Dictionnaire de la censure au Québec.
https://www.usherbrooke.ca/actualites/n ... icle/9248/
«Comme société, on s’en va de plus en plus vers de la censure, ça m’inquiète. J’ai traversé toute l’histoire de la censure dans la littérature au Québec, et jamais je n’aurais pensé qu’en 2021 on arriverait à barrer des mots et des œuvres littéraires.»
https://www.ledevoir.com/lire/594964/un ... out-ecrire
Lorsque je ferme les yeux, je vois qui m'habite.

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 3377
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: Le Wokisme en devenir

#16

Message par DictionnairErroné » 12 févr. 2021, 09:20

Du wokisme à radio-canada
Capture d'écran d'une formation sur la rééducation pour les employés de Radio-Canada

Image
Des sources à l’interne m’ont envoyé un lien pour la formation sur les préjugés inconscients. C’est une longue vidéo (une heure au total) où l’on s’adresse aux employés comme s’ils étaient des enfants du primaire. Dans son introduction, la directrice Catherine Tait affirme que «le racisme systémique est présent dans notre société et dans nos institutions publiques — y compris au sein du diffuseur public.»

Voici ce qu’on trouve dans cette vidéo :

- Il faut «reconnaître, cibler et éliminer» les préjugés inconscients.

- Qui est privilégié au Canada ? «Les blancs, les hommes, les hétérosexuels, les personnes physiquement aptes, riches et instruites».

- «Prenez conscience de vos privilèges et de votre pouvoir et partagez-les.»


- «Aucune victime de micro-agressions ne devrait avoir à vivre seule avec sa souffrance.»
https://www.journaldemontreal.com/2021/ ... eeducation
D'ailleurs en faisant une recherche sur le site de Radio-Canada vous ne trouverez eee rien à propos du mouvement woke.
Lorsque je ferme les yeux, je vois qui m'habite.

Avatar de l’utilisateur
Dominique18
Messages : 3285
Inscription : 06 oct. 2020, 06:27

Re: Le Wokenisme en devenir

#17

Message par Dominique18 » 12 févr. 2021, 09:34

Prochainement, en France ?

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 3377
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: Le Wokenisme en devenir

#18

Message par DictionnairErroné » 12 févr. 2021, 10:07

Dominique18 a écrit : 12 févr. 2021, 09:34 Prochainement, en France ?
Un article intéressant discutant de la révolution néopuritaine, nous pourrions dire le wokisme. Chronique de Christian Rioux dans le Devoir,

Pauvre Napoléon
La révolution néopuritaine qui fait rage dans les universités américaines serait-elle en train de gagner la France?
https://www.ledevoir.com/opinion/chroni ... e-napoleon

Malheureusement je ne peux citer la chronique, je n'y ai plus accès ayant dépassé mes 4 lectures mensuelles. Attendre au premier mars pour l'analyse.
Lorsque je ferme les yeux, je vois qui m'habite.

Avatar de l’utilisateur
Dominique18
Messages : 3285
Inscription : 06 oct. 2020, 06:27

Re: Le Wokenisme en devenir

#19

Message par Dominique18 » 12 févr. 2021, 10:38

DictionnairErroné a écrit : 12 févr. 2021, 10:07
Dominique18 a écrit : 12 févr. 2021, 09:34 Prochainement, en France ?
Un article intéressant discutant de la révolution néopuritaine, nous pourrions dire le wokisme. Chronique de Christian Rioux dans le Devoir,

Pauvre Napoléon
La révolution néopuritaine qui fait rage dans les universités américaines serait-elle en train de gagner la France?
https://www.ledevoir.com/opinion/chroni ... e-napoleon

Malheureusement je ne peux citer la chronique, je n'y ai plus accès ayant dépassé mes 4 lectures mensuelles. Attendre au premier mars pour l'analyse.
Merci pour le lien
Ce n'est, hélas, pas prochainement.
C'est déjà en cours, avec des facs réputées pour laisser entrer ce genre de dérives, avec assentiment plus ou moins tacite de la part de certains profs, quand ce ne sont pas les autorités qui ferment les yeux pour avoir la paix... Alors...
Dénoncé par le site
http://www.laicite-republique.org/
http://www.laicite-republique.org/comme ... tes-s.html

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 7985
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: Le Wokenisme en devenir

#20

Message par Kraepelin » 12 févr. 2021, 11:55

DictionnairErroné a écrit : 12 févr. 2021, 10:07

Malheureusement je ne peux citer la chronique, je n'y ai plus accès ayant dépassé mes 4 lectures mensuelles. Attendre au premier mars pour l'analyse.
Spoiler
Show
Pauvre Napoléon

En France, 2021 sera l’année du bicentenaire de la mort de Napoléon. C’est en effet le 5 mai 1821 que ce génie politique et militaire qui transforma la face du monde rendit son dernier souffle à Sainte-Hélène. La série de commémorations prévues, dont la publication d’une centaine de livres, a pourtant mal commencé. La conférence prévue cet automne à Nantes avec l’historien Thierry Lentz a été annulée. Dans un texte sibyllin, l’école de commerce de Nantes se contente de dire qu’elle ne voulait pas « promouvoir l’héritage napoléonien en cette période »...

Le lecteur averti devinera que celui qui a rétabli l’esclavage dans les colonies en 1802, alors qu’il était Premier consul, n’est pas en odeur de sainteté dans la ville qui abrite un mémorial consacré à son abolition. Comme si ce personnage plus grand que nature pouvait être ainsi réduit à cette seule décision. Une décision qui mériterait justement d’être étudiée sous l’angle historique plutôt que sous le seul éclairage de la morale.

La révolution néopuritaine qui fait rage dans les universités américaines serait-elle en train de gagner la France ? On peut le craindre. Déjà, les annulations et les tentatives d’annulation de conférences sont légion. On pense à la spécialiste de l’esthétique Carole Talon-Hugon, chahutée à Nice et qui est l’auteure d’un ouvrage fort à propos intitulé L’art sous contrôle (PUF). L’an dernier, l’enseignante de la Sorbonne Yana Grinshpun s’est fait refuser la publication d’un texte sous prétexte qu’il ne respectait pas les règles de l’« écriture inclusive », ce code impraticable devenu le nouveau drapeau rouge des militantes féministes les plus radicales.

Ce que Grinshpun nomme la « radicalisation progressive de l’espace universitaire » a déjà atteint aux États-Unis des sommets stratosphériques. En 2018, les chercheurs américains Helen Pluckrose, James Lindsay et Peter Boghossian en avaient fait la démonstration par l’absurde. Ils rédigèrent une vingtaine d’articles truffés d’enquêtes bidon et de statistiques bidouillées flattant tous dans le sens du poil les nouvelles idéologies radicales à la mode. L’un d’eux affirmait démontrer qu’une « rampante culture du viol » sévissait chez les chiens, dont certaines races souffraient d’une « oppression systémique ». Un autre dénonçait l’astrologie comme une pratique masculiniste et sexiste afin de lui opposer « une astrologie féministe, queer et indigéniste ». Au moment où le canular fut révélé, sept de ces articles avaient été acceptés, sept autres étaient à l’étape du comité de lecture et six seulement avaient été refusés.

Un dernier, mais non le moindre, reproduisait un extrait de Mein Kampf où l’on avait simplement remplacé les Juifs par les Blancs. Il fut refusé, mais reçut les éloges de plusieurs universitaires chevronnés. Les auteurs de ce coup fumant entendaient ainsi démontrer à quel point ce qu’ils nomment les « grievance studies » — que l’on pourrait traduire par « facultés de la récrimination » ou des « doléances » — a substitué l’idéologie à l’étude des faits.

Pluckrose et Lindsay viennent d’ailleurs de publier le best-seller Cynical Theories qui s’est vu décerner le titre de « Meilleur livre politique de l’année » par le Times. Son sous-titre est déjà tout un programme : « Comment les militants universitaires ont fait n’importe quoi sur la race, le sexe et l’identité — et pourquoi cela nuit à tout le monde ».

Les « gender », « ethnic » ou « post-colonial studies » fonctionnent en effet souvent comme si les femmes, les homosexuels ou les Noirs étaient seuls habilités à parler de ces sujets. Comme si leur parole était par essence sacrée et incontestable. Comme si elle échappait aux règles normales de la critique.

Or, la critique n’est-elle pas fondatrice de l’université au moins depuis Montaigne ? Elle est inhérente et constitutive de tout travail universitaire, peu importe le sexe, la race ou l’orientation sexuelle de celui qui parle. Quant aux discours militants, qui sont respectables tant qu’ils ne se cachent pas sous de mauvais prétextes, ils ne sont pas plus solubles dans la recherche universitaire que dans le journalisme.

Comme l’écrit Thierry Lentz : « Les groupes militants ont toujours existé. Ils ont toujours été agissants. […] Cela étant, les choses changent désormais rapidement en raison de la mollesse générale de la société et des administrations. Dire qu’un étudiant est là pour étudier est presque un scandale, empêcher les interventions extérieures d’historiens ou de philosophes entre presque dans les mœurs. Sur ce point, l’avenir est sombre, n’en doutons pas. »

Alors que les digues sautent les unes après les autres, en France comme au Québec, certains réclament une loi afin de protéger la liberté de parole dans une institution qui devrait pourtant en être le sanctuaire. Nul doute que pour défendre cette liberté, il faudra des recteurs autrement plus hardis que celui de l’Université d’Ottawa qui a refusé de soutenir la professeure Lieutenant-Duval à qui l’on avait reproché l’automne dernier d’avoir osé prononcer le mot « nègre ».

« On ne peut pas faire semblant d’être courageux », disait un personnage qui en connaissait un bout sur le sujet. Un certain… Napoléon Bonaparte.
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
Dominique18
Messages : 3285
Inscription : 06 oct. 2020, 06:27

Re: Le Wokenisme en devenir

#21

Message par Dominique18 » 12 févr. 2021, 12:12

Kraepelin a écrit : 12 févr. 2021, 11:55
DictionnairErroné a écrit : 12 févr. 2021, 10:07

Malheureusement je ne peux citer la chronique, je n'y ai plus accès ayant dépassé mes 4 lectures mensuelles. Attendre au premier mars pour l'analyse.
Spoiler
Show
Pauvre Napoléon

En France, 2021 sera l’année du bicentenaire de la mort de Napoléon. C’est en effet le 5 mai 1821 que ce génie politique et militaire qui transforma la face du monde rendit son dernier souffle à Sainte-Hélène. La série de commémorations prévues, dont la publication d’une centaine de livres, a pourtant mal commencé. La conférence prévue cet automne à Nantes avec l’historien Thierry Lentz a été annulée. Dans un texte sibyllin, l’école de commerce de Nantes se contente de dire qu’elle ne voulait pas « promouvoir l’héritage napoléonien en cette période »...

Le lecteur averti devinera que celui qui a rétabli l’esclavage dans les colonies en 1802, alors qu’il était Premier consul, n’est pas en odeur de sainteté dans la ville qui abrite un mémorial consacré à son abolition. Comme si ce personnage plus grand que nature pouvait être ainsi réduit à cette seule décision. Une décision qui mériterait justement d’être étudiée sous l’angle historique plutôt que sous le seul éclairage de la morale.

La révolution néopuritaine qui fait rage dans les universités américaines serait-elle en train de gagner la France ? On peut le craindre. Déjà, les annulations et les tentatives d’annulation de conférences sont légion. On pense à la spécialiste de l’esthétique Carole Talon-Hugon, chahutée à Nice et qui est l’auteure d’un ouvrage fort à propos intitulé L’art sous contrôle (PUF). L’an dernier, l’enseignante de la Sorbonne Yana Grinshpun s’est fait refuser la publication d’un texte sous prétexte qu’il ne respectait pas les règles de l’« écriture inclusive », ce code impraticable devenu le nouveau drapeau rouge des militantes féministes les plus radicales.

Ce que Grinshpun nomme la « radicalisation progressive de l’espace universitaire » a déjà atteint aux États-Unis des sommets stratosphériques. En 2018, les chercheurs américains Helen Pluckrose, James Lindsay et Peter Boghossian en avaient fait la démonstration par l’absurde. Ils rédigèrent une vingtaine d’articles truffés d’enquêtes bidon et de statistiques bidouillées flattant tous dans le sens du poil les nouvelles idéologies radicales à la mode. L’un d’eux affirmait démontrer qu’une « rampante culture du viol » sévissait chez les chiens, dont certaines races souffraient d’une « oppression systémique ». Un autre dénonçait l’astrologie comme une pratique masculiniste et sexiste afin de lui opposer « une astrologie féministe, queer et indigéniste ». Au moment où le canular fut révélé, sept de ces articles avaient été acceptés, sept autres étaient à l’étape du comité de lecture et six seulement avaient été refusés.

Un dernier, mais non le moindre, reproduisait un extrait de Mein Kampf où l’on avait simplement remplacé les Juifs par les Blancs. Il fut refusé, mais reçut les éloges de plusieurs universitaires chevronnés. Les auteurs de ce coup fumant entendaient ainsi démontrer à quel point ce qu’ils nomment les « grievance studies » — que l’on pourrait traduire par « facultés de la récrimination » ou des « doléances » — a substitué l’idéologie à l’étude des faits.

Pluckrose et Lindsay viennent d’ailleurs de publier le best-seller Cynical Theories qui s’est vu décerner le titre de « Meilleur livre politique de l’année » par le Times. Son sous-titre est déjà tout un programme : « Comment les militants universitaires ont fait n’importe quoi sur la race, le sexe et l’identité — et pourquoi cela nuit à tout le monde ».

Les « gender », « ethnic » ou « post-colonial studies » fonctionnent en effet souvent comme si les femmes, les homosexuels ou les Noirs étaient seuls habilités à parler de ces sujets. Comme si leur parole était par essence sacrée et incontestable. Comme si elle échappait aux règles normales de la critique.

Or, la critique n’est-elle pas fondatrice de l’université au moins depuis Montaigne ? Elle est inhérente et constitutive de tout travail universitaire, peu importe le sexe, la race ou l’orientation sexuelle de celui qui parle. Quant aux discours militants, qui sont respectables tant qu’ils ne se cachent pas sous de mauvais prétextes, ils ne sont pas plus solubles dans la recherche universitaire que dans le journalisme.

Comme l’écrit Thierry Lentz : « Les groupes militants ont toujours existé. Ils ont toujours été agissants. […] Cela étant, les choses changent désormais rapidement en raison de la mollesse générale de la société et des administrations. Dire qu’un étudiant est là pour étudier est presque un scandale, empêcher les interventions extérieures d’historiens ou de philosophes entre presque dans les mœurs. Sur ce point, l’avenir est sombre, n’en doutons pas. »

Alors que les digues sautent les unes après les autres, en France comme au Québec, certains réclament une loi afin de protéger la liberté de parole dans une institution qui devrait pourtant en être le sanctuaire. Nul doute que pour défendre cette liberté, il faudra des recteurs autrement plus hardis que celui de l’Université d’Ottawa qui a refusé de soutenir la professeure Lieutenant-Duval à qui l’on avait reproché l’automne dernier d’avoir osé prononcer le mot « nègre ».

« On ne peut pas faire semblant d’être courageux », disait un personnage qui en connaissait un bout sur le sujet. Un certain… Napoléon Bonaparte.
Merci.
C'est inquiétant cette mouvance.
Fatalement, ça va coincer avec les dernières avancées scientifiques, en matière de préhistoire par exemple, où ce sont des collectifs de chercheurs provenant de différents horizons, qui sont à la tâche, dont des ethnologues. Les dérives idéologiques devraient très vite avouer leurs limites.

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 7985
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: Le Wokenisme en devenir

#22

Message par Kraepelin » 12 févr. 2021, 15:02

Dominique18 a écrit : 12 févr. 2021, 12:12
Merci.
C'est inquiétant cette mouvance.
Fatalement, ça va coincer avec les dernières avancées scientifiques, en matière de préhistoire par exemple, où ce sont des collectifs de chercheurs provenant de différents horizons, qui sont à la tâche, dont des ethnologues. Les dérives idéologiques devraient très vite avouer leurs limites.
Non!
Je connais bien le milieu limitant, dont je suis issu et dans lequel je baigne depuis ... des décénies.

Les faits, la logique, la science n'ont aucune espèce de prise sur les wokes. Ils ne souscrivent à la science QUE lorsqu'elle alimente leur chaval de bataille. Autrement, ils passent en mode "post-moderne" et invoquent que la science est une "construction cuilturelle" au service des groupes dominant et, bien sûr, le caractère très relatif de la vérité. Ceux qui hurlaient comme une bande de loups pour dénoncer les mensonges et aux contradictions de Donald Trump sont parfois les mêmes qui cultivent leurs propres mensonges et baiganient dans leurs propres contradictions.

:dilemme:
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
spin-up
Modérateur
Modérateur
Messages : 5387
Inscription : 23 févr. 2012, 06:01

Re: Le Wokenisme en devenir

#23

Message par spin-up » 12 févr. 2021, 15:34

Kraepelin a écrit : 12 févr. 2021, 15:02 Je connais bien le milieu limitant
Belle coquille :lol:

Avatar de l’utilisateur
Dominique18
Messages : 3285
Inscription : 06 oct. 2020, 06:27

Re: Le Wokenisme en devenir

#24

Message par Dominique18 » 12 févr. 2021, 16:27

Kraepelin a écrit : 12 févr. 2021, 15:02
Dominique18 a écrit : 12 févr. 2021, 12:12
Merci.
C'est inquiétant cette mouvance.
Fatalement, ça va coincer avec les dernières avancées scientifiques, en matière de préhistoire par exemple, où ce sont des collectifs de chercheurs provenant de différents horizons, qui sont à la tâche, dont des ethnologues. Les dérives idéologiques devraient très vite avouer leurs limites.
Non!
Je connais bien le milieu limitant, dont je suis issu et dans lequel je baigne depuis ... des décénies.

Les faits, la logique, la science n'ont aucune espèce de prise sur les wokes. Ils ne souscrivent à la science QUE lorsqu'elle alimente leur chaval de bataille. Autrement, ils passent en mode "post-moderne" et invoquent que la science est une "construction cuilturelle" au service des groupes dominant et, bien sûr, le caractère très relatif de la vérité. Ceux qui hurlaient comme une bande de loups pour dénoncer les mensonges et aux contradictions de Donald Trump sont parfois les mêmes qui cultivent leurs propres mensonges et baiganient dans leurs propres contradictions.

:dilemme:
Ouaip... milieu limitant...
Nous avons les mêmes alors...

Avatar de l’utilisateur
Hallucigenia
Modérateur
Modérateur
Messages : 5129
Inscription : 02 févr. 2006, 04:24

Re: Le Wokenisme en devenir

#25

Message par Hallucigenia » 12 févr. 2021, 18:26

Dominique18 a écrit : 12 févr. 2021, 09:34 Prochainement, en France ?
Oh, mais ils sont déjà là, et ils sont très actifs. Heureusement, pas encore à l'université... mais par exemple, ils ont fait main basse sur l'association de malades du sida ActUp Paris il y a deux ans, une vraie tragédie. :pleure:

Toute l'affaire est racontée sur Charlie Hebdo, allez lire, c'est édifiant : 120 coups de pied au cul par minute.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : julien99