Salaire des femmes

Politique, histoire, société... et autres sujets sans lien avec le paranormal
Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 3982
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: Salaire des femmes

#226

Message par DictionnairErroné » 14 avr. 2021, 06:31

Nous avons un meilleur aperçu des revendications syndicales des infirmières:
Les cheffes syndicales plaident que cela fait 20 ans que les femmes sont payées moins que leurs homologues masculins dans des secteurs d’emplois similaires. Elles étaient d’ailleurs vêtues de casques de construction pour illustrer leur propos.
https://www.journaldemontreal.com/2021/ ... nfirmieres
Emplois similaires masculins sont par exemple, les travailleurs de la construction. Les travailleurs de la construction aimeraient obtenir les régimes de retraite comme les femmes infirmières, les congés, les vacances, emplois assurés, assurances collectives... Ça a une grande valeur pécuniaire ces bébelles sociales.
Elles sont au front depuis plus d’un an : heures supplémentaires, vacances reportées, burnout, contamination covid. Elles cherchent une lumière à travers un brouillard qui ne veut pas se dissiper.
https://www.journaldemontreal.com/2021/ ... nfirmieres
Même le syndicat affirme que le temps partiel est problématique et cause des heures supplémentaires, des vacances reportés, les burnouts, dépressions aux travailleuses à temps plein. Pourtant, personne ne veut adresser ce problème ou même en discuter avec des études en appuie pour mieux comprendre la situation.

C'est cela que je revendique, des études, des statistiques, de propositions et non des slogans. Personne n'ose!

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 8415
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: Salaire des femmes

#227

Message par Kraepelin » 14 avr. 2021, 09:47

DictionnairErroné a écrit : 14 avr. 2021, 06:31 Nous avons un meilleur aperçu des revendications syndicales des infirmières:
Les cheffes syndicales plaident que cela fait 20 ans que les femmes sont payées moins que leurs homologues masculins dans des secteurs d’emplois similaires. Elles étaient d’ailleurs vêtues de casques de construction pour illustrer leur propos.
https://www.journaldemontreal.com/2021/ ... nfirmieres
Emplois similaires masculins sont par exemple, les travailleurs de la construction. Les travailleurs de la construction aimeraient obtenir les régimes de retraite comme les femmes infirmières, les congés, les vacances, emplois assurés, assurances collectives... Ça a une grande valeur pécuniaire ces bébelles sociales.
Tu as raison pour les vacances et le congés payées. Tu pourrais aussi ajouter la stabilité d'emploi qui n'existe pas dans la construction et les accidcents de travail qui font 200 morts par année dnas la construction contre 2 ou 3 morts par années de maladie progfesionnelles chez les infirmières. Pour le régime de retraite, par contre, une somme importante est retiré du chèque de paye des infirmières, alors tu ne peux pas vraiment le considérer comme un important avantage additionnel puisqu'elle ne paye une grosse partie de leur poche.
DictionnairErroné a écrit : 14 avr. 2021, 06:31
C'est cela que je revendique, des études, des statistiques, de propositions et non des slogans. Personne n'ose!
La notion de "travail équivalent" est très subjective. Les syndicats ont cassé beacoup de sucre sur le dos des patrons avec elle d'une manière qui ne m'est pas toujours apparue convaincante.
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
MaisBienSur
Messages : 5919
Inscription : 13 sept. 2012, 10:43

Re: Salaire des femmes

#228

Message par MaisBienSur » 15 avr. 2021, 03:12

En France, le travail de nuit pour les femmes fut interdit depuis la loi du 2 novembre 1892.
Cela explique aussi en partie les différences de salaire, mais là encore, il ne s'agit pas de différence homme/femme pour le même poste mais de postes gratifiés de primes (de nuit) interdit aux femmes.

Par nécessité de se mettre en conformité avec la directive européenne assurant l’égalité de traitement entre les hommes et les femmes, et pour éviter une condamnation au paiement d’une astreinte financière de 14482,66 par jours à partir du 30 novembre 2000, le 9 mai 2001, l’interdiction du travail de nuit des femmes était levée( loi n¡2001-397 du 9 mai 2001).

Ce qui fait qu'un pourcentage important aujourd'hui de femmes n'ont pas la même ancienneté dans un travail "posté" en comparaison de leur homologue masculin, donc si nous n'en tenons pas compte, forcément la moyenne générale penche vers un salaire plus élevé pour ces messieurs. :hausse:
Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d'alu.

Avant, j'étais indécis, maintenant je n'en suis plus très sûr...

Les marmottes qui pissent au lit passent un sale hiver (Philippe Vuillemin)

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 3982
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: Salaire des femmes

#229

Message par DictionnairErroné » 15 avr. 2021, 06:08

Kraepelin a écrit : 14 avr. 2021, 09:47 Pour le régime de retraite, par contre, une somme importante est retiré du chèque de paye des infirmières, alors tu ne peux pas vraiment le considérer comme un important avantage additionnel puisqu'elle ne paye une grosse partie de leur poche.
Ce que l'employé met dans un régime à prestation déterminé comme les infirmières est très peu comparativement à ce qu'elles vont recevoir à leur retraire la vie durant. Tandis que le régime de retraite des travailleurs de la construction est à cotisation déterminée (REER), en gros, c'est le travailleur qui est responsable du risque financier. Si la bourse dégringole, ils perdent beaucoup. Ce n'est pas le cas avec les infirmières. C'est le gouvernement qui est responsable du risque, c'est lui qui devra renflouer les coffres du régime pour maintenir les rentes. C'est une énorme différence.
MaisBienSur a écrit : 15 avr. 2021, 03:12 Par nécessité de se mettre en conformité avec la directive européenne assurant l’égalité de traitement entre les hommes et les femmes, et pour éviter une condamnation au paiement d’une astreinte financière de 14482,66 par jours à partir du 30 novembre 2000, le 9 mai 2001, l’interdiction du travail de nuit des femmes était levée( loi n¡2001-397 du 9 mai 2001).
Pas de travail de nuit jusqu'en 2001 pour les femmes? C'est quoi ça?

Avatar de l’utilisateur
MaisBienSur
Messages : 5919
Inscription : 13 sept. 2012, 10:43

Re: Salaire des femmes

#230

Message par MaisBienSur » 15 avr. 2021, 07:38

DictionnairErroné a écrit : 15 avr. 2021, 06:08
MaisBienSur a écrit : 15 avr. 2021, 03:12 Par nécessité de se mettre en conformité avec la directive européenne assurant l’égalité de traitement entre les hommes et les femmes, et pour éviter une condamnation au paiement d’une astreinte financière de 14482,66 par jours à partir du 30 novembre 2000, le 9 mai 2001, l’interdiction du travail de nuit des femmes était levée( loi n¡2001-397 du 9 mai 2001).
Pas de travail de nuit jusqu'en 2001 pour les femmes? C'est quoi ça?
Et oui... :ouch:

Avec la bénédiction des syndicats...

Une explication ici
Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d'alu.

Avant, j'étais indécis, maintenant je n'en suis plus très sûr...

Les marmottes qui pissent au lit passent un sale hiver (Philippe Vuillemin)

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 8415
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: Salaire des femmes

#231

Message par Kraepelin » 15 avr. 2021, 07:55

DictionnairErroné a écrit : 15 avr. 2021, 06:08
Kraepelin a écrit : 14 avr. 2021, 09:47 Pour le régime de retraite, par contre, une somme importante est retiré du chèque de paye des infirmières, alors tu ne peux pas vraiment le considérer comme un important avantage additionnel puisqu'elle ne paye une grosse partie de leur poche.
Ce que l'employé met dans un régime à prestation déterminé comme les infirmières est très peu comparativement à ce qu'elles vont recevoir à leur retraire la vie durant. Tandis que le régime de retraite des travailleurs de la construction est à cotisation déterminée (REER), en gros, c'est le travailleur qui est responsable du risque financier. Si la bourse dégringole, ils perdent beaucoup. Ce n'est pas le cas avec les infirmières. C'est le gouvernement qui est responsable du risque, c'est lui qui devra renflouer les coffres du régime pour maintenir les rentes. C'est une énorme différence.
Hummm

Je connais les différents régimes. Pour le RPD, en principe, l'employé contribue pour 50% et le patron pour un autre 50%. Nous avons calculé pour une travailleuse sociale sa contribution, la contribution théorique de l'État et le rendement de la Caisse de Dépot et de placement du Québec des 35 dernières années et la capitale final placé dans une rente viagère donne à peu près ce que reçoit une TS à la retraite.
:hausse:
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 3982
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: Salaire des femmes

#232

Message par DictionnairErroné » 15 avr. 2021, 08:32

Kraepelin a écrit : 15 avr. 2021, 07:55 Je connais les différents régimes. Pour le RPD, en principe, l'employé contribue pour 50% et le patron pour un autre 50%. Nous avons calculé pour une travailleuse sociale sa contribution, la contribution théorique de l'État et le rendement de la Caisse de Dépot et de placement du Québec des 35 dernières années et la capitale final placé dans une rente viagère donne à peu près ce que reçoit une TS à la retraite.
J'essaie de résumer...

Il existe des différences importantes entre le secteur privé et public, la question de la solvabilité du régime. Dans un régime privé, c'est la responsabilité de l'employeur d'assurer la capitalisation du régime pour être en mesure de verser les prestations au retraité sa vie durant même lorsque l'entreprise ferme ses portes et que plus personne ne verse des cotisations. Dans le secteur public ce n'est pas le cas, nous parlons plutôt de capitalisation au lieu de solvabilité puisqu’il est acquis que le gouvernement ne fermera jamais ses portes alors il n'a pas besoin de prévoir une caisse de retraite bien fournie au cas où il fermera.

Les conséquences sont sérieuses. Dans le secteur privé, s'il manque de l'argent dans la caisse de retraite pour assurer les versements au retraité même en cas de fermeture, nous parlons d'un pourcentage de solvabilité. Par exemple, une caisse peut être à 70% solvable en cas de fermeture. Ce qui veut dire que si l'entreprise ferme, les retraités n'auront que 70% de leurs rentes. Même pire si la situation se dégrade. Ce n'est pas le cas dans le secteur public. Les prestations sont garanties à vie.

Par exemple, dans mon régime de retraite, les employés versant 1 million et l'employeur 1 million. Puisque notre solvabilité était de 70% et devait selon la loi le ramener à 100%, l'employeur versait 10 millions de plus par année, tout dépend de la bourse.

Les versements des employés est fixes, un pourcentage de leur salaire indépendant de la performance de l'économie et auront tout de même une prestation garantie à vie, ils n'ont pas la charge du risque. Dans le secteur de la construction par exemple, ce n'est pas le cas puisqu'ils ont un régime à cotisation déterminée (REER) vous êtes responsables du risque. Même si vous versez le même montant que les infirmières par exemple, rien ne garantit que vos REER performeront et affectera grandement les prestations à la retraite. Rien ne vous dit combien vous recevrez à la retraire contrairement aux infirmières qui connaissent à l'avance leurs prestations établies par une formule mathématique.

Aujourd'hui c'est pire dans le secteur privé pour les RPD. L'employeur n'a plus l'obligation de régler la solvabilité. Le secteur privé est perçu comme le gouvernement, qu'il ne fermera jamais ses portes, régie par capitalisation au lieu de solvabilité. Le problème c'est qu'ils peuvent fermer. Nous devons nous attendre à des baisses de prestations assez sérieuses dans le secteur privé des RPD.

Il existe l'ajustement au coût de la vie (IPC) des prestations dans le secteur public et qui n'existe plus dans le secteur privé. Sur une période de 20 ans (2000-2020) un retraité du secteur privé (RPD) aura perdu environ 25% de son pouvoir d'achat avec aucun ajustement IPC.

Seul le secteur public au Québec a un RPD garanti à vie maintenant. C'est un avantage économique extraordinaire en plus de la sécurité d'emploi. Alors lorsque les infirmières se comparent avec la construction pour les avantages et salaires, c'est dégueulasse!

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 8415
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: Salaire des femmes

#233

Message par Kraepelin » 15 avr. 2021, 09:14

DictionnairErroné a écrit : 15 avr. 2021, 08:32
J'essaie de résumer...

Il existe des différences importantes entre le secteur privé et public, la question de la solvabilité du régime. Dans un régime privé, c'est la responsabilité de l'employeur d'assurer la capitalisation du régime pour être en mesure de verser les prestations au retraité sa vie durant même lorsque l'entreprise ferme ses portes et que plus personne ne verse des cotisations. Dans le secteur public ce n'est pas le cas, nous parlons plutôt de capitalisation au lieu de solvabilité puisqu’il est acquis que le gouvernement ne fermera jamais ses portes alors il n'a pas besoin de prévoir une caisse de retraite bien fournie au cas où il fermera.

Les conséquences sont sérieuses. Dans le secteur privé, s'il manque de l'argent dans la caisse de retraite pour assurer les versements au retraité même en cas de fermeture, nous parlons d'un pourcentage de solvabilité. Par exemple, une caisse peut être à 70% solvable en cas de fermeture. Ce qui veut dire que si l'entreprise ferme, les retraités n'auront que 70% de leurs rentes. Même pire si la situation se dégrade. Ce n'est pas le cas dans le secteur public. Les prestations sont garanties à vie.

Par exemple, dans mon régime de retraite, les employés versant 1 million et l'employeur 1 million. Puisque notre solvabilité était de 70% et devait selon la loi le ramener à 100%, l'employeur versait 10 millions de plus par année, tout dépend de la bourse.

Les versements des employés est fixes, un pourcentage de leur salaire indépendant de la performance de l'économie et auront tout de même une prestation garantie à vie, ils n'ont pas la charge du risque. Dans le secteur de la construction par exemple, ce n'est pas le cas puisqu'ils ont un régime à cotisation déterminée (REER) vous êtes responsables du risque. Même si vous versez le même montant que les infirmières par exemple, rien ne garantit que vos REER performeront et affectera grandement les prestations à la retraite. Rien ne vous dit combien vous recevrez à la retraire contrairement aux infirmières qui connaissent à l'avance leurs prestations établies par une formule mathématique.

Aujourd'hui c'est pire dans le secteur privé pour les RPD. L'employeur n'a plus l'obligation de régler la solvabilité. Le secteur privé est perçu comme le gouvernement, qu'il ne fermera jamais ses portes, régie par capitalisation au lieu de solvabilité. Le problème c'est qu'ils peuvent fermer. Nous devons nous attendre à des baisses de prestations assez sérieuses dans le secteur privé des RPD.

Seul le secteur public au Québec a un RPD garanti à vie maintenant. C'est un avantage économique extraordinaire en plus de la sécurité d'emploi. Alors lorsque les infirmières se comparent avec la construction pour les avantages et salaires, c'est dégueulasse!
J'ai fais HEC. Je appris tout ça. Oui, le RPD est plus sécuritaire, surtout dans le secteurs publique (1). Mais, dans les deux régimes c'est normalement 50%/50% et la différence entre le rendements des RDP ET RCD est impossible à anticiper. Théoriquement, le rendement du RCD peut même être supérieure. Aussi, je trouvais un peu cowboy de ta part de le signaler comme un gros avantage pour les infirmières.


1- Pour les infirmières, la cotisation au RPD est de 10,33% de son salaire. Juste ça et le rendement de la Caisse, ça donne 625,000$ après 35 ans de service. dans une rente viagère ça rapporte 4000$ par mois. C'est a peu près ce que verse le fonde de retraite. Le gouvernement n'a même pas la contribuer.
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 3982
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: Salaire des femmes

#234

Message par DictionnairErroné » 15 avr. 2021, 10:09

Kraepelin a écrit : 15 avr. 2021, 09:14 J'ai fais HEC. Je appris tout ça.
Ok
Kraepelin a écrit : 15 avr. 2021, 09:14 Oui, le RPD est plus sécuritaire, surtout dans le secteurs publique (1). Mais, dans les deux régimes c'est normalement 50%/50% et la différence entre le rendements des RDP ET RCD est impossible à anticiper. Théoriquement, le rendement du RCD peut même être supérieure. Aussi, je trouvais un peu cowboy de ta part de le signaler comme un gros avantage pour les infirmières.


1- Pour les infirmières, la cotisation au RPD est de 10,33% de son salaire. Juste ça et le rendement de la Caisse, ça donne 625,000$ après 35 ans de service. dans une rente viagère ça rapporte 4000$ par mois. C'est a peu près ce que verse le fonde de retraite. Le gouvernement n'a même pas la contribuer.
Il existe des différences importantes et c'est principalement à qui appartient le risque. Dans le secteur public (RPD) c'est le gouvernement, dans le secteur privé c'est le travailleur. Je crois que c'est en 2008 les REER ont perdus quelque chose comme 25% de leurs valeurs boursières. C'est le travailleur qui doit pallier à cette perte ce qui n'est pas le cas dans le secteur public (RPD), c'est le gouvernement qui devra assumer cette perte de revenu pour maintenir les prestations.
La Caisse de dépôt et placement du Québec a subi en 2008 des pertes historiques de 39,8 milliards de dollars, soit un rendement négatif de 25%. Ainsi, l'actif de la Caisse est passé de 155 milliards à 120 milliards de dollars en 2008.
https://ici.radio-canada.ca/radio/maiso ... 5914.shtml
Et l'autre différence majeure est que la rente d'un RCD n'est pas garantie à vie. Vous pouvez en tout temps voir votre rente diminuer même dans le cas des RPD du secteur privé. Par exemple, l'entreprise fait faillite, si le taux de solvabilité était de 65% les retraités perdront 35% de leurs rentes à vie. Si une entreprise est vendue et que le nouvel acheteur ne veut pas entretenir le régime de retraite, il demande aux syndiqués, voulez-vous que j'achète ou pas? Voulez-vous maintenir votre salaire ou pas? Oui, alors nous fermons le régime de retraite pour le vendre à une compagnie d'assurance et les retraités actuels verront leurs rentes ajustées au taux de solvabilité. Les dernières années ce fut le cas dans le secteur des pâtes et papiers, des pertes de 15% à 30% de leurs rentes à vie.

Est-ce que le secteur public avec RPD a ces problèmes? Non, il est épargné pour le moment du moins. Et la hausse de leurs cotisations n'est pas tellement significative par rapport à l'avantage et qui est partiellement dédommagé par l'ajustement au coût de la vie. Moi je payais 8,5%.

Je maintiens et je signe!

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 8415
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: Salaire des femmes

#235

Message par Kraepelin » 15 avr. 2021, 11:57

DictionnairErroné a écrit : 15 avr. 2021, 10:09

Je maintiens et je signe! :duel:
:a4:

En tous cas, lorsqu'il s'agit de développer un rapport de forces dans une négociation, les gars de la construction ils l'on l'affaire. Ils lancent plein gaze et sans pilote de la machinerie lourde sur le chantier. Boom!

Mon expérience syndical est que, sur ce terrain, les filles partent avec un handicap psychologique. Pour une raison que j'ignore, elles semblent avoir une difficulté plus grande à aller contre l'autorité. Dès que "maman ou papa fait des gros yeux", elles entrent au travail la queue entre les jambes (1). Juste dire "non" à sa patronne lorsqu'elle demande quelque chose clairement dérogatoire à la déontologie ... semble impossible pour minou.



1- C'est métaphorique, bien sûr.!
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 3982
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: Salaire des femmes

#236

Message par DictionnairErroné » 15 avr. 2021, 12:15

Kraepelin a écrit : 15 avr. 2021, 11:57 En tous cas, lorsqu'il s'agit de développer un rapport de forces dans une négociation, les gars de la construction ils l'on l'affaire. Ils lancent plein gaze et sans pilote de la machinerie lourde sur le chantier. Boom!

Mon expérience syndical est que, sur ce terrain, les filles partent avec un handicap psychologique. Pour une raison que j'ignore, elles semblent avoir une difficulté plus grande à aller contre l'autorité. Dès que "maman ou papa fait des gros yeux", elles entrent au travail la queue entre les jambes (1). Juste dire "non" à sa patronne lorsqu'elle demande quelque chose clairement dérogatoire à la déontologie ... semble impossible pour minou.
J'ai toujours été dans un milieu 99.9% masculin. La seule expérience que j'ai eue c'est avec le personnel des relations humaines, typiquement féminin. Une directrice m'avait déjà dit que personne ne lui avait parlé comme ça auparavant! Je lui ai répondu qu'elle trouverait le temps long, habitue-toi parce que je ne changerais pas pour toi. Une autre a été mutée, car elle était totalement déclassée, elle croyait que ce serait facile. Nous avions une sainte aussi qui faisait des miracles, l'infirmière. Tu rentrais dans son office et sortais de là toujours guéri et près à travailler!
:genoux:

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 3982
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: Salaire des femmes

#237

Message par DictionnairErroné » 16 avr. 2021, 06:41

En résumé, le régime de retraite du secteur public (RPD), comme les infirmières, devrait être celui de tous les travailleurs, une référence de base, un minimum. Les syndicats du secteur privé ont lâché la bataille des RPD. Tous les RPD du secteur privé se font détruire un à la fois par les gouvernements, les syndicats, les entreprises d'un commun accord. C'est révoltant!

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 8415
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: Salaire des femmes

#238

Message par Kraepelin » 16 avr. 2021, 12:03

DictionnairErroné a écrit : 16 avr. 2021, 06:41 En résumé, le régime de retraite du secteur public (RPD), comme les infirmières, devrait être celui de tous les travailleurs, une référence de base, un minimum. Les syndicats du secteur privé ont lâché la bataille des RPD. Tous les RPD du secteur privé se font détruire un à la fois par les gouvernements, les syndicats, les entreprises d'un commun accord. C'est révoltant!
+1

Je l'ai déjà dit sur le forum, c'est une des dernières grandes inégalités. Je proposais que l'on réforme le RRQ déjà commun à tous les travailleurs pour lui donner une plus grande extension.
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Phil_98
Messages : 594
Inscription : 10 sept. 2020, 10:58

Re: Salaire des femmes

#239

Message par Phil_98 » 17 avr. 2021, 07:46

Kraepelin a écrit : 16 avr. 2021, 12:03 ...
Je l'ai déjà dit sur le forum, c'est une des dernières grandes inégalités. Je proposais que l'on réforme le RRQ déjà commun à tous les travailleurs pour lui donner une plus grande extension.
Si tu parles d'un revenu minimal pour tous, c'est une bonne idée. Je pense que cela établirait une justice économique plus équitable.

Un des mes amis, travaillait pour le gouvernement sur cette approche, à son application, à ses contradictions. Il avait mentionné un projet pilote, mais il limitait les informations, je n'ai pas appris beaucoup de choses. Si tu as d'autres info, ce serait bien.
J’ai la "conviction intime'' qu’on peut critiquer et changer des ''convictions intimes''.

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 3982
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: Salaire des femmes

#240

Message par DictionnairErroné » 17 avr. 2021, 08:06

Phil_98 a écrit : 17 avr. 2021, 07:46 un revenu minimal pour tous, c'est une bonne idée. Je pense que cela établirait une justice économique plus équitable.
Il y a déjà eu une expérience du revenu minimum au Canada:
Au Canada, le revenu minimum garanti a été testé pour la première fois il y a 40 ans, à Dauphin, au Manitoba. Retour sur cette expérience novatrice.
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/79 ... -inegalite
Les données sont difficiles à décortiquer. La seule étude chiffré que je connais date de 22 ans par Michel Chartrand dans son livre: Manifeste pour un revenu de citoyenneté, Les éditions du Renouveau québécois, Montréal, 1999.
http://classiques.uqac.ca/contemporains ... e_tdm.html

Un résumé: Mémoire des luttes - Michel Chartrand. Le revenu de citoyenneté
Des objections au revenu de citoyenneté
Ça coûte cher  ?

Non! Il faut comprendre que le revenu de citoyenneté permet la fusion de myriades de programmes fédéraux et provinciaux qui, d’une façon ou d’une autre, assurent un filet de protection sociale. Un économiste bien informé, Jean-Baptiste Bergevin, démontra par a+b la faisabilité financière d’un revenu de citoyenneté au Canada. C’est la pauvreté qui coûte cher! En abandon scolaire, en criminalité, en santé, en sécurité… Selon une étude récente de Centraide, le coût de la pauvreté au Canada s’élèverait à 9,6 milliards $. Le revenu de citoyenneté ne couvrirait pas l’assurance maladie ni l’assurance automobile du Québec.
https://www.ababord.org/Le-revenu-de-citoyennete
Dernière modification par DictionnairErroné le 17 avr. 2021, 09:12, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 8415
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: Salaire des femmes

#241

Message par Kraepelin » 17 avr. 2021, 09:07

Phil_98 a écrit : 17 avr. 2021, 07:46
Kraepelin a écrit : 16 avr. 2021, 12:03 ...
Je l'ai déjà dit sur le forum, c'est une des dernières grandes inégalités. Je proposais que l'on réforme le RRQ déjà commun à tous les travailleurs pour lui donner une plus grande extension.
Si tu parles d'un revenu minimal pour tous, c'est une bonne idée. Je pense que cela établirait une justice économique plus équitable.
Non, je parle plutôt d'un régime de pension à prestation déterminée RPD universel. Seuls ceux qui y contribuent en tirent une rente contrairement au revenu minimum garanti qui lui ne se soucie pas des contributions.
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 3982
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: Salaire des femmes

#242

Message par DictionnairErroné » 17 avr. 2021, 09:20

Pour donner une idée au Canada. Il y a environ 27 millions de 18+ ans. Avec un revenu minimum de 20 000$ chacun, ça donne 540 milliards annuellement.

Phil_98
Messages : 594
Inscription : 10 sept. 2020, 10:58

Re: Salaire des femmes

#243

Message par Phil_98 » 17 avr. 2021, 09:52

Kraepelin a écrit : 17 avr. 2021, 09:07 ...
Non, je parle plutôt d'un régime de pension à prestation déterminée RPD universel. Seuls ceux qui y contribuent en tirent une rente contrairement au revenu minimum garanti qui lui ne se soucie pas des contributions.
J'essaie de clarifier ma compréhension, je mélange peut-être entre égalité et équité.

Il y a iniquité, parce que pour un même salaire, des régimes privés ne donneront pas un régime de pension RPD (Revenue de Pension Déterminé).

Il y a inégalité par rapport au revenue minimum, parce que la valeur d'un régime RPD varie en fonction du salaire pendant que la personne contribue. Un salaire élevé, donnera un régime de pension élevé.
J’ai la "conviction intime'' qu’on peut critiquer et changer des ''convictions intimes''.

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 3982
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: Salaire des femmes

#244

Message par DictionnairErroné » 17 avr. 2021, 11:18

Phil_98 a écrit : 17 avr. 2021, 09:52 un régime de pension RPD (Revenue de Pension Déterminé).
Pour clarifier

RPD: Régime à Prestation Déterminée
Le régime à prestations déterminées prévoit une rente de retraite dont le montant est fixé à l'avance. Ce montant correspond généralement à un pourcentage du salaire multiplié par les années de service reconnues par le régime. (L'employeur détient le risque et de maintenir le régime solvable)

RCD: Régime à Cotisation Déterminée
Dans un régime à cotisation déterminée, le montant des cotisations est fixé à l'avance, contrairement au montant du revenu de retraite, qui ne l'est pas. Le montant du revenu de retraite dépend, entre autres, des sommes totales accumulées dans le compte, soit : (L'employé détient le risque et de maintenir sa capitalisation).
- les cotisations du participant, s'il y a lieu.
- les cotisations de l'employeur, s'il y a lieu.

RPC: Régime à Prestations Cibles
Le régime de retraite à prestations cibles est un régime à prestations déterminées où la cotisation patronale et, le cas échéant, la cotisation salariale sont fixées à l'avance. la rente normale est fonction de la situation financière du régime. (Un mélange des deux, le calcul de la rente et l'employé détient le risque et de maintenir sa capitalisation. La crosse des syndicats pour annuler les RPD )

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 8415
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: Salaire des femmes

#245

Message par Kraepelin » 17 avr. 2021, 15:13

Phil_98 a écrit : 17 avr. 2021, 09:52
J'essaie de clarifier ma compréhension, je mélange peut-être entre égalité et équité.

Il y a iniquité, parce que pour un même salaire, des régimes privés ne donneront pas un régime de pension RPD (Revenue de Pension Déterminé).
Non, nous parlons de la différence entre Régime à Prestations Déterminées (RDP) et Régime à Cotisation Déteminée (RCD)

Le régime à prestations déterminées (RDP) fixe au départ selon une formule précise le montant de la rente de retraite qui sera payable au participant à sa retraite. Par exemple, salaire moyen des 5 meilleures années + 2% par années de contribution avec un maximum à 75%.

Le régime de retraite à cotisation déterminée (RCD) fixe plutôt au départ la cotisation que l'employeur et le travailleur paieront. Le montant de la rente ou du revenu que touchera le participant à sa retraite n'est pas connu d’avance. Il dépend du rendement sur les sommes accumulées dans le régime, et des conditions en vigueur au moment de transférer vers un véhicule de revenu de retraite.
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 8415
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: Salaire des femmes

#246

Message par Kraepelin » 17 avr. 2021, 15:14

DictionnairErroné a écrit : 17 avr. 2021, 11:18
Phil_98 a écrit : 17 avr. 2021, 09:52 un régime de pension RPD (Revenue de Pension Déterminé).
Pour clarifier
oups! je n'avais pas vue que tu avais déjà répondu.
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 3982
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: Salaire des femmes

#247

Message par DictionnairErroné » 18 avr. 2021, 07:26

Kraepelin a écrit : 17 avr. 2021, 15:14 oups! je n'avais pas vue que tu avais déjà répondu.
Pour éclaircir un peu plus...

...Nous référons à des régimes de retraite complémentaires ci-dessus, c'est un avantage social très précieux. Pour plusieurs, ils doivent survivre avec seulement les deux régimes de retraite publics, la pauvreté quoi. Comme vous le dites, il doit y avoir une réforme à ce niveau.

Régime de rentes du Québec (RRQ)
Régime de pensions du Canada (RPC)

Phil_98
Messages : 594
Inscription : 10 sept. 2020, 10:58

Re: Salaire des femmes

#248

Message par Phil_98 » 18 avr. 2021, 07:29

DictionnairErroné a écrit : 17 avr. 2021, 11:18 ...
RPD: Régime à Prestation Déterminée
Le régime à prestations déterminées prévoit une rente de retraite dont le montant est fixé à l'avance. Ce montant correspond généralement à un pourcentage du salaire multiplié par les années de service reconnues par le régime. (L'employeur détient le risque et de maintenir le régime solvable)

RCD: Régime à Cotisation Déterminée
Dans un régime à cotisation déterminée, le montant des cotisations est fixé à l'avance, contrairement au montant du revenu de retraite, qui ne l'est pas. Le montant du revenu de retraite dépend, entre autres, des sommes totales accumulées dans le compte, soit : (L'employé détient le risque et de maintenir sa capitalisation).
- les cotisations du participant, s'il y a lieu.
- les cotisations de l'employeur, s'il y a lieu.

RPC: Régime à Prestations Cibles
Le régime de retraite à prestations cibles est un régime à prestations déterminées où la cotisation patronale et, le cas échéant, la cotisation salariale sont fixées à l'avance. la rente normale est fonction de la situation financière du régime. (Un mélange des deux, le calcul de la rente et l'employé détient le risque et de maintenir sa capitalisation. La crosse des syndicats pour annuler les RPD )
Merci.

Pourquoi ; « La crosse des syndicats pour annuler les RPD»
J’ai la "conviction intime'' qu’on peut critiquer et changer des ''convictions intimes''.

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 3982
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: Salaire des femmes

#249

Message par DictionnairErroné » 18 avr. 2021, 08:38

Phil_98 a écrit : 18 avr. 2021, 07:29
DictionnairErroné a écrit : 17 avr. 2021, 11:18 RPC: Régime à Prestations Cibles
Le régime de retraite à prestations cibles est un régime à prestations déterminées où la cotisation patronale et, le cas échéant, la cotisation salariale sont fixées à l'avance. la rente normale est fonction de la situation financière du régime. (Un mélange des deux, le calcul de la rente et l'employé détient le risque et de maintenir sa capitalisation. La crosse des syndicats pour annuler les RPD )
Pourquoi ; « La crosse des syndicats pour annuler les RPD»
C'est une longue histoire, essayons de faire court.

Le gouvernement ne voulait plus de grosse caisse de retraite puisqu'il perdait des sommes importantes en impôts puisque les profits des caisses de retraite de son pas imposable. Nous parlons de plusieurs milliards annuellement seulement au Québec. Dans le secteur privé les RPD doivent être solvable, cad, que la caisse de retraite doit avoir suffisamment d'argent pour garantir la promesse des rentes en cas de fermeture puisque plus aucun employé ne contribuerait à la caisse et l'employeur n'y contribuerait plus rien puisqu'il n'existe plus. Le fardeau était sur le dos de l'employeur uniquement. Évidemment les employeurs n'appréciaient pas de voir tout cet argent verser dans la caisse de retraite puisque cela leur enlevait de la liquidité pour faire des affaires et non parce qu'il ne pouvait le faire financièrement.

Ainsi de la pression fut mise sur les syndicats pour changer ça. En premier ce fut d'enlever la protection de la solvabilité pour la remplacer par la capitalisation comme dans les RPD du secteur public. C'est-à-dire que l'employeur ne fermera jamais ses portes, aucune faillite ou vente. Donc la solvabilité du régime n'est plus nécessaire puisqu'elle est utile seulement en cas de fermeture. À ce moment, en gros, la caisse de retraite doit suffisamment d'argent pour payer les rentes actuelles aux retraités et dans le futur.

Le problème est que le secteur privé peut faire faillite ou être vendu. Puisque la caisse de retraite est plus petite avec le calcul par capitalisation que par solvabilité, il est évident que lors d'une fermeture ou faillite, il n'y aura pas suffisamment d'argent pour garantir la rente des retraités. Et tout cela s'est fait avec l'accord des syndicats puisqu'ils avaient peur que les employeurs du secteur privé demandent des baisses de salaires, menaces de fermetures pour maintenir la solvabilité ou même simplement avoir la responsabilité d'un régime RPD. Ce qui était totalement faux d'ailleurs.

Ainsi pour se débarrasser des RPD les syndicats ont inventé un nouveau régime, le Régime à Prestations Cibles qui fut introduit en premier en Nouvelle-Écosse. Ainsi l'employeur n'a plus de responsabilité de maintenir la solvabilité du RPD, voici le RPC! En gros, ce sont des REER collectifs payés par l'employé et l'employeur. Le calcul de la rente se fait toujours par une formule comme dans le RPD. La différence est que si la caisse de retraite n'a plus suffisamment d'argent pour payer les rentes soit que l'employeur met plus d'argent (bonne chance) soit que les employés mettent plus d'argent (bonne chance) ou soit que les retraités se fassent couper leurs rentes (la solution la plus probable). Elle est là la crosse.

(Je peux faire erreur, mais je crois que le régime de retraite des travailleurs de la construction fonctionnait avec un principe semblable su RPC jusqu'en 2005. Ils ont dû fermer ce régime, car il ne fonctionnait tout simplement pas, il ne pouvait garantir la rente des retraités.)

Phil_98
Messages : 594
Inscription : 10 sept. 2020, 10:58

Re: Salaire des femmes

#250

Message par Phil_98 » 18 avr. 2021, 10:04

Intéressant. Je vais expliquer ce que j'ai compris.

Ma prémisse; pour le future revenue de pension, l'argent des caisses de retraites est essentiellement placé sur le marché boursier.

1) Avec le RPD, la pension qui sera déboursé est indépendante du marché boursier. Elle est dépendante du salaire de l'employé seulement. Peu importe ce qui se produit avec les résultats boursier.

2) Avec le RCD, la pension qui sera déboursé est dépendante du marché boursier. Elle variera en conséquence de la capitalisation que l'employé et la compagnie y ont mis et en conséquence du rendement des marché boursier.

3) Avec le RPC ...... ? c'est un RCD qui se transforme en REER au nom de l'employé.
J’ai la "conviction intime'' qu’on peut critiquer et changer des ''convictions intimes''.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit