Analyser la mouvance Woke

Politique, histoire, société... et autres sujets sans lien avec le paranormal
Avatar de l’utilisateur
Etienne Beauman
Messages : 6183
Inscription : 20 févr. 2011, 12:59

Re: Analyser la mouvance Woke

#351

Message par Etienne Beauman » 12 oct. 2021, 14:14

jroche a écrit : 12 oct. 2021, 14:07 S'agissant de Jean-Baptiste Colbert, je ne sais pas si des faits sont niés mais il semble qu'on l'accuse d'avoir instauré l'esclavage avec son Code Noir.
Sources ?

Ici on lit :
Quand Colbert rédige le premier Code noir, l’esclavage est interdit en métropole mais pratiqué dans les colonies françaises. Son texte va encadrer ces relations "maître-esclave", et de ce fait les légaliser. Le Code noir de Colbert, par son article 44, fait des esclaves "des êtres meubles" qui peuvent donc être achetés ou vendus.

Moi je peux parfaitement comprendre que des descendants d'esclaves se sentent mal à l'aise quand on commémore ce mec.
Au royaume des cyclopes, les borgnes sont aveugles.
Is this a discussion?

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 3744
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: Analyser la mouvance Woke

#352

Message par DictionnairErroné » 12 oct. 2021, 14:46

Etienne Beauman a écrit : 12 oct. 2021, 13:57 Si ça demande des efforts à trouver, c'est que ça doit pas être si courant...
C'est comme tout sur internet, ça demande du temps. J'ai lu plusieurs documents, reportage, etc., mais je n'ai pas construit une bibliothèque de liens sur le sujet. Ce serait tout à refaire. Finalement je me demande si vous en valez la peine, si ce n'est pas une perte de temps.

Nous pouvons parler de tromperie aussi comme le signale Kraepelin.
Kraepelin a écrit : 12 oct. 2021, 10:40 L'affrontement historiographique entre historiographes classiques et wokes, est l'intention idéologique. Alors que les premiers exaltent le passé pour "cimenter" la nation, les wokes ont explicitement l'intention de présenter les faits pour culpabiliser un groupe et de victimiser les autres groupes.
Prenons le cas du premier ministre canadien qui a été en poste quelques mois et qui a donné naissance aux orphelinats autochtones. Les wokes le rendent responsable de ce qui s'en est suivi pendant un siècle. C'est une tromperie historique comme d'autres et pas unique au woke, mais tout de même des tromperies, des sélections idéologiques qui ont pour objectif de tromper. Pour justifier le déboulonnement de statues dans une pratique d'effacement de l'histoire basée sur une tromperie.

Avatar de l’utilisateur
Etienne Beauman
Messages : 6183
Inscription : 20 févr. 2011, 12:59

Re: Analyser la mouvance Woke

#353

Message par Etienne Beauman » 12 oct. 2021, 15:05

DictionnairErroné a écrit : 12 oct. 2021, 14:46 Pour justifier le déboulonnement de statues dans une pratique d'effacement de l'histoire basée sur une tromperie.
Pour la dernière fois j'espère aujourd'hui les statuts c'est la mémoire, pas l'histoire !
Au royaume des cyclopes, les borgnes sont aveugles.
Is this a discussion?

Avatar de l’utilisateur
Dominique18
Messages : 4062
Inscription : 06 oct. 2020, 06:27

Re: Analyser la mouvance Woke

#354

Message par Dominique18 » 12 oct. 2021, 16:01

Colbert ne peut pas être réduit uniquement à un rôle de codificateur de l'esclavagisme.
Comme je l'ai écrit, il faut tout replacer en perspective historique, dans le contexte de l'époque et ne pas regarder l'histoire avec le prisme contemporain.
L'objectif étant de disposer de connaissances sur cette question. Les faits ont existé.
Il ne s'agit pas de nier où d'excuser mais de considérer la vie de Colbert, qui n'est pas, dans ses actes, seule de son fait.
Ce code noir s'appuie sur cette base historique :
Le Code noir mêle les préoccupations pragmatiques - unifier les usages existants, assurer le maintien de l’ordre et l’obéissance des esclaves, préserver les capacités productives des exploitations sucrières - et les considérations religieuses et morales, ce qui conduit à ce qui nous apparaît comme des contradictions. On se scandalise aujourd’hui de ce que les esclaves y soient assimilés à des meubles, comme en droit romain (article 44), mais cette fiction juridique, destinée à conforter la propriété et à faciliter les transactions, n’induit pas qu’ils soient réellement considérés comme des choses.L’esclave doit être instruit dans la religion catholique et bénéficier du repos du dimanche (article 2) ; le maître ou le contremaître qui tue un esclave se rend coupable d’un crime (article 43). L’édit contient des dispositions destinées à décourager les mariages mixtes (qui pourraient aboutir à réduire le nombre d’esclaves), mais facilite les procédures d’affranchissement. Ces contradictions n’ont, semble-t-il, frappé ni Jean-Baptiste Colbert ni ses collaborateurs, d’abord soucieux d’unité religieuse et juridique: toujours la «maxime de l’ordre» que Colbert prétend défendre face à la «maxime du désordre» imputée à Fouquet...
https://www.lefigaro.fr/vox/histoire/co ... e-20200625

Autre fait historique :
Le Code Noir
Louis XIV réaffirme son autorité sur les colons et leurs esclaves
L'esclavage jette une ombre tragique sur la France des Temps modernes et des Lumières (XVIIe, XVIIIe et début du XIXe siècles).

Alors que le royaume avait de longue date rejeté le servage et toute forme de servitude, des aventuriers et des marchands renouent avec ces pratiques dans les colonies d'outre-mer, à l'imitation des Portugais et des Espagnols.

Dès le XVe siècle, ceux-ci ont reproduit dans la péninsule ibérique le modèle oriental des grandes plantations sucrières avec des esclaves africains achetés sur les marchés arabes. La découverte du Nouveau Monde a donné un nouvel élan à cette pratique et les colons européens sont allés dès lors s'approvisionner directement en esclaves dans le golfe de Guinée, auprès des négociants africains.
On peut remonter dans le temps pour déterminer les responsabilités successives.
La connaissance de faits historiques doit permettre une révision de la mémoire commune, collective, selon des principes dynamiques, fondamentaux pour l'entretien et la pérennité des structures démocratiques.
Trivialement, régulièrement, on doit faire le ménage et mettre à jour. L'enseignement a largement évolué à ce niveau, il reste du travail à faire.
Ça ne va pas forcément de soi, il y a des résistances, cf.l'affaire Guy Mocquet.
Historiquement, replacé dans son contexte, Guy Mocquet n'est pas le héros résistant dont la mémoire commune s'est emparée.
Ce n'est qu'un exemple.
On pourrait procéder de même avec Che Guevara.
A ce petit jeu, on ne va jamais finir de vouloir réécrire l'histoire avec une vision et une analyse contemporaines.
Dernière modification par Dominique18 le 12 oct. 2021, 16:13, modifié 2 fois.

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 3744
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: Analyser la mouvance Woke

#355

Message par DictionnairErroné » 12 oct. 2021, 16:06

Etienne Beauman a écrit : 12 oct. 2021, 15:05
DictionnairErroné a écrit : 12 oct. 2021, 14:46 Pour justifier le déboulonnement de statues dans une pratique d'effacement de l'histoire basée sur une tromperie.
Pour la dernière fois j'espère aujourd'hui les statuts c'est la mémoire, pas l'histoire !
Mémoire sélective de l'histoire alors.

Avatar de l’utilisateur
Etienne Beauman
Messages : 6183
Inscription : 20 févr. 2011, 12:59

Re: Analyser la mouvance Woke

#356

Message par Etienne Beauman » 12 oct. 2021, 16:09

Dominique18 a écrit : 12 oct. 2021, 16:01 Comme je l'ai écrit, il faut tout replacer en perspective historique, dans le contexte de l'époque et ne pas regarder l'histoire avec le prisme contemporain.
C'est saoulant, déboulonner les statues c'est s'attaquer à la mémoire, pas à l'histoire.

Vas tu l'entendre cet argument ?

Personne ne demande de ne plus travailler historiquement sur Colbert, ce qu'ils demandent c'est qu'on arrête de célébrer la mémoire de cet homme.

Tu fais un épouvantail.
Au royaume des cyclopes, les borgnes sont aveugles.
Is this a discussion?

Avatar de l’utilisateur
Etienne Beauman
Messages : 6183
Inscription : 20 févr. 2011, 12:59

Re: Analyser la mouvance Woke

#357

Message par Etienne Beauman » 12 oct. 2021, 16:13

DictionnairErroné a écrit : 12 oct. 2021, 16:06
Etienne Beauman a écrit : 12 oct. 2021, 15:05
DictionnairErroné a écrit : 12 oct. 2021, 14:46 Pour justifier le déboulonnement de statues dans une pratique d'effacement de l'histoire basée sur une tromperie.
Pour la dernière fois j'espère aujourd'hui les statuts c'est la mémoire, pas l'histoire !
Mémoire sélective de l'histoire alors.
Bah oui, les choix politiques de ce qu'on met en avant sont de toute évidence sélectifs.

Comment veux tu faire autrement ? Dans un village qui n'a qu'une place on peut pas mettre une statue par personnage historique, il faut bien sûr faire des choix.

:hausse:
Au royaume des cyclopes, les borgnes sont aveugles.
Is this a discussion?

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 3744
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: Analyser la mouvance Woke

#358

Message par DictionnairErroné » 12 oct. 2021, 16:17

DictionnairErroné a écrit : 12 oct. 2021, 16:06
Etienne Beauman a écrit : 12 oct. 2021, 15:05
DictionnairErroné a écrit : 12 oct. 2021, 14:46 Pour justifier le déboulonnement de statues dans une pratique d'effacement de l'histoire basée sur une tromperie.
Pour la dernière fois j'espère aujourd'hui les statuts c'est la mémoire, pas l'histoire !
Mémoire sélective de l'histoire alors.
Si tu veux t'en taper toute une, voilà:
https://historyreclaimed.co.uk/

La riposte des historiens contre la « culture woke »
On ne trafique pas l’histoire ! Voilà le mot d’ordre d’un groupe d’universitaires en réponse aux militants de la « woke culture ». Pour rappel, la « culture woke » ou « cancel culture » consiste à diaboliser tout ce qui émane de l’homme blanc en insinuant que cela a forcément une connotation raciste ou suprémaciste. Cela concerne souvent l’histoire mais aussi les sciences et les arts.
Pour les wokes ce ne sont pas des choix politiques, mais idéologiques.
Dans un village qui n'a qu'une place on peut pas mettre une statue par personnage historique, il faut bien sûr faire des choix.
Argument de tonton. Nous ne sommes pas dans un village à Washington!
Dernière modification par DictionnairErroné le 12 oct. 2021, 16:22, modifié 4 fois.

Avatar de l’utilisateur
Dominique18
Messages : 4062
Inscription : 06 oct. 2020, 06:27

Re: Analyser la mouvance Woke

#359

Message par Dominique18 » 12 oct. 2021, 16:18

C'est toi qui est saoulant.
Pourquoi en serait-il ainsi, suivant tes désidératas ?
C'est saoulant, déboulonner les statues c'est s'attaquer à la mémoire, pas à l'histoire.

Vas tu l'entendre cet argument ?

Personne ne demande de ne plus travailler historiquement sur Colbert, ce qu'ils demandent c'est qu'on arrête de célébrer la mémoire de cet homme.

Tu fais un épouvantail.
C'est qui "ils"?
Qui représentent-ils?
Donne-les, les précisions, et en détails, s'il te plaît.
On laisse les statues tranquilles, qui ne posent pas de problème à la majorité des personnes, sinon il va falloir procéder à tout revoir dans les musées.
Un peu trop de célébration mémorielle nuit, je n'en disconviens pas. Mais le curseur selectif, on va le placer en fonction de quels critères ?
Les 500 ans de Léonard de Vinci, étaient-ils bien nécessaires ? C'était un drôle de planqué, ce gars-là, protégé par le pouvoir en place, opportuniste, pas un révolutionnaire pour deux sous. C'était pas franchement des marrants avec le peuple, les Médicis.
Un épouvantail... Tu aimes bien y avoir recours, tu en raffoles.
Dernière modification par Dominique18 le 12 oct. 2021, 16:24, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Etienne Beauman
Messages : 6183
Inscription : 20 févr. 2011, 12:59

Re: Analyser la mouvance Woke

#360

Message par Etienne Beauman » 12 oct. 2021, 16:22

Dominique18 a écrit : 12 oct. 2021, 16:01 La connaissance de faits historiques doit permettre une révision de la mémoire commune, collective, selon des principes dynamiques, fondamentaux pour l'entretien et la pérennité des structures démocratiques.
Trivialement, régulièrement, on doit faire le ménage et mettre à jour. L'enseignement a largement évolué à ce niveau, il reste du travail à faire.
Ça ne va pas forcément de soi, il y a des résistances, cf.l'affaire Guy Mocquet.
Historiquement, replacé dans son contexte, Guy Mocquet n'est pas le héros résistant dont la mémoire commune s'est emparée.
Ce n'est qu'un exemple.
On pourrait procéder de même avec Che Guevara.
A ce petit jeu, on ne va jamais finir de vouloir réécrire l'histoire avec une vision et une analyse contemporaines.
Ce passage n'était pas là quand j'ai répondu.

Non !

Tu confonds l'histoire en tant que science non dogmatique qui évolue en fonction de l'avancée des connaissances et la mémoire qui découle des choix politiques.
Personne ne parle de réécrire l'histoire en demandant de retirer une statue. L'histoire de l'Irak n'a pas changé quand les Iraquiens ont fait tombé les statues de Sadam Hussein, pareil dans les pays de l'est.

Les monuments, statues, nom de rue, etc font partie du récit national promut par les dirigeants vouloir en changer n'est pas vouloir réécrire l'histoire.
Au royaume des cyclopes, les borgnes sont aveugles.
Is this a discussion?

Avatar de l’utilisateur
Dominique18
Messages : 4062
Inscription : 06 oct. 2020, 06:27

Re: Analyser la mouvance Woke

#361

Message par Dominique18 » 12 oct. 2021, 16:28

Mais je suis d'accord c'est toi qui ne comprend pas.
Sois moins affirmatif et dogmatique quand tu t'adresses à l'autre. Me dire que je confonds histoire et mémoire...
Ce n'est pas la première fois que je te le signale. En plus, c'est un beau biais, parce que ça suppose que tout tu sais, et que l'autre, non.

On ne peut pas comparer l'Irak et la France de Colbert, où celle de Guy Mocquet où..
Dernière modification par Dominique18 le 12 oct. 2021, 16:30, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 3744
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: Analyser la mouvance Woke

#362

Message par DictionnairErroné » 12 oct. 2021, 16:30

DÉCLARATION DE LA FÊTE DU CANADA
Dans la lettre ouverte ci-dessous, un groupe d'historiens a ouvertement répondu - et rejeté - la déclaration de la fête du Canada publiée par la Canadian Historical Review.
https://www.christopherdummitt.com/blank-page

Des historiens rejettent la fabulation historique woke appuyer par le gouvernement du canada de Trudeau.
Nous vous écrivons pour exprimer notre grave déception face à la « Déclaration de la fête du Canada » de la Société historique du Canada (SHC). Celle-ci affirme que « les études historiques existantes … rendent cette conclusion on ne peut plus claire », à savoir que le traitement des peuples autochtones chez nous était génocidaire et qu'il existe « un large consensus parmi les experts en histoire » quant à la preuve de « l'intention génocidaire ». La SHC attaque également la profession en déclarant que les historiens ont fermé les yeux sur les tragédies qui ont marqué l'histoire du Canada. Il n'y a aucun fondement à de telles affirmations et la SHC n'a aucune légitimité quand elle affirme représenter le point de vue des professeurs d’histoire dans cette affaire.

La récente découverte de tombes près d'anciens pensionnats autochtones est une preuve tragique de ce que la Commission de vérité et réconciliation a documenté dans le volume 4 de son rapport final - un rapport que nous encourageons tous les Canadiens à lire. Nous encourageons également la poursuite des recherches sur les lieux de sépulture à travers le pays et soutenons la tenue d'un registre des enfants décédés dans ces écoles.

Cependant, la SHC existe pour représenter les historiens professionnels et, à ce titre, a le devoir de représenter l'éthique et les valeurs de l'érudition historique. En faisant une annonce à l'appui d'une interprétation particulière de l'histoire et en insistant sur le fait qu'il n'y a qu'une seule interprétation valide, la direction actuelle de la SHC a commis une entorse fondamentale aux normes et aux attentes qui régissent notre profession.

Avec cette tactique d'intimidation, le Conseil de la SHC agit en tant qu'organisation militante et non en tant qu'organisme professionnel représentant des professeurs d’université. Ce virage est inacceptable.

La question des pensionnats fait l’objet d’un débat parmi les chercheurs. Beaucoup diffèrent dans leurs évaluations de cette problématique. Des interprétations différentes sont à prévoir au sein d’une communauté universitaire très animée sur cette question. Cela doit permettre un débat ouvert, une diversité de points de vue et également une évaluation du passé sur la base de preuves.

En prétendant qu'il n'y a qu'une seule interprétation, les dirigeants de la SHC musèlent les universitaires qui en sont arrivés à une conclusion différente de la leur. Ils présentent aux publics canadien et québécois un prétendu « consensus » qui n'existe pas.

Leur attitude constitue une entorse aux standards les plus élémentaires de la recherche académique. Ils trahissent le public qui s’attend à ce que le milieu académique fonde ses débats sur des faits et des preuves qui ont été corroborés. Les bonnes intentions importent peu ici car il est particulièrement important qu’une organisation professionnelle d’universitaires soutienne la diversité et l’ouverture dans les débats. Cela est encore plus vrai quand plusieurs insistent pour mettre de l’avant une interprétation particulière. En de telles situations, nos principes intellectuels sont mis à l’épreuve et doivent être maintenus.

Nous demandons donc à la SHC de retirer sa déclaration. Sa véritable mission est de permettre des débats ouverts à tous les points de vue tout en défendant la diversité intellectuelle. Son travail n'est pas de promouvoir une seule histoire « consensuelle » du Canada.

Nous savons que nous parlons au nom d'une multitude d'historiens qui ont franchement peur de soutenir cette lettre ouverte. Ils craignent vivement qu'un tel geste ne mette en danger leurs candidatures à la titularisation et aux promotions. Nous avons également été encouragés en privé par d'autres qui occupent des postes officiels qui les empêchent de s'exprimer sur ce sujet.

Alors que la SHC célèbre son centenaire, elle doit rester fidèle à ce qu’il y a de meilleur dans ses traditions. Comme organisation professionnelle, elle doit défendre sans réserve l'objectivité, le doute, le débat et le libre accès aux ressources qui aideront les historiens à faire la lumière sur notre histoire, incluant sur les épisodes les plus sombres de notre passé.
Spoiler
Afficher
Frédéric Bastien - Collège Dawson
Éric Bédard - Université TELUQ
David J. Bercuson - University of Calgary
John Bonnett - Brock University
Robert Bothwell - University of Toronto
Félix Bouvier - Université du Québec à Trois-Rivières
Gerry Bowler - Frontier Centre for Public Policy
Patrick H. Brennan - University of Calgary
Phillip Buckner - University of London
C. P. Champion - Editor, Dorchester Review
Marie-Aimée Cliche - Université du Québec à Montréal
Rodney Clifton - University of Manitoba
Luca Codignola - University of Genoa
Robert Comeau - l’Université du Québec à Montreal
Terry Copp - Wilfrid Laurier University
Jack Cunningham - University of Toronto
Kenneth Dewar - Mount Saint Vincent University
Ian Dowbiggin - University of Prince Edward Island
Christopher Dummitt - Trent University
Patrice Dutil - Ryerson University
Lucia Ferretti - Université du Québec à Trois-Rivières
Tom Flanagan - University of Calgary
Dany Fougères - Université du Québec à Montréal
Brian L French - Historian and Author
Yves Gingras - Université du Québec à Montréal
J. L. Granatstein - York University
Roger Hall - University of Western Ontario
René Hardy - Université du Québec à Trois-Rivières
Geoffrey Hayes - University of Waterloo
Michiel Horn - York University
P. Whitney Lackenbauer - Trent University
Gilles Laporte - Cégep du Vieux Montréal et l’Université du Québec à Montreal
Margaret Macmillan - University of Oxford
Susan Mann - York University
David B. Marshall - University of Calgary
Joe Martin - University of Toronto
Kathleen E. McCrone - University of Windsor
Duncan L McDowell - Queen's University
Ken McLaughlin - St. Jerome's University
Barbara Messamore - University of the Fraser Valley
J. R. Miller - University of Saskatchewan
Allen Mills - University of Winnipeg
Toby Morantz - McGill University
Matthew Neufeld - University of Saskatchewan
Doug Owram - University of British Columbia
John Pepall - Historian
Isabelle Perrault - sociologue, independent scholar
Stephen J. Randall - University of Calgary
John Robson - Historian
Jacques Rouillard - Université de Montréal
Jean Roy - Université du Québec à Trois-Rivières
Donald B. Smith - University of Calgary
Arthur Silver - University of Toronto
J. D. M. Stewart - Teacher and Author
Mark Theriault - Collège Dawson
Ryan Touhey - St. Jerome's University
Jonathan F. Vance - University of Western Ontario
Jean-François Veilleux - Historien
Frances Widdowson - Mount Royal University
Glen Williams - Carleton University
Robert J. Young - University of Winnipeg

Avatar de l’utilisateur
Etienne Beauman
Messages : 6183
Inscription : 20 févr. 2011, 12:59

Re: Analyser la mouvance Woke

#363

Message par Etienne Beauman » 12 oct. 2021, 16:34

Dominique18 a écrit : 12 oct. 2021, 16:18 Pourquoi en serait-il ainsi, suivant tes désidératas ?
Ce sont des historiens qui le disent bon sang !

Tu l'as pas regardé la vidéo, en fait ?!
Dominique18 a écrit : 12 oct. 2021, 16:18 C'est qui "ils"?
J'ai déjà donné le lien
Dominique18 a écrit : 12 oct. 2021, 16:18 On laisse les statues tranquilles, qui ne posent pas de problème à la majorité des personnes, sinon il va falloir procéder à tout revoir dans les musées.
On a même pas le droit d'en débattre ?
Comment tu sais que la majorité est pour garder la statue de Colbert ?

Moi je veux bien la remplacer par une de Coluche, tiens… pas de souci.

Le monde évolue, les jeunes font partie de ce monde et ils ont le droit de ne pas voir le même avis que toi sur qui il faudrait ou pas continuer de célébrer, ça en fait pas des révisionnistes pour autant.
Au royaume des cyclopes, les borgnes sont aveugles.
Is this a discussion?

Avatar de l’utilisateur
Dominique18
Messages : 4062
Inscription : 06 oct. 2020, 06:27

Re: Analyser la mouvance Woke

#364

Message par Dominique18 » 12 oct. 2021, 16:36

Je ne sais pas ce que tu veux, je ne comprends pas ce que tu cherches.
Tu parles de quels jeunes ?
Est-ce que j'ai manifesté un avis ?
La destruction de matériel sans passer par un protocole démocratique ne m'a jamais emballé.
Est-ce que je suis contre ? Contre quoi d'ailleurs ?
S'il doit se produire une évolution, elle se fera nécessairement, avec les instances représentatives.
Dernière modification par Dominique18 le 12 oct. 2021, 16:40, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Etienne Beauman
Messages : 6183
Inscription : 20 févr. 2011, 12:59

Re: Analyser la mouvance Woke

#365

Message par Etienne Beauman » 12 oct. 2021, 16:39

Dominique18 a écrit : 12 oct. 2021, 16:36 Je ne sais pas ce que tu veux, je ne comprends pas ce que tu cherches.
J'attends toujours un exemple concret de woke niant un fait historique bien établi..
Si tu ne confonds pas histoire et mémoire, tu sais que tu n'en as toujours pas donné.
Au royaume des cyclopes, les borgnes sont aveugles.
Is this a discussion?

Avatar de l’utilisateur
Dominique18
Messages : 4062
Inscription : 06 oct. 2020, 06:27

Re: Analyser la mouvance Woke

#366

Message par Dominique18 » 12 oct. 2021, 16:42

Etienne Beauman a écrit : 12 oct. 2021, 16:39
Dominique18 a écrit : 12 oct. 2021, 16:36 Je ne sais pas ce que tu veux, je ne comprends pas ce que tu cherches.
J'attends toujours un exemple concret de woke niant un fait historique bien établi..
Si tu ne confonds pas histoire et mémoire, tu sais que tu n'en as toujours pas donné.
Tu attends, tu attends... Je te comprends et je n'ai pas envie de chercher.
Vu le nombre de pages avec des pistes qui vont dans tous les sens... Clairement, qu'est-ce que ça va changer ? Rien.
Demain sera un autre jour. Il est tard, je quitte.

Avatar de l’utilisateur
Etienne Beauman
Messages : 6183
Inscription : 20 févr. 2011, 12:59

Re: Analyser la mouvance Woke

#367

Message par Etienne Beauman » 12 oct. 2021, 16:45

Dominique18 a écrit : 12 oct. 2021, 16:42 Vu le nombre de pages avec des pistes qui vont dans tous les sens...
Ah qui la faute ?
Si vous faisiez des sujets séparés pour discuter de tel ou tel évènement séparément plutôt que de tout mélanger dans un fil sur les dérives du wokisme ?
Au royaume des cyclopes, les borgnes sont aveugles.
Is this a discussion?

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 3744
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: Analyser la mouvance Woke

#368

Message par DictionnairErroné » 12 oct. 2021, 16:51

Etienne Beauman a écrit : 12 oct. 2021, 16:45
Dominique18 a écrit : 12 oct. 2021, 16:42 Vu le nombre de pages avec des pistes qui vont dans tous les sens...
Ah qui la faute ?
Si vous faisiez des sujets séparés pour discuter de tel ou tel évènement séparément plutôt que de tout mélanger dans un fil sur les dérives du wokisme ?
:mdr:

Avatar de l’utilisateur
jroche
Messages : 2903
Inscription : 13 janv. 2014, 01:02

Re: Analyser la mouvance Woke

#369

Message par jroche » 13 oct. 2021, 01:58

Etienne Beauman a écrit : 12 oct. 2021, 14:14 Moi je peux parfaitement comprendre que des descendants d'esclaves se sentent mal à l'aise quand on commémore ce mec.
Mais moi aussi, mais on peut peut-être leur expliquer que ce n'est pas si simple. Ou doit-on aussi suivre ceux qui s'en prennent à Victor Schoelcher pour n'avoir pas été assez pressé de faire abolir l'esclavage ?

Au passage, Napoléon est certainement plus condamnable sur la question que Colbert, mais il n'est pas si facile que ça de s'attaquer à sa mémoire.
Demander du paranormal ou psi répétable, conforme aux critères scientifiques les plus courants, c'est demander les villes à la campagne.

Avatar de l’utilisateur
Dominique18
Messages : 4062
Inscription : 06 oct. 2020, 06:27

Re: Analyser la mouvance Woke

#370

Message par Dominique18 » 13 oct. 2021, 02:17

S'inventer des origines, c'est bien contester l'histoire ?
Au pays du multiculturalisme, son ascendance autochtone lui assurait la légitimité nécessaire dans son combat pour la réconciliation avec les Premières Nation. Mais une nouvelle enquête de Radio-Canada démontre que Suzy Kies, «gardienne» autoproclamée du «savoir» autochtone et coprésidente de la commission des peuples autochtones du Parti libéral du Canada (PLC, formation du Premier ministre Justin Trudeau), n'a pas les origines qu'elle prétend avoir. La dame n'apparaît en effet sur aucun des registres amérindiens consultés par nos confrères.
https://www.lefigaro.fr/culture/ouvrage ... e-20210909

Suzy Kies a affirmé avoir voulu corriger l'histoire en brûlant des livres...
Comme une grande.
L'histoire a été mal écrite, on la fait disparaître et on repart sur de nouvelles bases.

https://www.lalibre.be/international/am ... 547HRR3HU/

Au passage, rappel sur l'autodafé :

https://www.philomag.com/articles/petit ... -lautodafe

Un exemple mais suffisamment représentatif d'excès dans le délire.
C'est aussi stupide que de vouloir prétendre que parce que je suis basané pour la couleur de peau, je dois forcément être descendant d'esclave.

Avec une seule personne, on a droit à un beau festival.

Quand on s'invente des origines, c'est qu'on n'est pas d'accord avec la chronologie des évènements, le déroulement historique du cours du temps.
De même pour les livres, qui est une interprétation dans le cas évoqué, mais dispose-t-on pire autant d'une légitimité suffisante pour prétendre détenir la "bonne" version, ou avoir suffisamment de compétences pour décider que c'est "mal" écrit, que c'est "faux"....

Résumé :
J'attends toujours un exemple concret de woke niant un fait historique bien établi..
Si tu ne confonds pas histoire et mémoire, tu sais que tu n'en as toujours pas donné.
Fait historique bien établi :
Suzy Kies n'a pas d'origines autochtones
Elle a contesté ce fait et s'est inventé un passé accommodant pour étayer ses comportements militants.

Nous nous arrêterons là, parce que ces histoires de wokes saturent l'espace et les mentalités. Nous avons mieux à faire, sur le plan réflexions.

Je reviens souvent à cet exemple, parce qu'il représente un beau morceau de bravoure "woke". Comment peut-on arriver à échanger et construire ?
Il illustre cette "nébuleuse". La présidente de ce syndicat étudiant représente un certain nombre de personnes, elle véhicule un courant d'idées, même si elles ne sont pas l'expression du plus grand nombre.
Elle manie la rhétorique, produit du logico-langagier... et s'arrange avec les faits. Ce n'est pas parce qu'on est "blanc" qu'on n'a pas des origines immigrées lointaines, ce qui risque d'être fortement le cas en France.

https://m.youtube.com/watch?v=38J2RhsavHo

Avatar de l’utilisateur
Etienne Beauman
Messages : 6183
Inscription : 20 févr. 2011, 12:59

Re: Analyser la mouvance Woke

#371

Message par Etienne Beauman » 13 oct. 2021, 04:29

Dominique18 a écrit : 13 oct. 2021, 02:17 S'inventer des origines, c'est bien contester l'histoire ?
N'importe quoi !

Il y a pas d'historien qui ont bossé sur les origines de cette mytho.

Qui cherche juste à avoir raison au fait ?

Je lâche l'affaire.

Continue à dire ce que tu veux sans te soucier si c'est cohérent ou pas.
jroche a écrit : 13 oct. 2021, 01:58 Mais moi aussi, mais on peut peut-être leur expliquer que ce n'est pas si simple.
Pas si simple d'enlever une statue ?

Tu peux leur expliquer pourquoi tu veux pas l'enlever oui.

Mais c'est faire le choix politique d'exposer sur la place publique une figure de l'histoire contestée par une partie de la nation. Faut assumer, ça n'a rien à voir avec l'histoire du pays qui s'étudie dans les fac et dans les bouquins.
Au royaume des cyclopes, les borgnes sont aveugles.
Is this a discussion?

Avatar de l’utilisateur
Lambert85
Messages : 5118
Inscription : 23 nov. 2007, 01:48

Re: Analyser la mouvance Woke

#372

Message par Lambert85 » 13 oct. 2021, 05:32

Juger les actes d'une personne historique sur base de certains critères moraux actuels est ridicule voilà tout. :roll:
ουκ έλαβον πόλιν αλλα γαρ ελπις εφη κακα

Avatar de l’utilisateur
Dominique18
Messages : 4062
Inscription : 06 oct. 2020, 06:27

Re: Analyser la mouvance Woke

#373

Message par Dominique18 » 13 oct. 2021, 06:36

Je lâche l'affaire.
En voilà une décision qu'elle est bonne !

L'histoire ne t'intéresse que quand elle peut te servir, si on fait la synthèse de tes interventions.
J'ai retenu l'exemple canadien, parce qu'il fonctionne sur tous les territoires.

N'importe quoi ?
Ah bon?
Tu es vraiment sûr ? Qu'est-ce que c'est alors, une réalité historique si ce n'est une réalité attestée par des faits historiques actés, et non des opinions?
Vouloir considérer Colbert comme un individu raciste est une stupidité sans nom, car examiné à travers le prisme d'analyse contemporain. C'est beaucoup plus complexe.

L'histoire c'est un déroulement chronologique.
Ce qui conduit également à une notion de légalité et de juridiction (cf. actes notariés par exemple...).
C'est comme pour le pseudo-concept d'islamophobie, bien frelaté, que tu as défendu bec et ongles : il n'a aucune existence ou réalité juridique. C'est du vent, cy de l'idéologie, y compris dans le cadre légal de la liberté d'expression, où ce mot n'est pas retenu.
Il doit bien y avoir une raison, non?
Il y a pas d'historien qui ont bossé sur les origines de cette mytho.
Tu cherches quoi au juste ?
L'existence de cette personne ("sa réalité physique") est attestée par des documents légaux (acte de naissance, parents...) historiques, précisant son inscription dans une historicité.
Elle s'est inventé une autre vie, il y a négation des faits originels attestés historiquement (traces matérielles, documents authentifiés...), pour servir sa cause, au service de son idéologie.
Ce que n'importe quel historien peut confirmer.
Ce n'est pas parce qu'un historien n'est pas intervenu (je n'en sais rien) qu'il n'y a pas réalité historique.
Juger les actes d'une personne historique sur base de certains critères moraux actuels est ridicule voilà tout. :roll:
Ce qu'un historien confirmera (pas les historiens auti-proclamés: les historiens diplômés pour pouvoir attester de leur titre).

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 3744
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: Analyser la mouvance Woke

#374

Message par DictionnairErroné » 13 oct. 2021, 07:04

Article concernant la CRT (Critical Race Theory) appartenant à la mouvance woke.
https://historyreclaimed.co.uk/critical-race-theory/

Provenant d'un site spécialisé en histoire par des universitaires pour contrer la désinformation.
https://historyreclaimed.co.uk/

Traduction de l'anglais au français par Google.

Les problèmes avec le CRT
La théorie critique de la race est une idéologie de la classe dirigeante adoptée par les élites politiques et culturelles d'aujourd'hui parce qu'elle sert leurs intérêts.

Cette vision de la race et du racisme, tirée du CRT mais qui est maintenant dominante, représente une rupture significative avec l'antiracisme du passé. L'antiracisme est passé de la focalisation sur les conditions matérielles de la vie des gens au fonctionnement interne de leur esprit ; de la remise en cause des inégalités juridiques à l'appel aux représentations culturelles ; de viser à éradiquer la race à considérer tout le monde comme racialisé ; de considérer le racisme comme une aberration à le considérer comme la norme. Cette évolution de l'antiracisme soulève de nouveaux problèmes.

«Une identité blanche positive est un objectif impossible. L'identité blanche est intrinsèquement raciste ; les blancs n'existent pas en dehors du système de la suprématie blanche.»

Nous avons une nouvelle élite qui utilise non pas le racisme mais l'antiracisme pour inventer des différences entre les gens qu'elle exploite à ses propres fins. Ces radicaux ne veulent pas mettre fin au racisme mais qu'il perdure indéfiniment. Ils ne doivent pas être autorisés à s'en tirer.

Joanna Williams fait actuellement des recherches sur les crimes haineux dans son rôle de directrice du Projet Liberté, Démocratie et Victimité au sein du groupe de réflexion Civitas.

Pour réduire la longueur du billet, j'ai mis en mode:
Spoiler
Afficher
Une grande partie de la réflexion, et bon nombre des principaux partisans du CRT, viennent des États-Unis. Pourtant, ses idées sont souvent importées en gros au Royaume-Uni et dans d'autres pays sans tenir compte de leur contexte historique et culturel spécifique. Par exemple, la Grande-Bretagne n'avait pas l'équivalent d'une ségrégation forcée, mais les citoyens arrivant au Royaume-Uni en provenance d'anciennes colonies ont été victimes de discrimination raciale et de préjugés. Ceci est au mieux mal compris et au pire ignoré si l'on superpose un cadre analytique américain à la société britannique.

Présenter le racisme comme endémique et intraitable ignore tous les progrès qui ont été réalisés et suggère que les tentatives pour d'autres changements seront vaines. Au lieu de cela, tout ce que les militants peuvent faire est de creuser toujours plus profondément pour trouver des exemples pour exposer le racisme qu'ils savent exister. L'accent mis sur les micro-agressions, les actes de racisme subtils qui peuvent être perpétrés sans le savoir - par exemple, demander à quelqu'un d'où il vient - peut bien surprendre des personnes qui se sont heurtées à des politiques juridiques discriminatoires en matière d'emploi et de logement il y a plusieurs décennies. Pourtant, pour DiAngelo, « les adaptations du racisme au fil du temps sont plus sinistres que des règles concrètes telles que Jim Crow ».

Juste au moment où le racisme « scientifique » était complètement discrédité, le CRT a redonné vie à la pensée raciale en insistant sur le fait que tout le monde a une identité raciale, et cela seul détermine notre perception et notre compréhension du monde. Rejeter le daltonisme nous pousse à nous considérer les uns les autres comme des êtres racialisés. L'accent mis sur l'appartenance à un groupe érode simultanément à la fois les différences entre les individus et la possibilité de trouver une cause commune entre les groupes identitaires. Au pire, cela fournit une nouvelle justification à la ségrégation raciale. Eddo-Lodge ne voit pas l'augmentation du nombre de familles interraciales comme un signe positif que les gens ont moins de préjugés. Au lieu de cela, elle soutient que "le privilège blanc n'est jamais plus prononcé que dans nos relations intimes, nos amitiés étroites et nos familles", et exhorte les parents d'enfants métis "à être humbles et à apprendre qu'ils sont racistes même s'ils ne le font pas" Je pense qu'ils le sont.

L'obsession du CRT pour la catégorisation raciale et le privilège blanc laisse peu de place à l'examen de l'impact de la classe sociale sur les chances des gens dans la vie. En effet, dans la précipitation à construire des hiérarchies intersectionnelles qui positionnent les personnes de couleur comme des victimes opprimées d'une supériorité blanche enracinée, les expériences de personnes noires riches, très instruites et bien connectées sont négligées. Et plutôt que de promouvoir la solidarité entre les classes populaires de toutes les couleurs de peau, il faut apprendre aux pauvres blancs à reconnaître leurs privilèges.

Certaines personnes bénéficient certainement du CRT. Les universitaires, les experts et les formateurs en milieu de travail qui composent l'industrie de la diversité en plein essor gagnent bien leur vie et trouvent un but important en révélant nos préjugés inconscients, en écoutant la pénitence et en tenant la promesse de l'absolution. Ils sont moralement investis dans l'existence du racisme et ne peuvent se permettre qu'il disparaisse un jour.

Les membres de la classe supérieure d'experts, de bureaucrates et de gestionnaires se sont imprégnés du script CRT. Ils savent que, pour paraphraser la mondaine et journaliste Nancy Mitford, faire référence à « personnes de couleur » est « U » (vocabulaire qui en fait une classe supérieure), tandis que « personnes de couleur » est distinctement « non-U ». Ils savent qu'il y a trois ans, l'acronyme BME (Black and Minority Ethnic) est passé de mode et a été remplacé par BAME (avec l'Asiatique précisé). Et ils savent que BAME lui-même est maintenant sur le point de disparaître. Les attitudes changent et la langue évolue au fil du temps, mais la police du vocabulaire au nom de l'application de l'antiracisme est la façon dont les diplômés d'aujourd'hui renforcent leur autorité morale et leur statut social. Leurs connaissances particulières sur le privilège blanc et l'impact des micro-agressions leur permettent de justifier leur position.

Ce projet antiraciste d'élite est terrible pour tout le monde. Les Noirs comme les Blancs sont réduits à leur couleur de peau et opposés les uns aux autres. Les Noirs doivent apprendre à se considérer comme des victimes, les Blancs comme des oppresseurs privilégiés. À l'époque de l'empire, les garçons britanniques de la classe supérieure étaient formés pour une vie dans les colonies, ils avaient un rôle à jouer dans la gestion et la civilisation des indigènes. Plus d'un siècle plus tard, les indigènes sont maintenant chez eux plutôt qu'à l'étranger, et blancs plutôt que noirs ou bruns, mais la mission civilisatrice reste la même. Ce sont maintenant les hommes blancs de la classe ouvrière qui doivent expier leur privilège dans un processus sans fin de repentance. Comme le dit DiAngelo :

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 3744
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: Analyser la mouvance Woke

#375

Message par DictionnairErroné » 13 oct. 2021, 07:35

Devrions-nous priorisé notre opposition au mouvement woke au Québec? Selon l’éditorialiste Pierre Dubuc de l'Aut'journal, ce serait plutôt l'extrême droite qui devrait la dominer.
Habilement ou maladroitement – l’avenir nous le dira – Legault (premier ministre du Québec) essaie d’associer, avec l’aide de sa coterie parmi les chroniqueurs au Journal de Montréal, l’opposition à son gouvernement au mouvement «woke». Belle tentative de diversion. Cependant, à l’heure actuelle, si on considère la situation qui prévaut aux États-Unis et en France – deux références majeures pour le Québec – le mouvement en pleine expansion n’est pas celui de «woke», mais de l’extrême-droite avec les «trumpistes» au sud de la frontière et le phénomène «Éric Zemmour» en France.

À l’échelle mondiale, la véritable opposition démocratique à ce courant réactionnaire est le mouvement des Noirs américains Black Lives Matter, qui a eu une résonnance internationale après le décès de George Floyd, le mouvement des femmes, qui lutte mondialement contre l’islamisme radical et pour le droit à l’avortement, de même que le mouvement autochtone au Québec, au Canada, et ailleurs dans le monde.
https://lautjournal.info/editorial
Tout de même je me pose la question sur l'influence de l'extrême droite au Québec comparativement aux pays cités comme les États-Unis et la France. Je suis plutôt dubitatif...

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit