Analyser la mouvance Woke

Politique, histoire, société... et autres sujets sans lien avec le paranormal
Avatar de l’utilisateur
Lambert85
Messages : 5495
Inscription : 23 nov. 2007, 01:48

Re: Analyser la mouvance Woke

#1701

Message par Lambert85 » 14 janv. 2022, 11:59

C'est sûr que la petite maison dans la prairie ou le livre de la jungle risque de heurter les jeunes lecteurs de cette université. :lol:
ουκ έλαβον πόλιν αλλα γαρ ελπις εφη κακα

Avatar de l’utilisateur
spin-up
Modérateur
Modérateur
Messages : 5578
Inscription : 23 févr. 2012, 06:01

Re: Analyser la mouvance Woke

#1702

Message par spin-up » 14 janv. 2022, 12:01

Kraepelin a écrit : 14 janv. 2022, 11:44 Alors, tu adoptes la posture d'un troll. N'est-ce pas antinomique du rôle de modérateur?
Oui.

Avatar de l’utilisateur
unptitgab
Messages : 5312
Inscription : 14 janv. 2014, 06:59

Re: Analyser la mouvance Woke

#1703

Message par unptitgab » 14 janv. 2022, 12:18

Lambert85 a écrit : 14 janv. 2022, 11:59 C'est sûr que la petite maison dans la prairie ou le livre de la jungle risque de heurter les jeunes lecteurs de cette université. :lol:
Qui parle de heurté? Savoir qu'une oeuvre a été écrite à une période où le racisme faisait parti des lois permet de la lire avec cette distance, c'est comme savoir que Hergé était rexiste permet de lire Tintin au Congo en sachant que c'est la vision de l'Afrique d'un colonialiste.
"Quand elle devient « pure » de toute expérience sensorielle, la raison déraisonne. Elle prétend prouver l’existence de Dieu et l’immortalité de l’âme. Cette folie s’appelle métaphysique. Le métaphysicien est un savant fou. Il veut tout prouver, il ne montre que son insanité." Jean-Baptiste Botul

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 8415
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: Analyser la mouvance Woke

#1704

Message par Kraepelin » 14 janv. 2022, 12:43

thewild a écrit : 14 janv. 2022, 11:53
Kraepelin a écrit : 14 janv. 2022, 11:08Elles sont des illustrations de principes de rectitude bel et bien adoptés par les wokes
J'ai un ami woke, c'est à dire qui se revendique woke.
Il n'est ni dans la rectitude, ni dans la cancel culture, ni dans ces autres dérives.
Il est vigilant au sujet des injustices, discriminations et autres.
Est-ce toi qui nous reprochais de tomber dans les anecdotes?
:a4:

Un peu gratuit comme exemple, Ton pot s'est il seulement de quoi il parle?

Moi je suis entouré de wokes et ils endossent tous la plupart des trucs que tu qualifierais de "dérives" comme "micro agression", "racisme systémique", "cancel culture". etc. Oh, ils ne sont pas tous assez cons pour enfourcher les trucs les plus débiles, mais lorsque je rapporte des "dérives" particulièrement scandaleuses, au lieu d'abonder dans mon sens (le bon sens), ils patinent et se portent à la défense de leurs camarades les plus débiles, une solidarité qui a beaucoup de sens (1).

Trouve moi un article signé par un woke qui dénonce les dérives. Ce sera plus facile à vérifier.
thewild a écrit : 14 janv. 2022, 11:53
Il manque peut-être un mot pour désigner ce militantisme extrémiste dont il est sujet ici. On pourrait dire que c'est ça le wokisme, mais le problème est que beaucoup de personnes qui se revendiquent woke ne sont pas dans la mouvance qui est décrite ici.
«beaucoup» dis-tu! Si c'étais vraiment le cas, pourquoi je ne trouve aucun auteur qui écrive d'article en ce sens?

Je penses que tu fait plutôt allusion au fait que beaucoup de gens dénoncent les inégalités sopciales (moi par exemple) sans endosser les dérives. En ce cas, alors, ce ne serait qu'une question de vocabulaire.
thewild a écrit : 14 janv. 2022, 11:53 Du coup... et bien je ne sais pas. Soit ils cesseront de s'appeler woke et choisiront un autre mot pour ne pas être assimilés à cette mouvance, soit on trouvera moyen de distinguer ces différentes formes de militantisme, car là on est indéniablement dans un amalgame qui nuit à la discussion. Le terme est bien trop équivoque.
Peut-être!

Je l'ai dis quelque fois, je ne serais pas contre de changer le titre de cette discussion pour "dérives woke".



1- C'est comme les pensionnats autochtone. On fait grands cas d'abus et de drives et sur un siècle et demis ;a la grandeur d'un pays il y en a eu. Mais au delà des dérives, il n'en reste pas moins que le pensionnat incarnaient un projet coloniale d'assimilation culturelle...
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 8415
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: Analyser la mouvance Woke

#1705

Message par Kraepelin » 14 janv. 2022, 13:28

Un autre intéressant article de Normand Baillargeon, un sceptique prolifique, un militant de gauche profondément engagé dans la lutte contre les inégalités sociales et un ancien prof de l'UQAM qui connait vachement bien ce milieu. Il contredit de front les interlocuteurs de ce forum qui tentent de minimiser le caractère intrinsèque des dérives woke, montre l'importance politique du wokisme et la perversion de la mission universitaire auquel il conduit.

Comme, par ailleurs, il reprend aussi plusieurs de mes dénonciations sur d'autres sujet ...
Depuis quelques semaines, les choses bougent beaucoup dans tout ce vaste dossier sur la liberté d’expression et la liberté universitaire. On le sait sans doute : la question me préoccupe depuis plusieurs années et j’ai fait ce que j’ai pu pour tirer la sonnette d’alarme. Il me semble aujourd’hui, et je m’en réjouis bien entendu, que les choses commencent enfin à bouger dans la bonne direction.

C’est ainsi qu’on voit des administrations et des administrateurs affirmer haut et fort leur volonté de défendre la liberté universitaire contre ce qui la menace et que des étudiants et des associations étudiantes se mobilisent et invitent à discuter du sujet. De plus, la question, il y a peu de temps encore confinée entre les murs de l’université, est désormais bien arrivée sur la place publique, où elle suscite de légitimes inquiétudes et de bienvenus appels à l’action.

Que faire à présent ? La Fédération québécoise des professeures et professeurs d’université (FQPPU), et d’autres personnes avec elle, demande à la ministre McCann de légiférer sur la question. Je comprends cette demande et je lui reconnais des mérites. Mais tout bien réfléchi, il me paraît plus souhaitable de ne pas faire intervenir l’État dans ce dossier et de laisser d’abord aux universités le soin de faire leurs devoirs.

Après tout, et même si la lâcheté de certaines administrations a eu de quoi décourager, les universités et l’ensemble des personnes et des instances qui la composent sont les mieux au fait de ce qu’on doit défendre, sachant parfaitement pourquoi il faut le faire et ce qui menace ce précieux bien.

Je pense cependant que l’exercice devra être à la hauteur de l’importance de l’enjeu, qui n’est rien de moins que la vie de l’esprit et son irremplaçable contribution au savoir humain, à la vie démocratique et à la liberté : cet exercice devra donc être rigoureux et mené sans compromis. Si c’est bien le cas, je suis convaincu qu’il sera aussi douloureux.

L’ennemi intérieur

C’est que les épisodes souvent aussi grotesques que désolants d’atteinte à la liberté universitaire qui parviennent aux oreilles du grand public en cachent d’autres, moins ouvertement discutés, mais qui concourent eux aussi à cette limitation de la possibilité de penser, de parler, de réfléchir, de débattre et de rechercher qui sont la raison d’être de l’université. Quand celle-ci se penchera sur la liberté universitaire, elle devra donc faire la lumière sur toutes ces autres menaces, examiner avec soin leur impact sur la vie universitaire et tirer les conclusions qui s’imposent.

J’ai dans un livre proposé d’appeler ces autres facteurs l’ennemi intérieur, puisqu’ils sont en effet des ennemis de la vie de l’esprit, mais des ennemis qui sont admis, tolérés, voire encouragés dans le lieu même où ils devraient être combattus.

Que sont ces ennemis intérieurs de l’université et de la liberté qu’elle doit défendre ? Je ne peux ici ni les nommer tous ni préciser leur impact réel, mais en voici tout de même un échantillon.

Le clientélisme des universités en est un et il n’est pas difficile de deviner comment il peut conduire à ne pas défendre comme il se doit la liberté universitaire. Le client, après tout, a toujours raison, et il a même raison d’avoir tort.

En d’autres cas, la présence de l’ennemi intérieur est moins visible, mais je maintiens qu’il n’est souvent pas moins menaçant. Prenez par exemple ces revues dites prédatrices, de plus en plus nombreuses dans tous les domaines et qui publient n’importe quoi, ou peu s’en faut, contre argent sonnant. Quel impact ont-elles sur la vie de l’esprit et la liberté universitaire ? La question mérite d’être soigneusement examinée.

Comme, dans la même foulée, celle du financement de la recherche, de ce que cela signifie pour le choix des objets de recherche, pour la propriété des résultats et la décision de les rendre ou non publics et pour les éventuels brevets ou autres droits de propriété qui s’ensuivent.

Prenez encore cette insistance toute mercantile à faire, à tout prix c’est le cas de le dire, de la recherche subventionnée, même là où cela n’a pas beaucoup de sens et peut même nuire à la poursuite de travaux pourtant légitimes, mais alors jugés, à tort, sans importance ou sans intérêt. Quel impact tout cela a-t-il sur la vie de l’esprit et sur la liberté universitaire ?

N’oubliez pas non plus cet influent courant d’idées appelé le postmodernisme, qui s’est, semble-t-il, imposé à des degrés variables dans divers départements, et posez-vous les mêmes questions. Posez-les encore quand s’y mêle ce qui ressemble parfois à un militantisme qui prend la place de la recherche et qui donne à l’enseignement universitaire de troublantes allures d’endoctrinement et à la recherche des allures de déclinaisons de conclusions atteintes avant même de commencer le travail.

Combien de personnes, conscientes de tout cela, s’interdisent de le dénoncer et alimentent par autocensure une ambiance bien peu propice à la libre discussion de toutes les idées alimentée au plus large éventail possible de faits, même ceux qui sont les plus dérangeants pour les idées et idéologies dominantes, voire qui les contredisent ?

Considérez tout cela et voyez ce qui s’ensuit pour la liberté universitaire. Je crains fort, pour ma part, que l’ennemi intérieur ait déjà fait bien du mal et que toute réflexion sérieuse sur la liberté universitaire doive faire la lumière sur tout cela.

Mais j’insiste : la communauté universitaire est parfaitement outillée pour faire ce travail, elle qui connaît l’ennemi mieux que quiconque. Il serait infiniment déplorable que, faute de l’avoir fait correctement, on se retrouve, dans quelques années, devant une situation à ce point dégradée que même des gens comme moi en viendraient à demander à l’État d’intervenir.
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 8415
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: Analyser la mouvance Woke

#1706

Message par Kraepelin » 14 janv. 2022, 13:40

L'extrait d'un autre article de Baillargeon
Liberté (académique), j’écris ton nom


À l’université, (...) On est alors dans une institution s’adressant à des adultes et vouée à la transmission et à la découverte de savoirs. Le principe du débat ouvert, potentiellement à toutes les idées, est ici crucial.

On sait ce qui protège et devrait, aux yeux de tous, protéger cette « liberté académique » et en tracer les limites : les lois sur la liberté d’expression. Elles font notamment en sorte qu’on ne peut, à l’université comme ailleurs, interdire de parler et de s’exprimer de toutes les manières possibles simplement parce que ce qui est avancé est offensant pour certains.

(...)

Les menaces actuelles

Si je devais désigner d’une expression les plus graves de ces menaces, je les appellerais « l’ennemi intérieur », celui qu’on a laissé entrer et qui menace la vie universitaire et donc la mission de l’université pour laquelle le public la finance.

Certes, la situation varie selon les universités, selon les disciplines et selon les départements. On aimerait avoir un portrait objectif de ce qui chez nous menace la liberté à l’université. Sans épuiser le sujet, voici quelques hypothèses plausibles suggérées par certains événements récents de la vie universitaire ici et ailleurs.

La liberté y était, y est toujours, menacée par un militantisme demandant qu’on interdise des mots, des événements, des personnes, et qui conduit à une drôle d’attitude qui se répand et qui fait qu’on semble connaître la réponse avant de commencer à la chercher.

Menacée aussi par certaines formes de commercialisation de la recherche, d’imposition par elle d’objets de recherche et de prétention à détenir la propriété des résultats ; par cette exigence de pratiquer de la recherche subventionnée partout, même là où des recherches libres et ne nécessitant aucun fonds sont utiles et parfois même nécessaires ; par ces désolantes revues prédatrices ; par cette promotion du relativisme épistémologique qui gangrène une part de la vie des idées depuis des décennies — merci à vous de l’avoir rappelé, Alan Sokal, et plus récemment Peter Boghossian, James Lindsay et Helen Pluckrose.

Il y a à ces menaces de multiples causes — mais, en les énumérant, on ne devra pas négliger l’importante part qui revient au clientélisme et au mercantilisme — ayant contribué à rendre une institution de plus en plus semblable à une organisation.{/quote}
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

jean7
Messages : 4123
Inscription : 05 mai 2015, 10:54

Re: Analyser la mouvance Woke

#1707

Message par jean7 » 14 janv. 2022, 23:46

Kraepelin a écrit : 14 janv. 2022, 12:43
thewild a écrit : 14 janv. 2022, 11:53
Kraepelin a écrit : 14 janv. 2022, 11:08Elles sont des illustrations de principes de rectitude bel et bien adoptés par les wokes
J'ai un ami woke, c'est à dire qui se revendique woke.
Il n'est ni dans la rectitude, ni dans la cancel culture, ni dans ces autres dérives.
Il est vigilant au sujet des injustices, discriminations et autres.
Ton pote sait-il seulement de quoi il parle?
Il parle de lui-même. On peut supposer que oui !
(j'ai corrigé "s'est-il" en "sait-il"), ais-je mal interprété ?
Kraepelin a écrit : 14 janv. 2022, 12:43"Moi je suis entouré de wokes...
qui se se revendiquent-ils wokes ?
Mais savent-ils de quoi ils parlent ?
Le libre arbitre est à la causalité ce que le corps est à la physique

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 8415
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: Analyser la mouvance Woke

#1708

Message par Kraepelin » 15 janv. 2022, 01:03

jean7 a écrit : 14 janv. 2022, 23:46
Kraepelin a écrit : 14 janv. 2022, 12:43"Moi je suis entouré de wokes...
qui se se revendiquent-ils wokes ?
Mais savent-ils de quoi ils parlent ?
Absolument! Et ils défendent la plupart des niaiseries que nous dénonçons ici.

Mais qu'importe? Je m'en fou qu'on utilise le mot "woke" ou un autre. JE M'EN FOU! Ce que je dénonce, ce sont les nouveaux chevaux de bataille de la gauche identitaire: safe space, trigger warning, microagressions, cancel culture, appropriation culturelle. Je dénonce le relativisme post moderne qui met sur le pied d'égalité la science, les croyances primitives, l'astrologie, les médecines alternatives et la propagande identitaire. Je dénonce les levier politiques et administratifs que l'on accordent à ces revendications dans les pupitres de presse, les maisons d'édition, les directions pédagogique des établissements d'enseignement et au gouvernement fédéral. Je dénonce les nouvelles dérives: la culpabilisation des hommes. des blancs, des hétérosexuels, le discrimination positive et le Québec bashing.

Appelez ça comme vous voulez: idéologie woke, dérives woke ou simplement "de la merde", du clientélisme et de la lâcheté. Je m'en fou!
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

jean7
Messages : 4123
Inscription : 05 mai 2015, 10:54

Re: Analyser la mouvance Woke

#1709

Message par jean7 » 15 janv. 2022, 03:05

Kraepelin a écrit : 15 janv. 2022, 01:03 Absolument! Et ils défendent la plupart des niaiseries que nous dénonçons ici.

Mais qu'importe? Je m'en fou qu'on utilise le mot "woke" ou un autre. JE M'EN FOU! Ce que je dénonce, ce sont les nouveaux chevaux de bataille de la gauche identitaire: safe space, trigger warning, microagressions, cancel culture, appropriation culturelle. Je dénonce le relativisme post moderne qui met sur le pied d'égalité la science, les croyances primitives, l'astrologie, les médecines alternatives et la propagande identitaire. Je dénonce les levier politiques et administratifs que l'on accordent à ces revendications dans les pupitres de presse, les maisons d'édition, les directions pédagogique des établissements d'enseignement et au gouvernement fédéral. Je dénonce les nouvelles dérives: la culpabilisation des hommes. des blancs, des hétérosexuels, le discrimination positive et le Québec bashing.

Appelez ça comme vous voulez: idéologie woke, dérives woke ou simplement "de la merde", du clientélisme et de la lâcheté. Je m'en fou!
J'allais répondre benoitement "ça tombe bien moi aussi" (puisque c'est le cas).
Puis je me suis dit, mais alors, c'est quoi, qui me gène ?...

C'est la légitimité du "ça".
La pertinence du paquet dont on se fout tous les deux de comment on l’appelle.

Je trouve ça très contre-productif de créer des "ça" prêt à coller sur le prochain qui l'ouvre.

Quand j'ai débuté ma vie de travailleur inséré, on m'a traité d'écolo parce que j'avais dit "heu, c'est pas un corbeau c'est une corneille". C'est chiant, c'est nul, c'est inutile. Je suis pour qu'on entende chacun pour ce qu'il dit et fait, pas pour notre aptitude à le classer.

Je crois en fait que c'est la seule chose qui me hérisse le poil dans la campagne anti-woke.

"Ce qu'apporte le wokisme" (question qui est passée et repassée sur le fil), c'est un nom sur un bel épouvantail insaisissable et très menaçant (vraiment très).
Et ce que je vois comme seule conséquence possible, c'est le recours à une conclusion simple. Puisque nous sommes à ce point menacés en tant que majorité (!) et que rien ne semble entraver cette menace insidieuse, profonde, tentaculaire (sournoise, tapie dans l'ombre des épiceries etc etc...) soyons la majorité, et emmerdons les autres. Bref, ben votons pour la majorité, donnons du pouvoir à la majorité, et merde aux autres.
Je me demande donc, à part aux conservateurs en place ou assimilables, à qui profite le wokisme.
Le libre arbitre est à la causalité ce que le corps est à la physique

Avatar de l’utilisateur
uno
Messages : 1703
Inscription : 09 nov. 2011, 07:29

Re: Analyser la mouvance Woke

#1710

Message par uno » 15 janv. 2022, 03:52

jean7 a écrit : 15 janv. 2022, 03:05Et ce que je vois comme seule conséquence possible, c'est le recours à une conclusion simple. Puisque nous sommes à ce point menacés en tant que majorité (!) et que rien ne semble entraver cette menace insidieuse, profonde, tentaculaire (sournoise, tapie dans l'ombre des épiceries etc etc...) soyons la majorité, et emmerdons les autres. Bref, ben votons pour la majorité, donnons du pouvoir à la majorité, et merde aux autres. Je me demande donc, à part aux conservateurs en place ou assimilables, à qui profite le wokisme.
Tu parles d'épouvantails mais tu sembles le seul ici à t'adonner à des épouvantails voir même à t'adonner à une conclusion qui ressemble à du complotisme. Non le wokisme décrit un fait idéologique prenant souvent la forme de carcans idéologiques et administratifs ayant déjà eu des conséquences concrètes et dangereuses comme l'affaire grave des gangs de violeurs pakistanais où l'accusation de racisme a bien joué dans le maintien du silence autour de viols d'enfants. C'est aussi une idéologie qui génère des injustices manifestes comme la mise au placard de musiciens sous le seul prétexte qu'ils sont blancs et qu'il faut plus de diversité dans l'orchestre comme on dit, ce qu'a très bien dénoncé la musicienne Zhang Zhang. Tout cela favorise ressentiment, tribalisme et donc bien sûr racisme. Le wokisme est un poison idéologique qui contribue à la fracturation de la société, et le simple fait que certains minimisent son influence et donc le danger qu'il représente dans les universités et autres institutions est incompréhensible et découle soi de la simple ignorance soit de la mauvaise foi la plus manifeste. Imaginez si dans les universités l'on enseignait aux Étudiants que la théorie de l'évolution est fallacieuse et leur lavant le cerveau à coup de propagande sur le «Dessein Intelligent», je me demande si ceux qui dénoncent ici la critique du wokisme comme étant de la paranoïa verraient toujours la dénonciation du «Dessein Intelligent» dans les universités comme étant là aussi une hystérie faisant grand cas que de quelques anecdotes amusantes.
Dernière modification par uno le 15 janv. 2022, 06:03, modifié 3 fois.

Avatar de l’utilisateur
jroche
Messages : 3113
Inscription : 13 janv. 2014, 01:02

Re: Analyser la mouvance Woke

#1711

Message par jroche » 15 janv. 2022, 04:00

uno a écrit : 15 janv. 2022, 03:52 Tu parles d'épouvantails mais tu sembles le seul ici à t'adonner à des épouvantails voir même à t'adonner à une conclusion qui ressemble à du complotisme. Non le wokisme décrit de fait un idéologique prenant souvent la forme de carcans idéologiques et administratifs ayant déjà eu des conséquences concrètes et dangereuses comme l'affaire grave des gangs de violeurs pakistanais où l'accusation de racisme a bien joué dans le maintien du silence autour de viols d'enfants. C'est aussi une idéologie qui génère des injustices manifestes comme la mise au placard de musiciens sous le seul prétexte qu'ils sont blancs et qu'il faut plus de diversité dans l'orchestre comme on dit, ce qu'a très bien dénoncé la musicienne Zhang Zhang. Tout cela favorise ressentiment, tribalisme et donc bien sûr racisme. Le wokisme est un poison idéologique qui contribue à la fracturation de la société, et le simple fait que certains minimisent son influence et donc le danger qu'il représente dans les universités et autres institutions est incompréhensible et découple soi de la simple ignorance soit de la mauvaise foi la plus manifeste. Imaginez si dans les universités l'on enseignait aux Étudiants que la théorie de l'évolution est fallacieuse et leur lavant le cerveau à coup de propagande sur le «Dessein Intelligent», je me demande si ceux qui dénoncent ici la critique du wokisme comme étant de la paranoïa verraient toujours la dénonciation du «Dessein Intelligent» dans les universités comme étant là aussi un hystérie faisant grand cas que de quelques anecdotes amusantes.
+1
Et aussi il y a un engrenage, quelque chose comme la "méthode du salami" (si on ne connait pas, chercher avec ce mot et Rakosi). Si on accepte le principe de ne pas offenser par exemple les musulmans, en s'en remettant à eux ou à leurs représentants pour juger de ce qui les offense, il y aura toujours plus d'exigences de respect. Bientôt on ne pourra même plus se défendre contre l'islamisme, surtout si par ailleurs on ne peut plus défendre son pays, sa civilisation, son histoire, parce que ce serait offensant pour tel ou telle.
Demander du paranormal ou psi répétable, conforme aux critères scientifiques les plus courants, c'est demander les villes à la campagne.

Avatar de l’utilisateur
Lambert85
Messages : 5495
Inscription : 23 nov. 2007, 01:48

Re: Analyser la mouvance Woke

#1712

Message par Lambert85 » 15 janv. 2022, 04:23

https://www.crowdjustice.com/case/unlaw ... on-by-soc/
Une assistante sociale suspendue de ses fonctions pour avoir oser critiquer la réforme sur la "reconnaissance du genre" sur Facebook.
ουκ έλαβον πόλιν αλλα γαρ ελπις εφη κακα

Avatar de l’utilisateur
LoutredeMer
Messages : 7079
Inscription : 30 juil. 2008, 17:34

Re: Analyser la mouvance Woke

#1713

Message par LoutredeMer » 15 janv. 2022, 06:21

uno a écrit : 15 janv. 2022, 03:52 ... comme l'affaire grave des gangs de violeurs pakistanais
Ah! Ca faisait longtemps :lol:
Provax - Antipass - Et Rock'n Roll..

Avatar de l’utilisateur
uno
Messages : 1703
Inscription : 09 nov. 2011, 07:29

Re: Analyser la mouvance Woke

#1714

Message par uno » 15 janv. 2022, 06:43

LoutredeMer a écrit : 15 janv. 2022, 06:21Ah! Ca faisait longtemps
Ah la puissance des arguments.

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 8415
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: Analyser la mouvance Woke

#1715

Message par Kraepelin » 15 janv. 2022, 08:01

jean7 a écrit : 15 janv. 2022, 03:05
Je me demande donc, à part aux conservateurs en place ou assimilables, à qui profite le wokisme.
:dix:

Le principale effet indésirable du workisme reste de discréditer les luttes sous-jacentes pour l'égalité et de renforcir la droite conservatrice.
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
LoutredeMer
Messages : 7079
Inscription : 30 juil. 2008, 17:34

Re: Analyser la mouvance Woke

#1716

Message par LoutredeMer » 15 janv. 2022, 08:10

Kraepelin a écrit : 15 janv. 2022, 08:01
jean7 a écrit : 15 janv. 2022, 03:05 Je me demande donc, à part aux conservateurs en place ou assimilables, à qui profite le wokisme.
Le principale effet indésirable du workisme reste de discréditer les luttes sous-jacentes pour l'égalité et de renforcir la droite conservatrice.
Jean soulève une question intéressante, néanmoins déjà abordée par quelques uns et moi-même. Ce que je veux dire, la permutation n'est-elle pas plus réaliste? :

Le principal effet indésirable de la droite conservatrice reste de discréditer les luttes sous-jacentes pour l'égalité et de renforcer le wokisme.
Provax - Antipass - Et Rock'n Roll..

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 8415
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: Analyser la mouvance Woke

#1717

Message par Kraepelin » 15 janv. 2022, 08:35

Lambert85 a écrit : 15 janv. 2022, 04:23 https://www.crowdjustice.com/case/unlaw ... on-by-soc/
Une assistante sociale suspendue de ses fonctions pour avoir oser critiquer la réforme sur la "reconnaissance du genre" sur Facebook.
Les militants trans sont les plus frileux de tous les wokes. La moindre mise en question du crédo et BOOM! Pourtant, c'est le secteur où surviennent les dérives qui ont les pires conséquences. Certains parents et professionnels de la santé, trop pressés d'afficher qu'ils sont "progressistes", militent en faveur de traitement hormonaux et de transformations chirurgicales hâtives. Mais voilà! Une fois jeunes adultes, certains trans (combien?) déplorent le traitement qu'ils ont reçu et qui est malheureusement irréversible. En d'autres mots, il y a de faux trans et ont découvre qui le sont souvent seulement après l'opération (1).

Je ne connais pas de statistiques sur les "transités" déçu après coup. Je ne suis même pas sûr que des recherches sur cette question soient autorisées. Je sais par contre que les statistiques sur les dysphorie de genre chez les très jeunes enfants laissent songeur. En effet, 70 % d'entre eux changent d'avis une fois adolescent. Je sais aussi que les groupes de soutien pour transgenre sont très agressif dans leur soutiens. Ils invitent les candidats à mentir à leurs médecins et proposent des protocoles de «choses à dire» pour obtenir les interventions médicales souhaitées.

Il serait plus simple de juste reconnaitre que l'identité de genre n'est pas une chose simple qui se comprend par l'adoption des deux ou trois slogans de manifestations. Qu'il faudrait des professionnels spécialisés rigoureux qui prennent le temps nécessaire pour que de bonnes évaluations soient faite. Dans le contexte actuelle, malheureusement, faire appel à la raison est presque impossible.


1- J'ai soigné deux cas de «faux trans» qui ont fait une psychose réactionnel floride la vieille de leur première opération. Ouf! Ils l'ont échappé bel!
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
Lambert85
Messages : 5495
Inscription : 23 nov. 2007, 01:48

Re: Analyser la mouvance Woke

#1718

Message par Lambert85 » 15 janv. 2022, 09:00

Faudrait déjà savoir ce qu'est un "trans" ! S'agit-il de personnes qui sont dans un processus de changement de sexe ou s'agit-il de personnes qui prétendent appartenir à l'autre sexe tout en ne faisant rien pour modifier leur apparance ?

https://fl24.net/2019/10/24/insense-un- ... en-prison/
https://www.thetimes.co.uk/article/rapi ... -lbcwjp8jc
https://www.theguardian.com/society/201 ... der-prison
ουκ έλαβον πόλιν αλλα γαρ ελπις εφη κακα

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 8415
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: Analyser la mouvance Woke

#1719

Message par Kraepelin » 15 janv. 2022, 09:11

Lambert85 a écrit : 15 janv. 2022, 09:00 Faudrait déjà savoir ce qu'est un "trans" ! S'agit-il de personnes qui sont dans un processus de changement de sexe ou s'agit-il de personnes qui prétendent appartenir à l'autre sexe tout en ne faisant rien pour modifier leur apparance ?

https://fl24.net/2019/10/24/insense-un- ... en-prison/
https://www.thetimes.co.uk/article/rapi ... -lbcwjp8jc
https://www.theguardian.com/society/201 ... der-prison
:a4:
En fait, il y aurait bien plus de cas de figure que ça.

Mon choix est discutable, mais j'utilisais "trans" comme synonyme de personnes présentant un dysphorie de genre. Avec un peu plus de rigueur j'aurais déjà du réserver le mot à ceux qui sont engagés dans un processus de transition, mais bon, même là je n'aurais pas été à l'abri des reproches.
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
uno
Messages : 1703
Inscription : 09 nov. 2011, 07:29

Re: Analyser la mouvance Woke

#1720

Message par uno » 15 janv. 2022, 09:17

LoutredeMer a écrit : 15 janv. 2022, 08:10Le principal effet indésirable de la droite conservatrice reste de discréditer les luttes sous-jacentes pour l'égalité et de renforcer le wokisme.
Hypothèse qui se pète la gueule devant les faits. Prend par exemple le cas récent de Fabien Roussel, celui-ci aborde la question des inégalités sociales et déclare ceci.

«Un bon vin, une bonne viande, un bon fromage : c'est la gastronomie française. Le meilleur moyen de la défendre, c'est de permettre aux Français d'y avoir accès»

Sans que la droite conservatrice n'ait rien à foutre là-dedans voilà que la gauche woke lui tombe dessus et va même jusqu'à l'accuser de suprématie blanche. Bref la gauche woke elle-même contribue à tuer la gauche si l'on peut dire, il est d'ailleurs intéressant de voir comme des multinationales allant des GAFAM aux banques ont repris des slogans woke à leur compte.
Dernière modification par uno le 15 janv. 2022, 09:42, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 8415
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: Analyser la mouvance Woke

#1721

Message par Kraepelin » 15 janv. 2022, 09:33

uno a écrit : 15 janv. 2022, 09:17 ... il est d'ailleurs intéressant de voir comme des multinationales allant des GAFAM aux banques ont repris des slogans woke à leur compte.
Ici aussi, mais je crois que c'est une simple affaire de publicité. Au Québec, en publicité., ont peut même parler d'inclusivité extrême. Les noirs et les homosexuels représentent chacun ±4% de la population, Dans les publicités québécoises, ils représentent 25 à 35% des personnages. C'est peut-être une bonne chose parcre que ça va participer à la "normalisation" et l'inclusion des minorités, mais croire que ce sur-affichage est le témoin de changements dans les entreprises, j'en suis moins certain.
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
uno
Messages : 1703
Inscription : 09 nov. 2011, 07:29

Re: Analyser la mouvance Woke

#1722

Message par uno » 15 janv. 2022, 09:41

Kraepelin a écrit : 15 janv. 2022, 09:33Ici aussi, mais je crois que c'est une simple affaire de publicité. Au Québec, en publicité., ont peut même parler d'inclusivité extrême. Les noirs et les homosexuels représentent chacun ±4% de la population, Dans les publicités québécoises, ils représentent 25 à 35% des personnages. C'est peut-être une bonne chose parcre que ça va participer à la "normalisation" et l'inclusion des minorités, mais croire que ce sur-affichage est le témoin de changements dans les entreprises, j'en suis moins certain.
Bien sûr que c'est de la publicité, mais justement cela témoigne du fait que la gauche woke n'est certainement pas une menace aux inégalités mais bien son idiot utile, car les classes supérieures ont tout intérêts à diviser les classes inférieures sur des lignes raciales, sexuelles et j'en passe et faire ainsi de la lutte contre les inégalités non plus une affaire de classe mais une bouillie woke racialiste ou obsédé par les questions de genre. J'en reviens toujours au mème suivant.

Image

C'est une caricature mais celle-ci contient également probablement sa part de vérité.

Avatar de l’utilisateur
Lambert85
Messages : 5495
Inscription : 23 nov. 2007, 01:48

Re: Analyser la mouvance Woke

#1723

Message par Lambert85 » 15 janv. 2022, 10:30

Un homme blanc qui se déguise en noir, c'est du blackface et c'est tabou désormais.
Un homme blanc qui se déguise en femme est consideré comme trans et c'est très bien vu désormais. :mrgreen:
ουκ έλαβον πόλιν αλλα γαρ ελπις εφη κακα

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 8415
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: Analyser la mouvance Woke

#1724

Message par Kraepelin » 15 janv. 2022, 11:58

Encore Baillargeon, au Québec, la fine fleur des sceptiques

L’indispensable liberté universitaire
Spoiler
Afficher
La commission sur la liberté universitaire, présidée par Alexandre Cloutier, vient de rendre son rapport.

Je l’attendais avec une impatience mêlée, je ne le cacherai pas, d’une certaine inquiétude. Le sujet, d’une importance capitale, me préoccupe depuis longtemps déjà, comme on le verra en consultant mes publications et mes nombreuses interventions publiques sur le sujet.

Allait-on aborder de front ces difficiles mais incontournables sujets polémiques que la question de la liberté universitaire nous demande impérativement d’affronter ? Allait-on prendre toute la mesure des enjeux intellectuels et politiques que ces questions engagent ? Allait-on proposer des solutions à la hauteur de ces défis ?

Je le dis sans détour : le rapport qu’ont produit M. Cloutier et les membres de la commission est à mon avis remarquable.

On y a clairement reconnu l’importance de la question de la liberté universitaire, notamment pour l’accomplissement de la mission de l’université, ainsi que l’urgence avec laquelle l’actualité nous l’impose ; on a manifestement lu, et on cite avec pertinence, des livres, des articles et des documents incontournables ; on a consulté, on a écouté et on a enquêté.

Au total, on définit clairement la liberté universitaire et on rappelle son importance ; on ne cède pas à de dangereuses modes qui la menacent parfois (espaces sécuritaires, « traumavertissements », par exemple) ; et on a reconnu l’importance de protéger la liberté universitaire contre ses menaces tant extérieures qu’intérieures.

Il faut donc remercier toute l’équipe pour ce précieux travail. Mais ne me croyez pas sur parole et allez lire ce riche document.

Cela dit, je tiens à dire deux choses que je pense importantes. La première concerne une objection qu’on fait sur ce travail et qui me semble faible et totalement irrecevable.

La question de l’autonomie de l’université et la loi demandée

Le rapport demande en effet que le gouvernement adopte une ambitieuse loi qui définira notamment la mission de l’université, la liberté universitaire et ses bénéficiaires et qui obligera les universités à se doter sur la question d’un comité disposant d’importants pouvoirs.

Cette demande est mal reçue par certains, qui y voient une menace à l’autonomie de l’institution. À mon avis, cette objection n’est pas valable.

D’abord, parce que les universités ont récemment trop souvent failli à leur tâche de défendre l’institution et la liberté qui doit y exister ; ensuite, parce que nos universités, établissements publics, sont financées par la population, qui a, de facto et de jure, un droit de regard sur elles, qui doivent d’ailleurs se conformer au cadre juridique général et donc, notamment, à la Charte québécoise, au Code criminel et au Code civil.

Le rapport cite à ce propos la commission Parent, qui évoquait déjà ce délicat équilibre devant s’établir et « dans lequel l’université ne se sentira pas asservie à l’État ni l’État dépendant de la seule bonne volonté des universités ». Je pense, comme Pierre Trudel, bien plus savant que moi sur tout cela, que ce qui sera par la loi demandé aux universités s’inscrit dans la foulée des autres lois dans lesquelles personne n’a à ce jour vu « une limite à l’autonomie des universités ». En ce sens, on ne rompt aucunement ici le délicat équilibre évoqué.

La deuxième chose que je veux dire est plus délicate.

Un angle mort

Parmi les menaces à la vie et à la liberté universitaires, on trouve en ce moment certaines modes qui se situent à la frontière de la vie intellectuelle et du politique et qui exercent parfois, dans certains secteurs, une énorme influence sur la vie de l’esprit.

Cela pourra faire en sorte que le refus de se plier à elles et à ses exigences, de s’y conformer, voire d’adhérer minimalement à certaines positions à leur égard, rende un professeur victime de limitations à sa liberté universitaire qui seraient causées… par d’autres professeurs et par un certain conformisme idéologique.

Je connais quelques troublants cas de ce genre en ce moment même et il n’est guère difficile d’en imaginer d’autres autour de sujets polémiques.

Imaginez cette chercheuse, en tel lieu institutionnel, qui voudrait montrer les limites du concept de racisme systémique, qu’elle récuse ; tel autre qui conteste leconcept de genre ; tel autre encore qui soutient que ce qui est ici présenté comme de la recherche crédible est de la pseudoscience ; ou un autre qui pense que les politiques de diversité, d’inclusion et d’équité sont inadmissibles ; et ainsi de suite… Censure et autocensure risquent fort de se conjuguer ici…

Tout cela n’est pas vraiment abordé dans ce rapport et je me suis notamment étonné qu’on n’ait pas retenu, dans le sondage qu’on a fait sur les sources actuelles de limitations à la liberté universitaire, outre la direction, les syndicats, les étudiants, les entreprises et le gouvernement, certains professeurs ou certaines modes. J’avance qu’il n’est pas déraisonnable de penser que, sur des sujets comme ceux que je viens de nommer, l’avenir nous apportera des cas troublants.

Je pense aussi, toutefois, que les outils que le rapport recommande de mettre sur pied, correctement pensés et employés, pourraient tout à fait permettre de rendre visible et de corriger ce qui me semble être occulté.
Baillargeon ne trouve pas "anecdotique" le déferlement idéologique de la gauche identitaire et le poids insoutenable qu'il exerce sur la liberté académique. Il reconnait l'échec chronique des administrations des universités à défendre cette liberté. Aussi, soutient il sans réserve les conclusions du rapport Cloutier qui recommande l'imposition d'une loi pour forer les administrations universitaires à défendre les enseignants contre les violences du milieu que nous dénonçons ici.
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
unptitgab
Messages : 5312
Inscription : 14 janv. 2014, 06:59

Re: Analyser la mouvance Woke

#1725

Message par unptitgab » 15 janv. 2022, 13:42

uno a écrit : 15 janv. 2022, 09:17 Hypothèse qui se pète la gueule devant les faits. Prend par exemple le cas récent de Fabien Roussel, celui-ci aborde la question des inégalités sociales et déclare ceci.

«Un bon vin, une bonne viande, un bon fromage : c'est la gastronomie française. Le meilleur moyen de la défendre, c'est de permettre aux Français d'y avoir accès»

Sans que la droite conservatrice n'ait rien à foutre là-dedans voilà que la gauche woke lui tombe dessus et va même jusqu'à l'accuser de suprématie blanche. Bref la gauche woke elle-même contribue à tuer la gauche si l'on peut dire, il est d'ailleurs intéressant de voir comme des multinationales allant des GAFAM aux banques ont repris des slogans woke à leur compte.
Si une partie de le gauche est tombé sur Roussel, c'est que suite à son soutien à une manif de flics organisée par les syndicats proche de l'extrême droite où la remise en cause de l'état de droit était défendu, il sort cette petite phrase qui n'est pas sans rappeler les apéros saucisson, pinard qu'un groupuscule nationaliste s'amusait à organiser ou une sortie d'une candidate de droite . Le chauvinisme n'est déjà pas un sentiment très heureux pour quelqu'un se défendant d'être de gauche, mais en plus il y a ces éléments qui expliquent les réactions.
Ne pas prendre le contexte de la campagne présidentielle française actuelle où les nationalistes sont très présents, pour juste montrer que la réaction à une phrase est disproportionnée n'est pas très honnête, il existe des causes à cette réaction dont il faut tenir compte.
"Quand elle devient « pure » de toute expérience sensorielle, la raison déraisonne. Elle prétend prouver l’existence de Dieu et l’immortalité de l’âme. Cette folie s’appelle métaphysique. Le métaphysicien est un savant fou. Il veut tout prouver, il ne montre que son insanité." Jean-Baptiste Botul

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Dominique18