La mort nous va si bien

Ici, on discute de sujets variés...
Avatar de l’utilisateur
MaisBienSur
Messages : 5569
Inscription : 13 sept. 2012, 10:43

Re: La mort nous va si bien

#151

Message par MaisBienSur » 17 mars 2013, 04:51

voyageur a écrit : Le raisonnement est bidon car tu omets un autre élément d'importance : la déraison.
Si la raison est une faculté de l'esprit, alors la déraison l'est aussi. A moins que la déraison appartienne à une autre faculté, si on estime que l'esprit ne peut être QUE raisonnable.
C'est jouer sur les mots là...
La déraison n'est qu'un manque de raison, de sens, mais une raison quand même.
voyageur a écrit :Pour un propos raisonnable, ~10 seront déraisonnables.
Et ton propos a donc plus de probabilité de se trouver dans les 10 déraisonnables alors ?
Ce qui annule le sens de cette phrase :gratte:

:mrgreen:
Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d'alu.

Avant, j'étais indécis, maintenant je n'en suis plus très sûr...

Les marmottes qui pissent au lit passent un sale hiver (Philippe Vuillemin)

Avatar de l’utilisateur
voyageur
Messages : 666
Inscription : 06 janv. 2013, 05:05

Re: La mort nous va si bien

#152

Message par voyageur » 17 mars 2013, 05:13

MaisBienSur a écrit :C'est jouer sur les mots là...
La déraison n'est qu'un manque de raison, de sens, mais une raison quand même.
donc si je suis ton raisonnement, lorsque je dis "tiens là-bas sur cette chaise, il n'y a personne !".

toi tu réponds : "bah si puisque personne c'est déjà quelqu'un !?" :|
La déraison n'est pas un manque de raison, mais plutôt l'absence de raison, alors peut-être que ce n'est plus un attribut de l'esprit.

Donc d'après toi, la lâcheté c'est une sorte de courage :ouch:

En même temps pourquoi pas!
Dernière modification par voyageur le 17 mars 2013, 05:14, modifié 1 fois.
voyageur, Docteur en Sciences Fictions, spécialiste en Mystique. :clown2:

Avatar de l’utilisateur
Greem
Messages : 2092
Inscription : 27 déc. 2009, 10:59

Re: La mort nous va si bien

#153

Message par Greem » 17 mars 2013, 05:14

voyageur a écrit :Donc ton univers est tout autant raisonnable que déraisonnable.
Non mais dire que l'univers est l'un ou l'autre est de toute façon un sophisme. L'univers, ça n'est pas une entité personnifié, c'est juste le mot qu'on donne pour définir l'ensemble de tout ce qui existe. C'est pour ça que des expressions comme "le raison fait partie de l'essence de l'univers" sont particulièrement stériles, parce qu'elles ne font que jouer sur l'ambiguïté des mots pour sous entendre certains choses, sans avoir à les expliciter correctement. Je déteste cette façon de faire qui ne consiste qu'a affirmer implicitement certaines choses pour éviter toute réfutation.
"Ils terribles ce ses sceptiquo-maniaques-sionisto-propagandum."

Avatar de l’utilisateur
MaisBienSur
Messages : 5569
Inscription : 13 sept. 2012, 10:43

Re: La mort nous va si bien

#154

Message par MaisBienSur » 17 mars 2013, 05:34

voyageur a écrit :
donc si je suis ton raisonnement, lorsque je dis "tiens là-bas sur cette chaise, il n'y a personne !".

toi tu réponds : "bah si puisque personne c'est déjà quelqu'un !?" :|
Avec ton exemple, c'est plutôt un foutage de gueule si je te répondais ça :a4:
(c'etait un western ça ? "mon nom est personne")
La déraison n'est déraisonnable que pour une tierce personne. Puisque un agissement déraisonnable ne l'est souvent que pour les autres, pas pour celui qui agit. Lui pense agir avec raison.
C'est pour ça que je te cite quand tu dis qu'il y a 1 propos de raison pour 10 de déraisons.
Tu te juges raisonnable ou déraisonnable dans ce que tu affirmes ?
En sachant que d'après toi, il y a 9 chances sur 10 que ton propos soit déraisonnable.
voyageur a écrit :La déraison n'est pas un manque de raison, mais plutôt l'absence de raison, alors peut-être que ce n'est plus un attribut de l'esprit.
Pour moi la déraison est une erreur dans le raisonnement, une faille, un loupé qui trompe celui qui tient le propos de raison, ou il a effectivement raison mais il est perçu comme déraisonnable, et dans ce cas, la déraison change de camp. C'est ce qui fait la différence entre la raison et la vérité. Il n'y a qu'une vérité (globalement) mais la raison est plus subjective.
voyageur a écrit :Donc d'après toi, la lâcheté c'est une sorte de courage :ouch:

En même temps pourquoi pas!
Oui, pourquoi pas ? certains actes de lâcheté demandent du courage.
Faire le choix d'être lâche un moment de sa vie en sachant ce que ça nous coutera tout le reste de l’existence, c'est une sorte de courage... Mais ce n'était pas mon sujet.
Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d'alu.

Avant, j'étais indécis, maintenant je n'en suis plus très sûr...

Les marmottes qui pissent au lit passent un sale hiver (Philippe Vuillemin)

Avatar de l’utilisateur
voyageur
Messages : 666
Inscription : 06 janv. 2013, 05:05

Re: La mort nous va si bien

#155

Message par voyageur » 17 mars 2013, 07:00

Greem a écrit :L'univers, ça n'est pas une entité personnifié, c'est juste le mot qu'on donne pour définir l'ensemble de tout ce qui existe. C'est pour ça que des expressions comme "le raison fait partie de l'essence de l'univers" sont particulièrement stériles, parce qu'elles ne font que jouer sur l'ambiguïté des mots pour sous entendre certains choses, sans avoir à les expliciter correctement.
En même temps la déclaration de Marx Planck fait un peu désordre :
Lors d’un discours en 1944 à Florence en Italie, Max Planck déclara:

«En tant qu’homme qui a consacré toute sa vie à la science la plus lucide et à l’étude de la matière, je peux vous dire ceci en conclusion de mes recherches sur les atomes: Il n’y a pas de matière comme telle. Toute la matière est originaire et n’existe que par la vertu d’une force qui cause les particules d’un atome à vibrer et qui soutient tout ce système atomique ensemble. Nous devons supposer derrière cette force l’existence d’un esprit conscient et intelligent. Cet esprit est la matrice de toute matière» (Max plank,“La nature de la matière”, discours à Florence, Italie, 1944;tiré des archives de l’histoire de Max Plank, Rep. 11 N°1797)
voyageur, Docteur en Sciences Fictions, spécialiste en Mystique. :clown2:

Avatar de l’utilisateur
Dash
Messages : 4685
Inscription : 06 mai 2009, 08:40

Re: La mort nous va si bien

#156

Message par Dash » 17 mars 2013, 07:53

Salut MaisBienSur,
MaisBienSur a écrit :C'est jouer sur les mots là...
Il ne sait faire que ça : jouer sur les mots et percevoir uniquement « tout » ou « rien », peu importe le sujet, l'objet ou le concept évoqué. :?

Il ne comprend pas du tout que l'absence d'un truc (personne) sur un autre truc (chaise) n'implique pas les mêmes rapports que pour des situations où il est possible de faire une certaine gradation, comme chaud/froid, raison/déraison ou haut/bas, etc.

Il ne semble pas discerner que pour certains sujets les antonymes peuvent effectivement évoquer une absence complète, mais que pour d'autres sujets, ils désignent plutôt qu'une seule et même chose, mais dans leur axe le plus diamétralement opposé (et implique donc une possible gradation). Ce qui fait qu'il est souvent porté à faire des analogies ou des remarques foireuses qui n'impliquent pas les mêmes implications que celles qu'il cite.
Penser savoir est une chose, savoir penser en est une autre !

Mireille

Re: La mort nous va si bien

#157

Message par Mireille » 17 mars 2013, 08:02

Bonjour Gabriel,

Je suis très heureuse que vous acceptiez de créer une expérience avec moi. Il y a aussi Milou qui avait exprimé son intérêt pour participer. Nous serons un peu comme les thanatonautes imagninés du romancier Bernard Weber.

Je vous fais ma proposition et vous reviens, je compte sur vous pour monter le protocole.

Mireille

Igor
Messages : 3932
Inscription : 04 déc. 2010, 20:39

Re: La mort nous va si bien

#158

Message par Igor » 17 mars 2013, 11:59

Pardalis,

Parlant d'infos, croyez-vous aux enfilades parallèles? (du moins)

le-materialisme-le-libre-arbitre-n-exis ... 2-450.html

Reste à savoir si NEMROD34 avait déjà observé notre discussion. (et si ça lui a donné des idées pour parler d'infos)

Il ne semble pas beaucoup croire aux ET en tous cas.
Dernière modification par Igor le 17 mars 2013, 12:14, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
voyageur
Messages : 666
Inscription : 06 janv. 2013, 05:05

Re: La mort nous va si bien

#159

Message par voyageur » 17 mars 2013, 12:13

Dash a écrit :Il ne comprend pas du tout que l'absence d'un truc (personne) sur un autre truc (chaise) n'implique pas les mêmes rapports que pour des situations où il est possible de faire une certaine gradation, comme chaud/froid, raison/déraison ou haut/bas, etc.
Pour le chaud/froid, il est intéressant de noter que par définition le froid n'existe pas, aucun n'appareil ne mesure le froid. Un thermomètre ne mesure que la chaleur.

C'est une déperdition de chaleur qui nous donne la sensation de froid. On ne peut rien faire d'autre que le constater, c'est tout.

Dash a donc raison, je lui concède cela, à quoi bon faire dans l'exactitude...
voyageur, Docteur en Sciences Fictions, spécialiste en Mystique. :clown2:

Igor
Messages : 3932
Inscription : 04 déc. 2010, 20:39

Re: La mort nous va si bien

#160

Message par Igor » 17 mars 2013, 13:22

Vous croyez pas à ça n'est-ce pas?

http://www.youtube.com/watch?v=pYWIR1L9 ... ure=relmfu

Avatar de l’utilisateur
Denis
Modérateur
Modérateur
Messages : 19170
Inscription : 03 sept. 2003, 17:22

Un intérêt poétique

#161

Message par Denis » 17 mars 2013, 13:54


Salut Igor,

Tu demandes :
Igor a écrit :Vous croyez pas à ça n'est-ce pas?

http://www.youtube.com/watch?v=pYWIR1L9 ... ure=relmfu
J'admets que ce genre de délire fiévreux puisse intéresser certains zozos évaporés.

C'est le seul intérêt que j'y trouve. Un intérêt poétique voisin de celui qu'inspire l'astrologie, mais dont je me lasse vite.

:) Denis
Les meilleures sorties de route sont celles qui font le moins de tonneaux.

Igor
Messages : 3932
Inscription : 04 déc. 2010, 20:39

Re: La mort nous va si bien

#162

Message par Igor » 17 mars 2013, 14:40

Denis,

J'ai pensé que cela pourrait intéresser VISION.

Avatar de l’utilisateur
Denis
Modérateur
Modérateur
Messages : 19170
Inscription : 03 sept. 2003, 17:22

J'espère qu'il te lira quand même

#163

Message par Denis » 17 mars 2013, 14:46


Salut Igor,

Tu dis :
J'ai pensé que cela pourrait intéresser VISION.
VISION ?

Sa dernière (et seule) intervention dans ce fil remonte à une semaine.

J'espère qu'il te lira quand même et que ça va l'intéresser.

:) Denis
Les meilleures sorties de route sont celles qui font le moins de tonneaux.

Igor
Messages : 3932
Inscription : 04 déc. 2010, 20:39

Re: La mort nous va si bien

#164

Message par Igor » 17 mars 2013, 15:02

Peut-être n'avez-vous pas ce qu'il faut (aussi) pour apprécier. (ni l'intelligence, ni l'humilité)

http://www.youtube.com/watch?v=vjtlW4j2 ... ure=relmfu

Avatar de l’utilisateur
VISION
Messages : 69
Inscription : 30 avr. 2006, 09:30

Re: La mort nous va si bien

#165

Message par VISION » 17 mars 2013, 15:28

Bonjour,Igor J'apprécie énormément Merci.

Avatar de l’utilisateur
voyageur
Messages : 666
Inscription : 06 janv. 2013, 05:05

Re: La mort nous va si bien

#166

Message par voyageur » 17 mars 2013, 15:31

Dans la vidéo, on dirait la voix de fabrice Luchini :lol:
voyageur, Docteur en Sciences Fictions, spécialiste en Mystique. :clown2:

Avatar de l’utilisateur
Gabriel C
Messages : 270
Inscription : 23 déc. 2009, 03:28

Re: La mort nous va si bien

#167

Message par Gabriel C » 17 mars 2013, 16:00

Salut Pardalis
Pardalis a écrit :La sélection naturelle est une vérité pour tout le vivant, et l'intelligence provient du vivant. Il n'y a à mon avis que trois types d'intelligence que l'on connaisse, l'intelligence animale, l'intelligence humaine, et l'intelligence artificielle (un sous-produit de l'intelligence humaine). Ces trois intelligences sont donc des artifacts du règne du vivant, mais vous, vous essayez d'en rajouter une autre, qui existerait indépendante, incorporelle. Une telle forme d'intelligence n'a jamais été observée, et est donc une affirmation gratuite, sans fondement, et vous avez beaucoup de chemin à faire pour me convaincre qu'elle existe.
Je ne tente pas de rajouter un type d’intelligence, ni de convaincre qu’un autre type d’intelligence existerais comme vérité de fait. Je dis simplement que l’univers est raisonnable à priori par vérité analytique ; par vérité nécessaire.

Pour saisir mon raisonnement, il est indispensable de comprendre la distinction que je fais entre les deux sortes de vérité accessible à la conscience.
Il y a les vérités de raisonnement et celles de fait.

Les vérités de raisonnement sont nécessaires et leur opposé impossible, et celles de fait sont contingentes et leur opposé est possible. Quand une vérité est dite nécessaire, on ne peut pas la prouver par la méthode scientifique. La logique pure ce suffi à elle-même. 1=1 Ce type de vérité se rapporte au principe d’identité non-contradiction.

Dans votre exemple, vous ne parlez que des vérités contingentes ou de faits. (lié au principe de raison suffisante) Voilà pourquoi je suis plutôt d’accord avec vous. Face au vérité de fait, j’ai une position matérialiste-naturaliste et je crois que la méthodes scientifique moderne et le scepticisme scientifique sont les meilleurs méthodes d’analyse de se type de vérité.

Mais lorsque vous dite qu’aucune forme d'intelligence n'a jamais été observée à part les trois types d’intelligences que vous me décrivez, je pourrais très bien vous répondre que l’entendement humain n’a accès qu’à ce qui est intelligible…

Tout ce qui est perçu et qui passe au concept dans la pensé humaine (aperception) nécessite la non-contradiction et une raison suffisante. Donc en bref, la réalité pour l’entendement humain est rationnelle ; nous n’avons conscience que de l’intelligible.

Dans la tête d’un sujet rationnelle, rien n’est sans raison, toute chose a une explication qui rend compte de son existence et de sa manière d’être. Appliqué à la totalité de l’existence, il conduit à se poser la question légitime suivante : « Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? »

Pour répondre à cette question, il faut distinguer deux types de choses : celles qui sont nécessaires et celles qui sont contingentes. Les choses qui sont nécessaires contiennent en elles-mêmes leur propre raison d’être, ce qui fait qu’elles ne peuvent pas être autrement que ce qu’elles sont.

Au contraire, les choses contingentes pourraient être différentes, voir même ne pas exister, dans la mesure où elles dépendent d’autres choses. Le fait est que toutes les choses dans l’univers aperçu sont contingentes, elles sont relatives à d’autres choses. Mais il n’est pas possible que tout soit contingent, sinon il n’y aurait aucune explication à l’existence de l’univers. Il faut donc qu’il y ait au moins une cause nécessaire, qui soit la raison ultime de l’univers. Cette cause, faute d’avoir un meilleur terme, je l’identifié à « Dieu ».

Avatar de l’utilisateur
Gabriel C
Messages : 270
Inscription : 23 déc. 2009, 03:28

Re: La mort nous va si bien

#168

Message par Gabriel C » 17 mars 2013, 16:06

Salut Greem
Greem a écrit :Non mais dire que l'univers est l'un ou l'autre est de toute façon un sophisme.
Ce n’est absolument pas un sophisme. Un sophisme est une argumentation à la logique fallacieuse.
Soyons claire, la métaphysique d’Aristote et celle de Leibniz ne contiennent virtuellement aucunes contradictions.

C’est même la première règle de tout leur système respectif. Ce que vous faite ici me parais plus comme un procès de la métaphysique dans son ensemble qu’une critique de mes réflexions.

Si vous faite l’effort de comprendre la logique de leur systèmes, je peux vous certifier que le mot sophisme n’apparaîtra plus dans votre vocabulaire pour décrire les idées de ses deux penseurs. Vous les qualifierez plus certainement de rationaliste dogmatique comme là fait Kant.
Greem a écrit :L'univers, ça n'est pas une entité personnifié, c'est juste le mot qu'on donne pour définir l'ensemble de tout ce qui existe.
Le mot univers est la symbolisation du concept servant à définir l'ensemble de tout ce qui existe pour l’entendement humain. Or, toute notions dans l’entendement humain est une «personnification » c'est-à-dire que pour passer au stade de concept les notions doivent passer par le filtre de l’identité (non-contradiction) et de la raison suffisante.
Greem a écrit :C'est pour ça que des expressions comme "le raison fait partie de l'essence de l'univers" sont particulièrement stériles, parce qu'elles ne font que jouer sur l'ambiguïté des mots pour sous entendre certains choses, sans avoir à les expliciter correctement.
Je ne comprends pas ou vous voyez de l’ambigüité dans le mot univers ?

Tout ce que je dit, c’est que la conscience humaine ne considère comme existant que les notions ayant une identité et une raison suffisante. Voila pourquoi je dit qu’apriori, comme vérité nécessaire l’univers a une raison suffisante.

Aussi, comme la plupart des philosophes commentant Leibniz, je conteste absolument les religieux qui ce sont réapproprié son œuvre et qui affirme que sa preuve cosmologique soit la preuve de l’existence de Dieu ; que Dieu soit une vérité de fait.

Mais je m’oppose également au athée ou religieux kantiens qui affirme que foi et raison sont en parfaite opposition. Comme Leibniz je dis, qu’il faut avoir foi en la raison.

Igor
Messages : 3932
Inscription : 04 déc. 2010, 20:39

Re: La mort nous va si bien

#169

Message par Igor » 17 mars 2013, 18:03

VISION,

Tant mieux si vous appréciez. (à votre service)

http://www.youtube.com/watch?v=sekd74YFyHQ

Pis j'essaie seulement de redonner la vue à certains.

http://www.youtube.com/watch?v=onw4OTRL-2s

Avatar de l’utilisateur
Greem
Messages : 2092
Inscription : 27 déc. 2009, 10:59

Re: La mort nous va si bien

#170

Message par Greem » 17 mars 2013, 20:30

Gabriel C a écrit :Tout ce que je dit, c’est que la conscience humaine ne considère comme existant que les notions ayant une identité et une raison suffisante. Voila pourquoi je dit qu’apriori, comme vérité nécessaire l’univers a une raison suffisante.
Aaaaaaaaaaah d'accord ! En fait, vous voulez juste dire que l'univers est saisissable, ou compréhensible. En effet, si on est capable d'appréhender sa physique et les forces qui définissent le comportement de cette physique, c'est que l'univers est foutu de telle façon qu'on puisse l'appréhender, au moins en partie. Bon sang, les chemins tortueux que vous prenez pour exprimer quelque chose d'aussi simpliste.

Problème : Je ne vois absolument pas ce que la foi vient faire ici et en quoi ce constat démonterait quoi que ce soit ayant un quelconque sens ou but à l'univers. Je ne comprends pas non plus pourquoi vous vous obstinez à vouloir utiliser le mot Dieu.

Les mouches ont mal, Gabriel...
"Ils terribles ce ses sceptiquo-maniaques-sionisto-propagandum."

Avatar de l’utilisateur
Gabriel C
Messages : 270
Inscription : 23 déc. 2009, 03:28

Re: La mort nous va si bien

#171

Message par Gabriel C » 18 mars 2013, 02:38

Salut Green
Greem a écrit :Aaaaaaaaaaah d'accord ! En fait, vous voulez juste dire que l'univers est saisissable, ou compréhensible. En effet, si on est capable d'appréhender sa physique et les forces qui définissent le comportement de cette physique, c'est que l'univers est foutu de telle façon qu'on puisse l'appréhender, au moins en partie. Bon sang, les chemins tortueux que vous prenez pour exprimer quelque chose d'aussi simpliste.
Je suis bien d'accord, mais ces chemins tortueux sont justifier par la contrainte de n’user que des vérités nécessaire et non simplement le bon vieux sens commun. Ce que je dis, c'est que le propre de la raison, c’est de chercher à rendre compte de tout ce qui existe, de rendre raison de l’existence. Et il y a correspondance entre les vérités inné de la conscience et l'univers car la raison serait tout à fait impuissante si l’univers était irrationnelle, voilà pourquoi il est nécessaire de postuler qu’en principe rien n’existe sans raison. Voilà pourquoi je dit qu'il est irrationnel d’affirmer que quelque chose soit sans raison, y compris l'existant. Voilà pourquoi de mon point de vu le concept Dieu s'impose naturellement comme vérité analytique, comme vérité nécessaire.
Greem a écrit :Problème : Je ne vois absolument pas ce que la foi vient faire ici et en quoi ce constat démonterait quoi que ce soit ayant un quelconque sens ou but à l'univers. Je ne comprends pas non plus pourquoi vous vous obstinez à vouloir utiliser le mot Dieu.

Les mouches ont mal, Gabriel...
J’ai parlé de foi, car il se trouve que le « principe de raison suffisante » ; l’affirmation que rien n’est sans raison, est depuis Kant et sa Critique de la Raison Pure , considéré comme un concept impliquant un acte de foi envers la raison.

Pour ce qui est du but ou du sens de l’univers ; la métaphysique de Leibniz en donne une idée assez claire mais très vaste, avec sa fameuse déclaration: nous vivons dans le meilleur des mondes possibles.

Je trouve que son approche sur ce point est tout de même un peu faible; quel aurais besoin d’être dépoussiéré mais je vais vous la présenté tel quel.

Mais avant, pour vous mettre en contexte je pense qu’il est important de comprendre comment Leibniz voyais la philosophie. On peut dire sans trop se tromper qu’il existe des classes de la philosophie qui dépasses le cadre conventionnelle donné habituellement tel que moderne, postmoderne, romantiques, etc.

Je dirais que ce qui fondent ces classes sont la manière dont répond le penseur à la question
« qu’est-ce que la philosophie? » Moi je dénote cinq ou six grandes classes fondamentales que j’ai repérer dans mes lectures.

Par exemple moi je classe les philosophes classique tel que Socrate et Platon comme des chercheur de vérité. Qu’est-ce que la philosophie? Réponse d’un classique: l’amour de la sagesse, et la sagesse c’est de chercher la vérité.

Platon s'opposais au sophiste qui eux considérait la philosophie comme l’art d’avoir raison,

Il a les philosophes hyper conceptuelle tel que l’ensemble des postmodernes qui comme Deleuze, affirme haut et fort que la philosophie c’est simplement l’activité de création conceptuelle et contrairement à Platon déclare qu’ils n’y a pas de vérité à chercher; que rien n'est universel.

Il y a des philosophe de la révolution comme Kant et Nietzsche qui ont en commun la même approche général qui consiste à ériger un vaste tribunal et d’émettre des mise en accusation. Pour eux la philosophie c’est la critique au nom d’une nouvelle fondation.

Il y a les philosophes du plaisir qui comme Épicure répondrais que la philosophie c’est la recherche de la bonne vie.

Et il y a des philosophes de métaphysique comme, Aristote, d’Aquin, Descartes, Leibniz et Spinoza qui cherche à comprendre « le point de vue de Dieu et de l’infini ». À la question qu’est-ce que la philosophie, ce genre de penseur répondrai très probablement « rendre raison à Dieu et à l’infini»

Et voila comment Leibniz ce place dans les pantalons de Dieu et de l’infini:

Quand le grand architecte a crée l’univers il c’est immanquablement trouvé dans la situation où il devait choisir entre une infinité de monde possible.
Il y a donc tous ces mondes qui sont dans l’entendement de l’architecte, et qui chacun tendent à passer du possible à l’existant. Ils ne peuvent pas tous passer car ils ne sont pas compossibles les uns avec les autres. C’est que le grand architecte est lui même la contrainte du raisonnable, Dieu ne peut pas être déraisonnable. La seule combinaison qui peut passer à l'existant est donc la meilleur et la plus raisonnable. Et le critère du choix du grand architecte, c’est la continuité. De tous les mondes incompossibles les uns avec les autres et possibles en eux-mêmes, l’architecte fera passer à l’existence celui qui réalise le maximum de continuité, le maximum d’effet avec le minimum de moyen (principe d'économie), le maximum de variété dans le maximum d’harmonie.(loi des indiscernable)

On peut définir la continuité dans cette approche comme l’acte d’une différence en tant qu’elle tend à s’évanouir; à disparaitre vers l'infini. La continuité, c’est une différence épanouissante.

Évidement, toutes ces spéculations peuvent sembler être une sorte de doux délire sans aucun fondement. Il se trouve, qu’il est absolument essentiel, pour comprendre la logique du concept du meilleur des mondes possible, de comprendre la notion particulière de monade et de singularité qu’a développé Leibniz à partir des vérités nécessaire.

C’est cela le problème avec ce penseur. Son monde conceptuel est juste trop vaste et tout y est interrelié. Se serais donc ,malheureusement, ici trop lourd de parler des monades, ou insuffisant si résumé.

De plus, vous sembler ne pas trop aimer la spéculation métaphysique… et il se trouve que le système monadique de Leibniz est surement la spéculation métaphysiques la plus extravagante et dense de l’histoire de la philosophie…

J’ai conclu dernièrement, que poursuivre mes réflexions de métaphysique ici revenais à me répéter sans arrêts ou être mal interprété. De plus, comme plusieurs l’on remarqué, ce n’est pas vraiment pertinent comme sujet pour ce forum. Voilà pourquoi il est préférable que je ferme légèrement ma parenthèse métaphysique sur ce site.

Il convient donc que je déplace toute mes réflexions de ce type sur un site dédié 100% à la métaphysique. Je vous inviterez quand il sera en ligne.

Désolé tout de même de vous abandonné ainsi, j’espère que vous comprendrez ma décision qui peut, j’en conviens, être interprété comme une vulgaire fuite. Mais comprenez que je n’ai que ces trois choix :

-Soit je « fuis » et place ce temps sur mon site qui sera conçu de façon claire
-soit j’explique ici tout le système monadologique de façon éparse, avec tout les détailles, précisions et mise en contexte de mes interprétations.
-soit j’abandonne enfin la métaphysique, et m’impose une draconienne "chasteté des mouches" avec sexe, drogues et rock and roll afin d'engourdir mes pulsions intellectuelles maladives...

Mireille

Re: La mort nous va si bien

#172

Message par Mireille » 18 mars 2013, 13:11

Bonjour,

En vous lisant je me disais que seul le fait que nous n’ayons pas de réponse quant à savoir d’où vient l’univers ou ce qu’il l’a créé parce que tout par de quelque chose démontre que notre capacité de raisonner, de penser est limité. Comme le mentionnais Gabriel, ci-haut, en d’autres mots, on ne peut comprendre que ce que nous sommes capable de comprendre avec notre cerveau. Sur cette voie, je me demandais si le cerveau évoluait lui aussi ? Autrement dit notre cerveau pourra-t-il un jour, par exemple, conceptualisé l’impossible, comme celle de Dieu, par exemple, je ne parle pas de Dieu dans le sens de divin, mais d’un principe à la base de l’univers. Je me demandais aussi si à force de raisonnement vous ne perdez pas la faculté d’imaginé l’impossible.

Igor et Vision, je vous suggère fortement le vaccin anti-naïveté que j’ai conçu : vous le retrouverez quelque part sur une tablette de votre mental portant l’étiquette : La critique absolu. Si vous l’utilisez pour vous-mêmes vous serez immunisé contre des formes sprirituelles que vous perpétuées et qui à vrai dire ne devrait habiter que le grenier de l’enfance sprirituelle de l’homme. Mais si il vous plaît pour toute raison de rester dans cette condition, alors là je vous fais d’avance mes excuses, mais comme vous avez écrit et diffusé des vidéos sur ce message que j’ai créé, je me permets cette remarque.

J’espère que vous ne quitterez pas ce forum Gabriel.

Mireille

Avatar de l’utilisateur
BeetleJuice
Messages : 6568
Inscription : 22 oct. 2008, 16:38

Re: La mort nous va si bien

#173

Message par BeetleJuice » 18 mars 2013, 14:30

Greem a écrit :Aaaaaaaaaaah d'accord ! En fait, vous voulez juste dire que l'univers est saisissable, ou compréhensible. En effet, si on est capable d'appréhender sa physique et les forces qui définissent le comportement de cette physique, c'est que l'univers est foutu de telle façon qu'on puisse l'appréhender, au moins en partie. Bon sang, les chemins tortueux que vous prenez pour exprimer quelque chose d'aussi simpliste.
Ca revient à ce que je disais, à savoir une téléologie du type "je pense l'univers avec raison, donc l'univers est raisonnable". Ca tient du sophisme, mais visiblement, Gabriel C ne veut pas l'admettre.
This is our faith and this is what distinguishes us from those who do not share our faith.

(John Flemming, Évêque irlandais, 3ème dan de tautologie, ceinture noire de truisme, champion des lapalissades anti-avortement.)

Avatar de l’utilisateur
Etienne Beauman
Messages : 5588
Inscription : 20 févr. 2011, 12:59

Re: La mort nous va si bien

#174

Message par Etienne Beauman » 18 mars 2013, 15:51

salut Gabriel,
Soyons claire, la métaphysique d’Aristote et celle de Leibniz ne contiennent virtuellement aucunes contradictions.
Je ne jugerai pas ces philosophies que je ne connais pas, mais il me semble voir dans ton discours certaines contradictions.
Pour t'extirper du sophisme relevé par BJ, tu insistes sur la différence entre vérité de fait et vérité nécessaire, mais une vérité nécessaire ça se postule, ça se démontre pas.
Il te viendrait pas à l'idée de démontrer que 1=1, que la gravité est le phénomène d'attirance entre les objets (je veux surtout pas rentré dans le détail), etc.
Bref ton but : rationaliser une vérité nécessaire, ton Dieu rationnel, est à contre sens de la définition d'une vérité nécessaire.
Et il y a correspondance entre les vérités inné de la conscience et l'univers car la raison serait tout à fait impuissante si l’univers était irrationnelle
Mais qui te dit que ce n'est pas le cas ?
imagine qu'une fois qu'on aura fait le tour de l'intelligible pour l'humain, on n'ait toujours aucune réponse aux questions existentielles, que la raison ne serait qu'un épiphénomène sans incidence sur l'univers et dont en retour l'aspect irrationnel serait imperceptible pour nos cerveaux rationnels ?
Au royaume des cyclopes, les borgnes sont aveugles.
Is this a discussion?

Mireille

Re: La mort nous va si bien

#175

Message par Mireille » 18 mars 2013, 19:12

Bonsoir Dash,

J'ai lu avec un peu de retard ton message, je te cite parce qu'il est loin :

Bon ca fonctionne pas c'était à la page 5, mais tu disais que nous pourrions nous poser des questions à l'infini sur le début de la source, j'ai toujours eût l'impression que les réponses a ces grandes questions étaient imprimées quelque part en nous mais qu'il fallait nous y rendre. Et si on reste bloqué dans une pensée trop matérialiste ou le contraire dans une pensée trop sprirituelle, qu'alors on pourrait tourner en rond à l'infini. Donc, il faut utiliser une partie de son imagination et tenter de sortir des limites du possible même si au départ on ne puisse pas prouver grand chose. Beetlejuice pense que c'est une perte de temps moi je pense que c'est une aventure au même titre que ceux qui ont découvert à une certaine époque les continents.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit