Entre respect et angoisse

Ici, on discute de sujets variés...
Pryd
Messages : 1
Inscription : 19 mai 2018, 17:17

Entre respect et angoisse

#1

Message par Pryd » 19 mai 2018, 18:37

Bonjour.

C'est mon premier message ici, et ça sera pas le plus joyeux. Je colle ici un warning "maladie" et un autre "épanchement" pour éviter d'incommoder certaines personnes.

J'ai un pote, un vieux pote. Vieux dans le sens où il est plus bien jeune, vieux dans le sens où ça fait 17-18 ans qu'il est mon pote. C'est tout un groupe de potes en fait, un peu (beaucoup) tendance new-age et "antisystème parce que si c'est assimilable à un système faut être anti". Mais c'est mes potes quand même, parce que depuis le temps que je traîne entre différents types d'anars, punk, écolo & alcoolo, j'ai appris à faire avec cette tendance qu'on "les miens" à être irrationnels. Vous voyez le genre, je pense...
Donc c'est mes potes, lui c'est le doyen de la bande, moi je suis le rationaliste du groupe, et ça fait entre 15 et 20 ans que je les affronte pas avec mon esprit critique. Quand ils m'incluent dans une discussion, j'expose mon argumentation sceptique, mais tant qu'ils m'en tiennent à l'écart je m'abstiens de les souler avec une grille de lecture sceptique qui heurte leurs croyances.
Jusqu'à maintenant, je considérais ça comme une bonne approche, chacun respectant les systèmes de pensée des autres.

Maintenant, le "doyen" a un cancer, pour ce que j'en sais y'a pas encore de cellules qui se baladent partout. Et c'est maintenant que je doute sur ma prise de position passée, en mode non-intrusif et que je me questionne davantage encore sur comment désormais agir & réagir.
Je passe les détails pour pas charger en pathos, mais il lui faudrait a minima l'ablation d'une bonne partie de la langue (c'est a priori bien développé) et une chimio ; il a opté pour un shaman et un régime au jus de légume.
Je me serais pas attendu à ce que qui que ce soit dans ce groupe soit aussi extrême dans l'alternatif vu leur façon de critiquer certaines de leurs accointances qui sont carrément dans le mystique et leur façon d'aborder mon approche factuelle. Je me serais pas attendu non plus à un tel soutien de la part de la majorité. En tentant d'aborder le sujet avec ceux qui me semblent les plus rationnels et les moins enthousiastes face à la thérapie au jus de légume, dans l'espoir de pouvoir constituer un espace de dialogue rationnel, je ne m'attendais pas de leur part à une position de retrait sous couvert de "si il croit au jus, ça peut lui donner la volonté de battre le cancer, la force de l'esprit sur le corps est telle que...".

Bref, il est entouré de gens qui sont partagés entre l'idée que le jus est une bonne voie vers la rémission et celle que ça aura un effet placebo possiblement suffisant. moi, forcément, je pense "métastase" (mais je suis d'une inculture crasse au sujet du cancer).

De son côté, je me dis que c'est peut-être une façon de refuser toute forme d'acharnement thérapeutique ainsi que toute forme de diminution physique autre que les inéluctables. C'est un dur issu de la paysannerie, un coriace de l'existence, un tenace du quotidien. Le genre de mec qui rentre son bois pour l'hiver d'en-bas de la butte avec deux côtes cassées et qui t'engueule quand tu lui propose un coup de main (expérience vécue, j'en rajoute pas).
Du coup, entre le fait qu'il doit quand même y croire un peu, à son jus, le fait que je devine que ce soit pour lui une façon de lutter avec ses propres armes et que ça se respecte quand bien même je suis en désaccord ; entre le fait que le milieu cognitif l'encourage dans cette voie, le fait que ça lui fait plus de chances d'y rester que d'y réchapper et que ça, ça m'angoisse, je ne sais quel discours tenir. Un silence complice et mortifère ou un discours contradictoire qu'il ne veut pas entendre ?
En plus, je l'ai déjà dit, je suis incompétent en terme de cancer, je ne saurais donc même pas comment le tenir, ce discours.

Bon, donc voilà, maintenant qu'est assouvi mon besoin d'extérioriser tout ça, je repose le propos en court et clair, en élargissant un peu pour une meilleure prise de distance avec le sujet : quelle posture morale adopter, tant personnellement que dans le discours dans un contexte dans lequel l'approche critique va à l'encontre des convictions d'une personne qui est probablement en train de se condamner à courte ou moyenne échéance ?

Florence
Messages : 9212
Inscription : 03 sept. 2003, 02:48
Localisation : Directement au dessus du centre de la Terre

Re: Entre respect et angoisse

#2

Message par Florence » 20 mai 2018, 00:23

Bonjour Pryd, et bienvenue.

Il s'agit d'une situation commune, classique, connue, contrariante, angoissante et complexe ...

Réaction de déni face à un diagnostic qui confirme une crainte (j'imagine au vu de ce que vous décrivez que ça n'a pas vraiment ete une surprise pour votre pote, qui comme trop de monde, a attendu d'être très gêné par les symptômes avant d'aller consulter).
Déni suivi de la recherche de solutions simples, faciles et peu contraignantes, orgueil du type qui a toujours été indépendant et ne veut pas changer, ce qui rend vulnérable à la charlatanerie et surtout aux escrocs.

Son jus de légumes, pour peu qu'il ne comporte pas de toxiques (haricots et patate crus ...), peut se révéler un atout dans vos discussions : encouragez-le à le boire, suggérez des recettes, tout en lui proposant de le supplementer par des approches médicales plus "classiques". Et ne détrompez pas complètement le reste de la clique au sujet de "la force du mental bla-bla-bla", ils seront un appui précieux lorsque les choses tourneront au pire ...

Surtout lorsqu'il va commencer à avoir mal, très, très mal, quil ne pourra plus avaler son jus, et qu'à ce stade, le shaman miraculeux va se tirer des flûtes en invoquant toutes sortes de prétextes et en lui jetant la faute de son échec à le guérir à la figure (ça aussi, c'est un classique).
Je dis lâche et traître celui qui se plaint des fautes d'autrui ou de la puissance de ses ennemis A. de Saint-Exupéry, "Citadelle".
"I do not always enjoy winning an argument. Losing an argument fairly makes you both end up winners."
Le bonheur est un festin de miettes. Jacques Faisant, "Rue Panse Bougre"

Avatar de l’utilisateur
Vathar
Messages : 617
Inscription : 23 sept. 2016, 09:41

Re: Entre respect et angoisse

#3

Message par Vathar » 20 mai 2018, 07:54

Je rejoins Florence sur pas mal de choses. Le shaman et le jus de légumes ne feront pas de mal à votre ami. Inutile de l'attaquer de front sur ce point et laissez le faire. Concentrez vous plutôt sur l'acceptation de la médecine scientifique. Hors de votre groupe d'amis, a t'il des parents, cousins, collègues, qui ont un généraliste qu'ils peuvent recommander personnellement (créant ainsi un climat de confiance)? Je pense à un médecin qui exerce dans un petit cabinet, loin des grands hopitaux et du "système"?

Autre point plus terre à terre, votre ami est il couvert au niveau assurance, sécurité sociale, mutuelle? J'ai moi aussi vécu dans des milieux "alternatifs" et vu plus d'un pote rechigner à mettre les pieds à l’hôpital, malgré des fractures, lésions, ou autres conséquences d'accidents stupides, simplement parce qu'il n'étaient plus déclarés nulle part dans le système Français. J'ai aussi vu quelques assistantes sociales antidater des documents pour leur permettre de bénéficier d'une couverture santé qu'ils avaient négligé pendant trop longtemps.

Avatar de l’utilisateur
miraye
Messages : 419
Inscription : 15 nov. 2014, 04:38

Re: Entre respect et angoisse

#4

Message par miraye » 20 mai 2018, 18:13

Bonsoir Pryd et bienvenu ici, même si nous pouvons regretter que ce soit en d'aussi tristes circonstances.

En plus des remarques judicieuses des autres membres, je rajouterai pour cette question
Pryd a écrit :
19 mai 2018, 18:37
... je ne sais quel discours tenir. Un silence complice et mortifère ou un discours contradictoire qu'il ne veut pas entendre ? ...
Que vous n'avez pas que ces 2 alternatives.
Vous pouvez aussi essayer de déterminer ce que vous ressentez et le dire le plus simplement possible à votre ami.
Pour moi ça serai quelque chose comme,
"Ouais tu sais moi tu me connais les jus de fruits et les shamane c'est pas trop mon truc, et pis le cancer ça fait peur, alors ta situation elle m'angoisse beaucoup, et je me sent perdu, et je ne sais pas quoi te dire, mais soit certain que je respecte tes choix même si je ne les comprend pas, et je vais rester à tes côtés."
A vous de voir suivant votre personnalité et votre relation.
"Lourd est le parpaing de la réalité sur la tartelette aux fraises de nos illusions." Boulet

Avatar de l’utilisateur
Cadenas
Messages : 412
Inscription : 04 mai 2017, 09:49

Re: Entre respect et angoisse

#5

Message par Cadenas » 20 mai 2018, 18:30

Je plussoye les personnes qui se sont exprimées ici.

Vous ne pourrez pas le faire changer d'avis frontalement, ça ne fera que le braquer et vos peines respectives risquent de vous éloigner. L'argument de Miraye est aussi pertinent, il ne faut pas que vous "changiez" il pourrait trouver ça étrange justement et vous prêter des intentions sournoises.
Être présent et l'accompagner, lui rappeler que aucune porte ne se ferme et qu'il peut toujours changer d'avis sur un traitement, dans un sens comme dans un autre et l'assurer que vous ne le jugerez pas... Parfois quelqu'un peut s'apercevoir s'être trompé mais refuser de l'admettre pour préserver son image, même dans des cas aussi graves que ça.

Je dois avouer que, pour avoir étudier récemment des retranscriptions de patients-médecins dans des départements d'oncologie, le tact et la délicatesse ne sont pas toujours la force du corps médical, ce qui n'aide pas à la situation. S'il décide de changer d'avis et d'aller vers la médecine conventionnelle (et comme l'a dit Florence, ça peut arriver lorsque la douleur est trop forte), il faudra aussi l'accompagner et ne pas croire que tout le chemin est fait.

Bon courage et j'espère que cela se terminera de la meilleure façon possible pour votre ami.

yquemener
Messages : 2292
Inscription : 09 août 2010, 07:06

Re: Entre respect et angoisse

#6

Message par yquemener » 21 mai 2018, 04:48

L'important a été dit. Il ne faut aussi pas négliger l'impact des tacles non-rationnels sur les personnes adeptes de la pensée magique. À des "anti-systèmes" basiques, je ferais remarquer que son traitement est tellement anti-système que Steve Jobs a choisi le même (avec le résultat qu'on connaît).

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit