Le doute, faute de preuve

Ici, on discute de sujets variés...
Répondre
Andrei
Messages : 2
Inscription : 11 oct. 2011, 11:43

Le doute, faute de preuve

#1

Message par Andrei » 11 oct. 2011, 11:55

Bonjour,

J'ai été surpris par la citations qui figure sur la bannière du forum : Le doute, faute de preuve.

C'est une opinion bien personnelle, mais faut il toujours avoir des preuves afin d'éradiquer le doute ? Par exemple, dans mon quotidien, si j'aurais cette citation en tête, il me faudrait toujours des preuves, sinon je serais toujours perplexe et par la fait même, en état de doute sur mon futur en quel qu'aspect de ma vie.

Le doute est à l'opposé de la confiance également. Donc, au delà de ce qui peut être scientifiquement prouvé, si humainement ma conjointe, par exemple, ne me fourni pas de preuves quand à la confiance que j'ai en elle, par le fait que je n'ai aucune preuve, alors je douterai toujours d'elle.

Une majorité de ce qui existe aujourd'hui en termes de créations humaines, est à l'origine d'un rêve. De ce rêve, il y a un objectif, celui de le réaliser. Mais si on lui ajoute le doute, alors l'objectif et le désir de le concrétiser sera terni par l'ombre du doute.

Quels sont vos opinions ?

Merci à vous,

André

Avatar de l’utilisateur
Fair
Messages : 859
Inscription : 05 mai 2010, 18:27

Re: Le doute, faute de preuve

#2

Message par Fair » 11 oct. 2011, 12:16

Bonjour Andrei et Bienvenue sur le Forum,
Andrei a écrit :C'est une opinion bien personnelle, mais faut il toujours avoir des preuves afin d'éradiquer le doute ? Par exemple, dans mon quotidien, si j'aurais cette citation en tête, il me faudrait toujours des preuves, sinon je serais toujours perplexe et par la fait même, en état de doute sur mon futur en quel qu'aspect de ma vie.
Je ne suis pas sûr, mais peut-être que la F.A.Q. sur le Site des Sceptiques du Québec peut répondre à cette question.

A+ :a1:
10 years ago we had Steve Jobs, Bob Hope and Johnny Cash.
Now we have no jobs, no hope ans no cash.
Please don't let Kevin Bacon die !

Avatar de l’utilisateur
Pardalis
Messages : 9163
Inscription : 07 avr. 2006, 14:56

Re: Le doute, faute de preuve

#3

Message par Pardalis » 11 oct. 2011, 12:26

Les «si» ont peur des «rais».
"To say that you won't respect the results of the election is a direct threat to our Democracy. The peaceful transfer of power is one of the things that makes America, America!…Look, some people are just sore losers.”" Hillary Clinton

Avatar de l’utilisateur
Poulpeman
Modérateur
Modérateur
Messages : 3318
Inscription : 11 juin 2007, 03:39

Re: Le doute, faute de preuve

#4

Message par Poulpeman » 11 oct. 2011, 12:29

Bonjour Andrei et :bienvenue: sur le forum !
Andrei a écrit :C'est une opinion bien personnelle, mais faut il toujours avoir des preuves afin d'éradiquer le doute ? Par exemple, dans mon quotidien, si j'aurais cette citation en tête, il me faudrait toujours des preuves, sinon je serais toujours perplexe et par la fait même, en état de doute sur mon futur en quel qu'aspect de ma vie.
La citation présente en page d'accueil s'applique surtout à ce qui tient de la science et des phénomènes paranormaux.
Pas de preuve que l'astrologie fonctionne ? => mieux vaut en douter.
Pas de preuve de l'existence du boson de Higgs ? => gardons le doute jusqu'à en avoir la preuve.

Au quotidien, si on doute systématiquement de tout, on se fait des noeuds au cerveau :)
Le doute est à l'opposé de la confiance également. Donc, au delà de ce qui peut être scientifiquement prouvé, si humainement ma conjointe, par exemple, ne me fourni pas de preuves quand à la confiance que j'ai en elle, par le fait que je n'ai aucune preuve, alors je douterai toujours d'elle.
La confiance est toujours toute relative.
Si un proche me dit qu'il a manger des céréales au petit déjeuner, je n'ai aucune raison de mettre ses propos en doute. C'est une autre histoire s'il me dit qu'il peut courir le 100 mètre en moins de 9 secondes.
Une majorité de ce qui existe aujourd'hui en termes de créations humaines, est à l'origine d'un rêve. De ce rêve, il y a un objectif, celui de le réaliser. Mais si on lui ajoute le doute, alors l'objectif et le désir de le concrétiser sera terni par l'ombre du doute.
Toute entreprise humaine est un pari qui peut échouer. Ca ne veut pas dire qu'il ne faut rien tenter. L'espoir et la persévérances sont là pour ça.

Cordialement,

Poulpeman
Si Dieu existait, il faudrait s'en débarrasser. (Michel Bakounine)
Mon blog : critique de l’idéologie dominante et promotion de la philosophie libertaire

Andrei
Messages : 2
Inscription : 11 oct. 2011, 11:43

Re: Le doute, faute de preuve

#5

Message par Andrei » 11 oct. 2011, 16:45

Merci pour vos reponses.

Si ca s'adapte davantage au niveau scientifique, en effet.

Quand au 'Si qui ont peur des rais' c'etait pas necessaire, a l'avenir pourrais tu etre plus flou que je comprenne moins. Merci !

Andre

Avatar de l’utilisateur
Dash
Messages : 3938
Inscription : 06 mai 2009, 08:40

Re: Le doute, faute de preuve

#6

Message par Dash » 11 oct. 2011, 22:32

salut Andrei,
Andrei a écrit :...si humainement ma conjointe, par exemple, ne me fourni pas de preuves quand à la confiance que j'ai en elle, par le fait que je n'ai aucune preuve, alors je douterai toujours d'elle.
Je pense qu'il faut discerner deux chose...

Il est intéressant de saisir que, donner sa confiance gratuitement à quelqu'un qu'on connaît plus ou moins, c'est en quelque sorte donner le « bénéfice du doute » justement. Autrement dit : « le doute, faute de preuve! » De fait, on s'abstient alors de juger avant de voir, mais il est évident que ça implique nécessairement un facteur de risque.

Dire que « l'on fait confiance » à quelqu'un que nous ne connaissons pas, à cause d'un sentiment de bonne impression ou d'une intuition, c'est un abus de langage! En réalité, nous donnons le bénéfice de doute.

Pour ce qui est de la réelle confiance, qui elle s'acquiert petit à petit, envers les gens que nous connaissons bien (conjointe), elle se bâtit sur l'ensemble des actions et comportements qu'il nous est possible d'observer avec le temps en ce qui concerne la personne. Ces observations, à défaut d'êtres des preuves ou des certitudes, nous donnent quand même un certain facteur de probabilité sur les possibles agissements des gens d'ont nous avons déjà observé les comportements. Dans les relations humaines, ce genre de confiance, acquise par l'expérience (empirique) fait donc office de « preuve » en quelque sorte.

La confiance, sans l'expérience qui la justifie, ce n'est pas de la confiance! C'est soit un acte de foi, soit accepter consciemment de prendre un risque!
Penser savoir est une chose, savoir penser en est une autre !

Avatar de l’utilisateur
DanB
Messages : 2994
Inscription : 25 avr. 2006, 14:31

Re: Le doute, faute de preuve

#7

Message par DanB » 11 oct. 2011, 22:56

Pardalis a écrit :Les «si» ont peur des «rais».
Je suis pas capable. Mais on entend ça à l'école. Ça va avec les messages des profs qui sont pleins de fautes... Et ça touche tous les profs, pas juste les jeunes.
Envoyé de mon iMac ou de mon iPad ou de mon iPhone

eric
Messages : 257
Inscription : 16 juil. 2006, 19:33

Re: Le doute, faute de preuve

#8

Message par eric » 16 oct. 2011, 16:07

Andrei a écrit :
J'ai été surpris par la citation qui figure sur la bannière du forum : Le doute, faute de preuve.

C'est une opinion bien personnelle, mais faut il toujours avoir des preuves afin d'éradiquer le doute ? Par exemple, dans mon quotidien, si j'aurais cette citation en tête, il me faudrait toujours des preuves, sinon je serais toujours perplexe et par la fait même, en état de doute sur mon futur en quel qu'aspect de ma vie.

Le doute est à l'opposé de la confiance également. Donc, au delà de ce qui peut être scientifiquement prouvé, si humainement ma conjointe, par exemple, ne me fourni pas de preuves quand à la confiance que j'ai en elle, par le fait que je n'ai aucune preuve, alors je douterai toujours d'elle.
Vous avez raison, ce principe "Le doute faute de preuve" est d'une grande hypocrisie, car les sceptiques l'appliquent seulement quand ça les arrange (c'est-à-dire en ce qui concerne ce en quoi ils ne croient pas, comme le monde invisible, le paranormal etc...). Dès qu'il s'agit de choses en lesquelles ils croient même sans preuve, là il ne faut plus l'appliquer.

Personnellement, je pense qu'on applique beaucoup plus souvent le principe "la foi, faute de preuve"... même sur les questions scientifiques.
Par exemple, je n'ai pas la preuve que la planète Pluton existe... mais j'ai foi en ce que me disent les astronomes.
Je n'ai pas la preuve qu'Armstrong a marché sur la lune... mais j'ai foi en ce que nous ont dit la NASA et les autorités américaines, ainsi qu'en les images qu'ils nous ont fournies.

La seule chose dont je crois avoir la preuve, c'est que j'existe (car je pense)... mais tout le reste est de la foi.
Dernière modification par eric le 17 oct. 2011, 03:57, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 7166
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: Le doute, faute de preuve

#9

Message par Kraepelin » 16 oct. 2011, 16:10

Andrei a écrit :Bonjour,

J'ai été surpris par la citations qui figure sur la bannière du forum : Le doute, faute de preuve.

C'est une opinion bien personnelle, mais faut il toujours avoir des preuves afin d'éradiquer le doute ? Par exemple, dans mon quotidien, si j'aurais cette citation en tête, il me faudrait toujours des preuves, sinon je serais toujours perplexe et par la fait même, en état de doute sur mon futur en quel qu'aspect de ma vie.

Le doute est à l'opposé de la confiance également. Donc, au delà de ce qui peut être scientifiquement prouvé, si humainement ma conjointe, par exemple, ne me fourni pas de preuves quand à la confiance que j'ai en elle, par le fait que je n'ai aucune preuve, alors je douterai toujours d'elle.

Une majorité de ce qui existe aujourd'hui en termes de créations humaines, est à l'origine d'un rêve. De ce rêve, il y a un objectif, celui de le réaliser. Mais si on lui ajoute le doute, alors l'objectif et le désir de le concrétiser sera terni par l'ombre du doute.

Quels sont vos opinions ?
Cette affirmationne concerne que les énoncés "extradordinaires".
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

MadLuke
Messages : 1440
Inscription : 03 juil. 2007, 22:12

Re: Le doute, faute de preuve

#10

Message par MadLuke » 16 oct. 2011, 16:59

Kraepelin a écrit : Cette affirmationne concerne que les énoncés "extradordinaires".
Très juste le niveau de doute et le niveau de preuve requis pour l'enlever sera directement relié au côté extraordinaire de l'énoncé.

Si quelqu'un ma racompte qu'il a mangé du spagetti hier soir, j'en douterais pas vraiment et un simple témoin ou reste de spagat dans le frigidaire ou encore un chaudron encore rouge sauce spaggat dans l'évier va me convaincre complétement.

S'il me racompte qu'il a mangé du spagetti avec des extraterrestres et George Bush hier soir, la le niveau de doute sera bien plus grand, je vais mettre en doute des photos en essayant de voir s'il elles ne sont pas truquées.

Avatar de l’utilisateur
Invité
Messages : 4529
Inscription : 16 janv. 2004, 11:47

Re: Le doute, faute de preuve

#11

Message par Invité » 16 oct. 2011, 17:26

eric a écrit :Vous avez raison, ce principe "Le doute faute de preuve" est d'une grande hypocrisie, car les sceptiques l'appliquent seulement quand ça les arrange (c'est-à-dire en ce qui concerne ce en quoi ils ne croient pas, comme le monde invisible, le paranormal etc...). Dès qu'il s'agit de choses en lesquelles ils croient même sans preuve, là il ne faut plus l'appliquer.

Personnellement, je pense qu'on applique beaucoup plus souvent le principe "la foi, faute de preuve"... même sur les questions scientifiques.
C'est faux.

Il suffit de regarder le "doute" qu'a suscité l'expérience OPERA (Oscillation Project with Emulsion-Tracking Apparatus) qui mesurait la vitesse des neutrinos et concluait qu'ils allait plus vite que la lumière.

Le premier réflèxe des scientifiques, n'a pas été de crier victoire mais plutôt de dire qu'il doit y avoir une erreur quelque part et de répéter cette expérience en cherchant cette erreur.

Le résultat est extraordinaire alors on exige une preuve "blindé".

I.
"Whatever intelligence is, it can't be intelligent all the way down. It's just dumb stuff at the bottom." [Andy Clark]

Avatar de l’utilisateur
Denis
Modérateur
Modérateur
Messages : 19065
Inscription : 03 sept. 2003, 17:22

Distinguer "doute raisonnable" et "doute déraisonnable"

#12

Message par Denis » 17 oct. 2011, 01:45


Salut Eric,

Tu dis :
Par exemple, je n'ai pas la preuve que la planète Pluton existe... mais j'ai foi en ce que me disent les astronomes.
Je n'ai pas la preuve qu'Armstrong a marché sur la lune... mais j'ai foi en ce que nous ont dit dit la NASA et les autorités américaines, ainsi qu'en les images qu'ils nous ont fournies.
J'ai la nette impression que tu confonds "preuve au-delà de tout doute raisonnable" et "preuve au-delà de tout doute raisonnable".

Moi, je considère que quand il est déraisonnable de douter d'un machin (ex. que la France, hier midi, était plus peuplée que le Québec), c'est que ce machin est prouvé. Tes deux exemples (Pluton et Armstrong) sont aussi certains que le mien.

Quand le rapport de forces entre les arguments pour et contre est un zilliard de fois plus contrasté qu'ici, (comme c'est le cas dans nos trois exemples), il est carrément idiot de douter. Et quand il est idiot de douter, c'est que c'est prouvé hors de tout doute raisonnable. C'est-à-dire : prouvé (tout court).

Non?

:) Denis
Les meilleures sorties de route sont celles qui font le moins de tonneaux.

eric
Messages : 257
Inscription : 16 juil. 2006, 19:33

Re: Le doute, faute de preuve

#13

Message par eric » 17 oct. 2011, 04:05

Denis,
Je suis à peu près d'accord avec toi.


Voyons maintenant si tu es d'accord avec moi sur ceci:

Je doute que le monde se limite aux 3 dimensions que nous percevons (4 si on compte le temps), je crois même le contraire.

Sachant que plus la science avance, et plus l'homme découvre que le monde est plus vaste et plus complexe qu'il le pensait auparavant, il y a beaucoup plus de chances que le monde ne se limite pas à ces 3 (ou 4) dimensions, que de chances qu'il se limite à cela.

D'accord?
Dernière modification par eric le 17 oct. 2011, 04:19, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
switch
Messages : 1883
Inscription : 18 nov. 2010, 03:46

Re: Le doute, faute de preuve

#14

Message par switch » 17 oct. 2011, 04:18

eric a écrit :Denis,
Je suis à peu près d'accord avec toi.


Voyons maintenant si tu es d'accord avec moi sur ceci:

Je doute que le monde se limite aux 3 dimensions que nous percevons (4 si on compte le temps).

Sachant que plus la science avance, et plus l'homme découvre que le monde est plus vaste et plus complexe qu'il le pensait auparavant, je pense qu'il y a beaucoup plus de chances que le monde ne se limite pas à ces 3 (ou 4) dimensions, que de chances qu'il se limite à cela.

D'accord?
La science ne fait que modéliser. Aujourd'hui, il n'y a aucune raison de penser que le modèle d'un monde à plus de quatre dimension pour expliquer notre environnement soit nécessaire.

Si on modélise le monde sub-atomimque, on utilisera peut-être des équation mathématiques incluant plus de dimensions. Mais ce n'est pas pour autant que "notre" monde changera ou que ces dimensions soient une "réalité" autre que mathématique.

Maintenant, dites-moi dans quelles sont les découvertes qui pourraient étayer votre opinion ?
« La Science est une méthode pour décider si ce que nous choisissons de croire se base ou non sur les lois de la Nature ».

Avatar de l’utilisateur
Invité
Messages : 4529
Inscription : 16 janv. 2004, 11:47

Re: Distinguer "doute raisonnable" et "doute déraisonnable"

#15

Message par Invité » 17 oct. 2011, 08:33

Denis a écrit :J'ai la nette impression que tu confonds "preuve au-delà de tout doute raisonnable" et "preuve au-delà de tout doute raisonnable".
La discussion devient intéressante quand on aborde des cas "borderline".

I.
"Whatever intelligence is, it can't be intelligent all the way down. It's just dumb stuff at the bottom." [Andy Clark]

Avatar de l’utilisateur
Fair
Messages : 859
Inscription : 05 mai 2010, 18:27

Re: Le doute, faute de preuve

#16

Message par Fair » 17 oct. 2011, 11:32

Hello eric,

Ma façon à moi de voir les choses c'est :

Lorsque tu dis :
eric a écrit :Je doute que le monde se limite aux 3 dimensions que nous percevons (4 si on compte le temps), je crois même le contraire.
Je demanderais : "Qu'est-ce qui te fait douter que le monde ne se limite pas qu'aux 3 dimensions connues ?"

Et tu répondrais :
eric a écrit :Sachant que plus la science avance, et plus l'homme découvre que le monde est plus vaste et plus complexe qu'il le pensait auparavant, il y a beaucoup plus de chances que le monde ne se limite pas à ces 3 (ou 4) dimensions, que de chances qu'il se limite à cela.
Alors je te répondrais qu'il n'y a aucun lien logique ou rationnel (dans le sens de raisonnement basé sur des faits, informations, indices ...) entre ta première affirmation "il n'y a pas que 3 dimensions" et ta deuxième affirmation "plus la science avance plus on découvre des choses".

Serais-tu d'accord pour dire qu'on pourrait affirmer à peu près n'importe quoi sortant de notre imagination en disant : "je doute que X, Y, Z..." parce que "plus la science avance plus on découvre des choses" ?

A+ :a1:
10 years ago we had Steve Jobs, Bob Hope and Johnny Cash.
Now we have no jobs, no hope ans no cash.
Please don't let Kevin Bacon die !

Avatar de l’utilisateur
Denis
Modérateur
Modérateur
Messages : 19065
Inscription : 03 sept. 2003, 17:22

D1 à D4

#17

Message par Denis » 17 oct. 2011, 15:12


Salut Eric,

Tu dis :
Je suis à peu près d'accord avec toi.

Voyons maintenant si tu es d'accord avec moi sur ceci:
J'aime beaucoup ta nouvelle façon (interactive) de discuter.

Tu viens d'émettre une proposition (E1) et de l'évaluer (qualitativement). À ta demande, je l'évalue moi aussi (voir la Loi 14 du Redico). On a donc :

E1 : Le monde se limite aux 3 dimensions que nous percevons (4 si on compte le temps).
Eric : (probabilité très petite)* | Denis : 0.1%** | Quivoudra : ?%
* (ndDenis : Voir ici)
** J'ai pris "le monde" dans le sens de "tout ce qui existe".

On est donc pas mal d'accord sur ton E1, même si ce n'est probablement pas pour les mêmes raisons.

Je te relance avec cette petite salve D1 à D4 :

D1 : L'ensemble de Mandelbrot existe.
Eric : ?% | Denis : 99.9% | Quivoudra : ?%

D2 : Si on définit l'Univers comme étant "tout ce qui existe", alors il n'existe rien hors de l'Univers.
Eric : ?% | Denis : ~100% | Quivoudra : ?%

D3 : Il y a, hors de l'Univers, une méta-entité (douée de méta-intelligence, de méta-bonté, de méta-volonté, etc.) qui se soucie plus des hommes que des chats, et qui intervient activement dans nos affaires.
Eric : ?% | Denis : 0.0001%* | Quivoudra : ?%
* Cette vieille recette explicative est naïve à pleurer.

D4 : Eric et la chatte de Denis ont des ancêtres communs.
Eric : ?% | Denis : 100% | Quivoudra : ?%

J'ai hâte de savoir si on est autant d'accord sur mes D1 à D4 qu'on l'est sur ton E1.

À toi la balle.

:) Denis
Les meilleures sorties de route sont celles qui font le moins de tonneaux.

Avatar de l’utilisateur
Samuel Rooke
Messages : 782
Inscription : 02 août 2011, 14:20

Re: Le doute, faute de preuve

#18

Message par Samuel Rooke » 17 oct. 2011, 16:55

Denis, pour D2
Denis a écrit :D2 : Si on définit l'Univers comme étant "tout ce qui existe", alors il n'existe rien hors de l'Univers.
Parle tu de l'intérieur de l'image (je ne prend pas en compte les écrits, mais du semblant de la structure générale) que l'on se fait de l'Univers1 (une genre de sphère en expension dû au Big Bang, la sphère d'après le lien) ou de l'Univers2 qui contiens l'Univers (disons les coins noirs autour de la sphère d'après le lien) ?

Si tu parle de l'Univers1 ne te manquerait t'il pas un D3' ?

Je ne sais pas si vous comprenez ?
Il faut être capable de sortir de la caverne pour voir la vérité... qui d'ailleurs est subjective

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit