homoparentalité

Mythes, bouche-à-oreille et ragots populaires : séparons ici le vrai du faux.
Avatar de l’utilisateur
kestaencordi
Messages : 3858
Inscription : 10 janv. 2012, 02:41

Re: homoparentalité

#2551

Message par kestaencordi » 27 mai 2015, 19:33

Cogite Stibon a écrit : Ben tu n'y es pas du tout.

Prenons le cas deux enfants, Albert et Arthur :
prenons deux enfants, un d'une famille de noir l'autre de blanc. le noir a été exposé au trafic de crac de ses parents. la détresse émotive que l'on observe chez lui a l'age adulte est-elle la conséquence de l'ethnie de ses parents ?

inutile de répondre a cette question.


Dans la pratique, on compare des populations, et il est impossible d'avoir populations qui ne différent que par la variable qu'on veut étudier. Il existe des méthodes statistiques permettant de prendre en compte l'effet d'une autre variable, et de l'isoler. Cela s'appelle "contrôler selon une variable". ...

... Une étude qui prétend étudier l'impact de l'homoparentalité sur le développement de l'enfant se doit donc de contrôler par rapport à cette variable de confusion. L'étude de Sullins ne le fait pas. Il est donc impossible d'en tirer la moindre conclusion.
As with any empirical study, this conclusion should
be evaluated in the context of important
limitations and uncertainties that may lead it to b
e qualified, corrected or rebutted on further
examination. Several of these are worth particular
mention. First, we should be clear that this
study cannot statistically demonstrate causality.
Accordingly, this is the first study
that is able both to credibly discover verifiable d
ifferences between opposite-sex and same-sex
parents and to explore theoretical models that may
explain those differences.

si je comprend bien:

http://www.law2.byu.edu/page/categories ... U_Conf.pdf

a la figure 1 dans l’étude on voit que chez les enfants adopté, ceux de famille homo s'en tirent mieux que les autres.

a la figure 2 on voit que les enfants de parents homo et marié (same-sex spousal)s'en tirent avantageusement par rapport aux autres famille.mais jamais aussi bien que les enfants issus des familles les plus stables, nucléaires. ou de familles reconstituées(hétéro)

moi je conclus que les enfants élevé dans un milieu stable (homoparents adoptif sélectionné par les services sociaux, et homoparent marié) s'en tire bien. cette selection des services sociaux est ce qu'on a de mieux pour attester de la stabilité des parents.

et pour faire cette conclusion j'ai du fractionné le groupe homoparent en 2 groupes, avec de nouveau critère de sélection. l'etude me fournis les données.

(a ma connaissance) les études dites biaisé par la sélection font un peu la même chose. elles comparent un sous-groupe d'homoparent a un échantillons d'heteroparent représentatif. ce qui ''favorise les homoparents''.

sachant qu'un échantillon d'homoparent est biaisé, on peut(dans une certaine mesure) quand même interprété les résultats, si on en tien compte. la difficulté a trouvé en nombre des homoparent a sondé nous force a vivre avec cette imperfection dans les études. et a faire de prudente conclusion. s'est ce que montre bon nombre d’études avec un petit échantillons (trop petit pour etre représentatif) ou avec biais de sélection.


pour finir:
je pense que comparer les homoparents (de toutes sortes) au familles nucléaires est absurde. dans le sens que les nucleaires sont un sous-groupe d'un plus grand ensemble( ce qui est aussi un biais). comparons des familles stables avec des familles stables. (mais il faut en trouver)

j’espère vos commentaire. :)
Dernière modification par kestaencordi le 28 mai 2015, 03:29, modifié 8 fois.
Victoriae mundis et mundis lacrima.
ça ne veut absolument rien dire, mais je trouve que c’est assez dans le ton.

Avatar de l’utilisateur
HarryCauvert
Messages : 1188
Inscription : 26 juin 2010, 09:57
Localisation : Canada

J'ai vu de la lumière, j'suis entré

#2552

Message par HarryCauvert » 27 mai 2015, 23:02

Cette enfilade est toujours aussi distrayante :a2:

Hé, Kraepelin, j'ai trouvé une autre étude qui porte un coup dure pour les partisants (sic), pour votre collection ;)

Ciao a tutti.
Juste pour le fun: Fitz And The Tantrums, The Walker

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 6966
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: homoparentalité

#2553

Message par Kraepelin » 28 mai 2015, 06:30

kestaencordi a écrit :
je pense que comparer les homoparents (de toutes sortes) au familles nucléaires est absurde. dans le sens que les nucleaires sont un sous-groupe d'un plus grand ensemble( ce qui est aussi un biais). comparons des familles stables avec des familles stables. (mais il faut en trouver)

j’espère vos commentaire. :)
Exacte! Ajoute le contrôle des variables considérées par les services sociaux ($, santé, motivation initiale, etc) et les autres variables connues pour influencer le développement (niveau d'instruction) et tu auras des groupes pas mal comparables.

Il ne restera qu'à trouver les bons "out come" à mesurer. Je pencherais pour des mesures à l'age adulte* de (1) confiance en soi, (2) capacité d'attachement et d'intimité**, (3) stabilité de couple en tenant compte du croisement inter-genre (sexe des parents versus sexe de l'enfant***)

Les données préliminaires suggèrent:

* la possibilité que plus les enfants sont vieux plus la différence est importantes

** que le plus "lourde" différence apparaitraient dans la capacité à construire une relation amoureuse à l'âge adulte.

*** que, contre toutes attentes, ce sont les filles élevées par des pères gays seraient les plus hypothéquées
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
kestaencordi
Messages : 3858
Inscription : 10 janv. 2012, 02:41

Re: homoparentalité

#2554

Message par kestaencordi » 28 mai 2015, 15:36

Kraepelin a écrit :
kestaencordi a écrit :
je pense que comparer les homoparents (de toutes sortes) au familles nucléaires est absurde. dans le sens que les nucleaires sont un sous-groupe d'un plus grand ensemble( ce qui est aussi un biais). comparons des familles stables avec des familles stables. (mais il faut en trouver)

j’espère vos commentaire. :)
Exacte! Ajoute le contrôle des variables considérées par les services sociaux ($, santé, motivation initiale, etc) et les autres variables connues pour influencer le développement (niveau d'instruction) et tu auras des groupes pas mal comparables.

Il ne restera qu'à trouver les bons "out come" à mesurer. Je pencherais pour des mesures à l'age adulte* de (1) confiance en soi, (2) capacité d'attachement et d'intimité**, (3) stabilité de couple en tenant compte du croisement inter-genre (sexe des parents versus sexe de l'enfant***)

Les données préliminaires suggèrent:

* la possibilité que plus les enfants sont vieux plus la différence est importantes

** que le plus "lourde" différence apparaitraient dans la capacité à construire une relation amoureuse à l'âge adulte.

*** que, contre toutes attentes, ce sont les filles élevées par des pères gays seraient les plus hypothéquées
encore une fois, une tel étude peut prouver que les enfant issus de famille homo, sont désavantagé par rapport au autre mais sans avoir éliminé toutes les causes possibles on ne pourra affirmer que l'homosexualité est LA CAUSE de l’écart observé. ( je pense au cause extérieure a la famille particulièrement)

surtout que :


kesta :
a la figure 1 dans l’étude on voit que chez les enfants adopté, ceux de famille homo s'en tirent mieux que les autres.
http://www.law2.byu.edu/page/categories ... U_Conf.pdf

chez ces familles, les parents ont été sélectionné par les services sociaux.

EDIT:
s'est un sujet de recherche/débat intéressant. autant au niveau purement technique qu'au niveau social. le sujet perturbe beaucoup de gens. il est évident que ces étude sont politiquement récupéré... mal récupéré. d'un coté comme de l'autre il y a des partisans.

une étude irreprochable nous montrera un écart entre les modèles de familles (ca va de soit qu'elle ne seront pas toutes égal). quel est l’écart ''acceptable'' ?
Victoriae mundis et mundis lacrima.
ça ne veut absolument rien dire, mais je trouve que c’est assez dans le ton.

Avatar de l’utilisateur
kestaencordi
Messages : 3858
Inscription : 10 janv. 2012, 02:41

Re: homoparentalité

#2555

Message par kestaencordi » 28 mai 2015, 16:24

Kraepelin a écrit :
Les données préliminaires suggèrent:

* la possibilité que plus les enfants sont vieux plus la différence est importantes

** que le plus "lourde" différence apparaitraient dans la capacité à construire une relation amoureuse à l'âge adulte.

*** que, contre toutes attentes, ce sont les filles élevées par des pères gays seraient les plus hypothéquées

est-ce cohérent avec les données qu'on a sur les famille monoparental; père/fille ?
Victoriae mundis et mundis lacrima.
ça ne veut absolument rien dire, mais je trouve que c’est assez dans le ton.

Avatar de l’utilisateur
Pooh
Messages : 1484
Inscription : 18 févr. 2015, 21:56
Localisation : Ici

Re: homoparentalité

#2556

Message par Pooh » 28 mai 2015, 16:35

kestaencordi a écrit :
Kraepelin a écrit :
Les données préliminaires suggèrent:

* la possibilité que plus les enfants sont vieux plus la différence est importantes

** que le plus "lourde" différence apparaitraient dans la capacité à construire une relation amoureuse à l'âge adulte.

*** que, contre toutes attentes, ce sont les filles élevées par des pères gays seraient les plus hypothéquées

est-ce cohérent avec les données qu'on a sur les famille monoparental; père/fille ?
Est-ce que cela se doit d'être cohérent ? Il doit y avoir un truc que j'ai pas compris ... Desolé!
Et puis parlez vous de père monoparental hétéro ou guay ou les deux ?

Avatar de l’utilisateur
kestaencordi
Messages : 3858
Inscription : 10 janv. 2012, 02:41

Re: homoparentalité

#2557

Message par kestaencordi » 28 mai 2015, 16:51

Pooh a écrit :
kestaencordi a écrit :
Kraepelin a écrit :
Les données préliminaires suggèrent:

* la possibilité que plus les enfants sont vieux plus la différence est importantes

** que le plus "lourde" différence apparaitraient dans la capacité à construire une relation amoureuse à l'âge adulte.

*** que, contre toutes attentes, ce sont les filles élevées par des pères gays seraient les plus hypothéquées

est-ce cohérent avec les données qu'on a sur les famille monoparental; père/fille ?
Est-ce que cela se doit d'être cohérent ? Il doit y avoir un truc que j'ai pas compris ... Desolé!
Et puis parlez vous de père monoparental hétéro ou guay ou les deux ?
non pas que les données aient le devoir d’être cohérentes. mais si elles le sont ca me suggère que pour une fillette, l’absence d'une femme significative dans sa vie n'est pas sans conséquences.

intuitivement ca me fait dire que la relation homo a laquelle elle est exposé (dans un couple homo masculin) est moins significative que l'absence de relation hétéro. les enfants observent la relation amoureuse de leurs parents. comment maman se comporte amoureusement avec papa. des truc de filles quoi! qui recevra les confidence amoureuse de cette ado, et quel réponse aura-t-elle a ces confidences, si papas les accueillent?

ce ne sont que des questions!
Victoriae mundis et mundis lacrima.
ça ne veut absolument rien dire, mais je trouve que c’est assez dans le ton.

Avatar de l’utilisateur
Pooh
Messages : 1484
Inscription : 18 févr. 2015, 21:56
Localisation : Ici

Re: homoparentalité

#2558

Message par Pooh » 28 mai 2015, 16:58

Vous ne trouvez pas étrange que les données suggèrent que ce sont plus les filles qui soient affectées que les garçons ?

Comment ses données sont elles recueillis ?
Par un questionnaire ? Et/ou par les observations des comportements ?

Et quel est l'écart ? Est-ce de 1% 10% 50% etc... ?

Avatar de l’utilisateur
kestaencordi
Messages : 3858
Inscription : 10 janv. 2012, 02:41

Re: homoparentalité

#2559

Message par kestaencordi » 28 mai 2015, 17:05

Pooh a écrit :Vous ne trouvez pas étrange que les données suggèrent que ce sont plus les filles qui soient affectées que les garçons ?

Comment ses données sont elles recueillis ?
Par un questionnaire ? Et/ou par les observations des comportements ?

Et quel est l'écart ? Est-ce de 1% 10% 50% etc... ?
kraepelin ne l'a pas précisé. je suppose que ce sont des données provisoire non publié qu'un homme du milieu des services sociaux a accès. on n'aura pas tant de détail. :(

comme les données vont servir au services sociaux, je suppose qu'ils sont bien recueillis. ce ne sont pas des cons.
Victoriae mundis et mundis lacrima.
ça ne veut absolument rien dire, mais je trouve que c’est assez dans le ton.

Avatar de l’utilisateur
Pooh
Messages : 1484
Inscription : 18 févr. 2015, 21:56
Localisation : Ici

Re: homoparentalité

#2560

Message par Pooh » 28 mai 2015, 17:18

kestaencordi a écrit :
comme les données vont servir au services sociaux, je suppose qu'ils sont bien recueillis. ce ne sont pas des cons.
Oui supposons ... :|

Avatar de l’utilisateur
kestaencordi
Messages : 3858
Inscription : 10 janv. 2012, 02:41

Re: homoparentalité

#2561

Message par kestaencordi » 28 mai 2015, 17:28

Pooh a écrit :
kestaencordi a écrit :
comme les données vont servir au services sociaux, je suppose qu'ils sont bien recueillis. ce ne sont pas des cons.
Oui supposons ... :|
vous etes sceptique? :mrgreen:
Victoriae mundis et mundis lacrima.
ça ne veut absolument rien dire, mais je trouve que c’est assez dans le ton.

Avatar de l’utilisateur
Pooh
Messages : 1484
Inscription : 18 févr. 2015, 21:56
Localisation : Ici

Re: homoparentalité

#2562

Message par Pooh » 28 mai 2015, 17:31

kestaencordi a écrit :
vous etes sceptique? :mrgreen:
Peut-être... Peut-être... :mefiance:
:oops:

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 6966
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: homoparentalité

#2563

Message par Kraepelin » 28 mai 2015, 19:23

kestaencordi a écrit :
est-ce cohérent avec les données qu'on a sur les famille monoparental; père/fille ?
Les données, je ne sais pas. C'est en tous cas cohérent avec certains modèles qui suggèrent que la mère a un rôle à jouer dans la confiance en soit générale des filles et le pèreun rôle critique à jouer dans la confiance en soit des filles en ce qui regarde leur féminité. «Je sais que la fille que je suis peux (mérite) être aimé par un homme. Papa m'aimait!»
Dernière modification par Kraepelin le 28 mai 2015, 19:35, modifié 1 fois.
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 6966
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: homoparentalité

#2564

Message par Kraepelin » 28 mai 2015, 19:27

kestaencordi a écrit :
kraepelin ne l'a pas précisé. je suppose que ce sont des données provisoire non publié qu'un homme du milieu des services sociaux a accès. on n'aura pas tant de détail.
comme les données vont servir au services sociaux, je suppose qu'ils sont bien recueillis. ce ne sont pas des cons.
Non, elles sont publiées! Notamment:

Sirota T, (2009) Adult attachment style dimensions in women who have gay or bisexual fathers. Arch Psychiatr Nurs 23(4): pp 289-97

Allen D.W.(1993) High school graduation rates among children of same-sex households.Rev Econ Household

Je les décrit comme «préliminaires» parce qu'elles présentent un biais de sélection, dans le premier cas, et un contrôle limité des variables périphériques dans le second cas. Les deux recherches avaient cependant le mérite de porter sur des sujets adultes retenus sans l'interférence des parents ...
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
kestaencordi
Messages : 3858
Inscription : 10 janv. 2012, 02:41

Re: homoparentalité

#2565

Message par kestaencordi » 28 mai 2015, 21:39

Kraepelin a écrit :
kestaencordi a écrit :
kraepelin ne l'a pas précisé. je suppose que ce sont des données provisoire non publié ...
Non, elles sont publiées! Notamment:

Sirota T, (2009) Adult attachment style dimensions in women who have gay or bisexual fathers. Arch Psychiatr Nurs 23(4): pp 289-97

Allen D.W.(1993) High school graduation rates among children of same-sex households.Rev Econ Household

Je les décrit comme «préliminaires» parce qu'elles présentent un biais de sélection, dans le premier cas, et un contrôle limité des variables périphériques dans le second cas. Les deux recherches avaient cependant le mérite de porter sur des sujets adultes retenus sans l'interférence des parents ...
j'ai pas trouvé l'article de sirota t. mais a-t-il démontré la causalité de cette difficulté d'attachement? ou peut-on l'attribuer a aute chose ou a un ensemble de facteur comme le divorce et la brisure du lien père fille qui peut en résulter?
Victoriae mundis et mundis lacrima.
ça ne veut absolument rien dire, mais je trouve que c’est assez dans le ton.

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 6966
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: homoparentalité

#2566

Message par Kraepelin » 28 mai 2015, 23:33

kestaencordi a écrit : j'ai pas trouvé l'article de sirota t. mais a-t-il démontré la causalité de cette difficulté d'attachement? ou peut-on l'attribuer a aute chose ou a un ensemble de facteur comme le divorce et la brisure du lien père fille qui peut en résulter?
«Démontré» est un bien trop grand mot. De mémoire, la différence était statistiquement significatives sur les mesures entre le groupe contrôle et le groupe expérimental, mais l'écart pourrait être attribué à une limite méthodologique. En effet, les sujets étaient celles qui avaient répondu à une petite annonce. Il s'agit donc de sujets autosélectionnés. Il est possible que ce soit les filles qui avaient justement des problèmes avec l'homosexualité de leur père qui avaient répondu plus fréquemment à l'annonce. Il est même possible que le groupe expérimental est été noyauté par des extrémistes religieux. Va savoir?

Reste que les résultats sont là et justifient de procéder à une recherche plus serrée méthodologiquement.
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
MaisBienSur
Messages : 4724
Inscription : 13 sept. 2012, 10:43
Localisation : N/E France

Re: homoparentalité

#2567

Message par MaisBienSur » 29 mai 2015, 03:18

Je pense que pour avoir déjà une comparaison moins biaisée, il faudrait se limiter sur des études de parents adoptifs hétéros et homos.
L'adoption en elle seule implique une réelle volonté à élever des enfants, ensuite il est un peu plus rare (parce que c'est un parcours du combattant) d'adopter plusieurs enfants. Il s'agit souvent de fils ou fille unique, avec ce que ça implique également pour la structure psychologique de l'adopté.
Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d'alu.

Avant, j'étais indécis, maintenant je n'en suis plus très sûr...

Les marmottes qui pissent au lit passent un sale hiver (Philippe Vuillemin)

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 6966
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: homoparentalité

#2568

Message par Kraepelin » 29 mai 2015, 07:00

MaisBienSur a écrit :Je pense que pour avoir déjà une comparaison moins biaisée, il faudrait se limiter sur des études de parents adoptifs hétéros et homos.
L'adoption en elle seule implique une réelle volonté à élever des enfants, ensuite il est un peu plus rare (parce que c'est un parcours du combattant) d'adopter plusieurs enfants. Il s'agit souvent de fils ou fille unique, avec ce que ça implique également pour la structure psychologique de l'adopté.
Tu fais dans la très fine nuance, mais tu as raison. La structure de fraterie et la status d'adopté conditionnent peut-être une interaction différente avec l'homosexualité ou l'hétérosexualité des parents.
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
MaisBienSur
Messages : 4724
Inscription : 13 sept. 2012, 10:43
Localisation : N/E France

Re: homoparentalité

#2569

Message par MaisBienSur » 29 mai 2015, 07:19

Kraepelin a écrit : Tu fais dans la très fine nuance, mais tu as raison. La structure de fraterie et la status d'adopté conditionnent peut-être une interaction différente avec l'homosexualité ou l'hétérosexualité des parents.
Oui, on parle souvent ici de mauvais parents hétéros pour opposer aux mauvais parents homos.
Mais il est très facile pour un couple hétéro de faire un enfant sur "un coup de tête", et de ne pas toujours s'investir dans ce rôle. Alors qu'adopter pose de vrais remise en question sur ce rôle, qu'on soit homo ou hétéro.
Et ensuite, je présume que ce sont souvent des familles avec un seul enfant vu la difficulté à passer tous les filtres (indispensables) et cela joue sur le caractère de l'adopté, comme dans certains cas d'enfant naturel "miracle" né après moult interventions médicales. Un enfant roi !
Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d'alu.

Avant, j'étais indécis, maintenant je n'en suis plus très sûr...

Les marmottes qui pissent au lit passent un sale hiver (Philippe Vuillemin)

Avatar de l’utilisateur
kestaencordi
Messages : 3858
Inscription : 10 janv. 2012, 02:41

Re: homoparentalité

#2570

Message par kestaencordi » 29 mai 2015, 12:18

MaisBienSur a écrit :Je pense que pour avoir déjà une comparaison moins biaisée, il faudrait se limiter sur des études de parents adoptifs hétéros et homos.
L'adoption en elle seule implique une réelle volonté à élever des enfants, ensuite il est un peu plus rare (parce que c'est un parcours du combattant) d'adopter plusieurs enfants. Il s'agit souvent de fils ou fille unique, avec ce que ça implique également pour la structure psychologique de l'adopté.

ca semble une excellente idée. LE problème est qu'il y en a peu. très peu. jusqu’à récemment la seule référence était les lesbiennes inséminé ou divorcé et les homme bi divorcé. et s'est sur cette expérience qu'il a fallu se basé pour prendre des décision politique. qui ont ouvert les portes de l'adoption aux couple gai.

s'il faut attendre pour avoir des preuves et que pour avoir des preuves faut pas attendre. on tourne en rond!
Victoriae mundis et mundis lacrima.
ça ne veut absolument rien dire, mais je trouve que c’est assez dans le ton.

Avatar de l’utilisateur
David Labrecque
Messages : 486
Inscription : 22 janv. 2013, 06:29
Localisation : Québec

Re: homoparentalité

#2571

Message par David Labrecque » 29 mai 2015, 13:03

kestaencordi a écrit :
MaisBienSur a écrit :Je pense que pour avoir déjà une comparaison moins biaisée, il faudrait se limiter sur des études de parents adoptifs hétéros et homos.
L'adoption en elle seule implique une réelle volonté à élever des enfants, ensuite il est un peu plus rare (parce que c'est un parcours du combattant) d'adopter plusieurs enfants. Il s'agit souvent de fils ou fille unique, avec ce que ça implique également pour la structure psychologique de l'adopté.

ca semble une excellente idée. LE problème est qu'il y en a peu. très peu. jusqu’à récemment la seule référence était les lesbiennes inséminé ou divorcé et les homme bi divorcé. et s'est sur cette expérience qu'il a fallu se basé pour prendre des décision politique. qui ont ouvert les portes de l'adoption aux couple gai.

s'il faut attendre pour avoir des preuves et que pour avoir des preuves faut pas attendre. on tourne en rond!
Je ne sais pas s'il existe des études comparatives qui se concentrent sur les enfants adoptés en incluant ceux qui le sont par des célibataires...
«Le plus intelligent de tous, à mon avis, c'est celui qui au moins une fois par mois se traite lui-même d'imbécile, — aptitude de nos jours inouïe !» (Dostoïevski)

Avatar de l’utilisateur
kestaencordi
Messages : 3858
Inscription : 10 janv. 2012, 02:41

Re: homoparentalité

#2572

Message par kestaencordi » 29 mai 2015, 13:13

David Labrecque a écrit : Je ne sais pas s'il existe des études comparatives qui se concentrent sur les enfants adoptés en incluant ceux qui le sont par des célibataires...
kesta:

a la figure 1 dans l’étude on voit que chez les enfants adopté, ceux de famille homo s'en tirent mieux que les autres.

a la figure 2 on voit que les enfants de parents homo et marié (same-sex spousal)s'en tirent avantageusement par rapport aux autres famille.mais jamais aussi bien que les enfants issus des familles les plus stables, nucléaires. ou de familles reconstituées(hétéro)

moi je conclus que les enfants élevé dans un milieu stable (homoparents adoptif sélectionné par les services sociaux, et homoparent marié) s'en tire bien. cette selection des services sociaux est ce qu'on a de mieux pour attester de la stabilité des parents.
http://www.law2.byu.edu/page/categories ... U_Conf.pdf

le problème est le faible échantillon.
Victoriae mundis et mundis lacrima.
ça ne veut absolument rien dire, mais je trouve que c’est assez dans le ton.

Avatar de l’utilisateur
David Labrecque
Messages : 486
Inscription : 22 janv. 2013, 06:29
Localisation : Québec

Re: homoparentalité

#2573

Message par David Labrecque » 29 mai 2015, 13:40

kestaencordi a écrit :le problème est le faible échantillon.
C'est pourquoi je me demande s'il existe des études qui prennent également en compte les enfants adoptés par des célibataires en plus de ceux adoptés par des couples hétéro et des couples homo. Cela augmenterait un peu l'échantillon tout en permettant de mieux voir la part d'incidence qu'occupe peut-être l'absence d'un père ou d'une mère sur le développement. Bref, on verrait si l'homoparentalité est plus proche de la monoparentalité que de l'hétéroparentalité ou vice-versa.
«Le plus intelligent de tous, à mon avis, c'est celui qui au moins une fois par mois se traite lui-même d'imbécile, — aptitude de nos jours inouïe !» (Dostoïevski)

Avatar de l’utilisateur
kestaencordi
Messages : 3858
Inscription : 10 janv. 2012, 02:41

Re: homoparentalité

#2574

Message par kestaencordi » 29 mai 2015, 14:28

David Labrecque a écrit :
kestaencordi a écrit :le problème est le faible échantillon.
C'est pourquoi je me demande s'il existe des études qui prennent également en compte les enfants adoptés par des célibataires en plus de ceux adoptés par des couples hétéro et des couples homo. Cela augmenterait un peu l'échantillon tout en permettant de mieux voir la part d'incidence qu'occupe peut-être l'absence d'un père ou d'une mère sur le développement. Bref, on verrait si l'homoparentalité est plus proche de la monoparentalité que de l'hétéroparentalité ou vice-versa.
j'avais mal compris.

je doute que ca existe! mais, on a des données qui comparent les monoparents aux homoparent d'adoption aux bio-parents

figure 1 de l'etude. p.35
on compare le SDQ des enfants.
The parent SDQ is a good screening device for mental disorders in looked after children4,5 with ‘high’ SDQ scores predicting much greater rates of disorder than ‘low’ scores. If comparisons across local authorities or over time are to be valid,
en attendant ,
on a une large etudes qui ne contient que peu d'homoarents adoptif. que l'ont peut comparer aux heteroparens adoptif.

les homoparents s'en tire avantageusement 19.1%

face au heteroparents 21.1%



comparer des monoparents Hetero d'adoption (des deux sexe) , les homoparents et les heteroparent d'adoption serait une

tres bonne idée.


je pense que les étude sont motivé/orienté par dans un agenda politique au USA. on voudra toujours comparer les résultats des homoparents aux résultats des famille nucléaire. rien de moins.


la figure 2 est intéressante aussi.

elle compare les famille monoparental (SDQ=10.7 ) (sans préciser le sexe des personne qui la composent)

mais on voit que les homoparent ''marrié'' (SDQ 8.5 ) (s'en tire aventageusement face au autres type de familles.)

la nucléaire déclasse toutes les autres. ( SDQ 3.9 ) ( la seule famille béni de dieu .)

http://www.law2.byu.edu/page/categories ... U_Conf.pdf
Victoriae mundis et mundis lacrima.
ça ne veut absolument rien dire, mais je trouve que c’est assez dans le ton.

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 6966
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: homoparentalité

#2575

Message par Kraepelin » 29 mai 2015, 14:31

David Labrecque a écrit : C'est pourquoi je me demande s'il existe des études qui prennent également en compte les enfants adoptés par des célibataires en plus de ceux adoptés par des couples hétéro et des couples homo. Cela augmenterait un peu l'échantillon tout en permettant de mieux voir la part d'incidence qu'occupe peut-être l'absence d'un père ou d'une mère sur le développement. Bref, on verrait si l'homoparentalité est plus proche de la monoparentalité que de l'hétéroparentalité ou vice-versa.
Il y a des recherches portant sur les enfants issus de cliniques de fertilité. Comme dans le cas des enfants adoptés, ces enfants sont la conclusion d'un processus réfléchi de la part des parents. Par ailleurs, les enfants sont sélectionnés avant le "out come" ce qui en principe aurait pu limité significativement le biais de sélection. Malheureusement, les auteurs de ces rercherches ont introduit une "close de retrait" dans le contrat expérimental ce qui a entrainné une saigné des sujets (surtout dans le groupe homoparental) une fois les enfants devenus adultes. La résultats sont inninterprétables. On peut simplement spéculer que les enfants élevés par des mères lesbiennes avaient "quelque chose" qui a incité les mères à les retirer de la rercherche une fois adulte. Mais quoi?
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit