Critique du livre "La vie après la mort?" de T. Durand

Le voyage astral et les expériences de mort imminente sont-elles plus que des rêves lucides?
Avatar de l’utilisateur
LePsychoSophe
Messages : 425
Inscription : 19 sept. 2017, 11:34

Re: Critique du livre "La vie après la mort?" de T. Durand

#126

Message par LePsychoSophe » 23 janv. 2018, 16:33

25 décembre a écrit :
23 janv. 2018, 00:09
#111 par unptitgab » 14 juil. 2017, 04:10

Nul ne parle de mensonges concernant la personne racontant ce qu'elle a vécu, mais vous conviendrez qu'il n'est pas nécessaire d'avoir l'usage de ses capacités visuelles pour imaginer, au sens premier du terme mettre en image, une scène grâce à d'autres perceptions, vous pouvez le faire à la lecture d'un roman ou en entendant une conversation, c'est bien ce que fait un dessinateur de BD mettre en image un scénario en voyant les personnages et décors depuis un point extérieur à la scène, dans le cas d'une EMI, le personnage principal est soit même.
Dans au moins un cas, la personne dit qu'elle ne voyait pas seulement les choses et les gens mais qu'elle avait en même temps accès à la conscience de cette chose ou cette personne. Le personnage principal tout en étant non corporel reste lui-même en partie, mais est une version amélioré au niveau de la perception, de sa capacité de conscience.
ça pourrait aussi s'appeler de la projection. c'est à dire que la personne croit qu'elle perçoit des choses chez l'autre (émotions, contenu de la pensée...) mais cela aurait davantage un rapport avec un état psychotique particulier lors du face to death... ces choses lues chez l'autre sont en réalité en soi-même. J'ai lu pas mal de truc sur la théorisation psychanalytique des NDE et il y a des trucs forts intéressants pour expliquer le phénomène et c'est davantage proche des neurosciences que les explications ésotériques beaucoup plus séduisantes...

Je ne donne pas plus de crédit que cela à la psychanalyse lorsqu'elle théorise mais il faut reconnaitre que parfois ça tient la route après... ce n'est pas vérité.

La confusion du soi avec une partie de l'autre ou d'un objet est un élément que l'on retrouve dans la psychose.

ça pourrait également expliquer les sensations de corps absents et bien d'autres aspects de la NDE.


"ἕν οἶδα ὅτι οὐδὲν οἶδα" Σωκράτης

Avatar de l’utilisateur
LePsychoSophe
Messages : 425
Inscription : 19 sept. 2017, 11:34

Re: Critique du livre "La vie après la mort?" de T. Durand

#127

Message par LePsychoSophe » 23 janv. 2018, 16:46

Emanuelle a écrit :
12 juil. 2017, 12:28

Pensez-vous qu'elle mente lorsqu'elle dit avoir perçu depuis un point de vue élevé ?
Peut-être allez-vous me répondre non à ces deux questions et me dire que l'ouie peut encore fonctionner etc...
Dans l'exemple de RuB, nous n'avons pas assez de précisions sur ce qu'elle a perçu, mais il est tout à fait probable qu'elle ait eu des perceptions retranscrites par les aires visuelles, sinon elle ne parlerait pas de percevoir depuis un point de vue élevé.
La synesthésie pourrait expliquer (en plus du phénomène de reconstruction de la mémoire puisque c'est toujours a posteriori) la production visuelle sur base de sons entendus.
Le patient pense avoir vu mais en fait son cerveau a créé une image à partir de sons. Dans l'émission avec Dr Jourdan, l'un parle qu'il a vu un chirurgien avec un long nez et une étiquette du CHU d'une autre ville. Pour l'étiquette, ce peut-être une infos dite à l'oral. Pour le long nez... j'ai plus de mal à expliquer car je ne pense pas que l'équipe médicale en plein rush parle du nez du chirurgien qui débarque en renfort... mais allons savoir, c'est pas impossible...
J'avoue que cette tentative de noyade de l'explication ésotérique est foireuse mais ça m'a traversé l'esprit...


"ἕν οἶδα ὅτι οὐδὲν οἶδα" Σωκράτης

Avatar de l’utilisateur
25 décembre
Messages : 3857
Inscription : 30 avr. 2015, 23:43

Re: Critique du livre "La vie après la mort?" de T. Durand

#128

Message par 25 décembre » 23 janv. 2018, 17:05

#125 par Wooden Ali » 23 janv. 2018, 15:18
@ 25/12
Encore une fois, tu n'as rien compris ! On peut provoquer une émotion sans savoir comment elle va se traduire.
Tu ne comprends jamais rien anguille assise.
Toutes les fois que l'on écrit, le lecteur ressent des émotions mais nous ne pouvons savoir lesquelles tant que l'on n'a pas eu de réponse.

Je ressent de la colère de ta part, ce qui me fait bien rire.
Je constate que tu écris plus vite que tu ne pense. Dire "On peut" n'a pas de sens.


Merci de votre réponse intelligente

Avatar de l’utilisateur
LePsychoSophe
Messages : 425
Inscription : 19 sept. 2017, 11:34

Re: Critique du livre "La vie après la mort?" de T. Durand

#129

Message par LePsychoSophe » 23 janv. 2018, 18:19

Emanuelle a écrit :
15 mai 2017, 14:20

Je vois que le livre de Durand est préfacé par Renaud Evrard.
IANDs a été contacté par l'IMI qui souhaitait que des experienceurs soient présents lors de la présentation de la " nouvelle thèse" d'Evrard sur les EMI. Evrard est psychiatre. Ma première réaction a été: super ! des psychiatres s'intéressent aux EMI.
Evrard est psychologue clinicien (Master II de psychologie clinique, université de Strasbourg), docteur en psychologie clinique (diplômé de l’Université de Rouen) et Maître de conférences-HDR en psychologie clinique à l’université de Lorraine.

Pas psychiatre.

Il donne une théorisation selon moi intéressante (même si psychanalytique) sur la question des expériences extraordinaires. Il n'est pas le seul, vous trouverez ici des infos sur d'autres membres de l'équipe du CIRCEE.
Il a écrit un livre que je vais lire prochainement Folie et paranormal : Vers une clinique des expériences exceptionnelles. Remarquez que je déteste le mot folie mais sinon le contenu a l'air sympa.

Dans le même genre, vous avez celui-là qui apporte une autre vision. L'auteure est membre de l'IMI et elle a écrit également dans ce bouquin qui est dirigé en partie par Mr Allix Stéphane dont j'entends déjà les moqueries le ciblant ici en partance de certains...

Vous avez donc deux courants en psychanalyse, les terre à terre (le CIRCEE) et les aérés du bocal (douce provocation j'entends ;) ) à l'IMI...
J'écoute chaque camps et je réflechis :interro:

edit: Tiens, je vais commencer à lire la thèse D'Evrard pour lm'endormir...

pas en ligne sa thèse... dommage... une interview de lui ici (ne faites pas attention au média qui l'interview... en effet, BTLV est légèrement penchée "aérés du bocal" et je suis surpris qu'il y donne un entrevue mais bon, c'est cependant intéressant... mais si les psys d'obédience analytique vont chez bob l’escroc... ça ne va pas m'aider à aimer la psychanalyse... :lol: )


"ἕν οἶδα ὅτι οὐδὲν οἶδα" Σωκράτης

Avatar de l’utilisateur
25 décembre
Messages : 3857
Inscription : 30 avr. 2015, 23:43

Re: Critique du livre "La vie après la mort?" de T. Durand

#130

Message par 25 décembre » 23 janv. 2018, 23:45

#126 par LePsychoSophe » 23 janv. 2018, 16:33

ça pourrait aussi s'appeler de la projection. c'est à dire que la personne croit qu'elle perçoit des choses chez l'autre (émotions, contenu de la pensée...) mais cela aurait davantage un rapport avec un état psychotique
Possible.
Il disait que lorsqu'il voyait la table, il était la table et avait la conscience de la table.


Merci de votre réponse intelligente

Emanuelle
Messages : 891
Inscription : 04 mai 2015, 01:37

Re: Critique du livre "La vie après la mort?" de T. Durand

#131

Message par Emanuelle » 26 janv. 2018, 19:39

LePsychoSophe a écrit :
23 janv. 2018, 16:33
ça pourrait aussi s'appeler de la projection. c'est à dire que la personne croit qu'elle perçoit des choses chez l'autre (émotions, contenu de la pensée...) mais cela aurait davantage un rapport avec un état psychotique particulier lors du face to death... ces choses lues chez l'autre sont en réalité en soi-même. J'ai lu pas mal de truc sur la théorisation psychanalytique des NDE et il y a des trucs forts intéressants pour expliquer le phénomène et c'est davantage proche des neurosciences que les explications ésotériques beaucoup plus séduisantes...

Je ne donne pas plus de crédit que cela à la psychanalyse lorsqu'elle théorise mais il faut reconnaitre que parfois ça tient la route après... ce n'est pas vérité.

La confusion du soi avec une partie de l'autre ou d'un objet est un élément que l'on retrouve dans la psychose.

ça pourrait également expliquer les sensations de corps absents et bien d'autres aspects de la NDE.
Cette théorisation psychanalytique rend-elle réellement compte de ce dont témoignent les personnes ou est-on plus proche de ce que vous déclarez ici:
LePsychoSophe a écrit :
23 janv. 2018, 18:39
En psychanalyse, des gens sérieux, il y en a. Là n'est pas le problème. Le problème, c'est que ce n'est pas une science et qu'à partir de là... on peut raconter ce que l'on veut pourvu que ça tienne la route au niveau de la structure même de la théorie (et encore...) mais sans preuve et fait réels malheureusement.
La structure sophistique des théories et des rhétoriques psychanalytiques allonge beaucoup de gens intellectuellement et c'est pour cela qu'elle perdure mais au niveau scientifique, ça passe pas un niveau de mémoire de master 1...
Pour commencer à se faire une idée, s'intéresser de près aux témoignages me semble un bon départ.
J'en ai écrit quelques uns dans ce message ci

Extraits qui concernent cette faculté de perception de l'intériorité des autres ou cette possibilité "d'être" l'autre:

- "Enfin j’ai pu dire à ma sœur ce qu’elle écrivait quand je me suis « promenée » dans sa chambre, et à mon père quelle page il lisait et retracer ce qu’il avait fait pendant l’intervalle de temps où j’ai perdu connaissance. Ces faits ont été avérés par eux.
J’ai pu vérifier auprès de ma sœur et de mon père les impressions de sensations de leurs propres pensées affectives que j’avais pu avoir lors de cette sortie. Le côté extraordinairement introspectif et centré sur elle-même de ma sœur décorant un livre, et la distraction de mon père lisant, puis son inquiétude grandissante…" MLK (Deadline du Dr Jourdan)

- " Je me suis trouvé dans une grotte. Elle n’était pas éclairée, pourtant tout était clair, parfaitement clair sans aucune lumière… C’était la « grotte des trois frères », je l’ai su après. Ça s’est passé de la même façon que pour les arbres et les rochers : les peintures, les symboles qui étaient sur les parois et leur signification étaient évidents pour moi, ils faisaient partie de moi. En fait il y a à la fois le fait d’observer quelque chose, de le sentir, et de l’utiliser… Vous venez de découvrir un signe, en même temps vous avez la conscience de l’avoir utilisé. Plusieurs années après je suis allé à une conférence où une spécialiste devait parler de la symbolique des peintures rupestres. Je suis resté pour discuter avec elle après sa conférence, elle m’a demandé sur quel chantier je travaillais ! Comment lui expliquer que je n’avais jamais mis les pieds dans une grotte ni lu le moindre livre là-dessus ?"
A.S. (même source).


Cette faculté se retrouve dans la vie ordinaire dans une bien moindre mesure, cela s'appelle tout simplement l'empathie.
LePsychoSophe a écrit :
23 janv. 2018, 18:19
Evrard est psychologue clinicien (...)
Pas psychiatre.
En effet. J'avais corrigé ici


"L'ignorance mène à la peur, la peur mène à la haine, la haine conduit à la violence... Voilà l'équation". Averroès
« Il est absolument possible qu’au-delà de ce que perçoivent nos sens se cachent des mondes insoupçonnés. » Einstein

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit