Hip-hop, rap

Littérature, Cinéma, Musique, ...
Avatar de l’utilisateur
LoutredeMer
Messages : 5672
Inscription : 30 juil. 2008, 17:34

Re: Hip-hop, rap

#51

Message par LoutredeMer » 22 juin 2020, 06:30

thewild a écrit :
22 juin 2020, 06:13
Je ne suis pas sûr que ça passerait moins avec du racisme. On a le droit de raconter l'histoire d'un nazi qui justifie son idéologie par exemple. C'est un peu ce que fait Robert Merle dans "la mort est mon métier". Si certains (les psys ? :roll:) pensent que Merle s'exprime à travers son personnage et que ses propos et opinions sont ceux de l'auteur, ils sont simplement irrécupérables pour la littérature.
Ce n'est pas le "je" qui me dérange. C'est une technique littéraire. Ce ne sont pas non plus les biographies, les récits factuels ou les romans basés sur des faits historiques et de société par ex.

C'est plutot la fiction qui déblatère ou affiche gratuitement des horreurs qui me dérange. La parution des chansons d'Orelsan s'est située dans les années 2010, époque où la violence au cinéma par ex était à son paroxysme (Saw, Hostel, Martyrs et les thrillers de l'époque). Seule chose à sa décharge. Cette époque est révolue, on est revenu à du "plus acceptable".

thewild
Messages : 2047
Inscription : 09 août 2016, 10:43

Re: Hip-hop, rap

#52

Message par thewild » 22 juin 2020, 15:14

LoutredeMer a écrit :
22 juin 2020, 06:30
C'est plutot la fiction qui déblatère ou affiche gratuitement des horreurs qui me dérange. La parution des chansons d'Orelsan s'est située dans les années 2010, époque où la violence au cinéma par ex était à son paroxysme (Saw, Hostel, Martyrs et les thrillers de l'époque). Seule chose à sa décharge. Cette époque est révolue, on est revenu à du "plus acceptable".
Il y a peut-être un lien, j'avoue ne jamais m'être posé la question. J'en doute un peu quand même, le rap a toujours été violent et je ne suis pas sûr que Saw et compagnie soient représentatifs d'une tendance. J'aurais plutôt dit qu'il s'agissait d'une mode lancée par les gros succès au box office de certains opus.
De la même façon que Scream a relancé la mode des Slashers à la fin des années 90. Est-ce qu'il fallait y voir autre chose qu'un film bien fait sur le dos duquel hollywood a fait ses choux gras ?

Bon, on s'éloigne un peu du sujet, mais pour y revenir oui, le rap est souvent violent. Difficile de le nier.
Et je confesse (mea magna culpa) une attirance pour la violence dans la musique. Pas du tout au cinéma par contre.

Mais je dis exactement la même chose que j'ai déjà dit à Dany quand il disait qu'il s'agissait de musique porteuse de haine : non, ce n'est pas de la haine, c'est de la violence. Et ça change tout.
"Assurons nous bien du fait, avant de nous inquiéter de la cause." Bernard Le Bouyer de Fontenelle

"Plus un fait est extraordinaire, plus il a besoin d'être appuyé de fortes preuves." Pierre Simon Laplace

Avatar de l’utilisateur
MaisBienSur
Messages : 4954
Inscription : 13 sept. 2012, 10:43

Re: Hip-hop, rap

#53

Message par MaisBienSur » 29 juin 2020, 05:22

thewild a écrit :
22 juin 2020, 15:14
Mais je dis exactement la même chose que j'ai déjà dit à Dany quand il disait qu'il s'agissait de musique porteuse de haine : non, ce n'est pas de la haine, c'est de la violence. Et ça change tout.
Je pense qu'il faudrait aujourd'hui un rappeur avec la plume de TRUST:

M. COMEDIE:
C'est un peu facile de dicter des messages, quand on est, au chaud, à l'abri des assauts
Pendant que tout un peuple criait "Démission" et tombait sous les balles
Le retour tant attendu est arrivé, Monsieur Comédie, l'avion, il l'a repris
Dans un bain de foule, il est rentré au pays
Ça sent l'épuration
Sous sa peau flasque, blindé comme un tank
Il vivait sous une tente, protégé comme une banque
Durant tout son exil, il n'a fait que prières
Derrière le vieux croyant se terrait le tortionnaire
De quoi est fait demain. On l'a su assez tôt
Le soleil ne brille plus à Neauphle-le-Château
Impotent, le vieillard a relancé la bagarre et rempli les prisons
Nouvelles dictatures, exécutions sommaires
Les femmes doivent se voiler, la musique prohibée
Ils massacrent leurs frères, tout devient absurde
Sous sa peau flasque, blindé comme un tank
Il vivait sous une tente, protégé comme une banque
Durant tout son exil, il n'a fait que prières
Derrière le vieux croyant se terrait le tortionnaire
Il a sa place à l'hospice, et non dans la police
L'être humain est repu, il est rassasié
Dose d'atrocités
C'est un peu facile de dicter des messages, quand on est, au chaud, à l'abri des assauts
Pendant que tout un peuple criait "Démission"
Sous sa peau flasque, blindé comme un tank
Il vivait sous une tente, protégé comme une banque
Durant tout son exil, il n'a fait que prières
Derrière l'Ayatollah se terrait le tortionnaire



Ce groupe de hard rock français des années 80 avait de sacrés textes, bien écrits, d'actualités... Ce n'est vraiment pas mon style musicale, mais je reste très fan des paroles.
Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d'alu.

Avant, j'étais indécis, maintenant je n'en suis plus très sûr...

Les marmottes qui pissent au lit passent un sale hiver (Philippe Vuillemin)

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit