La police qui a du caractère dans "Le prisonnier".

Littérature, Cinéma, Musique, ...
Répondre
Avatar de l’utilisateur
PhD Smith
Messages : 3772
Inscription : 04 août 2011, 17:23

La police qui a du caractère dans "Le prisonnier".

#1

Message par PhD Smith » 12 août 2020, 18:51

La chaîne du satellite "Paris Première" rediffuse la série du "Prisonnier" et ce qui fait le charme de la série est l'utilisation de la fonte "Albertus":
http://www.wemadethis.co.uk/blog/2015/0 ... -prisoner/
https://www.wemadethis.co.uk/wp-content ... -you-2.jpg
Image

Vous n'êtes pas d'accord ? Alors résignez-vous.
8=)
Image
Imagepraedicator veridicus, inquisitor intrepidus, doctor egregiusImage

Avatar de l’utilisateur
Christian
Messages : 4964
Inscription : 03 sept. 2003, 09:59

Re: La police qui a du caractère dans "Le prisonnier".

#2

Message par Christian » 12 août 2020, 22:20

J'approuve.
« I suppose it is tempting, if the only tool you have is a hammer, to treat everything as if it were a nail. »
« J'imagine qu'il est tentant, si le seul outil que vous avez est un marteau, de traiter tout problème comme si c'était un clou »

Abraham Maslow

jean7
Messages : 3490
Inscription : 05 mai 2015, 10:54

Re: La police qui a du caractère dans "Le prisonnier".

#3

Message par jean7 » 13 août 2020, 00:05

Je ne me souviens pas avoir compris quoi que ce soit à cette série !

Je crois que je vais rester sur cette impression :lol:
Le libre arbitre est à la causalité ce que le corps est à la physique

Avatar de l’utilisateur
Lambert85
Messages : 3741
Inscription : 23 nov. 2007, 01:48

Re: La police qui a du caractère dans "Le prisonnier".

#4

Message par Lambert85 » 13 août 2020, 03:04

C'est sûr qu'ils fumaient de la bonne à l'époque !
ουκ έλαβον πόλιν αλλα γαρ ελπις εφη κακα

Avatar de l’utilisateur
PhD Smith
Messages : 3772
Inscription : 04 août 2011, 17:23

Re: La police qui a du caractère dans "Le prisonnier".

#5

Message par PhD Smith » 13 août 2020, 18:44

Il faut surtout féliciter P. McGoohan: c’est le Nº6 qui est le le concepteur et le producteur.
Imagepraedicator veridicus, inquisitor intrepidus, doctor egregiusImage

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 7507
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: La police qui a du caractère dans "Le prisonnier".

#6

Message par Kraepelin » 13 août 2020, 19:03

Salut PhD

J'ai pas seulement aimé la série. Enfant, elle a marquée ma vie. Pourtant, je ne sais pas du tout de quoi tu parles. C'est quoi la fonte "Albertus"?
Dernière modification par Kraepelin le 13 août 2020, 20:42, modifié 3 fois.
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 7507
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: La police qui a du caractère dans "Le prisonnier".

#7

Message par Kraepelin » 13 août 2020, 19:09

jean7 a écrit : 13 août 2020, 00:05 Je ne me souviens pas avoir compris quoi que ce soit à cette série !

Je crois que je vais rester sur cette impression :lol:
Salut Jean

C'est surement discutable, mais je vais te donner l'analyse que je faisais enfant lors de la sortie de la série en traduction française dans les année 60.

McGoohan fait dans la métaphore-critique-sociale. Il critique implicitement une société capitaliste-technologique hyper-controlante et qui réduit l'humain à sa plus simple expression, d'où sa révolte légitime: «Je ne suis pas un numéro, je suis un homme»
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
PhD Smith
Messages : 3772
Inscription : 04 août 2011, 17:23

Re: La police qui a du caractère dans "Le prisonnier".

#8

Message par PhD Smith » 14 août 2020, 19:56

Salut Kraepelin,
Kraepelin a écrit : 13 août 2020, 19:03Enfant, elle a marquée ma vie.
Comme tous ceux qui l'ont vu dans leur enfance. Pour moi la meilleure documentation sur la série est le livre d'Alain Carrasé et d'Hélène Oswald de 1990: "Le prisonnier: chef d'oeuvre télévisionnaire", éditions 8e art.
https://www.amazon.fr/Prisonnier-chef-d ... 2730405356
A. Carrazé est toujours le meilleur pour commenter les séries: https://www.lejdd.fr/Culture/Series/pou ... te-3983902
Le Journal du Dimanche a écrit :Preuve que le public de 2020 y trouvera toujours son compte, le scénariste Sam Esmail s'en revendique encore aujourd'hui pour ses séries Mr. Robot et Homecoming (Prime Video). "Tous les grands thèmes de la série sont encore pertinents aujourd'hui : la quête de la liberté individuelle, l'oppression de la société moderne et la manipulation des esprits, analyse Alain Carrazé, coauteur du livre Le Prisonnier, chef-d'oeuvre télévisionnaire et créateur du podcast Previously. McGoohan a eu la grande intelligence d'enrober toutes ses idées dans un emballage attrayant, mêlant action, suspense, mystère et humour."

L'histoire? Après sa démission, un agent secret – qui restera toujours anonyme – se retrouve dans une prison à ciel ouvert baptisée le Village. Chaque épisode le voit tenter sans relâche de s'évader, tandis que ses geôliers – dont on ne connaîtra jamais le camp – usent de toutes les manipulations possibles pour lui faire révéler des informations confidentielles. Le plus souvent une torture mentale, qui consiste notamment à déshumaniser les captifs des lieux pour les rendre dociles : ils n'ont plus de nom et ne sont appelés que par des numéros (le héros écopant du numéro 6). En 1967, McGoohan hurle ainsi sur les ondes hertziennes "Je ne suis pas un numéro, je suis un homme libre!", devenu depuis cri de ralliement des citoyens réduits à de simples matricules, que ce soit dans les arcanes de l'administration ou dans les algorithmes des réseaux sociaux.

Pour l'acteur et scénariste décédé en 2009, le Village n'était qu'une reproduction en miniature du monde dans lequel nous vivons : sous ses faux airs de club de vacances, ses habitants sont épiés par des caméras de surveillance, les loisirs sont imposés, les glaces ont un parfum du jour et la presse locale est distribuée dans la seconde où un candidat à un simulacre d'élection vient de s'exprimer. Conformisme et absence de vie privée vont de pair dans un monde où chaque logement est relié à un système audio digne des assistants vocaux vendus aujourd'hui par les Gafa.

Le Numéro 6 est-il un anarchiste? un révolutionnaire? un Gilet jaune? À chacun son interprétation

"Grâce à son univers spécifique, Le Prisonnier n'est pas handicapé par une mode ou des technologies dépassées et reste totalement intemporel", confirme Alain Carrazé. L'esthétique pop de la série (couleurs, musiques, costumes…) fait écho à la Grande-Bretagne de Chapeau melon et bottes de cuir, fantasmée et éternelle, donc jamais datée. Le lieu hors du temps, qui permet à la série de conserver toute sa saveur au XXIe siècle, est en fait le village-hôtel de Portmeirion, au pays de Galles, créé de toutes pièces à partir de 1925 par sir Clough Williams-Ellis qui souhaitait y réunir tous les types d'architecture sur un même site. Quant au véhicule motorisé qui devait initialement poursuivre les fuyards (mais qui ne fonctionnera jamais lors du tournage), McGoohan opte pour un simple ballon blanc qui étouffe ses proies : le "Rôdeur" deviendra l'image d'une police sans visage, un symbole abstrait que certains internautes ont ressuscité durant le confinement.

Un ultime épisode polémique

Perçue comme un échec lors de sa première diffusion, son unique saison de seulement 17 épisodes anticipe ironiquement les schémas narratifs actuels : "Elle est, sans le vouloir, à l'origine de la minisérie d'une dizaine d'épisodes, avec un long mystère qui trouve sa résolution à la fin, souligne Alain Carrazé. En cela, elle est très semblable, dans la forme, au style contemporain de beaucoup de nouveautés de Netflix, par exemple."

Bien avant les conclusions de Lost ou de Game of Thrones, l'ultime épisode du Prisonnier suscitait déjà la polémique, à une époque où ses contemporaines étaient rarement feuilletonnantes et se passaient bien d'une fin. Allégorique et surprenante, celle imaginée par McGoohan reste encore aujourd'hui sujette à toutes les exégèses. Devenu une vedette de la télévision quelques années plus tôt grâce à la série d'aventure Destination danger – où il incarnait déjà un agent secret –, l'acteur se voyait-il comme littéralement prisonnier d'un rôle? Ou nous pensait-il tous prisonniers de nous-mêmes?

"À une époque où circulent les fake news et où les opinions se font via les réseaux sociaux, poursuit Alain Carrazé, une série télé de 1967 où chacun pense ce qu'on lui demande de penser, c'est visionnaire et ça continue d'être le reflet de notre société. Le Numéro 6 est-il un anarchiste? un révolutionnaire? un Gilet jaune? À chacun son interprétation."
Bon, je radote et revenons à l'Albertus. Comme je pratique le Latex (mise en page), je suis amené à m'intéresser à la typographie: vous savez les polices/fontes de caractère qu'on installe dans l'ordinateur (TrueType...) et chaque fonte (police de caractère) a une histoire. Ainsi la célèbre "Times" a été créé pour le... "Times" afin qu'on puisse lire un article dans un espace serré (les colonnes) où la place compte sur une page. Pour les indications urbaines (panneau de signalisation, métro) à New York, on a utilisé la fonte "Helvetica" partout à telle point qu'elle est devenue invisible (bande annonce du documentaire "Helvetica": https://www.youtube.com/watch?v=wkoX0pEwSCw et la page Wikipédia: https://fr.wikipedia.org/wiki/Helvetica)
Wikipédia a écrit :Helvetica est une police de caractères linéale sans empattement (en anglais, sans serif), créée en 1957 par Max Miedinger, qui l'a dessinée dans un objectif précis : atteindre l'harmonie optique la plus aboutie possible.

Symbole de la typographie suisse, cette police d'une grande lisibilité avec son tracé d'une grande neutralité se prête à tous les usages ; elle demeure une des polices les plus utilisées dans le monde et jouit de la faveur des graphistes et typographes.

Toutefois, le déclin de ce monument de la typographie s'est amorcé avec la généralisation de l'infographie et de l'informatique de traitement de texte. D'abord supplanté par l'Arial, qui en est une imitation, l'Helvetica cède encore du terrain depuis le début des années 2000 devant d'autres caractères moins datés années 1960, moins anguleux et mieux adaptés aux usages numériques (web fonts), tels le Trebuchet, le Verdana et le Calibri. Ce dernier a été commandé par Microsoft au typographe Lucas de Groot en 2005, avec l'objectif explicite de remplacer l'Arial et l'Helvetica sans les imiter.
Une histoire animée de la typographie (évolution des lettres pour l'imprimerie pour une meilleure lisibilité): https://www.youtube.com/watch?v=wOgIkxAfJsk

La fonte "Albertus" a été créé dans les années 30 par B. Wolpe en hommage à "Albert le Grand" alchimiste médiéval pour la société typographique "Monotype". Exemple de l'Albertus:
Image
Et son usage ? Des livres mais surtout le nom des rues à Londres (j'ai consulté la page wikipédia): https://en.wikipedia.org/wiki/Albertus_(typeface)
Albertus is used for the street name signs in the City of London, City of London Corporation and London Borough of Lambeth (where Wolpe resided until his death in 1989). Wolpe frequently used it in book jackets he designed for the London publisher Faber and Faber. It has also been used in many other publications.
Et là je me suis dit: "logique". Pour les anglais, voilà une référence culturelle familière que MC Goohan a utilisé pour sa satire de la société de consommation pour le "Village". Donc une référence culturelle inconnue et exotique pour les non-anglais mais familière pour les insulaires anglo-saxons.
Avant la démocratisation d'internet, il aurait impossible pour moi de savoir quelle était le nom de cette fonte attachée à la série télé, mais il m'a été donné l'idée de taper sur moteur de recherche qui n'est pas :google: "the prisonner tv font" pour avoir la réponse.

Edit: pour le plaisir le téléphone public du village:
Image

Et la police d'écriture dans le générique pour "resigned" ("démissions") est "Futura".
Imagepraedicator veridicus, inquisitor intrepidus, doctor egregiusImage

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 7507
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: La police qui a du caractère dans "Le prisonnier".

#9

Message par Kraepelin » 14 août 2020, 20:40

PhD Smith a écrit : 14 août 2020, 19:56 (...)
:lueur:
Ouf!

Bon OK pour la fonte, mais je sais toujours pas où tu veux en venir? Quelle importance dans la série?
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
PhD Smith
Messages : 3772
Inscription : 04 août 2011, 17:23

Re: La police qui a du caractère dans "Le prisonnier".

#10

Message par PhD Smith » 14 août 2020, 20:48

Je veux en venir que la police apporte un "plus" à l'esthétique de la série. Quiconque a vu la série dans sa vie, reconnaît immédiatement le "design" du générique (le "rôdeur", les vestes de marin que portent les habitants du Village, leurs capes de couleur, le fauteuil en forme d'oeuf du n°2, l'architecture de Portmeiron...). Tout ça fait que la série a été pensée dans un "design" télévisuel global. Bon, j'ai fait un peu d'histoire de l'art à la fac et le fait de revoir la série me permet d'analyser le tout en objet culturel. Et enfin je vais m'arrêter là, regarde le lien YT sur l'histoire de la typographie (en anglais et c'est 5 mn). J'ai vu durant le confinement le documentaire "Helvetica" de Jony Ive, qui raconte la naissance de la fonte et son utilisation qui est partout: https://www.macg.co/ailleurs/2020/03/co ... uit-112727
https://portfolio.lotincorp.biz/documentaire-helvetica/
Forces

Helvetica est simple et clair. Elle est lisible, claire et « bonne pour tout ». Les caractères d’Helvetica ont toujours des fins de trait horizontales ou verticales, jamais obliques ou en diagonale. Cela confère à la police un aspect plus contemporain et plus élégant que des polices plus anciennes et sophistiquées telles que Goudy Old Style.

Helvetica est également connue pour son utilisation fantastique des espaces entre les caractères (crénage). Les designers et les entreprises utilisent Helvetica car il s’agit d’une police « sûre » sur laquelle s’appuyer.

Sa neutralité la rend très adaptable à utiliser pour un large éventail de projets différents. Les entreprises commerciales utilisent Helvetica sur les logos, les publicités et les supports marketing de leur entreprise pour capter l’attention du consommateur, tout en restant simple.
Surtout la force de ce documentaire est la suivante: une police de caractère inventée dans les années 50 qui est tellement lisible qu'elle a été utilisée partout (affiche, livre, panneau publicitaire, logo de marque, panneau d'indication urbaine, power point) et on ne s'en rend même plus compte, tellement elle est imprégnée dans notre imaginaire et notre culture.
Quelle est la police d'écriture utilisée pour le site web de SdQ ? Je ne sais pas :lol: Pourtant elle répond à des besoins pratiques du web: lisibilité, et pratique.
Dernière modification par PhD Smith le 14 août 2020, 21:09, modifié 1 fois.
Imagepraedicator veridicus, inquisitor intrepidus, doctor egregiusImage

Jean-Francois
Modérateur
Modérateur
Messages : 23522
Inscription : 03 sept. 2003, 02:39

Re: La police qui a du caractère dans "Le prisonnier".

#11

Message par Jean-Francois » 14 août 2020, 21:05

PhD Smith a écrit : 14 août 2020, 19:56Comme je pratique le Latex (mise en page), je suis amené à m'intéresser à la typographie: vous savez les polices/fontes de caractère qu'on installe dans l'ordinateur (TrueType...) et chaque fonte (police de caractère) a une histoire
Sans être un maniaque, une police de caractère que j'aime bien est Garamond. Les chiffres me semblent particulièrement esthétiques. Je sais que plusieurs personnes la trouve difficile à lire. Peut-être mériterait-elle de devenir populaire parce que c'est une fonte "économique": elle prend peu d'encre/toner pour l'impression.

Si vous avez des informations historiques ou anecdotiques qui sortent de ce qu'on trouve sur wikipedia, je suis preneur.

Jean-François
“The more implausible the hypothesis — telepathy, aliens, homeopathy — the greater the chance that an exciting finding is a false alarm, no matter what the P value is.” (Nuzzo R (2014) Nature 506:150)

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 1962
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: La police qui a du caractère dans "Le prisonnier".

#12

Message par DictionnairErroné » 14 août 2020, 21:23

Tout est dans le "E" qui n'appartient pas aux polices (en français) mentionnées.
La vérité ne ment jamais.

Avatar de l’utilisateur
PhD Smith
Messages : 3772
Inscription : 04 août 2011, 17:23

Re: La police qui a du caractère dans "Le prisonnier".

#13

Message par PhD Smith » 14 août 2020, 21:41

Hm, les informations sont éparses sur l'histoire de la typographie et sont trouvables sur les sites spécialisées. On peut regarder les polices disponibles sur les distributions latex dont le Tex User Group fait un résumé: https://www.gutenberg.eu.org/Le-catalog ... lices-pour
Le site de l'association Gutenberg travaille sur latex et publie un bulletin. Sur leur site, il y a la rubrique "la fonte du jour" où on explique l'origine d'une police: https://www.gutenberg.eu.org/La-fonte-du-jour
Des ressources diverses sur la typographie: https://www.gutenberg.eu.org/Typographie
Imagepraedicator veridicus, inquisitor intrepidus, doctor egregiusImage

yquemener
Messages : 2325
Inscription : 09 août 2010, 07:06

Re: La police qui a du caractère dans "Le prisonnier".

#14

Message par yquemener » 15 août 2020, 01:00

jean7 a écrit : 13 août 2020, 00:05 Je ne me souviens pas avoir compris quoi que ce soit à cette série !
De ce que j'ai lu, il y a eu un litige avec le scénariste original et il a été interdit à la série d'utiliser la fin originelle. Dans le scenar originel, numéro 6 était le concepteur de la théorie derrière ces village coupés du monde et utilisés pour un mélange de torture psychologique et d'espionnage light, sur le modèle de certains trucs faits pendant la 2e GM:

https://en.wikipedia.org/wiki/Operation_Epsilon
https://en.wikipedia.org/wiki/Trent_Par ... _World_War

Son problème dans la série est qu'il ne sait pas s'il a été capturé par des gens du bloc occidental ou du bloc soviétique et qu'il n'est pas sur du coup de ce qu'ils savent sur lui.

Comme ils n'ont pas pu utiliser la fin logique, ils ont du bricoler une fin post-moderniste absurde, dans la grande tradition des séries qui ne savent plus où elles vont.

Avatar de l’utilisateur
MaisBienSur
Messages : 5126
Inscription : 13 sept. 2012, 10:43

Re: La police qui a du caractère dans "Le prisonnier".

#15

Message par MaisBienSur » 20 août 2020, 07:01

PhD Smith a écrit : 14 août 2020, 19:56 Salut Kraepelin,
Kraepelin a écrit : 13 août 2020, 19:03Enfant, elle a marquée ma vie.
Comme tous ceux qui l'ont vu dans leur enfance.
:up:

Pourtant je suis tombé dessus effectivement sur Paris Première et je regarde depuis 3 épisodes par semaine, le 4ème commençant vers 23h15, ça commence à piquer quand le réveil sonne le lendemain !

Et malgré mon avis mitigé au départ avec mes souvenirs d'enfance, surtout sur les énormes bulles qui asphyxiaient ceux qui cherchaient à s'évader, je prend un vrai plaisir aujourd'hui a regarder cette série et le jeu de Patrick McGoohan 8=)
Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d'alu.

Avant, j'étais indécis, maintenant je n'en suis plus très sûr...

Les marmottes qui pissent au lit passent un sale hiver (Philippe Vuillemin)

Avatar de l’utilisateur
Wooden Ali
Messages : 4586
Inscription : 09 déc. 2006, 15:31

Re: La police qui a du caractère dans "Le prisonnier".

#16

Message par Wooden Ali » 20 août 2020, 10:26

Pour revenir sur la fonte albertus, celles qu'on trouve n'ont pas le même "e" minuscule que celle du "Prisonnier", comme l'a signalé DictionnairErroné.
Quelqu'un connait-il le nom exact de la fonte utilisée ?
Les faits ne pénètrent pas dans le monde où vivent nos croyances. Marcel Proust

Gloire à qui n'ayant pas d'idéal sacro-saint
Se borne à ne pas trop emmerder ses voisins ! Georges Brassens

Mon Dieu ! Mon Dieu ! Pourquoi m'as-tu abandonné ? Dieu

Avatar de l’utilisateur
Lambert85
Messages : 3741
Inscription : 23 nov. 2007, 01:48

Re: La police qui a du caractère dans "Le prisonnier".

#17

Message par Lambert85 » 20 août 2020, 11:19

C'est amusant, leur "E" arrondi ressemble un peu au sigle euro: €
En regardant de plus près le "e" minuscule d'Albertus, je pense qu'il l'ont tout simplement tronqué pour améliorer l'effet étrange.
Image
Image
ουκ έλαβον πόλιν αλλα γαρ ελπις εφη κακα

Avatar de l’utilisateur
PhD Smith
Messages : 3772
Inscription : 04 août 2011, 17:23

Re: La police qui a du caractère dans "Le prisonnier".

#18

Message par PhD Smith » 22 août 2020, 22:07

Comme on l’a dit justement, c’est la "e" qui est adapté, le "j" ou le "i". La police d’écriture Albertus a donc été adaptée par le décorateur Jack Shampan pour la série:
https://fontsinuse.com/uses/8920/the-pr ... -tv-series
Albertus with a custom descending ‘P’ and ‘G’, as it is typical for uncial typefaces.
Typeface: Albertus
In the 1960s British TV show The Prisoner, an adapted version of Berthold Wolpe’s Albertus was used on everything from titles to signs and props. Many of these were hand rendered. The key adaptations were the removal of the dots from i’s and j’s, and e’s that had an uncial feel to them — although occasionally standard e’s snuck in too. I don’t currently know who created all the signs, though the show’s art director was a chap called Jack Shampan.
"e" adapté pour les élections:
Image
"e" normal pour la carte du village:
Image
Imagepraedicator veridicus, inquisitor intrepidus, doctor egregiusImage

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit