Une mère ours tue son petit et se suicide

Homéopathie, acupuncture, reiki, urinothérapie, etc. Des preuves???
Avatar de l’utilisateur
Poulpeman
Modérateur
Modérateur
Messages : 3318
Inscription : 11 juin 2007, 03:39

Re: Une mère ours tue son petit et se suicide

#76

Message par Poulpeman » 06 sept. 2011, 03:40

Salut Greem,
Greem a écrit :Il y a le profond examen moral des conséquences, l'éducation moral qui s'en suit ou l'établissement de règles, puis les réflexes ou les craintes lié à cette éducation. Je ne pense pas qu'on puisse parler d'instinct, nous sommes trop éduqués, en quelque sorte.
C'est pour ça que je parle de réflexes/contraintes et non d'instinct (ce dernier a une forte connotation d'innée) lorsqu'il s'agit de décrire les actions à valeur morale de notre quotidien. C'est pour insister sur le fait que ce ne sont pas des comportement moralement réfléchis.
Et ces réflexes sont le résultats de bases morales innées modulées par l'apprentissage, l'éducation, l'environnement social, etc.
Greem a écrit :On peut voir ça comme un continuum de teintes de gris (pour reprendre une expression de Denis, si je me plante pas) et il n'empêche qu'une conception morale ou éthique des choses est une conception métaphysique qui à mon avis, ne concerne pas les animaux (ni les bébés).

J'ai donc du mal avec l'idée que les animaux seraient eux aussi pourvu d'un sens moral.
Nous sommes bien d'accord là-dessus.
Chez les animaux, les comportements d'entraide tiennent essentiellement de l'instinct (il est possible qu'il y ait un effet de l'apprentissage). Il s'agit de comportements développés au fil du temps car favorables à la survie de l'espèce, et non d'un sens moral.
Cependant, je suis à peu près sûr que les mammifères sociaux ressentent quelque chose qui doit ressembler au "sentiment d'avoir bien agit" que nous connaissons après avoir effectué un acte altruiste, les incitant ainsi à renouveler ce type de comportement. Ca ne veut pas dire qu'il ont un sens moral, mais que leurs actes altruistes sont guidés et renforcés par des facteurs émotionnels.

Poulpeman
Si Dieu existait, il faudrait s'en débarrasser. (Michel Bakounine)
Mon blog : critique de l’idéologie dominante et promotion de la philosophie libertaire

Avatar de l’utilisateur
Wooden Ali
Messages : 4423
Inscription : 09 déc. 2006, 15:31

Re: Une mère ours tue son petit et se suicide

#77

Message par Wooden Ali » 06 sept. 2011, 05:03

Poulpeman a écrit :Chez les animaux, les comportements d'entraide tiennent essentiellement de l'instinct (il est possible qu'il y ait un effet de l'apprentissage). Il s'agit de comportements développés au fil du temps car favorables à la survie de l'espèce, et non d'un sens moral.
On peut alors se demander si notre sens moral, souvent présenté comme une caractéristique unique de l'espèce humaine au point que certains se croient obligés d'y introduire l'effet d'une transcendance, n'est pas que l'extension, somme toute banale et inévitable, de cet instinct augmenté de l'effet de nos idiosyncrasies. Y a-t-il un véritable saut entre l'instinct maternel, probable source de tous les comportements sociaux et notre sens moral ?
Il me semble que le plaisir d'aider n'a rien d'intellectuel mais est d'une nature beaucoup plus primitive, quasi instinctive, assez proche finalement à celui qu'on ressent à manger ou boire.
Le fait que nous soyons dotés d'une raison qui permet de voir plus clairement tous les avantages égoïstes de vivre en société (et donc la nécessité d'une morale) expliquerait alors l'extraordinaire développement de la société humaine sans en être la cause première, mais un facteur particulièrement favorable.
Les faits ne pénètrent pas dans le monde où vivent nos croyances. Marcel Proust

Gloire à qui n'ayant pas d'idéal sacro-saint
Se borne à ne pas trop emmerder ses voisins ! Georges Brassens

Mon Dieu ! Mon Dieu ! Pourquoi m'as-tu abandonné ? Dieu

Avatar de l’utilisateur
Poulpeman
Modérateur
Modérateur
Messages : 3318
Inscription : 11 juin 2007, 03:39

Re: Une mère ours tue son petit et se suicide

#78

Message par Poulpeman » 06 sept. 2011, 05:24

Salut Wooden,
Wooden Ali a écrit : On peut alors se demander si notre sens moral, souvent présenté comme une caractéristique unique de l'espèce humaine au point que certains se croient obligés d'y introduire l'effet d'une transcendance, n'est pas que l'extension, somme toute banale et inévitable, de cet instinct augmenté de l'effet de nos idiosyncrasies. Y a-t-il un véritable saut entre l'instinct maternel, probable source de tous les comportements sociaux et notre sens moral ?
C'est exactement ce que j'essaye d'exprimer.
Notre morale n'a pas d'origine divine ou mystique. Elle se fonde sur des instincts que nous partageons avec le reste du règne animal. Il semble cependant que nous soyons capables d'effectuer des extensions logiques à partir de ces instincts moraux, à la différence des animaux.
Wooden Ali a écrit :Il me semble que le plaisir d'aider n'a rien d'intellectuel mais est d'une nature beaucoup plus primitive, quasi instinctive, assez proche finalement à celui qu'on ressent à manger ou boire.
En effet. Pour initier et renforcer un comportement favorisant la survie de l'espèce, l'évolution a doté les animaux d'émotions et de sentiments divers qui guident leurs actions : la peur pour provoquer la fuite face à un prédateur, l'attachement maternel pour prendre soin de la progéniture, l'empathie et le plaisir d'aider pour la survie du groupe, etc.
Il s'agit là de stratégies adaptatives au même titre que l'apparition d'un nouvel organe favorisant la survie.

Poulpeman
Si Dieu existait, il faudrait s'en débarrasser. (Michel Bakounine)
Mon blog : critique de l’idéologie dominante et promotion de la philosophie libertaire

Avatar de l’utilisateur
Greem
Messages : 2092
Inscription : 27 déc. 2009, 10:59

Re: Une mère ours tue son petit et se suicide

#79

Message par Greem » 06 sept. 2011, 05:46

Re-Salut Poulpeman,
Poulpeman a écrit :Cependant, je suis à peu près sûr que les mammifères sociaux ressentent quelque chose qui doit ressembler au "sentiment d'avoir bien agit" que nous connaissons après avoir effectué un acte altruiste, les incitant ainsi à renouveler ce type de comportement.
Ca ne veut pas dire qu'il ont un sens moral, mais que leurs actes altruistes sont guidés et renforcés par des facteurs émotionnels.
Quand mon chien fait une connerie, il le sait et part se planquer les oreilles basses derrière le canapé. Donc je ne doute absolument pas qu'il y ait des facteurs émotionnels qui rentrent en ligne de compte, facteurs émotionnels qui peuvent permettre une certaine éducation d'ailleurs. Le problème, et c'est ce qui me fait dire que les animaux sont amoraux, c'est que je doute sincèrement qu'il comprenne pourquoi il a fait une bêtise (ex : "parce que ça m'oblige à tout nettoyer") donc il est légitime de le punir pour éviter qu'il recommence, mais pas parce qu'il aurait commis un acte immoral. Cette notion lui étant complètement inconnu.

Enfin bon, je pense qu'on est d’accord. Le morale n'est pas apparu comme ça par magie chez l'homme et résulte d'une base innée. Je suis surtout intervenu parce que je trouvais que l'article que tu avais posté faisait un peu trop dans l'anthropomorphisme.
"Ils terribles ce ses sceptiquo-maniaques-sionisto-propagandum."

Avatar de l’utilisateur
Poulpeman
Modérateur
Modérateur
Messages : 3318
Inscription : 11 juin 2007, 03:39

Re: Une mère ours tue son petit et se suicide

#80

Message par Poulpeman » 06 sept. 2011, 05:55

Greem a écrit :Le problème, et c'est ce qui me fait dire que les animaux sont amoraux, c'est que je doute sincèrement qu'il comprenne pourquoi il a fait une bêtise (ex : "parce que ça m'oblige à tout nettoyer") donc il est légitime de le punir pour éviter qu'il recommence, mais pas parce qu'il aurait commis un acte immoral. Cette notion lui étant complètement inconnu.
Parfaitement d'accord :)
Greem a écrit :Enfin bon, je pense qu'on est d’accord. Le morale n'est pas apparu comme ça par magie chez l'homme et résulte d'une base innée. Je suis surtout intervenu parce que je trouvais que l'article que tu avais posté faisait un peu trop dans l'anthropomorphisme.
Le texte de Kropoktine fait en effet dans l'anthropomorphisme. C'est un essai social se basant sur des observations scientifiques. Le côté anthropomorphique est une image, donc pas à prendre au premier degré.
Et puis le texte date de 1889. L'hypothèse à été révisée et améliorée depuis (elle reste tout de même vraie).

Poulpeman
Si Dieu existait, il faudrait s'en débarrasser. (Michel Bakounine)
Mon blog : critique de l’idéologie dominante et promotion de la philosophie libertaire

Avatar de l’utilisateur
Invité
Messages : 4484
Inscription : 16 janv. 2004, 11:47

Re: Une mère ours tue son petit et se suicide

#81

Message par Invité » 13 sept. 2011, 13:41

pan-pan a écrit :Moi, ce que je vois, c'est une tortue qui s'appuie sur une autre pour se relever. Dans le même sens, il aurait fallu dire:« Une tortue qui s'aide d'une autre pour se relever». Plus réaliste.
Je ne comprends pas. La tortue qui doit être relevée ne s'aide pas de l'autre tortue, puisqu'elle est totalement passive dans la manoeuvre.

Réf: http://www.youtube.com/watch?v=J1BuVCOt7GM

I.
"Whatever intelligence is, it can't be intelligent all the way down. It's just dumb stuff at the bottom." [Andy Clark]

pan-pan
Messages : 382
Inscription : 21 janv. 2011, 23:27

Re: Une mère ours tue son petit et se suicide

#82

Message par pan-pan » 13 sept. 2011, 15:07

Invité a écrit :Je ne comprends pas. La tortue qui doit être relevée ne s'aide pas de l'autre tortue, puisqu'elle est totalement passive dans la manoeuvre.
Au contraire, elle est loin d'être passive. Elle bouge des pattes suffisamment pour «espérer» retomber du bon côté. Aussitôt qu'elle voit le jour de se remettre sur la bonne voie, sa tête remue vers l'extérieur comme pour accélérer sa remise sur pied. Elle n'est surtout pas «totalement passive», sinon, elle ferait la «morte» jusqu'au bout. De toute façon, je suis d'accord pour dire que sans son amie, elle n'y serait jamais parvenue.

Maintenant, supposons qu'elle aurait fait la morte, je ne suis pas convaincu que son amie aurait réussi à la remettre en place. Qu'en pensez-vous?

Avatar de l’utilisateur
Invité
Messages : 4484
Inscription : 16 janv. 2004, 11:47

Re: Une mère ours tue son petit et se suicide

#83

Message par Invité » 13 sept. 2011, 15:19

pan-pan a écrit :
Invité a écrit :Je ne comprends pas. La tortue qui doit être relevée ne s'aide pas de l'autre tortue, puisqu'elle est totalement passive dans la manoeuvre.
Au contraire, elle est loin d'être passive. Elle bouge des pattes suffisamment pour «espérer» retomber du bon côté. Aussitôt qu'elle voit le jour de se remettre sur la bonne voie, sa tête remue vers l'extérieur comme pour accélérer sa remise sur pied. Elle n'est surtout pas «totalement passive», sinon, elle ferait la «morte» jusqu'au bout. De toute façon, je suis d'accord pour dire que sans son amie, elle n'y serait jamais parvenue.

Maintenant, supposons qu'elle aurait fait la morte, je ne suis pas convaincu que son amie aurait réussi à la remettre en place. Qu'en pensez-vous?
Qu'elle bouge les pattes ou la tête, mais ça n'a à peu près aucune influence, compte tenu de la masse de sa carapace. C'est dans ce sens qu'elle est "passive". De ce que je vois, ses gigotement influencent peu la manoeuvre.

I.
"Whatever intelligence is, it can't be intelligent all the way down. It's just dumb stuff at the bottom." [Andy Clark]

pan-pan
Messages : 382
Inscription : 21 janv. 2011, 23:27

Re: Une mère ours tue son petit et se suicide

#84

Message par pan-pan » 13 sept. 2011, 15:43

Invité a écrit :Qu'elle bouge les pattes ou la tête, mais ça n'a à peu près aucune influence, compte tenu de la masse de sa carapace.
De toute façon, je n'irai pas jusqu'à dire que l'acte de son amie est volontaire. Qu'elle l'ait vue dans une mauvaise posture, ce qui aurait fait déclanché chez elle un acte de curiosité, oui. Par exemple, voir la carapace au sol est contraire à ce qu'elle connait des tortues de son genre. A-t-elle cherché à vérifier sous sa carapace pour voir ce qu'il y avait? La curiosité et non la compassion, est au départ ce qui a motivé la tortue. Là-dessus, je n'en démords pas.

Maintenant, cette curiosité instinctive a pu faire en sorte de produire une action inusitée. Le hasard étant ce qu'il est, ce n'est pas pour rien qu'on retrouve le clip sur youtube.

Avatar de l’utilisateur
Invité
Messages : 4484
Inscription : 16 janv. 2004, 11:47

Re: Une mère ours tue son petit et se suicide

#85

Message par Invité » 13 sept. 2011, 16:15

Social cognition by food-caching corvids. The western scrub-jay as a natural psychologist. Nicola S Clayton, Joanna M Dally, and Nathan J Emery Department of Experimental Psychology, University of Cambridge, Cambridge CB2 3EB, UK Sub-department of Animal Behaviour, University of Cambridge, Cambridge CB3 8AA, UK

ABSTRACT:

"Food-caching corvids hide food, but such caches are susceptible to pilfering by other individuals. Consequently, the birds use several counter strategies to protect their caches from theft, e.g. hiding most of them out of sight. When observed by potential pilferers at the time of caching, experienced jays that have been thieves themselves, take further protective action. Once the potential pilferers have left, they move caches those birds have seen, re-hiding them in new places. Naive birds that had no thieving experience do not do so. By focusing on the counter strategies of the cacher when previously observed by a potential pilferer, these results raise the intriguing possibility that re-caching is based on a form of mental attribution, namely the simulation of another bird's viewpoint. Furthermore, the jays also keep track of the observer which was watching when they cached and take protective action accordingly, thus suggesting that they may also be aware of others' knowledge states."

Keywords: experience projection, food caching birds, mental attribution, social intelligence, theory-of-mind, western scrub-jay

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2346514/
Traduction google a écrit :
Des oiseaux de la famille des corvidés cachent la nourriture, mais leurs caches sont sensibles à chapardage par d'autres individus. Par conséquent, ces oiseaux utilisent plusieurs stratégies de lutte pour protéger leurs caches du vol, par exemple en cachant la plupart hors de la vue. Quand on l'observe par chapardeurs potentiels au moment de la mise en cache, les geais expérimentés qui ont été les voleurs eux-mêmes, prendre des mesures supplémentaires de protection. Une fois les chapardeurs potentiels ont quitté, ils se déplacent caches ces oiseaux ont vu, re-cache entre eux dans de nouveaux endroits. Les oiseaux naïfs n'avaient aucune expérience de voleurs ne le font pas. En se concentrant sur des contre-stratégies de la cacher quand précédemment observée par un pillard potentiels, ces résultats soulèvent la possibilité intrigante que la remise en cache est basée sur une forme d'attribution mentale, à savoir la simulation de point de vue d'un autre oiseau. En outre, les geais gardent également une trace de l'observateur les a observé quand ils ont caché la nourriture et de prendre des mesures de protection en conséquence, ce qui suggère qu'ils peuvent également être conscients des états des connaissances des autres. "
I.
"Whatever intelligence is, it can't be intelligent all the way down. It's just dumb stuff at the bottom." [Andy Clark]

pan-pan
Messages : 382
Inscription : 21 janv. 2011, 23:27

Re: Une mère ours tue son petit et se suicide

#86

Message par pan-pan » 13 sept. 2011, 16:41

Invité a écrit :ABSTRACT: ...
Si vous êtes d'accord avec cette assertion, tant mieux pour vous, mais pour le cas qui nous intéresse, je tiens à mon idée. Il manque suffisamment de données pour que je considère qu'elle a agit volontairement pour aider son amie. Entre autre, j'aimerais reproduire cette expérience avec une autre tortue, plus grosse et l'aidante plus petite. J'aimerais savoir s'il y avait des liens affectifs du genre, parent-enfant. Même à cela, peut-on considérer que toute l'espèce au complet a cette faculté de savoir retourner une tortue dans l'embarras? J'ai de sérieux doutes. Qu'il y ait une forme d'empathie, je veux bien, mais généraliser et faire une règle de ce qui me semble une exception est une erreur.
Dernière modification par pan-pan le 13 sept. 2011, 18:26, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Invité
Messages : 4484
Inscription : 16 janv. 2004, 11:47

Re: Une mère ours tue son petit et se suicide

#87

Message par Invité » 13 sept. 2011, 16:47

pan-pan a écrit :Qu'il y ait une forme d'empathie, je veux bien, mais généraliser et faire une règle de ce qui me semble une exception est une erreur.
Je ne fais pas de règle, j'apporte simplement des observations qui me semblent assez intéressantes et peuvent faire réfléchir sur le comportement animal. J'ai aussi des doutes, mais pour moi ce n'est pas une raison pour rejeter à priori la possibilité d'entraide ou de compassion animale.

I.
"Whatever intelligence is, it can't be intelligent all the way down. It's just dumb stuff at the bottom." [Andy Clark]

pan-pan
Messages : 382
Inscription : 21 janv. 2011, 23:27

Re: Une mère ours tue son petit et se suicide

#88

Message par pan-pan » 13 sept. 2011, 17:12

Invité a écrit :Je ne fais pas de règle, j'apporte simplement des observations qui me semblent assez intéressantes et peuvent faire réfléchir sur le comportement animal. J'ai aussi des doutes, mais pour moi ce n'est pas une raison pour rejeter à priori la possibilité d'entraide ou de compassion animale.
Je suis sympathique à votre idée. :D

Avatar de l’utilisateur
Poulpeman
Modérateur
Modérateur
Messages : 3318
Inscription : 11 juin 2007, 03:39

Re: Une mère ours tue son petit et se suicide

#89

Message par Poulpeman » 14 sept. 2011, 03:31

Salut à tous, en particulier Pan-Pan et Invité,
pan-pan a écrit :De toute façon, je n'irai pas jusqu'à dire que l'acte de son amie est volontaire. Qu'elle l'ait vue dans une mauvaise posture, ce qui aurait fait déclanché chez elle un acte de curiosité, oui. Par exemple, voir la carapace au sol est contraire à ce qu'elle connait des tortues de son genre. A-t-elle cherché à vérifier sous sa carapace pour voir ce qu'il y avait? La curiosité et non la compassion, est au départ ce qui a motivé la tortue. Là-dessus, je n'en démords pas.
J'ai visionné la vidéo de la tortue. Trois fois en fait.
Ma conclusion : on ne peut strictement rien en tirer. C'est pas la faute aux tortues, c'est la faute au caméraman qui a peut-être réitéré l'expérience 20 fois avant d'avoir les images qu'il voulait. On est dans une situation probablement artificielle ne permettant pas de faire de conclusion.

Poulpeman
Si Dieu existait, il faudrait s'en débarrasser. (Michel Bakounine)
Mon blog : critique de l’idéologie dominante et promotion de la philosophie libertaire

Avatar de l’utilisateur
Invité
Messages : 4484
Inscription : 16 janv. 2004, 11:47

Empathie chez les rats ?

#90

Message par Invité » 08 déc. 2011, 21:58

Empathie chez les rats ?
“Rats help other rats in distress. That means it’s a biological inheritance,” said neurobiologist Peggy Mason of the University of Chicago. “That’s the biological program we have.”

In a study published Dec. 7 in Science, Mason and University of Chicago psychologists Jean Decety and Inbal Ben-Ami Bartal describe their rat empathy-testing apparatus: An enclosure into which pairs of rats were placed, with one roaming free and the other restrained inside a plastic tube. It could only be opened from the outside, which is exactly what the free rats did — again and again and again, seemingly in response to their trapped companions’ distress.
(...)
Once rats learned to free their trapped and agitated partners, they did so almost immediately in trial after trial. The behavior was clearly deliberate. When the restrainer was empty, rats ignored it. When stuffed rats were restrained, the rats ignored them. “It’s compelling evidence that it’s the distress of the trapped cagemate motivating this helping behavior,” said Mason. “It is a huge leap up to use emotional contagion to actually do something, to actually help another individual.”
Image


Source et vidéo.



"Des rats aident d'autres rats dans la détresse. Cela suggères que c'est un héritage biologique », a déclaré Peggy Mason neurobiologiste de l'Université de Chicago. «C'est le programme biologique que nous avons."

Dans une étude publiée le 7 décembre dans Science, Mason et l'Université de Chicago psychologues Decety Jean et Inbal Ben-Ami Bartal décrire leur rat empathie appareils d'essai: une enceinte dans laquelle des paires de rats ont été placés, un libre et l'autre placé à intérieur d'un tube en plastique. Le tube ne pouvant être ouvert que de l'extérieur, ce qui est exactement ce que les rats libres a fait - encore et encore et encore, apparemment en réponse à la détresse de leurs compagnons piégés ".
(...)
Une fois que les rats ont appris à libérer leurs partenaires piégés et agités, ils l'ont fait presque immédiatement essai après essai. Le comportement était clairement intentionnelle. Lorsque le dispositif de contention était vide, les rats l'ont ignoré. Lorsque des rats en peluche ont été retenus, les rats les ont ignorés. «C'est une preuve irréfutable que c'est la détresse du compagnon de cage piégée qui motive ce comportement d'aide», a déclaré Mason. «C'est un énorme bond pour utiliser la contagion émotionnelle de faire quelque chose, pour réellement aider une autre personne."
I.
"Whatever intelligence is, it can't be intelligent all the way down. It's just dumb stuff at the bottom." [Andy Clark]

Avatar de l’utilisateur
shisha
Messages : 328
Inscription : 25 sept. 2011, 09:21

Re: Une mère ours tue son petit et se suicide

#91

Message par shisha » 09 déc. 2011, 12:08

Une fois que les rats ont appris à libérer leurs partenaires piégés et agités, ils l'ont fait presque immédiatement essai après essai. Le comportement était clairement intentionnelle. Lorsque le dispositif de contention était vide, les rats l'ont ignoré. Lorsque des rats en peluche ont été retenus, les rats les ont ignorés. «C'est une preuve irréfutable que c'est la détresse du compagnon de cage piégée qui motive ce comportement d'aide», a déclaré Mason. «C'est un énorme bond pour utiliser la contagion émotionnelle de faire quelque chose, pour réellement aider une autre personne."
N'aurait-il pas était pertinent de mettre également un rat coincé mais qui ne panique pas (tube plus gros ?) pour voir si l'autre rat aurait ignoré ou non. Car peut-être n'était-ce pas la détresse qui le poussait à agir mais tout simplement le compagnie d'un congénère vivant qui l'aurait attiré.

Avatar de l’utilisateur
Invité
Messages : 4484
Inscription : 16 janv. 2004, 11:47

Re: Une mère ours tue son petit et se suicide

#92

Message par Invité » 09 déc. 2011, 14:19

shisha a écrit :N'aurait-il pas était pertinent de mettre également un rat coincé mais qui ne panique pas (tube plus gros ?) pour voir si l'autre rat aurait ignoré ou non. Car peut-être n'était-ce pas la détresse qui le poussait à agir mais tout simplement le compagnie d'un congénère vivant qui l'aurait attiré.
De l'abstract on lit ceci:
They freed cagemates even when social contact was prevented. When liberating a cagemate was pitted against chocolate contained within a second restrainer, rats opened both restrainers and typically shared the chocolate. Thus, rats behave pro-socially in response to a conspecific’s distress, providing strong evidence for biological roots of empathically motivated helping behavior.
Ils ont libéré le rat piégé même lorsque le contact social était absent. Lorsque la libération d'un compagnon de cage était oppose au chocolat contenue dans un second dispositif de contention, les rats a ouvert deux dispositifs et typiquement partagé le chocolat. Ainsi, les rats se comportent pro-social en réponse à un congénère de détresse, fournissant des preuves solides pour les racines biologiques du comportement aidant empathie motivés.
Si vous voulez lire l'article au complet c'est ici:

http://www.sciencemag.org/content/334/6061/1427.full

I.
"Whatever intelligence is, it can't be intelligent all the way down. It's just dumb stuff at the bottom." [Andy Clark]

Avatar de l’utilisateur
Invité
Messages : 4484
Inscription : 16 janv. 2004, 11:47

Re: Une mère ours tue son petit et se suicide

#93

Message par Invité » 09 déc. 2011, 22:37

En français.

C'est repris dans science et avenir.

http://www.sciencesetavenir.fr/fondamen ... rades.html

I.
"Whatever intelligence is, it can't be intelligent all the way down. It's just dumb stuff at the bottom." [Andy Clark]

Avatar de l’utilisateur
Invité
Messages : 4484
Inscription : 16 janv. 2004, 11:47

Re: Une mère ours tue son petit et se suicide

#94

Message par Invité » 23 déc. 2011, 21:44

Des pigeons aussi fort en maths que les singes rhésus.
A New Zealand researcher who showed pigeons can be as good as rhesus monkeys at sorting images of shapes into numerical order has made news around the world, with reports of of the former racing pigeons in Dunedin popping up in the New York Times, Scientific American and a swathe of TV channels.

Though the ability to order things numerically is technically not the kind of complex counting that requires specific tags for each number, Otago University psychologist Damian Scarf successfully tested his pigeons with the same number-recognition tasks completed by rhesus moneys 15 years ago to show the pigeons can put images in order based on the number of objects pictured in each.
http://www.sciencemediacentre.co.nz/201 ... nal-media/
Un chercheur néo-zélandais a montré que les pigeons peuvent être aussi bons que les singes rhésus à trier des images avec des formes dans l'ordre numérique. Cette nouvelle a fait le tour du monde, avec des rapports de pigeons voyageurs à Dunedin qui surgissent dans le New York Times, le Scientific American et plusieurs autres chaînes de télévision.

Bien que la capacité d'ordonner des choses numériquement n'est techniquement pas le genre de décompte complexe qui nécessite des balises spécifiques pour chaque numéro, le psychologue Damian Foulard a testé avec succès ses pigeons avec le même nombre de reconnaissance de tâches accomplies par les rhésus argent il y a 15 ans et a montré que les pigeons pouvent mettre des images dans l'ordre en se basant sur le nombre d'objets représentés dans chaque.
I.
"Whatever intelligence is, it can't be intelligent all the way down. It's just dumb stuff at the bottom." [Andy Clark]

Avatar de l’utilisateur
Denis
Modérateur
Modérateur
Messages : 19022
Inscription : 03 sept. 2003, 17:22

Belle trouvaille

#95

Message par Denis » 23 déc. 2011, 22:11


Salut Invité,

Intéressant.

Au site du Scientific American, on dit :
Researchers trained pigeons with cards on which were pictures of one, two or three shapes, sometimes in different sizes and colors. The birds were ultimately able to correctly pick a card with one large green square first, followed by a card with two small red ovals, followed by one showing three long blue rods.

Then, the pigeons demonstrated a new ability—faced with two cards each showing up to nine images, they could tell which card had more. Which indicates that they had an abstract understanding of the single-digit amounts. Rhesus monkeys trained in a similar way displayed the same talents. Whether this shared ability evolved independently or came from a common ancestor is unclear. But it is clear that birdbrains aren’t so dumb.
Traducteur automatique a écrit :Les chercheurs ont formé des pigeons avec les cartes sur lesquelles étaient les images d'une, deux ou trois formes, parfois dans différentes tailles et couleurs. Les oiseaux pouvaient finalement sélectionner correctement une carte avec une grande place verte d'abord, suivi d'une carte avec deux petits ovales rouges, suivis d'on montrant trois longues tiges bleues.

Puis, les pigeons ont démontré un nouveau capacité-fait face avec deux cartes chaque apparence vers le haut à neuf images, ils pourraient indiquer quelle carte a eu plus. Ce qui indique qu'elles ont eu un arrangement abstrait des montants single-digit. Les singes rhésus se sont exercés d'une manière semblable ont montré les mêmes talents. Si cette capacité partagée a évolué indépendamment ou est venue d'un ancêtre commun est peu clair. Mais il est clair que les birdbrains ne soient pas aussi sourds-muets.
Bigre! Babel Fish n'est pas fort-fort comme traducteur.

Je serais curieux de savoir si ça sort beaucoup mieux avec un de ses concurrents.

:) Denis
Les meilleures sorties de route sont celles qui font le moins de tonneaux.

Avatar de l’utilisateur
Invité
Messages : 4484
Inscription : 16 janv. 2004, 11:47

Re: Une mère ours tue son petit et se suicide

#96

Message par Invité » 23 déc. 2011, 22:24

Denis a écrit :Je serais curieux de savoir si ça sort beaucoup mieux avec un de ses concurrents.
Salut Denis.

Google translate donne ceci:
Les chercheurs formés pigeons avec des cartes sur lesquelles étaient des photos de une, deux ou trois formes, parfois en différentes tailles et couleurs. Les oiseaux ont finalement été en mesure de correctement choisir une carte avec un grand espace vert premier carré, suivie par une carte avec deux petits ovales rouges, suivie par une montrant trois longues tiges bleu.

Ensuite, les pigeons ont démontré une nouvelle possibilité-face à deux cartes montrant chacune jusqu'à neuf images, ils pourraient dire quelle carte avait plus. Ce qui indique qu'ils avaient une compréhension abstraite des montants à un seul chiffre. Des singes rhésus entraînés d'une manière similaire affiché les mêmes talents. Que cette capacité partagée évolué de façon indépendante ou d'un ancêtre commun n'est pas clair. Mais il est clair que birdbrains ne sont pas si stupides.
I.
"Whatever intelligence is, it can't be intelligent all the way down. It's just dumb stuff at the bottom." [Andy Clark]

Avatar de l’utilisateur
davidsonstreet
Messages : 877
Inscription : 14 oct. 2011, 12:27

Re: Une mère ours tue son petit et se suicide

#97

Message par davidsonstreet » 24 déc. 2011, 08:52

Salut Denis et Invité

c'est pas mal intéressant ces histoires de rats compatissants et de pigeons pas si débiles qu'on pense.

Qu'est-ce que ça dit pour les vaches? :cowboy:
« Je préfère me débarrasser des faux enchantements pour pouvoir m’émerveiller des vrais miracles. » - Pierre Bourdieu

Avatar de l’utilisateur
davidsonstreet
Messages : 877
Inscription : 14 oct. 2011, 12:27

Re: Une mère ours tue son petit et se suicide

#98

Message par davidsonstreet » 24 déc. 2011, 09:02

« Je préfère me débarrasser des faux enchantements pour pouvoir m’émerveiller des vrais miracles. » - Pierre Bourdieu

Avatar de l’utilisateur
Invité
Messages : 4484
Inscription : 16 janv. 2004, 11:47

Re: Une mère ours tue son petit et se suicide

#99

Message par Invité » 24 déc. 2011, 09:57

Salut aux amis des animaux et aux autres. ;)

Des pigeons qui solutionnent le problème de Monty Hall mieux que des humains. Dans le Journal of Comparative Psychology.
Across experiments, the probability of gaining reinforcement for switching and staying was manipulated, and birds adjusted their probability of switching and staying to approximate the optimal strategy. Replication of the procedure with human participants showed that humans failed to adopt optimal strategies, even with extensive training

Are birds smarter than mathematicians? Pigeons (Columba livia) perform optimally on a version of the Monty Hall Dilemma. Herbranson, Walter T.;Schroeder, Julia Journal of Comparative Psychology, Vol 124(1), Feb 2010, 1-13.

http://psycnet.apa.org/journals/com/124/1/1/
GoogleTranslate a écrit :Dans toutes les expériences, la probabilité de gagner en modifiant son choix ou en le gardant a été manipulé, et les oiseaux ont ajusté leur probabilité de modifier leur choix ou de rester s'est rapproché de la stratégie optimale. La réplication de la procédure avec des participants humains ont montré que les humains n'ont pas à adopter des stratégies optimales, même avec une formation approfondie
Interprétation légèrement différente.
Walter Hebranson and Julia Schroder showed that, after some training, the humble pigeon can learn the best tactic for the Monty Hall Problem, switching from their initial choice almost every time. Amazingly, humans who get similar extensive practice never develop the optimal strategies that the pigeons pick up. This doesn’t mean that pigeons are “smarter than humans” as some news stories have claimed, but it does mean that the two species approach probability problems in different ways. We suffer because we overthink the problem.

http://blogs.discovermagazine.com/notro ... l-dilemma/
Walter et Julia Hebranson Schroder a montré que, après une formation, l'humble pigeon peut apprendre la meilleure tactique pour le problème de Monty Hall, en changeant leur choix initial presque à chaque fois. Étonnamment, les humains qui se pratique extensive similaires ne peuvent les stratégies optimales aussi bien que les pigeons. Cela ne signifie pas que les pigeons sont "plus intelligents que les humains», comme certains ont prétendu dans les journaux, mais cela veut dire que les problèmes deux espèces abordent les probabilités différemment. Nous souffrons parce que nous abordons trop attentivement le problème.
No testing has been done with numbers greater than nine, so whether a pigeon can count large numbers of bread crumbs or popcorn kernels is a question still open to investigation.
http://www.nytimes.com/2011/12/23/scien ... .html?_r=1

I.
"Whatever intelligence is, it can't be intelligent all the way down. It's just dumb stuff at the bottom." [Andy Clark]

Avatar de l’utilisateur
Invité
Messages : 4484
Inscription : 16 janv. 2004, 11:47

Re: Une mère ours tue son petit et se suicide

#100

Message par Invité » 25 déc. 2011, 14:11

davidsonstreet a écrit :c'est pas mal intéressant ces histoires de rats compatissants et de pigeons pas si débiles qu'on pense.
C'est deux rats de laboratoire qui discutent ensemble. Comment ça se passe dans ton labo, demande le premier au deuxième ? Pas mal je viens juste de terminer l'entrainement d'un biologiste pour qu'il me donne de la nourriture quand j'appuie sur un bouton. :lol:

I.
"Whatever intelligence is, it can't be intelligent all the way down. It's just dumb stuff at the bottom." [Andy Clark]

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit