les perceptions lors des EMI sont-elles des hallucinations ?

Le voyage astral et les expériences de mort imminente sont-elles plus que des rêves lucides?
Avatar de l’utilisateur
86lw
Messages : 1307
Inscription : 28 août 2013, 14:36

Re: L'avis de la Comtesse.

#1101

Message par 86lw » 24 mai 2015, 07:24

Cartaphilus a écrit :Ces mouvements sont plus fréquents aux membres inférieurs : quant on s'endort, il est fréquent de sentir la chute des pattes...
Pepejul a écrit :Le dormeur secoue les nouilles en sursauttant
Oui, mais si les dormeurs reculent et s'enferment bien, ces bulles de rêve ne font plus mal aux pattes...
(soyez maudit, Cartaphilus, pour avoir répandu votre maladie sur ce forum. Et jusqu'à la treizième génération, tant qu'on y est.. :a2: )
Les illusions que l'on perpétue sont quelque part des mensonges. Mireille.

ressuscitée
Messages : 625
Inscription : 15 mars 2015, 14:29

Re: les perceptions lors des EMI sont-elles des hallucinations ?

#1102

Message par ressuscitée » 24 mai 2015, 08:09

Et ça recommence...
Cartaphilus a écrit :Salut tous.
Pepejul a écrit :votre "témoignage" sur les mouvements nocturnes n'est qu'une bête description d'une myoclonie : phénomène musculaire banal, commun qui arrive à tout le monde au moment de l'endormissement.
Pour compléter le message cité ci-dessus : Les sursauts du sommeil ou myoclonies hypnagogiques.

Ces mouvements sont plus fréquents aux membres inférieurs : quant on s'endort, il est fréquent de sentir la chute des pattes...
Mais je n'ai jamais dit le contraire !!!

Pepejul délire sur mes propos ou les interprète volontairement de manière délirante de façon à me présenter ou me faire passer pour ce qui l'arrange, c'est-à-dire une débile mentale.

Mais le problème, dès que l'on aborde les fonctionnements du cerveau (j'emploie volontairement le pluriel), c'est que c'est lui qui ne comprend vraiment rien !!!

Après que je lui aie bien mis sous le nez plusieurs exemples concrets de ces fonctionnements très différents de celui, unique, sur lequel il reste buté, il vient de recommencer :
Pepejul a écrit :Toute votre interprétation et l'enfilade de liens dont vous ne comprenez pas le sens du contenu (on l'a déjà constaté avec votre foirade majestueuse en ce qui concerne les synapses et la dégradation neuronale : vous ignorez tout du fonctionnement des neuromédiateurs et de l'activité enzymatique cellulaire) ne sont qu'une manifestation supplémentaire de votre syndrome :
La dernière "enfilade de liens" que je vous ai proposée ne concerne en rien les myoclonies, mais bien les phénomènes qui nous intéressent.

Mon hypothèse principale concernant les EMI est que leur survenue est favorisée par des conditions à propos desquelles je vous propose de tenter de réfléchir tous ensemble.

L'angoisse est certainement un facteur majeur de leur déclenchement.

Avatar de l’utilisateur
Pepejul
Messages : 9088
Inscription : 11 déc. 2013, 12:07

Re: les perceptions lors des EMI sont-elles des hallucinations ?

#1103

Message par Pepejul » 24 mai 2015, 08:17

vous croyez vraiment ce que vous écrivez ????

En quoi votre description du phénomène diffère-t-elle de celle des myoclonies ?

Quand vous dites "phénomènes qui nous intéressent"... qui est ce "nous" ?

Qu'est-ce que les liens que vous proposez apportent à votre hypothèse de "l'angoisse favorise les EMI" ?

Niez-vous mon affirmation "ressuscitée ignore tout / l'essentiel du fonctionnement des neurones, synapses et de l'activité enzymatique et celle des neuromédiateurs" ?

A part votre "intuition" que vos amis jugent "exceptionnelle" et nous "délirante", quels éléments avez-vous pour justifier ou soutenir votre hypothèse ?
On a tort d'écrire tord ! Le prochain qui fait la faute je le tords !

Florence
Messages : 9654
Inscription : 03 sept. 2003, 02:48

Re: les perceptions lors des EMI sont-elles des hallucinations ?

#1104

Message par Florence » 24 mai 2015, 08:32

ressuscitée a écrit : Mon hypothèse principale concernant les EMI est que leur survenue est favorisée par des conditions à propos desquelles je vous propose de tenter de réfléchir tous ensemble..
C'est ça ...
Ça fait des pages que vous nous avez exposé en long et en large que votre "hypothèse" était vos dons et qualités exceptionnels, et que votre idée d'une réflexion commune était l'approbation sans condition de ce postulat.
Je dis lâche et traître celui qui se plaint des fautes d'autrui ou de la puissance de ses ennemis A. de Saint-Exupéry, "Citadelle".
"I do not always enjoy winning an argument. Losing an argument fairly makes you both end up winners."
Le bonheur est un festin de miettes. Jacques Faisant, "Rue Panse Bougre"

ressuscitée
Messages : 625
Inscription : 15 mars 2015, 14:29

Re: les perceptions lors des EMI sont-elles des hallucinations ?

#1105

Message par ressuscitée » 24 mai 2015, 08:57

Pepejul a écrit :Niez-vous mon affirmation "ressuscitée ignore tout / l'essentiel du fonctionnement des neurones, synapses et de l'activité enzymatique et celle des neuromédiateurs" ?
Evidemment, que je la nie !

Vous ne comprenez donc vraiment rien à ce que vous lisez, ou vous vous foutez de la gueule du monde, là ?

ressuscitée
Messages : 625
Inscription : 15 mars 2015, 14:29

Re: les perceptions lors des EMI sont-elles des hallucinations ?

#1106

Message par ressuscitée » 24 mai 2015, 09:07

Entre nous, Pepejul, pouvez-vous nous dire si le Captagon ne serait pas aussi votre "potion magique" ?

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20 ... istes.html

Extrait :
un officier de la brigade des stupéfiants de Homs se rappelle l'attitude surprenante des prisonniers sous l'emprise de Captagon : "On les frappait et ils ne ressentaient pas la douleur. La plupart d'entre eux rigolaient alors qu'on les bourrait de coups."

Avatar de l’utilisateur
86lw
Messages : 1307
Inscription : 28 août 2013, 14:36

Re: les perceptions lors des EMI sont-elles des hallucinations ?

#1107

Message par 86lw » 24 mai 2015, 10:52

ressuscitée, s'adressant à Nemrod 34:
Je crois que c'est votre problème :
Le cannabis peut être utilisé pour traiter certaines maladies à deficit dopaminergique, en effet le cannabis augmente la sécrétion de dopamine[réf. nécessaire]. Mais l'usage du cannabis, comme l'alcool, induit une diminution de l'efficacité des capteurs de dopamine, entraînant chez certains, un cycle dépressif supérieur au niveau précédent la prise de l'auto-médication.
La même, à Pepejul:
Entre nous, Pepejul, pouvez-vous nous dire si le Captagon ne serait pas aussi votre "potion magique" ?
C'est du comique de répétition, ou vous pensez réellement que vos contradicteurs ne peuvent être que drogués?
Ce n'est pas vous qui vous plaigniez d'être insultée? :menteur:
Les illusions que l'on perpétue sont quelque part des mensonges. Mireille.

ressuscitée
Messages : 625
Inscription : 15 mars 2015, 14:29

Re: les perceptions lors des EMI sont-elles des hallucinations ?

#1108

Message par ressuscitée » 24 mai 2015, 12:20

La vie, c'est le feu.

Allez, on va passer à autre chose, pour voir si l'étincelle prend mieux.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Incendie

Extrait :
Développement d'un incendie

Un incendie se développe en plusieurs phases au cours desquelles sa température va s'élever. Cependant en fonction de son environnement, il peut aussi s'étendre et décliner s'il manque de combustible, de comburant ou de chaleur.

Éclosion

La rencontre des éléments du triangle du feu, c’est-à-dire un combustible, un comburant (en général le dioxygène de l'air) et une énergie d'activation (chaleur, flamme nue, étincelle) suffisante vont permettre à la combustion de s'amorcer.

À ce stade, le dégagement de chaleur est modéré, les fumées peu abondantes (appelée parfois à tort aérosol, ce terme désignant en fait un mélange liquide/gaz alors que la fumée est un mélange solide/gaz)

Croissance

La combustion produit de la chaleur (réaction exothermique), le feu entretient et accroît l'énergie d'activation. Si le combustible et le comburant sont disponibles en quantités suffisantes, l'incendie s'étend de manière exponentielle. On estime que pour éteindre un feu sec naissant, il faut :

un verre d'eau durant la première minute,
un seau d'eau au cours de la deuxième minute,
une citerne d'eau au bout de la troisième minute.

Dans le cas d'un feu dans un volume clos (par exemple un feu d'habitation), on estime que la température de l'air atteint 600 °C au bout de cinq minutes alors que dans une cage d'escalier, elle peut atteindre 1 200 °C dans le même temps.

Phénomènes thermiques et progressions rapides du feu

Dans certaines conditions, il peut se produire une progression rapide du feu (PRF) par des accidents thermiques. Le principal facteur favorisant l'apparition de ces phénomènes est le flux d'air alimentant le feu :

feu alimenté en air : Embrasement généralisé éclair par exemple dans un local semi ouvert ;
feu carencé en air : Explosion de fumées par exemple par apport soudain d'air par ouverture rapide d'une porte.

Cependant, les phénomènes sont plus complexes, et les Anglo-saxons distinguent deux types d'explosion de fumées, le backdraft et le smoke explosion, et envisagent la possibilité d'une explosion avec un feu alimenté (high pressure backdraft).

Ces phénomènes peuvent se produire pour des volumes très réduits, comme un conteneur de poubelles métallique.

Feu constitué

C'est le moment où le feu est au plus fort de lui-même. À ce moment-là, il ne peut plus croître et va suivre ensuite sa phase de déclin.

Déclin

Le déclin se fait lorsque le feu cesse de croître. Le feu va progressivement baisser en intensité puis entrer en combustion lente jusqu'à ce qu'il manque de combustible et s'éteigne.
Je prends cette image pour essayer de vous faire "sentir" ce qui peut se passer dans le cerveau, de sa constitution jusqu'à sa mort.

Il est probable qu'à chaque fois que se produit une EMI, un paquet de neurones est en train de griller, dégageant tout ce qu'il faut pour exciter le démarreur central du cerveau, la pile hippocampe, parce qu'il a forcément envie de se régénérer ou de compenser les pertes, ce pauvre cerveau souffrant, et qu'alors, c'est là que ça se passe :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Hippocampe_%28cerveau%29

Extraits :
Les différents types de neurones de l'hippocampe sont extrêmement bien organisés, principalement sous forme de strates distinctes. C'est pourquoi, il est fréquemment utilisé comme système modèle pour étudier la neurophysiologie. Une des formes de la plasticité neuronale, connue sous le nom de LTP ou potentialisation à long terme, a été découverte et est très bien caractérisée dans cette structure. La LTP est notamment reconnue pour être un des mécanismes principaux utilisés par le cerveau pour stocker les souvenirs.

L'hippocampe est une des premières structures atteintes dans la maladie d'Alzheimer, ce qui explique les problèmes de mémoire et de désorientation qui caractérisent l'apparition de cette pathologie neurodégénérative. L'hypoxie (la privation d'oxygène), les encéphalites et les épilepsies du lobe temporal sont également des conditions présentant des lésions au niveau de l'hippocampe. Les personnes subissant de graves dommages à l'hippocampe sont susceptibles de souffrir de différents types d'amnésie.

Enfin, l'hippocampe est, avec la zone sous-ventriculaire, une des seules structures cérébrales à présenter une activité de neurogenèse chez l'individu adulte. Cette production de nouveaux neurones fonctionnels a lieu dans le gyrus dentelé durant toute la vie de l'individu. Au contraire de la zone sous-ventriculaire, qui produit des neurones pour le bulbe olfactif, les neurones générés sont destinés à rester dans le gyrus dentelé.
Fonctions

Trois fonctions principales de l'hippocampe se sont dégagées à travers la littérature de ces dernières décennies :

la mémoire
la navigation spatiale
l'inhibition du comportement
Développement

L'hippocampe apparait au niveau du diencéphale médian durant le développement embryonnaire. Sa spécification est initiée par des facteurs de différenciation qui diffusent depuis une structure appelée ourlet cortical (cortical hem en anglais)29. La présence de l'ourlet cortical est nécessaire et suffisante pour induire la formation de l'hippocampe. Ainsi des expériences de greffe ectopique d'ourlet cortical à un autre niveau du cortex provoquent l'apparition de tissus hippocampiques autour du site de greffe. L'ourlet cortical, qui régule également l'apparition des plexus choroïdes, est donc le centre de signalisation et d'organisation du diencéphale en développement. Cette initiation du développement de l'hippocampe a lieu au stade embryonnaire E8,5 chez la souris. Une fois cette spécification réalisée, le développement de l'hippocampe devient autonome, il produit ses propres facteurs de différenciation pour poursuivre l'organisation des champs ammoniens, CA1, CA2 et CA3.

Il a été montré que la signalisation par les Wnt était impliquée dans la différentiation des cellules du diencéphale en précurseur de neurones hippocampiques. De même d'autres facteurs diffusibles sont responsables de la spécification de chacune de ses sous-populations (celles du Gyrus dentelé, CA1, CA3 et du subiculum).

Les neurones de l'hippocampe se différencient et se mettent en place par un mécanisme commun à l'ensemble du cortex. Les neurones pyramidaux se différencient à partir de la glie radiaire et migrent radialement vers leur couches respectives. La neurogenèse des neurones pyramidaux atteint son paroxysme au stade E14,5 pour CA3 et E15,5 pour CA1. Certains défauts dans la migration embryonnaire des neurones pyramidaux pourraient être à l'origine d'une hyperexcitabilité, entrainant chez l'homme une lissencéphalie. Les interneurones migrent tangentiellement depuis les zones ventrales du cortex d'où ils se différencient vers E11-E14. Ils arrivent ensuite dans l'hippocampe à partir de E15 et s'intègrent vers E16,5 en migrant radialement.

Les différentes connexions que ces neurones établissent par la suite ne deviennent matures qu'après la naissance, une fois établies dans un réseau fonctionnel et après un intense élagage des connexions non utilisées.
Nota : le futur "surdoué" ne se débarrasse pas de ces connexions non utilisées, ou très peu.

Par ailleurs, on sait :

- que la "douance" de nombre d'entre eux se révèle tardivement, comme si elle restait longtemps latente;
- que de nouvelles connexions peuvent se constituer en nombre tout au long de la vie;
- qu'un certain nombre de personnes ayant vécu une EMI ont ensuite des facultés d'empathie ou plus qui sont également caractéristiques de la "douance".

Je vous laisse continuer, ou bien faut-il que je poursuive toute seule ?

Le Ressuscité après mort clinique, c'est le phoenix qui renaît de ses cendres.

Les braises, ce n'est pas encore la mort du feu, il peut reprendre.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Combustion ... tion_lente
Combustion lente

La combustion lente est une réaction se réalisant à des températures peu élevées.

On peut citer le cas de la respiration cellulaire : cette lenteur due à des enzymes spécifiques permettent d'augmenter les réactions d'oxydoréduction et ainsi d'obtenir un très bon rendement par récupération d'une grande partie de l'énergie.

ressuscitée
Messages : 625
Inscription : 15 mars 2015, 14:29

Re: les perceptions lors des EMI sont-elles des hallucinations ?

#1109

Message par ressuscitée » 24 mai 2015, 13:04

86lw a écrit :ressuscitée, s'adressant à Nemrod 34:
Je crois que c'est votre problème :
Le cannabis peut être utilisé pour traiter certaines maladies à deficit dopaminergique, en effet le cannabis augmente la sécrétion de dopamine[réf. nécessaire]. Mais l'usage du cannabis, comme l'alcool, induit une diminution de l'efficacité des capteurs de dopamine, entraînant chez certains, un cycle dépressif supérieur au niveau précédent la prise de l'auto-médication.
La même, à Pepejul:
Entre nous, Pepejul, pouvez-vous nous dire si le Captagon ne serait pas aussi votre "potion magique" ?
C'est du comique de répétition, ou vous pensez réellement que vos contradicteurs ne peuvent être que drogués?
Ce n'est pas vous qui vous plaigniez d'être insultée? :menteur:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Hippocampe_%28cerveau%29

Extrait :

Effet de l'alcoolisme: Une étude américaine du Colorado Health Sciences Center a cherché à savoir si la consommation excessive d'alcool a un effet sur l'hippocampe. Utilisant l'imagerie à résonance magnétique (IRM), ils ont constaté que l'hippocampe des alcooliques sévères est moins volumineux et "cette découverte pourrait expliquer le déficit cognitif et les problèmes de mémoire souvent observés chez ces derniers". La suite de leur recherche porte sur le fait de savoir comment l'hippocampe réagit à l'arrêt de l'imprégnation alcoolique.

Des universitaires américains65 ont découvert que le cannabis perturbe les processus de mémorisation du cerveau en désorganisant le fonctionnement électrique de l'hippocampe, structure clé du cerveau pour l'activation de la mémoire. Le cannabis aux doses usuellement présentes chez ses consommateurs supprime les oscillations électriques, essentielles dans le processus d'apprentissage et de mémorisation. Les processus cognitifs sont désorganisés. Selon le professeur Jean Costentin, la principale substance active dans le cannabis, le THC tétrahydrocannabinol, bloque aussi la libération d'un neurotransmetteur important dans l'hippocampe, l'acétylcholine, affectant le fonctionnement électrophysiologique du cerveau.
Les problèmes des uns et des autres se lisent bien dans leurs messages.

A propos, l'opération de NEMROD34 lui a-t-elle apporté tous les bénéfices attendus ?

J'en doute...

Avatar de l’utilisateur
Pepejul
Messages : 9088
Inscription : 11 déc. 2013, 12:07

Re: les perceptions lors des EMI sont-elles des hallucinations ?

#1110

Message par Pepejul » 24 mai 2015, 13:36

Tes élucubrations n'amènent aucune réflexion.... tu interprètes mal de évènements parce que TU NE CONNAIS PAS le fonctionnement du cerveau.

Tu postes des liens wiki pour "étayer" une position qui sort de ton cerveau brumeux... et tu voudrais qu'on fasse comme si c'étaient des idées géniales, nouvelles, révolutionnaires....

Mais.. c'est juste des idées qui te viennent comme ça et qui ne reposent sur rien.

Alors prends le temps d'étudier un peu ce qui a déjà été expliqué et compris et ensuite tu pourras commencer à réfléchir à d'autres chemins...

Rappelle-toi ce conseil de Michel Ange : "Cordonnier... pas plus haut que la chaussure !"

Je traduis pour les surdoués un peu lent à la comprenance : TU N'ES PAS CRÉDIBLE !
On a tort d'écrire tord ! Le prochain qui fait la faute je le tords !

Avatar de l’utilisateur
Talisker
Messages : 897
Inscription : 01 sept. 2014, 22:40

Re: les perceptions lors des EMI sont-elles des hallucinations ?

#1111

Message par Talisker » 24 mai 2015, 13:48

ressuscitée a écrit :Je vous laisse continuer, ou bien faut-il que je poursuive toute seule ?
Moi je veux bien continuer dans le même délire! :mrgreen:

Alors...

La vie, c'est l'eau.

Allez, on va passer à autre chose, pour voir si la connerie peut submerger.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Tsunami

Extrait :
Génération d'un tsunami

Un tsunami est créé lorsqu'une grande masse d'eau est déplacée. Cela peut être le cas lors d'un séisme important, d'une magnitude de 6,3 (valeur « seuil » d'après les catalogues de tsunamis disponibles : NOA, catalogue de Novossibirsk, etc) ou plus, lorsque le niveau du plancher océanique le long d'une faille s'abaisse ou s'élève brutalement (voir Fig. 1), lors d'un glissement de terrain côtier ou sous-marin, ou lors d'un impact par un astéroïde ou une comète. Un fort séisme ne produit pas nécessairement un tsunami : tout dépend de la manière (vitesse, surface, etc) avec laquelle la topographie sous-marine (bathymétrie) évolue aux alentours de la faille et transmet la déformation à la colonne d'eau au-dessus.

Propagation

Les mouvements de l'eau provoquent un mouvement de grande longueur d'onde (généralement quelques centaines de kilomètres) et de grande période (quelques minutes dans le cas d'un glissement de terrain à quelques dizaines de minutes dans le cas d'un séisme).

Certains tsunamis sont capables de se propager sur des distances de plusieurs milliers de kilomètres et d'atteindre l'ensemble des côtes d'un océan en moins d'une journée. Ces tsunamis de grande étendue sont généralement d'origine tectonique, car les glissements de terrain et les explosions volcaniques produisent généralement des ondes de plus courte longueur d'onde qui se dissipent rapidement : on parlera de dispersion des ondes.

Effets

Ce n'est pas principalement la hauteur du tsunami qui fait sa force destructrice, mais la durée de l'élévation du niveau de l'eau et la quantité d'eau déplacée à son passage : si des vagues de plusieurs mètres de hauteur, voire d'une dizaine de mètres, sont légion sur les côtes de l'océan Pacifique, elles ne transportent pas assez d'énergie pour pénétrer profondément à l'intérieur des terres. On peut voir le phénomène sous un autre angle : une vague classique, d'une période d'au plus une minute, n'élève pas le niveau de l'eau suffisamment longtemps pour qu'elle pénètre profondément, tandis que le niveau des eaux s'élève au-dessus de son niveau normal pendant 5 à 30 minutes lors du passage d'un tsunami.

La force destructrice provient de l'énergie considérable qu'il véhicule : contrairement à la houle ou aux vagues classiques qui sont des phénomènes de surface et de faible longueur, le tsunami touche l'océan sur toute sa profondeur et sur une longueur d'onde bien plus importante. L'énergie dépendant de la vitesse et de la masse, celle-ci est considérable, même pour une faible élévation de surface au large près de l'épicentre. C'est cette énergie qui est révélée par l'élévation de la vague à l'approche des côtes. D'où son impact sur le littoral.
Je prends cette image pour essayer de vous faire "sentir" ce qui peut se passer dans le cerveau quand on lit ce fil.

Il est probable qu'à chaque fois que ressuscité s'exprime un paquet de neurones est engloutit sous une masse d'informations inutile chez ses interlocuteurs, dégageant tout ce qu'il faut pour en énerver certains parce qu'ils ont pas forcément envie d'avaler les délires comiques-pathétiques d'un cerveau souffrant et rétif à tout méthodologie scientifique; et qu'alors, c'est là qu'ils deviennent frustré(e)s.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Frustration
La frustration est une réponse émotionnelle à l'opposition. Liée à la colère et la déception, elle survient lors d'une résistance perçue par la volonté d'un individu. Plus l'obstruction et la volonté de l'individu sont grandes, plus grande sera la frustration. Les causes de la frustration peuvent être internes ou externes. Chez un individu, la frustration peut surgir lors d'un objectif personnel et désirs fixés, de conduites ou besoins instinctifs, ou durant une lutte contre certains handicaps, tels que le manque de confiance ou la peur des situations sociales. Le conflit émotionnel peut également être une source interne de frustration ; lorsque le but d'un individu interfère dans le but d'un autre individu, cela peut créer une dissonance cognitive. Les causes externes de frustration impliquent des conditions environnementales comme une route barrée ou des tâches difficile à accomplir. Durant la frustration, certains individus peuvent exposer un comportement passif-agressif, compliquant ainsi la manière dont la frustration est parvenue à eux. Une réponse plus directe et plus connue est une propension à l'agression1.

Causes

Pour l'individu faisant l'expérience d'une frustration, l'émotion est souvent attribuée aux facteurs externes qui sont au-delà de son contrôle. Bien que la frustration moyenne, suite aux facteurs internes (ex. paresse, manque d'effort), soit souvent une force positive (de motivation), elle est perçue comme un problème « incontrôlé » qui implique une frustration pathologique plus sévère. Un individu souffrant de frustration pathologique se sentira souvent impuissant à changer une situation dans laquelle il est impliqué, conduisant à une frustration plus grande, ou, si c'est incontrôlable, une très grande colère.

La frustration peut être le résultat d'un blocage de motivation. Un individu peut réagir de différentes manières. Il peut tenter d'éviter la frustration en tentant de résoudre les problèmes en les surmontant. S'il échoue, l'individu peut devenir frustré et agir d'une manière irrationnelle.
Nota: ressuscité ne se débarrassera jamais de ces personnes conscientes que ses propos sont idiots et non-pertinents. Néanmoins elle s'obstine à écrire des bouses sur le forum - elle qui est surdouée et voyante - comme si elle n'avait rien de mieux à faire.

Par ailleurs, on sait:
- que la mégalomanie peut être le signe d'un manque affectif.
- en psychologie la mégalomanie est classée dans la famille des psychoses délirantes chroniques.


http://fr.wikipedia.org/wiki/Psychose
La psychose (du mot grec ψυχή, psyche, « esprit, âme », et -ωσις, -osis, « anomalie ») est un terme générique psychiatrique désignant un trouble, ou une condition anormale, de l'esprit évoquant le plus souvent une « perte de contact avec la réalité. » Les individus souffrant de psychose sont nommés des « psychotiques ».

La psychose qualifie les formes sévères d'un trouble psychiatrique durant lesquelles peuvent survenir délires, hallucinations, violences irrépressibles ou encore une perception distordue de la réalité.

Le discours de ressuscité boit la tasse, noyé par sa perte de crédibilité. Cependant une vague de conneries peut en cacher une autre, alors il faut rester vigilant.

C'est marrant comme jeu dis donc... :ouch:

Avatar de l’utilisateur
PhD Smith
Messages : 3639
Inscription : 04 août 2011, 17:23

Re: les perceptions lors des EMI sont-elles des hallucinations ?

#1112

Message par PhD Smith » 24 mai 2015, 14:15

ressuscitée a écrit : ou vous vous foutez de la gueule du monde, là ?
Vu que vous ramenez tout à Nem' et à Pepe et que vous parlez des dons surnaturels de vos chats et vous ?
Imagepraedicator veridicus, inquisitor intrepidus, doctor egregiusImage

Avatar de l’utilisateur
86lw
Messages : 1307
Inscription : 28 août 2013, 14:36

Re: les perceptions lors des EMI sont-elles des hallucinations ?

#1113

Message par 86lw » 24 mai 2015, 14:25

ressuscitée a écrit :
Extrait :

Effet de l'alcoolisme: Une étude américaine(...)imprégnation alcoolique.

Des universitaires américains65 ont découvert que le cannabis (...) affectant le fonctionnement électrophysiologique du cerveau.
Les problèmes des uns et des autres se lisent bien dans leurs messages.
Bah, Nemrod 34 comme Pepejul savent étayer correctement leurs propos, ce qui n'est pas le cas de tout le monde :mefiance: .
Enfin, je le souhaite pour vous, car qui pourrait supporter le "dialogue" aussi longtemps avec des ivrognes, à part une personne elle-même alcoolique? :mrgreen:
Les illusions que l'on perpétue sont quelque part des mensonges. Mireille.

ressuscitée
Messages : 625
Inscription : 15 mars 2015, 14:29

Re: les perceptions lors des EMI sont-elles des hallucinations ?

#1114

Message par ressuscitée » 24 mai 2015, 16:34

Bon, je continue[*] :

http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9act ... %A9duction
Une réaction d'oxydoréduction ou réaction redox est une réaction chimique au cours de laquelle se produit un échange d'électrons. L'espèce chimique qui capte les électrons est appelée « oxydant » ; celle qui les cède, « réducteur ».

Les réactions d'oxydoréduction constituent une grande famille comprenant de nombreuses réactions chimiques, puisqu'elles interviennent dans les combustions, certains dosages métallurgiques, la corrosion des métaux, l'électrochimie ou la respiration cellulaire. Ces réactions jouent en particulier un rôle fondamental en biologie, dans la transformation de l'oxygène au sein des corps vivants. Elles sont également massivement utilisées par l'industrie humaine, à l'exemple de l'obtention de la fonte à partir de minerais composés d'oxyde de fer, par réduction, puis de fer et d'acier à partir de la fonte, par oxydation.

Cette variété s'explique par la mobilité, la légèreté et l'omniprésence dans toutes les formes de la matière de l'électron.

http://www.sfar.org/acta/dossier/archiv ... a06_12.htm
INTRODUCTION

Les effets neuroprotecteurs de l'hypothermie ont été rapportés dès la fin des années 1950... puis semblent être tombés dans l'oubli pendant une vingtaine d'années [1] [2] [3]. C'est seulement depuis 10 ans environ que les réanimateurs ont fait preuve d'un regain d'intérêt vis-à-vis de cette méthode thérapeutique. Ce regain d'intérêt, lié à une meilleure compréhension des mécanismes d'action de l'hypothermie, est à l'origine d'une extension de la recherche clinique dans différents domaines de la pathologie neurologique aiguë (arrêt cardiaque, accident vasculaire cérébral, traumatisme crânien).
[*] Je vous invite à lire et réfléchir. Ne comptez pas sur moi pour faire plus, je n'ai pas le temps.

Avatar de l’utilisateur
Cartaphilus
Modérateur
Modérateur
Messages : 6596
Inscription : 23 sept. 2008, 14:54

Rendons à Apelle ce qui n'appartient pas à Michel-Ange.

#1115

Message par Cartaphilus » 24 mai 2015, 16:47

Salut à tous.

[digression]
Pepejul a écrit :Rappelle-toi ce conseil de Michel Ange : "Cordonnier... pas plus haut que la chaussure !"
« Ne supra crepidam iudicaret »... écrit Pline l'Ancien, dans son Histoire naturelle, Livre XXXV, à propos du peintre Apelle de Cos.


Souvent cité ainsi « Sutor, ne supra crepidam ».

[/digression]
Le sommeil de la raison engendre des monstres. Francisco de Goya.

machtiern
Messages : 76
Inscription : 07 juil. 2012, 19:15

Re: les perceptions lors des EMI sont-elles des hallucinations ?

#1116

Message par machtiern » 24 mai 2015, 16:53

ressuscitée a écrit :La vie, c'est le feu.

Allez, on va passer à autre chose, pour voir si l'étincelle prend mieux.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Incendie
SI je dis Foudre j'ai gagné?

ressuscitée
Messages : 625
Inscription : 15 mars 2015, 14:29

Re: les perceptions lors des EMI sont-elles des hallucinations ?

#1117

Message par ressuscitée » 24 mai 2015, 18:13

Des "scientifiques", des "sceptiques" ? Une bande d'imposteurs, oui !

Florence
Messages : 9654
Inscription : 03 sept. 2003, 02:48

Re: les perceptions lors des EMI sont-elles des hallucinations ?

#1118

Message par Florence » 24 mai 2015, 19:15

ressuscitée a écrit :Des "scientifiques", des "sceptiques" ? Une bande d'imposteurs, oui !
Une surdouée, une scientifique au raisonnement cartésien ? Une gamine prétentieuse et frustrée de ne pas être considérée comme le centre du monde, oui !

:roll:
Je dis lâche et traître celui qui se plaint des fautes d'autrui ou de la puissance de ses ennemis A. de Saint-Exupéry, "Citadelle".
"I do not always enjoy winning an argument. Losing an argument fairly makes you both end up winners."
Le bonheur est un festin de miettes. Jacques Faisant, "Rue Panse Bougre"

Avatar de l’utilisateur
Pepejul
Messages : 9088
Inscription : 11 déc. 2013, 12:07

Re: les perceptions lors des EMI sont-elles des hallucinations ?

#1119

Message par Pepejul » 24 mai 2015, 22:04

Allez, c'est le moment où on lui fait pipi sur la tête... C'est la coutume.
On a tort d'écrire tord ! Le prochain qui fait la faute je le tords !

ressuscitée
Messages : 625
Inscription : 15 mars 2015, 14:29

Re: les perceptions lors des EMI sont-elles des hallucinations ?

#1120

Message par ressuscitée » 25 mai 2015, 03:04

Pepejul a écrit :Allez, c'est le moment où on lui fait pipi sur la tête... C'est la coutume.
Pauvre fac de sciences...

Le cordonnier est bien le plus mal chaussé.

ressuscitée
Messages : 625
Inscription : 15 mars 2015, 14:29

Re: les perceptions lors des EMI sont-elles des hallucinations ?

#1121

Message par ressuscitée » 25 mai 2015, 03:24

Florence a écrit :
ressuscitée a écrit :Des "scientifiques", des "sceptiques" ? Une bande d'imposteurs, oui !
Une surdouée, une scientifique au raisonnement cartésien ? Une gamine prétentieuse et frustrée de ne pas être considérée comme le centre du monde, oui !

:roll:
Vous êtes tous si forts qu'à chaque fois que l'un d'entre vous barbote dans ses délires, ses mensonges ou ses crétineries, on en voit tout plein d'autres rappliquer ou surgir de nulle part pour tenter de le sortir d'affaire avec de nouvelles attaques personnelles totalement délirantes contre l'intervenant qui a mis le doigt sur ses "défauts" d'argumentation, mais aucun ne réussit jamais à le contrer ou le déstabiliser.

Vos participations à cette discussion présentent au moins un intérêt : vous venez tous les uns après les autres vous inscrire de vous-mêmes sur la liste des imposteurs.
Dernière modification par ressuscitée le 25 mai 2015, 03:32, modifié 2 fois.

Avatar de l’utilisateur
Wooden Ali
Messages : 4432
Inscription : 09 déc. 2006, 15:31

Re: les perceptions lors des EMI sont-elles des hallucinations ?

#1122

Message par Wooden Ali » 25 mai 2015, 03:27

machtiern a écrit :SI je dis Foudre j'ai gagné?
C'est vrai qu'il y a de très grandes similitudes avec la Trinité tragique Foudre/Sandoo/Dorothy. La même volonté d'en découdre à tout prix, animée par une haine générale du scepticisme, du SdQ et de certains de ses sympathisants en particulier, le même brio à utiliser l'éventail exhaustif des sophismes existants*, la même utilisation de citations "pour faire joli", sans rapport constructif avec le sujet mais surtout une incapacité notoire à nous donner le moindre indice que tout le bien qu'elle pense d'elle-même possède la moindre vérité. J'allais oublier à ce brillant équipage, la vanité et l'arrogance ébahissante qui va généralement avec.

On a d'ailleurs déjà connu la propension de ce personnage à revenir en modifiant son profil et (temporairement) sa façon d'être. Alors, pourquoi pas ?


* on pourrait même en inférer qu'elle exécute un exercice de style, le pari fou de tous les utiliser.
Les faits ne pénètrent pas dans le monde où vivent nos croyances. Marcel Proust

Gloire à qui n'ayant pas d'idéal sacro-saint
Se borne à ne pas trop emmerder ses voisins ! Georges Brassens

Mon Dieu ! Mon Dieu ! Pourquoi m'as-tu abandonné ? Dieu

Avatar de l’utilisateur
NEMROD34
Messages : 4541
Inscription : 21 mars 2008, 10:45

Re: les perceptions lors des EMI sont-elles des hallucinations ?

#1123

Message par NEMROD34 » 25 mai 2015, 04:17

NEMROD34 S.A.R.L de démolition minutieuse de foutaises.
Siret : 123456789
Capital 3 millions de brouzoufs
Certifié sans chat.

Militant du: " MITCH S'en Fout "= Milite pour Images, Trucs à la Con, Humour, Sur le Forum.

Avatar de l’utilisateur
Pepejul
Messages : 9088
Inscription : 11 déc. 2013, 12:07

Re: les perceptions lors des EMI sont-elles des hallucinations ?

#1124

Message par Pepejul » 25 mai 2015, 04:48

On a retrouvé notre malade mental préféré ?

Ah ah ça va être rigolo !

C'est l'heure du suppo espèce de truffe !
On a tort d'écrire tord ! Le prochain qui fait la faute je le tords !

ressuscitée
Messages : 625
Inscription : 15 mars 2015, 14:29

Re: les perceptions lors des EMI sont-elles des hallucinations ?

#1125

Message par ressuscitée » 25 mai 2015, 06:19

Wooden Ali a écrit :
machtiern a écrit :SI je dis Foudre j'ai gagné?
C'est vrai qu'il y a de très grandes similitudes avec la Trinité tragique Foudre/Sandoo/Dorothy. La même volonté d'en découdre à tout prix, animée par une haine générale du scepticisme, du SdQ et de certains de ses sympathisants en particulier, le même brio à utiliser l'éventail exhaustif des sophismes existants*, la même utilisation de citations "pour faire joli", sans rapport constructif avec le sujet mais surtout une incapacité notoire à nous donner le moindre indice que tout le bien qu'elle pense d'elle-même possède la moindre vérité. J'allais oublier à ce brillant équipage, la vanité et l'arrogance ébahissante qui va généralement avec.

On a d'ailleurs déjà connu la propension de ce personnage à revenir en modifiant son profil et (temporairement) sa façon d'être. Alors, pourquoi pas ?


* on pourrait même en inférer qu'elle exécute un exercice de style, le pari fou de tous les utiliser.
Encore un qui ne sait pas lire !

Contrairement à vous, monsieur, qui attendez des sociologues qu'ils fassent avancer la recherche en neurosciences (j'ai bien lu cette imbécilité crasse dans une de vos interventions), je ne tire pas argument de mon inscription sur ce forum pour me dire "sceptique" ou "scientifique", je le suis depuis toujours.

Et je ne connais aucune des personnes auxquelles vous m'assimilez faussement les unes après les autres.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit