Analyser la mouvance Woke

Politique, histoire, société... et autres sujets sans lien avec le paranormal
Avatar de l’utilisateur
Lambert85
Messages : 6070
Inscription : 23 nov. 2007, 01:48

Re: Analyser la mouvance Woke

#2426

Message par Lambert85 » 10 juin 2022, 02:34

Malheureusement certains ont perdu leur boulot pour avoir osé critiqué ces délires/dérives !
Русский военный корабль, иди нахуй ! 🇺🇦

Avatar de l’utilisateur
uno
Messages : 1777
Inscription : 09 nov. 2011, 07:29

Re: Analyser la mouvance Woke

#2427

Message par uno » 11 juin 2022, 05:53

Magnifique exposition de raisonnement circulaire d'un professeur d'université de la part du commentateur conservateur Matt Walsh.

Extrait du documentaire «What is a Woman»

Traduction française de mon cru de l'extrait clef pour ainsi dire.

Matt Walsh: Qu'est-ce qu'une femme?
Professeur: Pourquoi posez-vous la question?
Matt Walsh: Parce que j'aimerais vraiment le savoir.
Professeur: Qu'elle serait selon vous la réponse?
Matt Walsh: Eh bien je pose la question c'est pour cela que je le demande à un professeur d'université. C'est votre travail.
Professeur: Quelles genres de réponses avez-vous eu jusqu'ici?
Matt Walsh: Vous ne voulez vraiment pas répondre à la question n'est-ce pas?
Professeur: Pour moi c'est en réalité une réponse très simple, [une femme] c'est une personne qui s'identifie en tant que femme.
Matt Walsh: Mais à quoi [ces personnes] s'identifient-elles?
Professeur: Elles s'identifient en tant que femme.
Matt Walsh: Mais qu'est-ce que c'est que cela?
Professeur: En tant que femme.
Matt Walsh: Vous savez ce qu'est une définition circulaire?
Professeur: Bien sûr.
Matt Walsh: C'est ce que vous faites ici quand vous dites une femme est une femme.

Bref on voit bien comment le professeur à foutu tout rationalisme aux chiottes par soumission à l'un des piliers de l'idéologie woke. Aller je le redis une femme est une femelle humaine. Ou comme l'a dit ce gamin de trois ans bien mieux informé qu'un professeur d'université contemporain, dans le film «Un flic à la Maternelle», «Les garçons ils ont un pénis et les filles elles ont un vagin».
Dernière modification par uno le 11 juin 2022, 08:42, modifié 2 fois.

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 8815
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: Analyser la mouvance Woke

#2428

Message par Kraepelin » 11 juin 2022, 07:45

Il y a des vrais personnes qui présentent une dysphorie de genre et qui en souffrent vraiment. La pire conséquence des dérives wokes LGBTQ2+ c'est qu'elles sont tellement débiles et tellement brillantes qu'elles enterrent sous le bruit les appels à l'aide légitimes des ceux qui méritent vraiment d'être entendue.

Même dans les années 80, pendant l'âge d'or "NewAge" de la bêtise zozo, il n'y avait pas autant de conneries dans les universités et les hautes sphères de l'administration.

Tien, un autre beau cas de noyautage des ressources humaines d'un hôpital par des "chevaliers de la vertu" wokes:


Sacrifiées sur l’autel de la vertu

En congé, Julie Duchemin promène son chien, à 13 h 15, lorsqu’elle reçoit un appel de sa cheffe Marie-Ève Brien. « Julie, tu as eu une plainte.

— Moi ? Une plainte ? Voyons donc, ça ne se peut pas !

— Oui, une plainte de racisme.

— Mais ça ne se peut pas, impossible, je ne peux pas avoir une plainte de racisme !

— Te souviens-tu d’un soin qui a mal été ?

— Pas pantoute, non…

— Te souviens-tu d’avoir fait un soin avec une autre infirmière ?

— Oui, je me souviens, avec Sylvie.

— Il ne s’est rien passé ?

— Non, rien. Il ne s’est rien passé. Je ne comprends vraiment pas ce qui se passe…
Dernière modification par Kraepelin le 11 juin 2022, 13:02, modifié 1 fois.
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
uno
Messages : 1777
Inscription : 09 nov. 2011, 07:29

Re: Analyser la mouvance Woke

#2429

Message par uno » 11 juin 2022, 08:54

Kraepelin a écrit : 11 juin 2022, 07:45 Il y a des vrais personnes qui présentent une dysphorie de genre et qui en souffrent vraiment. La pire conséquence des dérives wokes LGBTQ2+ c'est qu'elles qu'elles sont tellement débiles et tellement brillantes qu'elles enterre sous le bruit les appels à l'aide légitimes des ceux qui méritent vraiment d'être entendue.
La dysphorie de genre est une réalité en effet. Le problème étant que ces lobbys veulent qu'on taise une réalité biologique et qu'on se force à mentir pour soit-disant satisfaire aux ressenties de personnes ayant pareille dysphorie de genre.
Kraepelin a écrit : 11 juin 2022, 07:45Tien, un autre beau cas de noyautage des ressources humaines d'un hôpital par des "chevaliers de la vertu" wokes:
Sacrifiées sur l’autel de la vertu
Article très intéressant et illustratif du problème, la communication entre la patiente et l'infirmière n'était pas terrible malgré la bonne volonté de l'infirmière. Un classique cela arrive souvent, la patiente n'est pas à blâmer non-plus, c'est juste que souvent les patients ne sont pas vraiment dans leurs bons jours au vue de leurs maladies, ce qui était le cas ici. Mais donc ironie de l'affaire, l'infirmière dans ces efforts appliquaient ce qu'elle avait appris lors de ses cours de sensibilisation culturelle, or cela semble avoir ajouter davantage de confusion chez la patiente qu'autre chose, démontrant par là la probable valeur de ces cours de sensibilisation. La patiente un peu troublé découvre l'affaire d'une patiente autochtone dont le prénom était le même que le diminutif par laquelle l'appelait l'infirmière. Elle fait un lien malheureux entre ces deux choses lors d'un post sur Facebook et toute une machine politico-judiciaire s'engage aux dépens même de la patiente qui n'a jamais eu l'intention de s'adonner à une accusation aussi péremptoire et nuire ainsi à ces deux infirmières. Le wokisme est un poison qui introduit peurs et suspicions dans les relations humaines de tous les jours, le wokisme contribue à l'atomisation sociale et à la balkanisation, bref à la destruction de ce que certains appellent «le vivre ensemble». Chaque malentendu, ou même chaque mesquinerie peut ainsi être monter en épingle dans des proportions absurdes par ce wokisme ambiant et ses chiens de garde. C'est un poison social je n'ai pas de meilleur terme pour décrire ce phénomène.

Avatar de l’utilisateur
Christian
Messages : 5647
Inscription : 03 sept. 2003, 09:59

Re: Analyser la mouvance Woke

#2430

Message par Christian » 11 juin 2022, 11:34

uno a écrit : 11 juin 2022, 08:54
Kraepelin a écrit : 11 juin 2022, 07:45Tien, un autre beau cas de noyautage des ressources humaines d'un hôpital par des "chevaliers de la vertu" wokes:
Sacrifiées sur l’autel de la vertu
... Mais donc ironie de l'affaire, l'infirmière dans ces efforts appliquaient ce qu'elle avait appris lors de ses cours de sensibilisation culturelle, or cela semble avoir ajouter davantage de confusion chez la patiente qu'autre chose, démontrant par là la probable valeur de ces cours de sensibilisation. ...
Je travaille en recherche dans le milieu de la santé et les formations à la réalité autochtone en ligne, j'en n'ai pas suivi. Notre groupe a préféré faire appel directement à des autochtones pour discuter de leur problèmes et de leur situation[1]. Quand je lis ceci:
Au cours de la formation, la psychologue Sylvie Roy invite les employés à « introduire quelque chose qui crée un rapprochement, une proximité » avec leurs patients autochtones. Elle indique que « les Atikamekw sont toujours prêts à rigoler, à taquiner, à faire une joke. Très efficace ».
Elle raconte que l’utilisation de surnoms est « très habituel chez les Premières Nations », et qu’on nomme les Autochtones différemment « selon la consonance de [leur] nom ».
Les cheveux me dressent sur la tête... Ça me met presque en colère. C'est presque caricatural. Les autochtones, c'est pas des jokes qu'ils veulent, c'est du respect et des soins adaptés à leurs problèmes de santé.

[1] Ne me poser pas de questions sur les détails, je ne suis pas impliqué directement et c'est en démarrage.
« I suppose it is tempting, if the only tool you have is a hammer, to treat everything as if it were a nail. »
« J'imagine qu'il est tentant, si le seul outil que vous avez est un marteau, de traiter tout problème comme si c'était un clou »

Abraham Maslow

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 8815
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: Analyser la mouvance Woke

#2431

Message par Kraepelin » 11 juin 2022, 13:24

Définition

Vertueux woke : Celui qui s’empresse de reconnaître comme vraies, sans les vérifier, des données, des conclusions de recherches, des témoignages pourvus que ces allégations entretiennent son "indignation" woke.

Indignations wokes: réaction émotionnelle de dégoût et de colère qui survient lorsqu'un militant projette hors de lui ses doutes pour confirmer sa vertu, son sentiment intime d’être parmi les bons, les généreux, les solidaires plutôt que du côté des méchants qui exploitent, oppriment ou aliènent des victimes vulnérables (sans que les méfaits dénoncés soient véritables ou simplement fabulés).
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
uno
Messages : 1777
Inscription : 09 nov. 2011, 07:29

Re: Analyser la mouvance Woke

#2432

Message par uno » 15 juin 2022, 09:21

Christian a écrit : 11 juin 2022, 11:34Les cheveux me dressent sur la tête... Ça me met presque en colère. C'est presque caricatural. Les autochtones, c'est pas des jokes qu'ils veulent, c'est du respect et des soins adaptés à leurs problèmes de santé.
En effet, une patiente qu'elle soit autochtone ou pas doit être traité de la même façon sans préjugés relatifs à son appartenance culturel. Ton exemple consistant à inviter des autochtones pour partager des problèmes spécifiques à leur communauté, oui, car cela peut constitué des informations médicales et sociales supplémentaires pouvant aider le personnel soignant. Mais lorsqu'on soigne un patient il ne faut pas oublier qu'on parle d'individus différents les uns des autres non pas de clones représentatifs de communautés culturelles homogènes. Déjà au sein de n'importe quelle communautés comme dit (Québecois, Autochtones, Juifs, Haïtiens, etc, etc....) on a différents profils (extravertis, introvertis, nerveux, taciturnes, pinces sans rire, connards, etc, etc....) et si on doit s'y prendre différemment on s'adapte à tout à chacun en fonction de la manière dont le patient semble répondre et interagir avec soi-même c'est la base.

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 4631
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: Analyser la mouvance Woke

#2433

Message par DictionnairErroné » 15 juin 2022, 09:55

Autopsie d’un dérapage 100% woke. Le cas de Jocelyne Ottawa (Joyce) à l'hôpital de Lanaudière en mars 2021.
:mdr:
En mars 2021, le CISSS de Lanaudière a congédié deux infirmières pour propos racistes envers une patiente atikamekw. La Presse a reconstitué le fil des évènements à partir des témoignages entendus au cours des huit jours d’audiences du Tribunal d’arbitrage chargé d’entendre le grief de Sylvie Bellemare, qui conteste son congédiement.
https://www.lapresse.ca/actualites/chro ... -vertu.php
La connaissance: Un ignorant qui sait qu'il est ignorant est bien moins ignorant qu'un ignorant qui ne sait pas qu'il est ignorant.

Avatar de l’utilisateur
Christian
Messages : 5647
Inscription : 03 sept. 2003, 09:59

Re: Analyser la mouvance Woke

#2434

Message par Christian » 15 juin 2022, 11:24

DictionnairErroné a écrit : 15 juin 2022, 09:55 Autopsie d’un dérapage 100% woke. Le cas de Jocelyne Ottawa (Joyce) à l'hôpital de Lanaudière en mars 2021.
C'est le billet d'Isabelle Hachey que Kraepelin à signaler plus haut.
Faut suivre une peu... ;)
« I suppose it is tempting, if the only tool you have is a hammer, to treat everything as if it were a nail. »
« J'imagine qu'il est tentant, si le seul outil que vous avez est un marteau, de traiter tout problème comme si c'était un clou »

Abraham Maslow

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 4631
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: Analyser la mouvance Woke

#2435

Message par DictionnairErroné » 15 juin 2022, 11:43

Christian a écrit : 15 juin 2022, 11:24 Faut suivre une peu... ;)
Je te retourne la même chose... :mrgreen:
La connaissance: Un ignorant qui sait qu'il est ignorant est bien moins ignorant qu'un ignorant qui ne sait pas qu'il est ignorant.

Avatar de l’utilisateur
LoutredeMer
Messages : 7360
Inscription : 30 juil. 2008, 17:34

Re: Analyser la mouvance Woke

#2436

Message par LoutredeMer » 15 juin 2022, 11:58

DictionnairErroné a écrit : 15 juin 2022, 09:55 Autopsie d’un dérapage 100% woke. Le cas de Jocelyne Ottawa (Joyce) à l'hôpital de Lanaudière en mars 2021.
:mdr:
Réflexion pauvre et basique sur une situation compliquée et répétitive dans les hopitaux (Québec et France en tout cas)...

Développons :
- La situation dépasse largement le wokisme et la racisme puisque c'est un problème récurrent à l'hopital (Québec, France, ...). Il n'y avait pas intention mais profonde bêtise... Ca n'empeche pas dans les deux cas la maltraitance. Donc y-a-il problèmes ponctuels de maltraitance phychologique et/ou physique à l'hopital?

Ce qui amène une réflexion sur les formations en assistance psy, et les personnalités du personnel soignant (infirmières, médecins, réceptionnistes etc).(on peut vous appeler Joyce? :roll: , "chantez-nous Au clair de la lune" lors de soins très douloureux de 50 mn chez une patiente qui a failli être amputée du pied... :roll: Mais quelles sombres cruches!

L'article est une chronique totalement tendancieuse et subjective (c'en est est truffé à commencer par le titre). Peu de factuel mais surtout une complainte d'Isabelle machin en faveur des deux imbéciles d'infirmières.

Jocelyne arrive à pied : pourquoi pas en fauteuil roulant d'hopital poussé par une infirmière?! ...

La pompe ne fonctionne pa. C'est normal ça aussi, dans un hopital?

"« Ne cherchez pas votre téléphone cellulaire, il est tombé, lui dit-elle. Je vais vous le donner quand vous allez être solide sur vos jambes. » " Toujours pas de fauteuil roulant en vue...
Au bout de 30 secondes, Sylvie Bellemare réalise ce qu’elle vient de dire. Et le regrette aussitôt.
Oula, un éclair d'intelligence! 30 secondes quand meme hein...

Ce cas soulève aussi le problème des réseaux sociaux. Montée en épingle de l'histoire, mauvais (ou bons) conseils, mauvaises influences des internautes etc..
Conséquemment, intervient le souci d'isolement de nombreuses personnes comme Jocelyne qui a besoin de se confier (c'est dit aussi, elle est loin de ses proches).
Bref, gros branle-bas et les conséquences (suspension des infirmières) avec pour effets, les regrets de Jocelyne (qui n'avait déjà pas assez à gérer avec son pied et sa douleur)...

Jocelyne n'a vraiment pas de chance... En plus de tout, elle a connu personnellement Joyce et sa fin tragique et donc : "Alors, Jocelyne Ottawa a eu peur. Peur que ça lui arrive, à elle aussi. Elle n’en dormait plus la nuit. "
Donc à l'hopital elle n'a rien dit. Pas de vagues...

Pourtant : "Elle se rappelle que les deux infirmières s’amusaient beaucoup." Comme le :mdr: de qui déjà? ...

Autre point de réflexion : "Les médias s’emparent de l’affaire. "...

Plus d’un an plus tard, Jocelyne Ottawa regrettera profondément cette affaire.
« Je n’ai jamais insinué que j’ai été victime de racisme », dira-t-elle, le 20 avril 2022,
Ben non, nous non plus, on voit de l'irrespect, de la stupidité, des récupérations, de l'isolement etc (tout ce que je viens d'aborder)...
« Ce n’était pas mon intention de faire perdre leur emploi à ces deux infirmières. Je suis vraiment désolée de ce qui est arrivé.
Tu es trop gentille Jocelyne. Tu ferais mieux d'être woke :mrgreen:
Contrit, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, qualifie la situation de « totalement inacceptable ».
"Faussement contrit" je dirais, parce qu'il y a aussi le problème au niveau du système de santé sociale...
Problèmes de sous-effectifs, de mauvaises formations, d'horaires trop chargés, de budgets d'hopitaux, de salaires trop bas, de matériel en panne et non vérifié etc et de maltraitance consécutive (non-intentionnelle) des patients. Ca, j'en ai déjà parlé plus haut.

Ils ont bon dos tes wokes...


Edité 2 fois.
Provax - Antipass - Et Rock'n Roll..
1=1 et 3≠3, Olivier Véran

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 8815
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: Analyser la mouvance Woke

#2437

Message par Kraepelin » 15 juin 2022, 18:42

Un aspect fascinant des dérives de la gauche identitaire est le fait que les idéaux de diversité et d'inclusion ont rapidement été adoptés pas les grandes entreprises traditionnellement très antisyndicales (comme les banques canadiennes 1 ). Pourquoi ont-elles sauté si rapidement dans ce train et pourquoi cette adhésion ne met pas la puce à l'oreille de nos amis wokes?

Dans le cas du "greenwashing", la façade verte permet à des entreprises douteuses de se donner une apparence écologique. Sommes-nous ici devant un cas de "queerwashing" où des entreprises se donnent une apparence progressiste pour masquer un fait bien plus important: elles détournent la richesse produite collectivement pour la mettre entre les mains d'une minorité de profiteurs.

1- Sur google, taper "publicité Banque td" et allez voir sur "images"
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 4631
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: Analyser la mouvance Woke

#2438

Message par DictionnairErroné » 17 juin 2022, 16:51

Un projet de loi important concernant l’intoxication extrême comme défense, par exemple en cas de viol ou tout autre de nature violente. Aujourd'hui un homme peut invoquer l'intoxication extrême dans un cas considéré comme un viol. Libaaaarté!
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/18 ... e-criminel

Ottawa dépose un projet de loi:
Le mois dernier, le plus haut tribunal au pays a tranché que l'article du Code criminel empêchant de plaider l'état d'intoxication extrême, en défendant un accusé de certaines infractions de nature violente, était inconstitutionnel. Le juge Nicholas Kasirer, qui a rédigé la décision de la Cour suprême, a écrit que l'article tel qu'il était conçu viole la Charte canadienne des droits et libertés parce que la décision d'une personne de devenir ivre ne signifie pas qu'elle avait l'intention de commettre une infraction avec violence.
Tout un changement pour tous et toutes. Le projet de loi responsabilisera le fait d'avoir décidé d'être dans un état intoxication extrême sans avoir eu l'intention de commettre une infraction violente.
Le projet de loi mentionne que les tribunaux devront prendre en compte la prévisibilité objective du risque que la consommation des substances intoxicantes puisse provoquer une intoxication extrême et amener la personne à causer un préjudice à autrui, de même que ce que la personne a fait afin d'éviter ce risque. Il a aussi ajouté que cela fait en sorte qu'un accusé pourrait être déclaré coupable sans que la poursuite ait eu à démontrer qu'il avait l'intention de commettre l'infraction à laquelle il fait face.
La connaissance: Un ignorant qui sait qu'il est ignorant est bien moins ignorant qu'un ignorant qui ne sait pas qu'il est ignorant.

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 8815
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: Analyser la mouvance Woke

#2439

Message par Kraepelin » 18 juin 2022, 04:27

DictionnairErroné a écrit : 17 juin 2022, 16:51 Un projet de loi important concernant l’intoxication extrême comme défense, par exemple en cas de viol ou tout autre de nature violente. Aujourd'hui
Un gars qui bois ou qui se drogue le fait dans le but de se désinhiber. Si après avoir but il est assez désinhibé pour commettre un crime ou faire des bêtises qu'il regrette le lendemain, à mon avis, il est responsable de ses actes.

Par contre, ce principe est également vrai pour les filles. Une fille qui bois ou qui se drogue le fait dans le but de se désinhiber. Si après avoir but elle est assez désinhibé pour commettre des actes qu'elle regrette le lendemain, à mon avis, elle est responsable de ses actes.
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
richard
Messages : 8491
Inscription : 30 juil. 2008, 08:20

Re: Analyser la mouvance Woke

#2440

Message par richard » 18 juin 2022, 05:26

Ce n’est pas pour rien que Dieu a crée l’alcool.
:hello: A+

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 4631
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: Analyser la mouvance Woke

#2441

Message par DictionnairErroné » 18 juin 2022, 06:36

Kraepelin a écrit : 18 juin 2022, 04:27 Par contre, ce principe est également vrai pour les filles. Une fille qui bois ou qui se drogue le fait dans le but de se désinhiber. Si après avoir but elle est assez désinhibé pour commettre des actes qu'elle regrette le lendemain, à mon avis, elle est responsable de ses actes.
Pour le moment, je dirais que ce projet de loi est à sens unique et ne s'appliquerait pas au "regret" du lendemain de veille, si la tendance se maintient. ;)
La connaissance: Un ignorant qui sait qu'il est ignorant est bien moins ignorant qu'un ignorant qui ne sait pas qu'il est ignorant.

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 8815
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: Analyser la mouvance Woke

#2442

Message par Kraepelin » 20 juin 2022, 09:50

Les wokes, toujours l'unité de choc de la guerre pour l'assimilation des francophones.

Nos amis français ne connaissaient peut-être pas le festivale annuel "Les FrancoFolies de Montréal" une séries de spectacles et une grande qui célèbre la chanson francophone. Dans une piscine anglophone comme l'Amérique, c'est comme un petit drapeau ukrainien sur la mairie d'un village du donbass. Preuve additionnelle de la grande machine à assimilation roule à fond, nous apprenions il y 3 jours que les employés se plaignent de devoir y travailler «en anglais». Oui, madame! Rien de moins.

Je vous fait grâce du concert de commentaires hypocrites des politiciens qui ne se découvrent la vocation de protecteur du français que lors de scandales circonstanciers.

Le fait illustratif dans ce scandale est l'alibi du groupe spectra (organisateur du festivale) pour justifier qu'il n'adresse certaines notes uniquement en anglais et oblige tous les mondes à faire les réunion en anglais. Et quel est-il cet alibi: «l’Équipe Spectra, selon lesquelles l'entreprise valorise le français, mais respecte aussi la diversité et l'inclusion.»
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 4631
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: Analyser la mouvance Woke

#2443

Message par DictionnairErroné » 20 juin 2022, 14:53

Kraepelin a écrit : 20 juin 2022, 09:50 Le fait illustratif dans ce scandale est l'alibi du groupe spectra (organisateur du festivale) pour justifier qu'il n'adresse certaines notes uniquement en anglais et oblige tous les mondes à faire les réunion en anglais. Et quel est-il cet alibi: «l’Équipe Spectra, selon lesquelles l'entreprise valorise le français, mais respecte aussi la diversité et l'inclusion.»
La bonne vieille époque où un anglo était assis à la table de cantine, tout le monde parlait en anglais, même entre-nous franco pour qu'il comprenne pauvre lui, même si ça faisant 30 ans qu'il travaillait avec la forte majorité franco. Comme nous étions gentils et comprenions la diversité à cette époque.
La connaissance: Un ignorant qui sait qu'il est ignorant est bien moins ignorant qu'un ignorant qui ne sait pas qu'il est ignorant.

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 8815
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: Analyser la mouvance Woke

#2444

Message par Kraepelin » 22 juin 2022, 14:25

J'étais malade. Je suis passé à côté de ça

Conversation avec Yves Gingras
C’est fait. La très attendue Loi sur la liberté académique dans le milieu universitaire a été adoptée par l’Assemblée nationale le 3 juin dernier. Cette loi, qui fait suite au rapport de la commission Cloutier, définit la liberté universitaire et s’assure que les universités se doteront d’une politique par laquelle celle-ci sera reconnue, promue et protégée.

J’ai souhaité en parler avec Yves Gingras, professeur à l’UQAM et membre de la commission Cloutier, dont je me sens proche sur toutes ces questions.

Sur la loi et les débats qu’elle a suscités
La première recommandation du rapport au gouvernement était « de faire adopter une loi énonçant la mission de l’université ainsi que les conditions de son accomplissement et définissant la liberté universitaire et ses bénéficiaires ». Yves Gingras est-il satisfait de ce que propose et impose la nouvelle loi ? Il l’est.

La loi, dit-il, définit, et c’est la première fois qu’elle le fait, « la mission de l’université et rappelle que deux conditions sont nécessaires pour la réaliser : l’autonomie des institutions et la liberté universitaire des enseignants ».

Je lui rappelle que la loi a pourtant suscité des critiques et des réactions négatives. Certaines étaient-elles légitimes, selon lui ?

Yves Gingras pense que si « la première version du projet de loi était critiquable par certaines de ses formulations, la version amendée ne pose plus de problèmes, même si on aurait pu, comme le demandait le rapport Cloutier, inclure le fait de prendre fait et cause pour un professeur attaqué dans l’exercice de ses fonctions, c’est-à-dire pour des interventions publiques justifiées et argumentées de manière rationnelle ».

Il ajoute qu’il revient aussi aux syndicats de négocier des conventions collectives qui incluent cela et souligne qu’aucun député n’a voté contre la loi, ce qui témoigne d’un fort consensus à son sujet. (Rappelons que les huit députés de Québec solidaire présents se sont quant à eux abstenus de voter.)

Un cas de panique morale ?
Certains ont soutenu qu’avec ce débat sur la liberté universitaire, on est devant un cas de « panique morale ». Je ne suis pas d’accord avec eux. D’autant que le rapport Cloutier comprenait une annexe recensant des événements récents impliquant la liberté universitaire au Québec, annexe dont on peut penser qu’elle invalide cette hypothèse. Est-ce aussi son avis ?

Yves Gingras répond que ces critiques ne sont pas fondées. Elles relèvent selon lui d’une volonté de « minimiser les faits, d’imputer des motifs cachés ou de faire de la psycho pop ».

La notion de panique morale, poursuit-il, « fonctionne ici non pas comme un concept neutre et symétrique dans son application, mais comme une tautologie : devient “panique” tout ce avec quoi on est en désaccord. C’est une forme de pathologisation du débat et non pas d’argumentation. Quant au nombre de cas, j’ai toujours considéré que, quand un problème est repéré, il ne faut pas attendre la multiplication des cas pour intervenir. Dire “c’est marginal” est typique de cette rhétorique répétée souvent par certains recteurs ».

La responsabilité des universités

Certains soutiennent que les universités ont une part de responsabilité dans le fait que l’État ait dû intervenir par une loi dans ce dossier. Qu’en pense M. Gingras ?

Sa réponse est sans ambiguïté. « Il est parfaitement clair que si les universités avaient réellement compris l’importance de défendre et de promouvoir la liberté universitaire en pratique, et non pas par de simples “déclarations”, elles n’auraient pas chaque fois pris le parti des demandes étudiantes incompatibles avec cette liberté d’enseignement, de recherche et de création. »

Qu’auraient-elles pu et dû faire ?

Selon lui, elles auraient dû expliquer aux personnes qui se plaignaient ce qu’est une université, que c’est par excellence le lieu de débats argumentés sur tous les sujets. En lieu et place, déplore-t-il, les cas répertoriés montrent une tendance à vouloir ne pas faire de vagues, à « flatter les étudiants dans le sens du poil et à dire aux profs de se taire, de s’adapter, quand ils ne sont pas sommés de s’expliquer comme s’ils étaient déjà coupables ».

Justement. Certains, et j’en suis, voient aussi de sérieuses menaces à la liberté universitaire dans une certaine domination idéologique s’apparentant dans les pires des cas à de la propagande ou à de l’endoctrinement. Devrait-on prendre ces menaces au sérieux, selon lui ?

Yves Gingras rappelle que la défense de la liberté universitaire doit s’exercer devant toutes les tentatives de censure, « qu’elles viennent de l’État, des religions, de l’industrie ou des groupes de pression idéologique de toute nature ».

Un exemple concret de ces pressions idéologiques ?

Il rappelle cette tendance récente à « demander aux chercheurs de dire ce qu’ils vont faire pour faire avancer la cause EDI [équité, diversité, inclusion] ou aux étudiants comment ils s’impliquent socialement ». Tout cela, dit-il, « va à l’encontre de la liberté à l’université et contrevient même à la Charte des droits et libertés, qui ne défend pas seulement le droit de s’exprimer sur un sujet, mais aussi celui de ne pas s’exprimer sur un sujet. Un chercheur a le droit de limiter son travail à la recherche des exoplanètes sans avoir à donner son opinion sur les sujets moralement à la mode ».

Pour finir, j’ai voulu savoir ce qui l’avait amené à accepter de faire partie de cette commission — ce n’est pas chose si courante pour un universitaire.

« J’ai pour principe que, comme professeur, j’ai une certaine expertise, répond-il. Que ma formation et mon salaire ont essentiellement été payés par des deniers publics et que j’ai une sorte d’obligation de ne pas refuser sans bonnes raisons une demande légitime d’un gouvernement élu. »
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

jean7
Messages : 4241
Inscription : 05 mai 2015, 10:54

Re: Analyser la mouvance Woke

#2445

Message par jean7 » 22 juin 2022, 18:54

Ben voilà de l'action concrète qui devrais te rassurer, non ?
:a4:
(bon rétablissement)
Le libre arbitre est à la causalité ce que le corps est à la physique

Avatar de l’utilisateur
Kraepelin
Quackwatch
Quackwatch
Messages : 8815
Inscription : 06 nov. 2003, 11:14

Re: Analyser la mouvance Woke

#2446

Message par Kraepelin » 23 juin 2022, 06:14

jean7 a écrit : 22 juin 2022, 18:54 Ben voilà de l'action concrète qui devrais te rassurer, non ?
:a4:
(bon rétablissement)
Hummm

Merci pour le souhait de santé, bravo pour la loi, mais il va m'en falloir plus pour me rassurer.

La Fédération des Initiatives pour le Développement de l'Esprit critique et du Scepticisme Scientifique (FIDESS) est noyauté par les wokes. Tellement, que l'Association des Sceptiques du Québec, dont relève théoriquement le présent forum, s'est fait expulser parce que notre revue a publié des articles sur la "dysphorie de genre" qui n'ont pas plus aux "justice sociale warriors" qui tirent les ficelles.

Les accusations sont loufoques et cette fédération, assez jeune (2021), ne se fera pas une crédibilité en adoptant une politique de cancel culture. Par ailleurs, si nous ne nous étions pas fait expulser, nous serions probablement parti de notre propre chef pcq le nouveau conseil d'administration des Sceptiques du Québec est allergique aux wokes et a même redéfinie cette année sa mission en l'élargissant à la critique des dérives idéologiques qui accablent le milieu scientifique.
« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » George Orwell

Avatar de l’utilisateur
LoutredeMer
Messages : 7360
Inscription : 30 juil. 2008, 17:34

Re: Analyser la mouvance Woke

#2447

Message par LoutredeMer » 23 juin 2022, 07:25

Kraepelin a écrit : 23 juin 2022, 06:14 La Fédération des Initiatives pour le Développement de l'Esprit critique et du Scepticisme Scientifique (FIDESS) est noyauté par les wokes. Tellement, que l'Association des Sceptiques du Québec, dont relève théoriquement le présent forum, s'est fait expulser parce que notre revue a publié des articles sur la "dysphorie de genre" qui n'ont pas plus aux "justice sociale warriors" qui tirent les ficelles.
Moi, je peux les comprendre. J'ai découvert assez récemment (parution de 2019, où j'avais l'esprit ailleurs) cette rubrique sur le site des SDQ :
https://www.sceptiques.qc.ca/ressources ... highlight1

Sexologie et politique victimaire


Par Michel Belley *
Je suis complètement en accord avec l’analyse de Yves Boivert, que j’aimerais pousser plus loin, en montrant comment Mme Bergeron, sous couvert de la science, fait la promotion d’un féminisme victimaire.
[...]
ce qui m'a fortement déçue...

Bien que (on le savait déjà) le rapport ESSIMU [Enquête Sexualité, Sécurité et Interactions en Milieu Universitaire]) ait valu à la sexologue Manon Bergeron le titre de « scientifique de l’année » décerné par Radio-Canada.


Alors, si la Fédération des Initiatives pour le Développement de l'Esprit critique et du Scepticisme Scientifique (FIDESS) est "noyauté par les wokes" (sic Kraepelin), on peut aussi se demander si les SDQ sont "noyautés par les lubies et les phobies de Kraepelin"...
Provax - Antipass - Et Rock'n Roll..
1=1 et 3≠3, Olivier Véran

Avatar de l’utilisateur
spin-up
Modérateur
Modérateur
Messages : 5899
Inscription : 23 févr. 2012, 06:01

Re: Analyser la mouvance Woke

#2448

Message par spin-up » 23 juin 2022, 10:47

Kraepelin a écrit : 23 juin 2022, 06:14Tellement, que l'Association des Sceptiques du Québec, dont relève théoriquement le présent forum, s'est fait expulser parce que notre revue a publié des articles sur la "dysphorie de genre" qui n'ont pas plus aux "justice sociale warriors" qui tirent les ficelles.
Mouais.
je ne connais pas la FIDESS ni ses wokes noyauteurs (a part un, inscrit ici, qui en effet semble franchement vindicatif) mais l'association des SdQ a déja commis de sérieux dérapages concernant l'esprit critique.

Parmi leurs fait d'armes, la fameuse conférence créationniste de Robichaud ou la conférence très douteuse de Paul Héroux sur les ondes electromagnétiques. Pour ce qui est de la lutte contre la désinformation, on repassera...
J'ai aussi découvert recemment la présence de Charles Danten (un banni du forum, troll imparlable très ouvertement raciste et d'extreme droite) à la redaction du Québec Sceptique.

Par ailleurs, je n'ai pas lu l'article en question sur la dysphorie de genre, mais je sais que son auteur n'a pas de compétence particulière pour en parler.
Je constate aussi que l'asso des SdQ s'est très fortement politisée dans les thèmes qu'elle traite. Les sujets sociétaux y etaient minoritaires, ils occupent maintenant une grande partie de l'espace, et souvent ne sont pas traités par des personnes compétentes.

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 4631
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: Analyser la mouvance Woke

#2449

Message par DictionnairErroné » 23 juin 2022, 11:36

Kraepelin a écrit : 22 juin 2022, 14:25 Conversation avec Yves Gingras
C’est fait. La très attendue Loi sur la liberté académique dans le milieu universitaire a été adoptée par l’Assemblée nationale le 3 juin dernier. Cette loi, qui fait suite au rapport de la commission Cloutier, définit la liberté universitaire et s’assure que les universités se doteront d’une politique par laquelle celle-ci sera reconnue, promue et protégée.
J'ai hâte de voir l'effet sur le terrain. Une problématique pourrait bien survenir puisque ce sont toujours les universités qui devront s'ajuster, les syndicats doivent inclure des articles dans leurs conventions collectives, en faire la promotion dans leurs rangs et aux étudiants. Nous verrons... du moins, c'est une belle initiative.
La connaissance: Un ignorant qui sait qu'il est ignorant est bien moins ignorant qu'un ignorant qui ne sait pas qu'il est ignorant.

Avatar de l’utilisateur
DictionnairErroné
Messages : 4631
Inscription : 15 mai 2019, 13:25

Re: Analyser la mouvance Woke

#2450

Message par DictionnairErroné » 23 juin 2022, 11:42

LoutredeMer a écrit : 23 juin 2022, 07:25 Par Michel Belley *
Je suis complètement en accord avec l’analyse de Yves Boivert, que j’aimerais pousser plus loin, en montrant comment Mme Bergeron, sous couvert de la science, fait la promotion d’un féminisme victimaire.
[...]
Nous pouvons critiquer les articles d'un magazine, c'est tout à fait normal. Ils arrivent des dérives, pourquoi pas et c'est bien de les signaler, d'en discuter. Évidemment la culture woke ne se prête pas à la discussion, c'est très dogmatique même en scepticisme. Il n'y a qu'une attitude à avoir et c'est, bannissons, bannissons, bannissons... tout!
La connaissance: Un ignorant qui sait qu'il est ignorant est bien moins ignorant qu'un ignorant qui ne sait pas qu'il est ignorant.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit