Art et illusion

Littérature, Cinéma, Musique, ...
Répondre
Avatar de l’utilisateur
Corwin
Messages : 515
Inscription : 03 déc. 2013, 18:58

Art et illusion

#1

Message par Corwin » 13 oct. 2015, 14:28

Puisque, parait-il, la fin du monde est proche… pourquoi ne pas cesser de s'écharper sur des sujets qui de toutes façons disparaîtront bientôt pour toujours de l'actualité.

On pourrait plutôt se faire plaisir, en attendant…

Dans une seule enfilade, à partir d'une simple petite question, on est arrivé à aborder les thèmes aussi divers que l'humour, la presse, la censure, la publicité, la consommation, la pollution, l'humanitaire, la philosophie, l'athéisme, le fanatisme, le terrorisme, le blasphème, les religions (quasiment toutes) l’extrême droite, le totalitarisme, l'esclavage, la colonisation, le racisme, l'antisémitisme, le nazisme, la Shoah, la xénophobie, la pornographie, la pédophilie, internet, Hollywood, le World Trade Center… Et ce dès les huit premières pages.

On est passé de la Tunisie à l’Égypte, la Syrie, l'Irak, l'Iran, l'Inde, la Birmanie, la Chine, le Japon, la Russie, la France, l'Italie, la Côte d'Ivoire,…

On a parlé de Cavanna, Cabu, Val, Plantu, Dieudonné, Soral, Bolloré, Sarkozy, Le Pen, Thatcher, Lady Diana, Céline Dion, Brassens, Hannah Arendt, Stanley Milgram, Martin Luther King, Jésus, Mohammed, César, Napoléon, Batman, les Guignols…

Et on y a traité du dessin de presse, et de l’héroïsme.
Ainsi que, plusieurs fois, de l'art, et de la peinture.

Alors, justement…


« L'art est un mensonge » disait Picasso « qui nous fait comprendre la vérité. »¹

Illusion et mensonge, en effet, sont les cibles privilégiées du scepticisme. Qui se retrouve ainsi cerné de toutes parts, car il se méfie tout autant de la vérité.

Sauf lorsqu'il s'agit d'art.
Les œuvres de l'esprit, en effet, sont les consolations au désenchantement du rationaliste.
Celui-ci en accepte les artifices et les tromperies, avec reconnaissance même, en réclamant souvent davantage.

A la condition, toutefois, que ces vagabondages de la pensée ne prétendent pas nous manipuler plus que de raison.
Ce risque, d'ailleurs, ne semblerait guère apparemment concerner la peinture.
Personne ne pense en effet que Dali, par exemple, peignait pour nous convaincre de la réalité de ses délires.
(même s'il lui est arrivé de penser vraiment que des chouettes se tenaient perchées sur la tête de ses amis).


Image
Trois dessins signés et datés des années cinquante, authentifiés comme étant de Dali après sa mort (agrandir)


Mais l'art, pour autant, n'est pas intangible. Il est fait d'objets, lesquelles expriment, témoignent, influencent, agissent. Mensonge et illusion, alors, peuvent ne plus se contenter d'agrémenter nos dérives contemplatives et nos rêveries éveillées. Ils sortent des œuvres, et alimentent l'Histoire.

Laquelle commence souvent par un petit "h".

Ainsi, Un beau jour, des marchands d'art fort connus avaient-ils des doutes sur l'authenticité d'une aquarelle, qu'un courtier attribuait à Chagall. Ils convièrent alors Ida Chagall, la fille du peintre. « Elle est authentique » déclara-t-elle « J'ai vu mon père la faire. » Les galeristes firent donc l'acquisition, satisfaits.²


Image
Trois tableaux authentifiés comme Chagall posthumes (agrandir)


Satisfaits… mais pas autant que le vendeur. Un beau chèque en poche, il était même particulièrement réjouit. Il savait bien, en effet, que personne n'avait vu peindre cette aquarelle. Car il l'avait faite lui-même, dans le secret de son atelier. Cette peinture, en revanche, il aurait pu le certifier, était vraiment unique : il ne copiait jamais en effet une œuvre existante.

Ce faux courtier, vrai peintre, authentique génie, mais légèrement usurpateur, vous en avez sans doute entendu parler. Guy Ribes, en effet, a défrayé la chronique au début de la décennie, à l'occasion de son procès.

Particularité de ce roi des faussaires : ne produire que des tableaux nouveaux, et être ainsi capable d'ajouter des pièces à la collection d'à peu près n'importe quel artiste : Picasso, Renoir, Van Gogh, Utrillo, Fragonard, Ernst, Dali, Matisse, Modigliani, Léger… toutes ces gloires trop tôt arrachées à notre admiration, et bien d'autres, ont ainsi le bonheur, du haut de leurs cieux de cæruleum, de contempler leurs signatures sur des réalisations qu'ils n'avaient jamais imaginées.


Image
Picabia, Van Dongen, Pisarro, Atlan, Dufy, Braque, Laurencin, etc., ainsi, bien sûr, que les Dali et Chagall présentés
plus haut. Démonstration d'un génie polymorphe. Des années d'expertises scientifiques longues et coûteuses auraient été
nécessaires pour apporter la preuve des contrefaçons. Afin de bénéficier de l'indulgence du tribunal, Guy Ribes a donc
reconnu la paternité de 382 œuvres saisies (pour agrandir : cliquez ici, puis sur l'image).


Guy Ribes ne copie donc pas. Il imite.
C'est du moins ce que nous dirions.
Mais pas lui :

« Je me mettais dans la peau de l'artiste. Lorsque je peignais un Picasso, j'étais Picasso. Lorsque je peignais un Chagall, je pensais comme Chagall. Pour retrouver l'émotion, reproduire leurs gestes, j'en ai bousillé, des pinceaux ! »³ « Quand j'y arrivais, c'était magique ! »²

La magie existerait-elle donc dans le monde de l'art ? Ce monde, il faut bien le dire, a quand même beaucoup aidé notre illusionniste. Jamais, en effet, il n'aurait persévéré dans cette vaste entreprise d'enrichissement du patrimoine culturel de l'humanité, si tous ses tableaux n'avaient été authentifiés par les meilleurs experts.

Mais tout a une fin. Dénonciation, arrestation, saisie …
Près de 400 de ces œuvres ainsi contrefaites ont été montrées à son procès.

Mais… « ce n'est que le sommet de l'iceberg » avoue-t-il. Après quarante ans d'activité², en effet, il reconnaît une production de plusieurs centaines de pièces, dont beaucoup ornent toujours musées et collections privées à travers le monde. Et qui y resteront sans doute à jamais. Il en voit d'ailleurs passer régulièrement dans les catalogues. Certains spécialistes évaluent même le nombre de ces faux, devenus définitivement vrais, en milliers (vidéo 1 et notes ⁴-⁵).

« Il m'est arrivé que la police me demande de reconnaître certains trucs… Mais bon… moi, la police, hein… c'est pas mes copains. j'ai rien contre, ils font leur boulot, mais moi je fais le mien aussi » (vidéo 2)


Image
De gauche à droite et de haut en bas : faux Léger (cinq), Vlaminck, Lebasque, Bonnard, Degas, Gris
Vlaminck, Matisse, Foujita (deux). Un autre aperçu des capacités du plus grand mime de la toile (de lin)
(pour agrandir : cliquez ici puis sur l'image).


Finalement, tout ça c'est parce que notre bonne boule de Guy – mais n'évoquez pas trop son embonpoint – n'aime pas décevoir (cf. radio-reportage). Il faut dire que lorsqu'on a réussi à acquérir pour juste un petit million d'euros un dessin de Picasso miraculeusement exhumé de la période cubiste, on n'a pas forcément envie quelques années plus tard de savoir qu'il avait été en fait griffonné deux jours avant la vente, en quelques minutes, sur un coin de table de cuisine, par un inconnu, qui ne deviendra illustre que comme faussaire.

Cependant, nous affirme notre chevalier des arts et lettres anonymes « … ces faux n'ont pas trahi les artistes ; au contraire, ils les respectaient. Et le collectionneur, lui, n'était pas volé : il possédait une œuvre qui lui plaisait, avec son certificat. Tout le monde était content. »³

Après tout, les mécènes de la Renaissance ou du Grand Siècle, lorsqu’ils commandaient un tableau, ne se souciaient guère que l'œuvre eût été exécutée par le maître en personne ou l'un ou l'autre de ses élèves, ni même qu'elle fût copiée d'un autre artiste. L'ouvrage valait par sa qualité, la cession par le maître en était la garantie, et la signature, éventuelle, simplement le point final.

The Da Vinci mode
Show
Image
La Joconde - l'authentique, et une copie anonyme d'avant 1750


la Joconde, par exemple, est attribuée sans conteste à Léonard de Vinci grâce aux documents d'époque attestant de sa conception, et retraçant son histoire jusqu'à nos jours. Les œuvres parfaitement identifiée fournissent ainsi des éléments permettant l'expertise d'autres œuvres. Mais cela ne suffit pas toujours pour établir avec certitude la paternité de chaque découverte picturale.

Ainsi, nous savons que parmi les autres nobles dames ayant eu les honneurs de l'atelier du génie de la Renaissance, se trouve une certaine Duchesse de Mantoue, dont le portrait est également exposé aujourd'hui au musée du Louvre. Rebaptisée pour toujours (suite à une erreur) « La Belle Ferronnière », la peinture ne peut cependant pas être certifiée comme étant vraiment du maître en personne.



Image
La Belle Ferronnière
A gauche : huile sur panneau (62 x 44cm), attribué à Léonard De Vinci ou à l'un de ses élèves (entre 1490 et 1496).
A droite : copie tardive sur toile (55 x 43,5 cm) d'un auteur inconnu, probablement d'avant 1750 (agrandir).


Cela n'a pas empêché le tableau de faire l'objet de plusieurs copies, dont la plus célèbre, reproduite ci-dessus, fut bradée en 2010 chez Sotheby's pour la modique somme de 1,53 million de dollars.⁶ Une paille, comparé à ce qu'elle vaudrait si, comme on le pensait d'ailleurs à son arrivée aux USA, elle avait été authentifiée sans réserve comme étant de de Vinci.

En 2005, par exemple, un Christ « Sauveur du monde », acheté une cinquantaine de dollars, se révéla une fois décapé être une œuvre de la main même du maître. En 2011 sa valeur était estimée à 160 millions de dollars. En 2013 le tableau a été vendu pour seulement 127,5 millions à un riche amateur. Mais il fit arrêter peu après l’intermédiaire, qui avait empoché 50 millions au passage (en plus de sa commission d'agent).⁷

Ah ! c'est pas facile, la vie de riche…



Image
Salvator Mundi, avant-après - Huile sur panneau (65,6 x 45,4 cm) considéré comme un authentique de Vinci

Finalement Guy Ribes n'est rien d'autre que le fervent disciple posthume de tous ces génies.
D'ailleurs, devant la cour, Gilles Perrault, l'expert artistique à son procès, a déclaré : « Si Picasso était vivant, il l'embaucherait. »


Image
Quatre Picasso * - À l'âge de 12 ans, Picasso peignait comme Velasquez, mais il fallut lui toute sa vie, écrivit-il, pour
apprendre à peindre comme un enfant. Quelques semaines cependant suffirent à Guy Ribes pour manier le pinceau comme
le maître. Il faut reconnaître qu'il est plus facile d'atteindre son but en suivant une voie toute tracée. Mais, ce faisant,
on n'arrive jamais le premier (*) Vrais ou faux ? Réponse : ƨɘɿƗuɒ ƨɘI ɘmmoɔ (agrandir)


Notre brillant apprenti, en tout cas, avait réussi non seulement à capter la sensibilité de Picasso, mais aussi à intégrer sa philosophie, que le grand homme exprimait par ces mots : « L'artiste doit connaître le moyen de convaincre les autres de la véracité de ses mensonges. »¹

Le disciple s'est donc bien montré digne, sur tous les plans, du maître.
Mais que voulez-vous, le mérite n'est pas toujours récompensé.

« Je me doutais que le système exploserait. Mais je n'arrivais pas à abandonner. J'étais trop habitué à l'argent. (…) Quand ils m'ont arrêté, j'étais presque soulagé. Parce que j'en avais marre de ces escrocs. Avec eux, il n'y avait plus rien de magique. Et je ne savais plus qui j'étais. (…) J'ai vécu comme un roi pendant trente ans. Et j'ai réalisé des œuvres que je considère comme de l'art. Mais la chute a été rude. »³

Condamné en 2011 à trois ans de prison, dont deux avec sursis, notre homme doit se résigner désormais à vivre… de sa peinture.

Mais pas seulement la sienne.
Si vous avez vu le film Renoir de Gilles Bourdos, ce sont des toiles réalisées spécialement pour le film par Guy Ribes que vous avez pu admirer, et ses mains que l'on voit manipuler les pinceaux.


Image


Si vous insistez vraiment, il acceptera peut-être même de composer spécialement pour vous une œuvre absolument originale d'un peintre de renom. Mais ornée, à présent, de sa propre signature.

Heureusement, me direz-vous, que Guy Ribes, lui, n'a pas eu de disciples.

Des disciples non.
Mais des émules…

Le (Wolf) gang des faussaires
Show
L'année même où les juges statuaient sur son sort, en effet, un autre philanthrope incompris était condamné à six ans de prison : Wolfgang Beltracchi.

Ce peintre allemand avait entrepris de réparer en quelque sorte les torts de son pays, en ressuscitant les toiles disparues du fait des exactions nazi. Il avait commencé par recréer des tableaux d'après photos, puis continua sur la base de simples descriptions, pour en venir ensuite à des pièces simplement connues par un nom, un numéro d'inventaire, ou seulement comme projet. Finalement, il en arriva à réaliser des œuvres qui n'avaient jamais existé même dans l'esprit des maîtres.

En rétribution de sa bonne volonté, il ne demandait quasiment rien : juste de quoi subsister, ici ou là, dans divers palaces à travers le monde, acquérir une maison de maître en Forêt-Noire, une superbe villa dans l'Hérault, un appartement en Andorre, rouler en Jaguar, et entretenir un yacht.



Image


Mais vous connaissez les gens. Vous aurez beau vous dévouer corps et âme à la meilleure des causes, il y aura toujours des ingrats, des jamais contents…
Ainsi, certains collectionneurs estimèrent-ils que les quelques millions qu'ils avaient déboursés pour une toile, justifiaient d'exiger que celle-ci fût constituée de matériaux ayant existé à l'époque alléguée de sa réalisation.

Faut-il être matérialiste, tout de même.
C'est comme ça qu'on étouffe une splendide vocation.
Celle-ci n'eut donc pour s'exprimer que tout juste une petite trentaine d'années, à peine le temps d'honorer la mémoire d'une petite cinquantaine d'artistes, en faisant malgré tout « l'admiration des collectionneurs, des maisons de ventes aux enchères et, surtout, des plus grands experts ».⁹

Ce coût d'arrêt aux activités de ces créateurs prodigues et imaginatifs a-t-il du moins mis un terme, pour quelque temps, à la prolifération des faux ?

Pas sûr : « un nouveau scandale de faux tableaux, de dimension bien plus importante encore que l'affaire Beltracchi, a éclaté en juin en Allemagne, impliquant cette fois des œuvres de l'avant-garde russe – plusieurs centaines de toiles et aquarelles de Kandinsky, Gontcharova, Malevitch…, tous honnis par Staline. Comme si l'affaire Beltracchi n'avait pas eu le moindre effet. » écrit Lorraine Rossignol, dans son article sur le Wolfgang des faussaires.⁹


Image
Mon gamin pourrait en faire autant, entend-on souvent. C'est peut-être ce qui a encouragé
le jeune Guy Ribes. Mais pour signer Dali ou Mirò, il vaut mieux savoir déjà un peu écrire.


Au moins, cela devrait sans doute freiner chez les nouveaux fortunés l’enthousiasme à investir dans l'art.

Pas sûr : « Le problème, c'est que presque tous les chefs-d'œuvre sont aujourd'hui dans les musées, et qu'il n'y a plus tant de tableaux de maîtres à découvrir, tandis que le nombre de riches amateurs qui veulent investir leur argent dans l'art, lui, ne tarit pas », explique Tobias Timm, journaliste allemand spécialisé.⁹

En effet, sur le marché de l'art, les records ne cessent d'être battus, et atteignent même des « chiffres vertigineux ».10-11

Image
Indice global des prix du marché de l'art depuis 2004. On note un pic
précisément à l'époque où Ribes et Beltracchi furent condamnés
(source Artprice - pour agrandir cliquez ici)


Puisque les amateurs dépensent sans compter, les faussaires se dépensent sans compter.
Normal. Et puis, quand on aime, on ne compte pas
(sauf les années de prison, peut-être, mais quand on n'en fait que deux sur les six prononcées).⁹

Mais être acheteur d'art ne signifie pas que l'on s'y connaît.
Heureusement, il y a les spécialistes.
À qui on ne la fait pas : « ce sur quoi tout le monde s'accorde désormais : au fond, Beltracchi ne peignait pas si bien que cela… » avoue l'experte Aya Soika.
Qu'est-ce que cela aurait été s'il avait peint si bien que ça…⁹

Ceux qui ont peur pour leurs placements peuvent donc se rassurer : s'ils se font avoir, ils ne retrouverons sans doute pas leurs millions, mais les escrocs seront implacablement dénigrés.

Ah ! Évidemment, c'est dur ! Mais la société se doit d'être impitoyable !


Image
Nu - Lithographie, une œuvre cette fois
absolument indiscutable de Guy Ribes (agrandir)


Enfin ça, c'est en Allemagne.
Parce qu'en France, selon Remi Douat, producteur à France Culture et auteur d'un reportage sur Guy Ribes pour France Inter, les toiles portant la signature de notre caméléon des palettes s'arracheraient à présent comme des petits pains.² Vous en trouverez cependant sur internet, ici ou , de très abordables.

Mais peut-être vous demandez-vous ce que deviennent toutes ces magnifiques toiles de vrais maîtres contrefacteurs. C'est que même reconnues fausses, elles peuvent susciter pas mal de convoitises. Au procès de Guy Ribes, par exemple, tandis que l'on présentait les œuvres saisies, les magistrats se plaisaient à évoquer entre eux leur rêve d'en acquérir.¹³

D'ailleurs, tout le monde ne déboulonne pas non plus Beltracchi. Un américain qui avait amené comme preuve à son procès un Marx Ernst qu'il avait payé 7 millions de dollars avant qu'il soit reconnu faux, a ramené le tableau aux USA, le considérant toujours comme l'un de plus beau Max Ernst qu'il ait jamais vu.¹²

C'est ce qui s'appelle faire contre mauvaise fortune bon cœur.


Image
Un Max Ernst qui serait parmi les plus beaux qui soit, réalisé
par un faussaire « qui ne peignait pas si bien que ça »



Mais il y a des mauvaises fortunes plus difficile à digérer. Il y a peu, un collectionneur britannique qui avait envoyé en France, à des fins d'expertise, un tableau de Van Gogh récemment acquis à prix d'or, a eu la mauvaise surprise de se voir signifier par le musée Van Gogh d'Amsterdam que l'œuvre non seulement n'était pas authentifiée, mais qu'elle ne lui serait pas restituée, et allait être détruite en Hollande. Pourtant rien ne prouve qu'elle est vraiment fausse. Mais les ayants droits du maître, qui ont le dernier mot en la matière, refuse systématiquement de reconnaître toute œuvre ne figurant pas à leur catalogue. Il leur arrive cependant de devoir changer d'avis, suite aux travaux de chercheurs.¹⁴

Le destin des grands faux est donc assez mystérieux. Même les photos sont difficiles à trouver. Il y en a très peu, par exemple, montrant les contrefaçons de Guy Ribes, et elles sont généralement « caviardées ».
D'où viennent, alors, me direz-vous, celles qui sont montrées dans cette intervention ?
Et bien… j'ai un tout petit peu triché…


Petit exemple (animé) :

Image


Finalement, quasiment toutes les reproductions de Guy Ribes de cet article sont des faux clichés de faux tableaux.

Que voulez-vous…

« L'art est un mensonge… »

Ces photos sont issues pour la plupart du site de Gilles Perrault. Cet expert est en outre l'auteur de nombreuses chroniques judiciaires et techniques, dont l'une se termine par cette conclusion :

« Le risque " qu’il y ait mort d’homme " ou atteinte aux bonnes mœurs est peu élevé dans les affaires de contrefaçons d’objets d’art. L’expert ne se trouve donc pas délié systématiquement de ses obligations de secret et confidentialité. Ne pouvant intervenir volontairement pour la défense des biens d’autrui, ses actes se cantonnent au constat des faits et non à leur divulgation. Il supporte donc souvent seul le poids de la vérité. »¹⁵

En gros : soit les experts se trompent, soit ils ne peuvent rien dire.

Le bon temps n'est donc pas fini pour les polycopieurs en herbe… si la fin du monde veut bien attendre un peu.


Guy Ribes superstar a raconté sa vie dans un livre, co-écrit avec Jean-Baptiste Péretié, Autoportrait d'un faussaire.⁸ Un documentaire, réalisé par Jean-Luc Léon, est aussi annoncé au cinéma pour la fin de l'année.

Sur Wolfgang Beltracchi existe aussi un livre (cf. notes 16-17) et un article très documenté de Tea Zine.com.18

Diaporama peintures et sculptures signées Guy Ribes (1'09, YouTube)
Vidéo 1 "Guy Ribes, faussaire repenti", reportage FranceTvInfo, juin 2015 (3'37, YouTube)
Vidéo 2 "Guy Ribes, l'artiste en son royaume", Paris-Match, avril 2015 (5'12, YouTube)
Vidéo 3 "Guy Ribes, faussaire", reportage France 2, avril 2015 (5'55, YouTube)
Radio-reportage "Portrait d'un faussaire" (Guy Ribes), février 2011 (53 mn, France Culture

Autres sources
Show
1. Picasso parle, interview par Marius de Zayas in The Arts, New York 1923, cité dans CAS AH 356 par Daniel Lesbaches, 2011.
2. L'Humeur Vagabonde, Guy Ribes, entretien avec Remy Douyat sur France Inter, 2015 (à 42'50°)
3. L'étonnant destin d'un faussaire de talent, Guy Ribes, propos recueillis par Annick Colonna-Césari, l'Express (06/08/2015)
4. Guy Ribes : portrait d’un faussaire de génie sur France Culture, Martine Lecœur, Télérama.fr (31/03/2015).
5. Une vie de faussaire : saisir le génie des grands peintres, Jean-Francois Lixon, francetv.fr (13/06/2015)
6. Mona Lisa She Is Not, but Coveted Nonetheless, Carol Vogel, The new York Times (28/01/2010)
7. Accusé d’escroquerie, le "roi des ports francs" Yves Bouvier riposte, Gilles Clémençon, RTS Info (22/03/2015)
8. Autoportrait d'un faussaire, Jean-Baptiste Péretié et Guy Ribes, Presse de la Cité, 2015
9. Beltracchi, grand faussaire du XXIe siècle : un faux air de génie, Lorraine Rossignol, télérama.fr (10/08/2013)
10. Les chiffres vertigineux du marché mondial de l'art en 2014, Leila Marchand, Le Monde (14/05/2015)
11. The Art Market In 2014, artprice.com
12. Beltracchi’s forgeries have made the covers of Christie’s catalogs, Illicit Cultural Property (février 2014)
13. Portrait d'un faussaire, Jean-Baptiste Péretié et Yvon Croizier, France Culture (16/02/2011)
14. Le "faux" Van Gogh était en fait un vrai, L'Obs (09/09/2013)
15. L’expertise des objets d’art, secret ou divulgation, Gilles Perrault, article pour la Revue Experts n°112 (février 2014)
16. Wolfgang Beltracchi, le prince des faussaires fait l'objet d'un livre, Vanessa Fize, francetv.fr (02/05/2013)
17. L'affaire Beltracchi, enquête sur l'un des plus grands scandales de faux tableaux du siècle et sur ceux qui en ont profité, Stefan Skoldehoff et Tobias Timm, éditions Jacqueline Chambon, 2013
18. L'affaire Beltracchi ou comment duper le marché de l'art, Olivier, Tea zine.com (28/08/2014)
« On peut rire de tout, mais pas avec tout le monde » (Pierre Desproges)
La vidéo (nouveau lien)

Avatar de l’utilisateur
lau'jik
Messages : 944
Inscription : 17 déc. 2012, 18:11

Re: Art et illusion

#2

Message par lau'jik » 13 oct. 2015, 15:00

Super Corwin,
j'ai lu avec plaisir, et zieuté avec délectation.
Bon c'est pas tout ça, je vais aller me faire un faux O' Keefe pour arrondir les fins de mois. :mrgreen:
"Parler pour ne rien dire et ne rien dire pour parler sont les deux principes majeurs et rigoureux de tous ceux qui feraient mieux de la fermer avant de l'ouvrir." Pierre Dac
"Ne pas connaître son talent, c'est faciliter la réussite des médiocres."

Avatar de l’utilisateur
Corwin
Messages : 515
Inscription : 03 déc. 2013, 18:58

Re: Art et illusion

#3

Message par Corwin » 14 oct. 2015, 15:46

(je pensais bien qu'il y aurait au moins une personne qui apprécierait…)
lau'jik a écrit :Bon c'est pas tout ça, je vais aller me faire un faux O' Keeffe pour arrondir les fins de mois.
Il faut reconnaître qu'il pourrait être tentant d'ajouter en douce une plante, un escargot, ou un crâne de vache (voire un gratte-ciel) à ce magnifique catalogue.




Il semblerait pourtant que les faussaires aient plutôt épargné Georgia O'Keeffe, pour l'instant.

Il est vrai qu'elle a vécu très longtemps, 98 ans, et fut capable de créer quasiment jusqu'à la fin.
Elle était donc en principe apte, jusqu'au milieu des années 80, à confondre d'éventuels fraudeurs.¹

Ceux-ci sont peut-être également découragés par sa technique élaborée, ainsi que la taille de ses œuvres.
On ne torche pas un O'Keeffe comme un Mirò, un Pollock, ou un Atlan.

Il est sans doute significatif que les seuls faux reconnus, la fameuse série Canyon Suite - qui pourtant, lorsqu'elle fut tardivement découverte, avait été « saluée par une foule de spécialistes de l'art »²-³ - soient des aquarelles de petite taille, dont le style peut faire figure d'ébauches en comparaison des tableaux très aboutis qui ont hissé O'Keeffe au rang d'artiste majeure du 20e siècle.

Lesquels tableaux sont, en outre, vraisemblablement tous recensés.


Image
Six des vingt-huit aquarelles de la Canyon Suite (agrandir)


Cela dit, la production de O'Keeffe se monterait à quelques 900 pièces, alors une de plus… Ceux qui n'ont pas peur d'user de la toile, des pinceaux, de la peinture, de l'essence de térébenthine, et de l'huile de coude, peuvent toujours essayer d'ajouter leur petite contribution à ce florilège. Le risque en vaut peut-être la peine, puisque la cote de O'Keeffe est aux alentours de 10 millions de dollars (personnellement je me contenterais même des alentours, les variations portant sur 2 à 3 millions $).

Elle a même battu en 2014 les records pour une artiste femme, avec une toile, la Jimson Weed/White Flower No. 1, vendue 44,4 millions chez Sotheby's.⁴-⁵


Image
Georgia O’Keeffe, Jimson Weed/White Flower No. 1 - Huile sur toile, 122 x 102 cm (1932)
(agrandir)


O'Keeffe, on kiffe !

Sources
Show
1. Georgia O'Keeffe Biography, Jon C. Hopwood, IMDb
2. Disputed collection of O'Keeffe paintings declared fakes, CNN.com 21/12/1999
3. The case of the counterfeit O’Keeffes, Jeffrey Hogrefe, D magazine, juillet 2000
4. Sotheby’s $44.4M Georgia O’Keeffe Shatters Auction Record for Work by a Female Artist, Alanna Martinez, Observer.com, 20/11/2014.
5. Iconic Georgia O’Keeffe Painting at Sotheby’s Auction, Renee Phillips, Manhattan Arts.com 12/09/2014
« On peut rire de tout, mais pas avec tout le monde » (Pierre Desproges)
La vidéo (nouveau lien)

Avatar de l’utilisateur
lau'jik
Messages : 944
Inscription : 17 déc. 2012, 18:11

Re: Art et illusion

#4

Message par lau'jik » 14 oct. 2015, 17:27

Bonsoir,
Corwin a écrit :(je pensais bien qu'il y aurait au moins une personne qui apprécierait…)
lau'jik a écrit :Bon c'est pas tout ça, je vais aller me faire un faux O' Keeffe pour arrondir les fins de mois.
Oh la faute.. et en plus je me suis relue !
Oui j'apprécie d'autant que je n'ai actuellement pas encore déballé tout mes livres d'images (même si c'est un maigre tout) et que si la vie au grand air me convient parfaitement j'aimerais parfois me téléporter dans les musées.
Bon, je laisse tomber Georgia : pas assez discret. Un dessin façon Aubrey Beardsley peut être ? Ou Bilibine ?
"Parler pour ne rien dire et ne rien dire pour parler sont les deux principes majeurs et rigoureux de tous ceux qui feraient mieux de la fermer avant de l'ouvrir." Pierre Dac
"Ne pas connaître son talent, c'est faciliter la réussite des médiocres."

Avatar de l’utilisateur
Lulu Cypher
Modérateur
Modérateur
Messages : 6325
Inscription : 24 avr. 2015, 22:30

Re: Art et illusion

#5

Message par Lulu Cypher » 14 oct. 2015, 18:49

Corwin a écrit :(je pensais bien qu'il y aurait au moins une personne qui apprécierait…)
Oh mais il y en a plus d'une mais si je te dis pour chacun de tes post que j'aime que j'apprécie ce que tu fais sur le forum tu vas finir par le croire ... alors ... ;)

Et Dieu dit : « que Darwin soit »
------------------------------
Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman (P. Desproges)
------------------------------
Attention ce post est susceptible (lui-aussi) de contenir des traces d'humour. L'auteur tient à signaler qu'il décline toute responsabilité quant aux conséquences de leurs mésinterprétations.

Avatar de l’utilisateur
Chanur
Messages : 1489
Inscription : 14 déc. 2013, 04:58

Re: Art et illusion

#6

Message par Chanur » 14 oct. 2015, 22:31

Corwin a écrit :(je pensais bien qu'il y aurait au moins une personne qui apprécierait…)
Oui, il y en a plus d'une, mais je suis tellement ignare que je n'ai vraiment rien à dire d'intéressant ... :(
Le fait que je sache que quelque chose est vrai n'est pas une preuve. :chat:

Avatar de l’utilisateur
LoutredeMer
Messages : 5019
Inscription : 30 juil. 2008, 17:34

Re: Art et illusion

#7

Message par LoutredeMer » 15 oct. 2015, 08:17

Corwin a écrit :Art et illusion
Oui oui ca vient... :) (18 005 lignes illustrées, ca se digère ). Belle performance Corwin.

Puisque tu parles d'illusion, je reviendrai sur Mona Lisa que tu as déjà citée, sur laquelle je me suis penchée l'année dernière. A vrai dire, les paysages derrière m'intéressent plus que le portrait. Si vous cliquez sur la vignette du Louvre et une ou deux fois sur l'image ensuite, vous aurez une définition en 2048 pixels de large, ce qui change le regard sur le tableau. Sinon, vous pouvez télécharger l'image, ce sera peut etre plus pratique.(2,31 Mo)

Image

Les paysages à droite et à gauche sont différents. Mais plus flagrant, l'avant-plan et l'arrière-plan sont distincts, dans les teintes d'abord (brun chaud marqué pour l'avant-plan et bleu gris froid pastel pour l'arrière-plan), et dans le contenu. Le premier est aménagé par l'homme et organisé (le pont, la route, un village et probablement une église derrière le pont) alors que l'arrière-plan, plus sauvage, devient chaotique, onirique et imprécis et qu'il n'y a quasiment plus de verticalité.

Et c'est là que ca devient intéressant : si l'on zoome sur ces parties oniriques, on y découvre bien des surprises :

- En bas à gauche, les rochers au-dessus de la route en zigzag dévoilent une tete couchée de statue de l'ile de Paques, un portique d'entrée dans la roche de type égyptien (j'ai oublié le nom) , et un sphinx près des cheveux.

-Au fond à gauche, dans les rochers pres des cheveux : une forteresse. A sa droite, peut etre l'autoportrait de Da Vinci, en pied (visage avec longue barbe).

- Au fond à droite, parmi ces rochers dressés en forme de gemmes de quartz angulaires, deux rochers dressés aux formes arrondies elles, évoquant chacun un phallus.

- Tout au fond à l'extreme droite, une anse dans la montagne percée laissant entrevoir un obélisque blanc, et derrière, la roche qui se fond en nuages avec le ciel.

Et surement bien d'autres choses que je vous laisse découvrir.

Hasard? paréidolies? Intentions de l'artiste? A vous de voir...

J'en profite pour recommander la série Da Vinci's Demons, un régal à tous niveaux.
Dernière modification par LoutredeMer le 15 oct. 2015, 13:35, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
unptitgab
Messages : 4647
Inscription : 14 janv. 2014, 06:59

Re: Art et illusion

#8

Message par unptitgab » 15 oct. 2015, 09:14

lau'jik a écrit :Super Corwin,
j'ai lu avec plaisir, et zieuté avec délectation.
Bon c'est pas tout ça, je vais aller me faire un faux O' Keefe pour arrondir les fins de mois. :mrgreen:
Attention il y a de la concurrence
Image
Le pape qui veut lui même être une grande fleure de O'Keeffe.
"Quand elle devient « pure » de toute expérience sensorielle, la raison déraisonne. Elle prétend prouver l’existence de Dieu et l’immortalité de l’âme. Cette folie s’appelle métaphysique. Le métaphysicien est un savant fou. Il veut tout prouver, il ne montre que son insanité." Jean-Baptiste Botul

Avatar de l’utilisateur
switch
Messages : 1883
Inscription : 18 nov. 2010, 03:46

Re: Art et illusion

#9

Message par switch » 16 oct. 2015, 04:48

Merci pour cet excellent sujet ! J'ai découvert pleins de choses !
« La Science est une méthode pour décider si ce que nous choisissons de croire se base ou non sur les lois de la Nature ».

Avatar de l’utilisateur
Corwin
Messages : 515
Inscription : 03 déc. 2013, 18:58

Re: Art et illusion

#10

Message par Corwin » 16 oct. 2015, 09:18

lau'jik a écrit :Bon, je laisse tomber Georgia : pas assez discret. Un dessin façon Aubrey Beardsley peut être ? Ou Bilibine ?
En effet, et ça serait certainement moins laborieux.
Mais ça rapporterait peut-être moins aussi.

Un lot de 19 dessins de la main de Beardsley insérés dans une édition originale (1894) ne s'est vendu que 30 000 $ en 2015 (ce qui était son estimation maximum).¹ Bilibine pourrait peut-être valoir davantage le coup. Un seul dessin, bien plus récent (1934) et pareillement inséré, à atteint 28 000 $.²

Mais le contrefacteur devrait trouver papier, crayon, encres et couleurs d'époque.
(et je me demande même s'ils ne peuvent pas analyser les traces de gommes…)

Il vaut mieux écouter Stefan Simon, l'homme qui a confondu Beltracchi en analysant le blanc d'une de ses toiles : « Une course s'est engagée entre nous et les faussaires. D'ici dix ou quinze ans, avec le matériel dont nous serons dotés, nous la gagnerons sans problème… Cela dit, je me permets de leur donner un conseil : qu'ils ne copient que des œuvres d'après-guerre, dont on se procure aujourd'hui encore aisément les pigments ! »³

LoutredeMer a écrit :18 005 lignes illustrées, ca se digère
Et encore, je me retiens…

Puisque tu parles d'illusion, je reviendrai sur Mona Lisa (…) on y découvre bien des surprises (…)
Pour des surprises…
Léonard aurait donc peint l'île de Pâques deux-cents ans avant sa découverte par Jakob Roggeveen.
Sans doute s'y était-il rendu en voyageant dans l'astral. C'est du moins ce que nous dirait…
…le docteur Smith…
Show
Image
Phd Smith
Messages : 3570
Inscription : 04 Août 2011, 23:23
Localisation : Règlement: règlement

Il pourrait être intéressant de compléter cette analyse grâce aux copies :


Un focus du Louvre.fr permet d'ailleurs la comparaison de la Joconde avec celle du Prado.

On remarque les couleurs chatoyantes de l'espagnole, dues à la restauration.⁴
La grande sœur en aurait aussi bien besoin, « mais toucher à La Joconde déclencherait un émoi planétaire. » écrit Florence Evin dans le Monde.⁵
Néanmoins, le sujet n'est plus aussi tabou, et l'idée commence même à être envisagée sérieusement.⁶
Mais ce n'est pas pour tout de suite. En attendant, on peut déjà avoir une idée de ce à quoi elle ressemblerait :


Image
Au milieu : un dévernissage virtuel obtenu grâce aux analyses des différentes couches
du tableau effectuées par l’Institut des nanosciences de Paris.

A droite : l'interprétation d'un infographiste, ayant traité le tableau comme s'il s'agissait
d'une vieille photo (il affirme y avoir passé six semaines).

agrandir


Mais certains ne se contentent pas de rajeunir la Joconde. Il voudraient aussi la moderniser :


Image


Comme on disait dans le temps, il faut savoir rester dans le vent…




… capter le rythme de l'époque…


Image


Mais on ne va pas faire le tour de toutes les interprétations.

Pas tout de suite…


Image

Sources
Show
1. English Literature, History, Children's Books & Illustrations, lot 94, eCatalogue Sotheby's, 14/07/2015
2. Russian Art, lot 114, eCatalogue Sotheby's, 15/04/2008
3. Beltracchi, grand faussaire du XXIe siècle : un faux air de génie, Lorraine Rossignol, Télérama.fr, 10/08/2013
4. Quand une copie de la Joconde fait pâlir l'original, Benjamin Leclercq, myeurop.info, 20/02/2012
5. Deux monuments de la peinture italienne en restauration, Florence Evin, le Monde.fr, 21/01/2014
6. Nouvelle politique de restauration au Louvre, Sabine Gignoux, La Croix.com, 17/01/2014
7. Rétrospective : ça s'est passé en 2008…, Science Actualités.Fr
8. I touched up Mona Lisa…, Occasionally called Robbie, robbiesbubbles.com, 20/01/2011 et 18/06/2012
« On peut rire de tout, mais pas avec tout le monde » (Pierre Desproges)
La vidéo (nouveau lien)

Avatar de l’utilisateur
Lulu Cypher
Modérateur
Modérateur
Messages : 6325
Inscription : 24 avr. 2015, 22:30

Re: Art et illusion

#11

Message par Lulu Cypher » 16 oct. 2015, 09:59

:bravo:

Et Dieu dit : « que Darwin soit »
------------------------------
Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman (P. Desproges)
------------------------------
Attention ce post est susceptible (lui-aussi) de contenir des traces d'humour. L'auteur tient à signaler qu'il décline toute responsabilité quant aux conséquences de leurs mésinterprétations.

Jean-Francois
Modérateur
Modérateur
Messages : 22330
Inscription : 03 sept. 2003, 02:39

Re: Art et illusion

#12

Message par Jean-Francois » 16 oct. 2015, 10:50

Dis monsieur Corwin, raconte encore l'art avec des images! Merci, monsieur :a4:

Jean-François
“The more implausible the hypothesis — telepathy, aliens, homeopathy — the greater the chance that an exciting finding is a false alarm, no matter what the P value is.” (Nuzzo R (2014) Nature 506:150)

Avatar de l’utilisateur
LoutredeMer
Messages : 5019
Inscription : 30 juil. 2008, 17:34

Re: Art et illusion

#13

Message par LoutredeMer » 16 oct. 2015, 13:26

Corwin a écrit :
Puisque tu parles d'illusion, je reviendrai sur Mona Lisa (…) on y découvre bien des surprises (…)
Pour des surprises…
Léonard aurait donc peint l'île de Pâques 220 ans avant sa découverte par Jakob Roggeveen.
Sans doute, dira le docteur Smith, suite à un voyage astral…
Bah en effet c'est ballot. Ca doit plutot etre la tete que j'avais sur ma cheminée alors :mrgreen:

Chacun y voit ce qu'il veut, Léonard n'est plus là pour l'expliquer. Cependant, derrière le balcon à colonnades de la bourgeoise modeste gentiment assise, j'aurais vu davantage un patio, une rue, un immeuble ou un parc rempli de vaches à pois bleus...

Avatar de l’utilisateur
lau'jik
Messages : 944
Inscription : 17 déc. 2012, 18:11

Re: Art et illusion

#14

Message par lau'jik » 16 oct. 2015, 14:11

Bonsoir,
Corwin a écrit :
lau'jik a écrit :Bon, je laisse tomber Georgia : pas assez discret. Un dessin façon Aubrey Beardsley peut être ? Ou Bilibine ?
En effet, et ça serait certainement moins laborieux.
Mais ça rapporterait peut-être moins aussi.

Un lot de 19 dessins de la main de Beardsley insérés dans une édition originale (1894) ne s'est vendu que 30 000 $ en 2015 (ce qui était son estimation maximum).¹ Bilibine pourrait peut-être valoir davantage le coup. Un seul dessin, bien plus récent (1934) et pareillement inséré, à atteint 28 000 $
même un érotique de Beardsley ? :?
M'enfin moi ça me va dans les 30 000 €, ça me fait quelques années de salaire. :a2:
Vivement que mon atelier voit le jour ... on peut toujours rêver :roll:
"Parler pour ne rien dire et ne rien dire pour parler sont les deux principes majeurs et rigoureux de tous ceux qui feraient mieux de la fermer avant de l'ouvrir." Pierre Dac
"Ne pas connaître son talent, c'est faciliter la réussite des médiocres."

Avatar de l’utilisateur
Corwin
Messages : 515
Inscription : 03 déc. 2013, 18:58

Re: Art et illusion

#15

Message par Corwin » 24 oct. 2015, 14:43

Jean-Francois a écrit :
16 oct. 2015, 10:50
Corwin, raconte encore l'art avec des images!
lau'jik a écrit :même un érotique de Beardsley ?
Bon, si vous insistez.

Alors c'est l'histoire d'une certaine Lysistrata, racontée par Aristophane au 5e siècle avant notre ère. Ce poète dramaturge utilisait l'humour pour dénoncer les travers de la société athénienne, qui connaissait alors son apogée. La pièce est particulièrement licencieuse, souvent même qualifiée de vulgaire.
Les dandys qui, comme Beardsley, s'opposaient au puritanisme victorien par une esthétisation extrême des sujets les plus scabreux, avaient donc toutes les raisons de s'y intéresser

Le thème : lasse de la guerre entre Athènes et Spartes, la belle Lysistrata convainc les athéniennes de faire la grève du sexe, pour obliger les hommes à cesser les combats.

lau'jik a écrit :on peut toujours rêver
… entre adultes consentants…
Show


Planches hautes résolutions :
1 -- 2 -- 3 -- 4 -- 5 -- 6 -- 7 -- 8

Ebook :
Consultation en ligne
Téléchargement

Texte de la pièce sur Remacle.org

Quand on pense que l'on dit « sage comme une image »…

Revenons plutôt à nos musées nationaux, réputés, eux, pour leur sérieux.

Un peu trop, même, selon certains, qui les qualifient volontiers de poussiéreux et figés.
L'art y serait « en cage », hors des lieux de vie.

Pourtant, on y trouve aussi de la beauté vivante…


Image
Raquel Zimmermann et Charlotte Rampling, photographiées devant la Joconde par Juergen Teller en 2009

Très vivante, même…
Show
Image

Les amateurs d'art… académique peuvent trouver toutes les photos sur The Quiet Front.com

Mais une œuvre n'a pas besoin d'être belle pour être au Louvre, ni même pour être de l'art.
Il suffit qu'elle ait « une âme ».
C'est par son âme qu'une œuvre fait rêver la nôtre.

(je suis sûr d'ailleurs que vous avez remarqué la très belle âme de Raquel Zimmermann)

Alors…
… à quoi rêvent donc ces âmes qui font rêver la nôtre ?
Show
Image

Mona Lisa nous est si familière que l'on reconnaît toujours son visage, quel que soit le contexte, même lorsque le reste du tableau a disparu.

A condition que ce soit le bon visage.

Quand on compare celui du Louvre avec la réplique trouvée récemment à Madrid dans une cave¹, on se rend compte que la version espagnole, même peinte dans l'atelier du maître, ne peut pas être de Léonard lui-même.


Image
Animation réalisée à l'aide de la comparaison dynamique du Figaro.fr


En revanche, si on juxtapose le visage de notre Joconde avec celui du tableau d'Isleworth, dont la composition est pourtant sensiblement différente, on est frappé par la similitude…




Cette ressemblance est une des nombreuses raisons qui font penser aux spécialistes qu'il s'agit bien d'un portrait de Lisa del Giocondo mais plus jeune, peinte par de Vinci dix ans avant la version que l'on voit au Louvre.²

Le visage le plus connu du monde est, comme on le voit, d'une telle subtilité, que l'on comprend qu'il faille prendre garde à tout ce qui pourrait en modifier la subtile harmonie. On peut juger par exemple des conséquence d'une restauration grâce à celle effectuée, à la demande du Louvre d'ailleurs, sur la réplique du Prado : ³




Ceci explique pourquoi, lorsqu'il s'agit d'appliquer à la nôtre un traitement analogue, nos conservateurs restent un peu… conservateurs.

Note pour les amateurs de symboles : s'il est difficile d'en trouver réellement sur la Joconde du Louvre, en revanche celle du Prado, supervisée par Léonard, pourra leur sembler plus intéressante.

Fin du monde ?
Show
En effet, en bas et à gauche du portrait figure distinctement le nombre 666.

Or l'année où le tableau a été redécouvert, puis restauré et exposé au Louvre à grand renfort de publicité, est justement 2012, année attendue comme celle de « l'apocalypse maya ». En outre, cette œuvre aurait été peinte par un Espagnol, élève de Léonard, dans les années 1510, précisément à l'époque ou les Espagnols rencontrèrent les Mayas.⁴






Il existe bien sûr d'autres explications à la présence de ces chiffres.

Ils pourraient par exemple représenter un numéro d'enregistrement, bien qu'il ne soit pas d'usage de faire figurer ce genre d'inscription sur l'œuvre elle-même. Cependant l'historique ne fait pas apparaître une telle référence (on trouve, selon les collections, les numéros 588, 76 et 195).

Serait-ce alors une évocation de 1666, année où, officiellement, cette réplique est apparue pour la première fois en Espagne, dans la collection royale de l'Alcazar ? ³-⁵

Mais dans ce cas, où est passé le 1 ? Il semble y avoir un autre nombre, à sa gauche :



Image



Cela ressemble à 199, un peu effacé. Effacé pour être remplacé par 666 ? Et pourquoi ?

Art… fin du monde…

Illusion, sans doute…

Et le fil a ainsi bouclé sa boucle…

En attendant, tout est fait pour ménager la diva.
Vous avez sans doute remarqué, par exemple, qu'elle est maintenant assez isolée.




En fait, c'est pour lui épargner un voisinage dérangeant.
Avant, c'était un peu comme ça :


Image


A présent, depuis le nouvel agencement du musée, dès que les visiteurs sont partis, elle peut se la couler douce, la Mona.


Image


Sources
Show
1. Le Prado a trouvé une copie d’époque de «La Joconde», Etienne Dumont, Tribune de Genève 02/02/2012
2. Une "Mona Lisa" antérieure attribuée à Léonard de Vinci présentée à Genève, Le Monde, 27/09/2012
3. Nouvelle Joconde : «En aucun cas Léonard n'y a mis la main», Eric Bietry-Rivierre, Le Figaro.fr, 03/02/2012
4. Los mayores expertos italianos apuntan a un discípulo español de Leonardo, Angel Gómez Fuentes, ABC.es, 03/02/2012
5. Mona Lisa o La Gioconda, Museo Nacional del Prado, Galería online.
« On peut rire de tout, mais pas avec tout le monde » (Pierre Desproges)
La vidéo (nouveau lien)

Avatar de l’utilisateur
unptitgab
Messages : 4647
Inscription : 14 janv. 2014, 06:59

Re: Art et illusion

#16

Message par unptitgab » 24 oct. 2015, 15:15

Corwin a écrit :
A présent, depuis le nouvel agencement du musée, dès que les visiteurs sont partis, elle peut se la couler douce, la Mona.
En es tu si sur Corwin? Elle a tout de même une joyeuse bande de soiffards en face d'elle, ayant déjà tout picolé Jésus fut forcé de transformer l'eau en vin lors de ces Noces de Cana.
Image
"Quand elle devient « pure » de toute expérience sensorielle, la raison déraisonne. Elle prétend prouver l’existence de Dieu et l’immortalité de l’âme. Cette folie s’appelle métaphysique. Le métaphysicien est un savant fou. Il veut tout prouver, il ne montre que son insanité." Jean-Baptiste Botul

Avatar de l’utilisateur
Corwin
Messages : 515
Inscription : 03 déc. 2013, 18:58

Re: Art et illusion

#17

Message par Corwin » 14 mars 2019, 16:52

Ces jours-ci on parle pas mal d'ovni… Alors c'est peut-être le moment de réveiller ce sujet sur l'art.

Quel rapport, me direz-vous ?
Et bien… l'illusion, bien sûr.

Attention. En tant que zozo, je ne partage pas le point de vue de tous ces affreux, et néanmoins amis, sceptiques résolus. Mais si on prend pour hypothèse que nous avons des visiteurs extraterrestres, alors il faut bien admettre que de tels voyageurs des étoiles nous dépassent de façon phénoménale.

Et ce en toutes choses.

Donc, en particulier, dans le domaine de l'illusion.
Ainsi, d'ailleurs, certainement, que dans celui de l'art.

« L'art de se foutre de notre gueule, oui ! » me dit un jour Jimmy Guieu¹, un peu amer sans doute de ne pas faire partie, malgré tous ses efforts, de l'élite enviée des « contactés ».

Il est vrai qu'en matière de foutage de gueule, on n'a pas besoin de la main d'œuvre intergalactique. Il y a bien tout ce qu'il faut chez nous…


Image


Prenez Étienne Terrus, par exemple…

Vous ne le connaissez peut-être pas, ou son nom vous dit vaguement quelque-chose, mais vous ne savez plus quoi.

Et bien en fait, il en a été un peu question dans l'actualité, il y a environ un an. J'entends déjà penser certains d'entre vous² (car je suis non seulement devin mais aussi télépathe) : « On a compris : encore un faussaire de génie. »

Eh ben non.

Peintre, oui. Mais ni contrefacteur, ni, d'ailleurs, forcément génial. Juste un honnête artiste, au talent plutôt discret.

Né en France en 1857, Étienne Terrus a ainsi eu la chance de voir naître et s'épanouir tous les courants majeurs de l'art contemporain : impressionnisme, expressionnisme, pointillisme, fauvisme, cubisme, préraphaélisme, médiévisme, art nouveau-naïf-abstrait-déco, dadaïsme, surréalisme, futurisme, etcaeterisme…

Du coup, un beau jour, faisant fi de tous les compromis, il se lança avec ferveur dans une carrière de… peintre paysagiste.

Petit diaporama :

Image

Évidemment, avec un tel choix artistique, et malgré l'amitié d'un Matisse ou d'un Derain, sa renommée ne dépassa guère les frontière de son département. Et bien que Elne, sa petite ville natale, lui consacre un musée depuis 1994, il n'est jamais sorti de la cohorte des créateurs régionalistes méconnus.

Du moins jusqu'à l'année dernière. Car en 2018 Étienne Terrus et son village Catalan « font les gros titres de la presse artistique internationale, jusqu’à un article du New York Times, le 30 avril » (Le Monde.fr)

Que s'est-il donc passé ?

Et bien il se trouve que le petit Musée d'Elne et son unique artiste, ont battu le record du très prestigieux Metropolitan Museum de New York et sa légion de sommités mondiales.

Quel record ? Pas celui de la fréquentation, ni de la valeur des collections. Mais du taux de contrefaçons : 40% pour le MET, 60% pour le musée Étienne Terrus.

Mais comment cela se fait-ce ?

C'est très simple : c'est une question de ratio profit/risque.


Image


Imaginez que vous êtes un faussaire…

Vous avez le choix entre :

A) Passer 2 heures à gribouiller deux faux Picasso qui peuvent vous rapporter 2 millions d'euros mais risquent surtout de vous envoyer 2 ans en prison et vous griller à vie parce ces collectionneurs milliardaires et les ayants-droits du maître n'hésiteront pas à engager les frais d'une expertise scientifique pointue et de procédures judiciaires.

B) Ou alors : passer 2 ans à peindre 20 (ou 200) faux tableaux de peintres mineurs, que vous braderez 2000 euros pièce à de petits acheteurs lesquels, même suspicieux, rechigneront à débourser les sommes demandées par un expert, ou même par un simple avocat dont un seul courrier peut coûter la moitié du prix de l'œuvre, cela pour un artiste suffisamment peu coté pour que même ses héritiers s'en désintéressent.

Certains n'hésitent plus.


Encore faut-il, malgré tout, faire ça bien…

Parce que si vous êtes un tant soit peu bâcleur ou distrait… il vous faudra aussi compter un peu sur la chance : celle de ne pas tomber sur un connaisseur de l'artiste.

Mais comment échapper à ce dernier, lorsque tout se passe à l'échelon local. La chance, pour les faussaires, avait été la création de ce musée, car ses responsables n'eurent de cesse que de réunir toutes les œuvres disponibles du maître, créant ainsi un débouché facile pour les fripons.

Mais du coup, beaucoup de faux se retrouvèrent dans les mains d'un acheteur unique, soumis au contrôle à la fois des autorités et de l'opinion publique, et disposant de moyens plus conséquents qu'un amateur anonyme.

Éric Forcada, le limier local qui à découvert l'escroquerie massive, raconte :
Au niveau stylistique c'est grossier, des supports en coton ne correspondent pas aux toiles utilisées par Terrus (francetvinfo.fr) […] Sur la peinture du fameux clocher de Collioure, apparaît le château royal où ont été pratiquées en 1958 des ouvertures de style gothique pour séduire les touristes. Or, Terrus est mort en 1922 […] J’ai par ailleurs reconnu les paysages de deux cartes postales de la correspondance de Terrus, reproduites dans un catalogue qui lui est consacré. Les cadrages sont exactement les mêmes […] Sur certains tableaux, la signature à l’encre s’effaçait lorsque je passais mon doigt ganté. Sur d’autres, il y a plusieurs signatures…(La croix.com).


Image



Franchement… vouloir faire croire qu'un peintre académique du 19e siècle aurait réalisé des toiles de 30x50 cm en copiant des cartes postales de 8x12 cm… c'est vraiment prendre les provinciaux pour des ploucs (bon, c'est ce qu'ils sont, mais tout de même).

Bilan : la petite municipalité accuse une perte de 160 000 euros. Mais à quelque-chose malheur est bon :
Elne et son musée sont désormais connus du monde entier. Et il va falloir mieux étudier Étienne Terrus. Merci aux faussaires (Le Monde.fr).

D'ailleurs, aux dernières nouvelles, malgré les poursuites engagées,ceux-ci courent toujours…

Image

Corwin a écrit :
24 oct. 2015, 14:43
A présent, depuis le nouvel agencement du musée, dès que les visiteurs sont partis, elle peut se la couler douce, la Mona.
unptitgab a écrit :
24 oct. 2015, 15:15
Elle a tout de même une joyeuse bande de soiffards en face d'elle
Il est vrai qu'il s'en passe des choses, paraît-il, la nuit, dans les musées…

Ange… gardien
Show
Image



1. Jimmy Guieu : auteur français de science-fiction, ufologiste et ésotériste, connu notamment pour son engagement dans l'affaire des enlèvements de Cergy-Pontoise.

2. Certains lecteurs du forum, qui ont eu le courage de lire ce sujet fleuve à sa création, en 2015. D'autres, par la suite, auront peut-être renoncé à cause de la disparition des illustrations. Qu'ils essayent de nouveau : Les images sont revenues, dont quelques-unes améliorées (comme d'ailleurs certains passages) grâce à la bienveillance de l'administration, que Dieu les bénisse pour les siècles des siècles.
« On peut rire de tout, mais pas avec tout le monde » (Pierre Desproges)
La vidéo (nouveau lien)

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit